Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji)

Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Empty
Jeu 21 Mai 2020 - 21:27
A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Aos_112



Cela faisait à peine une journée qu’Arukisa était revenue à Kiri. Rapidement, elle avait rejoint son appartement afin de reprendre le cours de sa vie de Mizujine. C’était son voisin qui avait gentiment pris soin de surveiller les lieux pendant son voyage. Il savait qu’un jour ou l’autre elle reviendrait puisqu’une odeur de propreté régnait dans les pièces. D’ailleurs, elle prit le temps d’aller le saluer afin de le remercier de sa fidélité et de son sérieux, mais elle ne s’attarda pas. Beaucoup de rencontres l’attendaient encore. A commencer par celle avec le nouveau Mizukage.

La Rose rouge avait entendu beaucoup de choses sur lui. Il faut dire qu’après avoir été témoin de la folie de la Shodai Mizukage elle ne pouvait pas espérer pire. Cette vieille corrompue était tombée dans la folie en s’en prenant à certains de ces semblables. Fort heureusement, Aru vit Yuki Kosuke prendre sa place juste avant qu’elle ne demande son congé. Elle le connaissait peu mais l’avait soutenu lorsqu’il fallut s’opposer à la direction en place. L’instabilité à la tête du village était une vraie faiblesse pour le Pays. Elle nourrissait beaucoup d’espoir dans sa rencontre avec le dirigeant actuel. On disait de lui que c’était un homme droit et juste. Il ne faisait pas dans le spectacle ni dans les longs discours. A première vue, ce n’était pas vraiment le genre de personne avec qui la kunoichi avait des atomes crochues, mais ce qu’elle souhaitait simplement, c’était un homme juste. Rien n’enrageait plus Arukisa qu’une politique tyrannique et malhonnête. La lutte contre la misère et la protection des plus faibles semblaient être des actes basiques pour tout shinobi qui se respecte mais c’était son nindo. Et ce depuis la mort tragique de son grand-père.
Enroulée dans sa cape rouge, elle se faufila dans les ruelles brumeuses en direction du Palais de la Brume. Du moins ce qu’il en restait. Depuis son arrivée, les quelques discussions qu’elle avait eu avec ses connaissances l’avaient un peu confuse. Elle ne savait pas sur quel pied danser concernant l’état actuel de Kiri. Tandis que certains faisaient les louanges de la nouvelle génération et de la politique en place, d’autres déploraient une guerre civile ayant laissée de trop nombreuses séquelles. Le mot qui revenait le plus souvent, c’était la stabilité. Mais était-ce une demande véritablement possible ? Son voyage lui avait permis de constater une chose : aucun endroit du monde n’est stable actuellement. Chaque contrée a ses problèmes et ses tensions.

Tandis que l’humidité de la brume s’installait sur le visage angélique de la jeune femme, elle ne put s’empêcher de ressentir un pincement au coeur en constatant le chantier qu’était devenu le grand Palais. Le poing serré, elle se remémora les anciens travaux auxquels elle avait participé avec ses camarades. Tout était à refaire aujourd’hui. Un renouveau général semblait être installé. A la place de ce qui était un des symboles de la puissance Kirienne, le regard mélancolique d’Arukisa tomba sur une tente qui devait faire office de bureau administratif en attendant la reconstruction d’un lieu plus approprié. Devant l’entrée, se tenait la garde du chef de rang. Des guerriers froids et peu amicaux souvent, mais la droiture avec laquelle ils tenaient leur poste les honorait. Avec les années, la démarche enfantine et sautillante de la Rose rouge s’était estompée. Le temps l’avait assagie et la maturité avait fait son travail. Bien que son dynamisme et son engouement à tout épreuve n’aient pas baissé d’un poil. Mais à cet instant, il fallait rester sérieux. La question de sa réhabilitation au sein de l’organigramme de Kiri était primordiale. Elle n’avait pas fait tout ce chemin et vécu toutes ses expériences pour rien. Son chemin de croix touchait à sa fin. Et c’est avec fermeté qu’elle s’adressa aux gardes.

- Je suis Gozan Arukisa, jônin de Kiri et anciennement membre du clan des Sabreurs. J’aimerai m’entretenir avec le Nanadaime Mizukage.

Son arme fermement attachée et repliée dans son dos, elle fit une petite moue en attendant la réponse. A quoi ressemblait-il ? Et surtout comment allait-il réagir à l’arrivée d’une ancienne jônin de Kiri dont il ne connaissait peut-être rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Empty
Dim 31 Mai 2020 - 22:40
Replié dans son bureau de fortune, l’eau se condensait sur la surface de sa fenêtre en de fines gouttes bruineuses résultant du frimas hivernal, l’homme à la visière platinée et au shôzoku noir de jais était pour une grande partie du temps en train de traiter des dossiers de mission et d’autres affaires administratives requérant le sceau de l’Ombre, sans compter des rapports qui lui parvenaient constamment et venaient s’accumuler sur le coin de sa table. Sa plume glissait le long du papier avec une vitesse et une précision d’épistolier. C’est dans un silence austère qu’il enchaînait demande sur demande à traiter, habituant ses muscles à un rythme mécanique et parfaitement coordonné, aucun de ses gestes n’était fait au hasard. C’était même un aspect de sa personnalité d’être rigoureux, un caractère que l’on retrouvait dans son maniement du sabre.

Voilà un autre ordre de mission terminé. Il ouvrit son tiroir dans lequel il trouva un livre répertoriant la liste des ninjas recensés à Kiri. Alors qu’il descendit la liste des gradés de la Brume, il cherchait le nom d’un des ninjas disponibles au village pouvant remplir les critères de la mission. Il n’y avait malheureusement pas beaucoup de shinobis qui pouvaient convenir et puisque la demande du commanditaire n’avait pas de date butoir urgente, il se retint d’imposer la mission sur-le-champ et préférait ne pas prendre le risque d’envoyer d’autres ninjas hors des murs sachant qu’il fallait un minimum de ninjas en garnison pour assurer la sécurité. Une nouvelle attaque à Kiri pouvait encore survenir, même après tout ce qu’ils avaient traversé et qu’ils avaient toutes les raisons d’être confiants surtout après être venus à bout d’un Dieu faisant la moitié de l’île.

Peut-être que leur prochain ennemi dépasserait encore leur entendement. Il ne pouvait omettre le moindre détail pouvant compromettre la sécurité du village et il s’évertuait à faire passer celle-ci en priorité, même si d’autres objectifs requéraient également son attention, à savoir l’exploration de l’Archipel, la recherche des Dieux et des Derniers Gardiens, l’exploration de Yuki, la traque de l’Homme au Chapeau… Beaucoup de sujets prioritaires qui ne laissaient aucun repos à l’Ombre du village qui repensa aussi à l’épée qu’avait trouvé Miyuki lors de sa dernière mission… Et aux interrogatoires qui allaient avoir lieu sur le Conservateur et l’Erudite.

Il souffla longuement avant de se redresser, le dos collé à sa chaise comme pour prendre un instant de pause sur ce qu’il était en train de lire. C’est à ce moment précis qu’un toquement à la porte l’extirpa de sa léthargie momentanée, alors qu’il s’apprêtait à reprendre le travail de fonctionnaire, une jounin s’annonça au seuil de la porte face aux gardes de l’entrée. La mention de “Sabreur” l’interpella sur le moment, puisqu’il était lui-même chef de clan. Il signala à la femme d’entrer, bien qu’il n’attendait aucune visite à cette heure-ci même s’il fallait en général lui adresser une lettre pour convenir d’un rendez-vous, il ne refusait pas de visite non annoncée pour des motifs qui pouvaient s’avérer importants ou urgents. Cette fois, il s’agissait plutôt de curiosité.

Ancienne membre du clan des Sabreurs. Gozan Arukisa… Votre nom me dit quelque chose. Pourquoi désirez-vous me parler?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Empty
Mar 2 Juin 2020 - 23:04
Avec assurance, la Rose rouge passa la garde et pénétra dans le bureau du Kage. A l’intérieur, un semblant d'organisation était installé pour que le maître des lieux puisse mener à bien son oeuvre. Une odeur d’encre humide et de papier neuf parfumait légèrement la pièce. Des piles de dossiers laissaient imaginer le poids des tâches qu'impliquent son pouvoir. Sur le moment, Aru’ se demanda si sa présence était la bienvenue. Même si un dirigeant doit s’occuper de ses citoyens, et être encore plus proche de ses shinobis, il aurait peut-être été plus judicieux de prendre rendez-vous plutôt que de débarquer à l’improviste. Son impatience avait eu raison d’elle et son moment de vérité était là, devant elle.
Son supérieur se tenait sur sa chaise, au milieu de tous ses dossiers. Son aura émanait jusqu’à la jeune femme, qui ressentit un mélange de surprise et de considération envers lui. C’était d’abord son apparence qui l’étonna. Il cachait entièrement son visage. Etait-ce pour dissimuler quelque chose ? Depuis combien de temps ? Arukisa se demanda s’il l’avait déjà enlevé, en tout cas cela l’intriguait, voir la perturbait de ne pas voir le faciès de son Kage. Cependant, son accoutrement renforçait son charisme. C’était peut-être ce coté anonyme et par conséquent peu avenant qui la dérangeait au premier abord finalement.

Après avoir été invitée à exprimer la raison de sa venue avec des mots polis et pondérés, la kunoichi le salua d’un signe de la tête en signe de respect. Il avait pointé du doigt son ancienne appartenance au clans des Sabreurs. Visiblement, elle ne le connaissait pas, mais lui, comme son rôle l’impose, avait déjà entendu parler d’elle.

- Après une longue période d’absence autorisée par le Nidaime Mizukage, je souhaitais faire mon retour au village dans les formes. Elle sortit de sa poche une lettre et la déposa sur le bureau devant elle. Le texte était écrit de la plume de défunt Yuki Sôsuke et portait son sceau. Les raisons qui m’ont amenée à m’éloigner et mes activités peuvent être expliquées mais je ne veux pas vous déranger avec ça. J’ai déjà pris la disposition de m’entretenir avec les services administratifs.

En effet, à peine quelques heures après avoir passé les portes de Kiri, elle avait été interrogée par les services de renseignement du village. Après tout, c’était une procédure normale et essentielle pour un cas comme le sien. La Brume ne pouvait se permettre de laisser rentrer n’importe qui.

- J’appartenais en effet au clan des Sabreurs. Et bien que je sois présente lors du premier conseil qui structura le clan, je fus banni à mon départ. Je ne sais pas ce qu’il advient aujourd’hui des sabreurs mais à cette période, un Conseil de trois épéistes dirigeaient. Ils n’ont pas supporté mon choix. Sans gêne, elle releva sa jupe et dévoila son numéro huit désormais barré, symbole de son exclusion. C’était la tradition. Ajouta-t-elle un peu gênée et à la fois respectueuse des lois qu’elle avait embrassées à l’époque. Elle rabaissa son tissu et prit un ton plus ferme. J’aimerai pouvoir réintégrer les forces militaires de Kiri sous vos ordres. Si je dois faire mes preuves, je suis prête à vous démontrer ma volonté. Finit-elle avec aplomb.

Bien qu’elle soit une excellente communicatrice et que ses anciennes missions parlent pour elle, elle n’avait pas l’habitude de prendre un ton aussi formel. Et elle ressentit un soulagement en terminant son discours de présentation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Empty
Lun 8 Juin 2020 - 18:24
La femme en rouge se présentait avec déférence face à l’Ombre de la Brume, bien qu’elle ne le connaisse pas encore, ni lui d’ailleurs, si ce n’est par des ouï dire par le biais de sa gestion des épéistes de Kiri. Son nom connotait avec une ancienne génération de Sabreurs, et sa confirmation vint étayer la réminiscence du Nobuatsu qui se souvint avoir vu son nom circuler parmi les membres du premier conseil, composé de trois personnes à l’époque. Mais son absence prolongée dans les terres de Hi sous autorisation du Nidaime Mizukage il y a quelques années lui a malencontreusement retiré sa place au sein du clan pour motif d’inactivité, sans qu’elle soit déclarée déserteur pour autant. Une question s’imposait logiquement au chef de clan des suites de cette exclusion de la confrérie des gardiens des armes sacrées, mais avant cela il écouta attentivement les paroles de la Rose rouge évoquant son souhait de réintégrer les rangs de l’armée shinobi.

Le Nobuatsu posait ses coudes sur la table, les mains jointes devant son visage, adoptant une posture réfléchie pendant qu’il fixait la Gozan à travers sa visière platinée, bien qu’il n’avait aucune raison de refuser sa requête, il souhaitait éclaircir certains points avec elle avant qu’elle ne prenne congé et reprenne du service en tant que jounin de la Brume.

Tu es bien sûre invitée à rejoindre nos troupes, même si je ne doute pas que tu avais de bonnes raisons de prendre congé de tes responsabilités après ce qui s’est passé à Shîto en 201. Pourrais-je savoir quelles étaient ces raisons?

Si la kunoichi en avait potentiellement fait part au Nidaime avant son départ, il n’en demeure pas moins que le dirigeant actuel avait besoin d’assurance sur la fiabilité de ses gradés dans le présent. Qu’il s’agisse d’un prétexte ou d’une véritable absence, il était impératif qu’il vérifie de lui-même s’il était envisageable de lui confier une équipe ou des missions dans un avenir proche, à plus forte raison avec les temps qui courent où les enjeux ne cessent de s’ajouter et où le moindre élément à Kiri peut faire pencher la balance. Car finalement, mis à part le fait qu’elle soit une ancienne Sabreuse et Jounin de Kiri, il ne la connaissait guère, pas plus qu’un étranger qu’elle rencontrerait sur le Grand Continent. Un Mizukage avait le devoir de connaître ses ninjas.

Si tu l’acceptes, je te confierai une mission dans l’immédiat afin de voir où en sont tes compétences. En fonction du résultat, il faudra que tu suives une formation à la Caserne pour une remise à niveau. J'ai sur moi un rouleau d'esquive qui pourrait t'aider, peut-être qu'ils t'en fourniront d'autres au Complexe mais cela devrait déjà t'être utile.

Il déposa le rouleau en question sur la table et un peu de monnaie d'échange pour acheter d'autres rouleaux. Bien que l’idée soit insultante pour un haut gradé, il était logique que quelqu’un qui ait pris congé de son travail de shinobi ne soit plus autant à l’affût qu’à l’époque où il était encore en activité. Il s’agissait donc d’une simple mesure de précaution, car si il était question de lui confier une équipe de genins, c’est la vie de ceux-ci et leur propre formation qui seraient en jeu.

Pour ce qui est de ton arme, étant donné qu’il ne s’agit pas d’une épée, tu pourras exceptionnellement la garder à l’instar des autres Sabreurs dans l’exercice de tes fonctions. D'ailleurs, je t'invite à partir en mission dès maintenant.

Il tira un dossier de mission de la pile et le confia à la jounin afin qu’elle en prenne connaissance.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji) Empty
Mar 23 Juin 2020 - 15:50
Arukisa fut soulagée d’entendre les mots posés et réfléchis de ce Kage qui semblait être à la hauteur des rumeurs gratifiantes qui se murmuraient sur lui. La situation de la kunoichi n’était pas simple, un dirigeant ne pouvait pas prendre une décision aussi importante que sa réintégration sans avoir un minimum de garantie sur sa fiabilité. En effet, la jeune guerrière aurait pu être une espionne à la solde d’une autre nation. D’autant plus qu’il ne faisait aucun doute que Saji savait qu’elle n’était pas originaire de Kiri à la base.
Un peu plus détendue et avancée sur son cas, elle n’hésita pas à jouer carte blanche concernant les raisons de son retrait. Elle tenta de garder de garder un ton sérieux et audible mais les fondements de son absence étaient difficiles à évoquer et surtout à faire comprendre à tous. Mais elle avait confiance en la capacité de son Kage pour entendre avec sagesse et juger avec discernement. Elle regarda en direction de sa visière, tentant de capter son regard.

- Saji-sama. Lorsque je suis parti à Shîto en 201, je venais tout juste d’être promue jônin. Je pensais être prête à endosser les responsabilités qui correspondaient à mon grade mais je ne l’étais pas. J’ai combattu du mieux que j’ai pu mais la vue de tous ces civils impuissants face à cette attaque surprise m’a hantée pendant des semaines… Son regard se perdit quelques instants dans le vide. Je n’avais que quatorze ans, j’étais talentueuse mais je n’avais pas encore les épaules pour supporter tout ça, je n’étais pas prête à vivre ça, pas prête à être responsable de toutes ces vies… Elle se ressaisit et prit un ton plus téméraire. Mais je suis là aujourd’hui, trois années plus tard, déterminée à vous montrer que j’ai mûri et que mon expérience acquise au cours de mon voyage m’a rendu digne de mon rang.

C’était son combat : regagner ses galons acquis autrefois et les porter dignement. Pour cela, dans un premier temps, elle était invitée à accepter un dossier contenant une mission qui serait un pas vers la rédemption. Le Mizukage semblait croire en elle et lui donna même un coup de pouce en lui offrant un rouleau de technique. Il avait vu juste, après trois années sans mission elle était peut-être un peu engourdie. Elle ouvrit le dossier et consulta prestement les directives. Une affaire de disparition inexpliquées d’enfants. Arukisa prit évidemment le sujet très au sérieux, et même très à coeur. Protéger les civils était une de ses motivations premières en tant que shinobis. La récompense était double : réussir le test de Saji-sama et aider la population.

- J’accepte. Dit-elle avec assurance. Et je vous remercie pour le coup de pouce. Ajouta-t-elle en soulevant le rouleau technique dans sa main. On ne se connait pas encore mais je vous assure que vous entendrez parler de moi d’ici peu ! Ca y est, son entrain naturel faisait surface. Ce début d’approbation l’avait libérée d’un poids. Vu que j’ai le droit de la garder, si vous me permettez, Mikazuki et moi allons préparer notre mission. Termina-t-elle avec un brin d’amusement.

Elle ne l’avait pas laissé transparaître mais Arukisa fut fortement étonnée que le Kage l’autorise à garder son arme. Elle aurait sûrement préféré finir dans les geôles que de devoir quitter son artefact… Fort heureusement, elle n’eut pas besoin de choisir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

A l'aube du renouveau (PV Nobuatsu Saji)

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mur du son [Nobuatsu Saji]
» L'Enquête [Nobuatsu Saji]
» L'Eau et la Roche — à Nobuatsu Saji
» Feu & Glace | Nobuatsu Saji
» Une première pierre [PV : Nobuatsu Saji]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: