Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Assemblée Kumojin [Libre] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Assemblée Kumojin [Libre]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Sam 13 Juin 2020 - 22:14

Assemblée Kumojin

Devant l’assemblée calcinée - après le rp « fin »

Libre




Peu de temps après leur arrivée aux portes du village et leur échange avec les forces d’occupations sur le retrait; celle que l’on surnommait « l’auto-proclamée » s’était rendue à l’assemblée maintenant calcinée. La femme face aux décombres de ce lieu de démocratie emblématique du village n’eut guère plus comme réaction qu’un soupir.

Il lui importait peu que tout Kumo soit ici, il suffisait que certains habitants ou shinobi des nuages soient présents pour répandre la nouvelle. Le tract qu’ils eurent diffusé au début de l’hiver avait été clair et ne laissait apparaître aucun sous entendu quant à leurs intentions. Comme ceux restés ici, ils étaient Kumojin bien qu’originaires pour la plupart d’autres pays. C’était sans doute là que résidait la force de Kumo, le village le plus cosmopolite.

En attendant aucun ne les avait empêché de franchir les portes mais il était sûr que nombreux d’entre eux n’en pensaient pas moins. Une fois que l’assemblée de Kumojin et autres personnes sembla se « stabiliser » elle prit la parole, à ses côtés ceux qui avaient œuvrés hors du village.

-Je suis Uzumaki Sazuka, ancienne Directrice de l’Institut et Raikage temporaire. Nous allons commencer par éclaircir certains points. Ceux formant le Fukkatsu n’ont jamais été des déserteurs. Nous étions en mission à Hayashi, et l’avons poursuivi en concertation. Notre absence du village a permis sa chute c’est une évidence, mais notre présence aurait engendré plus de destruction et de morts; ainsi cette décision de continuer notre mission sembla la meilleure au vue des circonstances. Avait elle alors expliqué, calmement. Ce n’était pas vraiment une justification mais plutôt une constatation, une réalité.

Elle scruta les réactions, s’attendant à ce que quelques sourcils s’arquent et d’autres objections s’élèvent. Mais cela importait assez peu à ces yeux, dans le fond...

-Comme je viens de le dire, et comme cela a été précisé dans le tract de la résistance et de notre unité; le grade et la responsabilité que l’ont m’a confiés sont temporaires et n’étaient valables que le temps de l’occupation. Ce qui implique qu’un Raikage officiel devra être désigné. Les Kumojin seront invités à se prononcer quant au prochain Shinobi qui portera cette responsabilité, et le résultat sera communiqué au seigneur, ensuite.

Elle marqua une courte pause le temps que ceux présents assimilent les informations.

-Je vous enjoints maintenant à nous poser toutes les questions que vous souhaitez, et partager vos... ressentiments, afin que Kumo puisse en sortir plus fort.

Revenir en haut Aller en bas
Kao Kan
Kao Kan

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 17:14
Kan n'avait pas hésité une seule seconde à se rendre devant l'Assemblée Calcinée. Si la Raikage allait faire un discours, il ne pouvait manquer ça pour absolument rien au monde. Depuis qu'il avait lu le tract et donc pris connaissance de l'existence du Fukkatsu, il était devenu hyper méga fan du groupe et en particulier de celle qui était leur Raikage. Il s'était renseigné partout où il pouvait pour trouver des détails sur eux et malgré le fait qu'il ne les connaisse pas personnellement, il rêvait souvent du jour où ils reviendraient au village.

Connaissant l'énergumène qu'était Kao Kan, ce n'était pas vraiment étonnant. Il s'emballait très vite, il était fan de à peu près tout ce qui représentait de l'intérêt pour lui et surtout, surtout, il était un fanboy incontesté des héros. Et eux, ils étaient un peu des héros, non ? En tout cas Sazuka-sama avait totalement l'aura d'une héroïne. L'électrique était trop trop content d'avoir une Kage comme ça, c'était sûr que tous les autres villages allaient être jaloux !

Il arriva à l'Assemblée le plus vite possible et en jouant un peu des coudes, il avait réussi à se mettre tout devant, les yeux brillants en voyant la troupe entrer sur scène. Ils avaient même des capes trop cool ! Immédiatement, l'électrique se demanda si les fabriquants allaient bientôt sortir des objets dérivés et autre goodies. Oh, il fallait absolument qu'il trouve la même cape. S'ils faisaient des figurines, c'était encore plus cool !

- Wouhou ! Ouaaaaais ! Trop coooool !

Il tapa frénétiquement dans ses mains. Il serait peut-être le seul mais à ce moment-là, il s'en fichait bien. Il cessa bien entendu lorsque la Raikage prit la parole pour ne pas perdre une miette de ce qu'elle allait dire et écouta tout attentivement. Le Teikoku pouvait bien dire ce qu'ils voulaient sur le Fukkatsu, de toute façon c'était tous des méchants et des menteurs. Enfin, sauf la Régente bien sûr. Elle, elle était gentille. Mais elle était venue exprès pour s'occuper de Kumo, alors elle faisait pas vraiment partie du Teikoku.

Mais la dernière partie le perturba un peu. Ce n'était pas elle, la Raikage officielle ? Il y avait d'autres personnes qui voulaient devenir Raikage ? Sûrement, mais ils n'étaient sûrement pas aussi forts que Sazuka-sama. Ou alors peut-être Madame Yamiko, mais elle ne donnait plus de signes de vie depuis un moment. Ou alors la mémé Metaru ! Mais elle était quand même super vieille...

Non, non, pour lui la Raikage se tenait déjà là et il était bien décidé à montrer son soutien. Mettant ses mains en coupe autour de sa bouche, il cria :

- Raikage-sama, c'est vous la plus forte !

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7929-kao-kan-termine#66129 https://www.ascentofshinobi.com/u879
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 19:14

À l’arrière alors que Sazuka venait de prendre la parole, le Meikyû était relativement calme alors qu’il portait les accoutrements du Fukkatsu pour probablement la dernière fois. Ayant hâte de pouvoir transposer ses habits symboliques pour de nouveaux accoutrements qu’il avait demandé auprès de son tailleur préféré, il lâcha un léger soupir qu’il préserva pour lui-même.

Laissant ses sens planer comme d’habitude, ses iris observaient calmement les gens qui s’étaient assemblés. En portant attention sur son regard, on pouvait voir un semblant de quelques cernes. Or, ce n’était pas pour autant que le Meikyû était retourné à ses anciennes habitudes. Certes, il avait très peu dormi, mais contrairement au passé, il n’était pas préoccupé, mais plutôt impatient.

Désirant ainsi convertir son énergie en planification, il avait pris pour habitude de transposer toutes ses pensées à l’écrit de manière à pouvoir lâcher prise et s’assurer qu’elles soient prêtes une fois le moment arrivé.

Ainsi, il voyait cet événement comme nécessaire, bien qu’il espérait que le tout soit fini rapidement. À ses yeux, il n’y avait aucun doute concernant l’identité de la personne qui devait mener ce village. Raizen n’avait jamais été aussi certain de cette décision et plus les jours avançaient, moins il se questionnait. Toutefois, ses pensées n’étaient pas forcément les seuls décideurs dans cette équation. La population devait trancher tout comme Sazuka devait être certaine de son choix. Après tout, le rôle de Kage qu’elle chapeautait déjà était lourd. N’ayant pas forcément eu l’opportunité de lui demander comment elle se sentait à cet égard, il était possible qu’il y ait une zone d’inconnue qui viendrait changer les pendules de sens.

Or, Raizen préférait ne pas se préoccuper de cela, espérant simplement pouvoir rapidement proposer son plan pour la suite à Sazuka. En effet, il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps pour se remettre en action. Un peu comme lorsqu’il avait proposé à Reiko la mission diplomatique à Hayashi, cette fois-ci, il espérait pouvoir partager les opportunités qui s’offraient au village à quelqu’un qui représentait l’ADN même de Kumo : La force, le savoir et l'honnêteté.

Tout comme Kumo avait jadis mis Reiko en position de pouvoir pour le reflet de sa force et la fougue de sa jeunesse, il était temps de laisser place à une nouvelle génération, quelqu’un chez qui la force résidait au-delà de la puissance, quelqu’un chez qui le savoir résidait au-delà des paroles. Franchissant la ligne de la sagesse, l’honnêteté dont cette personne devait faire preuve n’allait pas être qu’une qualité, mais bien le reflet qui allait ramener les Kumojins dans cette ligne directrice. Nécessitant une transparence absolue, Kumo n’avait pas besoin d’une ombre, mais bien d’une lumière comprenant les nuances des deux opposés qui étaient pourtant liés.

Or, la population le comprenait-elle ? À bien y voir la réaction de certains qui louangeaient déjà Sazuka, l’inquiétude n’y était pas. Pourtant, il était attentif au moindre mouvement sociétal prouvant l’inverse tout en considérant le moindre mouvement suspect. Ce genre de moments était idéal pour les révoltes et attentats. Étant la dernière chose dont ils avaient besoin, Raizen avait pris soin de déployer des clones proches de l’assemblée qui participait à la protection et à la surveillance de tous. C’était son rôle à titre de corbeau et bien plus...

C’était nécessaire, pour la renaissance, pour le Fukkatsu, pour Kumo, mais aussi pour tout le Yuukan…

Trop de gens avaient sous-estimé la nation Kumojin, prophétiser à leur égard, proclamer des paroles fausses et condamné cette population. Il était dorénavant l’heure de fermer les lèvres de tous pour qu’ils ouvrent les yeux et observent ce qu’était vraiment le village du nuage, le temps qu’ils soient finalement disposés à écouter.

Mais avant tout, ils devaient solidifier le pouvoir en place. C’était important pour la suite des choses.

Songeant soudainement à la première fois qu'il avait rencontré Sazuka, les temps passés à étudier le fuinjutsu ensemble, la mission à Hayashi, la fondation du Fukkatsu, la réunion pour la coalition et maintenant cet événement, il ne pouvait s'empêcher d'échapper un léger sourire sachant que la seule constante dans tous ces événements avait été l'évolution fulgurante de cette femme. Elle représentait donc son meilleur pari pour révolutionner un village qui avait sauf d'évolution.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 19:28

Une rumeur courait dans la ville, se déplaçant de bouche à oreille à toute vitesse en gagnant parfois au passage un ou deux détails ajoutés par l’imagination de certains relayeurs. Une rumeur qui s’étendait de l’Arche Grise jusqu’au centre-ville. Comment ce cortège improvisé, qui avait pris forme à l’entrée du village et qui se dirigeait vers l’Assemblée, pourrait-il passer inaperçu. L’information semblée irréel : le Fukkatsu serait rentré au village. Et pourtant, aussi fou que cela puisse paraitre, ce n’était que la suite logique des événements. Quelques temps auparavant, Tengoku avait mis la main, par hasard, sur un tract de l’Empire du Feu qui avait vocation à être diffusé en masse dans tout le village.

Tengoku ne pourrait dire combien de fois il avait lu ce tract impériale. Lui qui avait débarqué à Kumo juste après la bataille contre le Teikoku n’avait toujours pas réussi à se faire un avis tranché sur les deux camps. Ce message était l’occasion de mieux comprendre les intentions de l’empire mais ses airs de propagandes en faisaient un outil dangereux qu’il fallait prendre avec des pincettes.

Propagande, le terme était le plus juste. L’empire, tellement sûr de la force de ses convictions, ne tentait même pas de s’en cacher en annonçant clairement qu’il accueillerait toute personne partageant les mêmes idées. Sur les faits, Tengoku partageait ces idées. Il était même choqué par la concordance des mots de l’empire avec ses pensées. Il aurait pu écrire certains passages. Pour lui, fervent amoureux de la justice et de la défense du plus faible, une partie du message était poignante. L’empire voulait incarner le défenseur des plus faibles, cela sonnait comme une illusion pour le Genin. Mais ceci n’était que des mots et restait à prouver. Leur retrait des troupes de façon pacifique du village caché des Nuages était leur premier acte qui allait en ce sens, à n’en pas douter. Pour ce qui était des justifications qu’apportait l’empire pour leur attaque sur Kumo, Tengoku ne put s’empêcher de s’énerver en ayant le rythme cardiaque accéléré par la lecture de ces mots. Ils n’avaient pas fait cette conquête pour eux ? Balivernes. Pour qui prenaient-ils les habitants de Kumo pour essayer de leur faire gober telle ânerie ? Venir sur un autre territoire, marcher dessus avec son armée et attaquer un village tout entier sans se soucier des pertes civiles… Et ils parlaient agir en tant que protecteur, à cette époque ? Ils pouvaient sortir tout un historique d’horreurs causées par des Kumojins dans le passé jamais ça ne justifierait leurs actes. Car qu’avaient fait les civils dans cette histoire ? Est-ce que les innocents morts à Hi no Kuni avaient-ils été tués par des civils Kumojins ? Surement pas. Alors leurs actes n’avairnt pas vraiment été si différent de celui des Kumojins dans le passé. Cela dit, ils avaient le mérite de revenir en arrière avant que ça dégénère encore une fois. Ils brisaient enfin le cercle perpétuel de la vengeance et la violence.

De son côté, le Fukkatsu était resté loin du village pendant tout ce temps. Avaient-ils abandonnés les Kumojins à leur triste sort ? Beaucoup prenaient ces défenseurs auto-proclamés comme des lâches ayant trop peur de l’empire pour tenter de les libérer de leur joug. Tengoku en pensait tout autrement. Enfin, des autorités avaient pensés aux habitants avant leurs propres intérêts. Là où l’Empire du feu réalisait à peine qu’ils n’avaient pas agi de la bonne manière, les membres du Fukkatsu avaient eu un an d’avance. Eux et la résistance auraient pu tenter d’agir durant ce laps de temps. Mais, ils en étaient conscients, une quelconque tentative aurait créé encore une bataille au sein même du village qui se serait soldée par la morts de centaines de villageois. Ainsi, le gagnant aurait peu importé. Et pour cela, Tengoku admirait déjà le Fukkatsu. Loin de leur patrie, ayant tout abandonné, ils ont préférés garder leur distance aussi longtemps que possible pour assurer la protection du village. Pour cela, Tengoku les en remerciait. Ils étaient tout sauf des lâches, ils avaient protégés le village par leur absence là ou d’autres seraient allé à la facilité quitte à tuer une poignée des siens.

Au final, sur le papier, l’Empire du Feu et le Fukkatsu n’étaient pas si différents en soi. Mais quelles étaient les intentions actuelles du Fukkatsu, que comptaient-ils faire du village dorénavant libre ? Quelle direction allait prendre les Kumojins ? Tant de questions auxquelles Tengoku ne se doutait pas d’avoir si vite l’occasion d’obtenir des réponses. En effet, dans la rue, le bruit qu’un petit cortège avec le Fukkatsu à sa tête se dirigeait vers l’assemblée était de plus en plus fort. Tengoku n’hésita pas à se rendre sur place.

Tengoku fut heureux d’arriver à temps. Une petite foule semblait se rassembler devant une femme brune plutôt jeune mais sans doute plus âgé que le Genin. Les chuchotements s’élevaient de plus en plus, Tengoku se contentait d’observer la femme accompagnait de quelques autres personnes et attendait avec impatience qu’elle prenne la parole, qui était-elle ? Uzumaki Sazuka, membre du Fukkatsu et Raikage autoproclamée. C’était donc vrai, ils étaient de retour. Tout comme le tract de l’empire, que Tengoku avait encore en poche, elle commença par un rappel des faits qui avait des airs de justification. Elle confirma néanmoins les convictions du jeune homme. S’ils étaient restés en retrait tout ce temps, c’était pour la sécurité des villageois. Un grand sourire apparu sur le visage de Tengoku, en cet instant il était fier d’avoir rejoint les rangs de Kumo. Elle continuea en précisant qu’un nouveau Raikage devait être élu mais, ça, Tengoku n’en avait cure. Il se fichait de qui ou quoi était à la tête du village. Ce qu’il souhaitait, c’est que ce dernier assure la protection du pays tout entier, voire plus. Il n’aurait jamais rêvé mieux que d’être dans une organisation dont les dirigeants œuvrés pour le bien commun plutôt que pour leurs propres intérêts. C’était là que Tengoku en voulait à l’ancien gouvernement. Quelle que soient les torts de l’empire, lorsque ce dernier avait débarqué à Kumo pour les soumettre les dirigeants de l’époque auraient dû tout simplement acceptés sans faire d’histoire. Encore beaucoup auraient vu cela pour de la lâcheté. Mais encore une fois Tengoku aurait vu à travers cette soumission le désir de protéger la population. Ce devrait être la priorité de tout ninja. Protéger tous les civils quels qu’ils soient, sans distinction de nationalité mais encore plus ceux sous sa responsabilité.

On vivait dans un monde et une époque où tout un chacun tentait de faire valoir ses droits quitte à écraser les autres ou parfois sa propre population. Alors que vivre dans une paix complète, sans distinction de nationalité était plus qu’une naïve illusion. Ce serait compliqué, certes, impossible ? Non. Si seulement certains abandonnaient leurs désirs de pouvoirs et de conquête les choses seraient sans doute plus faciles. Au final, le Teikoku faisait un premier pas en ce sens. Leur idéologie partagée à travers leur tract faisait naître en Tengoku l’espoir d’un avenir meilleur pour tout habitant du Yuukan. Mais aussi puissant qu’il se disait être, l’empire du feu ne pourrait réaliser un tel projet seul. Qu’en serait-il de la position du nouveau Kumo dans toute cette histoire. Alors qu’un jeune homme blond, que Tengoku avait brièvement croisé dernièrement, criait tel un fan durant une manifestation sportive, Tengoku osa prendre la parole puisse que la Raikage les y invitait. Plutôt d’une voix tremblotante et stressée au départ, il fut porté par la force de ses convictions.

« Raikage-sama, si je puis me permettre… » S’annonça-t-il pour commencer en s’avançant et marquant son respect pas une légère inclinaison du buste.

«Vous nous avez demandé de nous exprimer alors je me permets d’émettre à voix haute mes interrogations. Sous quel signe sera placé l’avenir de Kumo et même de tout le pays de la foudre ? Je veux dire… »

Il sortit alors le tract de l’empire qu’il avait dans la poche et qui était maintenant bien froissé avant de continuer.

« L’empire du Feu s’annonce comme un protecteur des plus faibles et s’engage maintenant à défendre plutôt d’attaquer. Plus que des mots, leur départ et la libération de Kumo est un signe allant en ce sens. J’ai espoir d’un avenir meilleur dans nos relations avec eux, quel est votre avis à ce sujet ? Pourrons-nous mettre de côté tous nos ressentiments passés pour travailler conjointement avec eux ? Personnellement… »

Tengoku hésita un instant avant de continuer, un peu gêné en détournant son regard de la femme autoproclamée Raikage.

« Je trouve leurs convictions fortes et très attirantes même si elles ont un air de propagande. Mais peut-être que si nous nous allions à eux un avenir radieux verra le jour pour tout le Yuukan. Je ne connais pas le passif de l’empire ni celui de Kumo, je m’en fiche en fait et je suis désolé si des personnes ont perdus des proches dans le conflit, je n’ai aucunement l’intention de les offenser. »

Cette fois, Tengku prit d’une nouvelle vigueur causée par son propre discours, avança encore un peu et haussa le ton pour s’adresse à tous plutôt qu’à la Raikage seulement.

« Mais pensez-y ! Vouloir vous venger ne nous fera récolter qu’un nouveau vent de morts, peut-être parmi les proches qu’il vous reste encore. Et, n’oubliez pas, eux aussi ont perdus des êtres chers, tout ça doit finir maintenant et nous pouvons faire plus que seulement rester retranchés dans notre position à défendre nos petits intérêts. »

Il montra du doigt une direction qui semblait indiquer la plus vaste partie de Kaminari no Kuni.

« Là-bas, dehors, il y a des personnes qui souffrent, des personnes qui ont faim et qui jouent leur vie chaque jour loin de la sécurité d’une enceinte d’un village caché. Qu’attendez nous pour agir pour eux ? N’est-ce pas là l’essence même d’un Shinobi ? »

Tengoku sortit alors son bandeau frontal qu’il gardait le plus souvent dans sa poche pour l’accrocher à son front.

« Et à ceux qui disent que les membres du Fukkatsu ne sont que des lâches, ceux qui les jugent, manifestez-vous donc devant eux maintenant. Osez, devant eux qui ont tout perdu il y a un an de cela en apprenant la conquête de leur village dans de lointaines contrées sans pouvoir agir. »

Cette fois il se retourna vers la Raikage et la regarda droit dans les yeux.

« Pour avoir préféré la sécurité des habitants plutôt que vouloir reconquérir votre place… »

Tengoku mit un genou au sol, un coude posé sur l’autre genou, toujours en fixant le regard de l’Uzumaki.

« Je vous serrez éternellement reconnaissant. »

Les projets qu’allaient avoir le nouveau Kumo serez-t-ils en corrélation avec les convictions du Genin orange ? Si ce n’était pas le cas, il resterait toujours la solution de l’empire…












Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 19:59
De l’eau avait coulé sous les ponts depuis la dernière aventure de notre jeune héros à la chevelure blanche. Et quelle aventure ! Il avait pris la décision la plus folle et insensée de sa courte vie de shinobis. Il s’était alors dressé face à l’Oppression et à l’envahisseur et avait tenté de les renverser à lui tout seul. Il savait qu’en coupant la tête, il ne donnerait plus cher de la peau du corps. Mais finalement, il avait échoué, lamentablement.

Sûrement trop confiant, il avait pris le combat du mauvais bout et s’était concentré sur l’adversaire à la peau la plus dure. Il n’était pas le plus puissant, mais bien le plus résistant. Et finalement, ce fut la plus imprévisible qui le força à prendre la poudre d’escampette. Une décision qui fut difficile, il fallait l’avouer. Pour l’égo, cela faisait très mal. C’était là son premier vrai échec, sa première veste prise dans la figure. Mais il le savait, il y en aurait d’autres. Et c’était cela qu’il avait ressassé durant de nombreuses heures lors de sa période de rétablissement.

Mais aujourd’hui, il était l’heure de rentrer à la maison.

- - - - - - - - - -

L’heure n’était plus aux faux semblants. Le Teikoku avait finalement quitté les terres de Kumo, du moins, c’était ce qu’avait entendu le jeune shinobi. Une nouvelle surprenante, et quelque peu inquiétante. Il connaissait bien les membres de l’Empire, ils étaient tous plus vils les uns que les autres. Les croire sur parole n’était donc pas une option.

Ainsi, en revenant dans son village qu’il ne connaissait que trop bien, Hiko appliqua plusieurs camouflages de bon niveau. Mais il ne les maintint pas bien longtemps, car il avait bien remarqué que la vie était revenue dans son village, que l’ambiance n’avait plus rien à voir. Cependant, il s’efforçait de maintenir son capuchon sur la tête, pour maintenir son identité inconnue aux yeux de la plèbe. Car ne l’oublions pas… La dernière fois qu’il avait foulé ce sol, il était… Capitaine de l’Empire du Feu.

Et tandis que les foules convergeaient vers l’Assemblée Calcinée, le jeune garçon ne s’y mêla pas. Il resta un peu en retrait, il ne voulait pas créer de vent de panique dans les foules lors de l’allocution de celle qui s’était auto proclamée Kage. Ce fut pourquoi il attendit que tous eurent prit places pour se déplacer de toit en toit. Il ne tenait pas à être plus discret que cela, mais ses déplacements étaient incisifs et contrôlés, on sentait qu’il avait recouvrer l’ensemble de ses forces depuis le dernier incident.

Tandis que Sazuka prenait la parole, Hiko s’était mis sur un toit, observant la scène à bonne distance tout en restant assez près pour entendre les paroles dites. Il vit de nombreuses personnes derrière elle, tous avaient quelque chose en plus, une aura saisissante. Nul doute qu’ils étaient des shinobis hors pair, le genre de personnes dont aurait eu besoin Hiko pour lutter face aux envahisseurs. Ils n’étaient pas des traîtres, ils ne les avaient pas abandonnés… Tout cela, c’était du vent. Hiko le savait bien. Pendant qu’il faisait le sale boulot, à tenter de maintenir la flamme Kumojine, eux ils se la coulaient douce en dehors du village. Et cela, il n’était pas prêt de l’oublier.

Mais l’heure n’était pas à la dispute, le village avait besoin d’unité, chose pour laquelle il tint sa langue et continua d’écouter les paroles. Il reconnut Kan, un membre de la Résistance qui avait fait ses preuves et qui était la bonté incarnée. Son cœur fut soulagé de le voir ici, en forme et toujours plein d’entrain ! Il scruta la foule mais ne vit pas les autres, priant intérieurement pour que tout le monde aille bien.

Et tandis que les regards étaient principalement portés vers Sazuka, Hiko resta passif. Capuche sur les épaules, cheveux au vent, un sourire affiché sur son visage. Il semblait en paix.

Le Teikoku paiera…
S’était-il permis de commenter suite aux paroles d’un jeune garçon aux cheveux roux qu’il ne connaissait pas. Il disait énormément de bêtises mais Hiko ne lui en voulait pas, il devait être encore tout jeune dans le système shinobi. C’était facile de parler lorsqu’on ne l’avait pas vécu, mais une fois dans la tempête… Il est bien difficile d’en sortir.

Cependant, sa petite phrase allait déclenché quelque chose que l’enfant aux cheveux blancs n’avait pas prévu…

Mais oui… C’est un Capitaine de l’Empire !
Fit l’un des manants se trouvant dans la foule qui avait reconnu Hiko.

Oups ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 21:54

Alors que je menais à nouveau ma petite vie, impatient de voir en quoi les récents évènements allaient amener du changement, je fus à nouveau spectateur d'un nouveau changement d'atmosphère. Assis sur le rebord de la fenêtre de mon appartement alors que j'étais en train de m'entraîner à la méditation et au zen, je remarquai des mouvements anormaux dans Kumo. La première fois que j'avais remarqué un changement dans le rythme du village des Nuages n'était nul autre au moment du départ des Teikokujin. La tension s'était rapidement faite sentir, amenant tout le monde à se regrouper ou à se méfier de ce qui pourrait se passer ensuite. La seconde était lors de l'arrivée des émissaires du Teikoku après ce départ précipité et l'arrivée du Fukkatsu. Ce dernier avait signifié la libération de Kumo, le départ des troupes Teikokujin et le retour au bercail des membres ex-kumojins qui étaient restés à l'écart du village pour je-ne-savais quelle raison. Non pas que je doutais de ces dernières, loin de là, mais je m'en moquais tout simplement.

Les deux premières fois, j'avais cru que cela apporterait de l'action, mais je m'étais trompé -et tant mieux. Mais peut-être que la troisième fois était la bonne, et que cette fois-ci il y aurait de l'action ! Quittant donc la fenêtre de mon appartement en sautant de toit en toit, comme la dernière fois je suivis le mouvement de groupe qui se dirigeait vers ce qui semblait être l'Assemblée Kumojin. Cette dernière était calcinée aux dernières nouvelles, et je ne savais pas très bien pourquoi tout le monde se dirigeait dans cette direction, mais je ne me posai pas beaucoup plus de questions. Lorsque j'arrivai à l'Assemblée, je fus un peu surpris de voir que nous avions à faire à un rassemblement organisé par les anciens membres du Fukkatsu. Restant un peu à l'écart sur un des toits, j'étais curieux de savoir ce qu'ils avaient à dire. Mais lorsque je découvris que c'était pour parler de leur retour, de leur légitimité et de tout un tas de questions politiques dont Tengoku -qui était visiblement présent- raffolait, je ne pus m'empêcher d'être un brin déçu. C'était loin de l'atmosphère de baston que je m'étais imaginé, et il allait falloir encore que je révise mes projets.

Pour beaucoup, mon désir de combat à tout va pouvait paraître futile, voir même infantile. Mais la véritable raison qui se cachait derrière mon désir de devenir plus fort n'était nul autre le Pays du Fer. Un endroit où je devrais passer à un moment ou un autre, une fois que je serais devenu suffisamment fort, pour revendiquer mon vrai nom. Mais cela, je ne pouvais le dire à personne pour l'instant. Assis sur le rebord d'un toit non loin, je laissais mes jambes se balancer énergiquement dans le vide alors que j'observais la scène. Il y avait bien évidemment les gens du Fukkatsu, ceux que j'avais vu il y avait peu aux portes du village. Ils dégageaient une certaine assurance qui démontrait leurs capacités, et cela me donnait des frissons. Mais il y avait une autre personne qui attira rapidement l'attention des spectateurs après le discours de Tengoku. Un Capitaine de l'Empire ?? Il devait être sacrément fort. Il avait les cheveux argentés, et il ne semblait pas beaucoup plus grand que moi, voir même plus petit ? S'il était toujours là, c'est qu'il avait déserté l'Empire, et les mots qu'il prononça allèrent dans ce sens. Je tournai la tête sur le côté avec un brin de surprise. Mais puisque tout le monde prenait la parole, je me levai à mon tour avec un grand sourire.

-Moi j'm'en moque que vous soyez partis ou pas, la situation va mieux maintenant et vous étiez kumojins. Mais vous avez l'air forte m'dame qui parle ! Et le monsieur derrière vous aussi ! Et le Capitaine qui n'est plus Capitaine aussi ! Ça vous dit qu'on s'batte ensemble ?!

Je ne les connaissais pas, comme la plus part des autres personnes assistant à cette réunion. Mais si les rumeurs disaient vrais, parmi eux se trouvaient de puissants membres dont celle qui avait été auto-proclamée Yondaime Raikage. Avant qu'elle ne reprenne ses fonctions -si c'était ce qui était à prévoir-, je voulais l'affronter et voir ce que valait notre chef ! Au moins, ça me donnerait un aperçu du niveau que je devais atteindre un jour. Et les autres membres du Fukkatsu ne seraient pas en reste. Je comptais bien tous les affronter, un jour. C'était donc avec mon sourire qui allait d'une oreille à l'autre que je restai debout, bien visible pour tous.

-Au cas où vous vous rappeliez pas, moi c'est Ikari, Fukkatsu no minna-san ! J'ai hâte d'apprendre à vous connaître !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 12:29
Assemblée

Une réunion à l’assemblée après le retour du Fukkatsu au village, elle n’a toujours pas reçu de nouvelles de la part de sa dulcinée. Si Hanae ne lui a pas répondu, c’est parce qu’elle devait sans doute être en mission. Ce n’est pas grave, la blonde sait se montrer patiente avec pas mal de chose et actuellement, la situation à Kumo semble animée avec tout ce qui s’est passé. Une enquête pour trouver des bombes qui s’avérait être juste de l’argile pour faire des vases. Dame Kao est loin d’être dangereuse, c’est juste une artisane depuis toujours et elle ne participe à rien à la politique ninja de ce monde. Medyûsa avait décidé de changer certaines choses, se tourner vers autre chose maintenant que la résistance était terminée. De plus, il fallait bien qu’elle alimente sa curiosité et ses connaissances dans d’autres domaines que les complots ou autres. Reprendre ses recherches sur le lieu des habitats des Kuchiyose, trouver un moyen d’obtenir le pacte des Serpent et peut-être, rejoindre sa Sendai à Urahi pour rejoindre l’Empire dès qu’elle aura terminé ce qu’elle aura à faire dans Kumo. Pour l’instant, elle se dirige vers l’assemblée calcinée pour écouter ce qu’avait à dire Uzumaki Sazuka. La Yasei ne la considère pas comme la Yondaime Raikage, peu importe ce que pouvaient en penser certains. La kunoichi arrive à destination et y voit quelques personnes, il y avait un peu de monde. Tous curieux de savoir ce que ça dira exactement. La Hebi est aussi curieuse et elle se faufile dans la foule pour tenter de trouver un bon emplacement pour bien écouter et pourquoi pas, prendre la parole si nécessaire.

À l’écoute, attentive à chaque parole que Sazuka prononce, la blonde ne cherche pas à prendre directement la parole. L’Uzumaki explique son ancien grade, son ancien rôle ainsi que sa place temporaire de Raikage durant l’occupation. De plus, elle fait une mise au point de ce qu’était le Fukkatsu, ce ne sont pas des déserteurs, mais bon, la blonde avait compris cela. Et la raison pour laquelle, ils ne sont pas revenus directement. En réalité, cela avait du sens, c’est vrai que cela aurait causé des morts et de la destruction s’ils avaient agi directement en cherchant à reprendre illico presto le village, aux mains du Teikoku. Cela aurait tourné en champs de bataille y mêlant de pauvres civils incapables de se protéger ou se défendre correctement. Ils ont préféré continuer leur mission, car c’était la seule possibilité et la meilleure selon eux. Par la suite, elle indique que son rôle de Raikage, comme mentionner dans les tracts, n’est pas temporaire et qu’un autre pourrait prendre sa place selon le Seigneur et la participation d’autres Shinobi pour le poste. On ne va pas se mentir, elle sait très bien que personne ne se présentera au poste de Raikage. La plupart des Kumojin resté et présent à Kumo sont des Genin, ils n’ont pas la force ni la réputation adéquate pour l’être. De plus, les membres du Fukkatsu ont choisi Sazuka pour l’être, même temporairement donc aucun d’eux malgré leurs exploits et forcent ne se présenteront contre elle. En gros, Medyûsa n’est pas idiote et sait très bien qu’Uzumaki Sazuka sera la prochaine Raikage du village. Il fallait être naïf pour ne pas le savoir. Enfin, il fallait bien faire ça dans les normes et les règles pour éviter qu’elle s’impose illégitimement à ce poste. La brune demande si certains souhaitent prendre la parole. La blonde reste muette et attend que certains prennent la parole.

Un type prend la parole, un blond, totalement à l’ouest et manquant carrément de maturité dans sa façon de s’exprimer. Pour lui, Sazuka est déjà Raikage, elle trouvait ce comportement exaspérant. Surtout qu’il ne dit rien d’intéressant. Une autre personne prend la parole, un roux, sans doute un autre Genin, mais elle ne le connaît pas. Cela dit, il semble plus mature, intelligent et censé que l’autre blond. Il dit des choses intéressantes par rapport à Kumo et le Teikoku, un homme sensé dans cette assemblée. Enfin, encore un qui la considère comme Raikage, il est clair que beaucoup ont pris position pour elle sans forcément la connaître. En tout cas, il pose de bonnes questions et importantes pour l’avenir du pays, voire du village aussi. En l’écoutant un peu plus sur ne pas se venger contre le Teikoku et rendre l’avenir plus lumineux, ça faisait penser aux discours et à la mentalité d’Hanae. Cela donne un léger sourire à la Hebi. Or, contrairement à lui, Med ne s’agenouillera pas devant elle ni un autre membre du Fukkatsu pour leur remercier de quoi ce soi. Après tout, si le Fukkatsu est revenu à Kumo, c’est grâce à la Résistance qui les a prévenus du départ des Hijins et que quelque chose d’obscur se préparait, même si finalement, il n’a rien eu. Un autre prend la parole, ayant reconnu un capitaine du Teikoku et un autre électrifiant qui prend la parole aussi, mais sans réel intérêt, en soi.

La blonde soupire en les écoutant, à croire que celui qui a eu que des paroles sensées sur 3 interventions viennent tout de même d’un Génin, c’est triste. À croire que certains ne sont juste que des barbares sans cervelles cherchant juste à se battre ou à jouer au mouton. « Je m’appelle Medyûsa, enchantée. Le rouquin a posé de bonnes questions, voire très intéressante pour l’avenir du pays, voire même du village. Je n’ai pas grand-chose à rajouter là-dessus sauf lui donner raison sur le fait que chercher une vengeance contre le Teikoku ne nous mènera à rien, hormis de devenir Yamanaka Rei. On a tous vécu dans l’annexion de l’Empire enfin sauf vous les membres du Fukkatsu, n’ayant jamais senti une quelconque pression lorsque vous sortez de chez vous, en vous demandant si ces derniers vont s’amuser à faire des raids pour le plaisir ou pour assouvir leur soif de vengeance, de colère contre Kumo après que vos prédécesseurs ont commis. M’enfin j’ai toujours tendance à vouloir mettre le passé derrière moi après avoir trouvé une solution pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Serait-ce le cas pour vous tous au Fukkatsu ? Ainsi que les autres Kumojins ? Je pense comprendre que certains ont un sentiment de colère contre l’Empire au vu du temps de l’annexion ou s’ils ont eu des différends avec eux. Pour vous autres Fukkatsu, je peux, peut-être comprendre aussi une certaine colère d’avoir été impuissant pour ne pas libérer Kumo en prenant le risque de nous laisser pour éviter plus de destruction et de mort, cherchant de meilleures solutions…et aussi, l’impossibilité d’entrer chez vous à cause de cela. » Dit-elle prenant une courte pause dans sa prise de parole. « Cela dit, je ne suis pas comme ceux qui prennent la parole. Je ne considère pas, vous, Uzumaki Sazuka comme ma Raikage, comme tu l’as dit, c’est temporaire et c’était durant l’occupation de l’empire. À mes yeux, tu es redevenu une Jônin, mais tu n’es pas une simple Jonin ni un inconnu sans faits d’armes. Certains te considèrent comme Raikage et je ne suis pas naïve. Contrairement à d’autres, tu as plus de chances à le devenir officiellement que nous autres Kumojin, la plupart sont des Genin dont moi. Le Fukkatsu t’a nommé Yondaime Raikage, sans doute pour en faire un symbole et dire que Kumo n’est pas mort. Cela dit, je ne prévois pas l’avenir, mais j’aimerai qu’ici, on n’oublie pas non plus la Résistance et le risque que certains ont pris, je parle de la fameuse Chouette qui a combattu face à quelques hauts gradés du Teikoku, soit en profitant de l’effet de surprise, du désespoir bref même si ça a failli causer notre perte. Je faisais partie de la résistance de Kumo, j’ai enquêté sur une possibilité de piège du Teikoku par rapport à des bombes vu qu’une Metaru nous a parlé du Chokôku capable de raser un village. » Dit-elle.

Medyûsa prend une pause, regardant autour d’elle et assumant ses paroles. À dernière nouvelle, Sazuka a laissé la possibilité à chacun de s’exprimer. La blonde s’exprime avant qu’il soit trop tard. Elle reprend la parole. « Je ne sais pas ce que vous avez fait en dehors de Kaminari, peut-être à la recherche d’allié, d’un plan, d’une arme, mais bref, tout ce que j’ai retenu, c’est votre tract peu commode et idiot. Si ma mémoire est bonne, elle ressemblait à quelque chose pour inciter à la haine et vous proclamez des menaces envers le Teikoku, mais pas à de l’espoir. J’ai trouvé cela injuste et maladroit de votre part, car vous, vous vous trouviez à l’extérieur du pays et donc, vous n’étiez pas dans Kumo à ce moment-là. Votre action, vos propos, cela aurait pu engendrer des morts ou des prisonniers en guise d’exemple et de réponse à votre tract. Tout comme le combat qu’il y a eu lieu ici même avant le départ des Hijins pour Urahi. La violence et les menaces ne font pas avancer les choses dans le bon sens, la diplomatie fonctionne bien, mais parfois pas, selon l’individu. On a eu beaucoup de chance que l’ancienne régente et ce Teikokujin roux se sont montré cléments, qui ont compris certaines choses pour éviter un cercle vicieux dans la vengeance… » Elle regarde fermement Sazuka et certains Kumojins. « Je vais poser la même question que le rouquin, Pourrons-nous mettre de côté tous nos ressentiments passés pour travailler conjointement avec eux ? Pourriez-vous être capable de vous montrer meilleur que nos prédécesseurs est Yamanaka Rei ? Vivre en mettant la vengeance et la haine aux oubliettes pour éviter ce fameux cercle sans fin ? Pour moi, je ne combattrai pas si c’est pour une vengeance, je préfère me tourner vers l’avenir où nous pouvons vivre en paix avec nos voisins et nous reconstruire. Le Teikoku nous a envoyé la balle dans notre camp pour montrer ce que l’on vaut alors autant leur montrer qu’on n’est pas aveuglé par une quelconque colère ou vengeance. » Dit-elle en croisant les bras. « D’ailleurs, sera-t-il possible de vous parler en privé après cela ? S’il vous plaît. » Finit-elle là-dessus.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Odai Kiseru
Odai Kiseru

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 12:59
Tenir une réunion à l’échelle du village au sein de l’assemblée calcinée était un message particulier. En effet, la salle était significativement marquée par le passage de l’Empire du feu et il n’était donc pas simple de tenir une allocution sans être immédiatement ramené au souvenir discutable de cette occupation. Du reste, Kiseru était venu écouter ce qui allait se dire comme tout homme soucieux d’apprendre de quoi le futur sera fait. Ô il ne fut pas déçu, Uzumaki Sakuza avait pris la parole et avait parlé en Kage. Ô il souriait mollement à l’idée qu’une élection allait avoir lieu ; le monde shinobi était-il donc celui du consensus et de la démocratie ?

Kiseru fumait frénétiquement et, se faisant, un léger nuage se formait autour de lui suscitant l’indignation de certains membres de l’assemblée. Mais l’épaisseur de ses bras associée à son regard impérieux ne laissait que peu de place à la contestation. Installé au fond de la salle, dans une posture nonchalante, il se demandait bien quel était le but réel de cette assemblée. Serait-ce seulement question d’organiser une prise de pouvoir consensuelle et tranquille ?

Vint le temps des questions et plusieurs individus prirent la parole. Le sourire léger de Kiseru continua de s’étendre tandis qu’il manqua à plusieurs reprises de s’étouffer dans sa propre fumée tant les propos tenus lui semblaient extravagants. Un premier s’inquiéta surtout de la sécurité et du risque de « vengeance ».

« Bien beau de ne pas vouloir se venger, mais il faut bien asseoir un minimum la force du village caché et du pays si l’on veut éviter que d’autres nations tentent une annexion… » Murmura Kiseru quelque peu dubitatif.

Le plus formidable fut probablement le shinobi qui demande tout simplement au futur probable Raïkage s’il voulait se battre ! Kiseru éclata d’un rire gras et frappa sur sa cuisse comme un buffle. Ce fidèle des bars en avait déjà entendu des forfanteries de haute volée mais celle-ci venait de faire une entrée fracassante sur son podium.

« Tu ne manques pas d’aplomb gamin ! Mais a priori tu manques cruellement de sens commun et de clairvoyance… » Rétorqua-t-il à haute et intelligible voix.

Une autre femme prit ensuite la parole et posa moult questions, il manquait pourtant toujours quelque chose. La crainte d'une vengeance était manifeste mais cela ne suffisait pas à Kiseru.

« A priori, on est tous d'accord pour dire que l'occupation fut pénible et que la rancoeur n'a pas sa place ici. Mais... Tout de même ! »

Son intervention ayant attiré une partie de la salle sur lui, notamment les yeux calmes de la probable future Kage, il en profita pour poser une question qui lui semblait centrale. Une interrogation mesurée mais plus combative que les précédentes.

[b]« Pardonnez-moi, je vais me permettre une question puisque j’ai votre attention. Je suis convaincu qu’il y a de jeunes shinobis, tel que moi, qui sont assez intéressés par votre position vis-à-vis du Pays et du village caché. Après tout, si vous souhaitez une élection, il va bien falloir que nous connaissions votre vision du futur.

Je ne crois pas réellement en la notion de paix. A tout le moins, je pense que les shinobis et le village caché doivent être prêts à toute éventualité. Et j’aimerai qu’enfin nous disposions d’une véritable volonté de nous affirmer comme une puissance militaire et comme une nation qu’il faut respecter. Se faisant nous protégerons mieux ceux qui doivent l’être. Et, je le crois, cela nous permettra d’éviter de nous réunir encore dans des enceintes calcinées qui ne démontrent que trop durement notre faiblesse passée.

Alors, Sakuza-sama, dites nous ! Quelle est votre volonté pour le futur ? Est-ce qu’un genin comme moi peut espérer un nouveau rayonnement de notre village ? Ou dois-je frémir à l’idée qu’un jour, un autre empire ou une autre nation viendra à nouveau piétiner notre honneur !
»


Et il salua Sakuza avec respect mais sans manière et sans affectation. Le titre de Raïkage ne lui incombait pas encore et la véritable déférence qui lui était associée non plus !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7119-katagiri-asano https://www.ascentofshinobi.com/t7147-katagiri-asano-carnet-de-route#59980
Henpō Ryūjin
Henpō Ryūjin

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 14:44
Le jeune homme serra son poing à l’écoute de celle qui s’était présentée comme Raikage par intérim. Il avait parfaitement conscience de ce qu’elle disait. Au final, on pouvait un peu considérer que Ryūjin aussi était en mission lors de l’attaque, puisqu’il était alors un jeune gardien de la stèle du dieu des éléments. Cela ne l’empêcher pas de trouver que d’un côté, celle qui s’exprimait avait fait preuve de lâcheté. Pour lui, ne pas revenir à Kumo, malgré l’occupation, c’était un comportement de déserteur fuyant face à l’adversité. Cependant, la prise de parole d’un jeune homme de son âge devant l’assemblée calcinée fit progresser le point de vue arrêté du balafré.
Lorsque celui-ci avait pris la parole, il avait fermement acquiescé. La vengeance amènerait au pire. Kumo avait déjà récolté le prix lourd de ses actions par le passé. Il fallait se tourner vers un avenir où la rancune à l’égard des autres n’aurait pas sa place pour le bien commun. Cependant, pour le jeune homme, il restait un problème de taille face à cela. Le système des villages cachés avait certes ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Réunir la puissance militaire d’un pays sous la bannière d’un village, travaillant pour un seigneur, entrainait une féodalité complexe. En cela, le jeune homme trouvait qu’un Empire, à l’image du Teikoku, avec à sa tête un chef cumulant le rôle de seigneur et de Kage, offrait au monde une organisation plus stable et solide. À même de mieux protéger et contrôler l’entièreté de son territoire. La rage du brun à l’égard de ceux qu’il pensait lâche à l’écoute du roux. Cependant, la responsabilité des échecs politiques de Kumo et de la foudre ne changeait pas, et porterait à jamais sur le Kage et Seigneur. Le balafré s’approcha dans la masse des gens présents du rouquin. Avant même que les lèvres de ce premier ne s’eussent mû, une autre personne s’exprima longuement, elle aussi désireuse de paix et non de vengeance. Ryūjin planta alors son regard vers Uzumaki Sazuka afin de voir la moindre de ses réactions à ses dires, pour comprendre où se situait réellement son opinion. Lorsqu’il entendit un autre prendre la parole, il serra les dents. Il n’avait vraiment pas compris l’avis des autres. Ryūjin fit un pas de plus, et releva sa mèche en redressant sa tête, pour que tous regard qui se tourne vers lui constate la cicatrice sur ton visage.

– Ici je ne suis personne, ou guère plus qu’un jeune shinobi dont l’avis paraîtra sans doute bien futile à bien des gens. Cependant, je crois avoir hérité de mes enseignements, un peu de la sagesse des moine qui m’ont tout appris. Loin de moi l’idée de prétendre égaler leur sagesse. Toutefois, je ne peux qu’acquiescer de toute mon âme au désir de paix que j’ai entendu. Je suis tout le contraire d’un être naïf, et l’histoire de la cicatrice sur ma face en est le trait. « Nanji heiwa o yoku saba,-sen e no sonae o seyo », il faut préparer la guerre pour avoir la paix. Bien sûr dès lors que cette paix est chimérique. Cela dit, ce n’est pas en allant au-devant du combat pour se venger que l’on gagne. Ce sont les désirs éhontés de vengeance et de violence — bien loin de la sagesse et de la science qui fit rayonner Shitaderu — qui a conduit à la perte de Kumo, dirigés par ceux-là même qui portaient le titre prestigieux d’Ombre de la Foudre.
Alors, sauf votre respect, Raikage, et aussi celui de tous ceux qui me sont hiérarchiquement supérieur, je me dois de poser une question qui me parait des plus légitime. Est-ce Kaminari ou Kumo qui a besoin d’un chef ? Notre pays tout entier a subi les dommages de cette crise inédite. Le seigneur de nos terres est-il toujours légitime ? Le système politique fait de la dualité entre un Kage et Seigneur fonctionne-t-il réellement ?
Certains me renverront à mon statut d’adolescent pour me priver de parole. Néanmoins, j’aimerais rappeler à tous qu’il y a cinq années, Shitaderu était le fleuron de la science. Cela fait trois ans que nous avons élu le premier Raikage. Le passage au pouvoir de ceux qui lui ont succédé, fut aussi bref que vain. Trois ans, trois Raikage, bientôt peut-être une quatrième ombre légitime pour la foudre… Où en sont nos avancés et notre pays ? Qu’en est-il dans les pays qui ont choisi ce même système de représentation ? Kiri, le premier à l’avoir mis en place, dois-je vraiment parler de leur situation ? Quant à Iwa ? S’ils s’en sont mieux sortie que nous, ils ne sont pas passés loin de subir notre sort…
Alors si nous sommes véritablement bien tous enjoints à vider notre sac… J’aimerais que chacun se demande si la bonne solution est de continuer la représentation par le système du village caché. Peut-être serez-vous choqué. Mais si de toute mon âme je suis Kumojin, je pense qu’un système impérial ou approchant, ne pourrait que nous être bénéfique. Quoiqu’il soit décidé, je serais derrière mon pays, mais j’aimerais que tous réfléchissent réellement et avec sincérité à ce que je viens de dire…


Le jeune homme s’était montré attentif à ce qui s’était passé par-delà le monde à chaque instant depuis son départ de Kumo. Aujourd’hui, il n’avait aucun poids ou presque, mais il voulait tout de même parler en son nom afin de rester toujours, fidèle à son esprit.


Dernière édition par Henpō Ryūjin le Mar 22 Sep 2020 - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9406-achevee-henpo-ryujin-100#79369
Sharrkan
Sharrkan

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 15:06
Les nerfs du Kazejin était encore à vif après la discussion avec le Porte-Parole du Teikoku et pourtant, il n'y avait pas le temps de se délecter du retour à la maison. Sazuka, en tant que Raikage élue par le Fukkatsu, devait prendre la parole devant les Kumojins. Et eux, le Fukkatsu, devaient montrer un front uni à la population. Ils devaient rétablir la vérité plutôt que de laisser chacun s'engager sur de fausses suppositions.

C'était un honneur de se tenir là, au milieu de ceux qu'il considérait comme sa famille. Mais aussi ô combien difficile d'entendre des conneries et d'être obligé de rester poli. La diplomatie faisait partie des choses qu'il avait appris à développer avec le Fukkatsu et il en avait plus que jamais besoin. Certains Kumojins semblaient content de les voir et de voir Sazuka, d'autres semblaient plus sceptiques. Et c'était bien normal d'ailleurs ; c'était pour ça qu'ils étaient venus.
Et les Kumojins étaient loin d'être muets. Chacun y allait de sa petite phrase ou de son grand monologue. Et si la plupart s'exprimaient respectueusement, ce n'était pas le cas de tous. Sharrkan était au courant qu'en venant ici, ils devraient certainement faire face à des détracteurs, surtout après les tartines de conneries exposées par le Teikoku sur les murs de leur village.

Un roux en particulier avait pris la parole et son discours semblait être bien réfléchi, ses questions pertinentes. Un autre brun avait carrément demandé un duel avec Sazuka et Raizen. Et sur le toit, un jeune ado aux cheveux blancs semblait avoir causé quelques tensions dans la foule. Hiko... était finalement vivant. Il avait affronté le Teikoku en combat singulier et s'en était apparemment sorti sain et sauf ? Sacré gamin. Sharrkan ne put s'empêcher de lâcher un sourire.

Mais son sourire s'effaça vite lorsque la blonde commença son long monologue. Son discours, contrairement à celui du roux, était décousu en plus d'être totalement ignorant. Peut-être avait-elle énormément souffert pendant cette période et c'était donc ses émotions qui parlaient à sa place... Mais en tout cas, eux, le Fukkatsu, ne devaient pas s'offrir ce luxe. Peu importe les agressions, ils devaient suivre leur ligne de conduite.

Mais Sharrkan sentait que Kyohei à côté de lui, avait de la peine à se contenir. Et il le comprenait totalement. Il savait ce qu'il avait traversé pour en arriver là et il savaient à quel point ces paroles étaient injustes et blessantes pour lui. Mais le Kazejin ne pouvait pas le laisser céder à la colère, pas ici. Profitant de la discrétion offerte par les longues capes, il attrapa les doigts du Kawashima. Il était là, il le soutenait.

« Ne les laisse pas t'avoir. Nous, on sait ce qu'on vaut et ce qu'on a fait. » chuchota-t-il pour Kyohei seulement.

Puis il avança de quelques pas.

« Sazuka, si tu me permets, je voudrais dire quelques mots. »

Inspire, expire. Ne laisse pas la colère gagner. Dis ta pensée, mais reste courtois. Un grand sourire éclaira son visage.

« Bonjour à tous. Je suis Sharrkan, Kyoujin du Fukkatsu. Mais avant tout un Genin de Kumo, comme beaucoup d'entre vous. » Il montra son bandeau fièrement. « Alors je ne vais pas vour mentir ; je n'étais pas avec eux à Hayashi. J'étais ici-même, j'ai participé aux combats contre l'Empire et je ne suis pas le seul. Alors oui, après notre défaite, j'ai eu un choix à faire et j'ai choisi de partir. Appelez-moi lâche si ça vous chante. » dit-il en faisant un geste de la main.

Il ne se considérait pas comme un lâche ou comme un déserteur, pas plus que ceux qui avaient fait le même choix. Mais si certains voulaient le considérer comme ça, grand bien leur fasse ; ce n'était absolument pas son problème.

« J'ai été ramassé par un groupe de Kumojins. Ils venaient de voir le sang, la guerre, la mort et la prise de leur village et pourtant ils avaient déjà un objectif bien clair : rejoindre ces personnes à Hayashi. Parce qu'avant même de les informer de la situation, de connaître leurs avis, ils savaient qu'ils pouvaient leur faire confiance. Que s'ils devaient se tourner vers une personne pour les guider, c'était Sazuka. »

Il arrêta quelques secondes pour reprendre la parole et peser ses mots.

« Personne n'oublie la Résistance, il n'a jamais été question de ça. Le Fukkatsu et la Résistance sont les deux facettes d'une même pièce et avant tout, nous sommes tous Kumojins. Mais nous ne pouvons pas parler à leur place alors si les leaders de la Résistance veulent s'exprimer, ils peuvent certainement venir le faire. Mais je pense pouvoir parler au nom de tout le Fukkatsu en disant que nous sommes admiratif de tout ce qui a été accompli dans l'enceinte du Village. Personnellement, je suis très fier de vous tous et je reconnais bien là le peuple Kumojin. » dit-il en souriant.

« Comme nous ne pouvons pas nous mettre à votre place, vous qui êtes restés, vous ne pouvez pas non plus faire des suppositions sur ce que nous avons fait et vécu. A quel point... c'était difficile d'être si près du village sans pouvoir intervenir. Parce que croyez-moi, beaucoup auraient pris les armes à la première occasion pour délivrer Kumo par la force. Mais heureusement, Sazuka et Raizen ont réussi à tous nous rassembler sous les mêmes idéologies. Je dis heureusement parce que comme vous l'avez souligné, rien de bon n'en serait sorti. »

Il eut un petit rire.

« Par contre, c'est bien naïf de croire que le Teikoku s'est retiré par clémence. Ils savaient très bien que face à la Résistance et au Fukkatsu, coordonnés pour attaquer à la fois de l'intérieur et de l'extérieur, ils n'avaient aucune chance. Mais je vous laisse libre de croire ce que vous voulez. »

Son regard se posa sur la blonde.

« Et le tract n'avait absolument rien d'idiot et c'était co-signé par la Résistance. Comme tout le reste, il a servi à faire pression sur l'Empire pour les pousser à se retirer pacifiquement et tout a parfaitement fonctionné. C'était même notre unique but. Par contre, si tu fais vraiment partie de la Résistance, tu dois être sûrement au courant que le Fukkatsu avait des contacts à l'intérieur de Kumo et même des membres infiltrés. Nous étions au courant de ce qui se passait à l'intérieur des murs et bien entendu prêts à intervenir en cas de besoin, comme aujourd'hui. »

Toisant à nouveau la foule, Sharrkan déclara :

« Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincu du bien fondé de nos actions et qui ont peur d'une nouvelle guerre, sachez que Sazuka et Raizen ont eu l'occasion tout à l'heure d'exécuter le Porte-Parole de l'Empire et l'ancienne Régente et qu'à la place de ça, ils leur ont tendu la main. Et notez aussi que Sazuka laisse le choix au peuple d'élire leur Raikage ; il me semble que ce n'est pas le déroulement habituel dans les villages cachés et je trouve que ça en dit long sur le genre de personne qu'elle est. »

Pfiou, il n'avait jamais autant parlé de sa vie, mais putain ce que ça faisait du bien. D'avoir parlé comme ça, de tout déballer, lui avait fait un bien fou. Ses plaies cicatrisaient. Il se tourna vers Raizen et lui chuchota avec un clin d’œil :

« J't'ai battu. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Nakamura Syoto
Nakamura Syoto

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 16:44
Cette réunion inattendue dans l’Assemblée calcinée faisait sourire le blondinet qui s’était installé au fond de la salle, adossé contre le mur avec les bras en croix. Le fait d’adopter cette posture nonchalante lui permettait de passer inaperçu au sein de la plèbe, et ainsi observer en toute discrétion les personnes présentes dans les lieux. Le temps d’un instant il remarqua un individu semblable à l’homme qui se tenait derrière la prétendue Raikage, était-ce lui le responsable du bon maintien de ce rassemblement ? A la vue de ce dispositif, le Nakamura pouvait obtenir la réponse à son interrogation, et selon lui il y avait certainement d’autres membres qui étaient affectés à cette tâche ingrate qu’était la surveillance. Le jeune homme ambré s’attardait à présent sur les différentes prises de paroles sans lâcher de vue le groupuscule qui se tenait devant la foule.
« C’est donc elle Sazuka… » murmura-t-il à lui-même.
Chacun des intervenants avaient des arguments recevables sauf un seul et malheureusement cela concernait son élève, Kappa Tengoku. Le gradé commençait à avoir l’habitude de voir son disciple se croire au-dessus de tout le monde, comme s’il connaissait tout et qu’il avait tout vu. Le comportement adopté par l’orangé tapait sérieusement sur le système du professeur qui assistait impuissant à ce piètre discours théâtral. Inconsciemment, il laissa échapper un long soupire de mécontentement. Mais bon que voulez-vous ? Le flavescent s’était déjà engagé à le prendre sous son aile et il lui était impossible de faire machine arrière, simplement subir en silence l’arrogance du jeune homme.
D’après les dires d’un des villageois, un Capitaine de l’Empire se trouvait également sur place, était-il là pour épier cette réunion ou pour d’autres raisons ? Seul le service de sécurité allait décider de son sort, Syoto ne s’en préoccupait pas tellement puisqu’il ne le considérait pas comme une menace. Depuis l’occupation, l’ambré n’avait jamais manifesté le moindre sentiment d’hostilité envers les membres de cette faction naissante, pensant que les responsabilités étaient partagées entre Kumo et le Teikoku. Pour l’heure, il y avait d’autres préoccupations plus importantes comme mettre le doigt sur le phénomène qui lui avait octroyé ses capacités d’assimilateurs, plutôt que de se cantonner dans de vieilles querelles stériles et interminables. Ou encore rétablir l’institution qu’était Kumogakure no Satô avant la descente aux enfers.
L’androgyne se racla brièvement la gorge et s’apprêta à prendre la parole pour s’adresser directement à l’autoproclamée Ombre du village. D’une voix éclaircie et audible pour tout l’auditoire, il prononça ces quelques mots.
« Ne penses-tu pas que c’est une perte de temps que de procéder à une élection ? Actuellement, il n’y a majoritairement des personnes peu voire totalement inexpérimentées au sein de la cité. A mes yeux il n’y a que deux personnes qui peuvent prétendre au titre de Raikage : le créateur du mouvement de la résistance ou alors l’un des membres du fameux Fukkatsu. Etant donné que personne ne connait l’identité du chef de la résistance, il ne reste donc plus qu’une option et elle est très simple… »
Il marqua volontairement une pause pour tout le monde puisse assimiler aisément ses dires.
« Comme il a été dit, certains d’entre vous étiez à Hayashi durant l’assaut mené par le Teikoku et parmi vous il y avait des gradés n’est-ce pas ? Ces mêmes supérieurs qu’ainsi les autres membres de statut inférieur t’ont désigné comme Yondaime Raikage, c’est qu’il y a bien une raison. Sans véritablement me mouiller, on peut dire qu’ils ont placés en toi un certain espoir pour représenter notre village sur le plan interne mais également à l’internationale. Dans ce cas... Faisons leur confiance. »
Beaucoup pouvait penser que le Chûnin manquait ouvertement de respect en tutoyant l’Uzumaki de la sorte, au fond il était difficile de leur donner tort. Il y avait une chose qu’ils ne savaient pas : le borgne n’avait que faire des titres préférant s’adresser directement à la personne. Preuve qu’il mettait tout individu sur le même pied d’égalité. Bien évidement il s’attendait à recevoir les foudres de la foule et même de la principale concernée, mais bon, il ne changerait pas sa manière de faire pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7895-syoto-termine http://www.ascentofshinobi.com/t8045-la-releve-carnet-de-bord-en-cours#66953 http://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Metaru Anzu
Metaru Anzu

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 17:36
Anzu était sur place, comme tout le monde, aussi bien les membres de Kumogakure que les membres du Fukkatsu. Cela la rendait nerveuse de se retrouver à nouveau chez soi, pas spécialement qu'elle s'y sent mal, mais disons qu'Anzu n'aimait pas vraiment être vu comme une étrangère dans sa propre maison. Et puis, elle ne voyait pas Yamiko, et cela l'inquiétait un peu, après tout, c'est grâce à elle que le Fukkatsu a pu entrer en contact avec le chef de la résistance, chef ... qui se cache, ou du moins, qui a tenté de se cacher avant de se faire reconnaître par un membre de la foule très bruyant. La Sendaï se retenait du plus profond de son être d'en profiter pour le descendre, lui qui s'est engouffré dans les engrenages de la violence et du bellicisme, ayant tenté de tué les autres capitaines du Teikoku. Elle a entendu ce qu'il a fait, et lorsqu'elle a pu découvrir plus tard que ce ne sont pas des conneries et des bruits de couloir, elle se sentait haineuse envers cet homme qui avait décidé de lancer sa guérilla tout seul.

- Sairyo Hiko !

Dit-elle avant de s'approcher de l'homme perché sur le toi, son ombrelle sur l'épaule, observant le jeune homme qui a été responsable de cette attaque des capitaines. Evidemment, cela semblait être un rebelle vu qu'il s'est lancé contre le pouvoir du Teikoku en place. Elle observait l'homme, toujours sous son ombrelle, mais prête à le poursuivre s'il tentait de fuir.

- Vous qui avez directement attaquer les autres capitaines du Teikoku, en étant vous-même capitaine et en vous battant "pour Kumo", descendez et venez vous expliquez devant toutes ses personnes. Pourquoi avoir commis de tels actes ?

La jeune Sendaï voulait qu'il se confesse au monde entier, comprendre quels étaient ces enjeux, hormis la satisfaction de couper les têtes de l'empire Teikoku pour une pseudo-liberté qui n'aurait pas duré dans une future atmosphère de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13306-metaru-anzu#117689 https://www.ascentofshinobi.com/u784
Kawashima Kyōhei
Kawashima Kyōhei

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 19:45
Nous étions là. Fukkatsu, à nous tenir face à une assemblée de Kumojins. Tous aussi différent les uns que les autres, mais réunis autour d’un espoir commun ; la Renaissance de Kumo. Car Kumo pouvait enfin passer à autre chose.

Je n’avais toujours pas avalé la façon dont le Teikoku avait procédé. Passer pour les gentils aux yeux du monde, prôner la paix ? Les plus gros des escrocs de tout le Yuukan oui. La pègre organisée du monde entier devrait aller prendre des cours dans les institutions Hijines. Ils en ressortiraient encore meilleur. Une belle bande d’hypocrites.

Sazuka parlait. En réalité, ce n’était pas la meilleure oratrice du groupe à mon goût, mais ces prises de paroles étaient réfléchies et concrètes. Elle parlait de beaucoup de choses, de nous membre du Fukkatsu et Kumojins. Non pas des déserteurs comme certains pouvaient le penser. Bref, je ne m’attardais pas trop aux paroles de la Raikage. Je les connaissais.

Venait ensuite la partie plus redondante. Celle où on pose des questions, on discute et donne ses idées… Certains parlaient réellement pour ne pas dire grand-chose. Des idées de paix et de bisounours. En soit, ce n’était pas de mauvaises idées et c’était aussi celles auxquelles aspiraient le Fukkatsu. Je les respectais. Ce que je ne respectais pas en revanche, c’était les paroles du rouquin, l’un des premiers à prendre la parole si on oubliait l’énergumène du premier rang. D’ailleurs, c’était à se demander si ce n’était pas le frère du Sharrkan d’il y a une année.

Bref, le rouquin. Un imbécile. S’en foutre du passé c’était cracher à la gueule de tout le monde ici présent. Un autre homme, perché sur les toits alentour ajoutait à la fin du discours inutile une petite phrase qui elle, me plaisait un peu plus. Je ne le connaissais pas, mais il me plaisait. Jusqu’à ce qu’un homme de la foule le reconnût en tant que membre de l’Empire. Mon sang ne fit qu’un tour en apprenant, mais personne ne réagissait. Raizen avait des clones posés partout, il devait être au courant.

Vint ensuite le tour d’une blonde. Des paroles méprisables. Nous « comparer » à Yamanaka Rei ? Pardon… J’étais en train d’imploser. Mais comme les bonnes nouvelles n’arrivaient jamais seules, la suite de son discours était encore plus abjecte que le pire des Teikokujins. « Nos prédécesseurs » ? Ce n’était pas les siens, peut-être ? Plus son discours avançait, moins je me contrôlais. La parole de trop venait très rapidement ensuite. Nous n’étions pas dans Kumo ?! Celle-là, je la prenais personnellement.

Cette pute disait de la merde.

J’allais la tuer. Mon esprit fonctionnait à mille à l’heure. Fou. Complètement fou. C’était la première fois depuis bien longtemps que mes émotions prenaient le total contrôle de mon corps. Je n’entendais plus rien si ce n’était mon esprit.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

J’essayais de ne pas faire de bêtises, de ne pas mettre en périls tout ce qu’on avait accompli au Fukkatsu et même la Résistance. Je n’allais pas y arriver. Il me faudrait de l’aide. Tout en commençant à concentrer mon chakra dans mes jambes, je chuchotais entre mes dents et à l’intention de Sharrkan uniquement, quatre mots.

« Je vais la tuer. »

Quatre mots, lancé comme un appel à l’aide. Seul lui pourrait comprendre ce qu’il se passait dans mon esprit à ce moment précis et uniquement lui pourrait tenter de me résonner. La réponse ne se fit pas attendre. Il me prenait la main. En tant normal, je l’aurai repoussé. Mais actuellement, j’en avais besoin. Ne pas tout détruire sous l’emprise de la colère. La chaleur et la force de sa poigne autour de mes doigts, me firent me ressaisir. Mais je n’entendais plus rien.

Le temps était devenu quelque chose d’inconnu pour moi. Je ne comprenais plus un seul mot de ce que disait les personnes qui parlaient autour de moi. La vision de d’Izami, Sharrkan et Ayanokoji dans la bouche du Cerbère, c’était tout ce que je voyais. Le sang dégoulinant le long de ses crocs la seule odeur, bien plus forte que l’odeur du bois calcinée. Et les seules paroles, encore et encore. Toujours en boucle.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

Et encore et toujours.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5625-kawashima-kyohei-terminee#45207 http://www.ascentofshinobi.com/u1126
Yamanaka Kururi
Yamanaka Kururi

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 20:11



Comme quoi fallait pas tirer de plans sur la comète... Si t'avais pu imagier que t'allais revenir ici au lieu de rester à Mizu comme prévu, tu l'aurais pas cru. Mais malgré ça, la déception, t'avais accepté de remiser tes plans pour toujours plus soutenir celle que tu n'avais aucun mal à nommer ta Raikage.

Alors forcément en entendant cette kunoichi aussi sceptique, sûrement la "t ki" du groupe; t'avais toujours un peu de mal avec ceux se plaçant au dessus des autres par l'intermédiaire de paroles se voulant choquantes... Une m'as tu vu en manque de reconnaissance ? T'en savais rien, mais vraiment rien; tu trouvais juste qu'elle était bien loin d'être ce qu'elle laissait supposer être...

Teikoku ou pas, bonne volonté ou pas... y avait des choses qui changeaient pas par ici, et comme ailleurs vu tout ce que t'avais vu dans les autres endroits du Yuukan. Et t'en avais conclu que t'étais la seule ou l'une des rares à avoir compris ce qu'était un shinobi en vrai.

Tu écoutais et par réflexe passas la main là où se logeait habituellement Gyomo ton fidèle filet, mais tu te souvins aussitôt qu'il n'était plus là... que le lien qui vous unissait était rompu à tout jamais et donc tu soupiras. Ô pas parce que ce que t'entendais était fatiguant, mais bien par une forme de nostalgie.

Si ça avait été toi, tu leurs aurais pas permis de s'exprimer comme ça... que croyaient ils qu'ils étaient ? Des Shinobi, ou des objecteurs de conscience doublés de lanceurs d'alertes ? Des valeurs se perdaient à chaque nouvelle saison... C'était fatiguant et triste à la fois même si t'avais aussi des aspirations communs aux leurs. Mais, tu laissas parler. T'avais bien trop de respect envers tes équipiers, tes supérieurs ainsi que Kumo et Kaminari pour prendre la parole.

Et heureusement pour combler l'éternel débat dont la résolution était déjà connue de tout le monde, ce fut Anzu qui te divertit. Tu l'avais regardé faire et tes yeux de saphirs se posèrent sur la cible, Hiko...

Pendant ce temps là, quelques mots t'interpellèrent plus que le reste; sortis de la bouche de ce ninja, Kyôhei... D'un pas tu t'étais approché de lui en posant une main discrète sur la face arrière de son épaule.

« Qui veux-tu tuer Kyohei ?? Reste maître de tes émotions, tout arrive en son temps. »

D'un sourire mais sérieuse. T'étais surprise de l'entendre prononcer ces quelques mots, il t'avait toujours paru d'un calme extrême... Mais tu savais mieux que quiconque à quel point la sérénité de l'océan pouvait cacher de nombreux dangers. Alors tu lui avais demandé, d'une voix ténue, cachée derrière l'un des Kyoujin afin que personne ne perçoive ton geste et cette affirmation du ninja qui tétait sûrement pas destinée à la base. Que cachait il vraiment ? Qu'est ce qui l'animait ? Tu t'y étais jamais intéressée...


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9790-yamanaka-kururi#83092
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mar 16 Juin 2020 - 19:37


Répondre à toutes ces questions... Cela ressemblait presque à un interrogatoire, mais fort heureusement certains des Kumojins alors présents tenaient des propos intelligents et parfaitement légitimes. Et plus encore, l'Uzumaki fut contente de pouvoir compter sur l'intervention de Sharrkan qui répondit avec un certain brio à la plupart des questions. Lui comme tous ceux revenus ce jour avaient bien compris les enjeux que représentaient le Fukkatsu.

Le regard ambré de la docteure s'attarda sur une fille dans le groupe un instant. Et elle sourit. Reconnaissant au travers de cette dernière les paroles et les agissements d'une enfant qui ne connaissait pas grand chose de l'envers du décor. Comme la résonance d'Hayashi, Sazuka put sentir quelque chose émaner d'elle; mais loin d'être puissant ou perturbant. C'était sa prétention. La même qu'elle avait pu voir lors du sommet du pays du bois quelques mois auparavant.

-C'est bon Anzu, laisse-le. Il ne s'agit pas de régler des comptes, actuellement. Dit-elle sur un ton calme, voire sympathique avant de reporter son attention sur celle estimant sûrement qu'elle aurait mieux agis qu'ils ne l'avaient fait. A ce qu'a dit Sharrkan-san, Medyusa, j'ajouterai ceci : tu vas commencer par le vouvoiement. Comme tu l'as dit, je suis juunin de Kumo, et plus exactement Heidan si nous voulons jouer sur les mots. Tu pourras t'adresser plus familièrement à tes supérieurs lorsque tu les respecteras ce qui n'est à priori pour le moment pas le cas. Lui avait-elle répondu sur un ton froid. Quant au tract si tu l'as ainsi compris, alors tu ne l'as pas compris. Je t'invite à le relire et juger toi-même de ta propre idiotie. Continua-t-elle avec plus de sympathie, de plus que Sharrkan avait parfaitement résumé. Elle en avait longuement parlé avec Raizen, les ninjas de Kumo ne comprenaient pas ce qu'ils étaient et devenaient en entrant au service d'un village caché. Nous pourrons nous entretenir, si tu le souhaites.

L'espace d'une seconde elle se pinça l'arrête du nez puis repris, il y avait une vraie discussion à tenir plutôt que de répondre à des provocations puériles. Et ce qui allait suivre apporterait aussi quelques éléments de réponse à cette Kunoichi qui détenait une rare forme de science infuse entre ses mains.

-Pensez-vous sincèrement, que nous nous inscrivons dans un schéma reposant sur la vengeance, la colère et la haine ? Avez-vous entendu parler d'attaques sur Urahi, ou sur des infrastructures Hijin ? Avez-vous entendu parler de combats, de sabotages, d'autres destructions ? Demanda-t-elle calmement en réponse à ces questions redondantes sur la vengeance. Un sommet s'est tenu à Hayashi, nous avons proposé la paix aux Hijin, ils l'ont refusé; nous avons proposé d’œuvrer ensemble, ils l'ont rejeté. Et, quelques jours après que plusieurs Kumojins du Fukkatsu ont réussi à infiltrer Kaminari et Kumo, que des résistants les ont mis à mal; ils acceptent de se retirer ? Vous ne posez pas les bonnes questions, enfin, à ce sujet tout au moins. Sourit-elle en observant certains des intervenants. Mais pour vous répondre, non, aucune vengeance ne sera poursuivie néanmoins... Les criminels devront être jugés, tôt au tard. C'est ce qu'on appelle, la justice.

-Cela étant, je n'ai pas oublié vos autres interrogations. Avait-elle repris avec cette même sérénité qui la caractérisait tant. Si je suis devenue Kumojine il y a quelques années, c'est justement pour cela. Dit-elle en observant ce genin ayant mis en avant l'expertise du village quant aux sciences. Un village tourné vers la science, vers le savoir. Et c'est ce chemin que doit reprendre Kumo. La connaissance, les sciences; peuvent apporter la sécurité et devenir une forme de dissuasion. Avait-elle continué en observant un autre genin semblant rudement balèze, physiquement parlant. Ceux qui ont faim, qui mettent leur vie en danger en bénéficieront aussi. Ajoutait-elle pour apporter une réponse à un autre des jeunes ninjas. Notre mission à Hayashi avait cet objectif, de trouver un moyen d'améliorer nos connaissances, de développer nos technologies; et en faire bénéficier tout Kaminari. Mais, vous connaissez la suite. Dit-elle en scrutant la foule à la recherche d'un visage en particulier. Et, Kumo restera dépendant de Kaminari; le Seigneur de la foudre a un rôle à jouer. Tout comme le Raikage en a un. Le village n'a pas pour vocation de diriger tout son pays; il n'est là que pour en garantir la souveraineté. Tâche à laquelle tous ici ont failli. C'est pour cela que Kumo doit être réformé... Alors, oui il y aura une élection, ou une désignation plutôt. A ceux ayant lu le tract, vous savez maintenant parfaitement ce que doit être un Dirigeant de village Shinobi.

Le Fukkatsu connaissait déjà les détails de ce changement, mais Sazuka ne pouvait pas en parler avant que la "désignation" ait lieu. Ou alors peut-être le pouvait-elle ? Elle ne savait pas, elle n'était pas une politicienne; mais une scientifique.

-Mais retenez une chose : je suis une scientifique, un médecin et une Kunoichi par la force des choses. M'en prendre gratuitement à une personne, ou à une nation; n'est pas dans mes... habitudes. Et ne l'avait jamais été. A moins d'y être contrainte et dans ce cas l'agression perdait sa gratuité...


Revenir en haut Aller en bas
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mar 16 Juin 2020 - 22:42
Posté sur son toit, le jeune garçon écoutait d’une oreille distraite ce qu’il se disait. Le peuple prenait la parole comme pour répondre à cette prétendue invitation de celle qui était auto-proclamée Raikage. Pensaient-ils sérieusement que c’était une invitation à la discussion ? Ici, sur la place publique ? Cette idée n’avait même pas effleuré notre jeune héros à la chevelure blanche, il se doutait que tout ceci n’était que purement rhétorique. Ce fut pourquoi il se garda bien de dire tout ce qu’il pensait réellement et attendit plutôt la suite.

Entre remise en question et réponses à la volée, la tension était montée d’un cran. Mais bizarrement, le jeune garçon aux cheveux blancs portait son attention sur quelque chose d’autre, ou plutôt quelqu’un. Une jeune femme avait levé la voix un peu plus fort que les autres et semblait en colère envers le jeune Sairyo. Ce dernier pouvait comprendre la colère du peuple, mais la sienne semblait provenir d’une source différente.

Son accoutrement et la façon dont Sazuka lui répondit ne firent que confirmer à Hiko que la jeune femme qui l’avait interpelé avec plus de conviction que les autres était une personne qu’il ne devait pas prendre à la légère. Elle accusait Hiko d’avoir agi en attaquant les Capitaines de l’Empire et lui demandait de s’expliquer sur ses actes. N’étant pas vraiment sûr d’avoir bien compris son intervention, le jeune garçon aux cheveux blancs resta stoïque quelques secondes et cligna plusieurs fois des yeux en regardant dans la direction de celle se faisant appelée Anzu.

Après quelques instants, il sourit alors et se redressa sur ses deux jambes. Il avait vu ce qu’il voulait, et ne pouvait pas cacher sa déception face à ce qui venait de se passer. La réaction d’Anzu n’était pas passée inaperçue, et le jeune Sairyo était désormais totalement « démasqué ». Beaucoup d’incompréhension se lisait sur les visages des personnes dans la foule, mais personne n’osait plus intervenir après la Sendai.

Je n’ai pas à me justifier devant toi
Insistant bien sur ce dernier mot tout en plongeant son regard azuré dans celui de la Sendai, il lui montrait ainsi qu’il ne comptait pas plier l’échine devant ce fameux Fukkatsu, ceux-qui-étaient-ailleurs.
… Et vous êtes certes revenus, mais n’oubliez pas que ce village a tenu grâce à ceux qui sont restés, non l’inverse. Sur ce…
Il ne prit pas la peine d’attendre une réponse et tourna alors les talons et sauta du toit pour en rejoindre un plus loin qui l’éloignait alors de l’Assemblée Calcinée. Quelques sauts supplémentaires furent nécessaires pour l’éloigner de la majeure partie de la foule, et une fois à bonne distance, il sauta du toit pour rejoindre la terre ferme.

Si quelqu’un voulait le suivre, il ne serait pas difficile à pister. Mais peut-être était-ce plus intéressant de rester écouter ce qu’avait à dire la favorite pour le poste de Raikage.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Hokazuka Rie
Hokazuka Rie

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 11:26

ASSEMBLÉE KUMOJIN

Quoi que l'on en pense ; La résilience n'était pas langage accessible à tous. C'est nichée dans l'ombrage d'une ruelle mal desservie que tes yeux s'allument comme deux lanternes affamées. Ce village s'était décousu, et voilà que les morceaux d'un même tissu tentaient de se raccommoder. Mais le travail était bancal, les points de sutures grossiers, la cohésion n'était plus au rendez-vous. Tantôt un jeune tellement naïf que le simple fait qu'il évoque son appartenance à la résistance t'arrache un moment de doute. Tantôt des Résistants affirmés, presque fiers. Double jeu ou non, tu comprenais maintenant pourquoi celle-ci avait été aussi difficile à traquer. Ils avaient recruté tout azimuts, des profils variés, sans identité singulière, sans unicité.

Des innocents, des contestataires ; Certains approuvent les actions de l'ex Fukkatsu, d'autres les remettent en question. On parle d'élection, on suggère la vengeance, puis l'accalmie. Une roue incertaine qui rebondit à chaque nouvelle prise de parole.

Ton regard est naturellement happé quand un nom précis est scandé et... à ta grande surprise, accusé. Les actions d'Hiko semblaient avoir fait écho même jusqu'aux oreilles du groupuscule. Ton inquiétude quant à l'approche diplomatique du Fukkatsu s'émancipa ; s'ils avaient vanté les mérites de ses actes, alors Kumo était aux mains des mêmes démons que vous aviez tenté de chasser. Heureusement, leurs propos étaient plus modérés ; l'une avait accusé, l'autre avait laissé sous entendre qu'il y aurait jugement, mais de qui ?

Celle qu'on destinait à régner sur Kumo ne prit pas position sur le sujet. Elle parlait de jugement, que les criminels paieraient tôt ou tard, mais impossible de savoir si elle parlait des Empiriques ou des Résistants ayant dépassé la raison.

- Pas devant elle... Mais devant moi

Ta voix avait happé celles qui t'entouraient ; Ta silhouette s'extirpe des ombres et révèle un visage toujours aussi inexpressif. Deux rubis sanguins jaugent les environs à mesure que tes pas t'amènent auprès de celui qui osait dire que certains mérites lui revenaient.

Te voilà, au milieu de la fosse aux lions, tenant fièrement tête à celui qui avait tenté de tuer plus d'un homme au nom d'une Kumo qu'il disait protéger. Un sourire carnassier se dessine au coin de tes lèvres ; Cette fois-ci : pas d'échappatoire, pas de démonstration de force non plus. Tu n'as pas besoin de reposer tes questions pour quelles soient claires : Pensait-il vraiment que tuer était une solution bénéfique pour Kumo ?

Aucune réponse; juste un envol rapide. Trop rapide pour que celui-ci soit interprétable. Laissant ta remarque planer sans aucun écho. Dans un soupir; tes bras se croisent, laissant un silence pesant s'installer.


Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 12:11
Rapport

Medyûsa avait eu à dire ce qu’elle devait dire, après le discours de Sazuka et l’intervention peu intelligente de certains, sauf du rouquin qui semblait plutôt mature. La blonde n’avait rien d’autre à rajouter que son ressenti et des questions qui trottaient dans son esprit. À présent, elle allait laisser les autres parler, voire leur réaction et compagnie. Derrière, elle pouvait remarquer qu’un type ne semblait pas stable, son regard était porté sur elle avant qu’une femme vienne lui parler. Encore un idiot qui ne connaît pas la liberté d’expression, heureusement que certaines personnes savent gérer ce genre de guignol. Ressenti la mort, ce n’est pas anodin, elle qui l’a senti à maintes reprises lorsqu’elle était à Mizu quand elle était enfant. Parfois, elle était un peu parano, mais avec le temps, la Hebi a appris à gérer cet instinct de survie. Certains prennent la parole, là-dessus, Medyûsa ne disait rien, elle laissait parler, car leur réponse était respectueuse et polie, voire argumenter. C’était assez plaisant de les écouter, même en mettant en doute son ressenti sur ce fameux tract envoyé par le Fukkatsu et la Résistance pour faire pression à l’Empire. Cela dit, ça ne changeait rien pour elle que ça aurait pu être différents si les Hijins auraient réagi avec colère et provocation avec la menace de les tuer si certains restaient à Kumo à leur retour. Une bonne façon pour le Teikoku de retenir des otages et peu importe, la résistance ou leur membre infiltré. Ce qui est drôle quand tu crois qu’ils se sentent supérieurs à d’autres en pensant avoir ficelé un plan infaillible. Le départ et la libération de Kumo ne sont, sans doute, pas par Clémence, il marque un point, mais dans tous les cas, rien ne les obliger de le faire pour autant. Cela dit, certains Genin se démarquent avec des paroles intéressantes et cherchent à connaître les intentions de l’Uzumaki si elle devient officiellement la Raikage du village.

Peu importe leur prise de parole, Medyûsa les écoute tout simplement et n’intervient pas, elle n’en voit pas l’intérêt. Leur prise de parole est généralement tournée vers Sazuka, ce qui est intéressant dans l’immédiat et à voir comment elle va leur répondre. Ce qui est étonnant, c’est le retour d’un certain Hiko, qui a été pointé du doigt de la part d’une femme. Il semblerait que ce soit lui la fameux Chouette, m’enfin pour maintenant, la Orochi s’en moque plus que tout. Alors que tout le monde semble avoir posé leur question et dire ce qu’il avait à dire avant la prise de parole à nouveau, de Sazuka. La façon dont cette femme s’adresse à Med n’est guère passionnant, ce qui ne plaît pas à la blonde. Même si elle la tutoyait, elle est reste amicale et poli dans un sens, en cherchant à connaître ses ambitions et autres. Et la suite n’est guère mieux, finalement, elle ne répond pas à ses ressenti ni rien, juste tenter de la remettre en place inutilement. « Je vouvoie, ceux dont j’ai le respect. Je vous vouvoierais quand vous serez digne de confiance. Et Heidan ne signifie plus rien à l’heure actuel. J’ai déjà eu à respecter mes supérieurs, ceux qui sont resté à Kumo, soutenant les plus faibles ou ceux revenus à Kumo malgré l’annexion. Ce qui n’est pas votre cas. Pour le moment, je préfère tutoyer et je verrai par la suite, si je me permettrai de te vouvoyer surtout quand on me tire à balle réelle pour un rien et sans répondre à mes questions et ressentis. Désolée d’avoir touché votre égo, Raikage. » Dit-elle d’un ton froid et d’un regard sévère. « Et votre tract, je l’ai lu et il n’y a aucune idiotie dans mes propos, c’est peut-être vous qui n’a pas dû tout lire en menaçant le Teikoku, après tout, ce n’est pas vous qui vous êtes retrouvé dans Kumo avec des soldats qui patrouillaient dans les rues ni vous, qui voyez des civils avec une certaine peur dans les yeux. Mes idioties, comme tu le dis, ça vient d’une personne qui a pu remarquer l’ambiance du village mieux que le Fukkatsu et avec la peur que certaines actions comme celui d’Hiko ou votre tract, qui aurait pu mener les Soldats, Capitaine ou Lieutenant à mal agir contre nous, en étant en infériorité et faible face à eux. Vous avez des infiltrés ? Et ? Vous avez la capacité de vous téléporter d'un pays à un autre en une fraction de seconde. Non. Aucun plan est infallible. Et on n'aurait peut-être pas réussi à sauver tout le monde ni nos vies si le Teikoku aurait agi en mal par rapport à tout cela. Ne me donne pas de leçon de moral et ne m’insulte pas. Chacun à son expérience de cette occupation et je demande à ce que ça ne soit pas bafouer. » Dit-elle avant de reculer de quelques pas et de se mettre dans le fond, en écoutant le reste de ses propos en répondant aux autres. La blonde voit Hiko prendre la parole, il n’avait pas tort dans ce qu’il disait avant de le voir partir. Ensuite, il y a la Régente qui sort de l’ombre. Med la regarde et sourit légèrement. « Oh bonjour, ex-régente. Si vous comptez retourner à Urahi, faites-moi signe, j’aimerai bien vous rejoindre. J’ai une amie très chère là-bas avec qui j’aimerai vivre. Mon nom est Medyûsa, mais je ne reste pas longtemps à cette assemblée. J’ai du boulot qui m’attend. Ravie de vous revoir. » Finit-elle en partant assez rapidement en direction du complexe scientifique pour y rejoindre son père adoptif.

Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Metaru Mairu
Metaru Mairu

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 12:14
Assemblée Kumojin

feat. [trop de monde '-']

S’attendant à des interventions en masse, tu avais préféré te taire. Tu aimais pourtant te l’ouvrir, aussi bien pour faire pleuvoir des éloges que pour cracher des médisances. Mais, cette fois, tu avais choisi de rester silencieuse et d’écouter car, pour toi, ce serait bien plus fructueux que t’intervenir maintenant. Tu aimais que l’on sût le moins possible sur toi mais tu appréciais tout avoir sur les autres et tu voyais en cette assemblée, une bonne opportunité d’en savoir plus sur ceux qui Fukkatsu mais aussi sur les autres shinobi du Village dont tu ne connaissais pas du tout la plupart. Parler était révéler beaucoup sur soi et encore plus si la discussion invitait à donner son avis, ses opinions, comme c’était le cas présentement.

Les bras croisés sous ta poitrine, tu te tenais au milieu de la foule avec quelques membres de ton clan dont trois anciens qui, malgré leur âge, étaient arrivés à temps jusqu’au sommet de la colline où se trouvait l’ancienne Assemblée.

Tes attentes sont rapidement comblées. Tu en apprenais beaucoup sur certains grâce à leur intervention plus au moins futile. Certains se montraient fort naïfs alors que d’autres se révélaient fort ambitieux allant jusqu’à vouloir s’accaparer l’honneur d’avoir soutenu Kumo ; accusant le Fukkatsu d’être resté à l’abri contrairement à eux qui s’étaient exposés aux dangers. Les Metaru faisaient partis de ceux qui avaient agis dans l’ombre, mettant leur vie en danger, afin de tenter de libérer Kumo de l’intérieur mais, contrairement à cette Medyûsa ou encore à l’ancien chef de la Résistance - qui avait enfin daigné se montrer - aucun membre du clan des manipulateurs de métal ne s’attendait à une quelconque reconnaissance. Pour eux, le plus important à présent était d'aller de l’avant et non de chercher à savoir qui avait fait quoi ou qui n’avait pas fait quoi.

Si des paroles sensées fusaient parfois, à tes oreilles, il pleuvait surtout des balivernes. Il en ressortait que beaucoup désiraient un avenir de paix, allant jusqu’à proposer une alliance avec l’Empire. Si tu adhérais à la première aspiration, tu rejetais cependant fortement la seconde.

Comme beaucoup, tu avais pris connaissance du tract laissé par le Teikoku afin d’expliquer la raison de leur départ. Tu reconnaissais que le Porte-parole de l’Empire du Feu disait la vérité et rien que la vérité. Tu convenais que vos prédécesseurs étaient certainement à l’origine de votre malheur passé mais comme l’admettait Kaguya Kôsuke, l’Empire avait aussi commis des erreurs. Erreurs qu’il avait essayé de réparer en libérant pacifiquement Kumo. Un acte que beaucoup voyaient certainement comme bienveillant mais, pour toi, le Teikoku n’avait fait que rendre ce qu’il s’était approprié par la force et le sang.

« - Et si on allait de l’avant au lieu de perdre du temps futilement à chercher à savoir qui avait le mieux agis pour Kumo par le passé ! Finis-tu par lâcher tout en se frayant un chemin pour se mettre tout devant, face à ceux du Fukkatsu. Les hijin rigoleraient à gorge déployée en nous voyons se chamailler comme des chiens qui se jettent sur un os qu’ils viennent de balancer à nos pieds ! … Nous ferons mieux de nous tourner vers l’avenir au lieu de se jeter des pierres à cause de nos agissements passés ! Je pense que nous désirons tous ici la même chose : un avenir meilleur pour Kumo. Nous avons tous agis, chacun à notre façon mais pour ce même objectif. Alors, maintenant que nous en avions enfin l’opportunité, construisons cet avenir ensemble au lieu de nous diviser !»

Tu marquas un léger silence, tout en balayant l’assemblée de ton regard doré et déterminé.

« - Je pense que vous en savez suffisamment sur les motivations d’Uzumaki Sazuka alors que ceux qui pensent qu’elle devrait endosser le rôle de Raïkage officiellement, lève un bras. Si la majorité l’emporte alors ce débat sera clos et nous pourrions enfin commencer à travailler sur notre avenir ! »

Tu avais assez entendu et assez vu. Il était plus que temps de dissoudre cette assemblée et aller de l'avant …


Dernière édition par Metaru Mairu le Mer 17 Juin 2020 - 18:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 12:52


Ecoutant les reproches infondées de la blondinette, Sazuka porta du coin de ses lèvres quelques mots aux oreilles du Meikyû, visage légèrement orienté vers ce dernier.

-C’est pour ça que je n’aime pas les enfants, ils sont capricieux, impulsifs et parlent plus qu’ils ne devraient... avait-elle dit en retrouvant sa posture originale. Tu as fini, Medyusa ? Nous pouvons passer à autre chose ? demanda-t-elle un peu lassée de rencontrer à Kumo aussi des personnes parlant avant de réfléchir et répondant avant même d’avoir écouté. Elle l’observa un instant; et cette dernière quitta les lieux; elle prenait sa pour un oui. L’intervention de la Kunoichi s’étant sentie pousser des ailes avait presque éclipsé la sortie de l’ex-régente et du dénommé Hiko.

Puis elle posa le regard sur Mairu, elle avait raison; il fallait aller de l’avant; c’était pour cette raison que l’uzumaki avait invité ceux le voulant à la suivre ici. Un échange, des questions et des réponses se devant de mettre en lumière ce que chacun attendait du village; pas un pilori où l’on exposait sa haine envers des personnes que l’on ne connaissait pas. Ceux tenant des discours faux et avançant des allusions toutes aussi sans fondement autre qu’un trouble de la personnalité avait tendance à l’exaspérer.

-Bien, je vous laisse encore quelques secondes ou minutes pour manifester votre mécontentement, vos objections et vos idées dans le respect, ensuite il faudra nous mettre, tous, au travail pour redresser la barre. Certaines habitudes se sont installées et elles doivent cesser. Kumo est un village Shinobi, pas une... cour de récréation. Nous sommes des shinobi de la Foudre, pas des enfants... Comportons nous comme tels. Avait-elle conclut là sa courte intervention.

Il était grand temps que les individualités comme en faisait preuve cette Kunoichi ne comprenant pas ce que représentait un village tel que Kumo, cessent que chacun travaille de concert, dans un seul et même objectif. Ceux mettant à mal l’unité, seraient évincés; quel qu’en serait le moyen.

Enfin, attendant d’autres interventions dont celle du Meikyû reste jusque là très voire trop silencieux; elle descella d’un sceau un parchemin ainsi qu’un fusain; pour noter tout ce qui serait dit. Sa mémoire était longue de vingtaines d’années; elle se souvenait de tout mais elle savait que ne valait plus que des écrits. Eux, s’ils n’étaient pas détruis, restaient; à là différents des paroles qui s’envolaient au moindre souffle.

Son attention resta alors à la disposition de ceux ayant compris ce qu’ils faisaient ici; sans se détacher de l’Hokazuka; prête à réagir en cas de problème.

Revenir en haut Aller en bas
Metaru Anzu
Metaru Anzu

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 16:38
Anzu l'observe, levant un sourcil en observant Hiko lui dire qu'il ne dira rien à elle, sous-entends non pas la personne qui lui fait face, mais le groupuscule entier que représente le Fukkatsu, être visée en tant que représentante du Fukkatsu, c'est un peu vexant, surtout pour Sazuka qui était derrière et que le Fukkatsu a décidé de montrer comme représentante et Raikage remplaçante. Elle soupire en entendant que l'homme affirmait que c'était parce que la Résistance existait que Kumo est encore debout, et non pas parce qu'ils sont revenus, mais quel enfant, jamais elle a dit ça ! Ce qu'elle voulait, c'était les raisons de cette attaque, elle a jamais dis quoique ce soit sur la Résistance ! Après tout, si elle est venue ici, c'était parce qu'elle croyait justement à l'espérance qu'il y en ait une.

- Mais je n'ai jamais dis ça ... tss, quel gamin.

Elle soupire, Sazuka lui dit de laisser tomber, donc elle le fait, mais elle pouvait facilement le traquer, ce n'était pas comme s'il se cachait, mais elle attendra le feu vert de Sazuka pour le poursuivre et l'obliger à en parler au Fukkatsu, mais en attendant, il fallait passer à quelque chose d'autres, mais difficile de parler sérieusement avec une autre gamine rebelle qui fait sa crise devant Sazuka. Elle roule des yeux, elle ne pensait pas que la Résistance était tenu par des enfants ... Yamiko devait bien se marrer à les voir jouer aux petits héros, ou bien se sentir bien trop vieille comparé à eux.

- C'est bien beau de lutter contre les forces du Teikoku pour ensuite demander à les rejoindre ... quelle perte de temps.

Bon débarras, enfin, Anzu retourne dans les rangs, toujours en ayant son ombrelle d'ouvert, histoire qu'on lui fasse de la place, enfin, elle observe d'abord le jeune chunin étant venu la voir à l'entrée pour tenter de la faire entrer, avant que les Teikokujins décident que ce soit autrement, ne faisant qu'un mouvement de chapeau pour le saluer, avant de venir se poser dans un coin, juste proche d'une jeune femme à la peau sombre, plus que pouvait l'être celle de Raizen, pourtant un natif du pays du vent.

- Je vous préviens juste, ceux qui veulent défier Sazuka devront passer par moi. Et ceux qui veulent défier Raizen devront passer par Sharrkan. Maintenant, vous pouvez parler pour faire autre chose que vouloir affronter Sazuka ou Raizen.

Après tout, il y a déjà eu des gens qui veulent affronter Sazuka et Raizen, et si certains ne voient pas ce genre d'activité comme "des activités d'enfants", au moins, elle contourne le projet et filtre quelques réponses, et elle n'aura rien à dire, bien qu'elle ait toujours un peu en travers la gorge le lapin que lui a déposer la femme au serpent ... même si c'était compréhensible avec ce qui s'est passé avec Hiko.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13306-metaru-anzu#117689 https://www.ascentofshinobi.com/u784
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 22:29

Tengoku, un genou au sol, commençait à transpirer à grosses gouttes. L’adrénaline de sa prise de parole devant tout ce monde et des hauts gradés commençait à s’estomper. Peu à peu, il put commencer à sentir son cœur battre vite, bien trop vite. Qu’est-ce qui lui avait pris ? C’est la question qu’il se posait, un Genin même pas originaire du village s’exprimant sur un sujet qu’il était loin de maîtriser. Si on avait voulu le châtier pour les mots qu’il avait dits il aurait compris la démarche. Il ne pouvait imaginer ni les souffrances de ceux étant partis ni celles de ceux étant restés. Il était entre les deux, un jeune homme débarquant au village pour se faire un nom et de l’argent afin de protéger ses parents adoptifs. Mais même s’il ne maîtrisait en rien ce conflit, ses raisons ou ses conséquences, il avait sa propre opinion bien tranchée sur la justice. Si certains trouvaient injuste d’avoir vu leurs amis mourir sous le joug de l’empire qu’en était-il des civils qui souffraient des deux côtés sans avoir jamais rien demandé ? Des vengeances sans fin qui allaient de part et d’autre ? C’était un vaste sujet sur lequel le jeune Genin pourrait philosopher des heures durant mais d’autres personnes prirent la parole et il préféra rester attentif. En essayent de se faire tout petit, il se releva tout en reculant pour rejoindre la foule rassemblée là, valait mieux se faire oublier avant d’attiser la colère de qui que ce soit.

Cette assemblée, pourtant calme au début, commençait à se dévergonder et, plus certains osaient prendre la parole, plus d’autres les rejoignaient dans cette danse verbale. Dans la foule quelqu’un sembla reconnaître un officier très gradé du Teikoku, un capitaine. Comment était-ce possible, un espion peut-être ? Tengoku tenta de regarder dans la direction du toit mais, au vue de sa taille moyenne, il ne pouvait pas discerner grand chose depuis sa position. Très vite quelqu’un tenta de l’interpeller mais il prit la fuite sans que personne ne le poursuivre. Une scène très bizarre aux yeux du Genin, mais cela ne sembla faire réagir que peu de personne alors Tengoku redirigea son attention sur les personnes prenant la parole à la suite de lui.

Tengoku ne connaissait que très peu de personnes autour de lui mais la voix qui s’éleva en suite lui était familière. Le jeune homme aurait dû s’en douter, Ikari était toujours là où de puissants possibles adversaires se tenaient. Le Genin orange devina sans peine en un instant ce qu’aller dire ou plutôt demander le jeune électrique. Et ça ne rata pas, Tengoku était gêné pour lui, ce dernier étant détaché de tout le sérieux de la scène pour simplement demander un entrainement avec les membres du Fukkatsu. Si certains, comme un homme brun, devaient s’offusquer d’un tel comportement Tengoku qui était habitué se contenta de sourire. C’était du Ikari tout craché, après tout.

Une blonde, qui se disait elle aussi Genin, intervint. Si Tengoku avait peur de représailles pour ses paroles la jeune Konoichi le soulagea. Elle était direct, franche et avait un avis bien tranché qui ne caressait pas le Fukkatsu dans le sens du poil. Même si elle appuyait certains propos du rouquin ce dernier trouva mal avisées certaines critiques envers le groupe capé. Quelle injustice ces derniers devaient ressentir devant une telle rancœur envers eux. Tengoku ne pouvait finalement pas savoir qu’est-ce qu’ils pouvaient ressentir mais dès lors où la blonde avait avancé dans son discours, de l’activité eu lieu dans les rangs Fukkatsujin. C’était indéniable, si Tengoku était finalement passé quasiment inaperçu ce n’était pas le cas de cette blonde qui attisa sans doute la colère de certains de ses interlocuteurs. Elle avait du cran, il fallait l’avouer, s’adresser ainsi à de telles personnes n’était pas donné à tout le monde.

D’autres personnes, bien plus respectueuses prirent la parole. Beaucoup de sujets différents furent évoqués. Allant du plus basique au plus original. La question sur l’avenir du village et du pays revenait souvent alors qu’un autre shinobi proposait même de revoir tout le système actuel, une réforme. Tengoku reconnut même son Sensei, Nakamura Syoto, qui précisa juste que pour lui une élection était une perte de temps, la Raikage était déjà toute trouvée. Le jeune Genin était bien d’accord avec son Sensei, pour une fois, car qui de mieux qu’un membre du Fukkatsu qui représentait l’ancienne élite du village, pour être à la tête du village ?

Enfin, un membre du Fukkatsu prit la parole avant l’Uzumaki. Ce dernier était un ancien Genin. Information à première vue banal qui surprit Tengoku. Pour lui, le Fukkatsu n’avait été formé qu’avec l’élite du village. Il devait en faire partie désormais, de l’élite, mais à l’époque il ne devait être qu’un jeune Genin à qui on avait arraché son chez-soi. Il remit les choses au clair, tentant de répondre à la plupart des questions, essayant de désamorcer les idées les plus saugrenues et montrant son désaccord avec certains propos. La blonde commença alors à être au cœur de l’échange. La Raikage prit la suite pour remettre les choses au clair avec moins de pincette. Maniant sans doute moins bien les mots que son compagnon elle était concise mais tranchante. Tentant de remettre celle qui s’appelait Medyusa à sa place cette dernière ne voulant rien entendre partit de nouveau dans une joute peu respectueuse de ses aînées. S’il y avait bien une chose que Tengoku ne comprenait pas dans les dires de la Kunoichi blonde c’était cet aspect menaçant de l’occupation qu’elle exprimait. Jamais Tengoku ne s’était sentie menacé une seule fois par des Teikokujins. Si beaucoup n’appréciait pas leur présence il résidait tout de même une bonne cohabitation sans violence ou menace. Tengoku pouvait en témoigner de par ses multiples entraînements avec des soldats et mêmes plusieurs lieutenants. Pas une seule fois on l’avait traité comme inférieur. Au final, la blonde quitta les lieux sans être retenu par personne, ce qui étonna quand même le garçon mais le rassura grandement, une démonstration de violence en cet instant embraserait le village. Les prochains dirigeants n’étaient pas des adeptes de la réponse facile qu’était la violence. Il était bien plus dur de garder son sang-froid plutôt que de répondre à ses instincts primaires et faire taire la personne de ses mains.

Au final, dans sa réponse, la Raikage confirma cette pensée. Elle voulait la paix mais pas au prix de la justice qu’elle désirait voir un jour où l’autre rendue. Ce n’était pas Tengoku qui allait contredire une telle pensée. Si des commanditaires de l’attaque passée étaient encore en vie et faisaient partie légitimement de l’empire, ces derniers devront prendre leurs responsabilités s’ils voulaient qu’une alliance ait lieu un jour. Les tueurs, les voleurs de terre, devraient être punis. C’était indéniable, et ce quel que soit le camp. C’était la pensée du Genin. Sans répondre précisément à chaque personne la Raikage précisa les objectifs futurs du village et dans quelle idéologie elle voulait qu’il s’épanouisse. Dans toutes ces idées Tengoku trouvait qu’il y avait un grand manque. Elle ne parlait que du village ou du pays. Mais qu’en était-il du reste du monde ? Tengoku ne voulait pas faire partie d’un village qui se renfermerait sur lui-même sans regarder ce qu’il se passait chez ses voisins. Faisant grandir sa puissance pour éviter qu’on vienne le déranger. Non, Tengoku aimerait d’autres projets pour Kumo… Mais il était encore bien trop tôt pour évoquer de si lointains et ambitieux desseins. En attendant, l’Uzumaki avait raison, il fallait dans un premier temps que le village se relève et, comme pour faire écho aux paroles d’un Genin plus tôt, il serait question de réforme.

Une autre Kunoichi à la peau mate prit la parole, Tengoku l’avait déjà croisait brièvement et il l’a reconnu facilement. Sa prise de parole fut brève mais pleine de bon sens. Elle conclut en proposant un vote à main levée. Tengoku se dit que c’était un peu osé de sa part. Avait-elle la légitimité de décider d’une telle chose, était-ce vraiment officielle ou plus symbolique ? Qui était-il, lui ou un autre Genin pour décider du chef du village. Et même si le droit de voter pour ce choix d’une importance capitale lui revenait comment voter pour des inconnus ? Dans tous les cas les paroles de l’autoproclamée lui avait plu et même si ça ne voulait rien dire il fallait bien aller de l’avant et ça commençait par asseoir le pouvoir d’une personne. Tengoku observa timidement autour de lui et si certaines mains commenceraient à se lever alors il ferait de même.




-
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 8:10

Un soupir, voilà la première tonalité qui s’échappa des lèvres de Raizen après être demeuré silencieux aussi longtemps. Bien des gens le connaissaient comme étant une personne qui n’avait pas sa langue dans sa poche et comme étant bavard. Pourtant, il n’avait pas dit un seul mot depuis son arrivé, se contenant d’observer, de remarquer, de noter et de comprendre. Si l’occasion d’intervenir un peu plus tôt s’était présentée, il faisait confiance à ses partenaires et n’avait en aucun cas été déçu par ce qui avait été dit et révélé jusqu’à présent.

Commençant par les Kumojins, si certains parmi eux s’étaient démarqués par leur aptitude à progresser de l’avant et poser quelques questions pertinentes, d’autres semblaient coincés dans le passé, comme s’ils n’étaient pas totalement heureux des circonstances actuelles. Inquiétude possible, manque de reconnaissance, scepticisme, doute sur l’avenir et le futur ou simplement haine. Les possibilités étaient multiples et trop variées pour pouvoir tous les balayer de la main d’un seul tour de parole. À y voir les relances malgré les interventions justes et pertinentes, on pouvait nettement voir que l’ADN de certains semblait souillé à jamais d’un génome dont ils étaient possiblement les seuls fautifs. Tel était les motifs pour lesquels l’homme au chapeau désirait surement anéantir le système shinobi comme ils le connaissaient. À bien y repenser en voyant cette discussion, Raizen ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il avait peut-être raison. Ce monde avait besoin d’être reconstruit ou plutôt révolu. Or, les objectifs et les méthodes n’étaient pas forcément synonymes dans leur cas, un peu comme vérité et objectifs ne semblaient pas prendre des directions similaires dans cette assemblée des plus agitées.

Laissant ainsi son regard se balader calmement sur Sharrkan après son tour de parole, les poils du Meikyû se hérissèrent légèrement tandis qu’il acceptait cette provocation aussi banale qu’importante. Appréciant le fait de voir un de ses frères du Fukkatsu, mais aussi de Kaze évoluer et grandir dans un tel instant, il était heureux d’y voir une solidarité entre les membres du Fukkatsu. Que ce soit Kyohei et ses difficultés à contenir sa rage, la présence réconfortante d’Umeka auprès de celui-ci, ou l’intervention d’Anzu qui semblait n’avoir aucunement froid aux yeux, tous semblaient unis, ce qui en disait long sur ce qu’ils avaient vécus ensemble. Puis, pour boucler la boucle, Sazuka venait de prendre la parole, deux fois plutôt qu’une. Admirant son aptitude à prendre la parole, elle n’était certes pas la personne la plus éloquente aux yeux des communs des mortels, mais ces paroles avaient le mérite d’être claires, concises, directes et pertinentes. Ne pas les comprendre dénotait une certaine absence de contexte ou un refus réel de discuter. On pouvait ne pas être d’accord, mais lui reprocher un certain manque de transparence serait faire preuve de malhonnêteté, ce que personne n’oserait réellement faire dans l’instant actuel, il l’espérait.

Échangeant soudainement avec celle-ci alors qu’elle venait tout juste de rajuster les bretelles d’une dénommée Medyusa deux fois plutôt qu’une, il ne put s’empêcher de lui faire un léger sourire alors qu’il s’était déjà levé. Si à la base sa nouvelle veste trônait sur ses épaules, celle-ci demeura sur la chaise, laissant place à la splendeur de la cape du Fukkatsu qu’il portait possiblement pour la dernière fois.

S’avançant ainsi devant la scène sur laquelle l’assemblée était réunie, il glissa quelques paroles à Sharrkan avant d’être à portée de tous :

-On verra bien…

Gardant son sourire pour lui-même, un sérieux sinistre s’affichait sur son expression jusqu’au moment ou il déposa soigneusement sa main sur l’épaule de Sazuka. C’était sa manière de lui dire qu’il la comprenait, la soutenait, mais qu’il était aussi présent pour l’épauler. Après tout, chaque personne avait un rôle à jouer dans cette histoire, autant le Fukkatsu que la résistance et les Kumojins.

Laissant un silence planer après l’intervention de Anzu qui ne semblait démordre du comportement du dénommé Hiko, le Meikyû laissa ses iris planés sur l’ensemble des gens, réalisant ô combien les regards représentaient un mélange éclectique. Lui donnant un meilleur pouls de la situation, il observa l’adolescent aux cheveux pâles quitter les lieux, puis posa son regard sur Rie. Elle ne manquait pas de cran, un peu comme celle qui s’était fait remarquer pour n’avoir demandé nulle autre que la tête de Rei en guise d’équilibrage. Comme quoi les ennemis d’hier étaient les alliés d’aujourd’hui sachant que ses paroles avaient tout d’intéressant. Il commençait à voir cette Metaru d’un meilleur oeil. Avait-elle pris le temps de réfléchir à ses propos ou était-ce en constatant les réactions des autres qu’elle en étant venu à remettre en question ses propres schèmes de pensées ? Seul l’avenir lui répondrait. Pour le moment Raizen se contentait d’observer tout le monde alors que les secondes s’écoulaient. Devenant lourde même si cela ne faisait que cinq seconde, comme quoi tout était relatif. C’était aussi efficace pour souligner le fait que le ratio de paroles et de pertinence était défaillant par moment...

-Bonjour à tous, mon nom est Meikyû Raizen, Kumojine originaire de Kaze et Chef et Kyoujin du Fukkatsu sous Sazuka. Avant de procéder à un quelconque vote je tiens à préciser quelques éléments.

Drôle de coïncidence, il n'aimait toujours pas utiliser un moindrement un titre ou un rôle quelconque pour se désigner, même lorsqu'il n'avait pas le choix.

-Je ne redirais pas ce que mes collègues ont déjà dit, mais je tiens à souligner quelques éléments. J’ai pris le temps d’écouter vos paroles parce qu’il y a des moments pour écouter… et d’autres pour se taire.

... ce que certains ne semblaient pas comprendre.

-Et je pense que nous pouvons tous être alignés sur le fait que la dernière année a été éprouvante. Encore une fois, nous avons tous eu des contextes différents et bien que nous ayons tous des ressentis différents par rapport à la situation, maintenant que le village est presque libre, la seule étape à franchir est l’acceptation de passer à autre chose.

S’arrêtant un moment, il poursuivit :

-Juste avant que chacun annonce ses dernières paroles et que nous progressions de l’avant, je tenais à souligner qu’au final, malgré ce qu’il s’est passé, nous avons tous la chance d’être réunis en ce moment et d’avoir cette discussion, chose qui aurait très bien pu ne pas avoir lieu auprès d’une autre autorité, que vous l’appréciiez ou non, elle mérite le respect. Je vous demanderais donc d’éviter de ruiner cette occasion. Nous avons la chance d’être réputés pour être une nation de connaissance et de science, prenons donc le temps de respecter les étapes de base d’une discussion, autrement, autant céder notre identité à tout autre village qui saura le faire mieux que nous, sincèrement.

Se faisant poignant sur ses mots, son regard était toujours aussi soutenu. Ne se souciant ni des orgueils qu’il touchait, ni des gens qui cessaient de porter attention à ses paroles, les mots de Raizen n’avaient d’oreilles qu’à bon entendeur. Les autres n’étaient en aucun droit de réagir si c’était pour ne pas écouter les autres. La vie était bidirectionnelle, pas l’inverse.

-Ce n’est pas la seule chance que nous avons. Au final, nous avons récupéré notre village et quelle que soit la méthodologie, nous avons chacun eu notre rôle à jouer, pour le meilleur ou pour le pire comme l'a dit Mairu. Déterminer qui a raison n’a pas forcément d’impact si c’est pour finir par s’entretuer au même degré qu’aurait eu une guerre si le village avait été repris de force. C’est d’ailleurs pour ça qu’il était clairement stipulé de ne prendre AUCUNE MESURE contre le Teikoku en dehors de l’autodéfense. Bien que certains parmi vous ressentent encore une haine mortelle envers le Teikoku, j’espère que celle-ci n’est pas supérieure à la santé des citoyens de cette nation dont vous portez les couleurs et quoi qu’il en soit, nous serons là, car c’est à ça que sert un village, à nous soutenir, évoluer et grandir, ensemble. Pour le moment, prenez le temps de regardez autour de vous, car cette vision est certes mitigée, de gens tristes, en colère, heureux, perturbée, inquiet, mais vivants et c'est tout ce qui compte, car il y a de l'espoir.

Laissant un regard sombre prendre le dessus, il continua sous une note teintée de gris :

-Lorsque le Fukkatsu a été conçu, Sazuka avait pour vision de faire renaître Kumo et de s’assurer que ce qui nous différenciait et ce qui faisait de nous des Kumojins resteraient en vie. Que ce soit en dehors de notre village ou pas, nous restons et demeurons tous membre de Kumo, pas parce que nous vivons à l’intérieur de briques et de poussière, mais bien parce que nous partageons un ensemble de valeurs et une idéologie commune qui fait de nous le village de la science, ce village différent par sa connaissance, sa fierté, mais aussi son progrès. Au-delà des armes et notre possible puissance militaire, notre réelle force est cette soif de savoir qui nous différencie.

Laissant le timbre de sa voix se reposer davantage, il poursuivit en observant Metaru Mairu :

-On m’a très récemment dit de garder mon regard menaçant pour nos réels ennemis. Or, qui sont-ils en ce moment si ce n’est de nous-mêmes ? Au final, être esclave de nos sentiments ne nous mènera à rien. Or, pouvons-nous réellement poser un blâme sur la situation ? Pas vraiment. Nous pouvons toutefois avancer et progresser… en nous soutenant ensemble et en passant à autre chose.

Lâchant un léger sourire, il regarda légèrement Sazuka.

-Être un village, un empire ou autre n’a pas un grand impact réellement. Tout est une question de vision et d’objectifs. Aujourd’hui, s’il y a bien une chose que j’aimerais que vous reteniez c’est bien cela. Parfois la perception nous joue des tours, mais il faut savoir prendre de la hauteur et du recul, questionner ce que nous savons de ce que nous ne savons pas et accepter de ne pas savoir certaines choses et de poser des questions sans sauter aux conclusions.

Portant sa main sur son épaule, il empoigna soudainement l’emblème de Kumo :

-Nous portons tous le même emblème au final, que nous ayons des capes vertes ou pas. Que nous ayons des bandeaux ou pas. Or, avant tout, nous demeurons des individus imparfaits et c’est pour cette raison qu’il faut repartir sur les bonnes bases, ce qui implique de choisir un chef. Si certains se plaignent du fait qu’il ne semble y avoir d’autres prétendants, j’aimerais dire une chose et vous posez une question :

Souriant de toutes ses dents, Raizen savait très bien ce qu’il faisait en disant cela et il s’en délecterait sans le cacher :

-Il ne sert à rien de chercher plusieurs grains de sable dans le désert pour leur éclat si on cherche un diamant. Les Kage ne se trouvent pas dans tous les coins de rues.
-Combien parmi vous ont pris le temps de voter pour le dernier Kage ?


Laissant un silence quelconque plané alors que la décision avait été prise par un conseil très restreint, Raizen laissa le silence faire son travail.

-Et pour ceux que ça intéresse, je ne pense pas qu’il y ait une personne de mieux placer dans ce village que Uzumaki Sazuka, donc elle a tout mon support et quoiqu’il arrive, elle ne sera pas seule s’il advient qu’elle est élue. Nous serons tous présents, à bon entendeur. Merci pour vos interventions et d’assurer la continuité de cette réunion.

Faisant référence à tous ceux qui étaient suffisamment attachés au village et aux valeurs Kumojines pour se sentir interpeller, Raizen n’avait que faire des gens qui avaient déjà désertés dans leur coeur. Le libre arbitre était une valeur qu’il prônerait et prêcherait toujours. Or, il commençait à croire que tous n’étaient pas suffisamment conscients pour en faire usage adéquatement. Le prenant parfois comme un acquis alors que c’était un privilège, il était évident que certains n’avaient pas grandi ou subi l’esclavage… comme quoi tout était une question de perception.

Déposant de nouveau une délicate tape sur l’épaule de Sazuka, il lui murmura quelques paroles :

-On ne peut sauver des gens qui ne veulent pas être sauvé, donc courage, tu t’en sors très bien Sazuka. Il faut donner la vie à la vie...

Retournant s’asseoir alors qu’il savait pertinemment qu’il n’avait pas été aussi poignant que son compatriote du désert, il lâcha brièvement pour celui-ci :

-Je m’avoue vaincu…

En attendant, un de ses clones s’était déplacé pour être à proximité de Rie. Visant sa protection sans pour autant se faire remarquer, Raizen désirait éviter la moindre escarmouche dans ce genre de moments. C’est d’ailleurs pour cette raison que son autre clône avait observé la direction par laquelle Hiko était partie. Sans pour autant le suivre, son apparence était dorénavant gravée dans sa mémoire sachant qu’ils devraient forcément discuter à un moment ou un autre. Or, avant tout, il devait fort probablement se calmer. La fierté était importante, mais elle était aussi un poison dangereux, surtout lorsqu’un piédestal sans fondement l’encourageait dans ses réflexions actuelles. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle Raizen n’était pas aussi poignant dans ses paroles qu’en temps normal. En réalité, il était déjà très loin dans le futur et regarder derrière n’était pas simple. Quant au vote actuel, il préférait que chacun procède par voix de scrutin pour limiter les effets moutons et s'assurer une participation. Bien que procéder par levé de mains pouvait être une option... tout aussi viable, il voulait s'assurer qu'il n'y ait aucune contestation future. Or, pour qu'il y ait présence de votes, il fallait un autre choix et pour le moment, il n'y en avait aucun qui oserait se mouiller à prétendre être mieux placer.

Kumo, le Yuukan vous attend...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Hokazuka Rie
Hokazuka Rie

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Ven 19 Juin 2020 - 21:31

ASSEMBLEE KUMOJIN

Il fallait croire que tes mots n'étaient pas assez puissants pour créer une quelconque réaction. Comme la silhouette du seul qui t'intéressait dans cette assemblée s'était envolée, ton attention avait disparu au profit d'un regard sceptique sur cette assemblée. Froid et feu se mêlaient sans cohésion. Personne n'avait réagit à ta demande pourtant très claire de forcer celui qui avait tenté une mutinerie de rendre des comptes en place publique. Ce qui ne pouvait vouloir dire qu'une chose ; au regard de tous, ces actes n'étaient pas la priorité. Ni justice ni jugement, juste un soupir qui s'échappe et s'émancipe d'un village pour lequel ton regard n'importait plus.

Tu n'étais que le maillon de trop, obsolète ; qui n'aurait plus son mot à dire sur quoi que ce soit en cette assemblée. Pour la dernière fois, tes maigres aspirations de gérer une passation de pouvoir sainement s'évince. La personne qui semblait la moins satisfaite de cette nouvelle génération à venir avait subitement demandé asile auprès de l'Empire, ce à quoi tu avais le pouvoir de répondre positivement, sans pour autant être en mesure d'assumer l'avis du village de la foudre.

S'en suivent alors des paroles sans sens à tes oreilles, influencées tantôt par la colère, tantôt par la déception. Il fallait dorénavant défier pour avoir son mot à dire ; pire, une hiérarchie s'était faite sous entendre par l'une des membre du Fukkatsu. « Pour tel titre, vous devrez vaincre telle personne ». De quoi faire disparaître les quelques traces rosées qui donnaient encore un peu de sens à ton visage opalin. Un vote à l'arrachée, des membres hétéroclites, des discours évasifs. La seule bride de raison qu'il restait à ces débats étaient la volonté d'une poursuite des recherches qui furent la fierté du village. Le savoir en quête ultime, qui fait abstraction du passé, qui fait honneur au présent, enchante le futur. La résilience scientifique. Tu regrettes intérieurement d'avoir manqué de temps pour sublimer cet atout majeur. Mais avoir la main mise sur un savoir ne signifiait pas pour autant le maîtriser, tu n'avais pas gagné la confiance locale ; tu n'en avais donc pas eu les plus pointus avantages.

Mais est-ce que cette simple volonté suffirait ? L'éclatement des forces actuelles représentait malheureusement quelque chose que tu ne désirais pas voir. Des décisions prises à la hâte, des discours qui ne valaient rien, des rancœurs qui tachaient la pureté d'une motivation sincère.

Les promesses d'avenir sont à double tranchants ; tantôt leurre tantôt vérité. Et dans les mots se trouvait une arme hostile, menaçante ; l'abstrait. Impossible pour toi de conclure à une bonne volonté de la part du Fukkatsu, des Kumojins ou de leur rébellion tant que leurs actes n'avaient pas parlé d'eux même.

Seul Raizen avait un discours modéré, peut-être trop, mais il donnait ouvertement crédit à sa leader. Le Fukkatsu avait déjà décidé de son dirigeant, et du dirigeant idéal pour le village de Kumo ; ils agissaient en propagande ouverte, complètement assumée. « Elle est idéale pour régner et j'en suis témoin et juge » De quoi aiguiser ta curiosité, mais pas assez pour que ta consciente se sente concernée plus que de nécessaire.

Ceux qui ne te sauteraient pas à la gorge te jaugeraient probablement d'un regard mauvais. Ta parole contre mille autres ; ce choix était une nage à contre courant, un combat que tu ne pouvais plus mener. Dans un ultime soupir ; tu fixes celle qui demandait asile, qui était la seule ici pour qui tu pouvais encore faire quelque chose.

- Je prendrais la route dans deux jours, et je la partagerai avec plaisir à vos côtés...

Les deux rubis qui te servent de prunelles s'attardent sur Sazuka, mais seulement une fraction de seconde. Elle n'était pas l'autorité suprême ici à tes yeux, qui se posent alors continuellement sur chaque personne assez proche pour partager ton regard.

- .. Sous condition que la présente assemblée n'y trouve aucun inconvénient.

Tu aurais bien rajouté un compliment culotté sur la réhabilitation exemplaire de votre capitale suite à son pugilat, mais ç’aurait été jouer avec un feu dangereux, trop malsain à ton goût.

- Bien... J'imagine que ma présence n'est plus vraiment nécessaire pour ce... "vote".

Le ton employé ne dissimule en rien ton manque d'enthousiasme quant à cette décision ; Tout était bien trop hâtif pour que la raison ne soit pas entachée de sentiments, qu'ils soient bons ou néfastes. Surtout quand l'apologie d'un seul et unique candidat était proposé. Ton dos se tourne, commence à disparaître... Fin d'un chapitre.


Revenir en haut Aller en bas
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Assemblée Kumojin [Libre] Empty
Sam 20 Juin 2020 - 19:03

Alors que quelques personnes se mirent à lever la main dans la foule, Tengoku commença à suivre le mouvement mais se ravisa bien vite lorsqu’un nouveau Fukkatsujin intervint. Ses premières phrases étaient pleines de sous-entendus et le Genin se sentit visé. C’est vrai qu’il aurait peut-être dû se taire plutôt que de parler de choses qu’il ne maîtrisait sans doute pas. Mais si ce Meikyû Raizen pouvait juger de qui faisait bien de parler ou non, pourquoi la Raikage avait-elle laissé l’opportunité à n’importe qui de s’exprimer ? N’avait était-ce là qu’une simple démarche politique, pour sauver les apparences ? Vous avez le droit de demander mais vaut mieux éviter et de toute façon la question ne sera pas écouté, la réponse étant automatiquement non. C’est presque ce que le rouquin aurait pu croire mais il n’avait pas la mauvaise foi de penser aussi radicalement car les paroles avaient étaient entendus et certaines réponses avaient été données. Le principal avait était dit, la Raikage, elle ou qui que ce soit d’autre d’ailleurs, ne pouvait régler les problèmes de tous les Kumojins en un instant.

L’homme semblait important, tout le monde l’écoutait attentivement. Il avait gardé le silence durant tous les échanges, même les plus houleux, pour finalement entamer une longue réponse balayant large. Lui aussi, commença par défendre sa Raikage en mettant en évidence que tout autre autorité aurait très bien pu venir assoir son pouvoir sur un trône vide sans rien demander à personne. Cependant, Tengoku n’était pas dupe, peut-être étaient-ils sincères dans leurs intentions, il était de cet avis d’ailleurs, mais aucune personne quelle qu’elle soit serait venu prendre le pouvoir sans un semblant de demande. En effet celui qui aurait fait ça serait allé droit à des tensions internes pouvant vite dégénérer. Avaient-ils vraiment le choix où n’était-ce qu’une pièce de théâtre visant à faire croire qu’ils l’avaient. Arrivez à convaincre quelqu’un de se suicider et vous ne serez pas accuser de meurtre. Tengoku aimait bien analyser tous les aspects d’une même pièce mais, comme dit plus tôt, la personne étant au pouvoir lui importait peu. Il ne connaissait personnellement ni cette Uzumaki, ni ce Meikyû, et qui pourrait dire le contraire ici ? Voter ? Sur quelles bases ? Ils pouvaient bien mettre qui ils voulaient au pouvoir le plus important serait les actions entreprises pour le futur de Kumo.

L’homme parlait beaucoup, il se permettait même de faire un cours d’histoire à toute l’assemblée répétant ce que d’autres avaient dit avant lui malgré sa promesse en début de discours. Il faisait plus que souligner, il développait. Malheureusement, il était sans doute obligé d’insister pour tous les écervelés qui ne pensaient qu’à se battre pour résoudre un conflit au détriment des dégâts collatéraux comme s’aimaient à les appeler les dirigeants peu scrupuleux. Ca semblait fou de devoir expliquer encore et encore pourquoi ils avaient préféré garder leurs distances avec le village, c’était évident pour le jeune homme et pourtant il n’était que Genin.

Après le cours d’histoire le sage homme proposa une vision plus philosophique. Tengoku se demandait si son but n’était pas de calmer les ardeurs de certains en les endormant. Néanmoins le Genin était très attentif, loin de la torpeur il se délectait de ce genre de paroles qui sonnaient bien vraies à ses oreilles. Les sentiments… L’arme la plus terrible qui était souvent à double tranchant, si ce n’était plus. Grâce à eux vous pouviez blesser plus facilement votre adversaire comme vous pouviez tout autant vous blesser vous-même ou pire : vos alliés. C’était le combat qui attendait Kumo. Est-ce que tous les Kumojins seraient mettre leur ressentiment de côté pour un jour faire la paix avec le Teikoku ? Et ainsi aller de l’avant sans s’enfermer dans une guerre sans fin. Pour le bien des futurs habitants du pays de la foudre, c’était nécessaire. La nécessité, quand la logique devait écraser les émotions afin de prendre la meilleure direction possible.

Il revint sur du plus concret en insistant encore sur la nomination définitive de l’Uzumaki. Qu’elle soit Raikage, elle ou un autre ! Ce n’étaient pas leurs mots de ce jour qui allaient démontrer si c’était le meilleur choix possible. Ni ses actes passées quelques soient leurs grandeurs mais seulement le futur qu’elle réservait à tous les Kumojins. Car ce serait ses choix qui allaient faire prendre au village caché telle ou telle direction. Où serait-elle dans le cortège qu’incarneraient tous les habitants du village ? Serait-elle derrière ? Sur un piédestal porté par le dos de pauvres habitants. Ou bien serait-elle à l’avant ? Avec son peuple à diriger le groupe en étant en première ligne. Aucun discours aussi élogieux soit-il ne pourrait l’assurer. Seule l’avenir pouvait répondre à cette question.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673

Assemblée Kumojin [Libre]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Projet Hayashi - Assemblée [Libre]
» Assemblée des nuages
» L'assemblée des Yuki.
» [05. Assemblée] La Gardienne du Savoir
» [01. Assemblée] Débat capital

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée des nuages
Sauter vers: