Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Sam 25 Avr 2020 - 0:31

La dernière aventure de Shoda
Hiver 204 - Kaminari no kuni


En ce début de matinée, le soleil étire ses rayons sur Kumogakure.
La Grande Bibliothèque. Réceptacle du savoir. Bastion immortel de tous les édits, de toutes les œuvres, de toutes les archives du Yuukan. Adossé à l’un des plus hauts pics de Kumogakure, trônant comme s’il faisait partie des roches millénaires et évoquant sans équivoque la splendeur du savoir bien gardé traditionnellement par les Suzuri, le somptueux édifice accueille la fraîche apparition du jour à travers ses vitraux translucides. D’une ingéniosité architecturale extraordinaire, la structure ceinture le pic sur lequel elle a été bâtie en donnant l’impression d’être un monde supérieur. Plusieurs fois, la Grande Bibliothèque fut rénovée, gagnant chaque fois des étages et de l’espace, comme pour empiler davantage d’ouvrages, davantage d’informations. L’immensité de la Grande Bibliothèque force le respect et prouve sans détour l’importance du clan Suzuri depuis des temps qui précédent même Kumogakure.

Là, à une dizaine de mètre de l’entrée du prestigieux édifice, deux gardes scrutent les allers et venus des passants. Trois heures qu’ils sont ici, à attendre que l’aiguille fasse le tour de l’horloge, pour qu’enfin ils soient relevés de leur poste. De temps en temps, ils changent de position ; mais jamais leur regard ne s’éloigne de la Grande Bibliothèque, véritable monument du village.

Là, nos trois shinobis viennent d’arriver, devant les gardes qui s’empressent de les aborder. L’aînée, ses longs cheveux bruns déambulant sur ses épaules et épousant ses épaulettes de fer, ses yeux assombris par le bandeau de Kumogakure qui trône sur son front, est la première à parler.

« Si vous êtes là pour la mission de Shoda, hâtez-vous. L’Ancien vous attend au fond de la Grande Bibliothèque. »

Le mot « Ancien », dans sa bouche, résonne avec une force vive et impose une forme de respect. Dans le labyrinthe des étagères de la Grande Bibliothèque, dans un bureau jouxtant les murs les plus enfoncés de l’enceinte, Suzuri Kyou attend, une main sur les mémoires de Shoda.

Se hâter.

Prendre son temps.




HRP:



Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Lun 27 Avr 2020 - 10:30
L’ordre de mission est fermement maintenu entre les doigts fins de la rougeoyante, qui en lit chaque morceau avec attention. Une seconde mission depuis son arrivée au Teikoku, voilà une façon de prouver à Hokazuka Rie que ses mots ne sont pas lancés sans raisons. La mission quant à elle, concerne une disparition inquiétante. Un Inuzuka de Kumo porté disparu suite à l’un de ses innombrables voyages à l’extérieur de ces murs… Hanae serre le papier un peu plus fort lorsqu’elle lit le passage sur la dépouille du Ninken retrouvée sur les côtes à l’Est de Kaminari. La jeune femme sait bien que les membres de ce clan sont très proches de leurs fidèles compagnons animaux, autant qu’elle est proche de ses invocations, et ne peut imaginer la peine que ressent Shoda, du fait de la mort de son chien. En fait, il se peut qu’il soit lui-même mort, et qu’il n’ait pas à s’en soucier.

La soldate du Teikoku s’équipe comme il faut, pour partir en direction de la grande Bibliothèque. Tout de noir vêtue, de la même façon que si elle se rendait à un enterrement, la flamboyante n’oublie pas son équipement ninja, qui lui sera sans aucun doute utile à un moment donné. Sa tenue lui permettra de résister aux faibles températures de cette journée hivernale, et après avoir réunie sa chevelure en une longue queue de cheval, elle quitte sa demeure pour aller vers le lieu où se trouve Suzuri Kyou. Elle songe à ses deux compagnons de mission, dont elle connaît au moins la moitié. La première est donc Medyûsa, sa chère et tendre, qui est toujours Kumojine contrairement à elle, et la seconde une dénommée Inuzuka Sakka. Son allégeance n’est pas connue de la Sendai, mais ce n’est pas un problème. Qu’elle soit de Kumo ou du Teikoku, les deux forment une unique force après tout, depuis l’annexion. Seuls les rebelles sont à éviter.

Première arrivée, celle qui ne sera sans doute pas cheffe de mission du fait de son grade assez dérisoire attend l’arrivée de ses camarades. Lorsque celles-ci se présentent enfin devant l’entrée de l’immense bâtisse, l’ex Chûnin les salue :

« Bonjour Med, Sakka. Son regard se pose sur l’Inuzuka. Je m’appelle Sendai Hanae, soldat du Teikoku, enchantée. »

La Maître-chien doit sûrement être plus gradée, car la Yasei n’est qu’une Genin, et pour ce genre de mission, il faut toujours un gradé. Allez savoir si elle est Chûnin ou Lieutenant, voire Capitaine. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas longtemps à la Suzuri pour les interpeller, et leur demander de se hâter. Ne souhaitant pas faire attendre la mission, pour des raisons évidentes, la sauvage répond donc :

« Eh bien, dépêchons-nous. »

Il s’agit plus d’une interrogation à l’égard de ses alliées, mais c’est aussi l’avis qui est le sien. Tant qu’il n’y a pas de combat ou de négociations, cela risque de ne pas être le fort de la Sendai, elle laissera donc le soin à celle qui doit être la plus concernée par l’affaire de mener les discussions pour obtenir les informations nécessaires.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Lun 27 Avr 2020 - 22:22
Hiver 204 – Il y a tout juste un an

Sa peau juvénile fut marquée à vie par les flammes infernales déversées par ce fou. La rééducation fut lente et douloureuse, une épreuve à la fois physique et mentale. Par chance, nos terres regorgent de plantes en tout genre, nos praticiens en ont fait une science. La botanique et la phytothérapie sont des évidences dans un pays comme le notre, recouvert dans sa presque totalité par des forêts et des plaines verdoyantes. Chaque mètre carré est l'occasion de découvrir de nouveaux spécimens. La maîtrise des plantes leurs permirent de soigner lentement notre adolescente, ne laissant plus que quelques stigmates à peine visibles.

Son corps semblait guéri, ne restait plus que l'âme... Accusée à tord de trahison, ses convictions étaient ébranlées. D'une absolue fidélité envers le Teikoku, ses deux-là avaient réussi à faire vaciller son esprit d'enfant. Elle devait se reconstruire. Elle se devait aussi de restaurer la confiance des autorités, mise à mal par ses actions litigieuses. Pour éprouver sa foi en l'Empire, ils l'envoyèrent au Pays de la Foudre, les terres rebelles. Elle accepta sans sourciller, non pas par obligation, mais par choix. La vie d'un de ces congénères était en jeu.

« J'y serai dans cinq jours ! »

______________________________

Depuis près d'un an, elle n'était pas revenue. L'examen de moyenne-classe s'était soldé par une promotion. Rien ne l'avait motivé depuis à revenir ici. Peut-être croiserait-elle Kaito et Shiro, ses anciens adversaires. Au fond, elle ne l'espérait pas trop car elle n'avait pas tenu sa promesse, y arriverait-elle un jour ?
L'itinéraire la menant jusqu'à la Grande Bibliothèque était un vague souvenir. Tous ces pics se ressemblaient, un vrai dédale pour celle qui préfère le bois à la pierre. Finalement, c'est un pauvre soldat posté dans cette bourgade qui lui indiqua le chemin.

Enroulée autour d'un pic, la bibliothèque semblait s'élever vers les cieux. Sa connaissance était telle qu'on pouvait la comparer à celle d'un dieu. Fièrement gardée au cœur de la montagne, cette richesse était aujourd'hui la possession de l'Empire. En cela, Sakka y voyait un argument supplémentaire à confier aux diplomates étrangers, pour les convaincre de nous rejoindre. Une corde supplémentaire à l'arc de la Coloniale.

Arrivée la première, il le fallait car elle était leur supérieure hiérarchique, elle en profita pour admirer de nouveau la construction. Bien trop élaborée à son goût, elle savait néanmoins reconnaître le génie des ingénieurs kumojins. Elle l'avait d'ailleurs fait savoir à son ancienne gardienne, Suzuri Takara, qu'elle quitta à cet endroit même il y tout juste un an. Sakka conservait toujours les plans que l'érudit lui avait confié, ils n'avaient peut-être plus grande valeur, mais il symbolisait une étape franchie dans la vie de l'Inuzuka, celle de la maturité.

Une adolescente aux cheveux mauves prénommée Médyüsa se présenta la première sur le parvis des archives. D'après le rapport, elle était née et vivait ici. Peu de temps après, une femme aux cheveux rouges termina le trio.

* Un surnom ? Med ? Elles se connaissent ? *

« Je sais qui tu es. J'ai vu ta photo sur ton dossier d'inscription. Inuzuka Sakka ! Lieutenant de la Coloniale ! Et lui c'est Shiroi. » s'inclina-t-elle devant les deux représentantes de la gente féminine.
« Il fallait bien trois femmes pour retrouver un pauvre homme perdu. » lâcha-t-elle pour détendre les premières minutes toujours crispées d'un premier rendez-vous.
« J'ouvre la marche, j'ai hâte de savoir ce que cet Inuzuka a bien pu sceller. »

D'un pas sûr, elle prit de l'avance sur ses camarades, pressée de découvrir la vérité. Mais au fond, elle était inquiète de ce qui avait bien pu lui arriver.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mar 28 Avr 2020 - 17:30
La dernière aventure de Shoda


Assise sur son bureau, un livre sur la médecine ouverte, lecture qu’elle a commencée depuis plusieurs minutes. Cependant, elle a été interrompue par un oiseau toquant à sa fenêtre. Ce dernier détenait un ordre de mission. Étrange manière d’apporter ce genre de message, mais soit, c’était plutôt rapide qu’efficace. Lisant le parchemin, il semblerait qu’on lui confie une mission plutôt importante et cela faisait plaisir à la kunoichi. Au moins, ça lui changeait de la Résistance dont elle n’avait plus de nouvelles depuis un moment. À quoi bon lui faire perdre son temps pour rien, finalement. À croire qu’ils se sont dit qu’elle n’était pas fiable du fait de sa relation avec Hanae, même si elle ne l’a clairement pas dit au type de la dernière fois. Selon l’ordre, Shoda est un Inuzuka de Kumo et ce dernier avait tendance à voyager à droite et à gauche. Cela dit, ses dernières aventures ne se sont pas bien terminées et il fallait le retrouver. Son Ninken est mort, ce qu'il veut dire deux choses : soit il est mort un peu plus loin ou il est vivant, mais blessé. Difficile d’être sûr des deux réponses, pour cela, il allait falloir trouver des preuves et fouiner un peu dans ce mémoire que détenait de Suzuri Kyou pour savoir où se trouve cet homme. La Grande bibliothèque, la jeune femme connaît très bien cet endroit, elle y va assez souvent pour maintes recherches.

La Yasei se prépare pour s’y rendre, une tenue moyenne assez pour lui tenir chaud en cette période hivernale et son bandeau Kumojin, accroché à son bras droit. Un bon repas afin de ne pas partir le ventre vide et la voilà, en marche, direction la Grande bibliothèque. Difficile de ne pas se perdre, la Hebi a l’habitude de faire ce chemin. En effet, Medyûsa l’emprunte chaque jour pour s’y rendre. Là-bas, la Gorgone a l’habitude de lire des livres de tous types, romance, policier ou mieux, histoire des pays, villages et aussi, sur la médecine et les reptiles, particulièrement, les serpents. La jeune femme aime s’instruire et s’informer pour ne pas être à la traîner, en plus d’enrichir ses connaissances. La jeune ninja ne savait pas qui sera de la mission, il n’y avait rien d’indiquer sauf le fait qu’elle aura des coéquipiers pour mener à bien cette mission. Au vu des consignes, ça semble simple, mais bon, Medyûsa n’a pas encore développé le côté détecteur de chakra ou autre en tant que senseur, elle est juste un peu douée pour se camoufler, se dissimuler. D’ailleurs, il allait falloir modifier un peu ça quand elle reprendra ses entraînements quotidiens. Arrivant au lieu de rendez-vous, elle y aperçoit deux femmes dont l’une d’elles est sa tendre dulcinée. Or, il y a une autre personne donc impossible de se montrer proche de la Sendai, c’est regrettable. Il allait falloir que Med fasse avec ce détail. S’approchant, elle y voit un chien avec l’inconnue, une Inuzuka ? Enfin logique vu que le disparu fait aussi partie de ce clan. S’il faut chercher quelqu’un, autre que par le chakra, l’odorat d’un chien est plus efficace que celui d’un homme.

« Yosh Nae ! Salut Sakka, si j’ai bien compris la rouquine. » Dit la blonde. « Je suis Medyûsa, Genin de Kumo. » Se présente-t-elle rapidement. Il semblerait que Sakka ait jeté un œil sur le dossier d’Hanae, elle a pu le faire avec Med aussi, difficile de lui cacher des choses à celle-là. Une Inuzuka, la blonde l’avait déjà déduit étant donnée la présence du chien. Une lieutenante du Teikoku, elle allait donc prendre le commandement de l’équipe, ce qui ne dérange pas la Hebi. La Genin regarde le chien. « Salut Shiroi. » Amusant de saluer un chien, mais soit, étant à moitié animal, elle n’était pas gênée. En tout cas, Sakka semble chercher à détendre l’atmosphère en disant qu’il fallait trois femmes pour retrouver un homme perdu. « En effet, à croire qu’on a un meilleur sens de l’orientation qu’eux, mais soit, dans son cas, ça doit être autre chose. » Dit-elle avant qu’une garde s’avance pour leur demander de se hâter, car l’ancien comme il dit, les attend au fond de la bibliothèque. Hanae semble vouloir se dépêcher et Sakka prend le pas pour être en tête d’équipe. La Yasei se hâte aussi pour ne pas faire attendre Suzuri Kyou. Tout le monde semble intriguer par ce que ce Shoda a pu sceller avant de disparaître. En tout cas, Medyûsa ferme la marche en étant derrière elles, le suivant le plus vite possible.

Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mar 28 Avr 2020 - 19:02

HRP:


Le groupe pénètre dans la Grande Bibliothèque. D'immenses étagères s'élèvent presque jusqu'au plafond, plusieurs mètres au-dessus d'eux. Les livres sont classés par catégories comme dans n'importe quelle bibliothèque ; ainsi, les ouvrages historiques se détachent des fictions, qui elles-mêmes se démarquent des essais philosophiques, qui eux-mêmes...

En quelques endroits, des kanji sont visibles, semblables à des ornements pour certaines armoires ; il s'agît, pour les kumojins qui sont assez proches du clan Suzuri et qui ont pu l'apprendre, de sceaux issus du clan dont on ne sait pas l'exacte utilité. Parait-il que les Suzuri recèlent d'encore bien des secrets ; des choses convoités même dans des pays très lointains, notamment par l'Académie de Joheki no kuni.

Encore plus marquant est ce silence qui forme un terrible contraste avec les rues de Kumogakure. C'est comme plonger dans un autre monde.

Un parfum de cuir et de papier ne tarde pas à remplir les narines de Sakka, qui, si elle n'a pas encore mis les pieds dans la Grande Bibliothèque, doit péniblement s'accoutumer à ces effluves âcres et amers pour des sens olfactifs aussi précis que ceux dont elle dispose. Néanmoins, cela ne perturbe ni son trajet, ni sa conscience ; et le groupe continue de faire route jusqu'au fond de la bibliothèque.

Le trio finit par tomber sur un homme plutôt ventripotent, un gaillard avec une grosse moustache noire et des yeux fatigués, qui les observe toutefois avec un air bienveillant. Il reconnaît l'une des deux kaminarijines.

« Vous venez pour Maître Kyouu ? Allons, suivez-moi. »


Suite à quoi il escorte les trois guerrières en direction d'un bureau, isolé de la bibliothèque, dans un coin où le silence semble régner en souverain ultime. Étrangement, c'est comme si elles étaient toutes trois attendues depuis longtemps. Comme si ceux qu'elles ont croisé jusque-là avaient préparé leur arrivée ; ce qui s'avère être plus ou moins le cas.

Le groupe aperçoit enfin la porte derrière laquelle se trouve l'Ancien. Marquée d'un énorme kanji rouge entouré de symboles noirs, il n'est pas difficile de comprendre qu'un puissant Fuinjutsu protège les Anciens ; et sans doutes d'autres secrets farouchement gardés.

« Dîtes-vous bien qu'il est rare de pouvoir accéder à cette partie. Reculez un peu, je vous prie. »

L'homme tourne le dos aux trois émissaires puis compose des mundras, avant d'apposer sa paume sur le sceau. Un puissant courant d'air s'élève alors, comme s'il voulait repousser l'intrus, et le rouge vif du plus gros symbole semble mourir en devenant noir. La porte s'ouvre et, d'un signe de la main, l'homme invite ses obligées à y entrer tout en s'écartant du passage ; il ne les suivra pas.

Une longue caverne aux parois de roche brune s'étend devant les héroïnes. Des flambeaux crépitent et diffusent une lumière chaude, créant une atmosphère tamisée et apaisante. La lumière des feux fait danser les ombres des visiteuses qui s'avancent dans ce qui semble être un long couloir qui mène au repère des Suzuri. Quelques dizaines de mètres plus loin, le couloir forme un coude vers la droite et empêche donc d'en voir davantage. Fouillant dans une des quelques étagères qui ornent l’endroit, un homme s'est immobilisé et a jeté son attention sur la porte qui s’est ouverte. Il s'approche derechef en direction des visiteuses, délaissant ce qu’il était en train de faire.

Il porte une longue robe noire. Sa peau blafarde et ridée lui donne une allure un peu fanée, ancienne. Ses gestes sont lents et fluides ; il se diffuse de lui une étrange aura de paix.




« Bonjour, soyez les bienvenues. Je suis Suzuri Kyouu, membre du Conseil des Anciens du clan Suzuri. A qui ai-je l'honneur ? »


Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Jeu 30 Avr 2020 - 10:38
Les mots de Sakka ne semblent pas ceux d’une cheffe, et son âge semble étonnamment jeune pour quelqu’un possédant un grade tel que le sien. Mais pour avoir été elle-même la supérieure de personnes plus âgées, à de nombreuses reprises, durant sa carrière de Chûnin de Kumo, Hanae sait qu’il ne faut pas tenir rigueur de l’âge à ceux qu’elle côtoie. L’Inuzuka commence donc par une petite blague, qui fait sourire la Sendai, après avoir présenté son fidèle compagnon. Un adorable toutou du nom de Shiroi, que la rougeoyante adorerait papouiller si la situation s’y prêtait. Néanmoins, la chose qui retient le plus l’attention de la sauvage est le grade, mais surtout l’unité de l’adolescente. Un Lieutenant de la Coloniale, c’est-à-dire une supérieure directe de la Kazejine, qui a d’ores et déjà demandé à rejoindre cette unité après avoir fait quelques recherches sur cette aspect de l’Empire. Il vaut donc mieux faire en sorte que cette mission se passe au mieux, pour ne pas commencer sur de mauvaises bases avec les membres de son unité de prédilection.

La décision est prise par Sakka de se hâter, même si le trio semble d’accord sur ce point. Bien que son grade soit supérieur, il vaudrait mieux pour la jeune femme ne pas toujours partir sur le postulat que son avis prime sur ceux des autres, son jeune âge dénotant une expérience logiquement moindre que celle de la Sendai, elle pourrait donner de mauvaises directives si elle ne prend pas en compte l’avis de ses alliées. Cela dit, il s’agit d’une décision de faible importance, pour l’instant, et la soldate ne voit pas d’intérêt à contester. La suite ressemble à une sorte de rituel, les trois femmes étant guidées jusqu’à un homme un peu rondouillard, qui ne semble pas bien méchant, et qui semblait les attendre. Décidément, l’Empire ne fait pas les choses à moitié, lorsqu’il envoie ses unités en mission. Tout le monde est sur le qui-vive et prêt à l’action. La flamboyante suit le groupe en silence, jusqu’à ce Fuinjutsu plutôt étonnant. Elle est fascinée par cet art, qu’elle maîtrise d’ailleurs plutôt bien, et a beaucoup d’intérêt pour les sceaux Suzuri, qui sont très clairement des maîtres dans cet art.

L’accompagnateur semble vouloir impressionner les jeunes femmes en indiquant que ce lieu est une zone difficile d’accès, avant de leur ouvrir la voie et de les laisser passer dans cette grotte. Il est étrange de voir que des parties de la Bibliothèque ont été construites à même la montagne, mais rien n’étonne Hanae depuis qu’elle vit dans ce village. Quoi qu’il en soit, cela représente une protection quasiment infranchissable, en y réfléchissant : seul cette porte gardée par un sceau représente une entrée aisée, et le sceau en lui-même représente un grand frein à toute progression. Les anciens doivent être très importants pour les Suzuri. Après avoir traversé le couloir être arrivées devant Suzuri Kyou, elles l’écoutent, et doivent donc se présenter.

« Je suis Hanae, du clan Sendai… Soldat de l’Empire et ancienne Chûnin de Kumo. »

Elle hésite un instant sur le terme de clan, qui peut difficilement s’associer à son nom, car il n’y a jamais eu de réelle unité associée aux Sendai. Néanmoins, c’est le terme approprié, sinon ce nom n’existerait pas, après tout. La rouquine laisse le loisir à ses deux camarades de se présenter à leur tour.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Dim 3 Mai 2020 - 15:49
Hiver 204 – Ambiance claustrale

Des deux immenses portes, qui gardaient ce lieux saint, se dégagea une odeur rance quand on les ouvrit à l'approche de l'équipe impériale. Cet assaut olfactive des plus désagréables le fut d'avantage pour le duo Inuzuka à l'odorat exacerbé. D'autant plus que la littérature est un loisir délaissé par les membres de notre clan. Nous préférons sentir les feuilles, les feuilles vertes des forêts de Hi, c'est, comment dire, beaucoup plus vivant.
Les deux gigantesques vantaux de bois s'écartèrent en leur milieu pour révéler un petit homme. Pas si petit que cela en réalité, à mesure que leurs pas les rapprochaient de lui. L'énormité de la porte le rendait si insignifiant, il était pourtant bien portant. Tel un moine dans son temple, il accueillit les trois kunoichis. Quand elles eurent franchies le seuil de l'édifice, un silence monastique régnait dans cette cathédrale de pierre. Enfoncée dans la montagne, on avait l'impression que la bibliothèque remontait jusqu'au sommet par l'intérieur. Sakka imaginait la cime comme un clocher.
Les gardes, puis lui, tout semblait avoir été fait pour qu'elles perdent un minimum de temps en ville.

« Oui, nous sommes mandatées pour rencontrer l'Ancien. »

* Suis-je impolie en le surnommant 'l'Ancien' ? Non ! C'est honorifique dans ce cas précis. *

L'homme vêtu d'une toge conduisit les trois femmes dans une zone peu voire pas fréquentée. A l'abri des rayonnages remplis de vieux bouquins, il se présenta devant une étrange porte. Même si Sakka avait déjà rencontré Takara en ces murs, elle ignorait tant de choses au sujet de son clan. La main sur le verrou iconographique, il désenclava un tunnel dans un puissant souffle qui fit onduler la tignasse châtaigne de notre adolescente. Rien de bien méchant puisqu'elle prêtait peu d'attention à sa coiffure.

< Moi aussi je sais faire des vents ! > ricana le rustre canidé.

* Idiot ! *

Trois femmes guidées par un homme rondouillard, ressemblant à un prêtre, dans un sombre tunnel, la gamine se demandait bien où elles allaient atterrir. Je crois que si elle avait été seule, elle n'aurait pas pénétré à l'intérieur. L'ingénue souhaitait préserver sa pureté pour l'élu de son cœur : le fier et fort Minoru. Bref, accompagnée de Hanae et Medyusa, elle s'aventura sans crainte dans l'orifice rocheux. Finalement, des torches accrochées sur les parois les aiguillèrent sur le chemin à emprunter. Elles s'enfonçaient au cœur de la montagne.

* Son savoir est-il si précieux pour faire preuve d'autant de prudence ? Pour, l'attaque reste la meilleure défense ! *

Le coude franchi, une dernière porte s'interposait avant leur objectif. En tête de la colonne, l'Inuzuka tourna lentement la poignée métallique avant d’entrebâiller la porte. La faible lueur d'une bougie témoignait de la présence de l'Ancien. Finalement, le battant s'ouvrit entièrement et le vieux les attendait, Sakka crut qu'il était dans cette position depuis des heures. Son allure fanée donnait l'impression qu'il était resté planté là depuis trop longtemps.

* Ça fait longtemps que t'es pas sorti toi ! *

< Je lui pisse dessus pour le réhydrater ? > proposa Shiroi.

Hanae se présenta la première. Comme mentionné sur le rapport, elle était bien kumojin avant de devenir teikokujin. Elle avait fait le bon choix. Voilà donc le lien entre 'Med' et elle. Sakka devrait se faire une place parmi les deux copines.

« Inuzuka Sakka, Lieutenant impériale. »

Droite comme un piquet dans le plus pur respect militaire, elle attendait avec impatience les informations au sujet de son congénère et de son ninken.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Lun 4 Mai 2020 - 11:57
La dernière aventure de Shoda


Réuni à l’extérieur de la bibliothèque, le trio avait pris la décision de se hâter, même si Sakka semblait vouloir prendre les devants. Après tout, elle était la plus haute gradée dans l’équipe qu’elles composaient ensemble, temporairement, dans cette mission. La Hebi ne disait rien de plus après avoir suivi les deux Teikokujin. D’ailleurs, ça faisait bizarre de voir Hanae en tant que soldate, elle allait avoir un peu de mal à s’y habituer pendant un temps. En attendant, la Kumojine ferme la marche et reste observatrice, elle avait que ça à faire. En tout cas, la blonde espérait que cette mission se passera mieux que la dernière qu’elle a faite avec sa dulcinée. En espérant ne pas la décevoir cette fois-ci sinon ça risque de piquer à nouveau. La grande bibliothèque, la blonde connaît les lieux par cœur à force de venir pour étudier, apprendre donc enrichir ses connaissances sur bien des domaines. D’ailleurs, elle devra repasser d’ici quelques jours pour rendre deux, trois livres avant la fin du délai d’emprunt. Med pouvait rester des heures dans cet endroit, en lisant des livres sur les serpents, les kuchiyoses, la médecine ou encore, trouver des livres de romances pour changer un peu de son côté scientifique. À croire que son père adoptif a influencé dans ce domaine, plus qu’un autre. L’équipe tombe sur un homme dont la Yasei reconnaît aisément pour l’avoir croisé à maintes reprises dans la bibliothèque. Elle n’a pas trop eu l’occasion de discuter avec lui, mais il est parfois de bon conseil. Apparemment, il fallait le suivre pour trouver Suzuri Kyouu. Sans dire un mot, la kunoichi suit son chemin en compagnie de cet homme moustachu et de ses consoeurs.

Suivant l’homme, le trio arrive dans un bureau plutôt éloigné de la pièce principale de la bibliothèque. S’arrêtant, elle ne voit personne dans ce bureau. Étranges, elles étaient censées voir ce vieil homme afin d’obtenir des informations sur Shoda. Où pouvait-il bien être ? Cela dit, elle parvient à s’apercevoir qu’il y a un grand Fuuinjutsu sur le mur. Endroit qu’elle n’a pas fait attention dès son arrivée dans la pièce. Elle était assez impressionnée de voir qu’il était possible de créer un tel sceau. Selon lui, il était très rare que quelqu’un puisse entrevoir ce lieu ou ce sceau. En tout cas, personne n’a pu prendre ce chemin. La blonde commence à mieux comprendre ce qu’il voulait dire et pourquoi Kyouu n’était pas dans cette pièce. Il demande de reculer, ce que la Kaminarijine fait en s’exécutant sans dire un mot. Toujours spectatrice, observatrice, attendant le moment pour parler. Dérangé ces personnes risquent d’être compliqué et le but était de se dépêcher pour se rendre vers le Suzuri. Il ne fallait pas le faire attendre, après tout, les anciens n’aiment pas trop cela, il aime être de la vieille école. Après qu’il a exécuté des mûdra et posé sa main sur le sceau, un puissant courant d’air se fait ressentir, comme si on voulait les faire partir. Le sceau semblé être désactivé, pouvant voir une cavité rocheuse, une sorte de grotte s’ouvre à eux. La personne les invite à y entrer, montrant des signes comme quoi il n’allait pas les suivre. Ce passage vers d’autres secrets, c’était fort intéressant.

Le trio s’avance dans la caverne, illuminé par des torches dont la chaleur semble apaisée l’endroit. Medyûsa avait du mal qu’un tel lieu pouvait bien exister. La kunoichi regarde autour d’elle, tout en suivant les deux soldates, restant toujours en arrière pour fermer la marche. Le chemin semble assez long, mais un coude semble séparer deux chemins. Empruntant celle de droit pour se diriger vers l’Ancien. Dommage, la Hebi aurait bien aimé connaître l’autre chemin et découvrir un peu plus les lieux. Laissant l’une de ses partenaires ouvrir la porte et s’avancer dans la pièce, la Hebi les suit. Dans la salle, elle y trouve un vieil homme qui semble les attendre ou du moins, qui a dû les entendre arriver pour se présenter à elles. Hanae et Sakka se présentent, chacun leur tour. La Sendai aime prendre les devants et diriger une équipe, ça se voyait qu’elle en avait une certaine expérience. Cela dit, la lieutenante est quelqu’un de plus gradé que la rousse, à voir comment ça va se passer au fur et à mesure de la mission. La kunoichi se place à côté de la rousse et prendre à son tour la parole afin de se présenter à Suzuri Kyouu. « Bonjour et enchantée de faire votre connaissance. Je m’appelle Medyûsa, du clan Yasei. Je suis Genin dans le village de Kumo. » Dit-elle d’un ton calme et amical envers l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 6 Mai 2020 - 1:11

HRP:


En respirant à l’intérieur de ces murs, les visiteuses peuvent à fortiori sentir qu’il existe entre ces murs quelque chose d'envoûtant : des secrets insondables. Tout ce qui est visible ici n’est qu’apparat, déguisement d’une réalité bien plus profonde ; mais cela, seuls les accoutumés des mystères de la Grande Bibliothèque peuvent le savoir. Quelques érudits pour une chasse gardée.

Kyouu observe et écoute ses interlocutrices avec une attention religieuse imprégnée de sagesse, semblable à un mentor étudiant les réponses de ses élèves. Si son teint et ses rides traduisent un âge très avancé, ce petit sourire qui se dessine lorsqu’il entend la présentation de Medyûsa semble révéler qu’il n’a rien perdu de son caractère d'enfant ; en dépit d'imposer une forme de respect naturel pour la sérénité dont il est l'illustre hôte, il semble particulièrement joueur.



« Hmpf… Point ne vaut le cuir qu'on a assoupli à force de le malmener. Cette rigidité qui me semble être la vôtre doit être inconfortable, n'est-il pas ? A vouloir être trop droit, le guerrier devient trop raide. Or, le secret de la longévité, c'est la souplesse. »

Ses mains étaient jointes dans son dos. Ses lèvres remuaient doucement derrière sa longue barbe, et il semblait tellement emprunt d'auto-complaisance qu'il paraissait inébranlable dans sa position.

« Permettez que j’ose vous vous révéler mes secrètes pensées : je ne vous trouve pas assez curieuses, mesdames. Obéissantes, sans doute ; courtoises, c’est une évidence. Mais voyez-vous, les murs de cette caverne manquent un peu de conversation, et j’osais espérer en trouver un tantinet davantage chez vous. Me voilà chagriné… trop chagriné pour enseigner à des esprits qui n’ont aucun appétit intellectuel. Peut-être devrais-je demander à ce chien pour avoir ne serait-ce qu’un peu de conversation ? »

Il marqua une pause, adressant à Shiroi des yeux généreux, sans toutefois esquisser le moindre mouvement, comme s'il attendait quelque chose.

« Je vous écoute. »



Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 6 Mai 2020 - 10:10
L’une après l’autre, les trois femmes se présentent, à commencer par Hanae, qui a été la plus vive dans cet exercice. Le cadre de la mission ne laisse pas la place à une quelconque forme de légèreté, les shinobis étant généralement formés au plus grand sérieux, en toutes circonstances. Cependant, la réponse du vieillard n’est pas celle à laquelle s’attendait la rougeoyante. Il aurait déjà dû leur donner des informations pour les aider dans leur mission, car la vie d’un homme est en jeu et qu’il vaudrait mieux ne pas perdre une seule seconde. Le visage de la Sendai reste calme au possible, s’interrogeant néanmoins sur les motivations du Suzuri à ne pas leur dévoiler ce qu’ils sont venus chercher plus prestement. Elle penche la tête et lui répond :

« Je me doute que vous devez détenir nombre d’informations sur les secrets de la longévité, mais je ne sais pas si c’est le meilleur jour pour en discuter. Je regrette que nous manquions de conversation à votre goût, mais j’estime que la vie de cet homme qui a disparu nécessite une rapidité d’exécution certaine. »

Elle marque une pause, en profitant pour s’approcher de lui, sans pour autant pénétrer son espace vital, et ancre ses prunelles dans celle de Kyou, sans afficher un quelconque manque de respect.

« Si ce que vous voulez, c’est discuter, nous pourrons le faire après avoir sauvé cet Inuzuka. Pour l’instant, si cela ne vous dérange pas, nous aimerions découvrir ce que vous avez pu observer du dernier voyage de Shoda. »

Les pensées de la sauvage sont confuses. Elle a du mal à comprendre la réaction de l’Ancien, qui ne semble pas prendre cas de la gravité de la situation. N’a-t-il que faire de la vie d’un homme que l’on pourrait encore sauver ? Ou est-il comme tous les autres Kumojins ? Avide de vengeance à l’égard des Teikokujins au point de tout faire pour condamner une personne qui n’a sans doute jamais nuit à personne de sa vie ? La seule Suzuri qu’a rencontrée Hanae n’était pas comme ça, et du fait de son érudition, elle a su faire la part des choses et laisser les possibles rancoeurs de côté.

Après son intervention, la soldate recule d’un pas, attendant une éventuelle réponse de l’interlocuteur qui leur est commun à toutes les trois. Par ailleurs, la petite cheffe d’équipe pourrait vouloir lui parler, voire « rattraper » cette sortie de l’ex Chûnin, qui n’est peut-être pas très protocolaire. Medyûsa aussi a peut-être envie de poser des questions, ou d’entrer dans le jeu du vieil homme. Quoi qu’il en soit, s’il ne se hâte pas pour donner réponses aux questions de la Sendai, celle-ci trouvera une autre façon de retrouver le maître chien disparu.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 6 Mai 2020 - 23:16
Hiver 204 – Drôle de bête

Des étagères pleines de livres recouvraient tous les murs de la pièce, ils en auraient mis au plafond s'ils l'avaient pu. Ce couloir derrière elles était la seule issue. Dans cette pièce, finalement minuscule, le vieillard finissait sa vie. Là où les siens y voyaient une forme d'élévation, Sakka n'apercevait qu'un tombeau de bois, de cuir et de papiers. Cette rune si puissante sur la porte ? Un énorme verrou, ni plus ni moins. Ce Suzuri à l'entrée, un geôlier déguisait en gardien. Les mystères de cette pièce, le pouvoir émanant des grimoires et des runes, elle ne le percevait pas. Bien trop terre à terre et rationnelle, elle ne croit que ce qu'elle voit. Et en cet Ancien, elle n'entrevoit qu'un vieillard solitaire et ennuyeux.

* Je comprends mieux pourquoi Takara était aussi chiante ... *

Désabusé par la rigueur impériale, l’aïeul jeta son dévolu sur le dernier être vivant de la pièce : Shiroi. L'habitant des forêts ne sait pas lire. Toutefois, il était sous le charme des lieux. Les louves cachent leurs petits, ce qu'elles ont de plus précieux au monde, dans un terrier pour les protéger des menaces extérieures. Alors si les Suzuri enfermaient cet homme dans ce que le canidé apparentait à un terrier, c'est qu'il était d'une importance capitale. Assis, la queue reposée le long de sa cuisse droite, Shiroi admirait le vieil homme avec respect. Il semblait capable de ressentir l'aura dégagée par l'érudit, à l'inverse de sa dresseuse.
Le loup fut lui-même surpris de cet intérêt pour sa personne. On lui accordait d'habitude si peu d'attention, aux côtés de cette exubérante maîtresse. Pour une fois qu'on lui adressait directement la parole, les mots lui manquèrent :

< Il est sérieux, il veut que je lui parle ? Mais il ne va rien comprendre ? >

« J'sais pas moi, dis lui bonjour déjà, on verra s'il capte quelque chose. » murmura Sakka du coin des lèvres.

< Bonjour > articula le loup, en tendant la patte droite.

Hanae, qui s'était présentée la première, semblait avoir un caractère comparable à celui de Sakka : téméraire. Dans la pièce sans glace, l'Inuzuka se voyait de face. Dans ce miroir de chair et de sang, elle se dévisageait. Décortiquant les réactions de la Flamboyante, l'adolescente découvrait ses failles. Finalement, Takara n'avait pas tord. Être intrépide est à la fois une qualité et un défaut.
A l'évidence, la sagesse que confère le temps cultivait la persuasion du vieil homme. S'il avait décrété qu'elles n'étaient pas aptes à recevoir son conseil, alors il ne les initierait pas. Peu importe les paroles de Hanae, aussi graves soient-elles.

* Tu sembles être notre seule chance Shiroi. *

En temps normal, elle aurait rajouté un 'on est mal !' mais la Rougeoyante avait raison sur un point : le temps leurs faisait défaut. Lors d'une disparition, chaque minutes comptent, et celles écoulées nous éloignent des chances de retrouver la victime vivante. Le compagnon canin devait faire vite.
A la fois conscient du poids sur ses épaules et excité, le loup aboya gaiement en remuant la queue sur le vieillard. Sakka qui le connaissait pourtant si bien fut stupéfaite par le comportement de Shiroi. D'habitude si cynique, elle ne visualisait pas le lien entre ses deux-là.

< Et donc c'est ici que vous passez votre temps ? Enfermez comme un loup en cage ? A votre place l'air frais me manquerait. Mais vous semblez bien plus malin que vous en avez l'air. N'est-ce pas ? > s'amusa le loup, ignorant s'il était compris.

* Mais de quoi il parle ? La pièce est close. Ce vieux fou est enfermé ici comme un bijou sous cloche. *

Sakka ne comprenait rien. Elle doutait des compétences de Hanae pour les sortir de là. Peut-être Medyüsa ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 12:15
Discutons


Une drôle de salle où seul un vieil homme se trouvait, en voyant les lieux, il devait vivre seul dans ce domaine ou caverne, peu importe comment il pourrait appeler ça. Medyûsa avait suivi ses deux coéquipières de la journée, Sendai Hanae et Inuzuka Sakka, ainsi que son Ninken, Shiroi. N’empêche, ce lieu intriguait la blonde, cachait de tous et inaccessible pour les inconnus. L’antre des Suzuri ? Il devait cacher tant de secrets, chose qui intéressait beaucoup la Hebi et son côté curieux. Cela dit, en voyant le vieil homme, elle ne voulait pas l’attaquer directement sur des questions à propos de ce lieu. Autant aller doucement, c’était ce qu’elle s’était dit et la mission semblait primer avant tout pour les deux soldates. Cela dit, il semble s’amuser à sortir une citation digne d’un grand sage. La Yasei ne sait pas s’il s’adresse à Sakka qui se tient droite comme un piquet ou au trio se montrant bien polie et très sérieuse. Cela dit, la mission semble importante vu que ça touche la disparition d’un homme surtout après avoir retrouvé son Ninken mort dans Kaminari. De plus, Suzuri Kyouu dispose d’un certain indice sur des informations par rapport au dernier voyage de Shoda enfin il y avait peut-être plus que ce fameux voyage, qui sait. Le regard de Med semble aller de droite à gauche et de bas en haut, tout en écoutant son fameux secret pour sa longévité. La souplesse ? Difficile d’y croire, il y avait autre chose derrière sa longévité pour qu’il le pointe du doigt de cette manière. La blonde a tout de même un côté scientifique, à cause de son père adoptif qui lui rapporte parfois des ouvrages ou discuté de cela avec elle. Pour l’instant, elle ne dit rien et se contente d’écouter.

Selon lui, elles ne sont pas assez curieuses, mais obéissantes et courtoises, cela donne l’effet d’un léger sourire sur le visage de la blonde. Non, elle n’est pas heureuse qu’on la complimente sur sa politesse et ses bonnes manières. Medyûsa trouve amusant qu’on lui dise qu’elle n’est pas curieuse. Certes, elle n’a pas encore posé de questions sur cet endroit ni sur ses secrets, mais chaque chose en son temps, selon elle. La kunoichi l’écoute attentivement, il doit vraiment s’ennuyer dans sa planque et il doit vraiment vivre tout seul, cacher de tous. Vouloir tenir la conversation avec le chien de Sakka, il est vraiment amusant. En attendant, la Hebi se met à se déplacer dans la pièce, laissant Hanae et Sakka prendre la parole. La Yasei regarde l’étagère, semblable à une bibliothèque. Son envie de curiosité, ce lieu l’intéresse. Hanae ne semble pas trop être intéressée par une discussion avec l’homme, trouvant qu’elles n’ont pas de temps à perdre afin de retrouver Shoda. La mission prime avant tout le reste. Pour Saka, elle avait réellement pris les propos du vieux sage au sérieux, au point de parler avec son chien et de lui demander de lui parler. Shiroi semble essayer de communiquer avec Kyouu. Dans quelle équipe est-elle tombée ? La jeune femme soupire et se demande si elle va réussir cette mission en leur compagnie. La blonde pose vraiment ses yeux partout, prenant même un livre en main avant de se tourner vers le vieil homme et ses coéquipières.

« Sakka, tu prends trop les mots du vieil homme au premier degré. Comme s'il pourrait comprendre le langage animal…enfin…je dis ça, mais ça m’étonnerait pas avec tous les ouvrages Suzuri, il doit bien en avoir un pour communiquer avec les animaux. » Dit-elle avant de regarder sa dulcinée. « Hanae, prend ton temps, se précipiter ne mènera à rien et on risque de passer à côté d’indice pouvant nous aider durant la mission. » Finit-elle avec ses camarades avant de déposer le livre dans l’étagère et marchant vers un autre endroit de la pièce. « Kyouu-dono, vous avez parlé de votre longévité, n’est-ce pas ? La souplesse est de savoir profiter de la vie et de se détendre, au lieu d’être trop sérieuse, car on risque de passer à côté de bonnes choses sauf si je me trompe. Cela dit, j’ai des doutes. Vous disposez d’une certaine gêne pouvant vous offrir cette longévité ? Ou d’un Fuuin jutsu digne de votre clan ou de votre propre création ? Sinon je peux aussi émettre l’Iroujutsu, voire même l’union des deux capacités pour que vous puissiez obtenir une longévité accrue. » Dit-elle avant de se tourner vers lui. « Cela dit, vous disposez de bien des secrets et le fait que vous êtes cachés ici et protéger par un sceau, cela en dit long. Que cachez-vous ici ? Quelque chose par rapport aux Dieux de ce monde ? Les secrets des précédents Kage ? Des jutsu interdits ? Vous dites qu’on n’est pas curieuse, mais je le suis de nature avec une avidité d’apprendre des choses bien secrète. Si je n’ai rien dis en venant ici, c’était pour éviter ce que je suis en train de faire, vous bombez directement de questions. » Finit-elle avec un sourire.

Elle s’approche de Kyouu et se tient à deux mètres de lui. « Vous avez avides de discussion, je vous en offre la possibilité ici et quand vous le souhaitez.» Les yeux dorés de Medyûsa fixent les yeux du vieux sage. « Dites-moi quelque chose qui pourrait attiser encore plus ma curiosité par rapport à ce que vous cachez, mon cher. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Sam 9 Mai 2020 - 21:17



Un long écho de sa gorge fit vibrer ses cordes vocales, semblable au son des moines méditant sous la cascade, évoquant toute sa sagesse.

Kyouu étudia un à un chaque visage, se faisant intérieurement une opinion bien personnelle de chacun, et se gardant de révéler davantage de choses sur ses pensées, amoureux du secret qu’il pouvait être. Il incarnait parfaitement le mystère, tant que même ses yeux semblaient insondables ; sauf peut-être au ninken à qui il adressait toujours un regard mielleux, sans comprendre du reste ce que le chien voulait dire. Après les avoir entendu, il se concentra d’abord sur Hanae, marquant d’abord un silence insistant, attendant qu’elle s’écarte.

« Je comprends parfaitement votre hâte, jeune femme. Mais à la lecture du récit laissé par Shoda… veuillez concevoir que cette même hâte peut vous coûter cher. »

Il y eut un quelque chose de glaçant dans ses paroles. Elles n’étaient pas dites au hasard. C’était une menace.

« C’est qu’il vous faut, si vous voulez bien lire entre les lignes, avoir l’esprit de l’investigation tout en ayant la sagesse de prendre quelques précautions. Je ne vois, en dépit de votre professionnalisme, qu’une seule personne qui mérite que je lui concède mon savoir. »

Ses yeux bifurquèrent sur la seule kumojin présente.

« Medyusa, avancez je vous prie. »

Il lui donna le temps de l’approcher, sans bouger lui-même, comme s’il était figé. Son faciès demeura immuable. Kyouu était imperturbable, même lorsque ses paroles faisaient directement écho à la mort.

« Vous représentez fidèlement la cité du savoir. Vous entendrez que je ne peux malheureusement rien vous révéler au sujet des nombreux secrets de notre clan, mais au moins, vous avez montré un intérêt à autre chose que ce qui vous amenait ici, ce dont vous aurez besoin pour cette expédition. Pour rebondir sur votre question, la longévité à laquelle vous prêtez attention n’est qu’une petite facette de tout ce dont recèle cet endroit, car en dépit de toute la durée que peut prendre notre existence, nous ne sommes qu’un grain de sable dans le désert du temps. Alors, entériner notre passage sur ce continent n’est qu’un détail, un détour pour accéder à la connaissance véritable, qui dépasse même le statut du vivant. Nous pourrions vous révéler bien des choses, peut-être même sur les Dieux mais… comme l’a stipulé votre amie, il ne fait pas bon tergiverser tandis que Shoda se meurt. Voici. »

Un petit sourire sur son faciès, il lança un petit coup d’œil à la Soldate du Teikoku. Puis de sa large manche il tira un étrange rouleau ficelé, qu’il tendît lentement à celle qu’il avait invité à le rejoindre.

« Je vous offre une copie du récit de
La dernière aventure de Shoda
. Voilà qui vous appartient désormais. Vous pouvez à présent choisir votre façon de procéder. C’était un plaisir, Medyusa, Hanae, Sakka et… son fidèle compagnon. Bonne route.
»


Il s’inclina respectueusement, plissant les paupières dans un sourire appuyé, témoignage de sa bienveillance. Puis il partît, ayant le sentiment d’avoir accompli ce pour quoi on l’avait sollicité. Dans son esprit, un doute persistait. Inuzuka Shoda était un homme habitué au voyage, ainsi qu’à ses périls. S’il était mort…

… c’est que ce qui guettait ces trois femmes devait être terrible.

Après avoir quitté Kyouu, les trois héroïnes purent parcourir le chemin inverse et sortir de la bibliothèque ; mais encore une fois, tout semblait les attendre, comme si la mission avait été préparée depuis quelques temps déjà. Cela n’était-il pas le reflet d’un danger qu’on leur cachait ? La question se méritait d’être posée lorsqu’un homme, accourant, les héla. Il était accompagné de deux garçons un peu plus jeunes, et il agitait une main en l’air comme pour attirer leur attention, tandis que l’autre main retenait son chapeau.



« Mesdames ! Oui vous là-bas ! Attendez ! Bonjour ! Aaah, aaaah… je suis Sakumoto Asura. On m’a dit de venir ici pour rencontrer la délégation chargée de l’enquête sur Shoda. Mesdames, enchanté ! Je suis pêcheur à la cité de Matshu, où vous devriez vous rendre si j’ai bien cru comprendre. Je ne me trompe pas, hein ? Oh, et voici Sokuto, mon fils, ainsi que Ren, son ami. Notre chariot est à l’entrée du village ; lorsque vous serez prêt à partir, nous vous emmènerons ! »

Il était en sueur, mais derrière son petit gabarit de pêcheur, on pouvait deviner qu’il était habitué à l’effort physique. Tous trois rayonnaient de sympathie et de simplicité ; comme si, d’une certaine manière, on avait appris à être des bons vivants, quand on travaillait de ses mains.

Pour nos shinobis, plusieurs pistes étaient toutefois possibles.

Collecter d’autres informations.Sur la dépouille du chien, sur le récit de Shoda, sur la destination, …

Se mettre en route rapidement.Tout faire pour arriver au plus vite.


Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Dim 10 Mai 2020 - 15:29
L’inconvénient, avec les vieux fous et les kunoichi inexpérimentées, c’est qu’aucun ne semble vouloir prendre la gravité de la situation comme elle est. Lorsque la vie d’un être humain est en jeu, les facéties d’un vieillard sénile importent peu, et la curiosité quant à des sujets qui n’ont rien à voir avec le sujet de la mission, sont un frein à la bonne progression de leur objectif principal. Hanae remarque que Sakka écoute bêtement les dires du Suzuri, mais ne lui en tient pas rigueur, du fait de son jeune âge. Être lieutenant ne fait pas d’elle quelqu’un de plus futé que la moyenne, à priori. De son côté, Medyûsa se permet d’utiliser la perte de grade de la Sendai pour la « remettre à sa place », ce qui est une chose dont elle se moquerait éperdument si elle avait eu un quelconque tort. Cependant, la blonde enchaîne en questionnant Kyou sur des détails insignifiants et inutiles, qui ne sont aucunement liés à la mission. Agacée par la tournure des événements, qui rapprochent dangereusement Shoda de la mort, la rougeoyante s’écarte, laissant donc libre court au quatuor de perdre tout son temps. Elle rattrapera le temps perdu plus tard, sans doute, en utilisant ses capacités en combat et en stratégie pour sauver l’Inuzuka, s’il n’est pas déjà mort.

Lorsque le vieillard reprend la parole, c’est pour employer des termes bien barbants, insinuant que la précipitation pourrait coûter la vie au trio de missionnaires. Il est vrai que se hâter peut être dangereux en mission, mais quel danger y a-t-il dans cette cavité, pour les jeunes femmes ? Tout ceci, n’est qu’un prétexte pour rallonger une conversation déjà bien pesante à souhait, et sans doute garder ces trois belles femmes à ses côtés un peu plus. La soldate ne réagit pas, et laisse donc le manipulateur d’encre s’adresser à la Yasei, si tel est son désir. Attentive, car cela aidera à la mission, elle écoute ce que dit Kyou. Ses propos concernant la fidélité à la cité du savoir la fait rire intérieurement. Kumo est la cité de la barbarie et des massacres, autant que du savoir. Associer Medyûsa à cette entité la répugne, et elle invectiverait bien le vieux fou, si cela ne pouvait représenter un frein au bon déroulement de la mission. Il finit par se souvenir que la vie de quelqu’un est en jeu, ce qui ne semble finalement pas trop tard…

D’un geste de la tête, sans même un sourire qui aurait été hypocrite, Hanae quitte les lieux avec ses camarades. Dehors, elles semblent déjà attendues. Un peu étrange, de passer d’un vieillard peu pressé à une « escorte » qui se hâte. La rougeoyante plisse les yeux de suspicion. Récemment, elle a participé à une mission où elle a appris qu’il ne faut pas toujours faire confiance aux accompagnants. Celui qui semble un pêcheur propose de se hâter, mais la Sendai se tourne vers ses coéquipières.

« La vie de Shoda est en jeu, chaque minute perdue est un pas de plus pour lui vers la mort, mais je pense que le livre que nous avons obtenu est important, sinon il aura été une perte de temps de parler à ce Suzuri. Je propose que l’on se prépare, car mortes, nous ne serons d’aucune utilité à cet Inuzuka. »

Droite et fière, elle n’indique pas pour autant un changement d’avis. Il faudra faire vite, et si possible étudier toutes les preuves en leur possession. Si Shoda est encore en vie, aller à sa recherche sans même savoir où chercher sera une bien plus grande perte de temps. Toujours dans son optique de se hâter, elle regarde Sakka :

« Je vous laisse décider de comment agir, Lieutenant, néanmoins, je suis d’avis qu’il faut avant tout savoir par où aller. Et le Ninken de Shoda a été mentionné, également. Peut-être que Shiroi serait capable de retrouver son maître, après tout, l’odeur du chien est vraisemblablement présente sur les vêtements du maître, non ? »

Son avis donné, elle attend impatiemment la décision de sa supérieure. Si la vie de Shoda est en jeu, elle n’oublie malheureusement pas où est sa place, et laisse à l’adolescente le choix final.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 13 Mai 2020 - 22:21
Hiver 204 - Un mensonge impérial ?

De cette attente résultait une excitation grandissante. Sa langue pendait, son souffle haletait et sa queue battait ; Shiroi dévorait l'envi de savoir s'il avait été compris. A nouveau, le vieux Kyou déposa ses yeux ridés sur l'animal bien dressé. Tout l'honneur revenait à Sakka d'avoir su patiemment éduquer cette farouche bête. Emplie de fierté, son œil droit scintilla d'une perle lacrymale. Enfin quelqu'un admirait son dur labeur.
Cette fièvre jovial se consuma après quelques secondes d'un silence gênant. Le vieux ne perçut pas un traître mot du canidé. Les oreilles dressés et la tête de biais, Shiroi exprima son étonnement, espérant manifestement un peu plus de la part du Suzuri. Quelques secondes de plus suffirent à le désappointer. Le bout des esgourdes tombant et la queue immobile, triste moment pour le fauve qui vivait parmi les hommes. Un rire pouffé s'échappa discrètement de sa maîtresse, spectatrice de cette scène tragi-comique.

< Ferme la steuplé … >

L'atmosphère vira aux premiers mots de l'aïeul. L'Inuzuka fronça les sourcils, craignant de ne pas avoir bien compris. Venait-il de les menacer ? Le maître des mots employait un langage subtil, duquel chaque phrase cachait un sens nouveau, comme il l'avoua lui-même, il fallait lire entre les lignes.
L'instinct aiguisé de Sakka perçut avec acuité les compétences de Medyusa, en revanche, elle ne flairait toujours rien chez Hanae... Le savant faisait-il preuve de chauvinisme en désavouant les teikokujins et en gratifiant la kumojin de son savoir ? Possible, le caractère martial de la Flamboyante allait à contresens de sa désinvolture.
La dualité entre la jeune femme et le vieil homme se solda par un sourire narquois de la part de ce dernier. De sa manche béante, il extrait une copie du journal de Shoda.

* Cet Inuzuka m'intrigue. Ses pérégrinations semblent naturelles, nous sommes des nomades. Mais son goût pour la littérature n'est pas inné. L'amour des mots n'est pas un trait propre à la Meute. Tout comme les terres de la Foudre, antinomique de celles du Feu. Il est bien plus divertissant de louver en forêt, qu'en plein désert... A moins que... Nous avons un don pour flairer les ennuis. Ces allers et retours incessants ? Avait-il découvert quelque chose ? La curiosité est un trait caractéristique des canidés. *

L'ancien quitta la salle par l'unique chemin, délaissant derrière lui le trio féminin. A y regarder de plus près, Kyou se contenta de leur laisser l'écrit, sans y apporter son avis. Pourquoi tout ce cinéma ? Pourquoi leur révéler l’existence de cette pièce ? Pourquoi le rencontrer en personne alors qu'elles auraient pu récupérer l'ouvrage au Protectorat ? Fallait-il comprendre autre chose ? Shiroi et Sakka avaient un mauvais pressentiment.
Empruntant un vantail entrebâillé pour échapper à l'odeur poussiéreuse, les missionnées, sur le parvis de l'édifice, furent immédiatement harponner par un pêcheur et ses fils. Les scènes s'imbriquaient les unes après les autres avec rigueur et finesse. Tout semblait si simple, et étrange à la fois.

« En quel honneur un simple roturier et ses deux avortons sont avertis d'une mission officielle ? » cracha avec dédain la lieutenant.

* Nous ignorons nous-même quelle direction prendre, comment peut-il la deviner ? Qu'as tu découvert Shoda ? *

« On vient de nous indiquer la direction à suivre. » mentit-elle.
« Nous n'avons pas besoin d'escorte. Néanmoins, je voyage à dos de loup, et je sais à quel point il est plaisant d'arriver reposé à destination. Dans ce cas, attendez-nous tous les trois à l'entrée du village, nous avons quelques vives à récupérer avant de partir. N'est-ce pas Medyusa ? Ces cheveux sont fragiles, ils supportent mal la froideur de l'hiver. »

Cette famille, si elle en était vraiment une, mouillait certainement dans le secret qu'avait découvert Shoda. Leurs informations semblaient donc de premier ordre aux yeux de la lieutenant et il semblait primordial de les récupérer, par tous les moyens. Hanae avait insisté, elles devaient se préparer, enfin une remarque pertinente de sa part. Sakka ne voulait pas prendre la décision seule, la mission était de rang A, leur vie était en jeu. Par cette mise en scène grotesque, elle leurs offrait le temps d’échafauder un plan, et de consulter le journal.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 12:26
Récit de Shoda

Dans le lieu d’habitation de Kyouu, Medyûsa avait laissé sa curiosité prendre le dessus. Elle regardait un peu partout, laissant le vieil homme parlait ainsi que ses coéquipières. La kunoichi avait tellement envie de connaître certains secrets, Kyouu devait en connaître certains. La blonde aimerait tenter de l’interroger là-dessus, cependant, il est vrai qu’une vie est en jeu. Hanae le rappelait souvent d’ailleurs, mais la rousse est trop pressée pour lire entre les lignes du vieux Suzuri. Heureusement, la Hebi est quelqu’un de curieuse et cherchant à découvrir certains secrets. La blonde s’adresse même à l’ancêtre, l’interrogeant sur pas mal de sujets. Elle met à nu son appétissante curiosité, elle ne se concentre pas que sur Shoda, mais sur bien d’autres choses. Longévité, secrets se dissimulant dans ce lieu et dans l’esprit de l’homme. En réalité, la Yasei ne laisse rien au hasard, ce n’est pas que pour l’amadouer, elle était sincère dans sa démarche et son envie d’en savoir plus. Après avoir parlé, elle laisse l’homme prendre la parole. Cela dit, ses premières prises de parole ne semblent guère rassurantes et il cherche surtout à les mettre en garde. La blonde l’écoute attentivement surtout qu’au final, sa phrase concerne en premier, Hanae qui se montre trop pressée, mais cette mise en garde peut servir aussi à Med et à Sakka. L’homme parle avec sagesse sur certaines qualités à avoir pour mener à bien cette mission, cela dit, il semble trouver en Medyûsa, celle qui a le droit d’obtenir son savoir. Il lui demande de s’approcher, chose qu’elle fait sans hésiter. Elle l’écoute et sourit légèrement, elle devra attendre pour obtenir certains secrets. Il est vrai qu’après tout, Shoda devait être la priorité. L’ancien lui donne le parchemin, enfin, une copie de la dernière aventure de l’Inuzuka. La blonde le prend amicalement et le cache bien dans ses vêtements. « Merci à vous, Kyouu-sama. Sachez que je reviendrai plus tard après cette mission, je pense qu’on a pas mal de choses à se dire. Je suis curieuse et déterminée quand quelque chose attise ma soif de connaissances. » Dit-elle avec le sourire. « Cela a été un honneur pour moi, au revoir ! » Finit-elle avant de partir en suivant ses deux camarades.

À la sortie du chemin, retournant dans la bibliothèque, un groupe de civil interpelle les femmes. Medyûsa se montre perplexe, méfiante même envers ses étrangers. Le trio vient à peine de sortir, que des types venus de nulle part leur parlent de la mission et de venir avec eux, car ils savent où les Kunoichi doivent se rendre. Étrange, personne ne leur a prévenu de cela ni même les supérieures. De plus, Hanae et Sakka semblent ne rien savoir non plus. Pour Hanae, elle suggère de s’informer avant de partir, même si la rousse souhaite qu’elles se dépêchent. La blonde soupire, il faudrait vraiment que sa petite amie se calme et garde son sang-froid. La Hebi ne voudrait pas qu’un malheur lui arrive à cause de son envie d’aller vite pour le retrouver. En tout cas, elle laisse la lieutenante prendre une décision concernant les trois hommes. Med ne dit rien pour l’instant, elle ne fait qu’observer et réfléchir à comment les utiliser. En tout cas, l’approche de la Inuzuka laisse à désirer, se montrant agressif et peu agréable à supporter. Cela dit, Saka semble jouer les menteuses et embarque ses coéquipières dans son plan. S’ils sont honnêtes, ils ne les prendraient pas au sérieux si l’adulte découvre le mensonge de la fille aux canidés. La blonde caresse ses cheveux. « Hum… Ouais. Et puis, Matshu fait assez loin, il faut qu’on se prépare comme il faut pour entreprendre ce voyage. Comme l’a dit Sakka, pouvez-vous nous attendre à l’entrée ? S’il vous plaît. On vous rejoindra assez vite. » Dit-elle.

La blonde finit de parler et s’éloigne du groupe avant de s’asseoir à une table. Laissant Hanae et Sakka derrière, s’occupant des civils s’ils sont toujours là où vérifiés s'ils repartent bien vers l’entrée. Pendant ce temps-là, la Hebi sort le parchemin que Kyouu lui avait confié et se met à l’ouvrir afin de chercher des indices par rapport à Shoda et à son emplacement véritable. Tout d’abord, elle aimerait bien trouver quelque chose sur Matshu, pour savoir s’il a bel et bien passé là-bas. Des civils qui en savent plus que les autorités de Kaminari, cela semble étrange. Enfin étrange, peut-être pas, après tout, il est un voyageur, il a dû faire des connaissances dans le pays pour s’informer ou autres. D’ailleurs, dès que les deux filles viendront vers elle, la blonde leur donnera des tâches à accomplir, car s'il faut se dépêcher, il faut savoir obtenir des indices avant de partir. Ce n’est pas en restant à trois sur un parchemin qu’elles vont avancer. Hanae pourrait s’occuper d’interroger plus sérieusement les civils tandis que Sakka pourrait quant à elle, s’occuper du corps du Ninken pour connaître le type de blessure et comment il a pu mourir. Med pourrait s’en charger aussi, elle se cultive dans la médecine, mais ce parchemin rescelle pas mal de secrets qui intriguent la blonde. Pour le moment, à voir comment Sakka et Hanae font avant de leur dire quoi ce soit. Medyûsa est peut-être une Genin, mais elle n’aime pas rester la petite faible du groupe. C’est contre sa nature.

Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Dim 17 Mai 2020 - 0:14


Shoda a écrit:
« […] Au retour de mon voyage dans la nation bordant Tetsu, et notamment du petit village, je ne pus que vouloir éclaircir les mystères qui épousaient la destination de Kazamane. S’il était vrai qu’il avait découvert des secrets ancestraux sur l’art du Fuinjutsu et sur d’autres secrets qu’il semblait vouloir garder pour lui, je ne pouvais qu’être curieux de savoir de quoi il en retournait et je savais que Kumogakure pourrait en tirer parti, une manière comme une autre de prouver aux mauvaises langues l’intérêt de mes voyages. La fuite de Kazamane et ses possibles découvertes ne cessaient de me fasciner. Je n’en revenais toujours pas malgré tout qu’il ait pu survivre à la traque qui avait été montée contre lui […] le texte devient presque illisible, comme s’il avait plu sur le papier […] et en apprenant ces nouvelles, je ne pouvais qu’être encore plus motivé à montrer que nous étions autre chose que des sauvages, et que tout ce qu’on pouvait me reprocher était faux. Je me disais que peut-être un jour elle saurait comprendre, elle, qu’on pouvait s’installer tout en continuant d’être libre. Je n’avais jamais cherché à m’installer ailleurs qu’à Kumogakure et malgré tout je demeurais l’exemple parfait de l’expédition. Malheureusement elle restait toujours difficile à convaincre. La fierté d’une matriarche, après tout…
Enfin. Il faut se concentrer sur l’avenir désormais. Comme mon oncle, j’estime qu’il est peut-être plus intéressant de se mettre sur la route des Dieux et pour cela, je préfère me mettre à la poursuite des derniers pas de Kazamane en prenant la direction de la petite île. Je me sens toujours plus proche du but. Je ne sais pas encore comment je vais traverser la mer mais je suis sûr qu’en disant aux habitants de Matshu que quelque chose là-bas pourrait leur apporter beaucoup, ils ne me diront pas non. »

Le trio décide, après avoir quitté la Grande Bibliothèque et rencontré le pêcheur ainsi que ses deux associés, de prendre le temps de préparer le voyage. Sage décision qui leur permet d'en apprendre plus sur ce qui les attend, et sur les circonstances qui ont conduit à la disparition de Shoda.

Tandis que Medyûsa découvre le récit de Shoda, les deux autres peuvent mener quelques investigations notamment au sujet du cadavre du ninken, mais aussi en visitant les appartements du disparu. Pendant ce temps, la kumojine en profite pour parcourir discrètement les pages qui retracent les dernières volontés de l'aventurier...

L'une des deux autres quant à elle ne tarde donc pas à arriver à la morgue. Elle est gracieusement accueillie par un individu en tenue noire et au visage assez terne, quelqu'un qui semble accoutumé à voir le deuil dans le visage des gens, et qui ne se montre de fait pas très loquace, bien que bienveillant. Il guide la missionnée jusqu'à cadavre du chien qui repose dans un cercueil scellé, dont il rompt le sort pour permettre de découvrir le cadavre de l'animal et la puanteur dérangeante qui l'accompagne.

Le cadavre du ninken provoque sans qu’on ne puisse s’en défaire une profonde émotion de tristesse qui rentre sous la peau et serre la gorge. Le chien est mort dans des circonstances faciles à comprendre, mais terribles à imaginer. Terrible est le mot qui convient.
Son corps est tout gonflé et sa peau est bleuie à cause de sa noyade, et on ne peut que s’imaginer à sa place en train de perdre l’air sous les eaux, sans pouvoir retrouver la surface malgré tous les efforts réalisés, malgré toute la volonté qu’on peut avoir à vivre... Son pelage noir est devenu crasseux, quelques touffes de poils ont été arrachés au cours de son naufrage alors même que, tandis qu’il se débattait, les courants l’entraînaient vers les fonds et une mort inéluctable.
Plus terrible encore est son dos qui semble avoir été fracturé en deux au niveau de sa colonne vertébrale et en dit long sur l’impuissance qui a dû être la sienne. Au milieu de sa dorsale crinière, les vertèbres sont effectivement brisées comme s’il avait été broyé au milieu, des deux côtés, jusqu’à ce que la colonne ne cède. Ses yeux se sont retournés dans leurs orbites et sa langue, encore plus bleue que sa peau, pend tristement entre ses crocs. Presque toutes ses pattes sont brisées et donnent l’impression que le pauvre animal n’a pu s’échapper à temps d’un fléau qui a frappé et duquel il fut victime, en se débattant avec désespoir.
Tous les symptômes sont ceux d’une mort épouvantable et d’un calvaire terrible. Il suffit de voir ses yeux révulsés pour deviner à quel point il avait dû souffrir en paniquant, et combien fut sa terreur en réalisant qu’il ne se déroberait pas à son sort au paroxysme de sa lente descente vers la mort. Cruelle désillusion. Impitoyable châtiment. Horreur. Brisé, et noyé, peut-être dans un dernier aboiement d’appel au secours...

La dernière du trio, quant à elle, part découvrir les appartements de Shoda.

En rentrant, il n'est pas difficile de constater que la porte a déjà été forcée et il suffit d'un coup pour comprendre que le studio dans lequel le chuunin avait élu domicile a déjà été dévalisé dès qu'il fut considéré comme porté disparu. Il ne reste là pas grand chose sinon des feuilles, des pinceaux pour écrire, un vieux lit, quelques meubles. En revanche, une vieille carte accrochée au mur semble représenter tout le Kaminari ; on remarque quelques croix, dont une notamment dans l'océan, à l'Est du pays.


Informations:

Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Lun 18 Mai 2020 - 10:15
Après avoir donné ses conseils à la cheffe d’équipe pour cette mission, Hanae l’observe parler aux pêcheurs, tandis que Medyûsa part dans son coin. Se demandant si ce qu’elle a dit a seulement été écouté, elle finit par tourner les talons, après avoir expliqué brièvement à l’Inuzuka qu’elle se rend à l’hôpital de Kumo pour y voir la dépouille du ninken et essayer d’y trouver des informations. Il aurait été plus judicieux que Sakka y aille d’elle-même, dans le cas où le flair de son animal puisse être utile. Cependant, aucune réponse sur le sujet n’a été donnée par l’adolescente, alors la Sendai prend les devants. Si ses deux camarades jouent d’insouciance, pour cette mission, ne semblant prendre aucunement la mesure de ce qu’est un sauvetage, ce n’est pas le cas de la rougeoyante. Elle s’écarte donc momentanément du groupe, et les rejoindra à l’entrée du village, où semblent se diriger les accompagnateurs. Si leur présence est dérangeante, cela n’alerte pas plus la soldate que cela : si l’on commence à se plaindre de la rapidité d’exécution de ceux qui donnent les ordres, alors même que leur longueur dérange habituellement, rien ne va plus…

Arrivant à la morgue, elle est accueillie par le médecin légiste, qui lui dévoile la dépouille. Cela ne manque pas d’arracher une grimace mêlant peine et dégoût chez la sauvage. La pauvre bête a dû énormément souffrir, mais les informations présentes devant ses yeux, et les conclusions du docteur, lui permettent de deviner quelque chose d’assez évident : l’animal a été retrouvé sur la côte, mais son état indique qu’il n’a pas simplement été « déposé » là. Il a été ramené par les flots, après s’être débattu pour survivre. Malheureusement, en pleine mer, il est presque impossible de s’en tirer à moins d’être un poisson, lorsque les flots sont déchaînés. C’est le destin qui attendra le trio si elles ne font pas attention. L’insouciance de Sakka et Medyûsa pourrait s’avérer très dangereuse, et la rouquine en vient même à se demander si les deux ont de quoi se tirer de là, si au cours d’une traversée du grand océan, leur embarcation venait à chavirer ou à être détruite…

Remerciant l’homme qui l’a accueillie, elle quitte ensuite les lieux, ne souhaitant pas s’offrir le spectacle d’un animal, que la nature a littéralement massacré, plus longtemps. Une idée émerge dans son esprit. Si l’animal est dans cet état, quel peut être celui de son maître ? Il a pris la mer, c’est indéniable, alors la réponse se trouve quelque part dans l’immensité bleue. Une île ? Un nouveau continent ? Impossible de le dire avec certitude. Cela dit, la présence des pêcheurs est plus cohérente : ils sont ceux qui ont trouvé le corps du chien inerte. Si l’Inuzuka n’a pas eu tort de douter d’eux, car aucun inconnu n’est digne de confiance, il s’avère que son avis était faussé, au fond. Ce n’est pas la Sendai qui le lui reprochera, c’est un fait. Arrivée à l’arche grise, elle voit le groupe qui va les accompagner, et leur demande :

« C’est vous qui avez trouvé le Ninken, n’est-ce pas ? Que pensez-vous de son état ? »

Cette question a deux buts : confirmer qu’ils sont bien ceux qui l’ont trouvé. Personne ne pourrait aisément décrire l’horreur qu’a vécu cet animal, sans l’avoir vu. Ainsi, s’ils semblent proches de la vérité, alors Hanae n’aura pas de raisons de douter d’eux. Ensuite, l’autre but est de savoir s’ils peuvent aider d’une quelconque façon. Ils ont sans doute vu plus de cadavres recrachés par la mer qu’elle, et auront peut-être quelques informations de plus. Dans le pire des cas, cela ne fera que tuer le temps, jusqu’à ce que la Yasei et l’Inuzuka ne reviennent.




résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mar 19 Mai 2020 - 22:06
Hiver 204 – L'amour des mots

Sur le large parvis de la Grande Bibliothèque, la défiance se logea dans l'esprit de Sakka. Les pièces du puzzle s'accordaient si facilement les unes aux autres que sa première mission de rang A prit une allure de ballade touristique. L'arrivée en fanfare des pêcheurs de Matshu cloua définitivement cette idée sur son front. Pourquoi diable un pauvre roturier serait-il averti, avant les soldats, de la voie à emprunter pour retrouver l'Inuzuka ? Soit il espionnait la grande bibliothèque sachant pertinemment que l'objet qu'il convoite, le journal de Shoda, était à l'intérieur entre les mains des Suzuri. Soit ce chemin tout tracé est la machination d'un haut responsable local qui cherche à les piéger.

* Qu'as-tu découvert de si important Shoda ? *

La première hypothèse obnubilait la jeune lieutenant. Avant d'engager cette équipe aux côtés des pêcheurs, elle devait s'assurer de l'intégrité de ces trois hommes. Convaincue par sa supposition selon laquelle le pêcheur n'en est pas un et qu'il cherche à récupérer le journal, elle songea à ce qui avait bien pu le mener jusqu'à la bibliothèque. N'étant pas spécialisée dans la criminalité, elle s'efforça de prendre sa place et de s'immerger au mieux dans ce nouveau rôle.

* Où ma victime cacherait-elle un objet très personnel ? Sa maison évidemment ! * fut la première idée qui lui vint à l'esprit.

A peine Sakka s'ôta-t-elle de ses pensées que ses deux acolytes lui avaient tourné les talons. L'une se pencha un peu plus loin sur la journal intime, tandis que l'autre chemina jusqu'à la morgue. Quant aux pêcheurs, ils obéirent aux invectives de l'Inuzuka.
A son tour, le duo canin s'activa à la recherches d'indices supplémentaires sur ce qui avait pu motiver cet enlèvement, et ce meurtre, voire ce double meurtre. Craignant d'être filée, ils louvèrent à travers de petites ruelles suivant un itinéraire incohérent qui les mena finalement à la porte des appartements du disparu.

Sur l’alcôve de pierre qui menait jusqu'à l'entrée du logement, Shiroi marqua l'arrêt, les oreilles pointées vers le ciel, la queue raide. Son instinct animal lui signala un danger. Alertée par le comportement du canidé, la maîtresse progressa prudemment, le dos collé sur le mur, jusqu'à la porte en bois. Son compagnon la suivait à pas de loup, en léger décalage pour lui permettre de saigner la première menace.
D'un rapide coup d’œil, elle remarqua la porte complètement fracturée. D'un geste sûr, elle poussa le vantail de bois d'une main pour dégager son champ de vision. Shiroi pointa d'abord son museau noir pour repérer d'éventuelles odeurs toutes fraîches, rien à signaler. Sakka passa alors sa tête par l'ouverture pour guetter le moindre mouvement, rien à signaler.

« Le studio est vide. Reste ici et monte la garde, je t'appelle si j'ai besoin de toi. » ordonna-t-elle à son fidèle ami.

Le peu de biens que possédait Shoda se retrouva sans dessus dessous. Le mobilier était renversé, les tiroirs tirés. Sans une once d'hésitation, on pouvait s'aventurer à dire que quelqu'un l'avait cambriolé. La ou les malfrats étaient à la recherche de son journal ? C'est ce que pensait Sakka. A la surprise de l'Inuzuka, elle trouva bien trop de feuilles et de pinceaux dans la tanière d'un loup. Inutile de vous préciser que la littérature n'est pas une passion innée chez les maîtres chiens, sauf pour une minorité d'entre-eux. Ce détail piqua à vif la curiosité de la prétendante au rôle de chamane, un motif de plus pour le retrouver, mais le retrouver vivant.

Un genou à terre à trier divers documents inutiles, elle se résolut tout compte fait à appeler son loup pour flairer d'éventuelles traces olfactives. En redressant son buste pour le réclamer, sa face tomba nez à nez avec une vieille carte gribouillée. Quelques secondes à l'examiner, la lieutenant remarqua plusieurs marquages dont un en plein milieu de l'océan, à droite du pays de la Foudre.

« Les Inuzuka n'aiment pas la mer, aussi aventurier soient-ils. S'il comptait se rendre là-bas, c'est qu'il suivait une piste. »

< L'eau et nous ça fait deux ! En plus tu pues quand t'es mouillée. >

« Tu crois que ceux sont ces prétendus pêcheurs qui sont venus ici ? Sans la trace du journal, ils se seraient rendus à la bibliothèque en espérant trouver des indices sur sa localisation ? »

< J'en sais rien mais j'ai reniflé quelques odeurs autres que celle qui règne ici. Retrouvons les aux portes et je pourrai te répondre. >

Sans plus tarder, Sakka décrocha la carte du mur qu'elle roula dans sa besace puis ils allèrent retrouver Medyusa. Quels autres indices avaient-elles pu amasser ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 20 Mai 2020 - 12:44
L’histoire de Shoda.

Medyûsa avait décidé de s’éloigner temporairement de ses coéquipières afin d’analyser le parchemin que Kyouu lui avait transmis. Le contenu était les détails du dernier voyage de Shoda, cela allait permettre à la Hebi d’en savoir un peu plus sur ce qui lui est arrivé. Pendant ce temps-là, la blonde avait laissé Sakka et Hanae se changeaient des pécheurs. Il était hors de question de lire le contenu devant eux, par méfiante. Après tout, la Yasei ne les connaissait pas et elle ne pouvait pas se permettre de leur donner des indices ou la chance d’en voir les lignes. Étaient-ils là pour les aider ? Ou pour se débarrasser de preuves ? Cela dit, ce sont des inconnus et Med ne fait pas confiance à des inconnus surtout pas à de simples civils en dehors de Kumo. Mauvais souvenir de son vécu dans Mizu no Kuni, on peut changer de vie, mais certaines choses ne changent pas. Installée, la kunoichi allait se mettre à lire. Cependant, les deux soldates semblent partir inspecter d’autres lieux, la blonde a cru bon entendre Hanae dire qu’elle allait s’occuper du Ninken retrouver mort, tandis que Sakka irait à l’appartement de Shoda. Dans tous les cas, elles se retrouveront à l’arche grise pour retrouver les pêcheurs et parler de leur découverte. Med avait un peu de mal à communiquer avec Hanae, ça l’ennuyait un peu. Elle essayera de rattraper le coup. Sakka est une bonne personne, mais elle était jeune et ça pouvait se voir dans son comportement. Or, elle n’est pas bête et elle sait se montrer prudente, ça plaisait bien à la Gorgone.

La blonde lit attentivement le tout, hormis une partie du parchemin qui semble illisible à cause d’un souci, comme si ça avait plu dessus. Medyûsa comprit que Shoda s’était rendu à Matshu donc les trois civils avaient raison. Cela dit, même si le parchemin leur donne raison sur le fait que Shoda y était, difficile de leur faire confiance. Ça pouvait être un piège ? Une solution pour les innocenter s'ils ont attaqué Shoda et son Ninken enfin bref, il y avait pas mal de possibilités. De toute façon, Med est bien entouré entre Hanae qui est très forte et une lieutenante du Teikoku. Or, la Kumojine ne se rabaissait pas pour autant, elle avait vaincu le clone de sa dulcinée. Du coup, elle avait sans doute du potentiel en combat, bien plus qu’elle ne pourrait le croire. Cependant, il y avait autre chose qui avait titillé la curiosité de la Hebi. Kazamane, il semblerait que l’Inuzuka cherchait cette personne, car ce dernier possédait bien des secrets liés au Fuuin Jutsu et bien d’autres secrets, ceux qui selon lui auraient été un avantage pour Kumogakure. Il semblerait que Matshu ne soit pas la destination finale de l’homme, mais une petite île près de ce village. En réalité, Medyûsa avait obtenu pas mal d’information. Mais qu’est-ce qui a bien pu arriver à Shoda ? S'il a atteint la soi-disant île, qu’est-ce qu’il a trouvée là-bas pour arriver à un tel carnage ? Est-il toujours vivant ? Ou a-t-il subi le même sort que son chien de combat ? Difficile de le savoir sans information. La blonde a essayé de chercher d'autres informations, même en cherchant entre les lignes. N’empêche, ce ou cette Kazamane et cette matriarche semblent intéresser la victime. Peut-être que Sakka en sait quelque chose vu qu’elle est une Inuzuka et si les deux individus sont la même personne ou deux entités différentes.

Fermant le parchemin et le rangeant dans sa sacoche, Med voit Sakka revenir vers elle. La blonde pensait qu’il aurait été plus judicieux de se retrouver à l’arche pour retrouver les pêcheurs surtout que la Kumojine avait bien des questions à leur adresser. « Tu as été fouillé l’appartement de Shoda ? On discutera de nos découvertes avec Hanae. La connaissant, elle doit être aux portes du village. Voyons voir ce qu’elle a découvert sur le coup du Ninken. On va dire que j’ai quelques suppositions et questionnement avec ce que j’ai pu lire. Allons-y, on n’a guère le temps. » Dit-elle d’un ton sérieux et inquiet. La kunoichi se dirige vers l’arche Grise pour retrouver la rousse ainsi que les pêcheurs, apparemment, au loin, la Sendai semble discuter avec les civils. De là où elle se trouve, Med ne parvenait pas à les entendre et il allait falloir se rapprocher un peu plus. La Genin arrive à leur hauteur, à leur position, la kunoichi regarde sa petite amie. « Hanae-san, désolée de te déranger pendant ta discussion avec eux, mais on doit discuter en privé et rapidement. » Dit-elle sérieusement avant de poser son regard sur les pêcheurs. « On ne vous fera pas attendre trop longtemps, encore. Promis. Juste quelques petits trucs à régler, cela dit, j’aurais des questions à vous poser à propos de Shoda. Du coup, restez là, s’il vous plaît. » Demande-t-elle aux hommes. Med pose sa main sur le bras gauche de la Sendai et l’autre main sur celui de l’Inuzuka avant de les emmener un peu plus loin afin de parler de ce qu’elle a pu trouver. Difficile pour les civils de les entendre et d’autres personnes passant par-là. « Bon, je vais vous faire part de ce que j’ai pu lire dans le recueil de Shoda. Apparemment, ce jeune homme revenu de Tetsu et il était à la poursuite d’un certain Kazamane, un homme ou une femme, je ne sais pas encore. Apparemment, ce Kazamane semble détenir des secrets ancestraux dans l’art du Fuuin jutsu et bien d’autres secrets qui auraient été grandement utiles à Kumo. Il s’est bien rendu à Matshu, mais ce n’était pas sa dernière destination. Il devait se rendre sur une petite île, non loin du village de pêcheurs. Mais, j’ai remarqué qu’une partie du texte est illisible, comme mouillé. » Dit-elle.

La blonde reprend son souffle avant de poser son regard sur Sakka. « Toi qui es une Inuzuka, est-ce que Kazamane est la matriarche de ton clan ? Ou connais-tu tout simplement ce nom ? Car Shoda parle d’une matriarche, mais je n’arrive pas si c’est deux personnes différentes ou une seule et même personne. SI tu veux, je te laisse lire rapidement et à toi aussi, Hanae, pour m’aider à comprendre. J’ai l’impression que je me prends un peu trop la tête alors que ça a l’air bien plus simple qu’il n’y paraît. » Dit-elle. Cependant, elle avait d’autres questions. « Hanae-san, qu’as-tu découvert avec le Ninken mort ? Il faut tout nous dire. De même pour toi, Sakka. Qu’as-tu découvert dans l’appartement de Shoda ? il faut tout se dire, c’est primordial. Cette mission me semble très risquée et je doute que si on ne s’entraide pas, on ne risque pas toutes de revenir entière à Kumo. » Dit-elle inquiète et tremblant un peu avant de respirer un bon coup. « Les filles, après les débriefings, pourrais-je interroger les trois civils ? S’il vous plaît. » Demande Medyûsa.

Résumé:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 27 Mai 2020 - 16:50


Alors que le trio poursuit sa quête d’informations, l’histoire autour de Shoda semble progressivement gagner en clarté… ne faisant que révéler l’épaisseur des brumes qui planent autour de sa disparition. Hanae, d’abord, s’imprègne du désespoir que suscite la fin du ninken conservé à la morgue. Nul ne saurait rester insensible aux stigmates qui sont les siens. Dans le même temps, Sakka, méticuleuse, flaire des odeurs qui lui évoquent certains souvenirs dans les appartements abandonnés par l’ancien Inuzuka. Enfin, Medyûsa découvre, quant à elle, la profondeur des voyages du porté disparu qui sous bien des coutures semblait ne pas se contenter que de voyages hasardeux, mais poursuivait visiblement un but qu’un certain Kazamane avait recherché avant lui.

Approchant les pêcheurs, c’est avec raison que Hanae suppose que ces derniers en savent davantage qu’ils ne le disent sur Shoda, et notamment sur l’état du ninken recueilli. Un long silence précède la réponse d’Asura, qui malgré tout se décide à parler en haussant les épaules, voyant qu’il n’a d’autre choix que de gagner la confiance de la Sendai pour espérer poursuivre son objectif.



« Malheureusement, non. Nous n’avons pas trouvé le ninken, madame, mais c’est bien nous qui l’avons emmené ici. Quant à son état… oui, c’est triste à voir. Si vous voulez mon avis, la mer recèle de bien des dangers que Shoda a dû sous-estimer dans ses ambitions. »

Il est coupé par l’arrivée des deux autres. Hanae ne peut vraisemblablement pas échapper à quelques échanges avec ses associées, aussi le pêcheur et ceux qui l’accompagnent, son fils ainsi qu’un ami de celui-ci, les observent-ils en prenant des airs un peu intrigués. Il est aisément remarquable que, n’ayant guère l’habitude de côtoyer des shinobis qui, dans la croyance populaire, restent des êtres emprunts de certaines forces surnaturelles, les Matshujines sont impressionnés. Superstitieux, ils le sont tous trois. Alors qu’ils continuent d’observer les émissaires, ces dernières, entre elles, paraissent dessiner la trajectoire de leur mission.

Mais que se disent-elles ? La question est bien vaste. Une question que les pêcheurs ne peuvent élucider tant qu’elles ne décident pas, à l’initiative de Medyûsa, de se retourner vers eux. S’ensuit quelques questions qui forcent Asura à parler.

« Oui, nous connaissions Shoda. Il est venu au village il y a quelques mois maintenant, en nous demandant de le conduire sur une petite île proche d’Humy. Nous ne savons peut-être pas manier les armes comme vous, je le concède, mais nous connaissons bien la mer. C’est pour cela que Shoda est venu nous chercher. Enfin, c’est cet emmerdeur de Sorosu qui l’a rencontré en premier, et a aussitôt sauté sur l’occasion. Il faut comprendre que quand Shoda est venu dans notre village, ce n’était pas pour découvrir les délices de Matshu, vous savez. Il nous a raconté qu’il était à la recherche d’une sorte de trésor caché qui pouvait rapporter un sacré pactole. Je me suis moi-même proposé, mais Sorosu n’est pas du genre partageur, alors on m’a mis de côté. Sur le coup, j’étais très en colère, mais j’ai ravalé ma fierté. Ils sont partis à deux. Enfin, à trois, avec le chien. »

Il regarda sur le côté, fuyant, comme s’il avait honte de quelque chose.

« La pêche, ça paie mal. C’est dur, c’est long, et ça n’apporte ni maison, ni prestige. C’est pas souvent qu’on voit des gens comme vous par chez nous. Alors vous comprenez, quand on voit une opportunité, on la prend. Quand on m’a raconté que le cadavre d’un chien avait été retrouvé sur la berge, je me suis tout de suite rappelé de ce Shoda et de ses ambitions. D’abord, j’espérais peut-être tomber sur les restes d’un navire rempli d’or, mais ensuite en écumant la plage et malgré plusieurs tours en mer dans les environs proches, j’ai fini par comprendre qu’il n’y avait plus que le cabot. Je dois être honnête avec vous, mesdames : si j’avais trouvé l’or, je l’aurais mis dans ma poche. Mais il n’y avait rien d’autre que le chien, alors bon… je l’ai ramassé et l’ai mis dans ma charrette. Je me suis dit que la seule opportunité qui pouvait me rester, c’était de compter là-dessus pour négocier avec les Kumojines. Bien sûr, inutile de vous dire je ne suis pas venu ici par hasard… »

Il claqua sa main contre la charrette, arborant enfin un air plus confiant.

« Je suis pêcheur, vous savez ! Pour retrouver la piste de Shoda, il vous faudra quelqu’un qui connait la mer ! Alors voilà, je vous propose mes services ! Moyennant une petite compensation, je peux vous faire naviguer en toute sécurité et vous conduire jusqu’à l’île où Shoda a disparu. Je sais dans quel direction Sorosu était parti, il ne nous faudra pas longtemps je présume pour retrouver la piste. Au pire vous n’aurez qu’à forcer Sorosu à parler. Mais parlons butin, maintenant. Je vais être franc avec vous, c'est tout ce qui m'intéresse. Disons… un quart du trésor, et la location de mon bateau pour aller jusqu’à l’île. Qu’en dîtes-vous ? »


* * *


Le groupe, une fois en route, avala la distance qui séparait Kumogakure de Matshu. Mais chemin faisant la nuit finît par tomber, jetant son voile obscur en dévorant ce qu'il restait du jour.

Nos aventuriers découvrent une ville qui s'endort. Ca et là, des chandelles sont encore allumés, dans l'âtre réchauffé des maisons.


Informations:
Revenir en haut Aller en bas
Sendai Hanae
Sendai Hanae

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Ven 29 Mai 2020 - 11:14
De retour à l’Arche grise, Hanae pose une question aux pêcheurs, en espérant mieux comprendre la situation qui a pu mener à l’état actuel du Ninken. Malheureusement, ils sont incapables de l’aider, du fait qu’ils ne sont pas ceux qui l’ont trouvé. Ils ne sauront sans doute pas indiquer le lieu où la dépouille a été retrouvée. Avant de pouvoir enchaîner sur d’autres questions, la rubiconde est interpellée par Medyûsa qui l’empêche donc d’en savoir plus. La Yasei lui demande ce qu’elle a pu trouver sur le cadavre du Ninken, et la sauvage réfléchit un instant au bien fondé de transmettre ce qu’elle a pu savoir, d’autant que le parchemin a déjà donné des informations concernant les destinations de Shoda. Elle finit tout de même par ajouter le peu qu’elle a découvert aux informations données par la blonde :

« Je sais simplement que le chien était dans un état pitoyable, il a dû subir d’horribles souffrances dans une mer déchaînée pour finir ainsi. Une chose est certaine, ce n’est pas un meurtre dont il a été victime, mais simplement de la nature. Pour le recueil, je te fais confiance, et je pense que le lire à notre tour serait une perte de temps, les informations que tu nous donnes me semblent suffisantes… »

Par la suite, les informations données par les civils sont intéressantes. Tout d’abord, à moins qu’ils soient de très bons menteurs, ils confirment n’avoir rien de mauvais. Hanae se méfie toujours, mais de toute façon, il est évident que le fait qu’ils aient rapporté la dépouille et leur histoire de vouloir une part du « trésor » concordent avec leur présence ici. Pour le reste, qu’ils aient trouvé les trois jeunes femmes n’a rien de si louche, ils sont ceux qui ont plus ou moins déclenché la mission, après tout. Le chemin commence donc et la Sendai ne pose pas plus de questions. Cet homme, Sorosu, en saura bien plus, et doit être bien plus louche que les trois pêcheurs se trouvant devant elles. Pour s’assurer une parfaite vision des choses, la rougeoyante reste le plus à l’arrière du groupe, pour surveiller leurs accompagnateurs.

Ce n’est qu’à la nuit tombée que le petit groupe arrive au village de pêcheurs, ce qui ne plaît pas à Hanae, mais elle ne peut que faire avec : la téléportation n’existe pas, et retrouver Shoda ne pourra pas se faire plus vite. La journée a fini par se terminer, il est logiquement temps de dormir, et c’est même plus judicieux si les trois veulent être en forme pour retrouver la personne à sauver, mais pourquoi ne pas tenter de poser des questions aux personnes présentes ?

« Je propose qu’on trouve une auberge pour la nuit. Par ailleurs, avant d’aller dormir, il faudrait interroger les personnes ici sur ce Sorosu et aussi savoir qui a ramené la dépouille du chien, et où ils l’ont retrouvée. Cette information pourrait nous donner une piste. »

Propose-t-elle, à l’écart des trois pêcheurs.



résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Dim 31 Mai 2020 - 10:17
Hiver 204 - Suzuri, ou l'art de cultiver le mensonge

« Oui, nous revenons de son appartement, quel bordel ! Mais j'ai réussi à trouver quelques indices, peut-être qu'ils concorderont avec ceux que vous avez récoltés. »

< C'est quoi cette odeur ? > s'interrogea Shiroi qui toisa la kumojin, avant de fixer sa sacoche.

A son tour, Sakka remua sa truffe et distingua sans une once d'hésitation la même odeur que dans l'appartement. Elle cogita un instant pour disculper Medyusa, de toute façon, son arôme corporelle est bien plus délicieuse. A l'instar de son loup, son regard se posa sur la besace de sa coéquipière. Mais oui ! Se dit-elle, Le parchemin ! L'adolescente se figea soudainement, un souvenir éclair venait de la foudroyer. Son esprit vif recolla les premiers morceaux du puzzle. Pourquoi diable l'odeur de Suzuti Kyouu, qu'ils retrouvèrent abondamment sur la copie du journal, était également présente dans l'appartement de son congénère ?

* Depuis le début Hanae était méfiante du vieux, elle aurait eu raison ? * une idée qui dérangea la lieutenant, dépassé par une future soldate de son unité.

« Tu as raison, filons aux portes, j'ai beaucoup de chose de à vous raconter. »

______________________________

Le trio féminin se retrouva à l'ombre de l'arche grise, où chacune d'elles partagea ses découvertes. La froideur hivernale les enveloppait, Sakka eut la chair de poule, mais ce sont les paroles de Hanae qui animèrent cette réaction instinctive. Suite à la visite de son logement, un mystère nébuleux emmaillotait le rôle de Shoda au sein du clan Inuzuka. Si les doutes de Sakka s'avéraient exactes, alors il lui serait d'un soutien inestimable. Elle souhaitait avant tout retrouver un membre de son clan en vivant, mais si d'avantage il pouvait l'aider à atteindre son but, alors elle saurait en profiter. De par son âge, on la drapait de pureté, elle n'en restait pas moins un loup, calculateur et déterminé.

« Il semblerait que mes éléments concordent tes dires Medyusa, j'ai trouvé cette carte sur laquelle une île est marquée d'une croix. Ça doit être celle-ci dont tu parles. Le plan est aussi gribouillé à divers endroits, il a peut-être retracé tous ses périples. » commença la gamine, avant de marquer de une pause. Le second point qu'elle allait évoquer était grave, le doute n'avait pas sa place.

« Non, je ne connais pas de Kazamane. Notre clan est dirigé par une matriarche cependant. Mais depuis notre massacre, aucune d'entre nous n'a été désigné.
Lorsque je suis arrivée, la porte de son habitation avait été fracturée. Quelqu'un est passé avant moi et il cherchait quelque chose visiblement. Tout ses biens étaient sans dessus dessous. J'ignore s'ils l'ont trouvé. Il y avait plusieurs traces olfactives fraîches, dont une que je reconnaîtrai parmi mille autres : celle de Suzuri Kyouu. »
lâchat-t-elle finalement.

* Shoda poursuivait donc la trace d'un certain Kazamane à travers plusieurs pays. Cet individu possédait de puissants fuinjutsu qui auraient servi les intérêts de Kumo. Kazamane serait-il un surnom pour le vieux Kyouu ? Ou alors l'Ancien avait missionné Shoda ? Dans tous les cas le clan Suzuri doit être avide de découvrir ces puissants sortilèges imprégnés de leur domaine fétiche. *

Le groupe retrouva enfin les pêcheurs qui balayèrent définitivement la méfiance que leur portée Sakka. Après les avoir écouté, la cavalière se résigna à monter dans la charrette, où elle se reposa sur l'épaisse fourrure de son loup, le temps du voyage.
Une fois sur place, la Flamboyante proposa de passer la nuit à l'auberge. Une idée alléchante pour le duo Inuzuka qui crevait la dalle.

« Tu as raison. Installons-nous à une table, le tavernier doit connaître tout le monde dans le coin, et tous les ragots qui circulent. » insista la gourmande.
« Rentrez chez vous, une dure journée nous attend demain. On se retrouve au port au levé du soleil. Nous nous débrouillerons pour la nuit. » indiqua sobrement la lieutenant aux roturiers, avant de retrouver ses équipières.


Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka http://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Mer 3 Juin 2020 - 11:51
Matshu

Medyûsa avait pu obtenir des informations grâce au parchemin que Suzuri Kyouu lui avait donné, elle devait partager ce savoir avec ses deux coéquipières. Sakka était revenue directement vers elle, au lieu d’aller à l’Arche Grise. Cela dit, il n’y avait aucune trace d’Hanae, peut-être que la rousse avait décidé d’y aller directement. Après tout, la Sendai est quelqu’un de méfiant, un peu, du coup, elle a dû aller voir les civils pour leur parler. Effectivement, en se rapprochant de l’arche, Hanae était là-bas en train de discuter avec les trois hommes, un exploit, ils sont toujours vivants. La blonde demande à se regrouper et à partager les informations qu’ils avaient pu obtenir avec leur recherche. La Hebi commence par elle, pour démontrer qu’elle ne les a pas regroupés pour rien. La kunoichi les informe de diverses informations qu’elle a pu trouver à travers le parchemin ainsi que des questionnements. Elle était prête à partager le parchemin avec ses partenaires, au cas où, elles trouveraient d'autres informations. Hanae était partie voir la dépouille du Ninken et selon la rousse, le chien est mort à cause du déchainement de la nature, celui de la mer. Il n’a pas été tué par un monstre ou autres. Le pauvre chien a dû beaucoup souffert en cherchant à nager vers Kaminari et finalement, il y est mort. Cela laisse donc un espoir pour que Shoda soit encore en vie. « Je vois, donc Shoda doit être en vie sinon son Ninken ne serait pas parti sans lui ni même sans son corps. Il a dû l’envoyer chercher de l’aide ou autre chose. » Dit-elle avant d’écouter Sakka. Les trouvailles de Sakka correspondent à ceux de Medyûsa, Shoda se dirigeait donc bel et bien vers une île. Pour Kazamane, elle ne connaissait pas cet individu donc la matriarche et Kazamane sont deux personnes différentes. Pour l’appartement, il a été saccagé, et Suzuri Kyouu a laissé son odeur là-bas. La blonde réfléchit.

« On s’occupera de Suzuri Kyouu plus tard, la vie de Shoda est importante, même si on passe à côté d’un indice ou s’il a eu pour ordre lui ou l’un de ses hommes d’y aller pour aider à l’enquête. Bref, allons-y. » Dit-elle. Le trio se dirige vers les pêcheurs et Medyûsa leur pose alors des questions dont ils se mettent à répondre. La Orochi reste perplexe par rapport à leur histoire et rêquete, cela dit, il donne une information intéressante. Ce Sorosu était un suspect idéal pour dire ce qu’il est arrivé à l’Inuzuka. Or, elle doute un peu de la sincérité de ses hommes, mais elles n’ont que cela comme aide et indice. La blonde soupire. « Je comprends votre envie de gagner de l’argent pour vivre, mais ne vous emballez pas, on verra ce qu’on y découvrira là-bas. Cela dit, vous serez récompensé si vous nous aidez. » Dit-elle afin de s’assurer de leur service et aide pour se rendre sur l’île et les avoir à l’œil. Les voilà à présent parti en direction du village portuaire, Matshu afin d’obtenir des informations et de se préparer avant d’aller sur l’île. Cependant, le voyage a été long et la nuit s’était installé dans le pays. Medyûsa n’était pas trop fatiguée et regarder autour d’elle. Pour un petit village, il y avait tout de même de l’animation et Hanae propose de trouver une auberge pour se reposer, mas avant, il fallait obtenir des informations sur Sorosu et sur d’autres choses aussi. En espérant trouver des indices sur ce qui se passe. Sakka propose d’aller dans une taverne, ce genre d’endroit regorge de ragots et d’informations surtout quand certains ont bien bu. « C’est une bonne idée Hanae-san et Sakka-san. Faisons comme ça, cela dit, il est préférable de se séparer pour enrichir nos trouvailles en matière d’information. Je vais interroger notre cher ami Asura et son fils, ils en savent peut-être beaucoup plus qui en a l’air surtout sur Sorosu. Il doit avoir qu’une seule auberge dans ce village, ça ne sera pas difficile à trouver. » Finit-elle.

La blonde sourit à Hanae. « Même en tant que soldat, tu fais une bonne chef d’équipe. » Finit-elle avant de regarder Sakka. « Ne bois pas trop dans la taverne, petite Inuzuka. Je ne voudrais pas venir te porter sur mon dos. » Finit-elle en souriant pour taquiner sa camarade. « Bon, au boulot, les filles. » Dit-elle en se dirigeant vers ses cibles de choix, laissant Hanae et Sakka derrière elle, en espérant qu’elles trouveront des indices de leur côté. La jeune femme se dirige vers Asura et les deux jeunes garçons. « Asura-san, ça ne vous dérange pas si on va chez vous ? J’aurais quelques questions à vous poser. Et ça concerne Sorosu et l’île en question, je veux savoir tout ce que vous savez sur ses deux sujets. Et pour demain, je vous offrirai de l’argent pour le transport vers l’île et une partie du trésor qu’on trouvera, est-ce que ça vous va ? » Demande-t-elle, car après tout, il faut bien faire son maximum pour gratter quelques informations. De plus, Med ne veut pas se montrer méchante envers eux ni méfiante, mais pour cela, il faut qu’il fasse un pas vers elle. Elle était prête à le suivre et à entendre ses réponses.


Résumé:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
Narrateur

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda Empty
Sam 13 Juin 2020 - 17:03


Le village de Matshu devint rapidement le nouveau territoire de chasse des trois kunoichi déployées à la recherche de Shoda. Force fut de constater qu’il n’était pas envisageable de prendre la mer de nuit, si bien que le voyage parut stagner à cet endroit. Il régnait à Matshu une atmosphère d’ivresse, comme si tout ici était plus simple ; dans une vie plutôt sobre et modeste, les habitants de ce village portuaire semblaient profiter tant du mistral soufflant venant des eaux salées que de la paix du quotidien. On pouvait voir, ici et là, des familles réunies autour de petites tables carrées, quelques vagabonds de la nuit qui marchaient parfois en titubant, une bouteille à la main, et d’autres qui finissaient de faire faisander des bêtes ou de pendre du poisson. L’odeur des embruns et du sel apportaient à Matshu une ambiance voluptueuse. On ne pouvait que s’y sentir bien, emporté par une douceur de vivre.

Après avoir quitté Asura, Hanae et Sakka se dirigèrent aussitôt vers l’auberge dans l’espoir de glaner quelques informations. Ils y découvrirent une douzaine de personnes attablées à quatre ilots différents, ainsi que le tavernier et ses deux subordonnés.
Hanae préféra porter ses interrogations vers les deux employés de l’auberge. Ces derniers, habillés d’une tunique assez légère et ornée de motifs traditionnels de la Foudre aux couleurs chaudes et lumineuses, ne se montrèrent pas timorés en paroles : ils révélèrent à Hanae des éléments sur Sorosu et Shoda lui-même. Ils lui révélèrent que Sorosu, étant un de leur fournisseur de poisson, pouvait se montrer particulièrement colérique, surtout depuis qu’il avait perdu sa femme lors d’un voyage en mer. Ils lui précisèrent même son son lieu de domicile, si bien que Hanae put se faire une idée assez précise de l'endroit où elle pourrait le trouver : Sorosu était par ailleurs renommé pour être un excellent navigateur, capable de les conduire n'importe où dans les environs. Concernant Shoda, ce nom leur évoqua vaguement quelque chose, mais les questions se retournèrent contre Hanae puisque les employés se montèrent assez avares en commérages : qu’était-il arrivé au chien ? Pourquoi Shoda était-il venu dans leur village ?
Sakka quant à elle tenta d’en apprendre un peu plus auprès des clients. Mais ces derniers n’évoquèrent que de vagues rumeurs, des légendes sur les dangers qui peuplent les mers. Ils lui parlèrent de dragons aquatiques, de poissons prédateurs, de poulpes difformes, d’écrevisses géantes et d’un calamar qui dévorerait les bateaux.

Medyûsa quant à elle raccompagna Asura ainsi que les deux louveteaux jusqu’à son domicile. Asura habitait en bord de mer, et on pouvait voir aux cinq bateaux qui étaient en possession qu’il avait l’habitude de voguer pour des voyages plus ou moins longs et plus ou moins dangereux. Un de ces bateaux paraissait particulièrement épais ; les quatre autres, plus menus, arboraient des attirails très différents, révélant qu’ils étaient utilisées pour différents types de pêche.

En entrant chez Asura, elle découvrit son intimité. Sa femme attendait dans un fauteuil très modeste, et prit à peine le temps de la saluer, à tel point qu’elle put comprendre que son mari la dérangeait. Elle se concentra essentiellement sur son fils, dont elle caressa le visage tout en vérifiant que rien de mal ne lui était arrivé. Elle lui somma de vérifier qu’il n’avait pas été mordu par une tique.

Toute la maison était en bois. Elle n’offrait que peu de confort et n’était pour ainsi dire pas très belle ; que dire de cette désagréable odeur de poisson qui régnait entre ses murs. Asura l’invita à s’installer sur une grande table qui trônait au milieu de sa cuisine, et commença à faire chauffer de l’eau.

« Je connais bien Sorosu, oui. Je ne le connais que trop bien. Il a eu une aventure avec ma sœur. Je ne l’ai jamais apprécié. C’est un opportuniste manipulateur, un avare et un égoïste. Il n’hésiterait pas à vous planter dans le dos pour quelques sous. Vous voyez le genre ? C’est tout ce que je peux vous dire sur lui. On raconte qu’il fait du braconnage, des choses pas toujours très nettes. Ca ne m’étonnerait pas qu’il tente de vous attaquer quand vous tenterez de retrouver Shoda. Je vais même vous dire : je pense qu’il n’est pas innocent dans sa disparition. On l’a questionné quand on a retrouvé le chien. Il a prétendu qu’il n’était qu’un
passeur
; vous savez, le genre de type qui vous conduit d’un point à un autre. »



Informations:

Revenir en haut Aller en bas

[Mission/A/Teikokumo] La dernière aventure de Shoda

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La dernière aventures de Shoda - Rapport à la Régente
» [ Mission rang C ] 学院 - Hashira no Gakuin [ Shoda & Arashi ]
» [MISSION/A/Coalition] Dernière escale
» Mission de rang B : La grande descente du Yamagenzo - Dernière partie
» [MISSION/A/Coalition] Dernière escale - (Okiko & Medyusa) + (Fuyumi, Gozen & Luna).

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Grande Bibliothèque
Sauter vers: