Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
La vieille (et la) bibliothèque [Takara] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

La vieille (et la) bibliothèque [Takara]

Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Jeu 26 Déc 2019 - 21:32
La jeune femme avait raison, sur ce qu’elle a avancé. Si Hanae n’a pas tort de vouloir éviter un bain de sang, elle ne peut pas non plus blâmer un peuple dont elle ne connaît que ce qu’elle a vu depuis cinq ans qu’elle vit entre ces murs. Les histoires de guerres, de combats, d’assassinats, elle n’en a aucune connaissance. Finalement, son intervention pacifiste a été un fiasco total à cause de son manque d’informations. D’aucuns diraient que l’information est la clé de beaucoup de conflits, et dans sa croisade, la Sendai a manqué du plus important, au fond. Il est hors de question que cela se reproduise, elle souhaite donc changer les choses, et combler cette lacune. Direction un lieu qu’elle ne fréquente que peu, en raison de son éducation au sein d’un peuple nomade qui n’avait pas accès à beaucoup d’ouvrages : la bibliothèque. La rougeoyante sait lire, depuis bien longtemps, mais ce n’est pas son loisir préféré.

C’est toute déterminée que la sauvage prend la direction de l’un des lieux les plus prisés de Kumo, qui est avant tout un village d’érudits, à l’inverse de Kiri qui est plutôt un village de barbares avides de combats ou d’Iwa qui est plutôt axé sur les traditions et les grandes valeurs martiales. Bref, des trois grands villages, celui des nuages est sans doute celui où la culture est la plus développée. Parfois, on peut se demander si cette soif de culture n’est pas ce qui a poussé le village à sombrer et à se faire annexer, mais Hanae préfère cela qu’un lieu de guerre permanente, dans et hors des murs. Elle pénètre le hall, et voit une femme assise, entourée de divers registres, qui la dévisage dès l’instant où elle pose un pied à l’intérieur.

« Bonjour mademoiselle, en quoi puis-je vous aider ? »

Gênée de ne faire sa première visite ici qu’au bout de cinq années, la flamboyante s’approche, prenant son air le plus mignon et agréable possible. Jouer de ses charmes avec une vieille dame ne fonctionnera pas, mais être polie est la moindre des choses pour obtenir un renseignement clair et complet.

« Bonjour, je suis à la recherche de livres pouvant m’aider à mieux comprendre l’histoire du village, j’ai certaines lacunes à ce sujet, et j’aimerais les combler. »

La responsable de la bibliothèque ricane doucement, comme si la phrase lui avait paru idiote. Elle pose sa main sur celle de la rouquine, avant de lui rétorquer :

« Je pense qu’il aurait fallu faire cela avant de vous ridiculiser sur la place publique, jeune femme ! Mais disons qu’il n’est jamais trop tard... Allez sur votre droite, et suivez les panneaux, vous ne pourrez pas rater ça, contrairement à vos discours ! »

Manquant de fracturer le bois en le serrant avec force, la Sendai adresse un sourire forcé à la vieille, en hochant la tête. Elle part ensuite vers sa destination, avant d’écraser le crâne de la morue contre le comptoir. Finalement, certaines personnes méritent de se faire refaire le portrait… Après avoir atteint le lieu tant attendu, la jeune femme attrape quelques livres semblant les plus importants, et vient poser son joli postérieur sur un fauteuil, avant de commencer à lire. Il ne semble y avoir personne par ici, pour l’instant du moins, mais peut-être que cela va changer ? Tant qu’on ne la dérange pas, la belle flamboyante se moque de qui se trouve aux alentours.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Suzuri Takara
Suzuri Takara

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Jeu 26 Déc 2019 - 23:02


Une main qui se dépose calmement sur le comptoir, ne provoquant comme son que le léger choc d'une bague - Suffisante pour rappeler à l'ordre la responsable de ce rayon. Il s'agit de votre dernier jour de travail ici. Mais vous pouvez partir dès à présent si cette nouvelle vous empêche de bien le faire. Annonçait calmement la trentenaire, lui ôtant sa fonction de ses simples mots et d'un regard qui s'échappait déjà vers un autre horizon.

Elle progressait alors sans hâte dans le dédale littéraire pour partir à la rencontre de cette invitée contrariée. Il n'existait aucune restriction de quelque sorte au sein de ce lieu, et le respect s'imposait de lui-même par l'aspect magistral qui en émanait. Parfois, il fallait intervenir, notamment face à des fumeurs distraits ou des pipelettes au timbre volumineux. Mais il était rare que de réels débordements prennent forme ici. Car il s'agissait d'un lieu aussi imposant qu'authentique, reconnu à travers tout le Yuukan ; même en se considérant comme indifférent à tant de notions, il était indéniable qu'une énergie propre s'en dégageait et appelait à la retenue une fois qu'on y pénétrait. Or si des étrangers définitivement bornés pouvaient malgré tout altérer cet état de fait, le personnel lui ne détenait pas un tel "privilège".
Raison pour laquelle cette dame savait qu'il était trop tard.
Une voix de plus qui ferait siffler les oreilles du clan Suzuri ? Possible. Takara n'était plus à ça près. L'annexion de Teikoku ne justifiait pas tout et n'importe quoi. Encore moins lorsque cela concernait la Grande Bibliothèque.

Pardonnez la médisance de celle qui vous a orienté - Cela ne se reproduira plus. Annonçait-elle alors à sa cible, finalement débusquée au sein d'un siège.

Elle hochait alors la tête en signe de respect puis s'éloignait déjà.
Oh, elle savait très bien qui était également cette dernière, ou du moins ce qu'elle s'était essayée à faire il y a peu. Mais ce n'était pas un motif pour l'alpaguer alors qu'elle possédait déjà un livre en main. A la place, l'intendante regagnait le hall, considérant de plus belle la vieille femme licenciée en un éclair qui enfilait déjà son manteau - Sur le départ. Les autres employés en place restaient muettes, soit parce qu'elles s'y attendaient soit parce qu'elles se retenaient d'ici que Takara se retire une fois pour toute, ce qui ne serait pas le cas avant le début de soirée. Ce travail la lassait profondément... mais elle ne le lâchait plus depuis le départ de Akina. Des Suzuri l'appuyaient évidemment, comme d'autres employés issus du civil qui en respectaient les règles.
Mais oui, hélas, la charte et l'égard qu'on lui attribuait jusque là pâtissaient désormais des tensions ethniques encore loin d'être digérées. Et ce même dans le clan associé à cet édifice.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 23:48
Déjà aspirée par sa lecture, et loin de l’accueil, Hanae ne remarque pas l’intervention qui suit. Elle a beau être une kunoichi puissante, elle n’est pas omnisciente. Néanmoins, une intervention la tire de sa lecture, et son regard est assez suspicieux quant à la personne qui l’interrompt. Malgré sa nature sauvage, la rougeoyante ne réagit pas mal à cette apparition, et elle sourit même, au contraire. La personne est une femme d’âge moyen, probablement le double de celui de la Sendai. Si elle avait une connaissance plus approfondie du village de Kumo, la rouquine comprendrait que la personne qui lui fait face est une Suzuri, du fait qu’elle semble détenir quelques pouvoirs sur cette bibliothèque qui est sous leur juridiction, mais elle ne le sait pas, ce qui fait partie de ses problèmes du jour. La blonde lui présente des excuses concernant la façon dont elle a été traitée, chose qui l’a certes énervée, mais la façon dont elle en parle ressemble à une sorte de licenciement, ce qui fait tiquer la pacifiste. Lorsque la femme fait mine de partir, la rougeoyante l’interrompt à son tour.

« Excusez-moi ! D’abord, merci pour votre intervention, mais je ne sais pas si la punir est nécessaire. Vous semblez vivre dans ce village depuis plus longtemps que moi, peut-être en êtes-vous native, je ne sais pas, mais si c’est le cas, sachez que je comprends les réactions des habitants à mon égard. »

Sa voix ne porte pas haut, pour ne pas déranger d’éventuels autres lecteurs passionnés. La Kazejine ne blâme pas la vieille taupe pour la façon dont elle l’a traitée, mais plutôt pour la dureté des mots employés. Pour autant, elle ne pense pas que celle qui semble être une fière Kumojine devrait perdre son emploi, elle n’a fait que donner son ressenti d’une manière indélicate.

« J’ai déclenché une sorte de débat qui a mis en colère bon nombre d’habitants du village, qui n’acceptent pas l’occupation de cet Empire du Feu, et étant une étrangère, j’ai des lacunes sur l’histoire du village qui font que je ne comprends pas cette envie de faire couler le sang pour obtenir une libération, alors qu’il doit exister des façons moins violentes d’y parvenir. Finalement, ils ne font que s’abaisser au niveau du Teikoku, et reproduire les erreurs de leurs ancêtres. »

Elle s’arrête, constatant que ses mots peuvent paraître très moralisateurs, voire complètement anti Kumojins, alors qu’elle se considère comme citoyenne de ce village et donnerait sa vie pour le bien de ses habitants.

« Je suis désolée, je me suis emportée, je ne voulais pas dire du mal de ces… rebelles, ou des habitants en général, simplement que leurs méthodes semblent mauvaises, à mes yeux. Et je vous fais sans doute perdre votre temps, vous devez aussi être convaincue que c’est la bonne solution, mes mots ne changeront rien à tout ça. »

Gênée, la jeune femme reprend son livre sur les conflits de Kumo, se disant que l’inconnue partira de toute façon, se moquant de ce qu’elle a dit.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Suzuri Takara
Suzuri Takara

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 1:02


La trentenaire se retournait donc, recueillant cette série de points de vue sans sourciller. Outre son désarroi, son interlocutrice ne lui transmettait pas grand chose ; définitivement plus en quête d'éclaircissements quant à ses propres pensées plutôt que sur l'histoire du village. Y pouvait-elle quelque chose ? Impossible à dire tant que l'on accordait pas une juste attention à quelqu'un. En cela Takara demeurait naturellement douée, même si elle ne passait pas par quatre chemins.

Elle s'est punie toute seule, commençait-elle, la fonction de la Grande Bibliothèque n'a pas à souffrir des commérages. Travailler ici demande de l'attention et de la considération, peu importe qui passe la porte. Sa présence ici était parasitaire.

Une action on ne peut plus légitime à en croire le visage de la Suzuri. Pour sûr, même si cette bibliothèque se voyait de plus en plus privatisée ne serait-ce que par le statut de "Village Caché" de la cité, elle restait un monument ouvert à tous ceux en quête de réponses, quelques soient leurs origines ou leurs passifs. Le système shinobi et la politique qui en découlait amenaient suffisamment d'ingérence comme ça sur leur passage. Il était donc hors de question que les employés se mettent également à jouer le jeu de ce chauvinisme de pacotille: chaotique et contre-productif.

Je suis au courant de ce que vous avez fait.
Mais je doute que vous trouverez vos réponses dans les livres. Il s'agit d'un "mal d'époque". De grandes cités se sont développées par des efforts soutenus et communs, se forgeant une nouvelle identité et assurant leur prospérité en vouant un culte à leurs clans-protecteurs. Maintenant elles sont rentrées dans un nouveau cycle : Celui de la défense de leurs acquis et de l'anticipation des dangers, autrement dit à peu près quiconque n'ayant pas revêtis leurs symboles.
S'exprimait-elle d'un ton las. La génération des bâtisseurs laisse place à celles des guerriers - Puisque c'est en ce sens que nous éduquons notre jeunesse.
Le fond est aussi corrompu que la forme, quant à elle troublée par les émotions et les réactions à vif.
Aussi votre discours était voué à "l'échec".


Takara se rapprochait alors, tendant la main comme pour appeler naturellement le livre tenu par la rougeoyante. Attendant le consentement de son interlocutrice pour le saisir, comme s'il ne servait définitivement à rien et qu'il valait mieux le lui confisquer. Et pour cause... si la trentenaire défendait ce lieu et tout ce qu'il représentait, elle demeurait parmi les premières à affirmer qu'une bonne majorité des livres ne valaient pas un radis. Ou tout du moins que la lecture seule ne suffisait pas, et que même le choix d'un simple livre devait reposer sur un raisonnement concret. Le type de philosophie et de sensibilité que la vieille dame fraîchement licenciée ne comprendrait assurément jamais.

Même si on ne peut pas vraiment parler ainsi. Vos attentes étaient vouées à l'échec, votre discours lui, reste louable. Une intention a été envoyée, voilà ce qui compte vraiment, finalement. Du reste nager à contre-courant demande des efforts permanents, sinon on se noie. Lui accordant un mince sourire, elle s'arrêtait là.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 1:57
La femme semble ne pas en avoir rien à faire, finalement. Elle se retourne vers Hanae, et débute un monologue sur le village, se voulant plus complet que les livres d’histoire. L’idée générale de ce que raconte la blonde est assez particulier, et ce genre de façon d’agir n’aurait jamais traversé l’esprit de la nomade qu’elle est. Après avoir parcouru le monde avec les Yasei, elle a atterri ici presque par défaut, mais a fini par s’y faire une place, devenant une Kunoichi assez forte, et sur lequel le village peut compter. Néanmoins, elle ne sait pas grand-chose sur lui de plus que ce qu’elle a pu voir de ses yeux. Ce que lui raconte l’inconnue est intéressant, mais la rougeoyante ne s’en contentera pas pour autant. Il est bon de savoir que ce village, et sans doute les autres aussi, est devenu avide de guerres, formant ses nouvelles générations au combat pour toujours continuer à conserver son pouvoir, cela explique pourquoi la seule voie qu’ils entrevoient est celle du sang. Néanmoins, le but de la Sendai est aussi de savoir quels conflits ont conduit à l’état du village d’aujourd’hui.

Ne laissant pas la Suzuri se saisir de son livre, la sauvage esquisse un sourire différent du sien. Il est plus malicieux. Elle apprécie qu’une personne juge son discours louable, ce n’est pas chose courante ces-derniers temps, mais elle n’acceptera pas qu’on interrompe sa soif de culture. Ce n’est pas tous les jours que la belle vient ici, et elle ne repartira pas sans une vue globale de ce qui l’entoure. Pour ce qui est de nager à contre-courant, elle y connaît quelque chose, et cela ne lui fait pas peur.

« D’après ce que vous me dîtes, l’attitude des gens est donc plus une habitude qu’un vrai sentiment de patriotisme ? Ils ont été élevés pour protéger leurs acquis, et pour eux, seule la violence peut résoudre les problèmes ? Je comprends, je n’avais même pas envisagé cette possibilité, tant elle me paraissait simplement stupide et contre-productive. Merci pour vos lumières, néanmoins je ne compte pas pour autant me passer du contenu de ces livres. Si votre point de vue et votre jugement me paraissent cohérents, j’ai certains manques concernant l’histoire du village dans lequel je réside, et j’aimerais les combler. »

Hanae marque une pause, elle n’a pas fini de parler en réalité. Si elle accepte les choses, elle ne compte pas les laisser ainsi, et jusqu’au bout, toujours, elle tentera de convaincre ce peuple de changer ses traditions. Kumo n’est qu’un début dans son plan, dans ses espoirs. Elle sait que la guerre est le meilleur moyen de communication des villages guerriers, et si elle parvient à empêcher un bain de sang ici, cela veut dire qu’elle peut convaincre le reste du monde.

« S’ils pensent que se battre est la seule option, il faut leur montrer qu’il y en a une autre. Même ce Rei doit être ouvert à l’écoute, je devrais pouvoir le convaincre de se retirer, et ainsi montrer à tous qu’il n’est pas impossible de régler un conflit par les mots. Enfin, si cet homme est aussi mauvais qu’il l’a montré en arrivant ici, j’ai une autre solution, que je préfère éviter, à tenter. Celle-ci limitera le sang versé, je l’espère… Mais il a l’air puissant, je doute de pouvoir y arriver seule. »

Tuer le roi adverse, aux échecs, donne la victoire. Ici, le Teikoku est comme l’une des couleurs sur un échiquier, au fond. Il semble difficile de trouver des personnes réellement fidèles au mouvement, et si la tête en tombe, peut-être que le corps s’effondrera. Peut-être aussi que cela ne fera qu’accélérer l’entrée en guerre. Ou enfin, peut-être est-ce celle d’Hanae qui va tomber, n’apportant absolument rien de plus à cette histoire.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Suzuri Takara
Suzuri Takara

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 12:18


La trentenaire esquissait un nouveau sourire suite à la résistance de son interlocutrice concernant l'abandon de ce livre. Elle s'en doutait un peu même si apprendre de l'histoire de Kumogakure à travers une recherche aussi orientée que celle des conflits rencontrés n'était définitivement pas l'option la plus objective, mais soit. Il y avait toutefois là quelques notions de culture générale à assimiler malgré le parti pris évident de tels écrits.

Un mélange des deux, disons. L'idée du conflit s'impose car ils ne savent plus composer avec les influences étrangères. C'est pourtant le brassage des influences qui a permis à Kumogakure de prendre cette forme que l'on connait aujourd'hui.

Takara haussait les épaules, réinstaurant une distance d'usage avec la rougeoyante.

En somme votre solution de dernier recours est la même que l'ennemi que vous désignez. Vous avez pourtant eu un avant gout de ce qui en résulterait : Neutraliser un dirigeant ne raisonnera en rien un peuple de toute manière endoctriné. Qu'il s'agisse d'un dictateur ou non... En cela l'ancienne Raikage et l'Empereur sont bien les mêmes.

Elle soupirait. Ces discussions l'intéressaient au moins autant qu'elles la fatiguaient. Combien étaient-ils, à chercher la solution la plus "juste", souhaitant recueillir le consentement ou l'approbation de leurs pairs, tout cela dans un but finalement identique. Leurs souhaits étaient tronqués dès la base ; car ils étaient souvent capricieux, parfois ambitieux, mais surtout globalement incapables de concevoir la paix dans sa forme la plus pure.

Notre monde ne connait pas "le vide" : Enlevez Rei - Il sera remplacé. Une poignée sera comblée, une autre sera frustrée. Le cycle demeurera. A l'échelle de l'Histoire, cela ne représentera qu'une fugace partie de chaises musicales sans queue ni tête qui pourra être mentionnée dans un ouvrage comme celui que vous tenez entre vos mains. Un recueil de meurtres parfois légitimés, parfois condamnés.

La Suzuri la dardait du regard. La conversation risquait de tourner court pour la simple et unique raison que le discours qu'elle tenait n'appelait pas à l'action immédiate, un fait qui avait tendance à être rejeté avec virulence. Peu importait. Cette dernière avait choisi son axe depuis longtemps et se contentait de donner son avis à ceux qui lui demandaient. Pour tout le reste, elle avait ses propres préoccupations.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 13:57
La culture de cette femme semble assez étendue, et ses à priori ont l’air d’être un travail de réflexion intense, que même une personne aussi peu informée que Hanae peut remarquer. Contrairement à elle qui avance selon ses idéaux de paix, non pas juste à Kumo mais bien dans le monde entier, celle-ci a l’air d’avoir des années d’expérience sur ce qu’est la vraie guerre et sur l’idiotie perpétrée de génération en génération par les hautes instances. Ne pas savoir composer avec les autres puissances ? La Sendai rejoint l’inconnue sur son point de vue, il est stupide de ne pas accepter le dialogue avec les autres pays et villages ninjas lorsque l’origine et la composition même de ces villages est un amas d’ethnies et de clans qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. La rougeoyante ne fait pas attention à la distance que met la femme entre elles, n’étant pas gênée par la proximité d’une personne de sexe féminin, à l’inverse de celle des hommes.

« Ma solution de dernier recours est la même, en effet. Pour moi, les criminels de guerre, qu’ils soient étrangers ou Kumojins, méritent de payer pour leurs actes. J’ai des ambitions allant bien au-delà de ce village, et je ferai toujours primer la solution pacifique, car faire couler le sang, même des pires criminels, n’est pas une chose que je mettrais en avant. Si Reiko n’était pas morte, elle aurait mérité une punition, selon moi, pour ses actes, au même titre que son prédécesseur, Shuuhei. Le clan Metaru a une réputation assez sinistre, que j’espère fausse, mais de manière générale, je ne tolère pas les actes comme ceux qui ont créé cette boucle de haine entre Rei et Kumo. »

Son regard se fait un peu plus sérieux, le sujet ayant dévié sur ses vrais objectifs. Ils ne sont pas compliqués à énoncer, mais un peu plus à réaliser. En effet, la flamboyante compte unir le Yuukan pour mettre fin aux guerres, et faire juger tous les criminels de guerre, peu importe leur rang ou leur influence. Peu de monde acceptera de la suivre, et user de sa force sera par moment nécessaire, mais c’est l’une des raisons pour lesquelles elle a aussi besoin d’alliés. Yahiko et Tsuna ne suffiront pas, si tant est que ces deux la suivent jusqu’au bout.

« Si le cycle continue sans fin, alors il faut le briser. Les mots sont une arme, et il faut s’en servir à bon escient pour parvenir à ses fins. Mon discours doit paraître contradictoire, mais si les grandes puissances ne veulent pas suivre mon mouvement, alors je vais devoir leur montrer la voie, en les mettant à genoux. Selon moi, Kumo retrouvera sa liberté, et je vais commencer par ici. Prendre le pouvoir, en devenant la plus forte en ces murs, car c’est tout ce que ces guerriers sanguinaires voient. Puis tisser des relations de confiance avec les autres villages. Plus aucune guerre n’éclatera, mais pour y parvenir, je dois me tenir au sommet, quitte à employer des méthodes que je déteste. Je sais qu’au final, je ne tuerai jamais une personne qui ne le mérite pas, contrairement à nos anciens dirigeants. »

Un vrai discours de politicienne, mais son cœur ne ment pas, et elle vient de laisser parler son cœur. Il est impossible de briser le cycle de violence proprement, mais elle peut le faire à sa façon, en mêlant mots et lames, sans dévier de sa trajectoire.

« Je m’appelle Hanae, du clan Sendai, au fait. »

Son nom devait être connu depuis son allocution, mais elle veut tout de même découvrir celui de cette blonde dotée de grandes connaissances. Peut-être qu’elle pourrait l’aider, elle ferait une bonne conseillère, le jour où elle sera Raikage…



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Suzuri Takara
Suzuri Takara

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 14:50


Takara écoutait patiemment le discours haut en couleur de la kunoichi tout aussi colorée. Difficile de se fonder un avis à son propos ; ses vœux extrêmes impliquaient de neutraliser le crime par l'intermédiaire d'un génocide supposé. La frontière entre la justice et l'inquisition étant pour le moins floue, d'autant plus lorsqu'elle se basait sur le jugement d'une seule et unique personne toute puissante. Evidemment, énoncer un souhait concernant un projet aussi vaste restait un exercice difficile et la trentenaire ne doutait pas qu'en creusant, son interlocutrice développe d'avantage sur les méthodes envisagées afin de ne pas retomber dans les mêmes vices que ses prédécesseurs. Mais est-ce que cela suffisait face à de telles prétentions ?

Takara, du clan Suzuri. Annonçait-elle poliment en retour de la présentation.
Comme je le disais, vous ne faîtes qu'évoquer la voie d'un seigneur de guerre. A ce petit jeu, Yamanaka Rei a une longueur d'avance sur vous - Le remplacer signifie que vous seriez tout aussi remplaçable en cas de succès, car à n'en point douter vous ne saurez toucher l'ensemble de l'humanité, et que même une force toute puissante laisse place à des instants de faiblesse. Rétorquait-elle calmement sans émettre de jugements vindicatifs ou juste hâtifs face à ce grand discours adverse. Vous partez du principe que tout changera dès lors qu'il disparaîtra, et qu'un monde nouveau sera à votre portée.
Alors que cet homme pense presque exactement la même chose que vous. Ses doctrines sont strictes, pourtant dans sa vengeance il n'a pas fait tomber toutes les têtes de l'état major kumojin, contrairement à sa principale adversaire et sa seule véritable victime. Il n'a pas fait preuve d'une violence réciproque, souhaite seulement abattre les frontières et discipliner les maîtres d'arme sous un même étendard afin de couper court aux conflits ultérieurs.


Elle marquait une pause, intérieurement amusée de se voir incarner le rôle d'avocate au profit d'un pauvre diable au destin chancelant. Elle prenait alors place dans un autre canapé, consciente que la conversation risquait de se poursuivre encore un brin.

Si vous êtes si certaine que les gens ne sont que des guerriers sanguinaires ne comprenant que la loi du plus fort, alors comment pouvez-vous croire en des relations de confiance avec vos voisins ? Au contraire, une fois de plus, sa stratégie semble plus réfléchie et persistante à terme.

Joignant les mains - dont une semblait enfermée dans un gantelet frappée de bronze -, elle adressait un regard doux à l'attention de la femme au cœur de lion postée en face d'elle.

Tout ceci en choisissant comme base un pays dont vous n'êtes même pas native ? Un détail pour certains, un problème pour d'autres. A l'heure actuelle la seule entité prête à lutter contre cette forme de discrimination latente n'est autre que cet Empire naissant... Voyez-vous, toute cette énergie qui vous anime, ce sentiment d'injustice, cette colère ?... eh bien, elle pourrait trouver place et soutien si elle se confondait avec les intérêts de cet homme et de son mouvement encore malléable. Concluait-elle, la regardant droit dans les yeux.

Non, elle ne recrutait pas pour le compte de l'Empire. D'ailleurs elle avait à plusieurs reprises donné son avis concernant ce leader suprême dont elle ne partageait pas la philosophie - Autant qu'elle ne partageait pas celle de Hanae. Quand bien même elle en comprenait pleinement la logique et le but.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Mar 31 Déc 2019 - 18:17
Hanae écoute, très attentive à ce que les autres ont à dire de ses idées. Belle, mais pour autant complètement idiote, elle sait bien la plupart des choses que lui dit cette Suzuri. Mais cela ne l’empêche pas de sourire. Elle risque d’échouer, de ne pas être écoutée, peut-être même de mourir. Et alors ? Tout cela, elle y est préparée depuis des années. Depuis que des hommes avides ont décidé de changer une petite fille innocente en une guerrière consciente. Si sa façon de penser se rapproche de celle de Rei, elle n’a cependant rien à voir avec lui. La première raison est qu’elle n’a encore tué personne dans sa quête, et que, comme elle le dit si bien, tuer n’est qu’une option d’ultime recours, non pas pour faire naître une sorte de règne de terreur, mais bien pour se débarrasser de personnes qui pourraient faire bien plus de victimes que leurs simples vies si on les laisse faire. Avant de les tuer, il y a toute une opération de dialogue, d’autres sanctions que mettent en place les états comme l’emprisonnement, qui pourraient être instaurées. La seule personne que n’ait jamais tué Hanae est celui qui l’a violée, et c’était dans un moment de panique, pour qu’il ne recommence pas.

Quoi qu’il en soit, à l’écoute de ces mots sérieux, et constatant qu’une personne a décidé de prendre ses propos tels quels, sans laisser parler de mauvaise foi ou de chauvinisme, simplement des faits, la rougeoyante ne parvient pas à retenir un éclat de rire, qui résonne à travers la grande bibliothèque. Elle met sa main sur sa bouche, comme pour se retenir, et retrouve peu à peu son calme, suite à cela. Ses prunelles de braise viennent se poser sur la blonde, maintenant assise, et elle lui dit :

« Vous avez raison sur toute la ligne. Je ne choisis pas le chemin de la facilité, j’ai ma propre voie, peu importe ce que les autres en disent, ou à quel point ils ont raison et moi tort, je continuerai jusqu’à avoir trouvé la vraie réponse pour créer une paix durable. Pour ce Yamanaka, je ne compte pas m’associer à lui, il a bien trop de sang sur les mains, alors que de mon côté, la seule chose qui n’est pas rouge sang, ce sont bien mes mains. »

Elle envoie un sourire montrant sa joie à l’encontre de Takara. Cette dernière ne semble pas du tout de l’avis de la Sendai, mais cela lui importe peu, la rouquine semble bien l’aimer au-delà de ce qu’elle pense de ses idéaux. Après tout, une personne ne se résume pas à son opinion sur un sujet, et la sauvage le sait bien. Son envie de lire est passée, elle a envie d’en savoir plus sur cette femme d’un certain âge, qui a l’air d’en savoir long sur beaucoup de choses.

« Bien, je pense que nous avons assez parlé de mes ambitions, je n’ai aucun intérêt à essayer de convaincre quelqu’un qui a un avis bien plus global des choses que moi. Pourrais-je vous demander de me parler un peu de vous, Takara ? Vous avez l’air très cultivée et très intéressante, cela change de certaines personnes de ce village. »

Chose étrange quand on sait quelle réputation a Kumo, au niveau de son intellect moyen.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Suzuri Takara
Suzuri Takara

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Mar 31 Déc 2019 - 19:35



Qu'elles le restent dans ce cas. Alors tout ce que vous avancez deviendra possible... Confiait-elle avant que cet aparté ne se termine.

Evidemment, la Suzuri n'attendait rien de spécifique de la part de cette interlocutrice. Ne lui offrant que son propre point de vue et lui désignant des pistes possiblement convenables selon ce qu'elle retenait du discours. Elle n'était ni une briseuse de rêves ni une aigrie condamnant l'action. Elle était seulement aussi exigeante qu'intransigeante dès lors que de grands idéaux se présentaient sous son nez. Hanae avait toutes les chances de tracer sa propre destinée et c'était tout à son honneur de refuser certaines accointances afin d'y parvenir - Nul besoin de convaincre la trentenaire de suivre ou cautionner un projet, seule l'énergie transmise lui importait véritablement. Et en la matière, la rougeoyante se présentait comme une candidate prometteuse.
A voir maintenant ce qu'elle ferait réellement de ses aptitudes. Il était encore bien trop tôt pour se prononcer, aussi on ne pouvait qu'espérer que cette volonté tienne la distance et reste indemne malgré les obstacles ou même les influences d'alliés potentiels. Si effectivement elle détenait quelque chose, cette femme pouvait tout aussi bien devenir un astre, ou encore une étoile filante.

Takara lui souriait également en retour, restant secrète quant à sa pensée profonde, puis se relevait finalement puisqu'elle avait fait sa part.

Un avis global ? Peut-être bien... Du moins je m'applique à une certaine neutralité afin de ne pas perdre de vue le sort actuel du Yuukan. Mais ne condamnez pas les habitants du village... Ils ignorent seulement que le but importe moins que la manière dont on parcourt le chemin. Pour cette raison, l'insatisfaction et tout ce qui en découle sera toujours dominante en leur cœur. Chez la plupart des gens, le mal-être est plus présent que la soit disant malfaisance dont vous parliez plus tôt.
Ne vous y attachez donc pas. Brillez, nourrissez votre âme, restez juste.
Alors vous parviendrez à convaincre sans parole.


Haussant fugacement les épaules comme pour clore cette fois-ci pour de vrai cette conversation sur une note d'évidence, elle s'échappait à son interlocutrice, lui accordant une dernière phrase avant que la distance ne s'accentue définitivement.

Qui je suis importe peu, bonne lecture.

La Suzuri regagnait le dédale. Son temps de travail se terminerait bientôt et il lui restait quelques tâches à accomplir, allant de la classification à l'officialisation d'un licenciement.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Sendai Hanae
Sendai Hanae

La vieille (et la) bibliothèque [Takara] Empty
Mer 1 Jan 2020 - 19:37
Une pointe de déception naît chez Hanae, qui aurait aimé en découvrir davantage sur cette mystérieuse Suzuri. Son nom et son prénom, c’est tout ce qu’elle aura obtenu ici, alors même qu’elle n’était pas venue pour discuter, dans un premier temps. Elle écoute les derniers mots sans répliquer, hochant la tête, se disant que Takara aime utiliser des tournures assez poétiques, en somme, mais n’ayant rien de plus à dire. La Sendai n’a aucun intérêt à la retenir, si elle ne veut parler d’elle, car elle ne continuera pas à parler de ce que certaines pourraient considérer comme « sa doctrine ». Au fond, elle n’aime pas devoir arpenter cette voie, non pas en ce qui concerne son but, mais plutôt les décisions qu’elle devra prendre. Dans toutes les circonstances, les choix d’ordre politiques sont complexes. Que l’on choisisse de faire la guerre ou de ne pas la faire, cela a des conséquences. Que l’on choisisse de tuer un criminel ou de l’épargner, il y a également des conséquences. Et cela s’applique pour toutes les décisions qu’elle aura à prendre si son projet avance comme elle l’espère.

Regardant la blonde s’éloigner, elle garde un sourire sur ses lèvres, n’étant pas déçue de cette rencontre. Les employées de bibliothèque n’ont pas une réputation de personnes aimant écouter les autres, alors c’est à se demander si elle l’est vraiment, au fond. La rougeoyante se plonge de nouveau dans son ouvrage, pour en apprendre encore plus sur Kumo. L’histoire est écrite par les vainqueurs, comme on dit, mais la rubiconde sait éviter les partis pris dans ses lectures, et ne conservera que la donnée pure et dure. Pour commencer, sa connaissance sur les anciens Raikage est assez floue, tout comme ce qui a conduit à la construction du village. Elle y passe et repasse, afin d’être certaine de s’en souvenir, elle reste une Kaminarijine d’adoption, et compte bien connaître son village sur le bout des doigts, pour ne plus passer pour une étrangère ignorante.

Les événements à Hi no kuni la choquent, et malgré le contenu, elle ne s’arrête pas. Si tout n’est pas détaillé, la flamboyante y apprend cependant que, comme on lui a fait comprendre, le village des nuages, et surtout ses dirigeants, ne sont pas innocents dans cette histoire. Le sang appelle le sang, la guerre appelle la guerre, et la paix ne peut pas exister tant que le ressentiment et la soif de vengeance existent. En outre, le travail qui attend Hanae est long et fastidieux, pour ne pas dire insurmontable et inutile, à terme. La nature des hommes est telle qu’elle les pousse à se haïr, et il y aura toujours une personne pour vouloir semer le chaos. Pour peu que cette personne ait un peu de pouvoir, cela résultera en une guerre, au pire, ou un massacre, au mieux… Fermant le dernier livre qu’elle pourra lire aujourd’hui, les derniers rayons du soleil caressant sa douce peau, la Kazejine se relève de son fauteuil, et quitte les lieux après avoir rangé ses ouvrages.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

La vieille (et la) bibliothèque [Takara]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mamie Takara à la rescousse (Takara <3)
» La vieille et la jeunette [Sazuka]
» Une vieille rancune [PV: Tsuyoshi]
» Grande Bibliothèque
» Lettre d'une vieille amie [Eyana]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Grande Bibliothèque
Sauter vers: