Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka]

Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 19 Fév 2018 - 8:47
Emballée par la récente idée qu’elle avait eu, c’était avec un large sourire que la marionnettiste s’était rendue jusqu’à la raffinerie, tenue par les Metaru. Suite à quelques discussions avec Sayo, sa meilleure (et seule) amie, elle en était venue à l’idée de se faire une armure. Non pas n’importe quelle armure, mais bel et bien une marionnette bien digne d’elle-même qui lui ferait aussi office d’armure, lui permettant ainsi de ne pas craindre les affrontement lorsque la personne se rapprochait dangereusement. Si son corps ne possédait ni l’agilité, ni l’endurance de la majorité des shinobis, elle était encore loin des plus grands de ce monde, elle avait donc décidé de compenser par autre chose, ses réactions se faisant vive et son contrôle du chakra excellente. C’était, après tout, grâce à ça qu’elle parvenait à manipuler ses marionnettes, ces pantins désarticulés qui répondaient à sa seule volonté. La demoiselle était fière des progrès qu’elle faisait, tout comme de ses dernières créations, tant en ce qui concernait les marionnettes en elle-même que les nombreux poisons qui composaient son arsenal. Devenue dangereusement douée à un rythme impressionnant, voilà qu’elle cherchait à atteindre le niveau supérieur. Elle voulait pouvoir faire face à des ennemis, pouvoir leur tenir tête et, pour se faire, elle se devait d’être en mesure d’encaisser deux ou trois coups.

Voilà donc ce qui la menait à la raffinerie alors qu’elle comptait bien équiper sa créature de pièces signées Metaru. Un métal qui n’avait rien à envier à tout ce qui existait déjà, d’un alliage semblant résistant, elle avait besoin de ce dernier pour solidifier ce qui lui servirait à l’avenir d’armure. Elle avait des plans, des dessins, des idées aussi, concernant ce qui allait bientôt rejoindre la grande famille qu’elle s’était elle-même composée. Ses pantins étaient, après tout, un peu comme ses enfants, et elle leur vouait un amour impressionnant, comme une mère en réalité. Une mère un peu dérangée qui n’hésitait pas à les envoyer à la guerre, les laissant prendre les coups qu’elle n’était pas en mesure d’encaisser, mais comme une mère tout de même. Elle mettait toujours beaucoup de son temps, de son énergie et peut-être même un peu de son coeur qui beaucoup diraient inexistants en ces créations auxquelles elle donnait vie grâce à son contrôle de son chakra.

La raison de ses compétences était bien simple. Si certains pouvaient se demander pourquoi la si jolie jeune femme s’était intéressée à un art aussi particulier, ce n’était pas bien difficile. Elle possédait une silhouette fine qui semblait dénuée de toute musculature qui se trouvait pourtant chez les kunoichi, ce qui laissait apercevoir un réel manque de talent en ce qui concernait le corps à corps. Si elle s’entraînait régulièrement, elle avait surtout choisi de pallier à ses faiblesses, notamment en adoptant un style de combat un peu plus à distance, se tenant loin de la mêlée. Et puis, il y avait une raison beaucoup plus personnelle à cette décision. Elle qui se trouvait la seule des Tadaoki à avoir une quelconque affinité avec le chakra avait décidé de suivre les traces de sa meilleure amie, une Nara, et ce, depuis qu’elle était toute jeune. Si la Nara avait, de simplement par son nom, le pouvoir de manipuler les autres via leur ombre, elle s’était mise en tête qu’elle y arriverait aussi, d’une manière ou d’une autre. Et, au final, elle y était parvenue.

Entrant finalement dans la raffinerie, son regard glissa tout autour d’elle, cherchant une employée des lieux. Il ne semblait y avoir personne, tous semblant occuper à elle ne savait trop quoi. Comme quoi l’endroit se voulait animer, ce qui n’était pas surprenant, avoir une menace de guerre qui semblait planer sur tout le Yuukan. Son regard se posa sur une rousse qui semblait travailler ici, se tenant derrière le comptoir. En quelques enjambées de sa démarche altière et l’agréable kunoichi se trouvait devant elle, lui adressant un large sourire bien digne de l’hypocrite qu’elle était. Ce masque qu’elle arborait était connu de tous, et pourtant, encore jamais personne n’avait douté de sa sincérité. Elle était douée, dans cet art qu’était prétendre, elle le faisait depuis toujours.

- Bonjour ! Je me présente, Tadaoki Asami. J’aimerais savoir s’il me serait possible de m’entretenir avec un Metaru ?

Son regard, curieux, s’attardait sur la jolie jeune femme, sans pour autant en être intimidante ou déplacée. Elle savait se montrer bien sympathique, aux yeux des gens. De presque tous sauf les quelques rares personnes qui eurent le malheur d’apercevoir ce qui se cachait derrière le voile. Elle parlait bien entendu de Sayo et de quelques autres personnes, très rares même, notamment un Metaru bien particulier, qu’elle ne pouvait bien malheureusement pas aller embêter avec sa demande. L’homme était beaucoup trop occupé, bien évidemment, avec son titre de Raikage.

- J’ai un projet, rien de bien gros, concernant une armure un peu particulière.

Restait plus qu’à savoir s’il y avait quelqu’un qui serait prêt à accepter le projet. Elle resta donc debout, tenant dans ses mains le dossier où se trouvait ses dessins et ses demandes spécifiques, attendant patiemment, toujours armée de son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 19 Fév 2018 - 16:25
Une journée comme une autre. En ce moment et depuis plusieurs moi, globalement mis à part du travail à la chaîne, en quelques sortes, que j'effectue à la raffinerie... Je n'ai rien fait de particulier. J'ai plus était ouvrière que Shinobi à vrai dire... Mais rien n'est trop bon pour l'effort de guerre. Nos bras armés ne vont pas l'être par magie, les lames se forgent à la sueur du front. Je me passe un linge humide pour éponger la sueur, ma tenue de travail qui n'a rien de particulier comparé aux autres travailleur est trempée de sueur et suintante d'huiles servant à entretenir et graissés les armes toutes neuves. Autant dire que je ne suis pas dans un très bel état, mais au moins toute "crottés" on fait moins attention à mes formes outrancièrement opulentes, on ne voit que l'ouvrière crasseuse qui fait les mêmes efforts que les autres.

Une journée comme une autre, je suis si dévouée et j'ai une telle envie de faire mes preuves que mon supérieur est obligé de m'imposer des pauses de temps à autre... Il a certainement peur que je finisse mal, c'est sûr que dans ce cas je ne serais plus utile à personne. Je vais prend un objet près du comptoir et à ce moment -lz, une personne arrive... Elle pense que je suis chargée de cela ? Mais non je... Mais personne d'autre autour. Elle se présente, j'étais sur le point de lui demander de s'adresser à un de mes collègues quand un cadre me fait signe de m'en occuper. Une manière comme une autre de me forcer à sociabiliser ? Décidément mes parents auront mis leurs grains de sel partout ? À moins qu'il n'ai juste pas envie de s'en occuper lui-même ?

Du coup, je soupire, puis fais une révérence trop basse, comme d'habitude.

"Bon... Bonjour..."

Evidement avec le vacarme autour, mon habitude de presque chuchoter plus que parler est handicapante. J'essaye de faire un effort.

"Bon... Bonjour..."

Qui est à peine plus convaincante à défaut d'être réellement audible. J'écoute la demande de ma cliente, essaye de lui répondre, mais même moi je ne suis pas sûre de m'entendre. À ce moment-là, monsieur Takuma passe. Il fait une pseudo révérence à la personne en fasse de moi après m'avoir mi une petite claque derrière la tête. Geste, pas assez violent pour être méchant et qui est plus la pour me remettre les pendules à l'heure et continue oralement d'ailleurs.

" Le bureau du fond idiote, profite en pour te rendre présentable tu vas t'occuper de sa commande."

Je n'ai rien à redire, je n'ai qu'à obéir, je m'incline face à lui alors qu'il a pris dans une main une touffe de mes cheveux pleins de gras, d'huile et de diverses autres substances en roulant des yeux. Puis il par, en râlant quelque chose du genre "A mon époque les jeunes filles..." et ainsi de suite... Il a quand même plus ou moins ignoré... je laisse tomber.

"Dé...Désolé..."

Je donne l'impression de forcer, pourtant je reste moins audible qu'une bonne majorité des personnes. Je mets une paire de gants propre et presque blanc pour prendre en main les plans, les consultes, vérifie quelques paramètres. Réaliste cela semble être le cas, réalisable tout à fait surtout pour une Metaru, même si je ne suis pas forcément d'un grand grade, j'ai de l'expérience. Parfait, je n'irai pas jusque-là par contre... Mais cela sera le genre de chose à régler avec elle par la suite, le rôle d'un artisan est aussi de conseiller, de suggérer et de créer le meilleur compromis entre désir et réalité. Je lui rends ses dessins, pas que je les ai déjà mémorisés, mais que j'ai peur de les abîmer.

Un instant, mon esprit s'égare, alors que je me rends compte que malgré un corps si svelte, si doux elle pourrait certainement m'arracher la tête... Quand je pense que j'ai usé d'une excuse aussi ridicule que des problèmes de santé pour justifier mon retard par rapport à mes cousins, frères et soeurs Metaru... Elle est le genre de personne qui me rappelle que je suis faible, autrement plus faible que j'ose me l'avouer. Tout ce que je peux faire, c'est travailler pour ceux qui nous défendent vraiment, puis attendre en espérant ne pas succomber...

J'ai une chambre de travail plus ou moins personnel près du bureau de mon supérieur direct. Je conduis notre invité à s'éloigner des gros oeuvres, on va dire que c'est un changement de niveau sonore appréciable quand on n'est pas habitué ou obligé de le subir. J'ai d'ailleurs un moment un petit sifflement dans les oreilles et l'air déconcentré, car... Je le suis. Je ne me suis pas encore présenté, pour la simplement et bonne raison que c'est inutile, je ne suis rien de plus qu'un marteau, un outil qui travaille et c'est généralement très bien comme ça. La plupart du temps ils veulent juste qu'on leur fase ce qu'ils veulent, ils ne sont pas la pour prendre le thé.

En parlant de travail, du peu que j'ai vu c'est du sur-mesure, plus que ça, c'est un projet on ne peut plus personne qu'elle a dû me présenter. Comme d'habitude, je le ferais avec toute ma volonté et mon savoir-faire, en y m’étant tout mon coeur. Je réobserve le tout, bien que je n'ai pas réellement le droit de poser de question de ce genre, je me demande sérieusement comment ça fonctionne. Le doute est tellement palpable sur mon visage, représenté entre autres par un sourcil relevé et une observation un peu longue de sa musculature, surtout de ses épaules d'ailleurs qu'il n'y a pas besoin d'être fin psychologue pour comprendre ce qui me passe par la tête.

Je me gratte la tête, retire une pièce en métal perdu dans la forêt épaisse et sauvage qu'est ma chevelure dont l'accessoire qui servait à à peu près maintenir le tout a sauté depuis un moment... Puis m'interroge. Avant de finalement me dire que ce ne sont pas mes histoires.

"Je... Je vais... Mo... M'occuper de... de vous... Mer... merci de votre fr votre confiance... et... et certainement... de votre patience......"

J'ai déjà eu affaire à des projets plus ambitieux et donc chronophage. Cela ne me fait pas peur, je m'étire dans une série de gestes pas forcement très gracieux, mais nécessaire pour mon bien-être et en remontant mes manches me rend compte que je me suis encore coupé... Parfait... Bon ba rien qu'un peu d'eau et le premier tissu accroché à la va-vite, noeud et se teintant légèrement de rouge ne peux corriger, j'ai mieux à faire.

"Il... Il y a... des con... des... des conditions particulières... Pour votre... votre demande ?"

Temps imparti ? Soin particulier à un élément ou un autre, matériaux spécifiques à devoir travailler ou importer. Ce genre de choses... J'attends sa réponse, avant de remarquer un peu plus loin un seau d'eau, regarde un grand tissu qui pourrait servir de paravent improvisé et... Non, je ne vais pas lui faire perdre de temps. J'aurais tout le loisir de me faire propre ce soir. En plus elle a certainement mieux à faire, d'ailleurs je l'écoute à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 19 Fév 2018 - 17:57
Une voix discrète, timide, la Tadaoki se demande si elle l’a entendu. Elle réitère et elle pense bien l’avoir entendu, cette fois-ci. Elle n’en fait cependant pas de cas, elle le sait comment les gens peuvent être. Après tout, il s’agit du talent de la marionnettiste que de savoir analyser les autres et ainsi se donner une bonne idée de comment pouvaient-ils bien être et peut-être même prévoir leurs réactions. Elle garda son large sourire, se voulant bienveillante, tandis que la flamme de son regard se veut réconfortante. Elle ne pouvait tout de même pas lui en vouloir pour si peu, déjà qu’elle était celle venant l’interrompre dans elle ne savait trop quoi. Elle était l'inopportune dans cette histoire, un dossier à la main, venant demander l’aide de quiconque pouvant s’attarder sur le projet qu’elle avait, venant d’une simple idée qui lui avait traversé l’esprit. Une marionnette haute de plus de deux mètres, qui serait assez large pour l’accueillir et lui laisser la chance d’effectuer ses techniques tout en offrant une sécurité des plus apprécier. Normalement, elle était en mesure de tenir ses ennemis à distance, se servant de ses autres marionnettes pour éviter qu’ils ne s’approchent, cependant, sous-estimer son adversaire était de commencer avec un retard certain dans le combat. Elle en était la preuve vivante alors que tous ceux ayant le malheur de la sous-estimer se retrouvait bien vite empoisonner. Si les griffes acérés pouvaient se montrer menaçantes, c’est qu’ils n’avaient pas encore tout vu de sa fourberie, affichant une arme pour mieux pouvoir les prendre du revers avec un poison pouvant aller de désagréable à dévastateur.

- Ne vous excusez pas, c’est déjà bien aimable à vous de vous charger ma commande.

D’une voix douce, presque caressante, alors qu’elle cherche à rassurer la demoiselle qui semble un peu désemparée. Son regard était rapidement passé sur celui lui ayant exigé presque de se rendre dans un bureau, la cacophonie ambiante ne devait pas aider à son ton qui se voulait presque inaudible. Ce n’était pas une si mauvaise idée, au final. Or, avant de commencer quoique ce soit, elle lui tend le dossier qu’elle tient, ne serait-ce que pour s’assurer que c’était possible. Il y a plusieurs pièces qu’elle souhaite avoir, du métal le plus solide qu’elle pourrait se procurer tout en ayant une légèreté certaine, ne voulant pas non plus d’une marionnette beaucoup trop lourde, cela lui demanderait beaucoup trop d’énergie et là n’était pas l’idée que de s’épuiser trop vite pour une erreur qui pouvait aisément être éviter. Elle l’observe, son regard détaillant la jeune femme sans en être indiscret, cherchant seulement à savoir qui elle a sous les yeux. Elle suspecte une Metaru, alors qu’elle est chargée de s’occuper désormais de son projet, mais outre cela, elle ne l’a peut-être, au mieux, que croiser une ou deux fois au village. Son visage ne lui dit rien et elle était convaincue qu’elle n’aurait pas oublié de telles formes de si tôt.

Elle la suit jusque dans son bureau de sa démarche altière, bien digne de la jeune femme de bonne famille qu’elle est, ignorant les quelques regards masculins qui se perdent dans leur direction. Si la jeune femme se devait très certainement d’être ravissante, l’état actuel de sa tenue tout comme de ses cheveux pouvait sûrement en rebuter plus d’un, tandis qu’Asami, de son côté, affichait classe et bon goût, d’une tenue soignée qui mettait en valeur ses courbes plus qu’intéressantes sans pour autant en être vulgaire ou même indécente. Elle se savait désirable et elle s’en jouait donc d’une innocence désarmante, alors qu’elle se faisait un plaisir de souligner ses atouts sans pour autant sembler le faire volontairement.

Une fois à l’intérieure d’une salle plus tranquille, tenant le dossier dans ses mains, elle affiche toujours ce sourire qu’elle adresse à qui veut bien la regarder. La jeune femme semble gênée, cela ne fait aucun doute, et elle en vient donc à se demander s’il s’agit de son état naturel ou tout simplement sa personne ? Et pourtant, elle faisait attention, alors qu’elle s’assurait de ne rien laisser paraître des pensées qui l’habitaient, de l’aura presque menaçante qu’elle pouvait avoir par moment. Elle n’était qu’une gentille jeune kunoichi, avec un désir ardent de servir son village et un besoin constant de s’améliorer, ne serait-ce qu’en arrivant avec de nouvelles idées pour compléter son arsenal et ainsi lui permettre d’atteindre un niveau qu’elle n’aurait pas cru possible quelques années plus tôt, lorsqu’elle commençait tout juste son apprentissage avec comme seul aide les nombreux livres de la grande bibliothèque de Kumo.

- Je suis celle qui devrait vous remercier, d’accepter ainsi de vous occupez de mon projet. Je n’ai pas spécialement de conditions particulières, pour tout dire… Le plus rapidement possible, cela ne fait aucun doute, mais je sais me montrer patiente, ne vous en faites pas avec ça. La seule chose importante serait que les pièces soient les plus légères possibles, tout en offrant une bonne protection. Je ne sais pas si c’est possible ?

La belle brune incline doucement la tête, un sourcil arqué alors qu’elle n’est pas certaine de connaître exactement comme est-ce que tout cela fonctionne. Elle se contente donc d’observer la rousse de son regard de flamme, ces prunelles carmin qu’elle tient de son père. Elle semble elle-même un peu hésitante tandis qu’elle n’est pas certaine de ce qu’elle est en droit de demander et ce qu’elle ne pouvait pas. Il s’agissait, après tout, de l’art des Metaru, propre au grand clan qu’ils étaient. Elle ne souhaitait donc pas abuser non plus, mais il lui semblait nécessaire d’avoir de leur aide. Elle qui concevait toujours ses marionnettes seules, les montant de toute pièce en y mettant corps et âme, pour un projet comme celui-ci, elle n’avait eu d’autres choix que de s’adresser à d’autres. Il fallait que son armure soit solide si elle souhaitait qu’elle en vaille la peine.

- J’aimerais toutefois pouvoir en discuter plus amplement avec vous et j’imagine qu’il ne doit pas être agréable d’afficher ainsi les vestiges de votre dernier travail. Son ton se veut légèrement amusé, bien qu’aussi compréhensif. La Metaru semblait dévouée à son travail, ce qui était bien pour elle. Je peux sagement vous attendre ici, j’ai toute la journée devant moi.

Ce qui n’était pas faux. Elle lui offrait donc le loisir d’aller se changer, pourquoi pas nettoyer de l’huile et autre qu’elle avait encore dans ses cheveux, elle allait effectivement sagement l’attendre ici. Elle avait tout son temps, et puis, la Tadaoki possédait une patience légendaire, ce qui se voulait nécessaire lorsqu’elle se lançait dans de longs projets. Shuuhei l’avait très certainement remarqué à ses dépens, que rien ne pouvait l’arrêter et qu’il était toujours qu’une question de temps avant qu’elle ne parvienne à ses fins.

- Puis-je avoir votre nom ?

Autant savoir à qui s’adressait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 19 Fév 2018 - 23:01
Aimable ? C'est mon travail. Par contre, c'est avec un certain amour du travail que je m'occuperai de sa demande. Elle est si... Gentille, j'ai... C'est comme si j'avais une grande soeur. C'est idiot, mais c'est agréable. J'imagine que tous les shinobi, comme tous les guerriers ne sont pas de froide et implacable machines à tuer. En même temps, je ne le suis pas alors pourquoi est-ce que cela m'étonnerait pour une autre. Pourquoi penser que le devoir implique forcement une certaine manière d'être plus... Machinale ? C'est tout moi de penser ce genre de chose, d'erreurs, de bêtises ou simplement m'étonner de l'inverse. Me perdre dans une pensée aussi futile aussi alors que je suis devant une cliente d'ailleurs.

Elle est douce, me remercie encore alors que je ne fais rien de particulier ? N'est-ce pas ? C'est mon travail et... Voir une personne si bien, enfin qui a l'air de l'être et qui se conduit ainsi j'ai presque... Je suis... Gênée, je crois ? Mais non, je dois penser au travail. Solide, mais léger. C'est contradictoire dans un sens, mais en réalité pas autant que ça en a l'air. Pour beaucoup, pour qu'une pièce en métal soit solide, elle doit être pleine. Or ! Des plaques de métal, suffisamment épaisse pour résister à des coups et avec au coeur une structure particulières.

"Base... Non... non pleine ?"

C'est plus une réflexion qu'une question, c'est une piste a suivre, mais je ne suis pas qu'une simple artisane, je suis une Metaru et en tant que tel, je me dois d'aller au bout des choses. Je serais tenté de tester une structure en alvéole, de nid d'abeille, cela risque d'être compliqué... Enfin soit ! J'aurais tout le temps de réfléchir et faire des tests. Puisqu'une longue explication n'est pas envisageable avec mon éloquence défaillante. J'utilise mes talents particuliers pour former , modeler et forger deux cubes. Un plein et donc bien lourd, un second qui est constitué de faces en métal, mais avec en guise de remplissage des volumes creux... Bah une structure en nid d'abeille donc. Avant de lui tendre, elle n'aura aucune difficulté à sentir la différence.

"Une... Une... Po... Possibilité..."

Puis en observant les cubes, j'ajoute tout de même.

"Il... Il... Il Faudra faire... des... des prototypes. Mais... De différend... Alliages."

Je me doute qu'un rapport qualité, solidité et densité satisfaisante ne sera pas comblé par un simple métal. Comme elle le dit elle-même, il sera préférable d'en discuter, mais aussi de faire des essais, des erreurs peut-être et finalement arriver à un beau résultat. Ah ! Les travaux sur mesure, les projets imaginaires, une aventure à chaque création avec... Bref. Aussi un petit coup de propre ne serait pas totalement inapproprié. Mais pas aller jusqu'a la faire patienter le temps d'un bain complet, un rafraichissement suffira. Ainsi, alors qu'elle me demande mon nom, je place une sorte de drap en l'accrochant à un meuble et le tends pour faire un paravent improvisé. Vais chercher une robe simple... N'ayant pas une tenue de rechange et pouvant porter un tablier par-dessus celle-ci et place le seau d'eau, une éponge derrière la séparation improvisée. Si je suis bien cachée à la vue de quiconque viendrait à entrer dans la pièce... Ce n'est pas forcement le cas pour les personnes déjà présentes. Mais en même temps, c'est une femme pourquoi je devrai m'en faire. Si ça la gêne, elle regardera ailleurs et sinon j'ai mieux à penser. Bref ! Pendant que je me déshabille et mets le tas de tissus huileux et graisseux dans un grand sac de toile pour futur nettoyage... Ou incinération si nécessaire, je lui réponds.

"Me... Metaru... Hi... Himeka."

Avec la raffinerie autour, la pièce est loin d'être froide, si bien que le contraste avec l'eau qui elle est fraiche me saisit. Alors que je me frotte et enlève l'essentiel de ce qui me salit, avec des petits tremblements et à cause de l'apriori, des mouvements un peu trop lents à mon goût. Des petits sursauts aussi, je fais un peu mon enfant j'avoue. J'en ai la chair de poule même, ainsi que tous les effets possibles applicables par du trop froid sur ma peau sur lequel je ne m'étendrai pas. Bon, pour mon dos on verra ça plus tard. Je me sens quand même bien mieux, je me passe un linge sec sur la peau avant de passer la robe. Je retire la protection de tissu et sort de la pièce pour aller le vider et faire sortir le sac contenant la tenue souillée. Puis revient un tablier de cuir à la main... Bon je risque de finir encore dans un bien vilain état, mais au moins maintenant je ressemble à quelque chose, pour le moment en tout cas.

"Mer... merci. Et désolé."

Par contre, je me demande si cela serait vraiment intéressant qu'elle reste tout le long du processus de création. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus fascinant à voir, surtout que cela pourrait être particulièrement long. En attendant d'entamer le gros oeuvre, on pourrait... Discuter ? Enfin si je n'étais pas moi ça serait probable, mais dans mon cas, discuter ça va être dur.

"Un... Un thé ?"

Je crois que c'est commun de discuter autour d'une collation ? Je vais peut-être réussir à être intelligible, comme avec Hisao par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Mar 20 Fév 2018 - 17:30
La Tadaoki se pencha légèrement vers l’avant, se rapprochant ainsi un peu plus de la rousse qui parlait doucement, peut-être même un peu trop. Or, elle s’intéressait à ce qu’elle disait, l’écoutait religieusement et donc, du même coup, ne souhaitait rien manquer de ce qu’elle pouvait exprimer. Elle en vint à se demander ce qu’elle pourrait faire pour qu’elle soit plus à l’aise dans la discussion. Ou, tout du moins, qu’elle s’adresse à elle plus franchement et avec plus d’aisance. Elle ne savait pas trop mais, confiante de ses compétences, elle était convaincue d’y arriver. Il lui faudrait seulement observer la jeune femme un peu plus longtemps, trouver ce qui causait soucis. Sûrement était-elle simplement naturellement timide, ce qui serait un défi supplémentaire, mais elle ne doutait nullement de ses capacités à mettre les autres à l’aise en sa présence.

Curieuse, elle se saisit des deux cubes et leur différence de poids était flagrante. Nécessairement, la marionnettiste préférait le plus léger des deux, ne souhaitant pas s’épuise inutilement à maîtriser quelque chose qui serait beaucoup trop lourd pour l’usage qu’elle comptait en faire. Une possibilité, comme elle le disait, mais déjà, elle avait l’impression d’être sur la bonne voie. Si d’ordinaire elle préférait être la seule créatrice de ces petites bêtes qu’elle amenait au combat, sur ce coup-ci, elle n’avait pu faire différent. Il lui fallait quelque chose de solide et c’était alors que les Metaru s’étaient imposés à elle. Elle aurait pu se décider de passer outre le métal, toutefois, elle était certaine que cela lui serait presque nécessaire. Le seul soucis ? Sûrement allait-elle devoir passer souvent pour venir faire réparer certaines pièces, si elle considérait la facilité déconcertante que certains pouvaient avoir à faire voler en éclat ses créatures désarticulées. Ce serait à voir en temps et lieu, et elle s’assurerait d’exprimer ce point éventuellement.

- J’ai tout mon temps et l’argent pour m’offrir vos services. Autant mettre les choses au clair, son prix serait le sien. Que l’on mette donc un peu de temps à trouver l’alliage parfait et le style de pièces que je veux, cela n’est pas un problème, bien au contraire.

Elle préférait même qu’elles s’attardent le plus longtemps sur cette partie, en serait-ce que parce qu’elle voulait le meilleur pour sa création. Lui proposant alors d’en discuter plus amplement, elle lui suggère aussi de prendre quelques instants pour elle. Elle est patiente et puis, elle sait se montrer compatissante. Elle-même n’aimerait pas avoir à travailler dans de telles conditions, et ce, quand bien même lui arrive-t-il fréquemment de devoir travailler avec les morts et ainsi se retrouver couverte de sang ou autre. Elle ne s’en formalise plus, s’y étant habituée. Les recherches des Tadaoki sont menées sur tout ce qui est mort, qu’il s’agisse de végétaux, d’animaux et même d’humains et elle a donc été élevée dans une atmosphère assez glauque. Or, elle comprend la jeune femme, elle-même préfère toujours se nettoyer lorsqu’elle sort de son atelier.

La belle brune est un peu surprise de voir ainsi la rousse élever une sorte de paravent, qui, s’il la cache sans aucun doute de quiconque personne pouvant faire interruption dans le bureau, laisse tout le loisir à celle ici présente de détailler les courbes de son corps. Elle en vint à se demander comment une demoiselle aussi timide pouvait se montrer aussi peu pudique. La pensée l’amusait alors que quelques questions traversèrent son esprit concernant la jeune femme. Fidèle à elle-même, elle préféra détourner la tête, lui laisser un peu d’intimité, et ce, malgré le fait que le corps de cette dernière se voulait très agréable à regarder. Elle-même possédait des formes qui attiraient nombreux regards, cependant, aux côtés de la Metaru, elle pouvait presque en être complexée. Si elle ne jouait pas son rôle à la perfection, peut-être se serait-elle laisser tenter de lui proposer de l’aider, ne serait-ce que pour son dos. Or, ce n’était pas la Tadaoki que tous connaissaient, qui se voulait charmante et agréable, sans en devenir indécente. Celle dont tous ignoraient si elle flirtait ou se contentait simplement d’être sympathique. De ce fait, elle ne pipa mot, quand bien même l’idée se voulait-elle intéressante et aurait même pu se montrer divertissante. À voir.

- Volontier pour le thé. Un sourire agréable. Vous n’avez pas à vous excuser. Elle se répétait, toujours d’un ton doux. Encore moins alors que je suis celle vous ayant proposé de vous mettre plus à l’aise. Et parlant d’être plus à l’aise, y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider à vous adresser à moi ?

Elle était soucieuse, tout simplement. Il n’y avait aucune critique dans ce qu’elle disait. Il s’agissait surtout que, alors qu’elles devraient très certainement travailler ensemble, Asami car il s’agissait de son projet, Himeka parce qu’elle serait celle à l’aider, cela pourrait être difficile si elle continuait de chuchoter ses paroles. La marionnettiste se savait intimidante de par la confiance qu’elle dégageait, cependant, il lui semblait être de nature rassurante, et donc, essayait surtout de voir ce qu’elle pouvait changer dans sa façon de faire, là, maintenant, pour que son interlocutrice se montre sous un nouveau jour. Peut-être n’y arriverait-elle pas, toutefois, elle espérait, cela faciliterait sans aucun doute leur collaboration.

- Alors, Himeka… Elle avait mis une intonation particulière en prononçant son nom. Avez-vous quelques idées particulières d’alliage ?

N’étaient-elles pas là pour ça, après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Jeu 22 Fév 2018 - 12:10
Tout le temps et tout l'argent nécessaire. Cela est parfait, cela devrait l'être et pourtant, une petite voix me dit de faire attention. Pas de me méfier d'elle, mais de ce que je pourrais faire. Comment ? Et bien, s'il ya le rapport entre la solidité et le poids a prendre en compte, il yen a un autre que je n'ai pas encore abordé. Un plus subtile, plus vicieux... Plus singulier. La rareté des matériaux, sans parler de coût, plus un métal est particulier, même pire unique, plus il sera dur de trouver une personne capable de le manier et de lui faire des pièces de rechange. Aller très loin dans ce domaine, ça serait m'assurer une cliente "fidele" par nécessité plus que par choix. Mais est-ce que ça serait bien ? Commercialement parlant, tout à fait, mais est-ce que notre nation à besoin d'individualisme ? D'un autre côté, je pourrais partir sur des alliages plus commun, plus simple à reproduire, ainsi même si... ou plutôt quand je viendrai à disparaitre, elle pourrait elle ou une autre personne souhaitant la même chose, se faire réapprovisionner bien plus facilement. Quitte à passer pour une amatrice qui ne connait pas les subtils arcanes des méthodes et matériaux qui demandent plus de travail et de recherche.

Une pensée assez grotesque, mais prenant assurément ma concentration en otage alors que je me change. Que je lui propose un thé et qu'elle me demande comment être plus à l'aise. Elle me mange, suffisamment en tout cas pour ne pas réfléchir à ma réponse qui arrive plus vite à mes lèvres qu'a mon esprit.

"Rien... Qui ne soit pas... pas affreusement gênant à demander..."

Des mots qui dépassent la pensée, je ne suis même pas sûre moi-même de savoir ce que je voulais dire par la en fait. C'est tellement le cas que je ne me rends pas compte de l'énormité de mes paroles. Heureux est l'idiot dit-on ? Quelque chose dans ce genre, mais je ne me souviens plus trop. Sans même réaliser cela, j'en reviens au plus important pour moi au moment présent, soit lui répondre, ça serait impolie sinon n'est-ce pas ? Néanmoins, la réponse n'est pas plus évidente maintenant que l'instant d'avant même si elle devrait l'être.

" En fait... Oui... et non... C'est... C'est compliqué...Je... Ne... Je... "

Ce serait le moment parfait pour essayer de représenter un problème à défaut de pouvoir l'expliquer. Mais ce n'est pas possible, pas toujours. Une image vaut parfois mille mots, mais je ne trouve aucune représentation de ce que j'imagine. J'essaye de gagner du temps en allant faire bouillir de l'eau, en préparant le nécessaire pour le thé. Mais je vais devoir me faire violence. Je vais devoir... ?

J'attends que l'eau chauffe, entre temps et au milieu d'une bouillie de sons, quelques mots tentent d'émerger sans succès :

" Efficace... Com... complexité... Com... compromis... "

Dans une mer imbuvable de terme bancal, c'est ce qui ressort. J'essaye pourtant juste de lui dire que je veux trouver quelque chose d'assez bien pour lui convenir, sans rendre le fait de changer les pièces trop couteux, long, ou difficile. C'est à peu près tout, je crois, pas que je ne pourrais pas fournir même le plus complexe des matériaux, mais le temps que cela soit le cas, moi ou un autre Metaru, cela ne risque pas d'être trop tard ?

Je fulmine, je rage. Je serre les dents, frustrée par ma propre incapacité à ne pas gêner autrui par mes manières et mes défauts chroniques. Je suis un poids pour moi, mais aussi, et surtout pour les autres. Mâchoire et poing serrer, une larme roulant sur ma joue comme une pauvre gamine. Elle est belle l'élite Metaru n'est-ce pas ? L'idée, la problématique n'étant plus de savoir s'il ya quelque chose à dire, a présenté, mais aussi et surtout... Comment ? Car, comme tout bon cercle vicieux, le problème s'auto alimente pour rester encore plus insolvable et frustrant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Ven 23 Fév 2018 - 7:51
Affreusement gênant à demander ? Mais où voulait-elle en venir ? La Tadaoki s’en retrouvait presque pris de court, elle qui, pourtant, portait une attention particulière à analyser les autres et ainsi pouvoir prédire leur réaction. Oh, ce n’était pas déplaisant, cette surprise qu’elle n’afficha pas, bien au contraire même. La routine se voulait terrible pour celle en quête de divertissement et, au final, il n’y avait bien que les humains pour être intéressants. Malgré sa timidité évidente, cette dernière venait de gagner quelques points auprès de celle qui avait pour habitude de se lasser rapidement des autres. Pour l’instant, elle était encore intéressante à ses yeux, voir même plus qu’au départ. Et puis, peut-être arriverait-elle à percer cette coquille, faire s’effondrer le mur qu’elle semblait avoir dressé autour d’elle. Elle ne le ferait pas par soucis de la jeune femme ni même par bonté, se voulant beaucoup trop égoïste pour cela, cependant, elle se faisait toujours un plaisir d’en apprendre plus sur les autres. Surtout lorsque ces autres personnes se trouvaient à être aussi discrètes. Une certaine satisfaction personnelle, tout simplement.

L’observant préparer le thé et s’emmêler dans ses mots, elle pouvait presque la trouver mignonne. Son discours manquait de contenu, de sens et elle semblait tenter d'étouffer ses dernières paroles dans la tâche qu’elle cherchait à accomplir : faire du thé. Dans son infinie bonté, se trouvant à être une kunoichi respirant la bienveillance, elle se leva, quittant ainsi son siège pour se retrouver en quelques instants à peine à la hauteur de la rousse, cette dernière se trouvant à être plus grande qu’elle. Outrepassant peut-être bien certaines limites, mais agissant avec une douceur qui lui était propre, la jeune demoiselle força sa cadette à se concentrer sur elle, venant glisser une main délicatement contre sa joue, chassant l’unique larme y ayant trouver chemin de son pouce.

- Himeka, je peux te tutoyer ?

Elle voulait tout de même se montrer respectueuse. Or, si elle était pour travailler avec elle sur ce projet, qui se voudrait sûrement chronophage et impliquerait certainement qu’elle en vienne à la voir plus ou moins fréquemment pour les réparations, elles se devaient de partir sur une bonne base. Ses prunelles de flammes se posèrent donc sur la jeune femme, venant croiser son regard. Asami se devait désormais de jouer la carte de la compassion alors qu’elle souhaitait, dans le meilleur des mondes, que son interlocutrice se montre plus à l’aise avec elle. Ou, tout du moins, soit en mesure d’enchaîner plus que deux mots d’une voix plus audible. Elle relâcha finalement sa joue, sans pour autant la quitter sur regard.

- On ne se connait pas et j’en ai bien conscience. Toutefois, tu t’es montré assez aimable pour vouloir prendre en charge mon projet et donc, cela fait donc de toi ma personne référence dès que j’ai un soucis avec un armure ou si elle se fait trop abimée. De ce fait, s’il y a quoique ce soit que je peux faire pour nous aider dans cette collaboration, tu n’as qu’à dire.

Le sourire qu’elle lui adressait était doux et sincère, tandis qu’elle se tenait toujours devant elle, le visage légèrement relevée pour pouvoir la regarder dans les yeux et ainsi peut-être bien la convaincre. Son ton, aussi ferme avait-il était, démontrait encore une fois toute la douceur dont pouvait faire preuve la kunoichi. Elle était délicate, tant dans sa façon d’être et de s’exprimant, tout en cherchant à se montrer rassurante. Ce jeu qu’elle jouait depuis des années, alors que prétendre lui était d’une facilité déconcertante.

- Il n’y a rien de trop gênant à demander, je ne suis pas ici pour te juger, d’accord ?

Le message s’étant fait entendre, elle se décida alors de retourner prendre place sur sa chaise, sans se départir de son sourire.

- Ce n’est pas une critique, tu sais. Je souhaite réellement que tu sois bien dans cette collaboration.

Toujours de cette gentillesse bien digne d’elle alors qu’elle faisait souvent passer les autres avant elle-même. Du moins, en apparence, de ce que tous savaient d’elle. Elle espérait seulement ne pas avoir brusquer la jeune femme, de son précédent contact physique. Une fois un peu plus détendue, du moins, elle l’espérait, peut-être pourraient-elles commencer à parler sérieusement du projet qu’elle lui avait amené, constituer de nombreuses pièces qu’elle souhaitait ajouter à sa marionnette en devenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Sam 24 Fév 2018 - 13:30
Elle ne pose pourtant qu'une question innocente, enfin qui n'a aucun sous-entendu ou autre et pourtant... Je rougis, devenant rouge comme un phare pour un simple "tu". Bon bah, la demande affreusement gênante n'est plus nécessaire puisqu'elle détruit un à un tout mur ou pilier sociaux en face d'elle. Un instant, je suis même jalouse, envieuse face à une personne pouvant être plus proche d'une inconnue, plus familière que je ne peux l'être avec mes proches.

Bon, la main sur ma joue est aussi une raison à ça, c'est les deux, un enchainement de petites attaques... Même si cela n'a rien de violent, de désagréable... Au contraire. Mon regard fuit, je n'ose pas bouger et pourtant... Je ne fais rien pour la repousser. Au contraire, un petit instant, sans discrétion ni subtilité ma joue se caresse contre sa main comme un chat qui réclame des caresses. Affreusement gênant est déjà bien dépassé maintenant...

Assez aimable pour accepter ? À la base ce n'est pas un choix, mais c'est vrai que je réponds à ses exigences, qui n'en sont même pas, de tout mon coeur.

" Vous... Tu en a fait déjà... Beaucoup... "

Cela répond aussi à la question, de manière particulièrement indirecte par contre. Un instant durant, un regard gêné lui est adressé avec un petit sourire. Si j'ai bien le corps d'une jeune femme, on ne peut pas dire que le mental suit, je donne plus l'impression d'être une petite fille et... Ce n'est pas si faux. Un moment d'illumination qui disparait aussi rapidement qu'il est venu, mais qui montre bien qu'il y a un certain quelque chose de possible, le reste se sera une affaire de temps... Certainement.

Elle retourne à sa place, me laissant debout, immobile avec une main sur le coeur et une respiration forte et chaude. J'inspire profondément, le temps de me calmer un peu et de me reprendre un minimum. Bon le travail ! Je dois... Oui... Matériaux, alliage. Je ? Je vais déjà prendre un grand livre et consulte certaines bases, il ne faut pas exagérer on ne peut pas tout retenir. Donc, je lis... Ni matériaux trop rare, ni lourd... Je... Je la regarde un instant, cela doit faire un petit moment qu'elle attend, entre-temps je lui ai servi le thé au moins une fois. Pourquoi pas ? Cette matière obtenue avec de la bauxite ? Le problème, c'est avec quoi et comment. Si d'autre ci sont cassé les dents, je ne risque pas de faire... mieux. En même temps, ont-ils eu le temps de faire autant d'essais que je pourrais le faire et la "triche" d'être metaru, ce qui procure certains avantages.

Je la regarde finalement, un air interrogateur, légèrement perdu sur le visage. Partir sur une valeur sûre, ou de l'expérimentation optimiste... Son sourire... Elle me fait confiance, mais elle a ses propres impératifs. Hmmm ? Je regarde les cubes que j'avais faits plus tôt... Pourquoi pas les deux ? C'est le plus sage.

" Je... Je vais faire... Des essais. Je vous... Je t'apporterai les résultats concluent ? Si tu veux... Enfin... Juste temporairement. Je vais te faire ça... Dans... Des matériaux plus bruts... Mais... Au moins tu pourras commencer à faire... À faire ce que tu as à faire...Enfin si tu veux..."

Je ne suis pas forcement plus comfiante, mais au moins je formule de presque vraies phrases n'est-ce pas. On va dire que le passage de personnes comme Hisao se fait sentir.

***

Le temps passe, le temps de me documenter, d'interroger les "anciens" et de me procurer ici et la ce qu'il faut. L'avantage de la raffinerie, c'est que nul passage au marché n'est à faire. On nous livre au pire, on l'a déjà en général sauf is c'est trop exotique. Je ne sais pas trop ce qu'elle a fait, mais je l'ai prévenu que c'était inutile d'attendre. Après tout, je peux la prévenir quand j'aurais les premiers résultats.

Premiers essais, premières erreurs... La bauxite c'était certainement une fausse bonne idée, en tout cas, je suis certaine d'y passer un certain temps à lui faire cracher ses secrets... Ainsi qu'une partie de ma masse capillaire si je m'énerve trop et tire encore dessus. Ce qui fut a un moment un bureau à peu près ranger, se transforme comme a chaque fois qu'il s'agit d'essais, de recherche en une sorte de chaos sans nom. Des notes accrochées partout, des tableaux remplis de formule chimique, de mélange plus ou moins foireux exprimé en termes étranges et barrés ou non avec des annotations écris de manière plus ou moins furieuse ou calme suivant le taux d'échec lié... Des bouts de prototype ici et la, des tas de pièces ratés dans des caisses et près pour le recyclage. Bref, ce fut un bureau, maintenant c'est une décharge avec sa folle au milieu.

Néanmoins, au milieu de tout cela, en plus d'une Metaru a bout, les bras maculés de traces de brulée sous la forme d'un jet de gouttelette suite à un certain incident... Le métal liquide ça ne pardonne pas... En tout cas, j'ai découvert une chose... Ce métal, quand on lui fait faire des bains spécifiques et en jouant avec le courant électrique... Merci le raiton.. et bien... En plus d'être un peu mieux, on peut le colorer...

"Youpis..."

Sans crier gare, une main sur mon épaule me retourne et il me prend un bras pour voir l'étendue des dégâts. Mon supérieur, toujours aussi "délicat" et même si j'ai voulu reculer et retirer celui-ci, sa poigne et trop forte. Il me lâche, je recule l'air gêné et énervé.

" Encore un incident comme celui de l'autre jour et je t'interdirai de nouveaux essais sur ce... Truc."

Ce truc, c'est un métal, un futur alliage et je suis certaine qu'il répondra aux besoins de ma cliente... Peut-être même d'autres plus tard. Il semble un peu plus froid qu'habituellement, pour lui c'est une perte de temps, je pourrais faire bien plus de choses si je ne restais pas à mettre toute mon énergie sur un travail en particulier. Il passe à côté d'un tableau, l'observe. " Idiote..." Efface une paire de valeurs et les... Coriges ? Pour quelqu'un dis ne pas connaitre le sujet il semble particulièrement sûr de ce qu'il vient d'écrire. Cela vaut le coup de...

***

Finalement... C'est loin d'être parfait, mais j'ai des premiers cubes de test empiler comme les jouets pour enfants et qui furent la base de... Bon, un petit résumé des tests sur ce métal bizarroïde : Masse faible, ça tombe bien il faut que ce soit léger. Il résiste bien à la corrosion... Donc à l'acide, bon pas sûr que ça lui soit utile... À moins qu'elle utilise du poison ou des produits similaires ou qu'elle soit attaquée par les mêmes choses ? À prendre ne compte en fait. Caractéristiques mécaniques intéressantes, sans entrer dans les détails, ça permet pleins de choses utiles en tant que matériel ce qui est le but, en plus même sans être metaru l'usinage de ce matériel est quand même plus évident que du fer par exemple. Par contre... sa faible résistance à l'usure et à la fatigue mécanique c'est une gêne. En même temps les outils ninja on rarement le temps de durer asses longtemps pour que ce soit une vraie gêne. Puis bon, ce truc est "elastique" enfin par rapport à un autre métal ou certain alliage j'entends, le déformer à la main ce" n'est pas envisageable, mais après quelques coups...

Bref, quand je saurai le maîtriser ça sera bien. Par contre niveau mélange, est capricieux... Pour le moment, a part avec du cuivre, aucun résultat probant. Cela le rend plus dur, mais diminue nettement sa protection face à la corrosion. Néanmoins, cela reste une avancée, suffirait de faire les pièces susceptibles d'être en présence de produits caustiques sans mélange et les plaques supérieurs avec ? À voir avec Asami, d'ailleurs en parlant du loup elle arrivera certainement sous peux.

Avant qu'elle n'arrive je vais me laver, vraiment cette fois, allant jusqu'a me mettre un peu de maquillage et me pouponnant... Cheveux attacher, quelques petits accessoires et même une belle tenue. Une fois sur mon trente-et-un je... Rassemble les prototypes fonctionnels en les triant de sorte à avoir du plus léger et fragile au plus dur et solide. Divers essais, remplissage, formes, épaisseurs... Bref, autant dire qu'il yen a un gros paquet et vu la taille des pièces ça en prend de la place, surtout au milieu de ce fatras. D'ailleurs, je fais particulièrement tâche, toute clinquante au milieu de cette pièce dans un état pitoyable... Mais bon elle était toute jolie, je n'ai pas envie d'être encore... Moi... Enfin une moi travailleuse et souillon. Puis bon, je pourrais salir sa main, encore si... si... Petit cris gênés et les joues rouges.

Dites-moi qu'elle n'a rien entendu ? Non ce n'est pas le cas... Je me tourne vers elle, essayant d'être naturelle, on sait tous que plus on tente d'avoir l'air naturelle et plus c'est artificiel est raté n'est-ce pas ? Je n'ose pas trop la regarder, néanmoins je m'approche d'elle. Proche, avec mon parfum fruité, sucrée qui sied plus à une gamine et pas d'une adulte. Un petit sourire satisfait sur mon visage, celui du travail bien fait... Mais aussi le joue légèrement en avant comme si j'attendais quelque chose. En fait, la seule chose qui rendrait cette scène plus ridicule et explicite, se serait que j'ai une queue comme un chien qui bat au rythme de mon coeur, parce que le regard presque suppliant lui, il y est.

" J'espère que ça conviendra... Te conviendras... En tout cas, j'ai bien avancée... Enfin je crois ? Je veux t'être utile... "

Je ne bégaye pas... Mais je marmonne, ce n'est pas forcement mieux, mais c'est une évolution en un sens on va dire. Le regard rivé sur sa main, les miennes derrière mon dos serré l'une contre l'autre et jouant nerveusement l'une avec l'autre. Cachant mes avant-bras et évitant tout contact avec pour des raisons évidentes... Gouttelette de métal en fusion tout ça, même un bon fond de teint ne peut pas entièrement cacher ça et en plus ça fait encore mal.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Dim 25 Fév 2018 - 13:30
Il avait donc été décidé qu’elle ferait quelques essaies et qu’elle la contacterait une fois obtiendrait-elle des résultats concluant quant au projet. Un projet qui lui était important tandis qu’il se voulait presque vital dans sa progression en tant que kunoichi. Elle avait parfaitement confiance de sa faiblesse physique et du progrès à ce niveau qui venait beaucoup trop lentement à son goût. Et donc, de ce fait, elle avait dû voir les choses différemments, ne serait-ce que parce qu’elle se devait de pallier rapidement à ce problème chez elle, chose que, malgré les entraînements, elle ne pouvait pas faire aussi vite qu’elle l’entendait. L’armure s’était donc imposée à elle et en tant que marionnettiste, tombait presque sous le sens. Une marionnette géante, plus grande et plus large qu’elle où elle pourrait se tenir en combat, qu’elle souhaitait renforcer d’un métal solide mais léger, autrement, son contrôle n’en serait que plus difficile et épuisant. Les pièces qu’elle souhaitait obtenir viendraient surtout renforcer la cage thoracique, où elle se tiendrait, mais aussi les articulations, préférant éviter qu’il se voit trop rapidement priver des ses membres. Et puis, avec les articulations en métal, cela lui permettrait plus de rapidité de mouvements, ce qu’elle souhaitait avoir au final.

Elle avait donc hocher de la tête, toujours avec son doux sourire, la remerciant avec une sincérité bien digne d’elle avant de quitter les lieux, lui laissant le dossier qu’elle avait amené, qu’elle ait donc tout sous la main pour penser à quelque chose pour elle. De son côté, la Tadaoki en était assez satisfaite, ne serait-ce que parce que cela la rendrait certainement plus redoutable lors d’un affrontement. Et puis, elle croyait avoir à chercher plus longtemps avant de trouver quelqu’un pour l’aider dans son projet, ce qui ne fut bien évidemment pas le cas. À croire qu’elle était bien tombée, et ce, malgré que celle s’en occupant se voulait prise d’une timidité presque maladive. En quitta la raffinerie, elle se demanda vaguement ce qu’elle pouvait faire à ce niveau-là, pour venir la rassurer et, pourquoi pas, l’amener à être plus à l’aise avec elle. Après tout, elle n’avait pas répondu à sa question, et donc, elle ne pouvait que mijoter sur la question, en espérant y trouver réponse.

***

Voilà qu’elle avait finalement des nouvelles de la Metaru, pour son plus grand bonheur. Elle avait donc enfilé une tenue bien digne d’elle-même, à savoir quelque chose de simple qui savait toutefois mettre en valeur les courbes voluptueuses qu’étaient les siennes. Femme fatale, cela ne faisait aucun doute, elle faisait toutefois mine d’être dotée d’une innocence crédible, se retrouvant donc à afficher ces formes dont elle était fière sans pour autant sembler en avoir réellement conscience. Elle garda ses cheveux détachés, les laissant tomber sur ses épaules et cascader dans son dos, dégageant quelques mèches de sa tignasse sombre qui lui tombaient devant le regard. Quittant la demeure Tadaoki, elle prit la direction de la raffinerie d’un pas assuré et motivé, un sourire flottant sur ses lèvres. Elle avait bien hâte de voir ce qu’elle avait à lui proposer.

De son côté, sa marionnette prenait forme. De plus de deux mètres de haut, au final, il ne manquait que les pièces de métal pour venir compléter celui qui viendrait s’ajouter à sa collection. Arrivée à la raffinerie, l’un des hommes à l’avant semblait l’avoir reconnu et lui indiqua donc qu’elle pouvait se rendre dans le bureau de la Metaru. Bien. Remerciant alors l’homme en lui adressant un doux sourire, de ceux qu’elle connaissait si bien, elle se dirigea vers le lieu de rendez-vous. Elle toqua à la porte avant de l’ouvrir, s’invitant alors dans le bureau qui semblait désormais plus être un champ de bataille qu’un bureau. Son regard se pose automatiquement sur la rousse à qui elle adresse un délicat sourire, inclinant doucement la tête en guise de salutation. Elle fit quelques pas dans la pièce, ses talons se faisant entendre contre le sol, alors qu’elle referme la porte derrière elle et que son regard glisse tout autour, presque admirative du travail de cette dernière.

Elle est mignonne, en réalité, cette jeune demoiselle. Levant doucement la main, elle vint effleurer sa joue dans un geste se voulant rassurant, inclinant elle-même la tête légèrement sur le côté, ne la quittant pas des yeux.

- Le simple fait que tu ais fait tout ça pour moi. Elle désigna tout ce qui les entourait. C’est plus qu’assez. Ne t’en fais pas, d’accord ? Et si tu me disais d’abord… Tu vas bien ?

Il n’était pas nécessaire de commencer directement avec la raison principale de sa visite. Elles pouvaient bien prendre le temps de discuter un peu, ou, tout du moins, d’échanger quelques banalités. En se dirigeant vers le bureau où se trouvait ce qu’elle était venue voir, son regard s’accrocha aux bras que la rousse semblait vouloir dissimuler. Sans la brusquer, elle vint prendre l’un de ses bras de sa fine maine, l’observant avant de relever son regard vers la jeune femme, se montrant désormais inquiète. Il fallait être stupide pour ne pas comprendre d’où provenaient les marques sur son bras, et, bien malheureusement pour elle, Asami n’était pas stupide.

- Que s’est-il passé ?

Car si elle en avait une petite idée, à voir les équations et autres qui se trouvaient un peu partout, elle posait tout de même la question. Sa voix se voulait soucieuse et son regard levé vers le sien toujours aussi inquiet, tandis qu’elle se mordillait la lèvre inférieure, faisant mine de se sentir coupable du sort dont elle était la victime. Après tout, si elle n’avait pas travaillé sur son armure, elle n’en serait pas là. Pire encore, si elle n’avait pas cherché à répondre aux exigences qu’elle avait, voulant quelque chose de solide tout en étant particulièrement léger. Bien qu’elle ne se souciait jamais réellement des autres, égoïstes comme elle était, cela ne l’empêchait pas de jouer la comédie de façon terriblement crédible. Elle avait de l’expérience dans le domaine, endossant ce rôle depuis déjà plusieurs années, ayant ainsi eu tout le loisir de perfectionner son masque.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Dim 25 Fév 2018 - 20:33
On en est là, j'attends, soucieuse de savoir ce qu'elle pensera de mon travail, soucieuse d'avoir son approbation... Comme une petite qui espère se faire féliciter par ses parents, j'imagine ? J'attends, l'observe et finalement elle arrive, cette main douce qui vient toucher mon visage me procurant une exquise sensation. Même si je rougis, je n'arrive pas à me contenir, me frottant à elle comme le ferait un félin en manque d'affection.

Puis finalement, comme toutes les choses qui ont une fin, elle retire celle-ci et ma salue, me gratifiant d'un sourire. Je lui réponds avec un à mon tour, je l'ai presque regardé dans les yeux dites donc. Presque... Mais il faut bien mettre un pied devant l'autre n'est-ce pas ?

Alors, ça te va hein ? Tu me le dis, à ses mots je souris de plus belle, mais pas un sourire gêné, même si je le suis encore... La fierté d'un travail bien fait, le plaisir d'être félicité pour cela, c'est... Agréable, un sourire radieux, c'est tout ce que cela m'inspire et je ne le cache pas. Dez la même manière que cette question polie que tu m'offres me fait du bien, on ne demande pas des nouvelles aux personnes a qui on n'accorde pas la moindre importance, n'est-ce pas ?

" Je... Oui ça va... Globalement. A un détail près on va dire. Rien d'important. "

Mais finalement elle remarque, tu remarques ce que j'appelle un léger détail. Je n'essayais pas réellement de le cacher, mais je ne le mettais pas plus en avant c'est sûr. Inconsciemment, j'ai peut-être voulu lui mentir, pour ne pas l'inquiéter, je pense. À moins que ce soit pour lui donner l'impression que tout va bien, en fait, c'est le cas non ?

Que c'est-il passé, hé bien tu va rire... En fait non. C'est pourtant tout bête.

" La voie de l'expérimentation est... Hasardeuse... Tortueuse et... Pleines de surprises... Pas toujours bonnes. "

C'est globalement ce qui s'est passé, puisqu'elle a vu cela, autant ne plus faire la mijaurée, ne plus essayer de cacher cela... Même si je ne le faisais pas, enfin je crois ? Découvrant, retirant mon haut me laissant en soutien-gorge, rouge à dentelle, mais surtout découvrant mes bras et... Ce n'est pas très joli à voir. Les traces de brulures vont jusqu'aux épaules, si ce n'est que des gouttelettes au niveau des avant-bras, à partir des coudes il y a des cloques grosses comme des... Des petits shuriken ? Mais rond, pas en forme d'étoile.

" Je ne... Je ne voulais pas te le cacher... Pas consciement en tout cas... ,Mais... Cela ne fait plus mal... Presque plus, les médicaments aides... "

Ainsi que des baumes, beaucoup de baumes. Le corps, comme un outil se répare, c'est juste plus long en général. J'ai beau penser ça, me dire cela, pourquoi je me justifie alors ? On ne le fait pas quand on a raison n'est-ce pas et j'ai raison, mais... Son regard, cet air, elle se mord la lèvre, elle... Elle...

" Je... Je vais bien ! "

Enfin oui, même si là je m'inquiète du fait qu'elle s'inquiète... Difficile à expliquer autrement, je ne veux pas qu'elle s'en veuille, c'est mon erreur c'est... Les yeux dans les yeux, je me rends compte que maintenant que j'ai osée mettre mes mains sur ses épaules... La tenant sur le côté certainement pour accentuer mon message par un contact physique... Je n'ose plus bouger. Qu'est-ce que j'ai fais je... Je retire mes mains, regarde le sol, remets mon haut et recule, lentement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Jeu 1 Mar 2018 - 0:21
Elle va bien, à un détail près, de ce qu’elle dit. Encore bien timide en sa présence, elle préfère ne pas insister, ne pas la brusquer, et ce, quand bien même a-t-elle idée qu’elle se sente plus à l’aise en sa présence. Passant à ses côtés, s’approchant du bureau, ce fut finalement ses bras qui attirent son attention. Nombreuses marques s’y trouvent et, jeune femme attentionnée oblige, elle s’en sait, délicatement, jetant un regard inquiet à la demoiselle. Était-ce dû à tous les divers tests qu’elle avait fait pour son armure ? Elle se sent dès lors coupable, se mordillant la lèvre inférieure. Si ce n’avait pas été de son projet, mais surtout, de ses demandes particulières, rien de tout cela ne se serait produit. Ou, tout du moins, elle ne se serait pas blessée de la sorte si elle n’avait pas cherché à créer ce dont elle avait exactement besoin.

Et elle n’avait pas tort. Cette dernière retira son haut, laissant ainsi tout le loisir à la demoiselle que de l’observer avec attention. Certes l’avait-elle déjà vu avec encore moins de vêtement, mais elle se devait d’admettre que ce soutien-gorge, en dentelle, d’un rouge saisissant, se voulait très intéressant. Un bien agréable spectacle pour la Tadaoki qui en vint cependant à se concentrer sur les blessures. Après tout, c’était ce qui, supposément, l’inquiétait. Levant la main vers elle, elle vint glisser ses doigts sur sa peau, passant de sa clavicule à son épaule, détaillant le résultat de ses nombreux effets. Une route tortueuse et hasardeuse.

Semblant s’emporter en tentant de la convaincre qu’il n’y avait rien, le regard enflammé de la marionnettiste vient rencontrer celui de la Metaru. Cette dernière posa même ses mains sur ses épaules, comme pour accentuer ce qu’elle lui disait, qu’elle allait bien.

- Je te crois.

Elle lui faisait confiance, après tout. Elle la regarda se rhabiller, suivant ses mouvements, avant de s’approcher d’elle et de l’attraper par le bras, la forçant à se retourner vers elle et de la regarder. Elle ne la connait pas beaucoup, cette demoiselle, et pourtant, elle prend beaucoup de liberté. Allez savoir pourquoi, ce n’était simplement pas dans l’habitude de la demoiselle de se gêner.

- Himeka. Je sais que tu vas bien, et je te crois quand tu me le dis. D’un geste délicat, sa main repasse sur sa joue. Je n’aime cependant pas savoir que tes expériences ont été aussi… Douloureuses. Surtout que c’est en parti de ma faute. Je n’aurais pas dû te demander quelque chose d’aussi compliqué. Tu aurais dû me le dire, tu sais…

Elle s’excusait donc, un sourire réconfortant aux lèvres, avant de finalement se rendre jusqu’au bureau. Elle n’avait effectivement pas traîner, pas alors que nombreux prototypes et tests se trouvaient sous ses yeux. S’approchant, elle en prit un dans ses mains, puis l’autre, testant notamment le poids de ces derniers. Certains se voulaient lourds, d’autres pas du tout. Peut-être se devait-elle de dire ce qu’elle comptait en faire ?

- J’imagine que tu as regardé les plans et qu’il ne s’agit pas d’une armure… Conventionnelle. Le torse est beaucoup trop large et trop grand, l’armure même beaucoup trop grande pour moi. Je suis une marionnettiste. Cette armure sera donc une marionnette, où je pourrai prendre place en son centre. C’est pour cela qu’elle se doit d’être légère, sans quoi la quantité de chakra nécessaire pour la déplacer serait beaucoup trop élevée.

Elle marqua une pause, continuant d’observer les prototypes.

- Comme toutes mes créations. Car elle fabriquait ses propres marionnettes. L’armure possédera nombreux mécanismes, dont divers poisons. Si ce n’est toujours pas le cas, certains pourraient s’avérer corrosif…

Une difficulté de plus, donc, concernant le métal. Elle secoua doucement sa tête de droite à gauche.

- Mais ça ce n’est pas important, j’aviserai.

Lui adressant un large sourire, elle lui proposa de lui présenter les pièces qui se trouvaient devant elle, toutes faites différemment, qu’elle puisse avec une idée de ce dont elle devait s’attendre de ces dernières, mais surtout, ce qu’il en retournait réellement. Car, d’un seul coup d’oeil, la marionnettiste peinait à faire la différence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Jeu 1 Mar 2018 - 18:59
Elle doit me croire, il le faut... Il faut que... Elle le dit, de toute évidence le message est passé. Néanmoins, le fait qu'elle soit encore inquiète, pire qu'elle s'en veuille par ma faute me fait du mal. C'est étrange, jamais je n'aurais pensé être aussi atteinte par l'avis d'une personne extérieur au clan et pourtant...

J'aurais dû lui dire et pourtant, au fond de moi j'ai une petite étincelle d'amour propre qui réagit.

" On n'avance pas... On n'évolue pas en... Il faut testé et raté pour... Enfin... Pour réussir. "

Oui, en plus je suis sûr qu'a moyens ou long terme, je pourrais utiliser ce matériel pour... Des trucs bien cool ! Enfin je pense. En plus, c'est loin d'être aussi rare que je l'imaginer il ya quelques jours. Si je peux réduire un peu la "pression" sur les stocks de fer en apportant un matériel pouvant juste en partie le remplacer... Bah. Enfin, c'est presque plus un rêve de grande fille qu'une réalité.

" C'était à moi de... De faire attention. Même si certaines réactions violentes était vraiment impossible a prévoir... Plus de protections, plus de... Un truc. Dans tous les cas ce n'est pas ta faute. "

En tout cas, il faut effectivement avancer et. Ce n'est pas une armure conventionnelle, une marionnette ! Mais oui... C'est tellement évident... Je suis vraiment stupide quand je mis met... Idiote, idiote, idiote ! Un soupire, une longue respiration puis un petit sourire. La table avec les prototypes, je me mets en face et pousse du bras la partie droite au sol dans un fatras, le tout en sifflotant. J'observe les deux lots de pièces les plus à droite, puis fais de même. Je viens la voir, prends délicatement son bras et observe à l'oeil et en m’étant une main dessus l'angle et le mouvement de son épaule. Il passe une petite image dans ma tête, me faisant trembler de dégout un petit instant en imaginant une chose pas très saine puis la relâche. Le tout avant de libérer la table de deux lots supplémentaire.

Au finale, il ne reste qu'un seul lot de pièce que je lui tends avec un grand sourire.

" Trie effectué... Moins solide certes, mais plus souple. Le plus résistant à la corrosion en prime. "

Bon on oublie les alliages de cuivre du coup, je testerai avec d'autres matériaux que ceux que j'avais a portés pour voir s'il ya la possibilité de rendre le tout plus solide, tout en conservant cette résistance bien pratique au vu de la demande. Je me rends compte à ce moment que je suis à moitié nue depuis un bon moment, pose les pièces et remets mon haut en rougissant. Bon, je nettoierai ce fatras plus tard, il va y avoir beaucoup de recyclage à faire aussi, mais ça, cela peut attendre.

" Il ne reste plus qu'a... Enfin... Les tester ? Je suis un peu nerveuse et excitée à cette idée... "

Est-ce que ça ira ? J'imagine que oui, les pièces suivent les cotes de ses documents au plus proche, le métal est bon, j'ai fait tout ce qu'il faut... Il me semble ? Si tout va bien, il ne restera qu'à aller à l'étape suivante. Une petite voit au fond de moi me dit que je n'aurais peut-être pas dû faire ça aussi bien, dans le cas contraire elle aurait eu encore besoin de moi et... C'est mal petite voix ! Très mal ! Méchante ! Non, elle mérite le meilleur et après... Je trouverai autre chose, d'autres gens à aider... Je...

" C'est que... Merci. Je... Enfin... Je me suis bien amusée à travailler sur ton projet et... Même si j'ai manqué de prudence certes... "

Un grand sourire, je la regarde dans les yeux, c'est bien mieux non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Dim 4 Mar 2018 - 4:31
Elle ne put que lui adresser un doux sourire. Elle cherchait à la rassurer, qu’elle ne se sente pas coupable, alors qu’au final, elle ne pouvait faire autrement. Après tout, sans son projet, la délicate peau de la Metaru ne se serait pas retrouvée dans un tel état. Elle n’argumenta cependant pas, ne souhaitant pas brusquer davantage la demoiselle, s’intéressant alors aux divers prototypes qui se trouvaient sur la table. Tous étaient différents et elle se doutait qu’ils avaient tous des propriétés différentes. Cependant, ne s’y connaissant pas spécialement, elle attendit que celle ayant confectionnée tout ça lui explique de quoi il en retournait réellement. Elle prit cependant quelques instants pour lui expliquer ce qu’était le projet, qui se trouvait à être bien plus qu’une armure, demandant alors une attention particulière quant au choix du métal.

La Tadaoki fut surprise, bien qu’affichant un sourire amusé, en observant la Metaru jeter au sol de nombreux modèles qu’elle avait à lui présenter. À croire qu’elle aurait dû lui apporter ce point bien plus tôt, quand à ce qui concernait l’utilité de l’armure. Ce fut donc un unique gagnant qui fut déposé dans ses mains. Un peu moins solide, mais très résistant à la corrosion. Ce pouvait donc être particulièrement intéressant pour celle qui usait et abusait de poisons lors de ses affrontements. Suivant les paroles de la rousse, cette dernière déclarait qu’il ne manquait plus qu’à tester pour finalement pouvoir user des pièces. Il en était bien vrai. Ses prunelles de flamme rencontrant son regard, elle répondit à son sourire. Cette dernière, malgré les difficultés rencontrées, semblait s’y être plu, à travailler sur ce projet qui tenait à coeur la marionnettiste. Finalement, hochant doucement de la tête, elle lui demanda d’attendre avant de sortir un parchemin de ses poches. L’instant d’après, une marionnette haute de plus de deux mètres apparut devant les deux jeunes femmes, certaines pièces manquantes et donc semblant avoir besoin d’être changées.

S’approchant donc, elle désigna ces divers endroits. Selon le plan qu’elle lui avait remis, il était évident de voir quelles pièces seraient donc changées par le métal, qui serait aussi ajouté à d’autres endroits. Une belle création, digne de la marionnettiste, qui fabriquait ses pantins, tout comme son poison, de ses propres mains.

- Ce sont donc là qu’iraient toutes les pièces. Oh, et elle va s’appeler Osoroshi.

Un thème avait été donné à ses pantins, qui portaient tous des noms un peu particulier. Osoroshi, soit terrifiant, ne serait-ce de par la puissance dont il ferait preuve. Par la suite, elle se retourna vers Himeka, un sourire aux lèvres, s’approchant d’elle pour venir la prendre dans ses bras, l’enlaçant d’une étreinte sincère. Qu’elle soit timide ou pas, il s’agissait de sa façon pour la remercier. Son visage vint donc se loger près de son cou, son souffle caressant innocemment sa peau.

Elle se détacha par la suite, non sans garder ses mains sur ses épaules, comme elle l’avait fait, lui adressant un large sourire radieux se voulant sincère.

- Merci Himeka, pour tout ce que tu as fait pour moi. Et tout ce que tu dois encore faire. Elle eut un léger rire. Y a-t-il quelque chose que je peux faire, pour te remercier ? Car j’ai conscience de t’en avoir demander beaucoup, pour cette armure.

Elle ne voulait donc pas abuser. Sa main sur son épaule glissa contre son bras, d’un contact léger et délicat, soulignant alors les blessures qui s’y trouvaient. Encore une fois, un geste semblant sans arrière pensée alors qu’elle guettait les réactions de la jeune femme. Timide et peu pudique, cela lui semblait être un mélange assez intéressant, ce qui l’incitait donc à vouloir en savoir un peu plus sur cette dernière. Elle était ainsi faite, cherchant à en apprendre toujours plus sur les réactions des autres, leur façon de voir les choses. Himeka n’échappait donc pas à cette règle, ni même à l’agréable torture dont elle venait d’être victime, d’un geste aussi lent et calculé de sa main descendant le long de son bras.

- Demande et n’hésite pas. Je ne veux pas de gêne entre nous deux, d’accord ? Je veux simplement savoir quoi faire pour te remercier comme il se doit. La travail que tu as fait est impressionnant.

Elle insistait. Sans elle, son armure n’aurait jamais pu être aussi performante. Certes n’avait-elle pas fini, et donc, elle ne pouvait pas la tester, toutefois, elle était convaincue que si cet essaie s’avérait ne pas fonctionner, la rousse essaierait quelque chose de nouveau. De mieux. Dans tous les cas, elle se devait tout de même de souligner son travail qui lui permettrait d’en être d’autant plus redoutable en combat. Les flammes de son regard ancré dans le sien, elle attendit patiemment.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Dim 4 Mar 2018 - 18:31
Plus qu'a tester, le reste ne sera que peaufinage et finition. Ainsi la boucle est bouclée, globalement mon travail est terminé même si j'aurais aimé que cela soit plus long. Mais je suis aussi heureuse d'avoir accomplie ma tâche, un mélange étrange d'amère et de sucrée en tout cas.

" Osoroshi donc... Original ? Étrange ? "

Unique, je graverai le nom sur les pièces finales, beaucoup croit que les objets ont une âme est il n'est pas rare de le faire surtout sur les armes de certaines personnes. Avant que je puisse réellement réagir, elle m'enlace, se love contre moi et... J'aime ça. On pourrait croire que je resterai interdite et incapable de bouger, mais... Au contraire, je la serre fort, laissant mes mains lui caresser le dos et serrant un peu des dents quand certaines parties de mes bras appuient trop sur elle... Oui les brûlures ça ne pardonne pas. Pourtant, le positif contrebalance bien largement les petites incommodités ainsi générées. En fait, je suis tellement bien que j'en viens presque à émettre ce qui ressemble de loin à une sorte de ronronnement grossier... Ce qui est assez gênant au fond, mais dans l'immédiat je m'en fiche, je profite na !

Ce contact à la fois trop court et trop long, elle me quitte... Enfin elle se sépare de moi. Je la regarde, avec cette petite mou voulant dire presque explicitement "déjà ?" Elle me demande quoi faire pour me remercier... Une fois, deux fois. La réponse ne se fait pas attendre, suite à un :

" Ca ! "

Je me jette contre elle, ronronne plus ou moins mochement et me love contre elle comme elle l'a fait juste avant. Laissant mes mains se coller à son dos, jouant avec sa peau, le tissu par dessus... Pendant un long instant, je suis au niveau mental d'un animal de compagnie ou d'un petit enfant en manque d'affection et qui devient très vite dépendant... En tout cas, je ne gâche pas mon plaisir et je ne le cache pas. D'ailleurs, coller contre elle, mes lèvres proches de sa peau et ma joue caressant celle-ci.

" Si tu as besoin de quoi que ce soit... Pour tout hein, pas juste du métal... Tu connais mon tarif maintenant... Ou l'équivalent... Je ne suis pas difficile. "

Oui bon Tardif est un peu exagéré, mais l'argent j'en ai plus qu'assez, le prix se fait à la rareté et j'ai plus de mal à trouver des bras ouverts que de la monnaie sonnante et trébuchante. En plus pour ce que j'utilise... Bon je vie dans le luxe, donc oui j'utilise de l'argent, mais c'est un autre sujet. Du coup, je n'ai pas grand chose à ajouter... A si, petit cœur ♥ Qu'on est bien ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Jeu 8 Mar 2018 - 18:04
À croire que la timide jeune femme n’avait pas l’habitude des contacts physiques, si elle en croyait par sa réaction et son ronronnement digne d’un animal heureux. Ceci lui arracha un léger rire, rien de moqueur, simplement amusée, avant qu’elle n’en vienne à se détacher, lui offrant alors de lui demander ce qu’elle voulait. Après tout, elle lui avait rendu un fier service, avec ce métal qui promettait de se montrer résistant aux poisons plus dangereux qu’elle pourrait vouloir utiliser. De ce fait, elle lui en été reconnaissante. Jamais avait-elle cherché à faire équipe pour ses marionnettes, or, en l’instant présent, elle ne regrettait pas son choix d’être venue demander de l’aide à une Metaru. Sans compter que celle ayant pris en charge son projet s’avérait à être une bien aimable jeune femme. Certes semblait-elle plus inexpérimentée que ceux de son clan qu’elle avait eu le loisir de rencontrer, toutefois, qu’elle ait réussi en si peu de temps à trouver quelque chose de léger bien que solide, qui pouvait en plus offrir une certaine résistance à la corrosion ? C’était tout à son honneur.

Suivant ses paroles, la réponse de cette dernière ne se fait pas attendre alors qu’elle vient se lover contre elle, ses bras dans son dos. Riant doucement une nouvelle fois, toujours sans se moquer de la femme, arborant avec une aisance déconcertante ce masque qu’elle lui présente à l’heure actuelle, elle l’accepte donc contre elle. La marionnettiste n’a jamais été bien prude, ni même particulièrement embêtée par les contacts physiques. Et puis, c’était un masque qu’elle affichait, comme à chaque fois qu’elle quittait sa chambre ou celle de sa meilleure amie. Nul ne connaissait le visage de vipère se trouvant derrière, pas alors qu’elle affichait de doux traits tout en se montrant bien aimable. Les gens l’aimaient bien, Asami, dans toute sa bienveillance alors qu’elle savait se montrer sympathique. Il s’agissait d’une jeune femme agréable, et surtout, appréciée des autres. De ces autres beaucoup trop naïf pour comprendre qu’elle ne faisait que se jouer d’eux, piètres acteurs de cette scène qu’était sa vie.

Sa main vient se poser contre sa tête, glissant dans ses longs cheveux, entremêlant ses doigts dans ces derniers. Elle vint donc lui caresser la tête, doucement, alors que son autre main s’était posée contre son dos. Quelques mouvement furtifs, bien que présents, tandis qu’elle dessinait des arabesques dans son dos d’un geste se voulant délicat. La main sur sa tête vint alors glisser le long de sa joue pour venir se placer sous son menton, relevant alors son visage vers elle, ses prunelles de feu venant rencontrer celles de la jeune demoiselle.

- J’en prendrai bonne note alors. Elle eut un délicat sourire. Et même si je n’ai besoin de rien, m’est-il possible de passer par ici ?

Après tout, il n’était pas à exclure que la jeune femme soit tout particulièrement occupée. La raffinerie semblait être assez épuisant tant ils devaient atteindre de hauts objectifs. S’occuper à eux seuls de l’armement ne devait pas être une tâche aisée. Sans compter qu’ils semblaient bien ouverts de s’occuper de projets plus particuliers que certains kumojins pouvaient avoir.

- Et puis, tu sais… Sa main vint délicatement caresser sa joue. Tu n’es pas obligée de faire quoique ce soit, si jamais tu veux profiter de ça. Elle désigna leur étreinte. Tu n’as qu’à demander.

Une voix douce et réconfortante, à nouveau accompagnée d’un léger rire. La Tadaoki avait presque l’impression de se retrouver confronter à une enfant prisonnière dans le corps d’une charmante jeune femme. Qu’avait bien pu se passer dans la vie de cette dernière pour qu’elle en soit ainsi ? Là où elle était confiance et assurance, cette dernière semblait se tapir dans sa timidité.

- Tu sembles moins gênée par ma présence.

Ce fut donc un sourire semblant satisfait qui étira ses lèvres. Après tout, elle lui avait bien dit, lors de leur première rencontre, qu’elle souhaitait qu’elle soit à l’aise avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Sam 10 Mar 2018 - 19:45
C'est un peu comme si j'avais une grande-soeur... Pas que je n'aime pas ma famille, au contraire. Mais, le souci c'est que ce sont définitivement des personnes qui expriment leurs sentiments de manière... Qui ne les exprime pas de manière aussi explicite que je l'aimerai. On dit qu'il ne faut pas abuser des bonnes choses, mais y avoir le droit une fois de temps en temps ce ne serait pas plus mal. Elle me caresse le dos, j'imagine que c'est une manière un plus singulière de faire un câlin ? Comme quand on frotte le dessus du crâne ou la joue, ce n'est pas désagréable bien au contraire. Elle demande si elle peut me rendre visite, même sans raison particulière, enfin pas liée au travail. Évidemment... Mais si on se voit dans ce genre de contexte, est-ce que ça fait de nous des... Des amies ? Ce serait, ce serait bien...

" Oui ! ♥ "

Ma réponse est tellement spontanée et à la limite de l'agressif que ça en devient gênant, d'ailleurs le contrecoup de celle-ci est rapide puisque je me re part dans un regard perdu partout ailleurs sauf sur elle et n'ose plus trop ouvrir la bouche, même pour respirer.

Mais le temps passe, très vite même...

Une conversation se poursuit et... Elle est très bien comme elle est. Je pensais servir une cliente, finalement... Peut-être qu'elle m'a plus servie que l'inverse... Enfin je veux dire. J'ai eu bien plus que... Je...

" Je suis une arnaqueuse... Plus ou moins... Tu m'as donnée bien plus que je ne l'ai fait... Même en travaillant je me suis amusé... Bon dangereusement amusé, mais quand même. "

Je n'ai rien besoin de faire, demander c'est tout. Oui mais, c'est mal, je pourrais très bien demander à en avoir tout le temps, si j'en abuse ? Et si... Qu'elle est la limite entre profiter d'un cadeau et abuser de celui-ci, il faudra que j'y réfléchisse sérieusement. Enfin, je ne réfléchis pas assez vite pour avoir une réponse dans l'immédiat, pas avant sa petite pique qui est vraie en plus. Moins gênée, assurément, mais le fait de me le dire clairement c'est... Bah je le remarque seulement maintenant. Cela me pousse à une profonde réflexion, la tête qui penche sur le côté comme si elle m'avait présenté un problème difficile à résoudre, alors que finalement. Bah non.

" Mhhh... C'est vrai... C'est parce que je t'aime beaucoup... "

Rougissant, même s'il n'y a rien de vraiment bizarre dans ce que je dis, enfin tant qu'on ne le sort pas de son contexte et ça n'a pas l'air d'être son genre. Je viens lui prendre ses mains dans les miennes, c'est vrai que j'aime tout plein ce qu'on fait, mais d'un autre côté j'ai besoin de savoir si ce que j'ai fait convient, histoire, entre autre, de ranger tout le foutoir que j'ai mis.

" Tu vas les essayer quand ? Pas que je veuille te presser hein... "

Oui en même temps, il n'y a pas d'urgence c'est vrai, en plus rien ne m'empêche de ranger maintenant, tout en gardant mes documents pour les rassembler, épurer, résumé en un beau petit rapport pour mes supérieurs de la raffinerie. Je prends alors un bon petit quart d'heure pour rassembler dans une caisse avec un papier écris "a recyclé" ce qui doit l'être, ranger les papiers les plus utiles dans un unique et gros porte-documents pour mettre tout cela au propre a un moment plus opportun et... Un petit coup de balai rapide aussi ce qui retransforme le lieu en quelque chose de vaguement vivable et surtout utilisable.

" Bon et bien... On a fini ici. La paperasserie, ça sera en temps utile... Genre plus tard. "

En même temps, personne ne s'attend à recevoir quoi que ce soit, donc je n'aurais aucun retard. Ce n'est pas que...

" Ce n'est pas que je veuille tirer au flanc, mais... J'ai mieux à faire. Genre te coller jusqu'a que tu ai mieux à faire... "

D'ailleurs, par la coller je pense que je ne peux pas être moins explicite et proche de la réalité, puisque je viens lui prendre un bras contre moi, tout contre elle et l'invitant sans un mot à faire... Autre chose, après tout j'imagine que pour les non Metaru il n'y a pas que le travail dans la vie ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 12 Mar 2018 - 8:20
Décidément une jeune femme particulière, qui avait sut se montrer intéressante aux yeux de la demoiselle, qui se faisait un plaisir d’observer chacune de ses réactions, son petit air timide et ses paroles qu’elle marmonnait de crainte de trop en dire. Toutefois, l’honnêteté dont elle pouvait faire preuve en était presque déconcertante alors qu’elle admettait, certes rougissante, mais avec franchise qu’elle l’aimait bien alors que pourtant, elles se connaissaient depuis peu. Elle lui adressa donc un sourire délicat, semblant alors touchée de ces quelques paroles qui venaient droit du coeur. Inclinant doucement la tête, elle passa une main dans ses boucles sombres, venant les ramener derrière ses épaules.

- Je t’aime bien aussi, ne t’en fait pas.

Elle avait prononcé ces quelques mots en se rapprochant d’elle, son souffle venant presque caresser sa peau avant de se reculer pour s’approcher de son armure. Quand allait-elle se décider de l’essayer ? Il s’agissait d’une bonne question. Alors qu’elle semblait décidée de ranger ce bureau qui avait plus l’air d’un champ de bataille qu’autre chose, elle attrapa deux ou trois outils qui lui tombèrent sous le main, tout comme les pièces métalliques qui composaient sa commande. Tandis donc qu’elle s’occupe de mettre de l’ordre dans l’endroit, la marionnettiste décide qu’il est fin temps de terminer ce projet, venant donc ajouter à la structure de bois solide les pièces de métal qui devaient la compléter, lui donnant un air beaucoup plus redoutable, mais surtout solide. La plaque thoracique se voulait parsemée de fentes, pour ainsi lui permettre d’observer le combat tout en se tenant à distance, bien à l’abris au sein de cette marionnette qu’elle pouvait manipuler à sa guise.

Ce ne fut que lorsqu’elle revint vers elle, lui attrapant le bras, qu’elle se décida de lâcher sa création, cette dernière étant fin prête à l’utilisation. Elles semblaient donc tout deux avoir fini et donc, elle vint poser ses prunelles de flamme sur sa cadette. Amusée de sa déclaration, quant à ce qu’elle avait de mieux à faire, elle l’attira à nouveau contre elle, venant l’encercler de ses bras, posant ses mains contre son dos. Si c’était ça qu’elle souhaitait, pourquoi pas, elle savait se montrer tactile à ses heures. Si elle n’était pas friande de ces contacts physiques, elle savait y mettre un peu du sien pour endosser ce rôle que tous lui connaissaient désormais.

Se détachant, elle sortit un parchemin de sa bourse, y traçant un symbole avant de voir la marionnette disparaître sous ses yeux, désormais scellée. Il s’agissait d’une façon facile pour elle que de transporter ses créations, notamment lorsque ces dernières se voulaient de taille conséquente. Osoroshi, mesurant plus de deux mètres, aurait été bien difficile à déplacer autrement. Et puis, cela gardait un petit effet de surprise lors d’un combat, alors qu’elle pouvait paraître bien inoffensive aux premiers abords.

- Si tu veux, on peut aller l’essayer maintenant.

Son ton était motivé, démontrant qu’elle en serait plus qu’heureuse de pouvoir mettre à l’oeuvre l’armure désormais renforcée qu’elle possédait. Cela lui permettrait ainsi d’en tester la résistance, mais surtout le poids de cette dernière et la quantité de chakra que cela lui demanderait que de la manipuler.

- Si jamais ça t’intéresse de m’aider aussi à ce niveau. Il me faut en tester la résistance, alors quoi de mieux que de l’opposer à du métal ?

Sourire angélique, la tête légèrement inclinée sur le côté, alors qu’elle lui demandait un affrontement, rien de bien sérieux, pour s’assurer de la réussite du projet. Ou alors tout simplement sortir d’ici, en sa compagnie, qu’elle puisse la faire bouger un minimum. Dans tous les cas, elle attendait patiemment, un doux sourire sur les lèvres, son regard croisant le sien, tandis qu’elle se tenait prête à quitter les lieux si une telle idée lui tentait. Bien évidemment, elle ne lui imposerait rien, ce n’était pas dans ses habitudes de toute façon.

- Cela te permettra de la voir à l’oeuvre avant quiconque.

Elle suivit le tout avec un clin d’oeil taquin, puis d’un haussement d’épaule, toujours avec une certaine légèreté dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 12 Mar 2018 - 19:07
Elle m'aime bien aussi, Hiiiiii ! ♥ C'est... Bien ! Agréable même... Je range, elle travaille, le temps passe finalement. Fini, l'une comme l'autre, un autre câlin, toujours autant de bien. Finalement, elle range sa marionnette dans un morceau de papier, si je ne l'avais pas déjà vu faire par d'autre spécialiste de Fuinjutsu j'aurais certainement était surprise.

" Pratique. "

Difficile de dire mieux, c'est forcement mieux d'avoir de gros et encombrant matériaux dans quelque chose d'aussi commodes et légers qu'un morceau de papier. Je me demande ce qui arrive quand le morceau de papier est détruit ? On perd le contenu ou celui-ci s'échappe d'un coup ? Cela pourrait être dangereux suivant ce qu'il ya dedans d'ailleurs ? Enfin, ce n'est pas du tout mon domaine, donc je ne vais pas y penser plus en avant. Allons donc l'essayer !

" Oui ! "

Encore une réponse courte, mais je n'ai pas besoin d'épiloguer pendant une heure, c'est tout ce que je ressens, oui je le veux... C'est bizarrement pensé la par contre. Je ne suis pas forcement friand d'affrontement, mais un essai ce n'est pas la même chose. Le principe de rencontre amical annule le besoin de blesser pour tuer, de frapper pour faire mal, c'est beaucoup plus sain. Par contre, de là à directement le tester dans un combat ? Peut-être d'abord commencé par des tests de forces ? Cela serait plus logique en fait, en tout cas, elle me propose de sortir, je me colle a elle, prend son bras et la suis dehors.

Surprise, c'est la tête que la plupart des Metaru sur place on en me voyant, déjà que je sois proche d'un ou une étrangère est bizarre, mais qu'en plus je la colle comme si nous étions... Proche ? Mais autrement, comme des amies ? Bref, Je vois des regards divers, certains plus agréables que d'autres et finalement le tout se remet rapidement au travail. On sort de la raffinerie, l'air vrai me tire un petit éternuement de réaction, pas que je sois malade, mais le choc thermique à fait son office, j'ai même tremblé un peu. Rien de grave en tout cas.

Finalement a l'air libre, comparé a la chaleur étouffante des hauts fourneaux et bien... En fait si j'ai froid, mais pas un froid suffisamment intense pour que je sois immobilisée en grelotant, c'est frais on va dire. J'imagine que le meilleur moyen pour tester son armure, c'est de lui donner quelque chose à arrêter.

" Autant la tester effectivement... Ne prend pas de risque hein ? "

Je me détache d'elle, à mon plus grand malheur et commence à faire des mudras. Finalement se forment trois clones qui sont immédiatement identifiables à cause de leur apparence métallique. L'un d'eux reste à mains nues, le second forme une lame et le troisième prend un énorme shuriken, le fameux moulin des ombres.

" Contendant, perforant, tranchant... Enfin avec quelques kunai pour le perforant... "

En attendant que l'armure réapparaisse pour être testée, mes clones sont... Clairement plus délurée que je ne le suis. L'une d'elles fait un petit coeur avec ses doigts, une seconde des signes de la main a Asami et la troisième lui envoie un bisou dans l'air... Provocation ou signes étranges, je me contente de silencieusement rougir, cachant mon visage dans ma main dans un signe d'exaspération. En fait, c'est juste moi qui suis bizarre n'est-ce pas ?

Techniques utilisées:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Jeu 15 Mar 2018 - 5:36
C’est donc avec la jolie rousse accrochée à son bras que la Tadaoki quitta le bureau, ayant rangé Osoroshi, ou tout du moins, le parchemin dans lequel il était scellé, dans sa bourse. Elle avait dans l’idée que de l’opposer au métal de la Metaru, ne serait-ce que pour tester la résistance de sa marionnette, voir comment elle s’en sortait lors d’un affrontement. Une fois à l’extérieur, la fraîcheur ambiante fut frappante, contrairement à la chaleur de la raffinerie. Un frisson parcouru donc le corps de la demoiselle, qui tenta dès lors de ne pas trop s’en formaliser, après tout, elle aurait tôt fait que de se réchauffer lors d’un entraînement. Certes ce dernier ne lui demanderait pas beaucoup d’énergie, ou, tout du moins, ne lui demanderait pas de s’épuiser physiquement. Or, l’idée était tout de même là.

- Merci du coup de main.

Un sourire agréable tandis qu’elle s’éloignait d’elle, observant alors les clones couleurs chrome qui étaient apparus devant elle. Elle ne put retenir le rire qui s’échappa de ses lèvres en les observant agir de la sorte. Était-ce ce qui traversait l’esprit de la Metaru ? À cette dernière, l’originale, Asami se contenta donc de lui adresser un clin d’oeil suivit d’un sourire amusé, venant ensuite sortir le parchemin où elle avait scellé sa marionnette. Elle la fit donc apparaître devant elle, tendant sa main vers cette dernière, des fils de chakra se formant dès lors entre eux. Là se trouvait la puissance de la demoiselle, qui était devenue marionnettiste grâce aux livres de la grande bibliothèque et en s’armant de motivation. Elle avait cherché à copier les techniques de sa meilleure amie, une Nara, et elle croyait y être parvenue, en quelque sorte. Sa technique était bien différente, or, à quelque part, elle était en mesure de manipuler autres humains, et ce, de façon bien plus efficace qu’elle.

- Contondant, perforant, tranchant… C’est parfait.

La marionnette se trouvait à l’heure actuelle à main nue, ce qui amena la demoiselle à se dire qu’elle aurait nécessairement besoin d’une arme pour cette dernière. Si la queue de scorpion à la taille assez impressionnante pouvait sembler menaçante, il n’en restait pas moins qu’une arme ne pourrait faire de tort. Elle aurait tout le loisir d’y penser à la suite de cet entraînement.

Se tenant plus loin, elle souhaitait tout d’abord la tester avant que de se retrouver à l’intérieure, être certaine qu’elle ne périrait pas au premier coup donné. Hochant doucement de la tête, elle donna l’autorisation à la rousse que d’entamer les hostilités, faisant dès lors s’affronter ses clones contre la toute nouvelle création de la Tadaoki. Ainsi, aucune d’elles n’étaient en danger et elle aurait ainsi tout le loisir que de tester sa nouvelle chose. S’activant de son côté, elle la fit bouger, quelques mouvements bien simples. Lever et descendre une jambe, de même avec un bras, tandis que cette dernière avait une apparence plus humanoïde, contrairement à toutes celles qu’elle avait pu faire jusqu’à présent.

D’ordinaire, si elle aurait tenté d’éviter l’impact, cette fois-ci, pour le bien de la cause, elle garda sa marionnette immobile alors que le premier clone arrivait, armé de son épée. La lame s’arrêta sur le corps de la marionnette sans venir lui faire spécialement du dégât. Un son se fit même entendre tandis que ladite lame était entrée en collision avec le métal de la cage thoracique d’Osoroshi. Un sourire satisfait vint étirer ses lèvres.

- Tu ne m’avais pas menti. Malgré sa légèreté, elle possède une bonne résistance. À voir si elle tient la route face à des armes perforantes ou si elle se déforme face à du contondant.

Autrement dit, elle attendait patiemment qu’elle passe à nouveau à l’attaque.

- Elle se manipule bien, vraiment. Même les articulations, aucun problème. Un vrai travail d’artisan.

Elle était bien heureuse, donc, tu travailles effectuer par la Metaru, qui se voulait terriblement timide. Si elle avait eu quelques doutes au départ, au final, elle avait sut se montrer à la hauteur de ses attentes, lui offrant dans un court laps de temps exactement ce dont elle avait eu besoin.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Lun 19 Mar 2018 - 23:26
Parfait, bon il manquait tout ce qui allait de près ou de loin au chakra, mais pour ce qui est des dégâts plus classiques, on peut dire que c'est déjà une belle brochette de test. Entamer les hostilités, laisses ses clones plus enclins à combattre de toutes leurs forces frappés les unes après l'autre la marionnette. Celle-ci est résistante, ce n'est pas les clones qui passeront outre cette résilience dans l'état actuel des choses. Je ne leur envoie pas plus de chakra, ne leur commande pas d'utiliser de techniques... En même temps mis à par mes techniques de détection et le clonage lui-même, je n'ai pas grand-chose dans mon répertoire pour le moment. Il va être temps que j'ai plus d'une corde à mon arc, que j'augmente mon potentiel combatif...

Enfin, ce sera pour une autre fois. Les coups semblent réguliers et ils le sont, finalement un des clones semble perdre patience ou en a l'air et attaque les parties de la marionnette avec les doits. Les deux autres se mettent de part et d'autre de la création et tentent de réduire ses mouvements... S'accrochant dessus, peu-être que le poids du métal qui les compose sera de trop et ensuite attraper ce qui est possible pour l'immobiliser... Un maximum de contraintes pour tester un maximum de scénario possible. Il est probable qu'un adversaire un minimum réfléchi tente de la bloquer, ou d'aller frapper dans ce qui ressemble à des points faibles. Alors elles le font, il faut bien s'entrainer. Au pire si elle abime trop la création, en plus de révéler d'éventuelles choses à corriger, je serais ravi de l'aider à la remettre a neuf.

Des attaques diverses, maintenant celles-ci en prime. Il n'y a plus qu'à attendre de voir ce que cette chère Asami en conclut, une fois que j'estime que s'en est assez, je fais signe aux clones.

" C'est bon les filles ! "

Oui je parle à mes clones, oui je manque vraiment d'un entourage amical. Un mudra plus tard, elles tombent au sol dans un tas de métal inanimé. Je ne peux pas réellement être plus utile en l'état actuel...

" Je ne peux pas faire grand-chose de plus, je ne suis pas très développé niveau combat... Désolé... "

À par lui lancer des cailloux ou quelques shuriken au pire, je ne vois rien de plus. Évidemment, si elle souhaite que je continue ou recommence, je le ferais sans rechigner. Néanmoins, je ne vois pas trop ce que je pourrais faire de plus pour l'aider. Elle a certainement des obligations d'ailleurs, même si pour le coup j'ai la vague impression d'avoir réussi à faire ce qu'elle souhaite en moins de temps qu'elle ne l'imaginait et ça... Cela met un peu de baume au coeur, démontrer l'efficacité de son clan une fois encore.

" Si tu as besoin de quoi que ce soit, je te suis encore toute dévouée... "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174
Tadaoki Asami
Tadaoki Asami

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Ven 23 Mar 2018 - 14:26
La Metaru rappelait ses clones, qui s’en étaient pris assez violemment à son armure. Elle avait même dû se débattre plus que nécessaire, se mettant dès lors en situation de combat pour tester la réactivité de sa marionnette, relative au poids qu’elle avait désormais. Assez impressionnée de son propre travail, conjoint à celui de celle qui avait eu l’amabilité de compléter sa marionnette. Ramenant Osoroshi vers elle, elle s’assura de la faire charger une fois ou deux, s’assurer de sa vitesse de déplacement, que rien ne soit affecté dans sa structure par celle-ci. Une fois cela fait, ce fut un sourire victorieux qu’elle adressa à la rousse, plus que satisfaite de ce qu’elle venait de voir. Relâchant son contrôle de sa marionnette, la laissant alors tenir debout par elle-même, elle se rapprocha de la demoiselle, celle qui l’avait assisté dans son projet, d’un pas léger tout en lui adressant un large sourire.

- Pas besoin de t’excuser ! Tu as déjà fait tellement, je ne peux que t’en être reconnaissante !

Elle était arrivée face à elle, jetant un regard derrière son épaule pour admirer sa nouvelle création. Un sentiment bien particulier, alors qu’elle éprouvait un sincère attachement vis-à-vis de ces bestioles, ses pantins qu’elle créait avec attention et implication. Elle y mettait beaucoup d’elle-même dans le processus, faisant en sorte qu’elle les aimait un peu comme une mère aimait ses enfants.

À la différence étant qu’elle n’hésitait pas à les envoyer au front pour combattre à sa place. Il fallait bien qu’elles se montrent utiles, non ?

- Tu as été la meilleure ! Je sais que je te l’ai déjà dis, mais merci, sincèrement, pour tout ce que tu as fait. Je ne pense pas que j’aurais pu espérer mieux.

Pour soutenir ses propos, elle vint une nouvelle fois la prendre dans ses bras, la serrant contre elle avec un sourire enthousiaste. Et puis, elle était mignonne, à se montrer aussi dévouée. Si elle avait besoin de quoique ce soit d’autre ? Asami aimait bien cette façon dont elle était perçue par les autres. Agréable jeune femme qu’il se faisait un plaisir d’aider tant elle-même respirait une bonté sans égale. Son geste semblait sincère tandis qu’elle la serrait contre elle, cherchant alors à exprimer sa gratitude au travers ce dernier, qu’elle comprenne qu’elle n’avait pas à s’excuser, qu’elle avait déjà beaucoup fait pour elle.

Se détachant finalement, toujours tout sourire, elle vint lever sa main à son visage, glissant contre sa joue, en profitant pour dégager une mèche de cheveux de devant son visage, la ramenant derrière son oreille d’un geste gracile.

- J’imagine que tu te doutes que je vais sûrement venir te voir souvent pour mon armure, hein ? Ce qui veut dire que tu es bien loin d’en avoir fini avec moi. J’ai tendance à me laisser un peu emporter en entraînement, il est donc possible qu’elle rencontre quelques petits soucis.

Une promesse certaine qu’elles allaient se revoir, notamment au sujet de cette armure, un projet désormais commun qui s’étirerait sûrement sur le temps, compte tenu de l’ampleur de ce dernier et l’implication qu’elle avait dans celui-ci.

- Puis, si je veux venir te voir pour autre chose que mon armure, où est-ce que je dois me présenter ?

Une question bien innocente qui pourtant avait son intérêt. Où se trouvait en règle générale la jolie Metaru ? L’idée était amusante, si elle devait se rendre au domaine de son clan. Et elle l’était d’autant plus si elle en venait à croiser l’actuel chef du clan, qui n’apprécierait sûrement pas de la voir s’inviter ainsi dans son territoire. Or, il l’avait appris, avec le temps, que rien, ou presque, n’arrêtait Asami, et qu’il soit Raikage ou pas, cela ne changeait pas grand chose dans l’esprit de la brune. Elle s’assurerait simplement de préserver les apparences aux yeux de tous, comme elle le faisait toujours.

- Ce fut un plaisir, vraiment, de te rencontrer, Himeka.

Agréable sourire se voulant presque charmeur, tandis qu’elle venait rencontrer son regard, les joues légèrement rouges, semblant parfaitement sincère.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491
Metaru Himeka
Metaru Himeka

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka] Empty
Dim 25 Mar 2018 - 18:00
Avant que la marionnette ne disparaisse, revenant chez elle, dans son sceau je caresse un peu le bois qui la compose avant de dire comme si elle me comprenait.

" Tu as bien travaillé toi aussi Osoroshi... Même si ton nom reste singulier... "

Est-ce qu'un outil n'est qu'un outil ? Sujet difficile, surtout quand on part du principe que la vie humaine peut être un outil, à l'image des Shinobi pouvant être utilisé par leur village. Si un village peut disposer de ses effectifs, un ninja fait de même avec son matériel, cela ne change pas le fait que nos combattants on un coeur et donc... Peut-être que nos armes, nos outils ont une âme ? Ce n'est pas rare de donner un nom à une arme en plus, on dit bien que le katana est l'âme d'un samouraï aussi. C'est aussi une vision comme une autre de penser qu'un objet qui s'attache à son propriétaire finit par développer un esprit, chercher à le protéger... Bref, repose-toi bien Osoroshi.

Bref, elle n'aurait pas pu espérer mieux, un petit coup de pouce à mon amour propre, une caresse sur on égo dont j'apprécie inconsciemment les bienfaits. C'est comme recevoir un bisou sur la joue, sauf que ce sont des mots... On va dire que son étreinte est tout de même plus plaisante, même si ce n'est pas le même genre de sensation. Même si ce n'est plus la premiere fois, j'en apprécie encore lem oindre instant. Elle me prévient alors qu'on n’en a pas fini, j'imagine que l'Himeka du début aurait réagi d'une certaine manière, mais celle de maintenant.

" Ne dis pas ça comme si ça pouvait être un fardeau... Même de manière légère... Je serais toujours disponible ou m'assurerai de l'être au plus tôt pour toi et Osoroshi... "

C'est acté, je parle de sa création comme d'un être vivant. Je me demande si elle ressent ce genre de chose ? Si elle a du mal à envoyer au charbon celles et ceux qui lui demandent tant de temps, d'amour et de soins pour sortir du néant de son imagination pour avoir finalement une forme physique ? C'est un peu comme mettre au monde, élever et aimer un enfant pour finalement l'envoyer au combat... Je te plains ma chère Asami. Même si j'imagine que ce n'est pas aussi aigu, même si je suis légèrement déçu quand une de mes créations se brise, je n'irai pas jusqu'a verser une larme. Enfin soit et pour autre chose ?

" Viens à la demeure principale et fait moi demander, ils sauront forcement comment me trouver. "

Hors mission ou autres, mais peu de chance que cela m'éloigne de chez moi très longtemps. En tout cas, comme toutes les bonnes choses ont une fin, c'est aussi le cas de notre collaboration actuelle. Enfin, c'est le cas pour ce cas précis, rien ne dit qu'elle ne reviendra pas pour cette marionnette, une autre, autre chose... Elle va un peu me man,que, même si je la connais d'ici peu. Rien ne dit que ce n'est pas moi qui irai la chercher juste parce que... Parce que.

" Au revoir et a bientôt alors. "

Je le sais, je le sens ? Non, je le veux en fait... Mais on n'a pas tout ce qu'on veut dans la vie n'est-ce pas ? J'aimerais être une bonne combattante et être la fierté de mon clan, bah, ce n'est pas forcement le cas. Néanmoins, avant de me séparer d'elle, je lui prends la main un petit instant très cour et dépose un baiser sur sa joue.

" Très bientôt. "

Est-ce une affirmation ou une promesse ? Allez savoir. En tout cas, il est temps d'en finir pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1409-terminee-metaru-himeka http://www.ascentofshinobi.com/u174

Un projet de plus [Ft. Metaru Himeka]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet Hayashi [Metaru Kenshin]
» Projet lumière P.1 [Mission C/Libre/Kentoku Akio/Metaru Akagi]
» Lettre suivi CR projet structure de défense [Nara Aizen / Metaru Hideko]
» Rebelote ? ; Ft. Himeka
» Une Metaru, une Sendai et une Mini Metaru se rencontrent dans un hôpital... [ PV Anzu ]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: