Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...

Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Sam 2 Mai 2020 - 13:22
Je marchais depuis quelque temps déjà dans la forêt, un peu moins de deux jours pour être plus précise, accompagnée depuis lors par ma fidèle alliée Shenzy, elle trottait à mes côtés sous les traits d’un chien de compagnie. La Hyène s’était refusée à me laisser seule pénétrer le territoire d’Ame no Kuni, si la traversée en mer avait été un big « NOPE » pour elle, elle n’avait depuis mon arrivée cessé de m’offrir tout son soutient… Elle n’était pas encore mère, mais savait plus ou moins ce que je pouvais traverser, s’étant elle-même beaucoup attachée à Seina et Kuu je pouvais comprendre… non, il était même plutôt clair qu’elle m’accompagnait de la sorte pour que nous nous soutenions mutuellement durant ses premières semaines de séparations avec elles.
Ceci dit, il n’y avait pas d’autre choix il était strictement hors de question de les amener jusqu’ici et c’était d’autant plus vrai pour Kuu, car je me devais de revoir son geôlier et celui qui jadis l’avait vendu comme du vulgaire bétail. C’était le genre de pensée qui m’aidait à tenir, le genre d’idéologie qui me permettait de progresser sans flancher, en me disant encore et toujours que « ceci devait être fait… » éliminer père ? … non, bien au contraire, le re joindre… le rejoindre pour apprendre les ficelles de l’underground dans lequel il vivait depuis des années durant, apprendre les ficèles… les embrasser de nouveau… et faire ce qui était en mon pouvoir pour protéger mes filles, et leur avenir… fukkatsu et son avenir… depuis le monde souterrain des affaires illégales.

Finalement fut en vue le village dont m’avaient parlé les quelques forestiers que j’avais croisés jusqu’alors. Murashigure… Enfin ! je commençais à en avoir plein les pattes... Fit la Hyène en se posant un instant, observant le village depuis le haut de la petite colline forestière où nous nous trouvions. J’accordai un sourire à la Hyène qui observait le village en question d’un air… inquiet, puis l’imitai à mon tour, tournant le regard vers Murashigure… là-bas ne nous attendais normalement que des ennemis… là-bas ne me guettais personnellement que des lames, du ressenti et de la haine, aussi bien des personnes du collectif, que celles des agents qui travaillaient avec père… sans oublier les esclaves que j’avais jadis fait transférer ici ; j’avais l’impression d’être une policière qui s’aventurait en terre hostile… allait-on seulement m’écouter lorsque j’allais dire que mes intentions n’étaient point mauvaises ?
Fermant les yeux un bref instant, j’indiquai à ma partenaire à fourrure que c’était le moment de prendre une pause, grignoter quelque chose et se préparer de sorte que la situation ne s’envenime pas dès les premiers abords. Après une courte pause, s’être restauré et vérifier que toutes mes préparations étaient faites, j’exécutai le mudra nécessaire pour me transformer en une autre.

Des traits physiques majoritairement semblables aux miens pour un visage un peu plus jeune, j’avais opté pour une femme aux courbes à peine un peu plus rondes et des cheveux châtain clair, plus courts que ceux que je portais naturellement, la couleur pale de ma peau fut remplacée par celle plus naturelle de la sienne et celle chocolat de ses yeux évinça la couleur ambre des miens.
Masane san était un personnage dont j’avais entièrement créé le physique pour éviter de tomber sur la vraie, ou des personnes susceptibles de reconnaitre ladite femme dans un moment inopportun ; bref, je m’égarais.

Sortant deux fiches de ma poche pour vérifier une fois encore les croquis que j’avais des deux personnes que je cherchais, je plissai le regard à la recherche d’éventuels défauts… il s’agissait sur mes prospectus… si on peut les appeler ainsi, de Shirotsume… l’homme qui avait fait de mon existence un véritable enfer jusqu’à ce que je me libère de ses Fuuins et de HYaku san… elle… elle je doutais qu’elle m’accueille à bras ouverts… avec son unique bras disponible.

J’étais en effet l’une des personnes qui avait fini par la priver d’un bras et par la même occasion m’emparer de l’artefact qu’elle protégeait, j’étais certaine que le collectifs travaillait certainement de pair avec le groupe de père, peut-être même travaillaient-ils déjà ensemble… père s’étant spécialisé dans le trafic d’êtres humains… ça ne s’aurais être surprise de le voir travailler avec un des groupes connus pour être parmi les plus dangereux du Yuukan… …. Qu’est ce que je suis en train de faire…

Me murmurai-je alors que je prenais conscience, que je tentais d’entrer en contact avec ces gens, voir même s’il le fallait travailler avec pour ne serait-ce que rejoint un individu pire encore, sur le plan moral tout du moins… pour essayer de bâtir sur des os, de la chaire et du sang, un futur un peu moins carmin… pour mes filles et pour leur village… oui… leur village, car plus je me rapprochais des portes du village de la pluie, moins je percevais l’idée d’un jour pouvoir retrouver la vie tranquille que j’avais au pays de la foudre…
Plus j’avançais plus se faisait forte l’odeur du sang… plus je progressais vers les portes de la capitale du crime, plus oppressant se faisait ce sentiment de danger omniprésent… plus je m’en rapprochais… plus s’élargissait sur mes lèvres ce sourire cynique qu’à une certaine époque j’arborais tout le temps… était-il nerveux ? Dû à la peur et au stresse de me jeter dans la gueule du loup ? Ou était-il nostalgique ? Nostalgique de cette atmosphère… … ... différente.


A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  543294CrackedSmileItagami2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Sam 2 Mai 2020 - 19:41
L'informatrice discutait tranquillement avec un de ses indic', échangeant sur des banalités pour entretenir de bonnes relations avec lui comme elle le faisait toujours. Une habitude qui lui permettait d'avoir une fiabilité de ses hommes. Elle savait que tout son réseau se jouait sur une certaine honnêteté. Si on ne voulait pas dévoiler une information, on se taisait. Telle était la règle. Les non-dits étaient parfaitement acceptés, mais les déformations volontaires et les mensonges étaient traqués et ceux qui les proféraient le regrettaient. Car une réputation détruite arrêtait tout pour un informateur. Comment vendre si tout le monde savait que vous étiez un menteur ?

Après un bon échange, elle fit un sourire à son camarade et s'étira avant de terminer son verre rapidement et de sortir dans la rue pour rentrer à Seichi, capuche sur la tête. Mais à peine avait-elle fait quelques pas qu'une silhouette attira son oeil attentif. La nukenin connaissait beaucoup de monde dans la cité et surtout les personnes qui sortaient du lot. Elle... Elle ne la connaissait pas. Et entre son sourire, sa tenue et l'animal qui l'accompagnait. Si on pouvait parler d'animal, puisque la créature n'avait pas besoin d'une laisse ou d'une muselière, c'était sans doute un Kuchiyose. Katsuko ne croyait de toute façon pas aux animaux sauvages dressés si bien qu'ils n'avaient même plus besoin de la moindre sécurité. Une bête sauvage le restait toute sa vie. Et elle en était un triste exemple. Le sang l'appelait bien trop fort pour qu'elle puisse le renier.

Choisissant de l'observer dans un premier temps, silhouette parmi celles qui s'écartaient sur le chemin de l'inconnue, elle la laissa la dépasser avant de sortir de la foule pour se mettre à marcher à ses côtés, capuche rabaissée sur sa tête. Utilisant sa cape pour cacher ses mudras, elle se permit d'en faire une petite analyse, par précaution. Une apparence de plus pouvait toujours être pratique. Elle repéra également sa signature chakratique, autant bien faire le travail.

« Salut. T'es nouvelle ici toi, tu viens pour quoi ? »

Relevant la tête quelques instants pour planter ses yeux rougeoyant dans ceux de l'étrangère, elle observa son visage pendant de longues secondes avant de reprendre.

« Un verre pour en discuter tranquillement et voir si on peut faire affaire, ça te dit ? Les étrangers qui osent venir ici, c'est toujours pour des affaires. »

Lui décrochant un sourire confiant, l'informatrice attendait la réponse de l'inconnue pour voir quelle serait la suite des évènements. Elle n'avait pas de tâche particulière aujourd'hui, autant en profiter pour faire une nouvelle rencontre qui pourrait venir avec son lot d'intérêts.

Désignant du bras une taverne un peu plus loin sur la route, pas celle dont elle venait de sortir qui était dans une rue perpendiculaire, elle choisit de redire quelques mots.

« "À la liqueur de Lune", ils y servent le meilleur saké de la ville voire du pays. qu'en dis-tu ? »

HRP:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Mar 5 Mai 2020 - 15:12
J’étais rentrée dans le village avec bien moins de soucis que je ne pensais, je m’attendais à une sécurité bien plus élevée, des contrôles et peut être même des senseurs spécialisés pour pouvoir débusquer les gens qui comme moi tentaient de rester… « discrets ». Mais plus j’y pensais, plus je trouvais mon raisonnement stupide, c’était justement toute cette liberté qui faisait de Murashigure le paradis des repris de justice, qui irait vérifier l’identité de qui ici et pour quelle raison ? Pour toute chose ça ne ferait probablement que nuire au commerce, aussi bien de biens comme de services. Demander ou donner trop d’information dans un tel endroit serait forcément mal vu…
Depuis combien de temps vivais-je ainsi en cage pour avoir une vision si étriquée de la liberté ? Certes le monde se devait d’être régi par des règles, mais si eux arrivaient à survivre malgré leur zone de non-droit, c’était bien qu’ils suivaient un certain règlement qui permettait à ce village de ne pas être que sang et cadavres à chaque coin de rue…

Depuis mon arrivée les gens m’évitaient, ils faisaient place quand je m’approchais ou me prévenaient de base d’un regard méfiant lorsque je posais le mien sur eux. Il fallait croire que soit j’avais donné à cette apparence une allure trop « forte » soit, ils se méfiaient des étrangers ; quelque part, ça ferait pleinement sens. J’entendis un couinement venant de Shenzy, posant le regard sur la hyène qui pour le coup revêtait l’allure d’une chienne, elle me fit subtilement comprendre qu’une personne nous suivait depuis un petit moment ; j’avais aussi eu cette impression, mais avait trouvé normal d’être la cible de la curiosité des gens sachant que je venais d’arriver, mais si la hyène insistait sur ce point, cela voulait dire que c’était autrement plus sérieux que de simples regards persistants.
Fronçant le regard un instant je maintenu le même rythme, tachant de ne pas griller le fait que j’avais compris être suivit, mais alors même que j’étais sur le point de réagir, une voix féminine m’interpella. « Pourquoi étais-je là » m’avait-elle demandé, devais-je répondre ? devais-je donner cette information ? Mes lèvres s’étaient entrouvertes lorsque la jeune femme leva le visage, me dévoilant enfin ses traits derrière sa capuche tandis que je découvrais ses yeux.
Deux rubis, rougeoyant presque aux rayons du soleil s’étaient plongés dans le regard châtain de Masmune, me tenant en joue du regard comme si elle tentait dans découvrir plus en lisant mon âme. Sa proposition suivante fut l’élément qui me permit de laisser redescendre le stress, prendre un verre et parler affaires. À dire vrai je ne pouvais pas rêver mieux.

Dans d’autres cas, d’autres situations… j’aurais fort probablement refusé, mais pour avoir la chance d’avoir été abordée aussi vite après avoir pénétré le domaine de la pluie, c’était presque une bénédiction. Comme je le pensais tout à l’heure, ces gens devaient certainement se méfier non pas de mes éventuelles prouesses u combat, mais bien plus du fait que je ne leur étais point familier. La confiance faisait absolument tout dans ce monde régi par aucune véritable loi… leur voix et la confiance que l’on pouvait leur accorder était à peu près tout ce qui faisait pour eux leur renommée…

- À la Liqueur de Lune hein… c’est un bien beau nom pour un PUB… répétai-je en détachant un peu difficilement mon regard du sien pour le posé sur la destination que la jeune inconnue me proposait. J’en prendrais bien une coupe ou deux, si tu veux bien de ma compagnie… repris-je consciente de la chance que j’avais.

C’est alors que nous nous dirigions vers son PUB, alors que me revenaient pas mal de souvenirs vis-à-vis de ceux que je possédais à Kumo, que j’entrepris finalement de répondre à ses questions. Je suis à la recherche de personnes, et d’informations… je sais que certain d’entre eux seront fort difficile à trouver, j’ose même imaginer que la moindre information sur eux doit peser son poids en Or… continuai-je en dévoilant mes objectifs, à ma camarade de beuverie. je sais que l’une de ses personnes a perdu l’usage de son chakra mais reste active en tant que soutien logistique pour son groupe ; quant à l’autre… Jetan un coup d’œil autour de nous, suivant encore les quelques regards qui nous scrutait de loin, je revins à elle, avec toujours ce fin sourire sur le visage :

Pour la seconde personne… il faudrait mieux je crois que nous ayons un environnement discret pour poursuivre cette conversation… Chuchotai-je enfin. Tu peux m’appeler Masane, mais sache que c’est un nom d’emprunt… pour le moment. ajoutai-je alors que nous arrivions sur le pas de la Liqueur de Lune.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Mer 6 Mai 2020 - 2:45
Un sourire amusé sur les lèvres, Katsuko hocha la tête à la réponse de l'inconnue.

« Il faut bien trouver quelque chose pour attirer les clients. »

Elle eut un petit rire lorsque la jeune femme lui répondit par l'affirmative en ajoutant un "si tu veux bien" à la fin de sa phrase. Vraiment ?

« Si j'le voulais pas, j't'aurais pas proposé ma belle. »

Détendue, la nukenin prit les devants et la guida jusqu'à ladite taverne, en poussant la porte avant de se diriger vers le bar. Commandant une bouteille du fameux saké accompagnée de deux verres, elle les attrapa rapidement, posant une simple question au barman. La pièce est libre ? Oui, elle l'était. Neiko se dirigea avec sa camarade de boisson du soir vers le recoin en question, une petite pièce privée qui permettait de discuter affaires. en toute intimité. Un couloir permettait de voir arriver à plusieurs mètres d'éventuelles oreilles indiscrètes et une porte fenetrée terminait le tour pour offrir une bonne intimité.

S'installant sur un fauteuil confortable en cuir, la vampirette remplit les deux verres, en poussant un vers sa convive.

« Une personne sans chakra donc ? Qui reste active ? Un shinobi bien motivé dis-moi. Et l'autre ? Ici tu peux parler. Ça ne risque rien. »

Lorsqu'elle entendit le nom de sa comparse, la vampire eut un sourire qui se transforma en éclat de rire lorsqu'elle lui précisa qu'il s'agissait d'un nom d'emprunt. Ayant du mal à se calmer, essuyant même quelques larmes au coin de ses yeux, la demoiselle aux yeux rubis retrouva son sourire une fois plus sereine, mais toujours bien souriante.

« Aaaah... Un nom d'emprunt. Mais est-ce que quelqu'un a déjà dit son véritable nom dans cette ville, ne serait-ce qu'une fois ?.. T'en fais pas pour ça, c'est normal. Enchantée donc, Masane. Moi c'est Neiko. J'suis informatrice, donc tu peux considérer que t'es tombée sur la bonne personne. Donc hésite pas, dis moi tout ce que tu sais sur eux, et en fonction de ça, les retrouver sera plus ou moins dur. Après,.. Entre nous... Tu veux juste les retrouver, ou tu veux leur causer des problèmes ? Pas que ça me regarde, mais si je les retrouve pour toi pour les buter et que c'est eux qui ont ta peau, ya des extrémistes qui aiment bien aussi s'en prendre à ceux qui ont conduit leurs ennemis à eux. Histoire qu'on puisse pas remonter leurs traces. Donc c'est pas le même prix car pas le même risque. Normal, non ? »

Lui proposant alors de trinquer, la demoiselle aux cheveux rosés but d'une traite son verre après l'échange puis le remplit à nouveau, pour savourer cette fois-ci. Attentive aux paroles de la femme au chien, elle n'avait fait aucun commentaire de plus sur l'animal qui avait pu les suivre sans le moindre souci à l'intérieur si telle avait été la volonté de sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Mer 6 Mai 2020 - 10:54
A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Masane

Il y avait au moins un point positif dans cette nouvelle rencontre, ma jeune amie s’amusait des règles de politesses qui avaient fini par s’ancrer dans mon parler. Vivre aux côtés d’un daimyo, il fallait dire que ça forçait l’assimilation de certaines règles et bien souvent, certaines contraintes. Combien de temps devrais-je passer dans cet univers pour pouvoir me débarrasser de ceci… ? Non… ça m’étonnerait qu’une vie entière sous ce régime puisse changer mon éducation, et puis ce n’est pas comme si à l’époque où j’étais active mon dialecte n’était pas déjà sévèrement atteint.
Nous entrâmes donc dans le PUB, il n’était pas à 100 % fidèle au luxe que sous entendait son nom, mais, pour les standards de la ville que j’avais pu voir en progressant tout à l’heure, cet endroit était de bien meilleure qualité que les autres. Bien moins miteux et bien mieux entretenu que les autres prestataires de services du même ordre. J’étais jusqu’alors restée silencieuse, me contentant d’observer l’endroit, non pas d’un œil critique, mais nostalgique… j’avais plusieurs idées pour améliorer ledit PUB, par ailleurs entendre ma compagne demander si « la pièce » était disponible était une des confirmations que j’espérais concernant le probable avenir de cet endroit. Avec un peu de temps, d’argent et de savoir-faire, je saurais transformer cet endroit en un parloir réputé pour sa discrétion… en multipliant le nombre de « pièces » en sous-sol avec le Kinton… une vieille habitude s’éveillait de nouveau, j’avais machinalement levé la main pour faire un plan miniature de mon idée, mais fut arrêté dans mon élan par la jeune femme au regard rubis.

Traversant un long couloir qui nous mena à une salle isolée du reste du bar, garantissant l’absence d’oreilles indiscrètes, d’autant que la porte fenêtrée permettrait quant à elle de voir venir n’importe qui… c’était bien pensé. La demoiselle prit place dans un des fauteuils et nous servit immédiatement. L’imitant, je pris donc place face à elle, suivi de près par Shenzy qui s’assit à mes côtés, observant le verre avec insistance.
C’est… plus ou moins à ce moment que je lui donnai mon nom, et qu’encore une fois, je pus confirmer qu’elle s’amusait… vraiment de cette rencontre. Préciser que ça avait été un nom d’emprunt avait été suffisant pour déclencher chez elle un véritable fou rire. Perplexe, un sourire nerveux sur les lèvres je me demandais ce que j’avais pu dire de si drôle, jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin à s’exprimer.

… mais bien sure qu’il était normal de donner un alias plutôt que sa véritable identité, je le faisais déjà à l’époque, alors pourquoi aujourd’hui cela me paraissait-il si irréaliste… ? Secouée moi-même d’un petit rire, je gardai le silence quelque temps, écoutant ce qu’elle avait à me dire tout en donnant des précisions sur ses éventuels tarifs et la manière dont ceci pouvait augmenter fonction de mes intentions envers ces personnes…

- Hum… Shirotsume est un individu pour le moins… passionné par ses activités… finis-je par dire, annonçant ainsi le nom d’une de mes cibles. Lui ne serait probablement pas compliqué à trouver au vu de sa réputation, mais quant à l’autre… c’est un Homme à la pilosité majoritairement blanche, à l’époque il se battait en utilisant une arme assez atypique, capable de tirer des projectiles à haute vélocité. Il en a perdu la possibilité maintenant, mais il était à même d’invoquer tout un bestiaire de Félins, tous albinos. Précisai-je en m’arrêtant un instant, me demandant, pourquoi diable je m’entêtais à vouloir le décrire…

Entre Kunoishi, on va faire plus simple… Fis-je avant d’exécuter une courte série de Mudras ; après une faible détonation et un peu de fumée, deux nouvelles Masane se tenaient debout derrière moi. La première prit dans une nouvelle détonation l’apparence de l’individu dont je parlais.c’était un homme dans la trentaine, de courts cheveux blancs en batailles, une peau plus pâle que la normale pour des yeux rouge sang.
La seconde appartient quant à elle au collectif… avoir ne serait-ce que son nom s’était déjà avéré particulièrement compliqué à l’époque… Hyaku. Suivant sa consœur, la seconde Masane se transforma à son tour en celle qui m’avait agressé il y avait déjà un bon moment de cela. De la fumée parut une jeune femme aux cheveux courts, elle avait un bras en moins, une blessure que me devait à moi et aux shinobis qu’elle avait attaqués.

- Je ne pense pas vraiment qu’Hyaku sera contente de me revoir, vu qu’elle me doit cette blessure… Repris-je alors que le clone levait son moignon. , Mais il n’empêche que je me dois de la voir… j’ai des questions pour elle… et le collectif… et cette rencontre… je ne suis pas sure d’en revenir vivante… MAIS, la combattre n’est clairement pas mon objectif premier, aussi soit sans crainte, je ne reviendrais pas te demander des comptes et ne dévoilerait point ma source si tu sais quoi que ce soit sur elle. fis-je d’une voix que je voulais rassurante.

- Ceci dit… tu ne m’as pas encore parlé du type d’honoraire que tu prends Neiko … Finis-je en fin prenant le verre que l’informatrice m’avait servi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Mer 6 Mai 2020 - 18:10
Installée confortablement face à la jeune femme aux cheveux chatain, la vampire prêta la plus grande attention à la description que lui faisait Masane, assise elle aussi dans cette petite pièce tranquille loin de toute oreille trop curieuse. Elle haussa un peu les sourcils quand la jeune femme déclara la savoir kunoichi. Avait-elle vu ses mudras ? Ou connaissait-elle sa réputation ? C'était plus probablement ça.

Lorsque les deux doubles furent formés et transformés, la vampire se releva tranquillement et commença à en faire le tour, soulevant leurs bras, observant tous les détails visibles. Elle sortit un petit carnet et nota quelques informations que lui donna sa cliente, concentrée et efficace. Elle n'était pas de ceux qui perdaient du temps sans raisons.

« Tu as dis que Shirotsume faisait partie d'un groupe, tu sais lequel et le nom de ce groupe ? Pour celle du Collectif, c'est dangereux donc. Tu veux juste que je les retrouve pour toi et que je t'indique où ils sont, ou tu veux que je t'y amène directement et que je t'introduise ? J'ai des portes partout, je peux faciliter une rencontre non violente dans un premier temps, si c'est ce que tu cherches. »

En vérité, elle n'aurait sans doute aucun mal à trouver la femme du Collectif, cette Hyaku. Par contre, si elle introduisait n'importe qui auprès du Collectif, ces derniers pourraient la déprécier alors que jusque là, leurs relations étaient plutôt bonnes. Il fallait qu'elle soit prudente. Elle ne connaissait pas personnellement cette Hyaku, mais elle connaissait les têtes du groupe, après tout.

« Pour ce qui est du paiement... J'accepte tout ce qui est de valeur. Des informations, des objets, plus simplement de l'argent, ou toute autre idée qui pourrait te venir à l'esprit. Propose juste ton montant, on verra ensemble pour l'exactitude de l'échange. Je suis quelqu'un d'arrangeant, vois-tu. C'est toujours meilleur pour les affaires à mon avis. »

Souriant à nouveau, la vampire aux yeux carmin tendit à nouveau son verre plein, après s'être assurée que celui de l'étrangère l'était aussi, pour trinquer.

« Auc affaires ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 20:01
Neiko chan m’écouta attentivement, observant avec sérieux les deux clones que j’avais transformés en mes cibles du moment pour être sûre de ne louper aucun détail. C’était alors qu’elle les observait que je pris finalement une lampée du verre qu’elle m’avait servi depuis lors. S’première question concerna Shirotsume, quel était le nom du groupe auquel il appartenait, le connaissais-je ?
À dire vrai, je l’avais véritablement oublié à force de passer mon existence entière à tenter d’effacer de ma mémoire les différents maux que j’avais pu causer en travaillant avec eux, j’avais fini pas véritablement réussir à oublier deux trois trucs sur lesquelles je ne me concentrais pas assez. J’entendis aussi son approche quant au collectif, chose qui m’arracha d’ailleurs un sourire passager, car ce groupe était mon objectif principal, mais recentrai bien vite mes pensées sur celui qui était à l’époque mon némésis.

- Je ne saurais vraiment te dire à quel groupe il appartient, mais avec son domaine d’activité je pense qu’il sera plus facile pour toi de mettre la main sur lui. fis-je en marquant une petite pause, réfléchissant encore un peu à mes mots avant de me lancer. Shirotsume est un chasseur de têtes, pas dans le genre de celui qui ramène une tête privée de corps... non, c’est un esclavagiste, qui à l’époque était très doué dans son domaine. Poursuivis-je le regard tourné vers le passé ; pour avoir chassé avec lui, j’en savais quelque chose ; pour sure nous étions… efficace.
Auprès de ces commerçants-là, tu ne devrais avoir guère de difficultés à le trouver… le trouver lui, comme père… une pensée pour mon paterne, le regard un peu plus froncé et sérieux à ce sujet, ce sont les crocs de Shenzy qui me ramenèrent dans la pièce, me mordillant doucement pour que je sorte de ces pensées…

Un sourire à la hyène sous ses traits canins, je lui caressai la tête avant de reprendre… : Mais… ce que tu viens de dire à fait passer le fait de le retrouver d’important à simple bonus. Fis-je d’un air plus sérieux et intéressé. Si tu n’arrives pas à retrouver Hyaku, à dire vrai ce n’est pas si grave que cela, je voulais surtout pouvoir repartir sur de bonnes bases avec elle et essayer de passer par celle-ci pour avoir une audience avec le collectif… mais tu dis pouvoir m’obtenir cette audience ? Fis-je intéressée…
Mes objectifs à Ame étaient on peut plus simple, m’assurer une place de choix dans un des groupes les plus importants de ce pays et avoir accès au réseau d’information de l’underground. Ben entendu je comptais m’y mettre corps et âme, je n’aurais pas fait… une forme d’adieux à mes connaissances si ce n’avait été le cas… en tant qu’ancienne criminelle reprendre mes travers ne serait probablement pas si difficile que ceci… ça n’était pour moi… qu’un retour aux sources ; mais je ne m’attendais pas à être chanceuse au point de tomber sur une des personnes qui pouvaient m’ouvrir ces portes lors de ma toute première rencontre…

- Si possible… j’aimerais une rencontre non violente avec eux… idéalement j’aimerais pouvoir rejoindre leurs rangs ; pour… plus d’une chose à dire vrai. Reprendre le groupe de père… pouvoir le lui arracher des mains et le déposséder de tout, comme il me l’avait si bien appris ; mais surtout, rencontrer la personne qui possédait à l’origine le bouclier du frère gardien, pour lui demander si elle n’avait pas accès à d’autres artefacts ; en tant que Metaru ils m’intriguaient ; en tant que forgeronne, je voulais… être capable, de concevoir des armes du même acabit… non, peut être même plus efficace que ces fameux artefacts.
Je n’avais absolument aucun doute sur le fait de pouvoir créer des armes proches de l’indestructibles, mais leur ajouter des capacités… je savais le fuuinjutsu être le dernier élément de ce puzzle, ou tout du moins l’un d’entre eux… mais je voulais en apprendre davantage. Par ailleurs parlant d’armes…

- Tout ce qui est de valeur hein… répétai-je en croisant les bras. J’avais de l’argent sur moi, mais trouvait un peu dommage de la récompenser en « simples » bien financiers… si vraiment elle pouvait me permettre de réaliser mes ambitions actuelles… Neiko… quel type de combattante es-tu ? Demandai-je enfin, question qui eu d’ailleurs pour effet de sortir Shenzy de son ennui.

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Masane

- En tant que Metaru je peux te garantir la qualité de mes conceptions, mais pour un client satisfait, il me faut des informations sur celui-ci… si tu es prête à me parler de ton style d’armes, je pourrais t’en offrir une… ne connaissant que de rares paires. fis-je alors qu’une sphère de métal s’était formée dans le creux de ma main, prenant lentement mais surement de plus importantes proportions…
Si nous Metaru étions connus pour une chose, c’était sans l’ombre d’un doute pour la qualité de notre métal, de nos armes et de nos conceptions en général… dans un monde comme celui-ci, après les événements qui avaient emporté la vie du jeune frère de Shuhei, ne serait-ce que révéler mon nom me mettais potentiellement en danger… du moins si j’en croyais feu notre Sandaime raikage.

- Es-tu sure de toi… Masane ? demanda la voix un poil inquiète de Shenzy.

- Elle saura qui je suis bien assez tôt, lorsque je me présenterais au collectif, donc tant qu’à faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Ven 8 Mai 2020 - 3:27
La vampire hocha la tête. Pas d'informations sur son groupe donc, dommage. Il ne devait pas être majeur au sein d'Ame alors. Et selon la description de sa cliente, c'était une pourriture. Après... Elle-même était peut-être pire que celui qu'elle venait de décrire.

« Je vois. Il sera assez facile à trouver quand même. Est-ce qu'il est dangereux quand on le cherche, ou est-ce qu'il est du genre à se laisser trouver sans vouloir massacrer ceux qui fouillent dans ses affaires avant même de savoir ce qu'ils lui veulent ? »

À la suite des mots de celle qui lui faisait face, Neiko haussa un sourcil, un léger sourire se profilant sur ses lèvres.

« Ah ? Tiens donc. Une audience avec le Collectif... Peut-être... Mais tu devrais faire tes preuves auparavant je pense. Ou alors tu es déjà quelqu'un d'important, suffisamment pour attirer leur attention. Quelqu'un de puissant aussi. »

S'étirant lassivement, la jeune femme sirotait son verre, apaisée. Elle se sentait bien ici, dans ce parloir discret. Oh, bien sûr, il n'était pas exclus qu'un bon espion puisse les entendre. Mais pour cela, ce devait être un shinobi. Et rares étaient ceux qui vivaient ici. Et encore plus rares, ceux parmi eux qui connaissaient cet endroit. Les chances étaient trop faibles pour qu'elle daigne utiliser une de ses capacités pour le vérifier. Et elle espérait bien que cela reste ainsi un bon moment. Les lieux de calme étaient rares à Ame no Kuni. Plus encore à Murashigure.

« Oh, je ne suis pas vraiment une combattante. J'évite les affrontements comme la peste. Quand je dois me débarasser de quelqu'un, je le fais dans son sommeil quand il ne s'y attend pas. Quitte à attendre des mois ou des années. »

Elle fit un sourire carnassier à ces paroles, les yeux brillant littéralement dans la pénombre de la pièce, dévoilant un autre côté d'elle-même. La prédatrice.

« Mais quand je dois me défendre en urgence... C'est lui qui m'accompagne actuellement. »

Repoussant un des plis de sa cape large de jute, la jeune femme dévoila la poignée d'un katana qui était là depuis l'aube. Là, mais bien caché dans les replis du vêtement bien pratique à cet égard. Dégainant alors lentement Shi no Chi, le prenant par la lame et par le manche à la fois pour ne pas alerter inutilement son interlocutrice et lui faire croire à de sombres intentions, elle lui tendit son arme pour qu'elle puisse l'observer.

À vrai dire, elle avait également un autre plan pour une arme d'une très grande qualité, mais pour l'instant rien ne pouvait lui assurer qu'elle l'obtiendrait. Ni même que l'arme en question serait un katana. Au pire des cas, c'était toujours une bonne occasion de commencer une collection de belles armes.

« Metaru donc... Intéressant. Désertrice ? Tu as grandis loin du village des Nuages ? Ou tu es juste partie lors de la prise de Kumo ? Tu espères l'aide du Collectif pour libérer ta cité peut-être ? Si c'est ça, tu perds ton temps. Ah, et t'inquiète, je dévoilerai pas ton origine à ces attentionnés mercenaires. »

Elle eut un léger rire quand le Kuchiyose se décida à parler. Elle le savait depuis un moment qu'il en était un, mais la créature venait d'y apporter la dernière pierre.

« Intéressant... Donc tu vas leur dire qui tu es réellement. En soit, c'est une certaine preuve de valeur... »

Prenant quelques instants pour réfléchir en terminant son verre, la nukenin aux yeux carmin se planta à nouveau dans ceux de son interlocutrice.

« T'as un endroit où dormir ici ? Ou tu as besoin d'un logement le temps que je trouve ton Shirotsume et que je découvre si le Collectif accepte de t'offrir audience ? »

Pianotant sur la table devant elle, légèrement penchée sur le côté, observant la Metaru qui avait encore son sabre en mains, la Chinoike attendait d'avoir ses réponses pour savoir comment enchaîner cette entrevue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Ven 8 Mai 2020 - 20:23
- Non Shirotsume… de mon époque du moins était assez arrogant, il assumait être suffisamment fort pour pouvoir deal avec quiconque en voudrait à sa vie, je ne pense pas que les choses aient beaucoup changées même après qu’il ait perdu son habilité à utiliser le chakra. Fis-je d’un air sérieux… S’il travaille toujours comme je le pense, je suis sure qu’il sera bien plus arrogant encore, mais comptera sur l’aide d’associés d’exception… mais vu qu’il est du genre à toujours laisser venir de potentiels clients ; non… tu n’as rien craindre en faisant des recherches sur lu ; je doute même que tu aies du mal à trouver des infos.

C’était le genre de type qu’il était, hautin, mais possédant la force nécessaire à sa politique, chose qui ne le rendait que d’autant plus détestable du moins pour ceux qui lui en voulaient ; je pense que le pire était certainement qu’il tirait une certaine satisfaction de ce type de situation… maintenant que nous le savions « faible » ça devait certainement être pour lui une nouvelle forme de challenge un peu détraqué…
Il faut être quelqu’un de puissant et important pour définitivement attirer leur attention donc… murmurai-je en prenant acte de ses mots concernant le collectif. Oui, le sujet Shirotsume… pouvait attendre, mais le Sujet collectif en était d’autant plus intéressant. Je savais être connue à Kaminari, mais doutait un peu que ma notoriété ait véritablement réussi à traverser toutes ces terres pour parvenir jusqu’à Ame. En tant que Metaru j’étais sûre d’être un spécimen intéressant pour leur groupe, et pour ce qui concernait mes aptitudes au combat… je préférais émettre des réserves. Tenir et utiliser une ou plusieurs armes oui, être à même d’utiliser quelques bons jutsus, oui, mais de là me définir « puissante… » non, non j’en étais probablement assez loin. Concernant le collectif je pense que je devrais surtout essayer de les convaincre avec mon Kekkai et mon savoir-faire… Finis-je par marmonner…

- … Baka…

- Hum ? Demandai-je à la hyène qui ne semblait pas encore ses oreilles, hyène qui maintenant m’ignorait pour le coup.

Finalement, j’en appris un peu plus sur ladite informatrice, elle n’aimait visiblement pas le combat, mieux… ou pire ? Elle faisait plus dans l’assassinat propre et silencieux que les grands clash et démonstration de puissance ; tout le contraire des Metaru… et des kumojin en général, c’en était littéralement rafraichissant… L’assassinat hein… Et c’est quelques mots plus tard qu’elle me présenta, son partenaire. C’était une lame somme toute assez classique, de bonne facture, elle présentait quelques signes d’usure, mais aussi d’un entretien général plutôt correct. Hummm… je vois… Murmurai-je plongée dans mes pensées vis-à-vis de larmes, mais aussi du gabarit de sa porteuse.
Ça lui allait bien, mais il y avait moyen de faire mieux, surtout pouvoir dissocier ses deux faces… réfléchissant un moment, je plongeai la main dans ma sacoche pour en sortir une cartouchière à poches fermées. De deux des poches de celle-ci j’en tirai différentes poudres, l’une entièrement noire, l’autre rouge ocre, ou rouge sang… séparant la sphère que j’avais créée en deux j’en profitai pour répondre en travaillant sur « mes » œuvres.

- Je ne suis pas vraiment une désertrice… mais tu peux me dénommer ainsi, dans le sens ou je ne pense pas être en mesure d’y retourner après avoir rejoint le collectif… fis-je en fronçant le regard, tandis que naissait des deux sphères deux lames distinctes. Je suis bel et bien partie lorsque nous avons perdu le village… je pense que j’aurais beaucoup de mal à rappeler cet endroit « chez moi » avant un moment. répondis-je presque machinalement en travaillant.
Et non, je ne compte pas leur demander de l’aide pour reprendre Kumo, dans l’hypothétique éventualité où ceci serait accepté, ça soulèverait bien des problèmes d’ordre politique. Mes intentions concernent en partie Kaminari no Kuni, mais son beaucoup moins… flashy, qu’une aide directe pour la reconquête de Kumo… et… merci de garder la confidence… Ajoutai-je enfin concernant mon appartenance au clan Metaru.

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Masane

Observant une minute de silence, les deux lames se faisaient de plus en plus nettes, de la plus grosse sphère naissait un katana, le corps de arborait une couleur rouge sang, tirant vers une teinte un peu plus sombre, mais se maintenant à ce drôle d’ocre ; mais comme si cette couleur n’était en elle-même pas suffisamment… hors du comment, c’est le hamon, ou le fil de la lame qui de son noir profond rendait cette œuvre, définitivement unique. Du fil au corps se dessinèrent des symboles de fluides parcourant à peine le corps de celle-ci, lui donnant une apparence… particulière.

J’espère que c’est la vraie couleur de tes yeux… je m’en suis inspirée pour cette lame, je trouve qu’elle te correspond bien… une lame rouge comme les yeux de sa détentrice… absorbant la la lumière et l’attention de ses opposants… mais un fil sombre… effleurant de par sa couleur tes occupations nocturnes… assassiner tes victimes. Expliquai-je alors que la lame s’extirpait de sa sphère.
Contrairement à un Katana normal cette arme était une ou deux fois plus lourde, assurant donc plus d’impact dans ses coups ; le manche et tous ses accessoires étaient aussi en fer, mais leur constitution était différente, légèrement poreuse, mais tout aussi lisse pour lui donner une texture et des sensations autres, rappelant étrangement le bois ; la garde était noire et le tsuka en lui-même était rose clair comme la chevelure de Neiko et constitué de la même manière que celui d’une arme normale, en gros il était aussi démontable, si jamais elle voulait le changer un jour. Confiant la lame à un clone, pour que celui-ci attache des mandes noires au manche et y apporte des finissions, je me reconcentrai sur l’autre.

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Katsuko_Main_Sword

- Un endroit où dormir… théoriquement je n’en ai pas encore, mais je comptais demander au gérant de cet endroit s’il voulait bien me laisser faire quelques retouches sur son établissement, moyennant compensation bien sûr… je suis sure de pouvoir ajouter des salles souterraines entièrement insonorisées ; mais ça… ça va dépendre des négociations avec lui… je comptais y envoyer un clone pour lui proposer ceci… ou as-tu autre chose à me proposer ? Fis-je alors qu’un Wakisashi se dessinait lentement entre mes mains, un Wakisashi dont la lame n’avait rien à envie à la robe noir de jais de la nuit… Sur la longue je comptais en faire un… associer ? et vivre ici… soit pour un temps, soit pour la période que je passerais à Ame…

-… Dit M.À.S.À.N.E… t’as pas l’impression que créer des trésors proches de l’indestructible et qui ne perdront donc jamais leur tranchant devrait paraitre plus… comment dire… compliqué que ça ? Intervint une Shenzy exaspérée…
T’es toujours tête en l’air dès qu’il s’agit de forger quelque chose toi… essai au moins de rendre ça plus… épique ? je sais pas moi, ne crée pas des trésors en plein milieu d’une conversation comme si de rien n’était… Poursuivit la hyène derrière ses allures de chienne, mais qui se demandait véritablement si ça valait la peine de garder le Henge actif…

- Hum ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Sam 9 Mai 2020 - 23:25
Bon, le premier, même s'il semblait moins important, serait facile à trouver, d'après les dires de la Metaru. Facile et peu dangereux. C'était donc surtout une mise en lien avec le Collectif qu'elle recherchait. La vampirette eut un petit sourire amusé. Un travail facile, voilà qui lui plaisait. Alors que tout le monde s'entêtait avec ce foutu Homme au Chapeau et les villages cachés, voilà quelqu'un de bon sens. Quelqu'un qui les laissait à leurs affaires et qui ne réclamait pas à l'informatrice de faire des miracles en trouvant des bijuu cachés depuis des centaines d'années. Comme si elle allait les trouver en soulevant un pot de fleurs...

« Ouais, faut tirer son épingle du jeu quoi. Si t'es trop banale, ils te garderont pas. »

Expliquant alors son style de combat brièvement tout en dévoilant son arme qui l'accompagnait depuis plus de trois ans maintenant, elle laissa la Metaru se mettre à la tâche, semblant visiblement pouvoir tout faire ici-même juste avec sa capacité. C'était là quelque chose que Neiko n'avait encore jamais vu à l'oeuvre. La manipulation du métal. Un pouvoir spécifique qui pouvait s'avérer dévastateur contre tous ceux qui employaient des sabres et autres armes qui n'étaient pas assez résistantes en elles-même pour supporter ceci. Elle-même avait quelques tours dans son sac, mais si elle devait l'affronter, elle aurait été désavantagée.

« Je vois. C'est complexe cette histoire de toute façon. Ça te dérangerait de me raconter comment ça s'est passé de ton point de vue ? Les histoires, c'est toujours plus intéressant quand c'est quelqu'un qui l'a vécu. Après si ça te gêne, je comprendrais... »

Mais elle serait déçue de ne pouvoir satisfaire sa curiosité. Elle connaissait le déroulement global de cette guerre éclair qui s'était passée, mais elle n'avait pas de détails, d'histoires personnelles, de vécu. Elle n'avait que du factuel général. Et c'était diablement moins amusant.

Elle semblait presque résignée pour son village. Elle ne devait pas être avec le Fukkatsu qui était présent au Sommet d'Hayashi alors. Ou alors elle le cachait bien. Peut-être cela faisait-il partie des plans de l'organisation rebelle de Kaminari. Elle aurait eu bien du mal à le certifier pour l'instant, avec si peu d'informations sûres.

En attendant, Neiko regardait son interlocutrice façonner le métal, le transformant peu à peu en lame aiguisée. Une arme qui pourrait certainement prendre nombre de vies avant de perdre son fil. Intéressée, curieuse, l'informatrice s'était un peu penchée en avant, délaissant son verre pour mieux observer ce qui lui était donné à voir. Quelque chose de particulier, de rare pour qui ne connaissait pas de Metaru forgeron. La naissance d'une lame.

« La vraie couleur de mes yeux ?.. Oui. Ça l'est. Je perds pas mon chakra à changer d'apparence quand j'estime être en sécurité, et dans cette ville, je ne pense pas que grand chose puisse m'arriver. »

Cela ne l'empêchait pas de rester sur ses gardes à tout moment, mais son niveau de paranoïa n'était pas suffisamment élevé pour qu'elle ressente la nécessité de faire un henge.

« Oh je vois. Tu es à peine arrivé mais tu as déjà des projets en tête. Tu as raison. C'est dangereux ici de perdre son temps. »

Un petit sourire amusé, elle continua.

« Je pouvais te proposer une auberge plus abordable mais si tu comptes faire affaire avec le gérant... Il s'appelle Kyoto, il a deux enfants. Une fille douze ans et un fils neuf ans. Sa femme est morte lorsque les villages cachés sont venu faire n'importe quoi dans la ville en tentant d'affronter l'Homme au Chapeau. Mauvais endroit au mauvais moment. Lui dit pas trop vite que t'es de Kumo. »

Elle lui fit un clin d'oeil avant de s'étirer, baillant légèrement. L'information qu'elle lui offrait là serait gratuite, elle n'avait pas de raisons de la faire payer pour si peu. Surtout que l'arme en court de formation valait largement le service rendu. Katsuko le savait avant même d'avoir pu la tester. Mais bon, rien ne disait que les échanges devaient toujours être parfaitement équitables. Surtout qu'au fond, cette forgeronne semblait avoir une certaine facilité pour les produire à moindre coût. L'avantage d'être Metaru.

« Tu as d'autres précisions à me donner sur eux ou pas ? Sinon, reste ici les prochains jours, je vais aller voir ce que je peux faire pour te dégoter une audience. Ça prendra peut-être un peu de temps, peut-être qu'ils passeront pas moi ou peut-être te recontacteront-ils directement, j'en sais rien. Je peux juste te promettre que j'aurais fait mon possible pour qu'ils t'accordent le temps qui te sera nécessaire. Et pour ce Shirotsume, je reviendrais te voir quand j'aurais l'endroit où il travaille. Je lui dis que Metaru Masane le cherche ? Un autre nom peut-être ? Ou juste je t'indique où le trouver ? »

Il lui fallait une demande précise pour éviter tout faux pas, et pour l'instant, ces quelques imprécisions étaient encore là. Elle ferait donc le nécessaire pour les lever et prouver qu'elle était une femme efficace.

Neiko resta alors silencieuse, attendant de voir ce qu'allait donner cette arme une fois qu'elle serait terminée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Metaru Itagami
Metaru Itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Empty
Mar 12 Mai 2020 - 11:00
Parler de la chute de Kumogakue… en entendant cette question mes copies et moi-même nous figèrent toutes un instant ; se rendait-elle véritablement compte de ce qu’elle demandait à une réfugiée ? Me murant dans un moment de silence, je ne répondis point, tachant de me reconcentrer sur ce que je faisais alors que la seconde lame prenait forme. Pendant ce bref moment m’étaient revenus les cris, pendant ce bref instant m’étaient revenus les flammes, la chaleur étouffante, les odeurs de chair brulée, de sang frais… de l'odeur de la faucheuse omni présente au sein de Kumo ; pendant ce court laps de temps j’avais encore eu l’impression d’entre les hurlements de Nobusuke kun, qui brûlait littéralement dans le dôme devenu four qu’il était fait pour se protéger de l’attaque de Rei… me revinrent les images de Shuuhei transformé en statue, du bracelet d’Hisao attestant de sa disparition, des nombreux cadavres de civiles qui jonchaient la route… de la tête de Reiko roulant sur le sol…

J’entrouvris la bouche pour... honnêtement lui demander d’attendre que je sois plus prête à en parler, lorsque c’est finalement la voix plus grave de Shenzy qui brisa le silence. … Ce n’était pas beau à voir… il y avait des cadavres partout… des jutsus qui fusaient çà et là, des détonations proches comme lointaines… le ciel lui-même semblait avoir pris feu… de la fumée et de la poussière dans le ciel des flammes sur terres et des cendres entre les deux… les quelques-uns qui avaient miraculeusement survécus au premier assaut étaient achevés par les retombées des attaques et des combats… fit la hyène qui s’était lancée à ma place dans un récit que j’aurais préféré éviter ; mais quelque part, je lui en étais grandement reconnaissante.
Elle continua de parler des dégâts, de ses ressentis des choses qu’elle avait vue lorsqu’elle accompagnait mon clone pour récupérer le peu de chose qu’elles purent à ce moment-là, de mon côté, je m’étais pleine replongée sur le Wakizashi qui suivait la commande que je lui préparais, mais réfléchissait par la même occasion à comment aborder cet homme, le gérant de cet endroit.

Ironiquement, nous nous ressemblions beaucoup, BEAUCOUP plus que je ne l’aurais pensé, à quelques détails près notre histoire était la même. Du coup, je pouvais très aisément comprendre pourquoi elle m’avait fait comprendre qu’il ne serait pas une bonne idée de dire que je venais de Kumo, mais… En mon âme et conscience j’avais moi-même du mal à accepter ceci, dans le sens où si les rôles venaient à être inversés et que ce n’était que plusieurs jours après la « signature » du contrat que j’apprenais que mon partenaire en affaire m’avait caché quelque chose de si important, il y avait de bonnes chances que je le trouve encore plus impardonnable que s’il me l’avait dit depuis le départ.
À quel point me sentirais-je trahis d’avoir laissé mes filles vivre aux côtés d’une personne faisant partie d’un groupe que j’arborais… même si sa provenance n’était en soit pas sa faute, c’était la trahison de l’avoir tue depuis la base qui m’aurait sans l’ombre d’un doute mise hors de moi.

Concentrée sur la lame qui avait fini par prendre forme et qui entre mes mains immobiles en était aux finitions, j’avais baissé les yeux, quelque peu perdus dans mes pensées, alors que Shenzy expliquait encore comment un homme s’était retrouvé les boyaux en l’air suite à un jutsu doton qui l’avait empalé… dans le sens premier du terme. ; à croire qu’un psychopathe s’était amusé à imiter Shaka Zoulou… [ Narrateur : Wait… t’es pas sensé connaître ce typ… / Itagami : La ferme / Narrateur :… ok….]

- J’ai théoriquement plus d’information sur l’organisation en elle-même, je peux te les donner si tu veux, mais Shirotsume travaille généralement en parallèle même s’il reçoit ses ordres des têtes de l’orga. Il a plus ou moins son propre réseau donc… Fis-je en scrutant la lame pour être sûre de ne rien manquer.

Le Wakisashi était en soi presque fini, la lame et la garde étaient entièrement noires, un noir ébène métallisé dans lequel se reflétait parfaitement le visage de Masane, presque aussi sombre que la nuit, n’eut été ses quelques reflets rougeoyants par-ci par-là et je disais bien reflets, pas motifs, la lame se fonderait presque entièrement dans l’obscurité. Noir comme la nuit, la lame parfaite pour les assassinats et illustrer ton domaine de prédilection… mais il lui manque un petit détail à mon sens… marmonai-je en observant l’arme.
Tirant une autre sacoche de ma cartouchière, je me munis d’une petite quantité de poudre brillante au sein de celle-ci, tachant de correctement doser pour ne pas trop en utiliser, sachant que mes réserves n’étaient clairement plus aussi « fournies » qu’à l’époque… mais pour cette première création, je voulais lui faire et me faire plaisir.
C’est alors que j’ajoutais la poussière de rubis à l’arme pour l’amalgamer avec e métal et en faire le fil étonnamment lisse de la lame que je lui demandai : Kyoto san est-il un civil ? Ou un combattant ? Vérifiant que la lame était équilibrée comme je le voulais, j’ajoutais rapidement, la garde, stylisée et gravée telle une lune ainsi que la garde qui se voulait d’un mate argenté avec sa bande protectrice de tissu.

Levant brièvement le regard vers mes clones, constant que l’autre avait fini de faire les fourreaux, je me reconcentrai sur les finitions de la lame d’assassin, plus légère qu’un wakizashi normal, mais bien plus solide qu’une lame lambda, de fines, très fines rainures horizontales étaient gravées dans le métal à des points stratégiques, aussi bien pour laisser couler le sang des éventuelles victimes, que pour faciliter les estocs mortels qui seraient portés avec pareil bijou. J’aimerais pouvoir me préparer à l’avance vis-à-vis de sa réaction lorsque je devrais lui parler de mes origines… chose que je m’imaginais faire dans l’immédiat, mais je pouvais garder ceci pour moi.
Échangeant de lame avec le clone qui se chargeait du Katana, j’observai en détail ce qu’elle avait fait, ne pouvant que confirmer que tout était parfait, alors qu’elle-même me rendait la lame un fin sourire approbateur sur les lèvres… comment les gens pouvaient-ils travailler sans avoir recours à cette technique ? Le Kage bunshin était bien trop efficace et cost efficient pour être simplement utilisé en combat…

- … j’y pense, je ne t’ai même pas demandé si tu utilisais un Kekkai en particulier avant de commencer à travailler… désolé je suis un peu rouillée. Fis-je en poussant un soupir, observant avec une certaine crainte mes dernières créations qui ne collaient peut-être plus avec leur future propriétaire… Enfin… non, j’imagine que c'est une information que tu tiens à garder confidentielle…
Sur la table je matérialisai un coussin de métal, créé pour donner l’impression d’être du tissu tissé, il était presque plus moelleux qu’un véritable oreiller, bien entendu ce n’était pas pour piquer un somme, simplement pour être utilisé comme présentoir, car c’est bel et bien sur celui-ci que je déposai les deux lames, qu’elle puisse les admirer de tout son saoule avant de les mettre dans leurs fourreaux. Un katana rouge écarlate au fil noir et plus lourd que ses congénères pour lui conférant un avantage certain en cas de clash de lames, ainsi qu’un Wakizashi noir nuit particulièrement solide, fin et léger, parfait pour les dégaines et rengaines rapides ; excellent pour les assassinats, mais aussi pour le combat en Nitoryuu, son poids amoindri en faisait une arme qui allait aisément surprendre ses adversaires.

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...  Wakizashi_Neiko

- Tu risques de devoir te mettre au Nittoryu si tu veux pouvoir les utiliser au maximum de leur potentiel… mais rien ne t’empêche de les utiliser en Itoryu… tout dépend du style que tu comptes adopter… Posant le regard sur son ancienne lame, un fin sourire sur les lèvres j’ajoutai : tu utilises le Fuuinjutsu ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

A la recherche du Collectif et d'ombres fugaces ...

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Pluie [Seichi x Collectif ]
» Une Arme pour l'Informatrice [Le Collectif]
» 2/01. Le Collectif
» 2/02. Collectif et Artefact
» [Informations] Partie n°2, Ame : Le Collectif

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie :: Murashigure
Sauter vers: