Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Bang Bang Bang [FT. NUÉ] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Bang Bang Bang [FT. NUÉ]

Goketsu Reiji
Goketsu Reiji

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mer 6 Déc 2017 - 21:50
La vie ne vaut rien. Mais rien ne vaut la vie.

Ouais. Exactement. C'est ce que mon grand père me disait quand j'étais gosse. J'comprenais en rien à ce qu'il pouvait me raconter mais maintenant je sens que je peux comprendre. Enfin, je crois. C'est dans ces moments-là que j'avais envie de me commémorer toutes ces fameuses citations à la con qui ne servaient à rien, juste à faire songer et qu'on puisse y réfléchir dessus. Moi j'aimais bien penser. C'est ce que je faisais de mieux. Et dormir aussi. Oh et puis flâner. La liberté de pouvoir ne rien faire c'est ça qui fait d'un homme un "grand" homme. Enfin, je crois. C'est ce que j'ai pu lire dans un de mes bouquins que je lis souvent. Être ninja n'est pas de tout repos quand t'y songeais. Mais en vrai, y'avait pas mal de bon côtés aussi. La fête à gogo, des femmes qui te tombaient souvent dans les bras et un max de thune. J'avais pas à me plaindre de ce côté-là. On va dire que j'ai débridé ma timidité en la troquant par de la taquinerie. J'avais tendance à devenir de plus en plus espiègle, fourbe ou tout ce que vous voulez. N'empêche, j'avais une sacrée fierté aussi. BREF. J'vais passer mon temps à énumérer tout mes putains de défauts quand même. On en a pour la soirée sinon.

Où étais-je ? Je me frottais les yeux. Ah oui ici. Encore allongé sur le toit de cette fameuse bâtisse abandonnée depuis bien longtemps. C'était mon repère. Ma niche. L'endroit où je réfléchi... où j'allais piquer un somme surtout oui. Pour la énième fois, je me redressais en sautillant un peu, tout en m'étirant par la suite. Quel était le planning de la journée ? J'avais entendu hier soir quelques personnes qui se parlaient entre-elles, lors de la soirée que j'avais faite avec mes collègues. Ces dernières avaient évoquées une raffinerie. Mmmh. Ah oui ! Celle de la famille Metaru non ? Il me semble que ça soit en effet. Dans mes souvenirs elle était immense. Là-bas, on y faisait plusieurs alliages de métaux rares ou pas, des armures, des armes en bref tout ce qui pouvait se faire avec du métal. Ils le faisaient très bien. Ils étaient réputés pour le manière de faire, la main d'oeuvre ainsi que leur savoir faire qui était tout bonnement excellent. Une idée florissant à l'intérieur même de mon crane. Ouais, pourquoi pas aller rendre visite aux metaru et leur demander en même temps du fer de qualité. Vous allez me demander pourquoi et ça c'est très legit de votre part. On va dire que la limaille de fer que j'utilise n'est plus trop en bon état alors pourquoi pas y aller et voir leurs prix. On m'a dit qu'ils étaient sympas. Enfin, on verra ça sur place.

Je me mis rapidement en chemin, en ayant emporter au préalable quelques sacoches de ma fameuse limaille de fer accrochées à ma ceinture bien convenablement. Je suivais comme indiqué la route que je devais suivre pour arriver là-bas en suivant les panneaux comme seules indications. Pressé de faire leur rencontre tout de même, je commença une petite foulée en dévalant une sorte de colline très pentu. Durant la descente, je remarquais au loin un gigantesque bâtiment qui crachait une quantité incroyable de fumée noire. L'architecture était superbe de mon point de vue, rien à voir de ce qu'on a pu me dire de la raffinerie. Je me concentrais légèrement avant de canaliser un peu de chakra que j'avais préalablement malaxé pour l'insuffler au niveau de mes deux pieds. A l'aide de cette nouvelle énergie, je me sentais comme neuf, je pouvais me mouvoir plus aisément en commençant à prendre une vitesse plus élevée qu'une foulée normale. Je basculais un peu mon corps en avant, positionnant mes deux bras en les fléchissant en arrière, me donnant un petit surplus d'aérodynamisme. C'est ainsi, qu'avec cette rapidité, tout en prenant impulsion au sol de mon pied droit, l'envol n'était plus une possibilité mais bien quelque chose que je pouvais faire. De plus, durant cette ascension dans les airs, j'effectuais un coup de poignet, une masse noire se posait en dessous de moi, la limaille supportait aisément mon faible poids. Oui, vous avez bien lu. Un nuage fait entièrement de Satetsu qui lévitait tout en planant à quelques mètres était entrain de se former sous mes pieds. Oui, je surfais littéralement pépère tranquille la famille, niquant les lois de la gravité comme jaja.

Mon nuage me portait sur le vent comme le bateau magique de Peter Pan. Attend quoi... Il vole pas le bateau ? Comment ça il vole pas ? Arrête de mentir. Et le crocodile il a mangé ta mère aussi. Stop détruire mon enfance stp. Je maniais le vol plus ou moins correctement, donnant des petits coups de poignet dans le vide en positionnant mon bras perpendiculairement via mon buste, la paume de ma main pointait tout ce qui était devant moi, le coude légèrement replié. J'arrivais donc de cette façon près de la raffinerie, repérant quelqu'un au loin, près de la grande porte d'entrée. Une grande tignasse blanchâtre, plutôt grand de ce que je pouvais apercevoir. Je me rapprochais de lui en sautant sur le sol quand je jaugeais que les mètres à parcourir étaient décents. Enfin sur la terre ferme, je m'avançais nonchalamment vers ce dernier, pendant que ma limaille m'entourait en formant une sorte de cape en constant mouvement, formant un long voile qui recouvrait l’entièreté de l'arrière de mon corps, quelques amas étaient plus énergiques que d'autres, peut-être était-ce la concentration de chakra qui n'était pas la même, qui savait au final ? Seulement moi même.

« Yo. Tu es un metaru ? » Dis-je en arborant un piètre sourire en adoptant une posture plutôt décontractée vis-à-vis du jeune homme qui lui faisait face. Mes mains se plongeaient dès lors que je reprenais la parole successivement.
« Enchanté, je suis Goketsu Reiji. » Finis-je en m'arrêtant à deux trois pas de lui, plongeant mes yeux grisés dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100
Metaru Nué
Metaru Nué

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Jeu 7 Déc 2017 - 0:50
https://youtu.be/pU0rt85_eJY

La vie, c'est un petit bout de lumière au bout des ténèbres.

Journée sans nuage noir à l'horizon, l'été finissant, semblait vouloir montrer toute la puissance de sa supériorité sur le genre humain en brillant de mille feux. Depuis quelques temps, il habitait avec cette bougre de Nara, qui le boutait sur des territoires inconnus, et il passait de plus en plus de son temps libre à la raffinerie ; L'absence et le noir de l'appartement décidément bien trop obscurs et solitaires pour lui. C'était ainsi qu'il avait reprit sa place au sein de la raffinerie, c'est à dire le mec bien trop gentil pour vous dire non, et qui récoltait forcément les corvées les plus dégradantes, ou bien les plus éreintantes. Il était encore tôt mais il avait déjà enlevé le haut, muscle saillants sur sa tunique chiffonnée de forgeron ; Tâché et souillon, il sentait déjà le sel de l'effort, et l'effluve des mâles, les vrais.

- Eh Nué, vient voir par ici !
Lui fit l'un des contremaîtres, chargé de distribuer les charges à chacun et de s'assurer de leur déroulement finale. Nué et lui s'avait en horreur, et il ne manquait jamais de lui coller le pire dans les pattes ; Au moins avec Sayo y'avait-il des risques que le pire cache le meilleur un jour. Il n'aurait jamais dû s'amuser à coller tout ses meubles au mur ou au sol comme si un phénomène paranormal avait hanté les lieux ; Quant bien même il l'avait bien cherché en lui faisant ranger cet enduit spécial, qui était l'un des produits les plus adhérant au monde. Si l'on ne comptait pas le clan Nara comme l'un d'entre eux. "Oui, Akira, qu'est-ce qu'j'peux ?" Fit-il d'une voix blanche, mais le regard vide de toute animosité. "Non mais mate moi celui là ..." Il tendit le doigt, que l'imbécile regarda au lieu de voir l'astre débile qui brillait haut dans la raffinerie à cette heure matinale. "Oh putain mais pourquoi est-ce qu'il parle avec le balais de Sakia ?" Une main termina sa course sur son front, et il sût déjà ce qu'allait lui dire le "patron" du jour. Enfin, jusqu'à la fin de planning. "Tu vas t'en occuper, il doit avoir besoin d'un truc." Et voilà, pourquoi c'était toujours à lui de s'occuper des cas désespéré.

- Oayo mec ! Fit-il en levant le bras, ses cicatrices se soulevant au commissures des lèvres et de ses yeux charbonneux. Tu sais, tu devrais pas parler comme ça à mon cousin, il est un peu susceptible celui là. Il roula des yeux avant d'éclater de rire, lui cognant l'épaule de la main. C'était rare de reconnaître un maître dans son art quand il en voyait un, mais lui aussi savait cacher sa main, retenir son jeu, et asséner la bonne combinaison au bon moment, sous le couvert du bluff. Un génie qui s'ignore, n'en reste pas moins un génie, mon petit Reiji.

- Whoa mais c'est du sable noir ça ? Ou du Carbone ? Et ça te fait une cape ? !Troooooop styléééééé ... Il s'était accroupie pour observer la limaille de fer qui lévitait, et semblait se mouvoir délicatement sur un air que le ninja composait, et ça le fascinait littéralement. Il tenta de toucher la matière mouvante, qui lui donnait l'impression d'être au pays du vent, devant une curieuse sorte de sable. L'exotisme, alors ça, il adorait. Un peu de couleur dans la routine, quelques coups de pinceau et une chef d'oeuvre pouvait apparaître.

- Je suis Nué, du clan Metaru ! Fit-il en désignant son bandana du pouce, ou le marteau de son clan trônait fièrement.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385
Goketsu Reiji
Goketsu Reiji

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Ven 8 Déc 2017 - 13:29
La vie c'est une pièce de théâtre dont tu es l'acteur principal.

Depuis plusieurs secondes déjà, je faisais plus ample causette avec quelqu'un. Il avait l'air d'être sympa ce Metaru dis-moi, discret et pas causant mais il avait l'allure d'un guerrier endurci depuis de belles années. Un fier combattant comme on m'avait décrit cette fichue famille. Je me posais l'index et le pouce en pinçant mon menton, prenant plus de temps à examiner ce dernier, fronçant les sourcils. C'était pas quelqu'un. Mais bien un foutu balai. Quel est ce puissant genjutsu ? Que Dieu me vienne en aide et vite ! Je n'arriverais jamais à m'en défaire. Jusqu'à ce que je sente quelqu'un me cogner l'épaule amicalement, cette dite personne qui éclatait de rire avait vu ce qu'il n'allait pas avec ma façon de faire. Décidément, c'était vraiment pas mon jour. J'suis mauvais pour tout ce qui est détection mais quand même, c'était un très très trèèèès puissant sort qu'on m'avait jeté alors. Un balai qui ressemblait à un mec lambda. Je me retournais donc face à ce dernier qui se foutait ouvertement de moi, la limaille frémissait à ce contact soudain, se crispant légèrement en formant des formes agressives, tournées vers mon prochain interlocuteur sans pour montre une once d'amertume pour autant, j'étais trop perché dans les étoiles pour ça.

« Je suppose que tu travailles ici j'aurai bes... » dis-je avant d'être interrompu par sa réaction un peu disproportionnée vis-à-vis la technique que je manias à l'heure même, devant des yeux ébahis.

- Whoa mais c'est du sable noir ça ? Ou du Carbone ? Et ça te fait une cape ? ! Troooooop styléééééé ...

Je plissais les yeux. Amusant était ce jeune garçon. Le fait qu'il réagisse comme ça te rendait quelque part un peu fier de ce que tu détenais tout autour de toi à l'heure actuelle. Gloussant légèrement, j'arborais un très léger sourire, content que ça puisse lui plaire. D'un mouvement circulaire de mon poignet je faisais virevolter cette matière autour de nous avant de la faire rentrer dans les sacoches en un instant sans que ça puisse blesser l'un de nous deux. Ouais, je ne le rappelle pas assez souvent mais j'me suis déjà blessé en faisant le con avec. Y'a pas que mes adversaire qui souffrent, y'a moi, et c'est souvent ma p'tite personne qui en pâtit le plus d'ailleurs. Accroupit maintenant, il essayait de la toucher avant qu'elle ne dissipe pour de bon. Je restais plus ou moins calme face à son comportement des plus étranges, j'essayais de décrypter ce qu'il pouvait de ce qu'il voyait, il semblait être en total intérêt pour ma limaille de fer. Bingo.

- Je suis Nué, du clan Metaru !

Je lui répondis brièvement en plongeant profondément mon regard de mes yeux grisâtres, droit dans le sien, aucune émotion ne paraissait sur mon visage, ni celui d'un homme amusé, ni celui d'un homme triste ou quoi. Poker face. Plus ou moins.

« Enchanté. Goketsu Reiji. Tu peux m'appeler "Rei" si tu veux. Qu'importe. » Haussais-je les épaules en lui répondant. Je pointant mon bandeau où l'insigne du village des nuages était inscrite, attaché sur le haut de mon bras droit.

Décontracté, à l'aise ou ce que vous voulez, je commençais à m'étirer devant lui en faisant craquer un à un mes os, en passant par ma colonne vertébrale, mes phalanges tout en finissant par un mouvement rotatif de ma nuque. J'observais longuement les installations construites ici, elles étaient impressionnantes par rapport à celles qui étaient décrites dans les fameux livres que je lisais souvent. Bien déterminé à changer la face du monde, il me faisait les outils adéquats pour y arriver, en comptant déjà sur le savoir faire du clan Metaru pour commencer. Je m'ôtais de mes sacoches en les déposant au sol, le contenu n'était qu'en autre de la vieille limaille de fer que j'avais eu dans ma jeunesse, par je ne sais qui d'ailleurs. Je me raclais la gorge avant de prendre la parole, prenant un ton solennel mais pas trop quand même.

« Je vais répondre à tes précédentes interrogations. Ceci est de la limaille de fer. J'ai le don de la contrôler, j'sais pas comment je fais, c'est comme ça, c'est magique. » Lui dis-je en lui faisant d’innombrables signes, tel un italien lors d'un match de foot.
« Malheureusement, je pense que tu l'observes comme moi, elle est en très mauvaise état vois-tu. Serais-tu capable de me procurer du fer de qualité ? Je t'en serais reconnaissant. » Prononçais-je en montrant un profond respect pour sa personne, son travail et son statut.

J'avais l'argent nécessaire pour financer tout ça. Enfin, tout dépendra de ce qu'il veut vraiment. A lui de me le dire. La suite, dans le prochain épisode ! Et tout de suite, ne manquez surtout pas les feux de l'amour, épisode spécial NuéxSayo.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100
Metaru Nué
Metaru Nué

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 15:44
Le gars se la jouait détendu du gland, on bandera quand on aura envie de bander, te force pas à m'admirer, mon swag légendaire et tentaculaire sur la toile, je connais déjà la chanson merci au revoir. Porte close, il eut l'air un peu peiné en se relevant quand même, mais se démonter ne faisait partie de son vocabulaire que lorsqu'il collait des branlées. Il avait beau se la jouer cool le gars, il avait quand même grand besoin de son aide, sinon il aurait continuer de taper la causette avec Serpi, le légendaire balais de la femme de chambre, qui nettoyait les entrepôts plus vite que l'éclair avec sa maîtrise héréditaire du bois.

- Fin n'empêche que j'approcherais pas de trop près ce balais à sa place ... Qu'on entendit, pas sûr que ce soit du discours direct ou un narrateur un peu trop revêche a cause d'un thermomètre coincé dans le... En passant, sachez donc que Nué se mit en position d'écoute, lui aussi lui donnant de son pedigree impressionnant. Dans le coin droit, Goketsu Reiji, utilisateur de la limaille de fer et de l'autre Metaru Nué, qui pouvait manipuler le métal de son clan. Quid des deux aura le meilleur pelage et le meilleur ramage ? Continuez à lire bande d'ingrats, vous le saurez bien vite.

Il lui fit donc son speech, en omettant surtout les détails techniques qui l’intéressait, faisait naître une petite déception qui lui passa comme une envie de pisser, malgré tout il ne put s'empêcher de rétorquer : Whoa, impressionnant, t'es un magicien alors ?! Et oui, l'idiot bête qui te fais face est d'une dimension hors catégorie du mondiale, alors sois gentils et incline toi devant notre saigneur emett. " Elle se rétracte toujours comme ça quand on essaye de la toucher ? " Il s'approcha pour apprécier le grain du produit, qui lui sembla plus grossier que le grain de sa peau, qui aurait bien mérité un petit gommage clean and water.

- Tu l'utilises au corps à corps non ? Il voulait parler contact direct entre sa peau, la limaille, et celle de l'adversaire. Effectivement, au vu de ses aptitudes, le problème devait venir de là. Un fer trop dur devenait vite soumit à une pression quotidienne, comme avec ta belle mère exactement, et un fer trop souple serait tout simplement inefficace. Non, il savait exactement ce qu'il lui fallait, mais le problème c'était qu'il allait devoir encore rendre un paquet de services, et régulariser certains de ses credits pour ça, le meritait-il ? Son regard se fixa dans celui du fameux Reiji. Fame et eux, c'était vraiment le décorum de cette histoire.

Il attrapa la sacoche et lui envoya sur le torse en lui pointant une porte tout proche du doigt : Je crois que je peux faire quelque chose pour toi, mais d'abords ... Il ouvrit une porte coulissante et le fit pénétrer une salle vide, ou reposait un triste établis tout froid. L'âtre était silencieuse, personne n'utilisait cette salle, car elle servait généralement à sa cousine.

- Tu vas me montrer ce que tu sais faire avec, ou on va perdre du temps ... Et si on commençait tout de suite à se coller des beignes comme de vrais Kumojins, et qu'on arrêtait de se lécher les abattis pour le protocolaire ?



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385
Goketsu Reiji
Goketsu Reiji

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 16:45
Oeil pour oeil, dent pour dent.

Oui, si vous lisez ça, c'est que je écris mon livre qui sortira très prochainement chez votre libraire le plus proche. Mes fabuleuses histoires écrites toute de ma propre plume, à l'encre noire venue des contrées les plus lointaines qui puissent exister. Oui oui, pas de bêtises. Promis, c'est moi le meilleur narrateur possible. Enfin bref. Où en étais-je avec ce malotru ? Ah oui c'est vrai, il était toujours là planté à m'écouter lui expliquer tout le fonctionnement de ma limaille de fer, fin de ce que je pouvais lui dire, lui en dire un peu de trop sonnerait ma prochaine défaite contre ce gourgandin de première classe. Je ne pouvais pas admettre qu'il soit plus fort que moi. Enfin, quoi qu'il en soit, le jeune homme se relevait assez rapidement, me jeta par la suite une sacoche que je ne savais que faire tout en faisant coulisser une porte pour me montrer une sale vide, inoccupée, terriblement spacieuse et calme. Oui, il m'avait posé un tas de questions mais cet endroit m'intriguait plus particulièrement. Je rentrais donc sans me faire trop attendre, observant chaque détails de cette fameuse auditoire. Là, on est pas au théâtre, y'aura personne pour nous acclamer, je compris là où il venait en venir.

« Avec joie. J'en serais ravi. » Le moment de se réchauffer les mains était présent. Pas le temps de niaiser, la castagne avant tout. Je me réjouissais d'enfin pouvoir faire face à metaru. On verra si la légende est vraie. Des grands bagarreurs, cogneurs et brutes. Fin tout ce que vous voulez. Tout ce qui utilise les poings et la baston. Ils aimaient ça. Il avaient ça dans le sang.

Bouillonnant était mon sang. Je me plaçais à une honnête distance vis-à-vis de ce dernier en usant d'une démarche saccadée et plutôt lente. Je relevais mon regard pour l'incruster au sien, mes yeux ne le quitteraient plus désormais. L'envie de me battre résonnait dans toute la pièce, l'atmosphère commençait s'alourdir petit à petit tandis que je commençais à préparer ma limaille de fer, cette dernière se mouvait tout autour de moi, comme si c'était du sable très fin, parfois en prenant des formes de pointes très pointues et parfois en restant difforme et malléable à souhait, formant une sorte de voile très fin. Fin prêt, mes yeux n'avaient pas quittés les siens, je lui adressais un sourire mesquin.

« C'est ce que tu voulais réellement depuis le début n'est-ce pas ? »

A peine avais dis-je ça qu'une accumulation étonnante de chakra se concentrait sur mes deux mains, plus précisément sur chacune de mes phalanges, celles ci représentaient chacune une petite partie de la limaille répartie équitablement en dix. Mon annulaire de ma main droite se recourbait sur la paume tandis qu'on pouvait observer un étonnement mouvement circulaire de cette masse noirâtre près de moi. Cette dernière commençait à tourner très rapidement sur elle même, formant une sphère, où à chaque extrémités de celle-ci se trouvait deux pointes durcies et également très aiguisées à vue d’œil. J'attendais qu'il vienne à moi, sûrement une grande bêtise, mais j'aimais énormément observer les personnes et plus particulièrement des personnes qui avaient le don de m'intriguer. La suite s'annonçait excitante à souhait.

Résumé du tour:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100
Metaru Nué
Metaru Nué

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 17:52
Choisir la vie, c'est faire le paris de le souffrance.


Si l'on était quelqu'un de renseigné, l'on voyait tout de suite la différence qu'il y'avait entre un Ninja comme Hisao-Sempai, ou un autre comme Nué-kun : Là où le premier pouvait se faire fin pédagogue pour montrer les erreurs à corrigé, Nué ne faisait que d'exploiter toujours plus les erreurs afin de pouvoir les réparer par la suite ; C'est en ayant vu toutes les faces d'une pièce que l'on peut deviner ou elle se place dans la structure que l'on établis patiemment, bout par bout.

Et aujourd'hui, le petit bout c'était Reiji, qui était décidément le ninja le plus chaud de Kumo, façon poulet braisé (ndlr MAN'S HOT HOT) et accepta derechef de se livrer à ses expériences. Le sable noir hein. Il en avait vaguement entendu parlé, sa branche du clan étant le plus gros fournisseur de fer de tout le pays de la foudre, de par sa position stratégique proche des mines de grés derrière le village. Ils étaient d'ailleurs les seul à posséder ce fer d'un gris presque pure, lui donnant presque l'aspect de fer-blanc. Mais pour avoir ça, il fallait s’appeler Shuuhei Metaru, ou bien être le richissime promoteur Aburame.

Pas sûr que le semi-clodo en face de lui puisse lui rendre la pareille, il n'y avait donc qu'en matière de coup qu'il pouvait le faire. Il acquiesça en lui disant : Prépare toi à souffrir, Reiji, la vie n'est pas tendre ... Il signa un mudra, son armure recouvrant alors les parties externes de son anatomies en plaques d'un bleu stellaire. " Et les Metaru encore Plus !" Il ria aux éclats, car la vie est une fête, et qu'une fête sans pain surprise, ça n'était que des la guignette pour ados décérébrées. Malin celui qui donne le crédit à son narrateur, en cas de mort accidentel dans ce topic, il aura toujours la palm sur son reroll. Sacré filou.

- On commence quand tu veux, montre moi ce que tu sais faire ! Son visage était découvert, seul signe que ce combat était purement amical. Laissez l'initiative, c'était lui permettre d'apposer sa marque sur le combat qui se déroulait, et de le faire entrer dans la légende ; Enfin, s'il prenait sa chance et non sa raclée.

Qui dit mieux ?!
Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385
Goketsu Reiji
Goketsu Reiji

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 18:36
Que le combat commence.

J'observais ce dernier d'un air très sérieux et à la fois extrêmement concentré. D'un simple mudra, il se revêtit d'une étrange armure d'un bleu nuit envoûtante. Surprit de sa technique, je fis un petit pas en arrière, ne sachant pas trop ce qu'il pouvait faire avec cette dernière sur le dos. Seul son visage n'était pas protégé. Signe aussi que c'était qu'un simple match amical, digne d'un fier Metaru. Longuement, je portais mes deux mains contre elles-même, je les joignais par la suite pour me concentrer, le chakra s'affluait tout autour de moi sous une étonnante aura bleuté qui me recouvrait de mon entièreté. Je baignais dans l'ivresse d'un affront prochain, je jubilais même de savoir ce qu'il pouvait me réserver. C'était à la fois stressant et en même temps émoustillant de ne rien savoir. Oui, plonger la tête la première ne me ressemblais pas du tout mais il me laissait l'initiative donc autant la prendre avec honneur et respect.

Après plusieurs secondes de canalisation, la masse noire se regroupait au dessus de ma tête en formant un parfait cube fait de ma limaille de fer. Gigantesque était ce dernier qui était entrain de léviter sous ma tête, durcissant à vue d’œil, il était statique et ne bougeait point. Jusqu'au moment où je détachais ma jonction de mes deux mains, je fis un geste grossier et rapide à l'aide de mon poignet, la main ouverte je visais plus particulièrement mon adversaire du jour. A cet instant précis, la masse noire se mouvait plus ou moins rapidement en direction de l'homme en face de moi, je tentais simplement de l'écraser avec cette forme géométrique parfaitement exécutée, mon professeur en serait presque fier si-il me voyait réviser les mathématiques en même temps de me battre. Mais là n'est pas le sujet.

Je n'allais pas évidement rester ici à ne rien faire. En observant la dite masse qui allait s'abattre très prochainement sur lui, je fis un croisement étrange avec mon index et mon majeur, comme si-ils s'entrelaçaient entre eux, une brume épaisse noire sortit du dessous de ma manche, formant très lentement le fourreau d'un sabre quelconque, des plus simples. Il n'avait aucune lame cependant. Que lui réservais-je ? Mon sourire s'effaçait alors quand la limaille restante, qui était autour de moi, commençait à bouger irrégulièrement, comme si j'étais l'auteur du mouvement instable de cette dernière. La dite arme incomplète, quant à elle, se calait contre le creux de ma main droite, le fourreau étant positionné d'une telle façon que je pourrais le manier aisément et facilement. Ma posture changeait elle-aussi, je fléchissais un de mes deux genoux, mon genou droit légèrement replié, je décalais mon autre jambe pour avoir un parfait équilibre, j'étais à l’affût de tout ce qu'il pouvait se passer dorénavant. Mon seul et unique objectif maintenant: Lui montrer de quoi je suis capable.

Résumé du tour:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100
Metaru Nué
Metaru Nué

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Mar 12 Déc 2017 - 20:24
Non mais quel talent, ça lui tira un sourire amusé, excité : Depuis qu'il avait combattu Reiko, plus aucune attaque ne lui avait fait peur dès lors, il avait été comme soigné de toute crainte à l'égard d'une blessure, et c'était d'autant plus vrais à présent qu'il revêtait l'alliage Metaru. Il laissa donc le cube se former en admirant la technique de son opposant ; L'observation chez lui était une seconde nature comme chez certains rapace qui savent d'ors et déjà où se faufiler dans les courants aériens pour frapper le plus vite possible sur leur proie ; Il ne comprenait rien à la science animal, en revanche, les constructions de types métalliques, c'était son domaine d'expertise.

Il l'attendit les bras croisé, dans un position droite qui lui donnait à lui un peu plus de prestige que ce qu'aurait fait sa cousine, mais il allait surement le traiter aussi durement qu'elle durant ce petit échauffement des familles. Même s'il le connaissait pas, la matière qu'il maniait instinctivement lui parlait et c'tait comme s'il parlait sur un même ton dans leur moindre geste. Reiji forma un cube, qu'il jugea un poil loin à se matérialiser ... Il y voyait pas mal de défaut, mais surement que le gars en face avait sa stratégie. Il décida de lui faire honneur, et ne fit que refermer l'armure complète sur lui en signant un muras au dernier moment, les plaques d'armures s'organisèrent de la manière la plus hermétique possible, ne lui laissant même pas loisir de pouvoir y voir à deux pieds, ou bien même de parler. Ce fut un grand bien car il sentit des copeaux de son armure s’élève en poussière avec celle de Reiji.

La poussière, cet innombrable entité, montrait toute la force du nombre, tandis que l'armure, montrait quand à elle celle de l'unité. Il recula quelques peu et se réceptionna à genoux, il releva la tête et fit circuler du chakra dans son armure sans y changer grand chose si ce n'est pour chasser les derniers grains de fer ; Il comprenait bien tout le danger de cette technique, mais lui laisserait-il le loisir de l'utiliser ? Il lui fonçait dessus armure clinquante sur le sol de pierre tandis que la limaille retombait sur le sol en gerbe poisseuse , il le défiait de se rendre coup pour coup à présent ; Son épée de limaille, et son armure de Metaru. Il y'avait à améliorer chez les deux, car l'homme est un éternel étudiant, c'est connu.

- C'est mon tour maintenant ! Qu'il lui dit en matérialisant un sabre dans sa propre main, arrivant en bout de course pour lui montrer de quoi était fait un forgeron en matière de maniement d'armes. Le coup zébra l'air pour tenter de le séparer de son vêtement, qui semblait contenir de la limaille en stock.
résumé:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385
Goketsu Reiji
Goketsu Reiji

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Sam 16 Déc 2017 - 16:23
Frémissant d'impatience.

Je ne pouvais pas m'empêcher de trembler légèrement, sûrement parce que j'étais content de l'affronter, sûrement parce qu'il était impressionnant, sûrement parce qu'il me donnait envie de croiser le fer et ça encore et encore. Je ne le connaissais pas encore très bien mais je pouvais très aisément dire que j'allais me battre assez souvent contre ce jeune homme. Je n'allais pas laisser filer une chance inouïe d'affronter quelqu'un qui avait l'air de s'la coller vénère. Un sentiment incalculable se créait en moi, une immense vague de joie et à la fois mélangée d'une amertume. L'amertume certaine de n'avoir rien fais jusqu’à là. Je suis certain que j'aurai pu atteindre un stade plus élevé si je m'étais entraîné bien avant. Ouais, frustré d'être ce que j'étais à l'heure actuelle. Mais là n'était pas la question. Ce n'était pas le moment de me plonger dans une réflexion inutile, surtout à ce moment précis. J'aurais tout mon temps pour regretter les choses que je fais maintenant plus tard. J'aurais tout mon temps quand je serais devenu plus fort. J'aurais tout mon temps quand l'avenir sera plus radieux. A cette ultime réflexion, j'esquissais un sourire, l'un des plus francs que j'avais fais de toute ma vie honnêtement. Je me réjouissais juste de me battre contre lui. Prêt à en découdre, il regardait ma limaille de fer s'abattre lui. Un épais nuage de poussière s'installait entre nous pendant ce choc assez spectaculaire. Je restais toujours dans la même position, plissant mon regard dans la direction où le choc s'était produit, c'est à dire à la position exacte où il devait se trouver.

Petit à petit, la poussière se dispersait dans tout la salle, laissant d'épais résidus de nuages grisâtres, la visibilité était médiocre. J'essayais de le percevoir au travers de ces écrans opaques en me concentrant rapidement sur la quantité de chakra qu'il dégageait avec son armure. Mon esprit fit le tris, entre ce que je pouvais penser de lui, mon avenir, mon passé et tout ce qui englobait cette situation plutôt cocasse mais à la fois drôle à souhait. Je ressentais quelque chose. De l'activité. Un étonnant bruit métallique s'en suivit tandis que je le vis surgir au travers de cette brume poussiéreuse. Je n'eus même pas le temps d’apercevoir que ma limaille s'était réduite à l'état d'une fine masse qui s'était étendue sur toute l’entièreté du sol que le jeune Metaru fonçait sur moi en usant d'une vitesse hallucinante. J'étais entièrement pris de court. Le coup qu'il me portait m'allait être sûrement fatal. Je n'avais pas le choix.

« Oui, la vie n'est pas tendre. » lui répondis-je en ramenant ma main libre sur le point d'impact de la lame, le dos de ma main contre mon buste, il voulait sûrement viser l'arrivée de ma limaille de fer. Astucieux. Audacieux même. Rapidement, le fourreau qui s'était matérialisé commença à se construire, de son bout naquit une lame faite de Satetsu, je dirigeais ce dernier pour qu'il vise ma dite paume, dans une extrême précision cette dernière arrivait juste avant que le coup ne soit porté, les multiples grains de fer se durcissait pour parer l'arme de mon adversaire avec brio et subtilité. Néanmoins, dans un râle de douleur en serrant légèrement les dents, le bout de mon sabre se plantait au plein milieu de ma main, la profondeur n'était que minime mais le sang coulait désormais. Pour le coup, j'étais d'être blessé par ce dernier, il n'avait qu'eut le temps de découper un peu de tissu de ma tunique noire, cette dernière était légèrement entaillé au niveau de mon bras porteur. Cependant, la suite des choses allait tournée à mon avantage. Prêt de moi, je n'aurais pas de mal à le toucher maintenant.

Je balançais mon pied en direction de son thorax, tentant de lui asséner un simple coup, histoire de me dépatouiller de cette situation assez perplexe. Je pris appuis sur lui-même pour pouvoir sauter un peu en arrière, je fis une légère pirouette en arrière me rapprochant du mur, tout en prenant quelques mètres, ces derniers me donnerait un peu de répit. Un simple mudra j'effectuais, la quantité importante que j'avais usé pour le cube commençait à nouveau de se mouvoir en toute simplicité. Cette fois-ci, cette dernière commençaient à léviter hors du sol, s'éparpillant très rapidement pour former une multitude de petites sphères noires, de la taille d'une petite bille. Dire combien il y en avait m'aurait prit toute une semaine. Quelques milliers je pense. Elles étaient toutes statiques pendant un long moment. En outre, je pouvais également utiliser un modèle d'attaque où les balles de sable de fer auraient été façonnées en aiguilles pointues, ce qui augmente leur capacité à blesser ou à tuer l'adversaire. Mais là n'était pas le cas. Je voulais à tout prix briser cette armure. Je me détachais de ma propre lame qui m'avait fendu légèrement la main, très peu de sang s'en écoulait de là, j'usais d'un mouvement très fluide de ma main à présent libre pour manier à plein potentiel mon sable de fer. En ayant fini les préparatifs, j'usais du chakra du bout de mes doigts, mes mains et ainsi que mes bras pour pouvoir utiliser tout le potentiel de ma technique. En utilisant la force répulsive du magnétisme, la vitesse des balles augmentait rapidement après leur tir que j'avais au préalablement envoyées sur ce dernier. Qu'allait-il faire ? Comment allait-il réagir ? Je me tenais à l'écart, regardant le propre spectacle que j'avais façonner, ma lame toujours en main, sa longueur contre ma poitrine, observant chaque détails qui se passait sous mes yeux méfiants.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100
Metaru Nué
Metaru Nué

Bang Bang Bang [FT. NUÉ] Empty
Dim 17 Déc 2017 - 16:11
Il fallait se l'avouer, que le petit gars en face de lui avait de l'allure et une classe folle, dans son être fallacieux qui se mouvait au grès du sable de fer et de ses mouvements rapide et précis. Qu'on se le dise, Reiji avait du chien. Surtout dans le plein cœur de la bataille, ou il restait droit et fier, comme une solide obélisque de pierre résistant aux catastrophes naturelles. Morceau par morceau cependant, Nué comptait bien faire tomber les gravats et en faire un éboulis, étalant ainsi ses lacunes pour lui montrer ou se décelait les pépites d'or.

Un travail d'orfèvre, qui aurait très bien sied à sa cousine Itagami, qui lui avait apprit à avoir une finesse dans le mouvement, et une précision de l’exécution, purement artistique, qu'il en soupçonnait pas. Et il essayait de même de montrer là ou la fragilité était poignante chez le jeune homme, pour qu'il renforce ses points faibles, et en fasse une force à même de faire rayonner la grandeur de leur village. Il y'avait que peu de chose qui le mettait dans une agitation pareille, lui qui se sentait souvent plus bouclier de métal en plein milieu de l'océan, que coup d'épée tranchante dans l'eau.

- Nous non plus, nous ne sommes pas tendres.
Qu'il lui répondit du tac-o-tac à travers son armure de métal irisée, rendant un son de voix filtré par une boîte de fer blanc. Sa main fut dégagée l'espace d'un instant, et Reiji en profita pour bondir sur son torse comme un chat agile, afin de se mettre à bonne distance de Nué. Cela aurait pu fonctionné sur de nombreux Metaru, adepte du corps à corps et de ses passes, mais Nué n'était pas un Metaru comme les autres. Il aimait surprendre ses adversaires avec quelques surprises de son crû. Et le fait d'être intégralement protégé lui permettait une marge de manœuvre optimum, surtout que l'opposant avait besoin de temps pour former sa technique, là ou il lui fallait quelques mudras pour créer des pièces d'un seul tenant.

- Trop lent, mon ami.
Qu'il fit tandis que Reiji invoquait des billes de limaille afin de percer son armure. Le temps que l'attaque porte, il avait formé ses Mudras, couvrant ses arrières et les points les plus sensibles de son armure, qui n'était qu'un prototype de toute manière. Il lui fallait sommeiller, et combattre contre le magnétisme lui donnait tout loisir de le faire. Cependant, le combat devant alors à sens unique, et cela lui déplaisait fortement.

Il connaissait la puissance de son adversaire, et que son armure résisterait à presque tout ses assauts, l'empêchant d'être blessé, mais pas que la pareille se déroule. Ainsi il coupait tout option à son adversaire, et sans lumière au bout du tunnel, on n'aurait même pas envie de s'y engager, et de sauter le pas. Il se désincarcérera de l'armure lentement, les lames se tordant pour le laisser s'extirper. Il forma de nouveau Mudra en lançant un fumigène qui s'était dans toutes les directions, emplissant la chambre de travail d'une fumée blanche et aveuglante. Première étape, lui montrer les basiques et comment brouiller les pistes, pouvait mener sur le chemin de la victoire. Deux fumas de sa composition sortirent du néant, dans chacune de ses mains.


- Allez, attrape moi ça si tu le peux !
Qu'il cria suffisament fort pour le mettre en garde. La menace était réelle, non pas fantôme. L'objectif n'était pas de le tuer mais de voir jusqu'ou ils pourraient aller, et s'il méritait les effort que lui coûterait le fer demandé. Ce n'était ni une histoire d'argent ou de pouvoir, mais plutôt de se confronté à sa personnalité pour voir si elle correspondait à ce qu'on attendait de lui ; Avant de se décarcasser pour sa pomme, il voulait en voir les pépins. Classique chez Nué.

Il forma le mudra lui permettant de connaître la position de son adversaire, ses deux doigts composa un mudras bien connu sur une main, tandis que l'autre s'envola pour lancer directement le Shuriken de taille géante sur son adversaire. Il sortit un Kunai en veillant à se déplacer silencieusement, laissant l'armure servir de leurre de sa composition.

Et attendre patiemment, telle était la voie du chasseur, et de Metaru Nué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Bang Bang Bang [FT. NUÉ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: