Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ?

Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Mer 30 Mar 2022 - 17:52
Juste une intoxication alimentaire ?
Un patient est à l'hôpital depuis plusieurs jours. Au début, le corps médical pensait qu'il avait une intoxication alimentaire mais son mal ne disparait pas. Il est incapable d'ingurgiter le moindre aliment et son état ne fait que se détériorer. Il est certainement victime d'un empoisonnement. Il faut avant tout réussir à le soigner avant de trouver l'origine de la toxine. Rien ne laisse penser qu'il ait été empoisonné volontairement, vous feriez mieux de chercher du coté de son logement. Apparemment, il vit dans un quartier pauvre dont certaines habitations sont insalubres.

Interroger le corps médical
Diagnostiquer le patient et le soigner
Découvrir l'origine du poison
Faites un rapport



Voilà plusieurs jours déjà que mon stage médical avait débuté. J’étudiais des journées durant aux côtés des Eisenins du village afin de comprendre le fonctionnement des techniques de concentration de Chakra. Ces dernières, appliquée avec la nature spécifique de l’Iroujutsu qu’il fallait parvenir à matérialiser, permettait divers effets sur le corps, que ce soit sur soi ou sur les autres. Un taux de concentration suffisant permettait ainsi d’utiliser le Chakra pour refermer les plaies et à plus haut niveau, ressouder les os ou encore réparer les tissus musculaires. Les plus puissantes techniques de ce type permettaient même de réparer des organes vitaux. L’application permettait également de venir réaliser des entailles internes dans le corps humain, trancher la chair mais aussi provoquer une montée en puissance des tissus musculaires en les gonflant de Chakra, ce qui était bien différent des Portes Célestes qui se contentaient d’ôter les limites à ce qui était déjà présent.

La dernière capacité et probablement celle qui allait être la plus utile aujourd’hui était l’extraction du poison d’un corps humain. Je n’avais pas encore eu de démonstration à ce sujet durant mon stage à l’hôpital mais l’on m’avait aujourd’hui attribué sur une tâche de ce type. Je devais prendre attache avec une autre Genin, experte en poison, afin d’identifier et de soigner un homme souffrant apparemment d’un empoisonnement. C’était du moins, les seules informations que j’avais à ma disposition jusqu’ici.

A l’intérieur de l’hôpital, j’étais hors de mes tenues habituelles. Je faisais un peu plus attention à ma tenue. Je portais aujourd’hui un justaucorps bleu foncé, aux couleurs de Kiri qui venait couvrir jusqu’à mes poignets. En bas, un short shinobi dissimulait mes cuisses et contenait de nombreuses poches avec des outils de Ninja-Médecin qui pouvaient m’être utile durant mon stage. J’avais également mes cheveux attachés en chignon tenu par des baguettes. N’importe qui me fréquentant à l’extérieur aurait eu du mal à me reconnaître dans cette tenue.

Mais c’était aussi pour moi l’occasion d’entrer dans la peau d’un autre personnage, plus sérieux, plus concentré. Moins bagarreur, j’endossais le rôle de l’étudiante en médecine Ninja. Un nouveau retour à la case départ. C’était une situation qui m’avait provoqué beaucoup d’inconfort au début, mais j’avais appris à mettre ma fierté de côté et accepter cette situation en voyant le bénéfice de l’apprentissage. Même si j’avais surtout vu les techniques dans le détail jusqu’ici plutôt qu’améliorer mes compétences de Shinobis et notamment la concentration de Chakra qui me faisait tant défaut, je ressortais chaque jour avec le cerveau remplis de nouvelles choses apprises.

Je parcourais les couloirs de l’hôpital détenu par le Clan Kaguya et je passais devant l’aile des Vétérans que j’avais inaugurée il y a peu avec Haku, l’assimilatrice Fûton qui ne savait pas écrire. Je pouvais voir qu’elle était désormais en pleine activité, c’était agréable de voir les effets de ses propres actions dans le village. Un Ninja blasé dirait que si cela n’avait pas été moi, un autre l’aurait fait. Je préfère me dire que c’est là ma patte apportée à l’édifice de Kiri.

Je finissais par entrer dans l’aile des arts Ninjas et plus précisément celle des empoisonnements. L’ambiance et la structure des salles était ici bien différente. Cela ressemblait bien plus à une aile d’analyse qu’à un hôpital. Je saluais les Eisenins présent, échangeait quelques brèves banalités avant de passer la porte de la chambre où je devais prendre contact avec l’experte en poison. J’étais légèrement en retard et j’espérais qu’elle n’avait pas commencé sans moi.

« Bonjour, je suis Anaï Eyana, Genin et stagiaire à l’hôpital Ninja en Iroujutsu, à votre disposition. »

Je rentrais en coup de vent dans la pièce pour venir saluer ma partenaire de mission du jour. J’étais vive dans mes mouvements et allaient rapidement me pencher au niveau de notre patient du jour. Dans l’attente de ce que ma partenaire aurait à me dire.


Dernière édition par Anaï Eyana le Ven 1 Avr 2022 - 7:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Mer 30 Mar 2022 - 21:30
C’est un ninja qui m’a réveillé, à l’aube.
D’ordinaire, je sors de mes couvertures tard le matin, en particulier lors de mes jours de pause. Mais aujourd’hui, on est venu toquer à ma porte à propos d’un empoisonnement. Sans vouloir être faible : je ne suis pas la meilleure empoisonneuse de Kiri, je suis une débutante qui a eu la chance de naître avec le bon pouvoir héréditaire. Est-ce que j’ai une longueur d’avance sur les autres ? Oui, je suis née ainsi. Est-ce que cette avance est un fossé infranchissable ? Non. Le talent à haut niveau est soutenu par tout un échafaudage de travail. Je suis encore loin de tout connaître, aussi bien dans la théorie que la pratique.
Alors, quand on me traîne à l’hôpital alors que j’ai encore les traces de drap sur le visage, pour m’expliquer qu’il y a des gens qui ont besoin de mon expertise, je pince un peu des lèvres. J’imagine qu’à défaut d’être une ninja d’excellence, j’ai testé assez de techniques et ricané avec suffisamment de shinobi pour que l’un d’eux se souvienne de moi. De petite kunoichi anonyme à experte des poisons, il n’y a qu’un pas il semblerait.
De fait, quand on m’amène devant un type qui est victime d’un très violent empoisonnement alimentaire, pour ne pas dire empoisonnement tout court, j’ai un pincement de lèvres.

« C’est flatteur, je suis flattée, mais…
-On est un peu débordé, on t’envoie une stagiaire. » M’annonce un toubib. « Si tu pouvais t’en occuper, ça nous arrangerait bien. » Il me fait comprendre d’un regard que même si je refuse, personne d’autre ne viendra avant un moment.
« Je vais voir ce que je peux faire. »

Quelques instants plus tard, je suis seule dans la pièce avec un malade, incapable de manger, crevé de fièvre et affaibli par plusieurs jours sans s’alimenter. Autant dire que c’est une bonne journée qui s’annonce, en particulier s’il faut déceler un empoisonnement accidentel. J’allais commencer que c’est un tourbillon de tatouages, de cheveux noirs et de charisme qui se présente à moi.
Une certaine Anaï Eyana, genin et stagiaire à l’hôpital.
J’ai un hochement de tête respectueux, surpris de la voir arriver aussi vite.

« Enchantée, je m’appelle Mikami Fuso, genin et empoisonneuse du dimanche. Experte en poison aussi, faut croire. » Je lui présente le patient qui est endormi. « Il s’appelle Hisao. Il est arrivé il y a deux jours pour une intoxication alimentaire, mais ça fièvre reste haute et il est incapable de manger quoique ce soit. Les médecins soupçonnent un empoisonnement involontaire. » Je fais le tour du lit pour lui tendre le papier rempli par les médecins, tous les détails sont dessus. Je reprends, d’une voix plus détendue, « on peut se tutoyer, nous devons avoir le même âge. » J’ai un coup d’œil vers elle : sans vouloir être offensante, elle jure un peu avec le cadre, mais moi aussi avec mes traces de draps sur le visage. « Je ne suis pas médecin de carrière, d’habitude, je manipule les poisons plutôt que les antidotes. Néanmoins, pendant qu’on traite le patient, je peux essayer de t’expliquer en détail le raisonnement derrière nos actions. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Ven 1 Avr 2022 - 7:52
Je ne l’avais définitivement jamais croisé celle-là. Elle n’avait pas vraiment l’air d’être de l’hôpital. Pas plus que moi en fait. Merde, on était donc entre deux galériennes des soins pour s’occuper d’un type empoisonné. Je ne voyais pas vraiment comment mon talent naturel à casser des gueules allait être utile ici.

Eyana : « Ok ok… Mikami Fuso. Fais-moi voir ce rapport… »

Je zieutais le diagnostique des médecins. Que des civils, aucun Eisenin ne s’était penché sur l’affaire, ce qui semblait être plutôt logique. Sinon, nous ne serions tout simplement pas là. En réalité, le rapport était plus une affaire de présentation de symptôme de ce cher Hisao que réellement une expertise médicale. Je redressais mon regard vers l’Empoisonneuse et lui glisser quelques mots.

Eyana : « Bon, avant qu’on se colle à le trifouiller et essayer de voir les causes de tout cela, on va essayer de voir si l’infirmière en charge peut nous en dire plus. Je sens qu’on est entre expert, donc on va éviter les conneries. »

Comme pour accompagner mon geste, je sortais la tête de la chambre et appelait la première soignante que je croisais en agitant mon brassard qui me valait le mérite d’être au moins écouté et sollicitait donc la femme en charge des soins de notre empoisonné.

Une sorte de monstre de gras bien enrobé, la quarantaine, de l’acné, des cheveux gras, bref dans un pire état que le type collait au lit rentrait quinze minutes plus tard dans la chambre. Des tâches de gras et de sang venait imbiber sa blouse d’infirmière et sa démarche n’avait pour ainsi dire… Rien de Shinobi.

Infirmière : « Ouais c’est pour quoi ? Il s’est pas r’veillé encore s’ti là ? »

Elle s’approchait, comme Maîtresse des lieux du pauvre Hisao qui devait subir ses attouchements répétés. Elle jetait un œil à ses constantes, palpait vite fait ses poignets, sa gorge et son visage.

Infirmière : « Bah, l’est encore en vie l’tio. »

Je raclais un peu ma gorge pour attirer son attention et surtout obtenir des réponses, ce qui était littéralement ce pourquoi je l’avais fait venir.

Eyana : « Bonjour Madame, je suis la Genin Anaï Eyana, en charge de l’enquête concernant l’empoisonnement de cet homme. Avez-vous déjà eu des cas similaires dans l’hôpital ? Savez vous de quel poison il s’agit ? Avez-vous déjà des résultats ou des enquêtes qui étaient liées ? »

La grosse infirmière prenait un air étonné et haussait les épaules, comme si j’étais complètement ridicule.

Infirmière : « Hein quoa ? Pff un poison ? Ha, l’est bonne celle-là. L’a juste du manger une tourt’ pas fraiche moi j’te dis. On l’laisse au lit et pis on voit s’il crev’ pas. Donc non et non et non hé. »

Je soupirais, comprenant rapidement pourquoi les Kaguyas se plaignait souvent d’une partie du personnel civil de l’hôpital. Ceux que j’avais eu l’occasion de croiser avait toujours été plutôt coopérant et utile. Celle-là avait au moins le mérite de répondre aux questions à défaut d’avoir des manières.

Eyana : « Bien merci. »

Je la regardais me fixer un peu penaude, comme si j’attendais quelque chose moi-même.

Eyana : « Vous pouvez prendre congé, merci. »

Elle tournait alors les talons en râlant un peu jusqu’à quitter la pièce et s’enfoncer dans les couloirs.

Infirmière : « D’rien, la prochaine, appelez quand vous avez vr’ment b’soin, j’ai du travail moi. »

Je me retournais alors vers Fuso et me penchais en direction du patient pour écouter ses explications. Comme si tout ce qui venait de se passer n’était absolument jamais arrivé.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Ven 1 Avr 2022 - 18:39
L’échange est surréaliste. Rien ne va.
L’infirmière en cheffe qui est une gueuse obèse, admet ouvertement que le malade n’est pas vraiment pris en charge, la stagiaire qui est aussi larguée que moi, la parenthèse qui est refermée aussi vite qu’elle n’a été ouverte. J’hoche la tête d’un air approbateur, encore en train de digérer ce qui vient d’arriver, alors qu’Eyana me propose de commencer.
Oui, définitivement, c’est une bonne idée : commençons avant que je ne perde le fil de la réalité, j’ai déjà eu ma dose de drôleries pour la journée. Je m’attarde sur le matériel médical dans la pièce, puis sur le patient en lui-même, je commence à réfléchir à voix haute, de sorte qu’Eyana puisse suivre mon raisonnement.

« Il est incapable de manger et est inconscient. Ce n’est pas du venin, ni un produit chimique qui a pu faire ça, il aurait des traces sur le corps ou il serait dans un pire état. » Je me gratte la tête, « cela réduit drastiquement le champ des possibles. Je suis bien incapable de faire une saignée ou une auscultation, si tu veux t’y essayer, libre à toi. Je pense qu’il s’est empoisonné par accident : c’est un indigent des quartiers pauvres de la ville, il doit avoir consommé un aliment toxique. Des champignons, une bête avec du poison qu’il a mal cuit. Cela me semble le plus probable. S’il n’est pas mort, c’est que son corps est en train de se débarrasser du poison, mais il serait plus sûr de lui donner quelque chose pour faire baisser sa fièvre et d’envoyer un infirmier s’occuper de lui. » Je pince les lèvres. « La plupart des champignons vénéneux provoquent des réactions violentes, l’estomac se tord dans tous les sens pour les évacuer au plus vite et la fièvre monte. C’est très spectaculaire, mais assez peu dangereux normalement. »

Néanmoins, j’ai un doute sur la façon de procéder : si ma comparse veut aller inspecter la maison de notre patient, nous pouvons y aller. Sinon, on le traite directement et on va voir plus tard de quoi il retourne.

Toutefois, j’ai ma petite idée de la chose.

« Nous devrions voir du côté de sa baraque, nous aurons sans doutes des réponses à nos questions. En visitant sa piaule, nous saurons directement s’il s’est intoxiqué ou si on l’y a aidé, puisque cela semble être la grande crainte de certains. De plus, on verra s’il y a d’autres saletés qui traînent dans les pires coins de Kiri. Ça sera utile aux autres médecins s’ils ont d’autres patients de ce type. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Ven 1 Avr 2022 - 19:16
Elle venait me confirmer qu’elle était autant à la ramasse que je pouvais l’être. Tant mieux dans un sens, ça allait être une mission régie par l’article 22 du code des Ninjas de Kiri : Démerdes toi comme tu peux.


Eyana : « Hum… Donc tu n’es pas vraiment capable de le soigner. Soit, je dois pouvoir essayer de m’en occuper mais je doute que ça soit parfait et surtout applicable à un réel poison. »

Du moins c’était la seule technique que je me voyais capable de faire. Je n’étais pas du tout formée en tant que tel aux techniques Eisenin, j’étais même uniquement en observation. J’avais vu faire, je saurais dire quelles techniques appliquer et quand. Mais les faire moi-même ? C’était à des lieux de mes capacités. Je n’avais même pas les dispositions simples en matière de contrôle de Chakra à la maîtrise des techniques elles-mêmes.

Eyana : « Après en ce qui concerne les symptômes, je n’ai pas la capacité de livrer ton analyse. Je me suis principalement intéressée au fait d’être capable de les extraire pour les analyser. Enfin capable, tu vas voir, ça fonctionne mais ce n’est pas vraiment moi qui le fais. »

Avant de dérouler le tapi, je venais tout de même l’ausculter. Essayer d’évaluer son état de santé. A défaut d’être utile, cela me faisait au moins une expérience. La piste de la bonne grosse intoxication alimentaire était possible, j’avais quelques sombres souvenirs de sushis où j’avais fini dans un sale état pendant une journée. Mais là, on dirait carrément qu’il est sur le point de mourir à tout instant. C’était quand même bien violent.

Une fois l’inspection finie, je sortais un petit rouleau et le dépliait sur une des surfaces métalliques proche du lit. Il était parfaitement vierge, du moins pour le moment.

Je réalisais une série de mudras et posait ma main sur le parchemin tout en prenant plusieurs secondes de concentration. Un sceau vint se dessiner au bout de mes doigts petit à petit alors que de légères lames de chakra émanait de ces derniers. Le sceau venait inscrire le mot « Extraction » sur le parchemin.

Une fois la concentration terminée, je réalisais ensuite le Mudra du Tigre en posant le sceau sur l’eau et assez rapidement, une énergie verte pouvait être vue entrain d’être extraite de son corps et venait s’enfermer dans le sceau précédemment réalisé.

Eyana : « Ce n’est pas parfait, mais cela devrait permettre d’analyser un échantillon en laboratoire. Ou l’analyser toi-même si tu en es capable ? Sinon, remettons le rouleau au service d’analyse et menons l’enquête sur l’origine du poison. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Ven 1 Avr 2022 - 22:32
Je regarde avec une certaine admiration ma camarade déployer son rouleau avant d’utiliser ses talents de stagiaire pour créer une technique d’extraction du poison. Loin d’être simple à appliquer, j’observe en silence : c’est quand même beau la médecine ninja. Je serais bien incapable de reproduire cet exploit. Pour moi, le poison n’est qu’un moyen d’arriver à mes fins, un outil comme un autre, mais elle comprend mieux que moi comment le soigner. Je sais détruire quand elle sait rétablir.
Alors qu’elle m’explique sa compréhension toute relative du poison et les symptômes.

« Ne t’en fais pas, je suis une débutante aussi. En attendant d’être un jour apte à enseigner le dokuton, je suis une simple genin qui fait tousser ses coéquipiers. » Quant à la nature du poison, « c’était un truc huileux, qui ne se mélangeait pas à l’eau de ton orbe, couleur verte, texte dense, pâteuse. L’extraction s’est faite à hauteur du foie, logiquement le poison s’y trouvait, de fait je pencherais pour le champignon vénéneux. Ce n’est pas les reins qui ont été attaqué, ni les poumons ou l’estomac, de fait, je penche pour l’empoisonnement accidentel, quelque chose à action lente, que le corps met longtemps à éliminer. Cela justifierait qu’il est au lit depuis plusieurs jours avec les mêmes symptômes. »

Mais, si nous avons identifié le problème « champignon », cela nous fait bon dos : il y a de nombreuses espèces de champignons qui sont capable de clouer un homme au lit. Tu parles d’un progrès.

« Avec quelques analyses et en lisant les registres de mycologie de l’hôpital, nous devrions pouvoir trouver la nature exact du produit qui l’a rendu malade. Je ne saurais analyser plus loin le rouleau, je suggère de le laisser au labo et d’aller inspecter sa maison. » Ce qui nous laisse soin de marcher un petit peu, alors que très vite, nous quittons l’hôpital pour marcher un peu dans Kiri et aller voir chez lui.

C’est toujours une atmosphère étrange que de marcher aux aurores dans le village : on voit les gens de la nuit disparaître chez eux, de lourds cernes sous les yeux. Au contraire, les gens du jour se lèvent, installent leurs étalages, profite des premiers rayons de soleil, la vie se recale sur un rythme normal, diurne.

« Alors ? L’expérience hospitalière ? J’ai cru comprendre qu’on était toutes les deux portées sur la destruction plutôt que la guérison. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Sam 2 Avr 2022 - 7:07
Je comprends assez vite que ma camarade allait me servir uniquement d'un point de vue analyse et supposition. Elle n'était pas du tout en compétence de m'assister sur le plan curatif et moi non plus. Ce qu'elle avait vu n'était qu'un sceau faisant plus appel à du Fuinjutsu qu'à de l'Iroujutsu. Un petit tour de passe passe en réalité car il ne soignait rien et extrayait uniquement.

Après un détour au laboratoire où je déposais le rouleau avec un bon de commande d'analyse prioritaire, nous quittions l'hôpital. Nous partions pour nous rendre au domicile de la victime afin de voir l'origine de toute cette histoire. L'adresse était dans ce que nous pouvions appeler les quartiers défavorisés de la ville. C'était l'endroit que l'on appelé les Bas-Quartiers. Ce n'était pas un lieu qui craignait réellement d'apparence. La journée les rues étaient d'ailleurs calme avec peu d'oisifs et un aspect désert qui ajoutait au climat désolant avec des ensembles de logement à bas prix qui était de piètre qualité.

Sur la route, ma camarade de mission me questionnait sur mon stage. Je lui répondais assez naturellement pour qu'elle constate un peu mieux où j'en étais dans ma "formation".

Eyana : « Oh eh bien c'est de la découverte uniquement tu sais. On me montre les techniques et les manipulations effectuées. Je m'intéresse surtout à l'aspect soin et cellulaire plus qu'à l'aspect hôpital et chirurgie. Mon but est d'être capable d'appliquer l'art médical en combat ou peu après. Si je le peux, par le biais de Fûinjutsu appliqués sur mon corps. »

Je lui montrais à ce moment l'ensemble des tatouages présents sur moi en dessous de ma tenue qui était de parfaits vecteurs de techniques Ninja.

Eyana : « Je suis une utilisatrice des Portes Célestes avec cela, j'espère pouvoir augmenter mon endurance sur le terrain voir même complètement compenser mes contre coups. Ce n'est en réalité que des pistes expérimentales et je ne suis pas sûre de réellement m'engager dans cette voie. Mais l'Iroujutsu a d'autres applications intéressantes au niveau cellulaires qui peuvent être intéressantes et l'extraction de poison comme on l'a vu tout à l'heure en est une. Un vrai Eisenin aurait d'aileurs pu soigner notre homme directement. Agir au plan cellulaire est la compétence qui me manque. »

Je marquais une brève pause alors que nous arrivions sur place pour la suite de la mission.

Eyana : « Et sans se mentir, c'est cette capacité qui requiert des mois d'entraînements »

Je vérifiais mon bout de papier avec l'adresse de notre empoisonné et me retrouvais face à une petite maison de quartier miteuse sans jardin. Pas très grande, s'il y avait trois pièces là dedans ça devait être bien. Mais au moins, ce n'était pas un appartement.

Eyana : « Bon nous y voilà. Avec le papier d'autorisation d'entrée dans le domicile pour y mener les investigations nécessaires. Je t'en prie, à toi l'honneur. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Sam 2 Avr 2022 - 13:32
Bosser au niveau cellulaire, bordel.
Déjà que je suis bien incapable de travailler au plan individuel quand j’utilise des gaz de combat, alors agir à l’échelle cellulaire d’un type, cela me semble à des années de ce que je pourrais faire logiquement. Néanmoins, je note scrupuleusement dans mon esprit que c’est une utilisatrice des portes célestes : quand elle voit rouge, elle doit enfoncer des côtes et fracturer des crânes d’un seul coup de poing. Indéniablement, je pourrais apprendre beaucoup d’elles d’un point de vue physique.
J’ai un « oh » de surprise en l’entendant mentionner ce détail.

« C’est rare de voir quelqu’un capable d’ouvrir les portes célestes. En fait, tu es la première personne que je rencontre qui en est capable. Ce n’est pas trop intense ? J’ai souvent entendu qu’on finissait avec des séquelles ou casser à l’âge de quarante ans. » J’écoute attentivement le retour de mon interlocutrice.

Ensuite, j’élabore un peu plus sur ma spécialité, le dokuton, tout en m’occupant d’ouvrir la porte. Je tire mon kit de serrurerie et commence à jouer avec la porte qui est fermée à clef. Essayons de faire ça proprement, sans effraction. « De mon côté, je suis encore une débutante en dokuton, l’art de manipuler les poisons. C’est pour cela que j’étais un brin surprise qu’on m’appelle ce matin pour m’occuper d’un empoisonnement. Néanmoins, je dois te faire part de mon admiration technique : la médecine et les portes célestes, ce n’est pas de la tarte à maîtriser. Tu as tout mon respect pour maîtriser ces deux domaines. » Quant à moi, je continue de jouer avec la serrure. J’ai déjà deux goupilles sur six. « Je suis plutôt spécialiste des effets que le poison peut avoir et son utilisation sur le champ de bataille : c’est vite fait de se tuer avec son propre bardas quand on emploie des substances toxiques. De même, éviter de mettre en danger ses alliés en balançant des grenades à tout va, ne pas empoisonner un puits, ce genre de choses. »

La sixième goupille remonte à la bonne hauteur, je tourne la serrure.
Nous voilà à l’intérieur.
C’est une petite maison toute serrée, un peu miteuse : quelques traces de moisissures au plafond, les murs trop fins en papier de riz, le parquet qui grince. Sans être sale, elle n’est pas très propre. De même, en écartant le panneau qui mène à la cuisine salle à manger, c’est une drôle de surprise qui m’attend en regardant dans les armoires : toute sorte de produits « sauvages ». Des fines herbes, des végétaux en tout genre, des champignons, du poisson.

« C’est pas le genre de produit qu’on trouve au marché, m’est avis qu’il était fan de longues promenades dans les bois et la plage. Tu vois quelque chose qui attire ton attention ? Je pense sincèrement qu’il s’est intoxiqué avec un aliment naturellement empoisonné, vu la tête du garde mangé ça ne m’étonnerait pas qu’il ait gobé un parasite. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Sam 2 Avr 2022 - 18:54
La petite experte en poison venait me questionner sur ma propre capacité unique. Celle que beaucoup pouvaient voir comme étant quelque chose me définissant. A vrai dire, plus le temps passait et plus j’essayais de ne pas être totalement dépendant de ce pouvoir. Après deux années à l’aiguiser avec le Fûinjutsu, j’essayais de développer en particulier mon Ninjutsu afin de jouir de plusieurs cartes dans ma manche. Mais j’allais essayer de tout de même lui livrer une réponse sincère concernant les sensations.

Eyana : « C’est l’intensité à l’état pure. Un état de pure rage, pure concentration, pure exaltation. Il n’y a rien de plus enivrant et excitant que l’ouverture des Portes Célestes. Pas même une soirée alcoolisée sous une musique déchirant tes tympans ne saura te faire vivre ce que tu ressens sous les Portes Célestes. Pas même une nuit endiablée avec le meilleur des amants ne saura te faire vivre l’extase provoquée par l’effleurement du pouvoir divin. Mais tout ceci a un coût. Comme la meilleure des drogues qui vient ponctionner une partie de ton essence vitale à chaque prise. »

Juste en reparler suffisait à me donner envie de repartir m’entraîner. Je sentais mon Démon intérieur venait se lover au bas de mon estomac et légèrement me chatouiller comme pour me pousser à céder à la tentation de cette toute puissance. Mais à quoi bon ici et maintenant ?

Zushakon : « Causer la pure destruction, emporter des vies, montrer à tout ce village qui te considère de bas rang la toute puissance dont tu disposes. Tu raviveras parmi tous ces gens le terribles traumatismes du Lieutenant de l’Homme au Chapeau, l’ancien bras droit du Daimyo de l’eau. Tous se souviennent de ce Démon qui avait tenté de communier avec un Dieu. Ils te craindront, te respecterons… »

Comme dans une réponse naturelle, je coupais la parole à mon passager clandestin dont la voix résonnait uniquement dans ma tête pour susurrer une phrase à voix haute sans m’en rendre compte.

Eyana : « Et ils me tueront surtout, oui. »

Je secouais la tête, prenant conscience d’avoir dit cela tout haut. Zushakon se taisait. J’étais la seule à pouvoir l’entendre, et à vrai dire, je l’entendais même quand cela m’arrangeait bien grâce à tous les Fûinjutsu que les Moines et les Meikyû avaient mis en place sur mon corps.

J’avais à peine entendu la Mikami me parler de son don naturel et de son application. J’étais dans le vague lorsque nous pénétrâmes à l’intérieur du domicile. Je la voyais faire l’inventaire de ce qu’elle trouvait dans la maison. Visiblement notre très cher malade était surtout un herbaliste en herbe.

Eyana : « Je pense aussi qu’il s’est empoisonné avec un truc empoisonné. Je ne vois pas trop comment il aurait pu faire autrement. »

Alors que j’affichais un petit sourire malicieux, un petit craquement se fit entendre et attira mon attention. Puis un second et en tendant l’oreille, je remarquais que de nombreux petit bruit de verres et de frottement étaient audible. Vu l’origine du bruit, j’aurais dit, en dessus.

Discrètement, je faisais signe à ma comparse de se taire et l’invitait à me suivre à travers la maison jusqu’à trouver un accès par des escaliers dissimulés derrière des rideaux qui semblait mener vers une sorte de cave.

En bas, ce fut la surprise. Il devait faire au moins quarante degrés, d’ailleurs la chaleur pouvait être ressentie dès notre descente des escaliers. Dans ce qui était une sorte de cave se trouvait un laboratoire où des vapeurs étaient visible à l’œil nu. Autour d’une table, étaient à la tâche, quatre femmes en sous vêtement avec un masque leurs cachant le visage entrain de mélanger diverses substances extraites des champignons et herbes vues plus haut dans le domicile.

Restant à couvert en les observant avec Fuso, je lui glissais brièvement.

Eyana : « Putain, c’est quoi ça ? Et pourquoi est-ce qu’elles sont toutes à moitié à poil ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Sam 2 Avr 2022 - 23:10
Je note que si Eyana est passionnée par les portes célestes, elle a pas mal de recul à leur sujet : en effet, j’ai entendu dire qu’elles peuvent tuer au long terme, voir au court terme si on ouvre tout. Mais c’est bien une surprise que de l’entendre d’une de ses praticienne : souvent on essaie de minimiser les aspects négatifs de sa spécialité. C’est comme moi et la défense : avec le dokuton, je n’ai quasiment aucune façon de me prémunir, si ce n’est d’obstruer le champ de vision et de pénaliser la capacité à attaquer des autres. De fait, je suis esclave de ma capacité à attaquer rapidement si je veux pouvoir me défendre.
Je rougis quand elle me fait remarquer que oui, on s’empoisonne à cause du poison. J’ai un hochement de tête ironique, plein d’autodérision : déformation professionnelle évidente, bientôt je vais demander des aliments toxiques au restau.
Mais c’est un bruit plus étrange, plus inquiétant et moins naturel qui attire notre attention. Un craquement sous nos pieds, des bruits de verre, comme s’il y avait une activité humaine sous la maison. En silence, ma camarade me fait signe de la suivre et je me mets à marcher sur la pointe des pieds à sa suite, heureuse que mes années d’entraînement à la furtivité servent à quelque chose.
J’observe ma comparse passer sa main contre le mur en quête d’un mécanisme caché, avant de trouver une entrée cachée derrière un rideau. On s’y faufile et petit à petit, l’ambiance se fait plus étouffante, plus lourde, le choc de température m’arrache une grimace d’inconfort tant il fait chaud. On descend plus profond dans les souterrains avant de tomber sur un laboratoire clandestin, avec des émanations d’alchimie autour de nous.
Lorsque ma comparse me demande de quoi il s’agit, je jette un dernier coup d’œil aux quatre préparatrices avant de lui répondre, bien cachée.

« Des alchimistes, elles sont à poiles pour ne pas avoir de poison sur leurs fringues, éviter les émanations suspectes en ville. » J’observe leur établi. « Probablement de la drogue coupée avec d’autres produits. L’autre se serait intoxiqué en testant sa propre came ? »

Je me rends compte d’un truc : pourquoi est-ce qu’on murmure ? Ce sont des poisons mais pas des armes mortelles.
Je gueule un coup.

« Hey ! Cessez votre activité immédiatement, police de Kiri ! Sinon on vous éclate et on vous ramène à la prison de la cité ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Dim 3 Avr 2022 - 14:04
Débarquant à l’intérieur du laboratoire de drogue en furie, prête à tout péter. Fuso énonçait les injonctions les sommant de se soumettre sous peine de sanction.

Les quatre femmes à la peau foncées qui étaient la preuve de leur provenance d’autres pays du Yuukan se regardèrent quelques instants visiblement surprises. Peut être ne comprenaient-elles pas ce que l’experte en Dokuton venait de dires ? Elles avaient des apparences étranges, de longs cheveux noirs, de fortes pommettes et le teint marron clair. En nous regardant, elle lachèrent un simple cri complètement incompréhensible.

Toutes en cœur : « Jajajajajaja ! »

Puis baragouinant des choses complètement incompréhensible, ces dernières réalisèrent des séries de mudras en se répartissant, toujours en sous vêtement dans la pièce en ricanant comme un seul et même être. La première, la plus grande, terminait ses mudras en criant :

Maria : « Colombo ! La purée de Guacamole »

Et elle vint cracher dans notre directement une immonde pate verte projetée à tout vitesse alors que la seconde lançait au même moment :

Paola : « Colombo ! La pluie de Sombrero ! »

Saisissant des sortes de couvres chefs circulaires imposant dans le fond de la pièce, elle venait les lancer sur nous à toute vitesse, ces derniers semblant aussi tranchant qu’une lame de vent. Ayant à peine le temps de réagir aux deux premières que la troisième venait se faufiler au corps à corps en choppant une bouteille avec un dessin de crâne avec un chapeau dessus et hurler avant de prendre une gorgée du liquide et de nous le projeter dessus

Luisa : « Colombo, le crachat de Tequila »

Le tout semblait plutôt tomber à nos pieds mais cela s’imbriquer au final dans la stratégie de la dernière qui faisait apparaître de sous la table du laboratoire une sorte de tunique sans manche qu’elle mettait sur ses épaules en effectuant un Mudra.

Alejandra : « Colombo ! Le Poncho dissimulateur »

Véritable Genjutsu, elle disparaissait de notre vue comme aspirée par la tenue avant de réapparaitre dans notre dos, une flamme en main et venant la projeter sur l’alcool au sol, qui venait prendre feu et nous avec. Du moins, dans son intention.

J’allais pour ma part me jeter sur le côté pour tenter d’esquiver le tout avant de répondre mais la simultanéité des attaques rendait le tout difficile à réagir. J’espérais que ma camarade puisse s’en sortir sans trop de casse face à ces trois alchimistes visiblement pleines de ressources.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Dim 3 Avr 2022 - 22:17
Il y a des moments dans la vie où on comprend ce qui se passe. Enveloppé dans une sorte d’hyper-lucidité, on perçoit chaque instant, chaque seconde, le temps se contracte, l’existence n’a plus aucun secret, le corps, l’esprit et le monde se synchronisent comme une longue pièce de théâtre jouée à la perfection.
Mais pas aujourd’hui.
Je me fais recouvrir de guacamole ninja, trop surprise pour réagir à l’attaque surprise. Encore une fois je me rends compte de ma répétition évidente, je pince les lèvres et esquive par instinct le sombrero. Pire qu’un shuriken fuma, le chapeau siffle dans l’air, tranchant un cheveu rebelle avant de se planter dans le mur de pierre derrière-nous. Quand j’entends l’annonce d’une technique katon, mon instinct combattif reprend le dessus, je sens une profonde colère à l’idée qu’on essaie de me brûler vive et si Eyana esquive, j’intercepte la technique.
Les samouraïs sont des tapettes qui ont besoin de dégainer pour faire du dégât, manque de chance pour les alchimistes du dimanche j’ai une hache et il n’y a qu’un vague tissu enroulé autour de la lame. Je frappe de toutes mes forces la kunoichi au poncho, le métal connecte avec sa mâchoire et elle tombe au sol, sonnée par l’impact. En voilà une qui va manger de la purée pour quelques temps.

Mon instinct prend le relais. « Espèce de salope ! J’t’l’avais dis ! »

J’ai rien dit du tout, pas grave.
Je donne un coup de pied rageur dans la table qui vole en direction de la cracheuse de téquila. Elle esquive avec une grâce féline avant de s’approcher de moi, prête à en découdre malgré ma hache de bataille. Qui n’est toujours pas dégainée techniquement : j’ai encore le fourreau de cuir sur la lame. De l’autre côté, c’est déjà plus habillé que ce que porte mon adversaire. J’ai un regard vers sa poitrine avant d’hausser les sourcils, un brin envieuse.
Si les hommes de son île sont aussi gâtés par la nature que les femmes, je sais où je vais me chercher un mari.

« Tu pourrais mettre un pantalon quand même ? » Elle secoue la tête.

Pourtant nous somme synchro : nous avons un coup d’œil vers nos alliés. Eyana est aux prises avec les deux autres : la lanceuse de sombrero reste à distance, lançant son grand chapeau à bord d’acier pour décapiter ma comparse. Je crois même discerner un fil d’acier qui lui permet de contrôler la trajectoire de celui-ci. La géante concentre ses pouvoirs et en entendant l’incantation, mon cœur loupe un battement.

« Colombo ! Assimilation cactus. » Elle se métamorphose.

C’est une grosse plante couverte d’épine qui se jette sur mon alliée. Difficile de boxer contre un cactus mais j’ai foi en elle pour trouver un…
Je me prends une mandale dans l’oreille, la cracheuse de téquila poursuit d’un crochet du droit qui connecte. Je recule avec les joues gonflées : elle tarte fort l’insulaire bronzée. Au lieu de parer sa prochaine attaque, je choisis d’encaisser et de lancer la mienne, une estocade à la hache qui l’envoie valser tandis que je me prends un uppercut qui m’atterrit dans l’épaule à cause mon avance.
J’ai mal un peu partout mais l’autre est par terre. Je cours vers elle et prend mon plus beau swing de hache pour l’assommer du plat de la lame. Maintenant, au tour des deux autres.

« Eyana, j’arrive ! »

Mais avant que je ne puisse la rejoindre, il y a un mouvement au centre de la pièce. Dans le gros chaudron de la salle d’alchimie, une sorte de créature qui en émerge et très vite, je vois un sombrero émergé de la marmite de chili. Sort du chili con carne un squelette avec un immense sombrero et un grand poncho, sur son visage osseux, vide d’expression, c’est une imposante moustache qui domine la pièce.

C’est un genjutsu hein ? je suis en train de devenir folle. J’ai un cri vers ma camarade.

« Eyana ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Lun 4 Avr 2022 - 6:38
Tout était très vite partie à vau-l’eau. Bondissant sur le côté sur une vitesse et une distance uniquement possible pour une spécialiste en Taijutsu, je parvenais à esquiver le gros de l’assaut alors que Fuso prenait du Guacamole plein la face.

J’étais cependant prise d’énervement face au Genjutsu du rire de ces basanés. Un rire absolument insupportable et rauque qui venait m’agacer dans le plus profond de mon esprit. Peut-être était-ce réel ? Mais alors que je me jette sur celle qui a recouvert ma partenaire en vert. Je vois qu’elle se transforme en un énorme Cactus à pointe. Une assimilation en Cactus ? Je crois complètement perdre les pédales dans cette situation.

Mais le duel est lancé et de nouveau, je fais un bond en arrière à cinq mètres de distance en comprenant que ce défi ne saura pas être résolu par une simple confrontation de Taijutsu. Mais bien par l’expression la plus ultime de notre rapidité à l’exécution des Ninjutsu.

Maria l’assimilatrice Cactus fait apparaître un sombrero sur sa tête et prépare à ce que ses épines viennent me transpercer. A cinq mètres d’elle, je sais que c’est uniquement ici une affaire de réflexe. Je pars avec un désavantage majeur, celui de devoir faire des mudras.

Le vent souffle dans la cave alors que ma mèche devant se balade sur le côté sous la tension de la scène alors que nous sommes l’une en face de l’autre, prête au Showdown. Ce n’est que lorsque la bouteille de tequila frappe le sol suite à un coup asséné par Fuso que nous sommes autorisées à dégainer.

Maria : « Assimilation Cactus ! L’acupuncture des favelas ! »

La voyant venir matérialiser les épines, je glisse en avant en réalisant ma série de Mudra.

Eyana : « Fûton ! Projectile à air comprimé ! »

Glissant sous les épines, je viens tirer trois petites balles de vents qui viennent la frapper dans le milieu du cactus. Alors que je glisse sur son côté et me redresse, elle chute et je lâche un dernier petit souffle de ma bouche pour faire disparaître la fumée. Mon adversaire abattue.

Paola : « LUISA, ALEJANDRA, MARIA ! MAMA HIJO DEL PUTA ! »

La dernière debout alors que de nouvelles menaces se profile, se matérialise alors dans un cri de rage en femme-poule. Son corps entier est alors couvert de plume noire et tel une pinata, elle se dandine à hauteur d’homme avec encore sa tête de femme. Ses sous-vêtements s’arrachant et tombant au sol sous la pression de sa cage thoracique qui grossit.

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Yasei_10
Yasei Paola – Yasei Poule

Yasei Paola : « IO SOI UNA YASERINA JAJAJAJAJA »

Et comme pour venir la couvrir, un squelette muni d’une moustache et d’un sombrero émerge alors de la marmite de Chili du fond de la pièce. Était-ce là une sombre expérience des Kaguyas ? Lâchant un petit rire insupportable au même titre que la Yasei Poule, nous fûmes de nouveau face à deux adversaires prêt à en découdre.

Yasei Paola : « Nanto à Plume : Le Huevo à la coque ! »

Nous tournant alors le dos, la Yasei Poule nous montre alors son plus beau postérieur pour venir nous tirer une trentaine d’œuf durs dans notre direction. La tromperie de la technique était de penser qu’ils étaient non cuits mais elle les avait cuits pendant 20 minutes à 100 degrés dans son intérieur pour venir tirer des projectiles durs comme du béton. Et alors que la pluie d’œufs fusaient de toute part, son petit frère squelettique venait saisir une cuillère en bois pour nous attaquer avec un nouveau jutsu tout aussi dévastateur.

El Hijo : « Colombo ! L’Abatimento dela Mama ! JAJAJAJA »

Projetant dans notre direction les entrailles même de sa mère marmite, il envoyait dans notre direction des particules de Chili dans toute la pièce, rendant toute forme d’esquive absolument impossible vu la densité de la sauce tomate cuite pendant des jours au point d’en être plus qu’une sorte de purée solide ayant fusionné avec les haricots et le maïs.

Effectuant quelques mudras, je venais rapidement ériger un mur de vent tout en hurlant en direction de Fuso le désespoir de la situation.

Eyana : « Il ne nous protégera quelques secondes !! Si tu as une solution, c’est maintenant ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Lun 4 Avr 2022 - 22:47
L’assimilatrice cactus est promptement défaite par une Eyana qui fait usage de son futon pour briser toute résistance avec des balles d’air. Presque instinctivement, je cherche son approbation du regard : il est clair qu’elle est plusieurs niveaux au-dessus de moi. J’ai un hochement de tête en la voyant triompher : tu m’étonnes qu’elle soit une pro du taijutsu, combiné les acrobaties et les mudras ce n’est pas facile.
Puis derrière-moi j’entends un gonflement, quand je me retourne c’est l’horreur, l’effroi, le poulet géant : la dernière empoisonneuse s’est transformée en une volaille démoniaque, secondée par l’effroyable squelette du chili. Ce dernier tire une énorme cuillère en bois de la marmite avant de nous lancer sa propre matrice au visage.
Je reste figée, à attendre que la mort ne vienne me cueillir, incapable de réagir face à l’horreur absolue qui se déroule devant-moi. Pourtant, elle tarde. Eyana empêche ma fin prématurée en hurlant une incantation et l’instant d’après, c’est un mur futon qui se dresse entre nous et l’orage de chili.
Elle me tire de ma torpeur en me gueulant de faire quelque chose.

« Ok, donne-moi une seconde et retiens ta respiration ! »

Je joins les mains pour former le signe du serpent, j’inspire l’air toxique, chaud, imprégné d’épices et concentre mon chakra dans mes poumons. Très vite, c’est un air froid, visqueux qui sort de ma bouche, un nuage de poivre qui enveloppe toute la cave.
De l’autre côté de la pièce, j’entends l’alchimiste hurler une nouvelle technique avant de s’interrompre, elle tousse, puis tombe au sol, les poumons en feu. Le squelette n’en fait rien mais plongé dans la brume, il ne me voit pas venir, toujours dans son chaudron, c’est un coup de hache qui lui fend le crane en deux comme une buche.
Ma colère reste haute, je gueule un bon coup.

« J’te l’avais dit ! Je te l’avais dit que j’éclaterais au sol si tu tentais de résister. Eyana, je vais avoir besoin de toi… Ah oui. » Elle n’est pas immunisée à mon nuage de poivre.

Je crois l’entendre en train de tousser dehors : j’oublie parfois que j’ai le monopole de la protection contre les nuages irritants, merci le dokuton. J’attrape une des alchimistes par les poignets et la tire vers la sortie, puis je tombe sur l’escalier. Un peu forcée, je la prends sur mes épaules et l’emmène en haut, hors du poivre.

« Trouve leur des fringues s’il te plaît, j’ai pas envie de justifier après une longue période d’inactivité pourquoi dès ma première mission j’ai arrêté une bande de naturistes fan de chili. »
Je redescends pour sortir les autres filles.

« J’ai mal au dos maintenant, » est l’unique conclusion que j’apporte à toute cette histoire quand je tire la dernière le bouillon poivré qu’est devenue la cave.

Lassée de toute cette violence, je me permets de prendre un torchon pour me débarbouiller de tout le guacamole que j’ai sur moi.

« Eyana, c’était qui ces types ? Et allons dehors, j’ai envie de me nettoyer sans en foutre partout. » J’ai un regard vers ses mains. « Tu peux me souffler de tout ce guacamole s’il te plaît ? Quand on sera dans la rue : plus simple de passer la serpillère que de nettoyer les sols et les murs. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Mer 6 Avr 2022 - 2:19
Le maintien du mur élémentaire que m'avait enseigné Misaki était bref. L'enchaînement rapide des Mudras avait permis de réagir à la situation promptement pour nous couvrir tous les deux. Mais je voyais bien que le mur ne résisterait jamais à la trentaine d'œufs sortis tout droit du cul de la poule. Qui aurait pensé qu'une Yasei Poule aurait pu être aussi redoutable ? Je redoutais d'avance la suite de ses techniques du registre Nanto à plume. D'expérience je savais qu'uniquement les pires raclures de l'espèce Ninja utilisait des techniques de type Nanto. Comment ne pas repenser à Yojuta, le premier utilisateur de Nanto que j'avais rencontré qui avait été un ennemi durant des années après notre premier affrontement contre lui avec Momonga Zhou, la carpe ombrageuse de Kiri.

En même temps Nanto ressemblait à Nato et les Nato étaient vraiment la pire chose qui existe dans le Yuukan. La simple idée du goût et de la texture me retournait les intestins d'avance et ce, malgré la tournée de Chili Con Carne que l'on prenait avec ma camarade Fuso.

Voilà que la Mikami nous sort comme solution un gaz..? Tout droit sorti du même orifice que les œufs de la poule, il est cependant assorti à une forte consommation de haricots rouges et enfume toute la pièce. Sa solution pour combattre nos ennemis étaient visiblement de les intoxiquer et cela semblait avoir marché. Ni une ni deux, nous reprenions le dessus alors que la Poule se faisait botter les fesses et que rapidement, le crâne du Squelette du Chili qui devait probablement s'appeler Alejandro se faisait fendre en deux.

L'odeur dans la pièce était insoutenable. Les intestins de Fuso étaient vraiment pourri… Ou bien était-ce le Chili ? Je perds pied avec la réalité alors que je vois la Genin commencer à traîner les préparatrices hors de la cave qu'elle avait elle-même rendue invivable.

Je vois Fuso commencer à me parler en enchaînant les allez retours. Elle a une assiette en bois dans les mois. Pourquoi moi aussi ? On tangue.. Et qu'est ce que c'est que cette bouteille de Tequila au sol ? Avons-nous subi un colombo de trop ?

Elle me parle encore, mais rapidement elle perd pied. L'odeur est terrible, les vibrations aussi. Quelles vibrations ? Elle chute et pas longtemps après, je chute aussi.

Dans le sommeil au moins, on ne sent plus les flatulences. Autant entrante que sortante.

[...]


J'émerge la première. De nouveau dans la cave des préparateurs. À côté d'une marmite de chili renversée. Un petit squelette avec le crane fendu. Les tables renversées. Une bouteille de Tequila vide et un mal de ventre à se tordre de douleurs.

Bordel, c'est une envie de vomir chaque millimètres qui compose mon intérieur. L'acide de mon estomac qui me donne la sensation de me trouer la paroi. Les intestins et les reins qui mènent une révolte en me hurlant d'aller au petit coin. Ça va fouetter. Je regarde à côté de moi, Fuso qui ronfle, le filet de bave aux lèvres et une assiette à côté d'elle.

Je me lève, maladroite, j'esquive sur la pointe des pieds les restes de Chili sur le sol en sentant que j'ai l'haleine bien pimentée. Je monte en haut histoire d'aller en toute tranquillité au petit coin.

Une fois cet épisode pas très gracieux terminé. Je redescend en bas voir ma partenaire de mission. L'odeur dans la cave était absolument infâme, je me demande comment j'ai pu passer la nuit (ou la journée) dans ces conditions. J'ai mal au crâne et une soif intense. Je pose mon regard sur un fond de bouteille de Tequila et la termine pour me rafraîchir le gosier.

« Eh, réveilles toi. Oh ! »

Je secoue du bout du pied l'experte en poison alors que mon ventre me fait de nouveau me tordre de douleurs. J'ai l'impression d'avoir de nouveau besoin de retourner au petit coin et surtout de vomir mes tripes alors que l'alcool descend dans mes entrailles.

J'suis claquée, j'ai mal au crâne, j'ai encore soif, j'ai trop mal au ventre. Bref cette visite domiciliaire était une très mauvaise expérience.

« J'ai l'bide en vrac… Et elles sont passées où les quatre filles là…? »

En effet, nous n'étions plus que toutes les deux. Avec notre ami le squelette, des restes de Chili et diverses préparations alchimiques.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Jeu 7 Avr 2022 - 23:05
Je rouvre les yeux, encore dans les vapes et avec un sévère mal de crâne, j’ai l’impression qu’il y a un type qui joue du tambour dans ma tête. J’ignore les paroles d’Eyana qui a l’air de mauvaise humeur, m’agrippe à une table et me redresse. J’essaie de faire sens des paroles de ma comparse, qui me parle de filles et se plaint d’avoir l’estomac en vrac. Forcément, ce n’est pas qu’une bouteille que nous avons consommé et manger dans un environnement comme celui-ci. J’ai un long râle d’inconfort, alors que je m’appuie à une poutre pour retrouver l’équilibre. Je me suis bavée dessus et je m’essuie les lèvres d’un revers de main, je me sens toute poisseuse : l’alcool me tape encore tout en haut.

« Les quatre filles ? Tu veux dire, les poupées de chiffon sur l’étagère ? Les quatre filles, le cactus, le poulet et le squelette à qui j’ai fendu le crâne ? » Je m’éclaircis la gorge, j’ai trop bu et j’ai trop mangé. « T’as bu autant que ça Eyana ? »

Je m’assois sur la table.

C’est le bordel : deux bouteilles de téquila, la gnole artisanale dans des bouteilles de céramique, les champignons que le type fait pousser dans sa cave. Ce n’est pas un miséreux qui s’est empoisonné par accident, c’est un drogué qui a abusé des produits qu’il cultive dans sa cave. Il suffit de voir la tête de ses champignons pour comprendre qu’ils sont du genre à faire voir des éléphants roses.

« Je ne me souviens de presque rien, si ce n’est que j’ai foutu un coup de hache au squelette à un moment. Je crois que nous avons voulu tester sa gnole, puis ça a dérapé et nous nous sommes perdues en consommations illicites. » J’ai un bâillement. « Je me sens crevé et… » Mon estomac se met à gargouiller. « Pause privée, je reviens dans un instant. »

J’ignore ce que je n’ai pas digéré, mais mon estomac me le fait savoir. Je reviens un peu plus tard, plus légère, je reprends.

« Ecoute, on va embarquer toutes ses productions, on va les ramener à l’hôpital, on va prétexter un pépin pour accéder à sa cave et on traitera le type avant de le mettre aux fers. Il croupira quelques jours en geôle, nos chefs décideront d’une sanction et nous, on aura bouclé l’affaire. » Je me frotte les yeux. « Ça te convient ? »

Elle me répond.
Néanmoins, avant qu’on attaque la suite, je crois remarquer un truc dans son attitude.

« T’as pas trop digéré la téquila toi. Tu veux te faire vomir peut-être ? Si tu débarques en étant pliée en deux, ils vont se poser des questions à la base. L’avantage du dokuton c’est que je peux créer une gomme à mâchée si tu veux. Ça aidera à masquer nos allures de déchets, déchettes ? » Déchet n’a pas de féminin, si ? « Enfin bref, avant de rentrer, je vais nous chercher de l’eau, on peut pas rentrer comme ça. »

J’ai une grosse tâche sur ma manche. Je renifle : téquila.
Définitivement, il va falloir faire un peu de ménage avant de repartir à l’hôpital sinon on va se prendre un savon monumental.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Lun 11 Avr 2022 - 14:05


Tout ça n’était qu’un rêve.. ?

Pourtant les Préparatrices n’étaient plus là alors que nous avions triomphées. Etait-ce l’effet du Dokuton qui m’avait fait tout imaginer.. ? Ou alors le Chili ? Ce n’était pas vraiment mon style que de vouloir essayer la gnôle d’une victime et encore moins d’un mis en cause. Tout cela me semble être extrêmement étrange. Alors que Fuso part faire une pause besoins naturels, je me creuse la tête.

Le problème avec des sensations pareilles dans le crâne c’est que c’est impossible de réfléchir et à part me rendre compte que je ne sens pas bon, que l’endroit lui aussi pue et qu’il y a un paquet d’objets illicites tout autour de moi, je n’arrive pas à faire sens aux événements qui se sont produits.

La Mikami finit par revenir que je suis encore entrain de me gratter la tête dans mes pensées. Elle suggère une série d’action que j’approuve.

Eyana : « Bien, oui, faisons le nettoyage là-dedans, effectuons une saisie sur tout ce que l’on peut trouver d’illicite ici et allons le présenter au Palais de la Brûme. On s’occupera de mettre aux geôles notre gourgandin nous-même. »

Etant pris d’une énième remontée gastrique, je ne parviens pas vraiment à dissimuler un petit rot peu gracieux. L’experte en Dokuton me propose une pâte que je décline en secouant la tête.

Eyana : « Ca va aller, on va faire un saut chez nous pour nous nettoyer une fois que tout est rassemblé et ça ira mieux. »

Et c’est ce que l’on fait, le nettoyage de toute la pièce, même nos dingueries avec le chili. Chaque herbe est écartée et scellée, chaque alambic est mis dans un carton. Cela nous prend du temps de noter chaque élément, mais on essaye de faire cela le plus proprement possible… Pour deux Genins. Et il faut dire que je ne suis pas celle qui effectue ou supporte le mieux les corvées de ce genre. Mais cela sera une tâche pour l’archiviste. Le nouveau, le dernier étant parti en cavale après avoir espionné sur le village…

Une fois tout emballé et écarté, je réquisitionne à l’extérieur une charrette pour faire le transport jusqu’au palais de la brume en lui remettant une missive que j’ai pris le temps d’écrire en la signant. Les effectifs du poste de garde se chargeront du reste. C’est un peu méchant de leur shooter cela, mais bon, c’est très encombrant tout cela et j’ai une douche à prendre.

Eyana : « On se retrouve à l’hôpital donc ! Essaye de faire vite ! »

Je lâche la compagnie de Fuso pour rentrer chez moi, je prends conscience du temps qu’il est dehors. Un début de matinée.. ? On a passé autant de temps dans la demeure de l’empoisonné (ou l’empoisonneur ?). Je file, soucieuse.

[…]

Retrouvant Fuso devant l’hôpital, je suis cette fois-ci en tenue de combat. Prête à accomplir mon rôle de soldat plutôt que celle d’assistante à l’hôpital. Je suis donc torse nue, n’ayant que ma longue chevelure brune pour couvrir ma petite poitrine. En bas, je porte un short bleu avec une poche à outil ninja sur la cuisse. Des bandages recouvrent mes avants bras et tout mon corps est recouvert de tatouage à l’exception de mes mains et de ma tête. Je salue Fuso et pénètre dans l’hôpital.

Dans la chambre de notre victime, une fenêtre ouverte, un lit vide. Par la fenêtre, les rideaux s’engouffre et laisse présager, par le lien de draps qui en dépasse, la méthode de fuite de notre empoisonné. Je peste et fouille dans le lit, voir s’il reste une trace de son passage. Il est visiblement parti en vêtement d’hôpital, mais je trouve sur son oreiller un morceau de papier sur lequel est grimé au fusain une unique note.

« JAJAJAJAJAJAJAJAJA »

Quel bâtard, il se moque de nous après s’être empoisonné lui-même ? Je balance quelques jurons et me retourne vers ma camarade empoisonneuse.

Eyana : « Faisons un rapport au plus vite au Palais de la Brume, ce dernier s’est tiré en nous laissant une note. Nous devons le retrouver, lui, et ces quatre connasses, je suis sûre qu’elles sont réelles ! »

Je montre la note à Fuso tout en allant fermer la fenêtre. Notre mission était terminée, mais notre criminel/victime en fuite et je ne comptais pas m’arrêter là.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ? Empty
Mar 12 Avr 2022 - 16:00
Seigneur.
Il y a quelque chose d’aussi reposant qu’énervant à faire de l’administratif. Après la bataille épique, on note tout dans des registres, on détaille les produits illicites trouvés sur place, on trie les documents, on emballe tout avant de les déposer auprès de nos chefs. Ensuite, comme elle le dit si bien « nettoyage ».
J’ai besoin d’un bon bain chaud et puisque le temps presse, je ne trempe que vaguement dans le bac, le temps de me nettoyer à l’éponge et au savon avant de revenir aux côtés d’Eyana. Tu parles d’un moment agréable : l’eau était froide, j’ai épuisé ma bouteille et en plus, j’ai dû tout mettre au lavage à cause de l’odeur de cadavre qui émanait de mes fringues. Enfin bon, au moins, nous sommes en bonne posture pour recevoir une prime à la fin du mois, voyons les choses dans le bon sens.
C’est avec de nouvelles fringues que je débarque à l’hôpital, encore incertaine de ce qui va advenir. Eyana est déjà sur place quand j’arrive, avec un haut pour le moins… Minimaliste, j’ai un bref regard vers sa poitrine, décroche les yeux pour son visage et essaie de faire l’abstraction sur ce que je vois : le style ninja est quelque chose de très personnel. Si ça marche pour elle, je ne vais rien dire, c’est elle la plus chevronnée ici.

« Putain ! » Ca sort tout seul en voyant la chambre vide avec le petit mot laissé en arrière. « Il s’est enfui. » Avant que ma comparse ne ferme la fenêtre, je me penche au rebord pour voir la corde en drap : « il a du cran et c’est probablement un ninja : soit il a encaissé une chute de quatre mètres comme un champion, soit c’est un type qui sait marcher sur les murs. En tout cas, il n’avait pas assez de draps pour s’enfuir via une corde : il manque quelques coudées, tout en bas. »

Je retourne plus au fond de la salle blasée. Ma camarade donne la suite des évènements : le rapport, déterminée à retrouver les cinq qui nous ont fait faux bond, elle prépare déjà un plan d’action. Je l’interromps d’un signe de main, un peu découragée par ce qui vient de se produire : me faire botter le cul par une intoxication (un comble pour une spécialiste du poison), voir un patient s’échapper, globalement échouer une mission même si nous n’étions pas préparée à un combat, tout cela me laisse un peu pantoise et déprimée. Je secoue la tête.

« Pas besoin que tu viennes avec moi pour le rapport camarade, je me mangerais l’engueulade du taulier. Si tu veux vraiment les retrouver, je pense que… » Je touche le lit : la sueur est un peu tiède, mais pas froide. « tu peux aller vers le port : quatre femmes, dont plusieurs blessées et un malade, ça ne passera pas inaperçu. »

Je serre le poing, tout cela est ridicule : j’ai la sensation d’avoir été flouée, quand bien même nous avons fait notre travail. Nous ne pouvions pas savoir, mais j’ai l’impression d’être ridiculement faible dans toute cette histoire, sans doute car je le suis.

« Quelle merde ! Eyana, » j’hésite une seconde avant que ma détermination ne soit renforcée : « s’il y a un ordre de mission pour les retrouver, préviens-moi, je serais ravie de t’aider à les retrouver. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520

[Mission de Rang C] Juste une intoxication alimentaire ?

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission rang D
» Intercepter le Fer [Mission rang A]
» Et la lumière fût ! [Mission rang D]
» [Mission rang C] Karajan
» "Infiltration" [Mission rang C/PV : Tali]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: