Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya]

Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 21:32
Hanae est sortie victorieuse de son entreprise au pays des pandas. Forte d’un pacte lui octroyant bien plus qu’un simple pouvoir supplémentaire, mais bien de nouvelles valeurs et de nouveaux objectifs réels, elle se met en route vers les marécages brisés, en espérant y trouver son chemin pour rallier Kiri de nouveau. Comme elle est autorisée à y circuler, sans doute qu’elle pourra plus facilement revenir au port Naragasa et revenir dans son propre pays, Kaminari. En y repensant, la Sendai s’estime chanceuse de ne pas avoir subi tant de dégâts que cela, lorsqu’elle a été frappée par l’Ultime, à la toute fin. Un tel choc aurait pu lui briser des os sans problème, mais parfois la vie est comme ça : on est juste chanceux. Restant sur ses gardes, au cas où quelques personnes mal intentionnées décideraient de la prendre pour cible, elle suit le chemin pris à l’aller pour retourner jusqu’à ce labyrinthe naturel qu’est la barrière qui entoure le village caché dans la brume. Une étendue d’eau hostile, truffée de pièges mortels.

Lorsqu’elle aperçoit finalement la vase qui compose la majeure partie de cette zone, elle tente de se remémorer le passage emprunté quelques jours auparavant. Elle s’y embarque, avec beaucoup de précautions, cherchant d’éventuels animaux sauvages ou autres créatures obscures qui pourraient grouiller ici. Après quelques minutes de marche, elle se rend compte qu’elle n’est plus très sûre de son chemin. A cet instant, elle affiche une mine un peu blasée, se disant qu’elle pourrait aussi bien courir tout droit jusqu’à atteindre l’entrée du village. Une voix s’élève alors, la faisant sursauter.

« Je ne vous conseille pas de foncer à l’aveugle, Hanae, vous risqueriez de ne plus jamais ressortir d’ici. »

Elle connaît cette voix, car c’est celle du garde qui l’avait accompagnée jusqu’à la sortie de ces lieux. Peut-être est-il responsable de la surveillance de la rouquine ? Ou ce n’est qu’une coïncidence, mais peu importe. Il se montre alors, et fait signe à l’ex Kumojine de le suivre, ce qu’elle fait après quelques secondes de réflexion. Le chemin est plus serein, les dangers sont évités, et finalement elle arrive à l’intérieur du village. Pour la seconde fois depuis qu’elle a quitté la cité des sages, elle commence à ressentir des vertiges, et une vive douleur au niveau de la hanche. Faisant fi de ces sensations, elle décide d’avancer en ligne droite, sa vision s’assombrissant petit à petit, et son corps répondant de moins en moins. Est-ce finalement une blessure qu’elle n’aurait pas aperçue au premier abord ? Titubant de plus en plus, elle perd de vue sa destination, avançant sans vraiment savoir dans quel direction, et finissant par tomber dans les ténèbres devant un bâtiment imposant, qui semble être le bon dans sa situation : un hôpital, et probablement le plus grand des environs.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:58
L’écarlate et le flavescent

ft. Sendai Hanae


Été 203, Hôpital général, village de Kiri.


suite de ce RP
Des pas teintés par une réflexion incertaine résonnèrent sur les pavés de pierre qui parcourraient les ruelles de la Brume. Des yeux avides de réponse s’échouèrent sur les contours des bâtiments en pleine reconstruction, ressassant inlassablement derrière leurs miroirs insondables les propos qu’avaient tenu cet étranger. Que pouvait-il en déduire ? Que cela impliquait seulement, pour le reste du monde ? Alors que ces pensées l’habitaient, cette silhouette blonde se fraya un chemin jusqu’à l’Hôpital général ; laisser du temps à son esprit sans se précipiter dans des actes éphémères était, en cet instant, la seule chose qu’il pouvait faire.

Alors qu’Aditya s’avançait vers ce centre de soin, il remarqua la présence d’une jeune femme dont les brins rougeoyants lui rappelaient indéniablement ceux de Junko, mais dont la stature était tout à fait différente. Ainsi accompagnée par l’un des gardes du village, elle ne pouvait être qu’une de ces étrangères de passage qui arpentaient leurs rivages au même titre que l’armure vivante qu’il avait pu rencontrer plus tôt. Mais son allure se fit plus saccadée, irrégulière lorsqu’il voulu détourner les yeux. Ses mouvements étaient plus lents, sa paume, elle avait rejoint ses côtes sans que son gardien ne s’inquiète de son état. Quelques maigres gouttes de sang s’échouaient sur son passage, trahissant la blessure qui avait fendu son flanc.

Un air à la lisière de l’agacement s’installa sur ses traits alors que l’ascèse se rapprocha de l’inconnue, ses doigts se refermant sur son bras avant qu’elle ne s’écroule au sol. Était-elle à ce point imprudente ? Tandis qu’il la maintenait hors de cette chute certaine, ses iris glissèrent sur son visage dépourvu de toute volonté, plongé dans l’inconscience la plus totale. Son haut était teinté d’un rouge carmin semblable à sa crinière, dévoilant la gravité des plaies qui s’y voilaient. Il délaissa un soupir avant de hisser la demoiselle entre ses bras, l’un d’entre eux tachant de soutenir ses genoux et s’engouffra à l’intérieur de ce bâtiment bien trop familier.


[…]


Désormais allongée sur l’un des nombreux lits de fortune que comptaient l’édifice, la silhouette de l’écarlate était marquée par un sommeil qu’Aditya espérait être réparateur. Et tandis que les brins d’or qui jonchaient sa crinière reflétaient chaque rayon solaire qui daignait s’infiltrer dans cette chambre silencieuse, sa paume souleva le tissu pour révéler l’étendue de la blessure. Bon sang… A quoi pensait-elle ?

D’un mouvement empreint d’habitude, il força une brève pression sur son abdomen afin de vérifier qu’aucun corps étranger de s’y était insinué. Ses sourcils se froncèrent lorsque les détails d'une cicatrice se dévoilèrent sur sa hanche dans l'ombre de ses vêtements, particulièrement imposante pour sa constitution frêle. Mais son expression demeura d'un profond sérieux ; cela n'était pas si étonnant, à la vue du monde dans lequel ils vivaient tous deux. Sa dextre vint couvrir l'entièreté de la plaie avec parcimonie, parée d'une singulière lueur émeraude. Il ne lui faudrait pas longtemps pour ne faire d'elle qu'un mauvais souvenir pour sa détentrice, si toutefois elle s'accordait à lui laisser libre cours à ses soins. Et pour cause : elle semblait s'éveiller de nouveau, n'ayant laissé son esprit aux frontières de l'inconscience qu'une poignée de minutes.

Pour la première fois, l'azur qui trônait au cœur de ses iris rencontra la fougue qui dansait dans les rubis cachés sous ses paupières qui lui rappelaient d'autant plus l'ardente expression qu'abordait son élève. Toutefois, il ne dit rien, laissant son chakra onduler sur sa plaie. Bien qu'elle semble toujours empreinte du brouillard de Morphée, elle pourrait aisément comprendre par elle-même de quoi il s'agissait ici.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese https://www.ascentofshinobi.com/u1469
Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Mar 25 Juin 2019 - 18:32
La douleur laisse place à l'insensibilité. Quel bonheur que l'inconscience lorsque l'on se retrouve dans pareille situation. Hanae ne sait pas ce qu'il se passe, elle n'a pas fait attention, aucune blessure n'apparaissait sur son corps lorsqu'elle a quitté la cité des sages, pourtant, avant de sombrer, c'est bien du sang qu'elle a vu. Un mystère difficile à résoudre, et un manque de sagesse de sa part, de ne pas avoir vérifié plus en détail si tout allait bien. Son esprit vagabonde quelques instants, mais finit inéluctablement par émerger. Lorsque ses paupières se séparent, dévoilant ses rubis aux yeux de tous, elle aperçoit un homme, mais elle se dit immédiatement que celui-ci ne lui veut pas de mal. Pas pour son physique, qui donne une sensation de sécurité puissante, mais surtout pour le lieu. Il ne lui faut pas longtemps, à la rubiconde, pour se rendre compte qu'elle est dans ce grand bâtiment sur lequel elle est tombée par le plus grand des hasards. Il l'a amenée ici, mais est-il médecin ? Sans prononcer un mot, elle regarde les mains de l'homme à la chevelure dorée, et grimace un instant lorsqu'elle constate leur position. Aussi rassurant et tout médecin qu'il soit, il les place bien trop près d'un endroit où elle s'est juré qu'aucun homme ne pourrait poser une quelconque partie de son corps sans en payer le prix.

"Arrêtez, ôtez vos mains... S'il vous plaît. Je ... je vais bien."

Elle ne veut pas avoir l'air ingrate, mais elle ne peut pas, c'est trop, si seulement elle avait dormi jusqu'à ce qu'il l'ait soignée, elle n'aurait pas eu à voir cela. Il ne fait rien de mal, elle le sait, mais son corps ne peut le tolérer, c'est viscéral. Aucun contact, la seule sensation est celle de la blessure qui réduit en importance, même si la douleur reste pour l'instant. Elle tente de repousser l'inconnu, mais la douleur lancinante l'en empêche, lui arrachant une bien belle grimace. Sa tête se repose lourdement sur le lit, et elle ferme les yeux. Ce n'est qu'un mauvais moment à passer, après tout, il faut endurer, tout pourrait être bien pire. La rougeoyante ne regarde plus les mains, elle fixe le blond à la longue chevelure, omettant du mieux qu'elle peut ce qu'elle ne peut supporter, et essaie de créer une conversation pour évacuer son esprit hors de cela.

"Je m'appelle Hanae, merci de votre aide, mais n'y a-t-il pas d'autres personnes plus mal en point, qui nécessitent vos soins ?"

D'une certaine façon, la sauvage tente de détourner le mâle de sa blessure, de manière inconsciente, car sa question était totalement improvisée. De sa poche, elle soutire un petit objet, qu'elle serre dans sa main, comme un talisman... Depuis quelques années, il est son seul rempart contre les pires choses qui ont pu lui arriver. Mais elle n'est plus là, ni elle, ni sa "jumelle", les deux personnes en dehors de ses parents à occuper une place très importante dans son cœur, où sont-elles aujourd'hui ? Sont-elles seulement encore en vie ?


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Mer 26 Juin 2019 - 9:48
Le regard de l'ascèse détaillait avec attention les émotions qui s'inscrivaient sur le visage de l'écarlate, parfois passagères, mais cachant toutes la plus principielle d'entre elle ; la peur. Ses yeux suivirent les mouvements de ces iris rougeoyants, dont l'attention s'échouait indéniablement sur sa paume entourée d'une douce couleur émeraude. C'est donc cela qui la tiraille tant. Il pouvait sentir sa silhouette se tendre sous ses doigts, portée par une profonde affliction dont il ignorait la cause pourtant évidente ; sa main aurait pu s'aventurer trop bas à son goût et imaginer bien d'autres réponses à sa présences. Et à cette seule pensée, une vague de dégoût prit naissance dans le cœur d'Aditya : jamais il n'aurait pu s'attarder à de telles bassesses. Que ce soit envers lui-même ou les autres âmes peuplant ce monde, il ne pouvait considérer son corps que comme ce qu'il était ; une coquille, dont la beauté et l'usage se retrouvait dans le regard de son détenteur. Mais emporté par cette philosophie, il s'était dérobé à l'idée qu'elle ne pourrait être partagée par l'inconnue, dont l'esprit s'était dérobé à l'ataraxie.

Sans un mot, sa paume glissa de sa hanche pour s'échouer sur le bras de la rougeoyante ; si ce geste avait pu troubler l'esprit de la jeune femme, il tâcherait d'y remédier sans abandonner ses soins pour autant. Car malgré tout l'effort qu'elle déployait à le voir rebrousser chemin vers des patients dont les besoins se feraient plus pressant, l'ascèse n'en avait aucune intention.

« Avec tout le respect que je vous dois, vous n'allez pas bien. », déclara-t-il sur le ton d'une froide franchise.

Cependant, il ne pouvait qu'accéder à sa requête, et faire de ce moment une plus agréable créature du destin. La pulpe de ses doigts vint brièvement caresser la peau recouvrant le poignet de l'écarlate selon un schéma particulier, tandis que sa dextre maintenait un signe unique ; ce faisant, un sceau s'était apposé sous sa senestre, continuellement alimenté par la teinte verdâtre dont s'était épris son chakra. Au fur et à mesure que les secondes filaient dans le cours du temps, une aura sereine s'étendit dans son organisme au même rythme que ses soins s'étendaient en nombre, cherchant chaque brèche qui pourrait lui causer un quelconque tracas. La plaie suintante dont était pourvue sa hanche dégageait la même lueur apaisante : elle se refermerait, bientôt, sans qu'il n'ait à la toucher et à éprouver chez elle l'écho de son déplaisir.

Ses iris azurées, eux, avaient quitté les traits de la rougeoyante depuis bien longtemps. Attelé à la réalisation de ses soins, ils s'étaient parés d'un profond sérieux sans qu'il ne se dérobent pour autant à la sensuelle indifférence qui s'échappait de chacun de ses gestes. Son attention était toute entière portée à la mesure de son flux, une chose dont il avait fermement expérimenté l'importance dans le passé. Mais de nouveau, la voix de l'inconnue s'éleva dans ce silence reposant, teintée d'appréhension et d'un singulier désir de fuite, forçant l'éphèbe à redresser son regard sur son visage apeuré.

« Au risque de vous décevoir, Hanae, je ne suis pas le seul médecin officiant dans cet édifice. De plus, vous avez tout autant besoin de soins que d'autres. »

Alors qu'il retournait son attention à ses paumes, la frêle lueur émeraude qui les entouraient s'intensifia légèrement lorsque son flux s'épaissit, guidant les blessures de la rougeoyante vers l'accalmie. Et par cette onde diffuse, Aditya s'efforçait de lui communiquer le calme d'esprit qui l'habitait alors ; c'était là l'une des prouesses de l'Iroujutsu, d'insuffler ainsi la chaleur familière et apaisante que revêtait leur chakra. Sa voix s'éleva de nouveau à son dresse, avortant le silence qui s'était installé entre leurs deux silhouettes.

« Bien qu'à leur différence, vous n'êtes assurément pas de Kiri. », susurra-t-il.

Après quelques instants de réflexion, ses iris revinrent étudier son expression avec la même indifférence que plus tôt. Il était de toute évidence que la demoiselle n'était pas native du Pays de l'Eau, ne serait-ce que par l'absence de bandeau à son bras ou la présence du garde qui l'avait accompagné jusqu'ici et qui pourtant, s'était refusé à entrer dans cette chambre sous conseils de l'ascèse; Quant à sa main, elle demeurait encore sur son poignet, afin d'assurer un contact qui se voulait à la fois propice à ses soins et rassurant – car si elle demeurait en proie à l'angoisse du toucher, cela allait s'avérer plus ardu qu'il ne l'aurait pensé.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese https://www.ascentofshinobi.com/u1469
Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Lun 1 Juil 2019 - 12:44
Faire semblant que tout va bien, refouler les mauvais traitements du passé, pour ne pas se sentir mal à l’aise vis-à-vis de l’intervention purement bienveillante de ce médecin. Hanae parvient à se calmer grâce aux gestes rassurants et apaisants du blond, et son esprit analyse plus clairement la situation. Hôpital, médecin, blessure… Il n’y a aucun risque pour elle, tout ne peut qu’aller mieux. Alors que ce sauveur inconnu semble prendre en main les soins, la jeune femme relâche la pression de sa main, oubliant un instant ce qui s’y trouve. Le collier glisse, mais elle le rattrape de justesse, prise d’un haut le cœur, et vient le passer autour de son cou pour ne pas risquer de le perdre. Un beau collier, qui est sa seule attache avec son ancienne vie, avant que tout ne bascule pour le pire. Après cela, sa respiration redevient normale, elle ne fait plus attention aux soins, car ils sont là, et cet homme sait ce qu’il fait. De toute façon, l’Irou jutsu n’est pas sa spécialité, elle ne l’a même jamais pratiqué.

Les propos du flavescent sont alors assez bien choisis, et il clôt un débat qui n’a pas de raisons d’être, hormis dans l’esprit torturé de la rougeoyante. Il fait aussi preuve d’une certaine perspicacité, constatant que la Sendai est une étrangère. Elle n’est pas d’ici et ne s’en cache pas, mais les Kirijins semblent le découvrir assez facilement, sont-ils tous malins ? Ce n’est pas la première chose qui vient à l’esprit des personnes que l’écarlate rencontre, lorsqu’ils en viennent à parler de ce village. Les mots sont plutôt « brutes épaisses », « fanatiques du combat » ou encore « illettrés », même si le dernier n’est pas vraiment lié au reste.

« Je ne suis pas d’ici, non. Cela vous pose-t-il un problème ? Les étrangers sont-ils un fléau pour les vôtres ? »

La question ne se veut pas agressive, ni défiante, mais le médecin est le premier à lui parler depuis qu’elle a passé la douane, et la Kazejine souhaite bien se renseigner sur la mentalité de ce village. Isolé sur une île, qui est leur pays, ce lieu doit avoir une certaine politique, et certains préjugés, concernant les personnes qui ne sont pas des leurs.

« Partout où je suis allée, j’ai toujours été une étrangère. Ceux qui m’ont élevée, ils étaient eux-mêmes des étrangers pour moi. Finalement, ce terme perd de sa valeur quand on n’a aucun lieu que l’on peut appeler « Maison ». »

Kaze, Tsuchi, Kaminari, Hi, Mizu. La rubiconde a beaucoup voyagé, mais ne sait pas où elle est née, et n’a pas passé plus de cinq ans au même endroit, en dix-neuf années, une sacrée voyageuse, en somme. Ses yeux se fixent dans ceux de son interlocuteur, elle ne sait pas vraiment ce qu’elle a à gagner en lui parlant, mais cela fait passer le temps…


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 23:03
Au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient entre eux, Aditya pouvait percevoir l’onde de l’apaisement traverser les prunelles de sa vis-à-vis ; sa respiration se faisait plus calme, plus douce. Quant aux tremblements qui parcourraient son corps, ils venaient trouver le repos jusqu’au bout de ses doigts pour y demeurer, jusqu’à ce qu’une nouvelle raison ne les pousse à redevenir les outils d’une terreur dormante. Les muscles de ses épaules s'éprirent d'une singulière accalmie, au même titre que ceux de ses mains qui laissaient filtrer à travers leur emprise une fine attache brune, au bout de laquelle trônait une magatama d’un bleu aussi profond qu’enivrant. Un bijou qui était loin d’être étranger au blond, dont le regard s’attardait sur ses courbes de jade. Les sourcils froncés, il avisa le geste presque désespéré de la rouquine afin de reconquérir l’objet entre ses paumes, craignant de l’échapper. Ce symbole impérial, il avait eu tout le loisir de le contempler au crochet des lobes de la féline, et ce, depuis bien des lunes. Les iris de l’ascèse se perdirent dans leurs reflets, l’espace d’un instant, se remémorant doucement les souvenirs de sa rencontre avec la métamorphe.

Son regard se redressa sur les traits apaisés de la jeune femme dès lors que de frêles paroles s’échappèrent de ses lèvres, à la lisière de l’intérêt. La voix du blond se tenta d’une sempiternelle quiétude tandis que son chakra suivait son cours jusqu’à cette fameuse blessure, dont il veillait l’avancée d’un œil attentif.

« Je ne suis pas assez imbu de moi-même pour penser parler au nom d’un autre. Pour ce qui me concerne, aucunement. »

Telles les instigatrices d'un nouveau flot de pensées, les réflexions solitaires de la rougeoyante donnèrent naissance à de nouvelles confessions, portée par un sourd sentiment de sécurité. Si cela avait pu l'étonner à prime abord, qu'elle épanche ses maux avec une telle facilité auprès d’un inconnu – et bien qu’il n’en laissât aucun vestige sur son visage – Aditya ne pouvait que la laisser s’engouffrer dans cet abri de soie formé par son esprit. Un nouveau silence prit place entre eux, sans que la demoiselle ne se dérobe à de nouveaux dires, sans qu’il n’y réponde. Il n’avait jamais considéré le monde extérieur comme une prison, dont les dédales sinueux s’étendaient à perte de vue, tantôt sous des formes sablonneuses, tantôt sous l’ombre forestière d’un bois abandonné. Et pourtant… C’était ce qu’il y devinait pour la jeune femme.

« Un foyer n’est pas une chose que l’on trouve, mais quelque chose que l’on construit. », murmura-t-il à son adresse en s’arrachant de nouveau à la scrupuleuse contemplation de son chakra, ses prunelles glissant sur les traits de son visage.

Son attention revint se poser sur l'ornement qu'elle dissimulait entre ses doigts fins, l'espace d'un instant. Et sans qu'il ne lui adresse une énième œillade, ce fut au tour de l'ascèse de la questionner avec finesse.

« Peut-être ce magatama est-il la première pierre à l’édifice. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese https://www.ascentofshinobi.com/u1469
Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Mer 7 Aoû 2019 - 14:52
Les soins avancent, la douleur est toujours là, pour rappeler la blessure, qui de son côté s’en va, petit à petit. Hanae se sent mieux, mais le fait qu’elle se soit confiée, aussi mince ait été la confession, n’est pas dû à une quelconque confiance. La rougeoyante n’a jamais eu honte de parler de ses origines floues, et ne considère pas cela comme un secret d’état. Les réponses du médecin sont assez banales, il est normal qu’il ne puisse parler au nom des autres, et dire à la première inconnue venue que son village ne tolère pas les étrangers n’est pas la meilleure façon de la laisser s’intégrer. D’un autre côté, si tel était le cas, il aurait aussi pu le dire simplement, mais cela n’aurait pas rebuté la sauvage. Son caractère est assez virulent, et elle est loin d’être timide, malgré sa crainte d’être seule en présence d’un homme. Pensant à cette situation, la Kazejine jette un regard autour, pour se rassurer de nouveau. Ils ne sont pas seuls, il y a des femmes et des enfants, tout va bien, pour elle. Laissant ses mains se rejoindre, au niveau de son ventre, ses doigts s’entremêlant, la Sendai écoute sagement les paroles de son interlocuteur, dont elle ne connaît toujours pas le nom. Finalement, elle ne compte pas lui demander, sans doute n’est-elle qu’une patiente qui n’a pas besoin de découvrir son identité, aux yeux du flavescent.

Mais justement, les dires de l’homme finissent par dévier d’une simple discussion entre un docteur et son patient. Ou peut-être que l’ex Kumojine n’a pas passé assez de temps sur un lit d’hôpital pour savoir que les soigneurs s’intéressent à la vie des soignés. « Un foyer n’est pas une chose que l’on trouve, mais quelque chose que l’on construit. » La rubiconde se fige, encore plus que son immobilité n’était jusqu’alors, et elle pense intensément à cette simple phrase. Dans sa vie, elle n’avait fait que bouger, ne restant jamais au même endroit, avec ses parents, car tel était leur mode de vie. Et même après le drame, alors qu’elle pensait avoir trouvé un refuge dans les terres de la foudre, ces monstres de Hijins avaient tout gâché. Et qu’a donc à voir ce Magatama avec tout cela ?

« Une première pierre ? Ce collier… Il signifie beaucoup pour moi, mais je ne pense pas qu’il puisse me servir à construire quoi que ce soit. La personne qui me l’a donné est peut-être morte, depuis le temps… Et si elle ne l’est pas, alors elle doit être persuadée que je le suis. »


Le regard sombre, l’adoptée du désert repense à la brune, son amie, sa famille, une personne qu’elle aimerait revoir, mais ce n’est pas possible, car elles ont été séparées voilà bien trop d’années. La nostalgie a tout de même poussé la jeune femme meurtrie à en dévoiler plus sur elle, mais de tels propos seraient sans doute incompréhensibles pour la plupart des étrangers à sa vie. Elle ne craint rien à parler de choses en étant aussi évasive.

« Pourquoi pensez-vous que ce Magatama puisse m’y aider ? Ce n’est rien d’autre qu’un bijou, et je doute qu’il se vende très cher… Je ne m’achèterai pas de demeure avec. »


Sur cette dernière phrase, la demoiselle au chakra rouge émet un petit rire, sans vouloir offenser celui qui répare sa hanche, mais pour bien insister sur l’absurdité de la chose. Pourtant, cet homme semble tout sauf absurde. Simplement par son physique, on peut deviner une grande sagesse, et lorsque l’on entend ses mots, cette pensée devient une certitude. Qui est-il, et pourquoi avoir parlé de cela, finalement ? La curiosité de la flamboyante commence à s’éveiller, oubliant tout le reste. Elle brûle de connaître sa réponse…



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Lun 12 Aoû 2019 - 20:58
Un souffle amusé s’échappa de ses lèvres dans un murmure tandis que ses sens se donnaient tout entier aux paroles de l’écarlate. Si ce bijou était bel et bien taillé à l’image de ceux trônant aux les lobes de la féline, alors cette inconnue partageait avec lui la joie de connaître une jeune femme aussi taquine que pouvait l’être Reikan ; et assurément, elle n’avait pas encore rendu son dernier souffle. Peut-être que ses pas l’avaient menée jusqu’à Kirigakure pour une raison. Son chakra se fait plus pressant autour de sa paume, plus concentré, afin de panser cette blessure et n’en faire qu’un mauvais souvenir pour sa patiente. Et lorsque ses dires s’évanouirent de nouveau dans le silence rassurant de cette chambre d’hôpital, ponctuée par les éclats de voix d’enfants et de femmes arpentant les couloirs, Aditya laissa ses propres mots guider la conversation.

« Je ne parlais pas d’argent, Hanae. Certes, on peut obtenir un foyer en l’échangeant contre quelques pièces d’or… Mais parfois cela ne suffit pas pour sentir que l’on appartient à un lieu. », glissa-t-il avec un sourire humble, adressé à la demoiselle.

Son dos se détendit légèrement, tandis que son coude vint trouver un repos mérité sur ces draps immaculés sans que l’afflux de son don ne cesse d’alimenter le sceau pressé sur ses chairs.

« Une de mes proches amies porte les mêmes ornements. », poursuivit-il en adressant un signe du menton envers l’objet. « Elle n’est pas native de Mizu, tout comme moi bien que ce ne soit pas la forêt millénaire qui l’ai vue naître. Elle a tracé son chemin depuis les brises de Kaze auprès de sa horde – des métamorphes, que j’ai pu rencontrer il y a quelques années de cela. Elle est espiègle et malicieuse, mais elle porte en elle un fort sens de justice. », son regard revint se glisser sur les traits de la rougeoyante. « Et jusqu’ici, malgré mes voyages à travers le Yuukan… je n’ai vu de telles parures qu’aux mains de sa familles. »

L’ascèse laissa de nouveau le silence s’installer entre eux, au milieu de ces paroles lourdes de sous-entendus ; peut-être que cette inconnue avait connu Reikan par le passé. Tout du moins, c’était ce que son instinct lui avait susurré dès lors qu’il avait posé les yeux sur cette boucle d’oreille d’ambre. Après tant de temps passé à ses côtés, Aditya n’aurait pu se dérober à leur vue.

Mais pour l'heure, le blond délaissa ce sujet à l'orée des pensées de la jeune femme, ne souhaitant pas s'y immiscer plus que nécessaire. Si l'écarlate semblait avoir abandonné cette amertume de plus tôt, formulée à son égard, il tâcherait de ne pas l'éveiller de nouveau sans obtenir son concours ; en ce sens, elle lui rappelait le comportement de son élève, avec qui elle partageait bien des similitudes. Aussi, ses paroles revinrent s'échouer sur une discussion plus conventionnelle et magnanime. Peut-être était-ce même un découlement de ses obligations envers la Kenpei qui le poussèrent à la questionner à ce sujet.

« Qu'est-ce qui vous a amené à Mizu ? L'archipel est assez excentré du reste du monde, peu d'étrangers trouvent un intérêt à s'y aventurer. »

Pour autant, sa voix demeurait parée de douceur et de bienveillance, bien que l'ascèse maintînt une certaine distance entre eux. Il lui était libre de répondre à ses questions ou de les éluder ; après tout, cela n'était pas un interrogatoire.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese https://www.ascentofshinobi.com/u1469
Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Jeu 26 Sep 2019 - 18:16
La douleur s'estompe peu à peu. Elle ne partira pas en quelques instants, car la vie n'est pas aussi simple, mais cette blessure impromptue que la sauvage n'avait même pas remarquée pendant un long moment ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. On dit que dans le malheur, on trouve toujours un peu de bonheur, et peut-être que l'écarlate a un espoir d'en trouver ici. Déjà, cet homme mystérieux semble droit et ne souhaite pas lui faire de mal, bien au contraire. Mais ses propos deviennent de plus en plus intéressants, à mesure que la rencontre progresse. Un autre point qui plaît à la jeune femme est le degré d'intelligence apparente de ce médecin. Même si la Kazejine n'est pas la plus futée au monde, loin de là, elle sait apprécier les personnes aux capacités intellectuelles supérieures. D'une certaine façon, elle préfère aussi être la seule naïve en présence, mais cela relève d'un autre de ses traits de caractères, qui est celui d'être en compétition avec tout le monde. De son point de vue, si quelqu'un était aussi dénué de bon sens qu'elle, alors cela en ferait un rival, et elle ne peut l'accepter.

Sa blessure semble être totalement soignée, quand bien même la douleur subsiste un peu, mais les gestes du flavescent cessent, et la rougeoyant se redresse quelque peu, ne perdant pas une miette de ce qui est à venir. Son attention est soudain conquise par l'homme qui lui fait face. On peut distinguer l'étonnement, la surprise et la légère excitation qui naît chez elle, par le biais de son corps. Ses yeux s'agrandissent, son cœur palpite doucement, et ses pensées se mélangent. Une personne venant de Kaze, qui possède des ornements similaires au collier de la rubiconde, vivant avec une horde de métamorphes... Trop de similitudes avec cette amie, pourtant perdue des années auparavant. Plus précisément, elle est celle qui s'est perdue, à ses douze ans, et qui n'a jamais revu ceux qui l'ont élevée depuis. Le reste de la description correspond un peu trop bien, mais que ferait Reikan ici, à Kiri ? Une nomade comme elle ne serait pas restée en place, si ? Hanae fait taire ses questions un léger instant, car une autre question parvient à ses oreilles, et dans ce moment de doutes, elle y répond sans trop réfléchir.

"J'ai rencontré quelqu'un, il y a quelques années, qui m'a recommandé de venir dans ce pays. J'y ai trouvé de puissants amis, et j'y ai également fait quelques rencontres assez intéressantes."

La Sendai laisse ce sujet de côté, puis vient s'assoir, alors que ses maux s'estompent presque totalement. Elle est guérie, et comme prévu, va pouvoir partir en direction de Kaminari, mais avant cela, elle doit mettre fin à ses doutes. Cependant, même en le faisant, cela n'annulera pas nécessairement son voyage retour, et elle devra bien réfléchir à la suite. Après tout, c'est sa faute si tout cela est arrivé, sept années auparavant.

"Je vous remercie pour vos soins, et je préfèrerais ne pas abuser de votre temps, mais j'ai une question et je ne vais pas prendre quatre chemins. La personne dont vous parliez un peu plus tôt, s'appelle-t-elle Reikan ?"

Si ce n'est pas elle, alors la sauvage passera pour une folle, ou une idiote, mais si c'est le cas...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Sam 28 Sep 2019 - 18:12
Aditya laissa le poignet de la jeune femme glisser d’entre l’étau doucereux de ses doigts tandis qu’elle se redressait, visiblement exemptée de tout maux. Son chakra cessa de se diffuser dans son corps de la même manière, rompant le mudra de sa technique ; quant au sceau sur sa hanche, il ne tarda pas à se désagréger à l’image d’une pluie arctique sous les rayons chaleureux du soleil. Pour autant, son regard ne se fit pas moins perçant. Au contraire, il détailla chacun de ses mouvements à la recherche d’un quelconque mal, d’un vacillement pouvant trahir un défaut de santé qu’il n’aurait pas remarqué jusqu’alors. Mais il n’en fut rien. Elle semblait tout à fait apte à reprendre la route ; peut-être lui faudrait-il quelques heures, voir quelques jours pour faire oublier à son corps ces réflexes instinctifs lorsque l’on subit une blessure – vouloir apaiser la zone touchée, lui éviter tout geste inutile – tout au plus. Alors l’ascèse l’imita, se relevant du tabouret de liège où il était demeuré assis et laissa s’échapper un frêle soupir de soulagement. Et lorsque ses yeux rencontrèrent à nouveau les rubis ardent dansant sous ses paupières, ils furent à leur tour teintés d’un étonnement léger ; aurait-il dit quoi que ce soit qui l’eut troublé, si l’on s’en tenait au mélange de stupeur et d’impatience qui se frayait un chemin dans son regard ?

Pendant quelques secondes, elle sembla juger le pour et le contre de ses paroles sans ne lui donner aucun indice sur les raisons de son changement d’humeur – et durant ce temps-là, Aditya demeura d’un zèle palpable, indifférent. Même lorsque l’amusement s’imposa sur les traits de l’écarlate et qu’il ne se mue en une euphorie refrénée. Il prêta une oreille attentive à ses dires, relatant ses moments passés au sein du pays de l’Eau, bien que brefs tandis qu’elle reprenait place sur les draps accueillants prodigués par l’Hôpital Général. Ou tout du moins… jusqu’à ce qu’un nom singulier ne résonne dans ses oreilles, un nom auquel sa plus proche confidente répondait, encore aujourd’hui. L’éclair d’une surprise sincère s’intrigua dans ses iris avant qu’un rire sourd ne fende la barrière érigée par ses lèvres. Évidemment.

« Alors vous la connaissez. J’avais le sentiment que vous n’étiez pas étrangère à son caractère… mais on dirait bien que mes doutes se sont envolés – pour ce qui est des soins, ne vous inquiétez pas. »

Pendant quelques temps, l’enfant du bois n’ajouta rien, jugeant l’expression de la jeune femme d’un œil perçant. S’il ne souhaitait pas la questionner sur les raisons de leur rencontre, ou la nature du lien qu’elle entretenait avec la métamorphe par respect et pudeur pour son intimité… il se demandait toutefois s’il se devait de lui indiquer l’emplacement de sa « tanière » ; peut-être serait-ce même l'instigation de retrouvailles longuement attendues. Nul n’était à l’abri de règlements de compte, ou d’un espion souhaitant attenter à la vie d’un des Héros de Mizu. Et pourtant, aucun doute n’éveillait l’instinct du blond lorsqu’il adressait un regard Hanae. Bien au contraire, la pulpe de ses doigts se mouvait à intervalle régulière sur l’ambre de ce magatama, dans un geste empreint de tendresse, et peut-être d'un voile de mélancolie. Un bijou qu'elle avait elle-même dénommé comme étant l'un de ses plus précieux trésor, et dans chacune de ses paroles, Aditya avait pu déceler le poids d'une profonde reconnaissance envers sa détentrice originale.

Un nouveau soupir fendit le silence, tandis que ses bras vinrent se croiser sur son buste. Pour l'heure, il accorderait sa confiance à l'écarlate, tout comme elle le lui avait accordé pour parvenir à soigner sa blessure.

« Si d'aventure vous voudriez la retrouver, elle demeure dans une bâtisse au Nord du village, au-delà du Temple Seidou et du domaine du clan Yuki. Vous n'aurez nul mal à trouver ces deux lieux, si vous accordez quelques mots aux passants. », après avoir laissé un sourire sincère s'installer sur son visage, il poursuivit. « Et si d'aventure elle vous demande d’où vous tenez cette information, dites-lui que vous venez de la part d’Aditya. »

L'une de ses mains quitta la niche de ses bras pour venir se déposer sur la porte adjacente, l'entrouvrant suffisamment pour que deux silhouettes s'y engouffrent, lorsque leur discussion se terminera. Dans un dernier souffle, succédant celui où il lui avait confié son nom, l'ascèse lui intima quelques dernières paroles.

« Si vous ressentez de nouvelles complications, n’hésitez pas à revenir ici. Certains de mes collègues peuvent être un peu gauches, bien que ce ne soit pas par méchanceté. Quoi qu'il en soit, vous êtes libre de partir si vous le désirez ; bien que je n'ai rien contre le fait de répondre à plus de vos interrogations si vous le souhaitez. Peut-être nous recroiserons-nous, à l’occasion. », finit-il tandis que deux brins d'or vinrent rejoindre les lignes de son visage, toujours mué par un sourire humble.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese https://www.ascentofshinobi.com/u1469
Sendai Hanae
Sendai Hanae

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya] Empty
Dim 13 Oct 2019 - 12:32
Hanae a encore du mal à réaliser ce qu'elle vient d'apprendre. Beaucoup de personnes, dans une situation similaire, sauteraient de joie. Elle-même le ferait, en temps normal. Mais pas aujourd'hui. Elle sourit, bien entendu, elle est heureuse de savoir que sa féline préférée a survécu durant toutes ces années, et elle se demande à quel point elle est devenue forte, et belle. Mais trop de choses se sont passées, et elle ne peut regarder le passé sans voir ce qu'il y a eu depuis leur séparation. Alors la jeune femme ne fait que montrer sa joie, de manière assez discrète, assez timorée. L'homme donne enfin son nom, ce qui représente aux yeux de l'écarlate une preuve de confiance, sans quoi il l'aurait dit bien avant. La rubiconde enregistre avec beaucoup de sérieux les informations sur le lieu où réside la brune, tout en commençant à se demander si elle doit aller la voir maintenant. Leurs retrouvailles sont une chose dont elle n'a jamais osé rêver, et pourtant, sans parler de ses réticences, dues à certains événements plutôt humiliants qu'elle a subis, il reste aussi Kumo. Son voyage devait, à l'origine, n'être qu'un aller-retour. Néanmoins, si la sauvage rencontre Reikan, ici, à Kiri, elle pourrait ne plus vouloir en revenir.

"Merci de ces informations, et merci pour tout, vous êtes un homme et pourtant je peine à ressentir de l'appréhension à votre contact, et aucun dégoût ne me vient. Je ne sais l'expliquer, mais j'aime me fier à mon instinct, et il me dit que Reikan est en sécurité avec un ami tel que vous."

La Sendai n'est pas du genre à étaler sa vie privée ou son passé, surtout pas à des inconnus, et encore moins à des hommes, mais comme souvent, elle parle sans filtres, et rien ne lui a indiqué devoir retenir ses mots cette fois-ci. Elle le suit jusqu'à la porte, et écoute ses recommandations avec attention, avant de glisser quelques derniers mots.

"Je ne peux vous assurer que je rencontrerai Reikan, car des choses importantes m'attendent à Kumo. J'estime que la vie des innocents des nuages passent avant mes envies les plus chères. Néanmoins, je compte sur vous, Aditya, pour vous assurer que ma chère amie sera encore là quand je voudrai la retrouver. Enfin, vous n'avez aucun compte à me rendre..."

Et sans rajouter un mot, elle quitte les lieux. Continuer de parler avec le blond ne l'aurait pas dérangée, pourtant, elle a beaucoup à réfléchir. Son départ devrait se faire rapidement, cependant, la flamboyante ne peut se résoudre à ignorer la présence de la tigresse blanche et tourner les talons de la sorte. En d'autres mots, elle ne sait que faire...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

L'écarlate et le flavescent [PV Aditya]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orage d'été — ft. Aditya
» De Zéro à Irou | Aditya
» Patpat [Aditya]
» Van Hellsing [Aditya]
» De defectu membrorum [Aditya]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: