Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ]

Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Ven 22 Sep 2017 - 13:54
L’aurore pointait à peine le bout de son nez, que résonnait déjà dans le dojo de la famille les bruits de coups sur le mannequin d’entraînement que je m’étais construit. Oui j’avais commencé mon entrainement aux aurores, un peu trop consciente de mes lacunes en tant que Shinobi, il était on ne peut plus normal que je m’active pour rattraper mon retard. Nombre étaient les jeunots qui pouvaient me mettre à mal, nombre étaient les apprentis qui arriveraient certainement à me défaire sur le champ de bataille, fort probablement sans le moindre mal… Ralentissant légèrement le rythme à cette pensée, le souffle légèrement haletant une question venait de germer suite à cette possibilité… « Qu’allaient-ils faire à cette petite noble effrontée qui était venue à leur rencontre… ».
Les joues rougies, la tête dans les nuages alors que je commençais entendre mon propre halètement, je secouai la tête pour reprendre mes esprits, essuyai le fin filet de salive qui se présentait à la commissure de mes lèvres avant de reprendre :

- Reste concentrée Ita chan… reste concentrée… Me murmurai-je en reprenant, tachant d’accélérer le rythme.

Au chant du Coq, alors qu’au moins une bonne heure s’était écoulée, je quittai le domaine pour l’habituelle séance de Jogging, cet exercice ne datait pas de mes débuts en tant que ninja, mais plutôt de mon enfance. Père n'avais peut être rien d'un combattant, mais il ne cessait de répéter ce let motive. « Un Esprit saint dans un corps saint ne peut forger que des merveilles. » Pour le corps saint, jogging et entrainements physiques étaient mon quotidien depuis bien des années, certains diraient que pour une demoiselle j’ai une belle musculature … pas au point d’en perdre mon sex appeal, enfin j’espère, sinon ce serait catastrophique ! Pour ce qui était de l’esprit saint… hum nous en reparlerons, une autre fois. Pratiquant un peu de shadow figthing au cours de mon jogging, seul véritable changement apporté à cette discipline depuis que j’étais devenue une Kunoishi, je profitais de la fine rosée et saluait au passage les quelque marchants qui depuis quelque mis déjà s’étaient habitué à me voir en ouvrant leurs échoppes.
Nous avions-serte des domestiques pour ça, mais il n’empêchait que profiter des premières lueurs diurnes pour prendre les produits les plus frais des échoppes à peine ouvertes étaient aussi un bon objectif pour rentabilisé cette mise en forme matinale. De retour au domaine, en face de la grande bibliothèque, quelques exercices, un bon petit déjeuné et une douche plus tard. Je me munis de ma missive et de l’équipement ninja qui depuis que j’étais affublée du bandeau prônant à ma taille.

- Metaru Itagmi, je suis là sur ordre de Nidaime Raikage sama… Fis-je en présentant ladite missive aux gardes devant les raffineries. Si seulement vous pouviez imaginer à quel point cette phrase avait été difficile à sortir…

Que l’on m’ait dit un jour que ce dévergondé tire au flanc serait kage d’un village, non, ne serait-ce que chef d’un groupe, j’aurais probablement prié Jasshin sama pour leur salut… En avance d’une heure une heure et demie, je sortis un calepin et me mit à faire un inventaire des quelques ressources présentes, mais surtout à calculer un ratio de revenus d’agio et de dépense en fonction des futures conceptions, rendement et revenu que ce qu’il m’avait demandé engendrerait. Ne serait-ce que pour faciliter les différentes demandes à venir et préparer le terrain, ces premiers calcules étaient d’une importance capitale.
D’où tenais-je ces connaissances ? Aucun Metaru… enfin, aucun Metaru de la lignée de ma famille n’avait jamais été un combattant, tous n’étaient que forgerons et commerçants. Selon père notre arrière arrière-grand-père était l’instigateur de cet état d’esprit, un groupe ne pouvait être constitué que de combattants, il fallait du soutien, de l’équipement et une bonne base financière à toute organisation ; en ce sens, nous ne fuyions pas les affrontements, mais soutenions à l’arrière les efforts de ceux qui livraient bataille au front. J’avais tout appris d’un grand du domaine et voyaient déjà bon nombre de possibilités s’offrant à nous, comme bon nombre de difficultés se présenter au sujet de la création ou plus précisément de l’amélioration d’un système d’armurerie pour Kumo gakure…


Dernière édition par Metaru Itagami le Dim 19 Nov 2017 - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Sam 30 Sep 2017 - 1:48
- « D’habitude, ce sont les Suzuri qui s’occupent de faire tout ça. Faut croire que t’as l’air dans ton élément ! »

J’eus un sourire mi satisfait, mi moqueur. Comme à mon habitude, j’étais apparu de nulle part, tel un vrai ninja qui se respecte. Demander la permission à des gardes pour rentrer ici ? Inutile. Ce n’était pas parce que je jouissais de mon nouveau statut de chef incontesté, mais bien parce que la raffinerie était comme qui dirait ma deuxième maison. Et mon ex-bureau. Quelque chose comme ça. De plus, les gardes étaient des Metaru que je connaissais tous. Nul besoin d’être aussi poli et soucieux des conventions sociales. C’était là toute la différence entre nos branches respectives : La petite devant moi avait été élevé comme une noble. Moi comme un simple type… Un gars de la plèbe si on veut. De ce fait, j’étais moins carré qu’elle et moins « correct » sous toutes mes coutures. Il y avait un monde qui nous séparait. Et pourtant, ces différences ne m’avaient pas empêché de la charmer comme je le ferais avec n’importe quelle femme... Quoique… N’était-ce pas le contraire quand j’y repensais ? On avait beau y voir une femme droite et bien sous ses coutures qu’Itagami pouvait s’avérer tarée dans ses « moments » bien à elle…

- « T’as un plus gros cul qu’avant toi ! T’es sûre que tu t’entraines convenablement ? »

Sur cette phrase, je me permis même de foutre une paluche sur l’une de ses miches que je pelotais de manière salace. Si mes « attaques » avaient une connotation sexuelle dans le passé, tel n’était plus le cas dorénavant. Je la pelotais de la sorte uniquement pour m’amuser et parce que je devais être le seul sinon l’un des rares types à lui faire perdre tous ses moyens. Et bien entendu, ça m’amusait. Néanmoins, je retirai bien vite ma main criminelle de ses formes voluptueuses avant de faire un bond en arrière pour ne pas m’essuyer un coup venu de nulle part. Manquerait plus qu’elle me mette Ko suite à un coup très mal placé. C’est que je tenais à ma vie moi ! A ma future progéniture aussi, on s’entend. Une fois à bonne distance de la blonde, je me mis à dandiner sur moi-même, sourire idiot aux lèvres. Avec elle à proximité, je pouvais me comporter comme un gosse. Elle était l’une des rares avec qui je pouvais me lâcher. Si nous n’étions plus amants, la Metaru n’en demeurait pas moins l’une de mes cousines éloignées et une confidente de choix. Enfin… Elle revêtait ce rôle quand Daisuke était trop occupé à draguer d’la meuf.

Et puis j’aimais bien ça moi, marquer la différence de comportement entre nous : L’un était l’homme du peuple et l’autre une princesse chouchoutée qui sortait peu à peu de sa cage dorée. Un contraste qui avait fait la beauté de notre couple auparavant. Le bon vieux temps, comme on dit. Mais je fus rapidement extirpé de ma petite nostalgie lorsque je sentis d’autres Metaru s’approcher de l’entrepôt où nous étions. Sur cette sensation, je repris contenance. Nidaime. Chef de clan… J’avais des responsabilités écrasantes. Tellement étouffantes que mes moments d’intimité avec mes proches étaient de grosses bouffées d’air. Le fait d’avoir joué le pitre pour l’asticoter juste pour un moment était un exemple palpable : « Désolé de t’avoir refilé ce sale boulot. » Suzuri Shinobi, ex-chef de clan et l’un de mes plus proches amis avait péri dans la bataille. Par le passé, c’était lui et lui seul qui s’occupait de telles tâches. Et il était bon. Très professionnel. Très intelligent. Un brave zig. Maintenant qu’il n’était plus, je préférai déléguer l’affaire à quelqu’un de sérieux comme lui ; d’autant plus que les Suzuri était encore en deuil. Shito semblait nous avoir fait plus de mal que de bien. Kahei en était la preuve. Mais je me repris très vite pour ne plus penser à lui.

- « Alors, ça donne quoi ? Depuis la dernière affaire sur un supposé trafic d’armes, j’ai des doutes constant sur nos chiffres… »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Mer 18 Oct 2017 - 20:03
Après un rapide tour de l’entrepôt, carnet en main et précédente comptabilité en tête, j’arrivai rapidement au résultat tant redouté par Shuu… Il manquait du matériel, beaucoup de matériel, à croire que la réputation de notre armement avait fini par prendre le pas sur celle de notre sécurité ; à telle enseigne que maintenant le fait d’avoir Kumo à dos ne semblait plus être une menace suffisante pour les empêcher de commettre ces larcins. Eh oui, j’avais bel et bien évoqué le village de Kumo pas uniquement les Metaru, ces armes faisaient partie du patrimoine du village, lentement mais surement, ces équipements d’excellentes factures étaient en train de devenir la clé de voute des finances du village tout entier ; s’en prendre à elles revenait à s’attaquer à son développement économique.
Parcourant les différents registres, je relevais les armes manquantes vis-à-vis du dernier relevé de stock, leur type, leur facture, le nom du concepteur en m’attelant à créer une récurrence et comprendre quelles étaient les préférences des voleurs.

C’est à peu près à ce moment-là que me fit sursauter la voix de Shuu, comme à son habitude il ne savait pas s’annoncer, piétinant les règles de base de la conduite tout en me balançant ce qui avait l’air d’une petite pique vis-à-vis de mon présent savoir-faire : Hai hai… tu te rappelles de la manière d’être de père, il à toujours adoré faire toutes ces choses lui-même, ses stocks, ses calculs de rendements ses bénéfiHIIIIIIIIIIIIIIiiiiiii !!!!
M’écriai-je subitement alors qu’une main baladeuse avait agrippé mon fessier. Je n’avais pas eu le temps de répondre à la provocation que déjà monsieur se permettait de vérifier de lui-même si j’avais effectivement pris du volume ce niveau-là. Pour qui se prenait-il pour… ainsi… prendre ses aises… un frisson couru le long de ma colonne vertébrale alors qu’un sourire niais se dessinait petit à petit sur mes lèvres, jusqu’à ce qu’un déclic me rappelle à l’ordre. Mon poing fendit l’air avec une rare vivacité, devenu d’ailleurs un peu plus lourd dans ledit mouvement, ce n’est qu’en portant un regard dessus que je compris qu’inconsciemment j’y avais créé un gantelet de combat… pour le moins dangereux.

Fort heureusement pour lui comme pour moi, il s’était éloigné juste attend pour éviter ce strike qui à bien des manières aurait pu être dévastateur. Comme à son habitude dans ce genre de situation il me resservit ce sourire perdu entre profonde idiotie et amusement, comme à mon habitude dans ce genre de cas, je finissais par baisser ma garde et laisser redescendre le flot d’émotions qui m’animait en cet instant précis : Tu sais Shuu, je te sais compétant, très compétant même, mais un jour, je ne te raterais pas. Fis-je dans un soupir sans lui faire plus de remontrances que ça, sachant surtout que ça ne servirait à rien, qu’il recommencerait et que je lui redonnerais ce même avertissement.
Finalement j’étais sure quelque part, que c’était ce gouffre entre nos deux éducations qui nous avais permis de rester si longtemps ensemble… ou alors parce que ce connard avait su tiret profit de la manière assez atypique dont réagissait mon être ; quelque part ce n’était pas un mal. Je me surprenais quelquefois à repenser à cette époque avec nostalgie, mais me rappelait bien vite que père avait brisé ce rêve. Aujourd’hui notre petite Kuu chan était tout ce qui restait de cette belle aventure et lui était maintenant un fidèle ami… un peu touche à tout et complètement sans gène, mais un ami proche, très proche ; peut-être le seul ami que j’aurais e si proche.

- Bha… ne t’inquiète pas va, à force de suivre père dans ses activités j’ai finis par apprendre pratiquement toute les ficèle du métier, la seule chose qu’il me manque vraiment pour surpasser ses talents en tant que marchands est son répertoire de client… Le rassurai-je en déposant la paire de gants de combats que j’avais accidentellement créés dans le hangar tout en récupérant mon porte-document pour l’ajouter au stock. , Mais le lui voler reviendrait à le couler… peut être que me faire une bonne réputation en tan que Shinobi boosterait mes ventes… Fis-je d’un air pensif avant de me reconcentrer sur la raison de ma présence.
En quelque seconde seulement, Shuu avait retrouvé son calme, évènement un peu trop particulier pour être de son dû, j’en conclus donc qu’il devait probablement y avoir du monde pas loin. Tu t’es enfin décidé à développer ton côté sensoriel… bonne initiative ! Lui murmurai-je avant de reprendre un ton plus détaché.

- Effectivement nos chiffres ont quelque peut chutté vis-à-vis des derniers mois Shuuhei sama… nous sommes bien entendu loin de frôler le rouge, dans le sens où une bonne partie des objets volés ont été remplacés par les Metaru les ayant forgés ; seulement… ça à affecté en partie la qualité de certain et la productivité de quelque autres membres du clan. Fis-je en faisant une comparaison des graphes de ventes des différents concernés. Fort heureusement, les voleurs se sont contentés d’armes de petite envergure ; du matériel ninja, des katana, quelques sabres, mais seulement un nodachi et deux épées bâtardes, l’une de collection, l’autre taillée pour le combat. récitai-je en fouillant encore dans la documentation, passant de feuille en feuille pour notifier les autres chiffres qui avaient attiré mon attention : quelque fer-de-lance, trois ou quatre kama… et un arc expérimental… bon sang qui à fait un arc en fer ? voir des points d’interrogation là ou était supposé être le nom du créateur me poussa à lever un sourcil, mais pour en revenir au calcule, c’était surtout la reconstitution des stocks qui avait épuisé les Metaru qui entre-temps travaillaient aussi sur le projet individuel pour la fête de la lumière. Partager leur chakra temps et savoir-faire entre ces deux soucis avait dû être particulièrement éprouvant.

- ce que je vous proposerais serait de leur faire augmenter quelque peu leur rendement pour combler le vide, faire quelque dont pour nous excuser auprès des clients qui n'ont pas reçu pleine satisfaction sur ce mois et récupérer sur trois mois le manque à gagner en consolidant la confiance de nos acheteurs habituels… finis-je en refermant le calepin de notes. Nous augmenterons un peu le régime, baisserons un peu les revenus, mais récupérerons ceci en quatre-vingt-dix jours avec quelque bonus en plus… Mai dites-moi, ces malfrats ont été appréhendés j’espère ? Parce que ce genre de retouche ça va aller une fois ou deux mais à partir de trois, quatre… on va avoir des plaintes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Mar 31 Oct 2017 - 12:55
- « Tu es vraiment sérieuse quand tu me vouvoies là… ? Et puis il sort d’où ce "Shuuhei-Sama" ? »

Je l’avais presque regardé de travers, choqué par le professionnalisme dont elle fit soudain preuve. Je me serai seulement contenté de son sérieux, mais il avait fallu qu’elle appuie dessus en jouant la professionnelle. Il y avait peut-être des gens dans le coin, mais ces mêmes personnes savaient pour notre précédente relation. Après tout, ils étaient tous des Metaru et tout le monde avait bien vu que nous avions été ensemble à un moment donné. Faire semblant ne tromperait personne de ce fait. A moins qu’elle ne se payait ma tronche, ce qui n’était pas du tout impossible vu qu’elle se le permettait parfois et qu’elle était l’une des seules à pouvoir avoir cette légitimité-là. Mais c’était un peu marrant parce que je faisais pareil. D’ailleurs, il était intéressant et rafraichissant de voir que nous avions gardés une bonne relation par la suite. Il m’arrivait même de temps à autre de penser à ce qu’il aurait pu advenir de notre couple si jamais il n’y avait pas eu de problèmes avec ses parents, mais ces pensées ne s’accompagnaient pas de regrets. Le passait appartenait au passé. M’enfin, là n’était pas le plus important. Puisqu’une évidence m’avait sauté aux yeux.

- « Mais pour être honnête, on s’en fout un peu des plaintes… »

Notre clan était peut-être le plus barbare, mais il était aussi le plus riche. Notre kinton pouvait servir en tout temps et en tout lieu. Cependant, mon rôle de Kage m’obligeait à penser au bien du plus grand nombre. A Kumo, globalement. L’économie du village caché des nuages allait en pâtir pour un moment, mais vu les tournures des choses à l’international, nous n’avions plus le droit à l’erreur : « J’ai bien fait de te demander un audit, il faut croire… » Il était intéressant d’avoir son avis sur la chose. Mais vu que j’avais une perspective plus importante et plus lointaine, il me fallait éclaircir ma position pour qu’elle me comprenne : « Avec ce qui s’est passé à Shitô et avec la menace du sôshikidan, s’amuser à vendre des armes à tort et à travers pourrait nous créer des problèmes. Surtout si ces armes finissent par se retourner contre nous. » J’eus un soupir. Je pouvais encore voir ce titan qui menaçait la capitale du pays du feu et l’armure qu’il avait revêtu. Une production de Kahei à n’en point douter. Mon cœur saignait abondamment rien qu’à y repenser et je serrai même mes poings pendant quelques brèves secondes.

- « Ces terroristes peuvent passer par des clients ordinaires pour refaire leurs stocks. C’est triste à dire, mais il va falloir peut-être falloir arrêter d’en vendre pour un moment. Quitte à accuser un gros coup au niveau de notre économie… »

Et c’était à ce moment précis qu’on voyait l’importance de la raffinerie mais surtout des Metaru. L’économie de toute une ville ou plutôt de tout un pays reposait en grande majorité sur nos talents et notre dévotion. Un fait qui me rendait fier mais qui révélait aussi à quel point nous avions des lacunes à ce volet. Cette perspective ne m’enchantait guère, mais des sacrifices étaient parfois nécessaires pour avancer et pour le bien du plus grand nombre. « En vérité, il nous suffirait que je sois présent ici pendant deux jours non-stop et nous comblerions rapidement notre manque. Mais un manque par rapport à quoi si on arrête les ventes qu’on s’évertue à armer nos propres troupes ? » Ça coulait de source. Notre situation n’était pas vraiment alarmante. Elle ne l’était pas tout court même, du moins de mon point de vue. Toutefois : « Rompre brusquement nos promesses de ventes pourraient nous attirer également des ennuis si on le regarde d’un tout autre point de vue, ceci dit… » J’avais pour habitude de retourner l’échiquier dans tous les sens pour multiplier les points de vues et être le plus objectif possible.

Là-dessus, je croisai les bras sur mon torse en plongeant mon regard dans celui d’Itagami.

Même si toute décision me revenait, je voulais son avis.

- « Qu’est-ce que tu penses de cette situation globalement ? »

La jeune femme ne s’en doutait peut-être pas, mais je la testais aussi.

Son profil était tout indiquée pour me remplacer à la tête de la raffinerie.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Mer 15 Nov 2017 - 9:23
La réaction de Shuu, ben que normal me choqua d’une surprise que je ne lui dévoilai point. Celui qui fut mon homme avait gardé la tête sur les épaules, sans que celle-ci ne triple de taille. Toute fois toujours était-il qu’avec son regain de sérieux à l’entente de l’arrivé de ces kumojjn dans la raffinerie, j’avais déduit qu’il fallait paraitre aussi naturel… en vers ses différents galons que possible, mais… telle ne semblait point être sa vision des choses. Mais pour le coup, s’était enfin l’occasion rêvée de lui renvoyer l’ascenseur, combien de fois m’avait-il surnommé « princesse », « la bourge », « p’tite gâtée », « snobinarde »… je n’en disconviens point ces appellations ne jurent pas tant que cela avec ce que j’étais, ce que je suis, mais maintenant que celui-ci était clairement au-dessus pour tout ce qui concernait une quelconque hiérarchie sur le territoire kaminari no kuni, le Dayimio mis à part, je tenais enfin ma revanche !

- Très très sérieuse Shuu Do-no ! lui susurrai-je avec un air amusé tandis qu’il reprenait.

Me confirmant que l’audit demandé était selon lui une bonne idée, Shuu me fit surtout part de ses craintes qui à bien y réfléchir étaient plus que fondées. Il était fort probable que nos propres armes soient un jour tournées vers nous. Tout Metaru y avait certainement déjà pensé, même si ces créations étaient nos bébés, en nous quittant, en étant utilisé par autrui, création Metaru ou pas, le katana forgé la veille n’était pas exempte de devenir la lame assassine qui le lendemain nous trancherait la gorge. Nous forgions tout en sachant cela possible, mais préférions toujours nous convaincre que jamais ce jour n’arriverait ; ceci dit avec les évènements de Shito… la vérité nous avait rattrapées, et ce bien plus vite qu’escompté…
Baissant les yeux, le menton entre l’index et le pouce je réfléchissais à sa décision qui en bien des points me semblaient radicale ; arrêter la production d’arme était un choix particulièrement risqué pour Kumo, aussi bien financièrement que vis-à-vis des autres nations ninjas ; présenter ceci de la sorte reviendrait à se flanquer d’une cible, en faisant aussi bien croire à une éventuelle faiblesse de notre part, qu’à une tentative désespérée de dissimuler le fait que nos créations pouvaient aussi être les instruments de notre destruction…

En deux jours il était sûr de pouvoir combler le manque à gagner, j’avais fait cette simulation aussi, m’imaginant ce qui se passerait si j’essayais de me mettre à combler les différents écarts en nos stocks ; à la seul différence que j’aurais eu besoin d’au moins soixante heures et non quarante-huit… Il me restait encore du travail à accomplir si jamais je voulais le rattraper un jour, au moins sur ce plan là…
Son analyse s’étala encore quelque peu jusqu’à ce que celui-ci finisse par me demander mon point de vue sur la situation. Les bras croisés, le regard sérieux, je me relançai dans une petite manie qu’il me connaissait bien, faire les cent pas en marmonnant les différentes éventualités qui s’offraient à nous.

- Je comprends ta motivation Shuu, mais comme tu l’as dit toi-même, arrêter aussi brusquement la livraison d’arme impacterait non seulement sur nos revenus, mais aussi sur notre réputation… Répondis-je dans un murmure tandis que je finalisais le fond de ma pensée. Si nous les perdons de la sorte, il nous sera difficile de rétablir une liaison de confiance entre des clients frustrés par notre comportement et le village lui-même… Plissant les yeux, j’en vins à la solution que j’essayais d’éviter depuis lors, mais qui me paraissait être la plus apte à diminuer la production de matériel de guerre, sans pour autant subir les foudres d’une baisse de production. Je n’aime pas ça car j’ai l’impression de profiter de leur situation, mais, aidera la reconstruction de Shito pourrait être une bonne alternative…

- Notre habilité ne s’arrête pas à la création d’armes, mais de métaux. Trouver un nouveau procéder pour consolider les maisons et leur fournir ouillages et matière première pour la reconstruction du village serait la parfaite couverture pour une baisse de production d’arme. « Kumo participant à la reconstruction du village sinistré baisse sa production d’arme pour venir en aide aux démunis »
présentai-je à Shuu comme étant la situation tout bénef… Sur le court terme nos revenus baisseront un peu certes, mais en plus de justifier une baisse de régime de production, il serait possible de faire de Shito un partenaire éternel pour Kumo et de profiter sur le long terme d’une alliance commerciale qui prendrait place une fois le village de nouveau sur pied.Fis-je en détournant légèrement le regard, je préférai éviter de le dire, mais il s’en rendrait certainement compte lui-même, en profitant de cette situation et en l’exploitant un maximum nous pourrions même faire de ce territoire une annexe de Kumo, au moins sur le plan commercial si les autres villages n’y participaient pas trop...

Nous leur venions en aide, oui, mais l’idée de se servir de cette aide de la sorte me rappelait les méthodes de père, chose qui quelque part me répugnait, bien que dans mon plan d’investiture Shito s’en sortait peut être endetté, mais profiterais quand même pas mal de cette éventuelle alliance commerciale… qui plus était des baptises renforcée par nos métaux feraient une bonne publicité aux Metaru et l’acte en lui-même au village des Nuages…
- Ce n’est qu’une proposition parmi tant d’autres. Finis-je par ajouter. Il faudrait peut-être quelque Metaru sur place avec une bonne garde pour retoucher certaines pièces d’équipement si besoin est… mais si nous leur envoyons du près à assembler tout devrait bien se passer.

Passer de fournisseurs en armement à fournisseurs en bâtiment et outillage divers, les domaines de compétences n’étaient clairement pas ce qu’il manquait. De l’outillage agricole à celui des Tisserants, nous nous lâchions les armes, il nous restait cette alternative ; nos métaux étant difficilement retouchables par un forgeron lambda puisqu’il s’agissait de notre chakra et non de n’importe quels Minerais, c’était, me semblait-il, la meilleure manière de rester à flots.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Shūuhei
Metaru Shūuhei

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Ven 17 Nov 2017 - 22:23
- « Shito est complètement en ruines. Ça et le fait que ces ruines sont probablement occupées par le soshikidan. Pour ce qui est du pays en lui-même, c’est la guerre civile depuis je sais plus quand… »

Qu’avais-je finalement dit en baillant. L’idée partait d’une bonne intention, certes, mais la jeune femme semblait ne pas être bien informée par ce qui se passait à l’international. C’était bien à cause de ce genre de situations que je la prenais pour une bourge et rien autre chose. Ces gens ne savaient jamais rien des autres pour ne pas dire qu’ils s’en occupaient pas tout simplement. En même temps, ça m’étonnait pas trop venant d’elle. Quelqu’un d’autre aurait pu penser qu’elle était stupide de présenter de telles suggestions, mais j’étais certain ou j’espérais qu’elle l’avait fait en ignorant ce qui se passait par-delà les terres de la foudre. Son idée était donc à rayer complètement de nos esprits. Déjà parce qu’on arrivait à peine à gérer toute la sécurité de notre pays. Ensuite parce que les terres de Shito étaient trop dangereuses pour qu’on y envoie une délégation de bosseurs. Enfin parce qu’on avait quitté le coin la queue entre les jambes et qu’on l’avait laissé à son triste sort. Revenir comme une fleur ne plairait sans doute pas aux locaux qui avaient déjà fort à faire pour rester en vie. A mes yeux, c’était une lutte constante pour la survie, chaque jour. Pas étonnant que bien de clans aient malheureusement quitté cette région du globe…

- « Ton idée est bonne, mais il vaut mieux que tu l’oublies pour le moment. Dans l’idée, j’vais pas arrêter la production. Pas maintenant. Ensuite, on verra où ça nous mènera… »

J’eus finalement un soupir. Casse-tête tout ça. Mais j’avais au moins ma réponse. Itagami avec son esprit de créativité pourrait sans aucun doute apporter un plus à la raffinerie. Nous nous étions tellement focalisés sur la création d’arme que je n’avais jamais au grand jamais pensé à faire autre chose, ce qui était pourtant dans mes cordes et très largement. J’eus donc un sourire. La relève était plus ou moins assurée et j’étais sûr et certain qu’elle m’ôterait une épine du pied dans les mois à venir. Ce qui restait à faire dorénavant, c’était la confronter à la réalité du terrain. Il fallait l’envoyer en mission, la faire même sortir du pays. J’allais briser la cage dorée qui la retenait encore et lui ouvrir les yeux sur d’autres perspectives. Son horizon n’en serait qu’élargie et donc bonifiée. C’était quelque chose que j’avais bien réussi à faire durant nos jeunes années et les moments qu’on avait passés ensemble étaient presque inoubliables. Je les gardais dans un coin de mon cœur et de mon esprit. On pourrait croire que j’étais romantique et tout, mais il fallait « voir » de quels souvenirs je parlais pour mieux comprendre. Là-dessus, j’eus un sourire furtif mais pervers qu’elle dût bien voir lorsque j’avais ouvertement posé mon regard sur elle et son corps libidineux.

- « J’aimerais que tu prennes un peu de temps pour rester ici et apprendre deux trois trucs auprès du doyen. Je lui demanderais de te faire une formation sur mesure sur plusieurs techniques de forge que tu devras assimiler impérativement. Faudra aussi que tu passes un peu plus de temps et que tu te sociabilises avec tout le monde ici. C’est impératif pour que tu deviennes la superviseuse de la raffinerie… »

Là-dessus, j’avais parlé avec sérieux. Et je lui fis signe de me suivre. Nous en avions fini avec les stocks et m’arrêter dans le coin sans bouger me provoquait des fourmillements désagréables au niveau des pieds. J’allais profiter également pour faire un petit tout d’inspection histoire de voir qu’il en était. Mais alors que nous quittions le hangar dans lequel était entreposé tout notre stock, un objet non identifié sortit de nulle part et se heurta contre l’une de mes jambes avant de tomber. Ne l’ayant point vu venir, je tournai ma tête avant de voir une p’tite boule de poils sur ses fesses qui se frottait le nez en pleurnichant presque. Et lorsqu’elle redressa sa bouille vers moi, elle se pétrifia automatiquement. Pour ma part, je me mis à rire de bon cœur. Je l’avais reconnu. Et qu’est-ce qu’elle était mignonne : « Allez, viens là toi… » Sans même lui laisser le temps de réagir, je m’étais baissé vers elle avant de la prendre dans mes bras puis je me redressai non sans lui bisouter la joue. La pauvre se mit à rougir automatiquement et se cacha en enfouissant son visage vers cou. J’eus un autre rire de bon cœur et je me mis à lui caresser le dos. Elle était tellement mignonne ! Et le pire, c’est que je fondais devant ces enfants trop mais vraiment trop adorables !

- « Si y’a un truc clair, c’est qu’elle est bien plus mignonne que sa môman ! » Qu’avais-je fini par déclarer en me retournant vers Itagami pour lui tirer la langue.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee https://www.ascentofshinobi.com/u465
Metaru Itagami
Metaru Itagami

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] Empty
Dim 19 Nov 2017 - 15:04
La réponse de Shuuhei, hormis le fait qu’elle était sans appel me rassura quelque peu, l’idée de faire du malheur des autres notre fonds de commerce me répugnais, mais ironiquement, s’était en ce monde la meilleure manière d’engranger des Ryos. Toutefois, malgré mon ignorance sur ce qui concernait la situation géopolitique de Shito, je ne m’en sentais pas moins concernée. Si le pays essuyait une guerre civile depuis des temps immémoriaux, je n’osais m’imaginer quel stress constant cela pouvait être que d’élever un enfant dans de pareilles conditions ; qui plus était même si la mère et le père faisaient tout leur possible, les répercussions de cette guerre civile entacheraient indéniablement, d’une manière ou d’une autre, l’éducation et la mentalité de ceux-ci…
Fronçant le regard, une nouvelle question trottait dans ma tête, je savais que ceci relèverait du miracle et même qu’aucun dirigeant un tant soit peu conscient n’enverrait des troupes se perdre en pareil conflit, mais… n’y avait-il rien qui puisse être fait ? Serte se mêler à ce problème serait prendre parti, prendre parti serait se mettre à dos une partie de ceux que l’on est venu secourir et donc… irrémédiablement faire des victimes parmi ceux à qui on jurait de venir tendre la main…

-… C’est compliqué... J’essayais moi-même de donner un sens à une mission là-bas pour décanter les choses, mais plus j’y pensais, plus je voyais venir les discordes diplomatiques, plus je m’y enfonçais plus me venaient en tête les répercussions de l’intervention d’une force armée extérieure sur les civiles suivant l’opposition du parti que l’on suivrait.

C’était donc pour ça que régnait un statut Co sur la situation actuelle de Shito… baissant le regard, je me sentais finalement stupide d’avoir proposé une aide à la reconstruction de ce village. Comme le précisa Shuuhei par la suite, l’idée n’était pas mauvaise, n’importe comment ils allaient avoir besoin d’aide lorsque sonnerait l’heure de la reconstruction… mais pour l’heure, leurs préoccupations devaient être ailleurs : Hum… pardonne moi, mes lacunes en culture générale m’ont amenées à proférer des propositions insensées… Lui lâchai-je avec une part de frustration, en vers ma propre personne.

Je l’entendis pousser un soupir tandis que je tachais de ravaler ce ressenti, puis levai la tête pour voir sur son visage mal rasé un sourire. Un sourire du même ordre que ceux qui m’avaient poussé à lui ouvrir mon cœur à une époque. Prise d’une bouffée de nostalgie j'y répondis en l’imitant, revoyant cette belle époque qui restait ce qu’elle était… une époque, des souvenirs d’un passé radieux, souvenir qui avaient pris vie en la personne de ma petite fille, souvenirs qui à jamais allaient reposer quelque part dans mon cœur.
J’étais sur le point de baisser le regard, lorsque je vis l’expression de ce très cher Raikage muter… Une fois encore. Halala… ce type ne changera jamais. Il y a des années, j’avais un mal fou à accepter mon corps trop voluptueux. Je me trouvais grosse, mal proportionnée et bien entendu d’autres fillettes frustrées avaient réussi à me faire voir ma propre enveloppe charnelle qu’on une chose particulière laide et difforme… certes il m’avait aidé à passer cette période, m’avais fait comprendre que j’étais certainement l’idéale de nombre d’hommes sur cette planète et m’avais globalement rendue la vie plus agréable… mais ce n’étais pas une raison pour me reluquer ainsi… j’allais finir par moi aussi perdre mes moyens…

C’est alors que le rouge me montait aux joues qu’il reprit d’une voix plus sérieuse. Je suivis les premières indications avec sérieux, acquiesçant sur le fait qu’il me restait encore des choses à apprendre pour non seulement parfaire ma technique, mais aussi réduire le temps que je prenais à finaliser mes créations, seulement… travailler et passer plus de temps à la raffinerie m’avaient quelque peu fait tiquer, pourquoi s’embêter à apprendre à les connaitre ? Nous étions de la même famille, ça ne signifiait pas forcément que je devais me lier à eux…
Telles étaient du moins mes réactions, jusqu’à ce que j’entende sa dernière tirade : … C’est impératif pour que tu deviennes la superviseuse de la raffinerie…

- d’accord… … … attend quoi ?! L’information était tombée avec autant de grâce et de subtilité qu’un rocher dans un étang.

D’accord j’avais passé une bonne partie de mon existence dans le domaine de la forge et autre, mais la gestion de personnel, le partage d’information et même l’idée d’apprendre quoi que ce soit à qui que ce soit me paraissaient bien au-dessus de mes capacités. Un sourire nerveux sur les lèvres je levai le bras pour tenter de lui faire part de ce point de vue, avant de me rendre que c’était justement la raison pour laquelle il m’avait sommé de passer plus de temps avec eux et apprendre à la connaitre… Hum, je savais qu’il avait beaucoup muri avec le temps, mais de là à le voir être aussi préventif, c’en était presque effrayant.
Mais je pouvais encore refuser son offre, prenant mon courage à deux mais alors qu’il me tournait le dos, je levai encore la main vers lui, mais je ne fus pas celle qui l’interrompit ; cet exploit revint à un flash rose et jaune qui se retrouva bien vite au sol.

* Kuu chan ? * Qu’est-ce qu’elle venait faire ici ?! Elle venait me chercher probablement… Au sol après avoir heurté de plein fouet Shuuhei, comme une grande elle retenait ses larmes, gémissant un peu avant de se redresser, elle fit par lever la tête vers l’individu dans qui elle était rentrée avant de se rendre compte qu’il s’agissait de son père.

La petite blonde prit peur, certainement partagée entre l’envie de sauter sur lui, mais révéler son secret et s‘enfuir, mais savoir être suspecte si elle s’y mettait. Son visage sembla presque s’illuminer lorsque ses yeux croisèrent les miens, elle entama un mouvement pour me rejoindre, mais Shuu fut plus rapide. Récupérant la petite Kuu, il lui posa une bise sur la joue, la transformant immédiatement un une tomate bien mure.
Secouée d’un petit rire, je la regardai essayer de se cacher tout du moins jusqu’à ce que Shuu ajoute cette petite provocation, petite provocation qui eut pour effet de chasser la gêne de Kuu et l’amener à bomber sa poitrine inexistante avec fierté, ajoutant un petit : Huuuum !!! aussi bien à son père qu’à moi.
Je vis d’ailleurs que celui-ci n’avait pas perdu son âme d’enfant, me tirant la langue avec amusement, j’aurais en cet instant que nous partagions en famille faire de même. J’aurais voulu lui annoncer que cette petite plante qu’il tenait avec tant de passion était le fruit de notre relation, la petite chose qui m’avait permis de facilement me remettre de ce qu’avais fait père… mais je ne le pouvais. À la place je souris aussi bien à ma fille qu’au Raikage, affichant une mine déçue d’avoir perdue face à ma propre fille, mais faisant comprendre que s’était dans l’esprit de l’amusent… tentant de chasser de mon esprit les idées noires qui s’étaient mises à germer. S’il le voyait, même maintenant… cela n’occasionnerait que plus de douleur… pour le moment, il suffisait de profiter de l’instant présent…

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ] 774797SceaudelaLanguedePlombShuu
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Une pièce de Bonze et une pièce de Platine entrent dans une raffinerie... [ PV Shuuhei ]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De platine et de charbon | PV Borukan Homasubi
» Raffinerie
» One Piece Apocalypse
» [Arc n°7] Pièce maîtresse
» [04. Raffinerie] Libres d'agir

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: