Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Le calme avant la tempête [Libre] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Le calme avant la tempête [Libre]

Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 13:03
___________________________________________

Le calme avant la tempête.
___________________________________________

La troupe rocambolesque du centre de la crique avait enfin initié son retour vers Iwa. Le chemin était bien évidemment plus difficile à arpenter étant donné qu’il fallait gérer Yanosa et le golem, mais il ne fallut pas non plus des jours et des jours pour enfin observer les crocs rocheux. Le groupe s’insérait à l’ouest d’Iwa, arpentant le passage avec précaution.

D’extérieur, tout semblait normal, alors que pourtant, le village avait été vidé il y a quelques heures de cela. La fatigue se faisait ressentir pour tout le monde, mais pour Aimi, il n’y avait pas le temps de se reposer. En effet, alors qu’elle s’occupait de l’Oterashi du mieux qu’elle le pouvait, elle réfléchissait calmement à tout ce qu’il s’était passé et surtout, à la suite. Avant de faire revenir les civils et les blessés, la Chiwa devait s’assurer qu’Iwa ne courait plus de danger, en commençant par en savoir plus sur ces renégats. Malheureusement, elle n’avait pas pu faire traquer ces hommes et cela allait sûrement leur porter préjudice.

Il y avait aussi cette histoire de désavoué libéré contre les ordres et la mort de ses deux amis. Avant de pouvoir repartir sur de bonnes bases, la nouvelle Tsuchikage allait devoir démêler toute cette histoire et prendre des décisions difficiles. En attendant, et pour éviter tout risque de conflit, elle allait devoir s’assurer que les concernés seraient gardés en lieu gardé et surveillé. Pour autant, la jeune femme ne voulait pas non plus les faire emprisoner, Yanosa était certainement pas en état pour cela, et elle se disait que les brider et les enchaîner n’apporteraient que du mauvais. En temps normal, cela devrait être la première décision à prendre, mais avec tout ce qu’il s’est passé, leur implication dans le sauvetage du pays, elle avait choisi une autre solution temporaire. Pour autant, elle devait donner des ordres et établir quelques règles.

Une fois arrivée à l’entrée du village, la rubiconde laissa alors le chunin dans les bras du golem et bondit vers le sol. En-dehors de son accoutrement déchiré et sali et quelques blessures, Aimi se portait bien. Son visage laissait apparaître les stigmates de la fatigue et des fortes émotions ressenties en un si court laps de temps.

Ses pupilles écarlates scrutaient chaque visage face à elle. Avant même de pouvoir prendre la parole, des bruits et une sensation de présence forcèrent Aimi à regarder derrière elle. Au loin, quatre shinobis venaient d’arriver aux portes du village. La jeune femme était surprise de voir ces quatre personnes ici et se demandait ce qui avait bien pu se passer pour qu’ils n’arrivent que maintenant. Elle posa un regard sur Tsuyoshi avant tout, répondant à ce que lui avait dit Kisuke, puis sur Hyûga Rin, qui faisait partie de ce groupe couvert de sombres rumeurs. Daiki et Noroi étaient aussi présents, elle se demandait comment ils allaient, ils venaient après tout de vivre un vrai périple mortel.


« Bien, une majorité des shinobis étant ici, je vais adresser quelques mots. Tout d’abord, merci à chacun de vous de m’avoir suivi dans ce plan risqué et dangereux, qui se termine par une victoire, peu importe la manière dont elle a été menée. Je ne peux pas oublier cependant ce qui a amené à cette situation et je vais devoir éclaircir clairement ce qui a pu se produire. Il est en effet hors de question de faire revenir les habitants de la Roche dans un village où ses shinobis s’accusent mutuellement ou vont à l’encontre de la sécurité de celui-ci. Mon devoir en tant que Tsuchikage est d’apporter la paix, la sécurité et la stabilité, mais aussi rééquilibrer la situation à Iwa afin de faire perdurer la vie à Tsuchi. Cela signifiera prendre des décisions difficiles et pas plaisantes, mais nécessaires pour le bien de tous. »

La Chiwa n’aimait guère se mettre en avant, mais la situation exigeait qu'elle s’impose et qu’elle fasse comprendre qu’elle n’était pas ici pour rigoler. Le sérieux sur son faciès tacheté de quelques cendres suffisait à ce qu’on comprenne qu’elle allait prendre les choses comme une dirigeante, et non comme une simple eisenin.

« J’organiserai un regroupement pour organiser la suite afin d’agir rapidement et de vous faire part de quelques informations en rapport à ce qu’il s’est passé durant notre combat. Chacun devra me faire un rapport de ce qui s’est passé au sein de son groupe afin de mieux cerner les différents éléments qui nous permettront de mieux avancer. Pour la réunion, j’attendrai que tout le monde soit reposé et arrivé, vous recevrez une convocation en temps et en heure.

Concernant Yanosa, il faudra l’emmener à l’hôpital et lui réserver une pièce avec un grand bassin et le remplir de terre fraîche le temps de comprendre ce qu’il se passe. Muramasa a accepté de m’aider dans le processus de réadaptation.

Ceux concernés par l’incident lié au prisonnier auront à leur disposition une chambre de l’hôpital pour se reposer et se soigner si nécessaire, le temps que je démêle toute la situation qui amène à tout ce drame. Je viendrai vous voir individuellement pour obtenir des réponses à mes questions.

Nozomi, tu pourras venir voir Kisuke avec le matériel dont tu as besoin pour les anti-douleurs et vous pourrez prendre un des laboratoire pour la mise en place.
Je vous demanderai donc de ne pas quitter l’hôpital d’ici là. Vous pourrez recevoir vos camarades tant qu’il n’y a aucun grabuge de fait en ces lieux. Une surveillance sera de toute façon mise en place afin d’éviter tout débordement.

Si je constate un non-respect des directives, je me verrai forcée d’utiliser la manière la moins agréable et loin de moi l’envie de vous menotter et de vous enfermer, alors je compte sur votre coopération à tous.

Concernant le groupe des scelleurs, il faudra aussi que je m’entretienne avec vous afin de mieux comprendre ce qui a pu se produire sur place.
Étant donné que nous avons déjà beaucoup à faire, je vous propose de nous mettre en marche dès maintenant et retrouver nos coéquipiers.
»


Si personne n'avait décidé de se rebeller ou de brailler, alors il était temps de se rendre à l’hôpital. La jeune femme laissa le groupe avancer et prit à part dans un premier temps Tsuyoshi et Taishi, elle les invita à se rapprocher d’elle d’un signe de tête et attendit d’être suffisamment à une certaine distance pour leur toucher quelques mots.

« Tsuyoshi, Taishi. Je dois faire parvenir une missive au port pour faire revenir Ashitaka au village. Étant donné qu’il a participé lui-même à la mission, j’aurai besoin d’entendre sa version des faits. Il faut que retrouver le geôlier, il est sûrement resté le connaissant. Il faut aussi retrouver toute trace de la mission d'interrogatoire et des décisions de Teruyo, il n'a pas quitté le village sans laisser une trace de ce qu'il s'est passé et il a forcément prévenu quelqu'un.

Concernant la surveillance à l’hôpital, je compte sur Tsuyoshi et Tenshiro pour veiller à ce qu’ils ne tentent pas de s’enfuir ou tenter quoi que ce soit.
Nous aurons aussi une discussion plus tard sur ce qu’il s’est passé pendant le combat.
»


Après avoir terminé, elle se dirigea alors vers Seiki, qui devait maintenir le chakra doton pour aider Yanosa à avancer sans difficulté. En-dehors de quelques explications de l’Hayai sur sa situation, Aimi s’était rendu compte qu’elle ne connaissait pas vraiment le jeune homme et pourtant, il n’avait pas hésité à risquer sa vie pour Tsuchi, et même, la suivre dans cette dangereuse quête.

« Seiki, je pense devoir m’excuser de ne pas te connaître comme je le devrais et te remercier de ton aide alors que rien ne t’y obligeait. Nous échangerons tous les deux sur ta situation à Iwa et sur ce que tu désires faire maintenant. En attendant, si je peux te demander ton aide à l’hôpital pour s’assurer qu’il n’y ait pas de débordement, alors je t’en serai reconnaissante. »

Pour le reste, chaque chose en son temps. Aimi devait s’organiser et récolter le plus d’informations possibles sur ce qui s’était produit avant de leur faire face. Il y avait aussi le cas de Yanosa… Il était impossible de l’interroger dans cet état, se serait presque de la torture…

Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 14:19
Une fatigue immense s'était emparée de son être tandis qu'il marchait en direction d'Iwa avec les membres de son "groupe". Le silence avait été de mise, en tous cas pour son cas, ne souhaitant échanger avec personne, peut-être à la limite Daiki. Il lui fallait réfléchir sur tout ce qui s'était passé, tous ces mots qui avaient fusé, les actions de part et d'autre qui avaient été de mise. Cependant, ce n'était pas ça qui l'avait fatigué. C'était plutôt cette nouvelle expérience mystique qu'il avait expérimenté à nouveau. Désormais, après avoir mené ses investigations par le passé, il savait exactement ce qu'il avait vécu et pour quelle raison. Il n'en maîtrisait pas encore tous les contours, mais il avait appris que son corps, lorsqu'il est en difficulté, sans qu'il n'en soit à la manœuvre, lui fait découvrir des trésors de ressources insoupçonnées. C'était ce qui s'était passé lors de l'interception de Rin. Etant au bout du rouleau, à court de chakra, les premiers coups de semonce qu'il avait vécu un peu avant la mort du Yonbi s'étaient totalement révélés une fois qu'il avait rattrapé Rin.

Désormais, il en subissait pleinement les contre-coups. Son cerveau qui avait été à l'origine de ce don inopiné, le laissait faire face à ses propres limites. Cependant, aussi curieux que tout ceci puisse paraître, il lui semblait qu'il avait recouvré une partie de son chakra plus vite qu'à la normale. Il lui semblait qu'au dessus de son crâne, sur la ligne correspondant à la fontanelle, une espèce d'irruption invisible, de volupté provenant de l'ensemble de son corps s'échappait par là libérant encore des choses insoupçonnées en lui. Il lui semblait, parce qu'il avait déjà vaguement ressenti quelque chose de similaire, qu'il était en proie à un changement majeur.

Il inspira un grand coup, lorsqu'en parvenant vers l'entrée d'Iwa, la jonction fut faîte avec le restant de tous ceux qui avaient affronté le dieu singe. Les visages semblaient marqués, les corps peut-être meurtris par la débauche d'énergie, les regards fuyant. Oui, il y aurait des explications, il restait encore des choses avant que la page ne soit totalement tournée. Iwa à nouveau ferait face à ses vieux démons de la désunion comme par le passé. Quelque part, c'était prévisible... Le Hyûga porta son regard vers Yanosa. Il le reconnut immédiatement malgré sa forme assimilée et le fait qu'il semblait vivoter. A peine fut-il choqué. Ne l'avait-il pas vu se perdre dans la sphère d'énergie produite par le dieu singe ? Il est vrai que cette sphère n'était pas produite complètement, mais peu ici auraient pu se targuer de pouvoir survivre à pareille expérience. Ce n'était pas la première fois. Yanosa avait survécu au transit intestinal du Yonbi précédemment. Il repoussait les limites de la mort à chaque fois.

*Celui-ci est immortel...* Pensa t-il. Il ne se préoccupa pas plus de son cas voyant que l'on s'occupait déjà assez de lui. Puis Yanosa survivrait avec ou sans aide. C'était assez évident pour lui.

Des hochements de tête, voilà ce qu'il servit aux uns et aux autres avec qui son regard se croisait, surtout Aimi et Taishi. Il écouta d'ailleurs le discours de la nouvelle Tsuchikage. Elle souhaitait mettre la lumière sur tout et à entendre sa méthodologie, elle souhaitait ménager les uns et les autres avant de livrer un verdict qu'elle estimerait impartial et juste.

Lorsque vint son tour à lui de se faire prendre en aparté par la Tsuchikage, il fut à peine étonné de voir qu'elle conviait Taishi. Il faudrait évidemment composer avec celui-ci tout au long du règne de Aimi car elle avait visiblement grande confiance en lui.

_ C'est entendu Tsuchikage Sama. Se contenta de dire le Hyûga. Puis il prit congé d'elle et de Taishi. D'un signe, il fit arriver sur sa position un membre du Sazori masqué. A lui il livrerait ses consignes qui seraient répétées aux autres présents dans l'assemblée. Il n'oubliait pas Rin capable de lire sur les lèvres dans toutes les positions. A nouveau lui montrant le dos, il dit alors :

_ Un surveillant sur Yanosa, Hyûga Kisuke et Hyûga Rin.Vous vous relayez jour et nuit. Je veux le rapport sur les faits et gestes de Teruyo et Yanosa pendant mon absence.

Pour le reste, il s'en occuperait lorsqu'il parviendrait à son bureau. Mais pour l'heure il devait s'assurer que le trio ne ferait pas de vague.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 14:58


Suivant ceux qui devinrent ses geôliers, la Parange épiait les chuchotements sur les lèvres de ceux et de celles qui l'entouraient. Perdue au coeur de la foule, mais en étant constamment surveillé, celle qui ne portrait plus son bandeau posait son regard sur la femme au cheveux écarlates. Celle qui avait endossé le rôle de Tsuchikage.

La prisonnière de la cité de la roche était davantage intéressée par ce qui l’entourait, elle était encore sur ses gardes. En hypervigilance, elle venait déposer sur son corps un stress immense. C’était une chance qu’elle en était bien plus préparer physiquement à cette lourdeur qu’elle ne l’était quelques mois plus tôt.


Alors que celle qui portait le titre de Ruby Éclatant venait de sceller ce qui attendait la Veuve et les Parias, les pensés de Rin s’accompagnèrent d’un soupir mental. Si rien de tout ça ne transparaissait, si elle était en contrôle complet de ses émotions, ça ne lui empêchait pas de les vivres tout de même.

« Prisonnière d’une geôle née de l’ivoire… »

Finalement, encore une fois, ce qu’elle avait prévu arriva. La tête haute, elle affrontera ce qui l’attendait, après tout c’était là le choix qu’elle avait fait en acceptant de suivre Noroi jusqu’à Iwa. En sachant pertinemment ce qui l’attendait, bien que c’était là nourrit par une petite lueur d'espoir. Une lueur qui, aujourd’hui, s’éteignait.

Tournant les talons doucement, elle se dirigeait d’ores et déjà vers ce lieu qui l’attendait. Elle n’écoutait pas la suite du discord de la Kage, ça ne la concernait plus. Ses iris éburnés vides d’émotion fixaient le chemin qui la guiderait jusqu’à l’hôpital.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 17:56
le trajet retour avait quelque chose de reposant pour Kisuke. Après tout, du haut de sa gigantesque invocation, il n'avait pas du fournir autant d'efforts que les autres, et s'était majoritairement concentré pour panser ses quelques blessures légères, et retrouver ses forces, tout en échangeant à voix basse avec ses invocations, essayant de comprendre exactement ce que la grande grue avait fait comme miracle pour invoquer des humains.

Il gardait un oeil, de temps en temps, sur Yanosa. Rin n'était pas avec eux. Il pensa qu'elle avait peut-être réussie à s'échapper. Après tout, cela avait été le plan initialement. Si Yanosa n'avait pas été en si mauvais état, et sans l'intervention des samourai, c'était certainement ce qui se serait produit. Avec les mauvais exemples iwajins donnés, Kisuke avait presque perdu toute confiance dans ce village et ses dirigeants. Presque, parce qu'Aimi semblait, elle au moins, plus apte à la raison. Et si Yanosa était prêt à lui faire autant confiance, alors lui aussi était prêt à donner à ce village sa seconde chance.

Malgré les attaques puériles d'un certain chunin qui se croyait décidément plus important que ce qu'il n'était. Mais Kisuke avait laissé coulé l'insulte et la provocation sur l'armure de son indifférence (la seule armure de toute sa ft, quand même). Une fois au village, il compris que Rin avait été tout de même attrapée par un autre groupe. Tant pis. Les dès étaient jetés. Yanosa avait décidé de cette voie en acceptant sa reddition inconditionnelle. Cela n'avait pas été son choix à lui, trop risqué. Trop de déception sur les réactions de deux des trois Taishos, sans compter l'aggressivité incompréhensible de certains de leurs pairs.

La Tsuchikage parla, et leur destin n'était pas en prison, apparemment. Ils étaient tout de même sous haute surveillance, mais avec une certaine liberté dans son cas puisqu'il avait accès à un laboratoire pour produire des anti-douleurs (et certainement des médicaments aux propriétés spécifiques, il était le meilleur pharmacien du village après tout). Cela ne changeait presque pas de ses habitudes, du coup.

Je n'ai pas besoin de soin ni de repos. Si on me cherche, je serais au laboratoire à faire des choses productives. Tsuchikage-sama, je vous remercie de nous laisser la parole, à bientôt.

Il se dirigea, avec ses deux petits serpents, en direction de l'Hopital. L'invocationg géante disparue, au gouffre de ses capacités physiques après cette longue chevauchée. Une fois devant l'édifice, Kisuke se permit néanmoins d'activer son Byakugan pour une éphémère mais importante dépense de chakra. Ses yeux avaient enfin atteint la maitrise de la plupart des autres Hyûgas, avec tout l'exemple que Rin avait pourvu durant leur étrange périple. Ils voyaient derrière la matière, à présent. Et son regard s'étendait loin. Très loin.

Ce n'était pas des données du village qui l'intéressait - bien qu'il put constaté directement qu'il y avait peu de signature dans le village. Sans doute avait-il été évacué également. Il ne s'intéressa pas à la réunion de Taishi, d'Aimi et des autres hauts gradés, bien que cela aurait été dans ses nouvelles compétences. Non, ce qui l'intéressait était la présence des gros chakra dans ses alentours direct, ainsi que ses autres compagnons "parias". une fois assuré qu'ils étaient bien traités et qu'il n'y avait pas une embuscade qui l'attendait dans l'Hopital, il eut un petit sourire, puis entra dans ce bâtiment qu'il connaissait bien, et se dirigea vers un des laboratoire en sous-sol.

Il y avait, comme toujours, fort à faire.
Spoiler:
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Iranos Daiki
Iranos Daiki

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 18:42
Le voyage du retour avait été d’un beau silence pour ruminer les nouvelles questions qui valsaient maintenant dans le crâne d’un jeune Iranos en pleine crise. En effet, si celle-ci était prenait probablement ses racines dans la fatigue et la charge mentale d’avoir assisté à la mort d’un dieu, la crise qui hantait le jeune Iranos était bien réel, et les questions ne trouvaient pas de réponses qu’il pouvait accepter sans se targuer d’être un traître à a sa propre morale. Il avait besoin de repos surtout. L’ambiance sur son ‘groupe’ pour le retour n’avait pas été d’une grande aide non plus, le voyage s'était fait dans un silence horrible, avec un stress constant que Rin conjurerait une brume pour s’enfuir sous ses yeux…

Mais au final, alors que le poids de toute cette situation reposait sur ses épaules et menaçait de le faire céder à tout moment, les crocs rocheux étaient en vue, et les portes du village semblaient finalement être à portée. S’il ne pouvait pas redoubler la cadences avec sa situation, c’est son morale qui remontait doucement, à l’idée de revoir sa famille, prendre un bain et dormir dans son lit! L’idée même de se débarrasser de l’escorte de Rin et de retrouver une parcelle de liberté semblait être la lumière au bout du tunnel.

À leur arrivée, son regard semblait croiser celui du rubis d’Iwa, et bien que celui-ci ne s’attardait pas longtemps sur lui, la Tsuchikage semblait avoir une présence rassurante… un début de réponse à ses questionnements… si la moitié des rumeurs étaient vraies sur Aimi Chiwa, alors peut-être était-elle réellement l’espoir que le village caché de la roche pourrait revivre après se déchirement qu’il devinait. Le simple fait de revoir les rangs d’Iwa, avec il semblerait-il aucun élément manquant, était rassurant… par contre, même de loin, celui qu’il devinait être Yanosa semblait dans un état… le foudroyant ne saurait même pas dire au combien difficile… était-il seulement en vie toujours?

Le discours que Aimi tenait semblait être l’un de ces discours, prononcé à contrecœur, avec des choix difficiles… et pour cause, la situation appelait à ce genre de situation, malheureusement. La mention de ne pas revoir ses proches avant que la situation des parias soit réglée jeta une ombre sur le visage de l’Iranos… sa famille était actuellement au port, avec les autres… il ne les verrait donc pas aujourd’hui. Aussi, il allait avoir des obligations, bon c’étais de mise, mais le groupe nord avait somme toute accomplit son devoir à la lettre, donc il n’y aurait pas grand chose à reporter, si ce n’était que de l’aide particulièrement apprécié de Nara Aizen, qui faisant partis toujours du groupe maintenant aux portes, au grand désarroi du Kaminarijine.

Finalement, ses ordres ressemblaient à ‘ rentrez chez vous et attendez les instructions’... bon, il y avait plus stimulant tout de même… mais au moins il aurait accès à de la vraie nourriture, et n’aurait pas à survivre sur des rations militaires… du moins, si la situation ne durait pas trop longtemps.

Une idée traversa son esprit, chassé rapidement par la situation d’il y a quelques heures, où les regards de Noroi avaient envoyés des signaux inquiétants vers l’Iranos… il avait pensé l’inviter chez lui, chasser la solitude qui pèserait très certainement… mais il n’était plus certains si sa coéquipière lui faisait toujours confiance, donc après un regard furtif et bref, il se ravisa.

Puis, alors que la foule semblait se disperser finalement, l’Iranos traversa une fois de plus les portes d’Iwa, en direction de sa maison. Cette fois, il ne ramenait pas grand gloire, ni réelle réussite… mais beaucoup de réflexion. La nuit portera très certainement conseil.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12308-iwa-daiki-iranos https://www.ascentofshinobi.com/t13941-dossier-de-shinobi-iranos-daiki
Noroi
Noroi

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 20:07



Le calme avant la tempête


ft. Tous




Le voyage de retour vers le village se fit dans un silence maussade et la jeune femme ne pouvait s’empêcher de crisper ses doigts sur le bandeau shinobi de la dame Hyûga qu’elle avait récupéré lorsque Tsuyoshi et elle-même était passés à proximité. Elle n’avait eu de cesse de penser aux paroles dures que le Taisho avait eu à son endroit, mais la jeune hermite n’avait aucun regret sur les actes qu’elle avait posée, elle avait simplement compris que pour l’homme qui se trouvait devant elle, ramener de force Rin aurait été plus simple que de la convaincre et cette réalisation ne pouvait qu’attrister celle qui exécrait toute violence quelle qu’elle soit.


Une fois arrivé au village, la nouvelle Kage s’était empressée de donner ses ordres, stipulant par le fait même qu’elle allait vouloir rencontrer ceux en charge du scellement lorsque tous ce serait reposer puis elle les laissa partir, confinant simplement ceux ayant participer à l’écorché à l’enceinte de l’hôpital tout en plaçant Tsuyoshi en charge de la surveillance du respect des instructions.


Croyant initialement qu’elle serait mise à profit par ce dernier, la genin attendit dans son ombre pendant quelques longues minutes puis, réalisant finalement qu’il n’en serait rien, son regard chercha dans la foule celui familier du maître des serpents qu’elle trouva sans peine, prenant la direction de la section que l’on lui avait assignée au sein du bâtiment médical. Sans réfléchir, Noroi s’élança dans sa direction, rejoignant ceux le maître alchimiste en quelques secondes et tandis qu’elle le saluait de la main, elle ne put s’empêcher de lui adresser quelques mots qui laissait transparaître son état d’esprit actuel.


Ça fait plaisir de vous revoir Kisuke-sama ! J’ai des centaines de questions pour vous, mais le plus important pour le moment est de s’occuper des blessés, dites-moi comment je peux me rendre utile ? Aussi, il va falloir me montrer comment l’on peut contrôler les serpents comme vous le faites… J’adorerais apprendre à en faire de même quand nous aurons un peu plus de temps !

Son air maussade s’était tranquillement dissipé tandis qu’elle parlait à celui qu’elle considérait comme son mentor même si la grande majorité de ses enseignements s’étaient produit de manières indirecte via ses nombreuses notes alchimiques qu’il avait laissé à sa disposition au cœur des serres iwajines. Elle ne comprenait pas tout ce qui venait de se produire, mais, visiblement, le Hyûga était encore une fois prêt à utiliser son savoir pour le bien de son prochain même si ceux-ci avaient été, d’une certaine façon, ses adversaires quelques heures seulement auparavant et cela était suffisant pour convaincre la jeune Hermite qu’il n’avait pas trahis la roche.


Accélérant légèrement le pas elle se porta à sa hauteur avant de se relever légèrement sur ses orteils pour lui murmurer une dernière phrase qu’elle n’adressait qu’à lui, même si Tsuyoshi était très probablement déjà au courant de ce qu’elle s’apprêtait à divulguer à l’apothicaire.


Au fait… J’ai le bandeau de Rin dans ma poche si jamais elle change d’idée…


Résumé

Noroi attend les instructions de Tsuyoshi, mais en l'absence de celles-ci, elle décide qu'elle sera plus utile auprès de Kisuke et rejoint ce dernier alors qu'il se dirige vers le laboratoire.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12796-80-la-malediction-du-clan-daiko https://www.ascentofshinobi.com/t13343-dossier-shinobi-noroi#118049 https://www.ascentofshinobi.com/u1521
Xuân Nozomi
Xuân Nozomi

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Dim 5 Fév 2023 - 21:41
Le retour à Iwa fut à la fois long et rapide. Nozomi songeait à sa famille, se demandant s’ils avaient subi eux aussi une attaque des samouraïs. S'inquiétant pour ses enfants mais également ses parents, ainsi que son frère. Et s’ils rentraient et qu’ils voyaient qu’Iwa avait été attaquée ? Qu’on avait profité de leur absence ? De ce côté, la Xuân avait hâte de rentrer et les minutes lui semblaient des heures. De longues minutes pendant lesquelles les Tsuchijins attendaient les shinobis - eux, qui viendraient les aider à soigner les blessés, dénombrer les corps, et trouver de quoi se loger ainsi que se nourrir.

D’un autre côté, l’adrénaline descendue lui faisait également prendre de plein fouet la fatigue accumulée ces derniers temps. Contrairement à d’autres, elle n’avait pas été à la limite de ses capacités. Mais ça avait été un gros défi pour elle car il s’agissait de la première fois en tant que kunoichi en dehors d’Iwa. Sa première grosse mission. Elle n’avait donc pas les réflexes des autres, et avait raté certaines choses importantes. Pendant le trajet, elle repensa donc à tous ces évènements afin de réfléchir à ce qu’elle aurait pu faire différemment ou non. Aux petits détails auxquels elle n’avait pas songé sur le coup. Ce qui la fit se rapprocher tour à tour de tous ceux ayant combattu à ses côtés.

- “Merci pour votre aide, sur le champ de bataille.”

Et remercia un à un chacun de ses coéquipiers du groupe est. Elle prit également le temps d’observer les shinobis qui les accompagnaient jusqu’à Iwa. L’horticultrice en connaissait certains de vue, tandis que d’autres lui étaient parfaitement inconnus. En d’autres circonstances, elle aurait aimé faire leur connaissance. Mais la kage prit de nouveau la parole à leur arrivée à Iwa pour donner des directives. Et confirma qu’elle devait s’atteler immédiatement à la fabrication d’anti-douleurs. Aimi aussi avait dû réfléchir à tout cela pendant le trajet, car le lieu de fabrication avait changé. Si avant le départ elle avait parlé de la serre, il lui fallait maintenant se rendre à l’hôpital.

- “Merci de votre confiance. Je vais dès maintenant chercher ce dont nous avons besoin.”

Nozomi ne savait guère pourquoi la kage lui confiant à elle le soin de mener cette tâche à bien, plutôt qu'un autre. Ou plutôt, elle ne le savait que trop bien : ce rôle aurait normalement dû revenir à Kisuke. Mais celui-ci devenant étroitement surveillé, il était difficile de lui confier officiellement quelque chose. Étant donné qu’il était le mentor de Nozomi en tant que rentanjutsu, elle lui donnait donc la tâche de façon officieuse. Se tournant vers l'intéressé, l’horticultrice poursuivit.

- “Avez-vous besoin de choses particulières, en dehors de ce qu’il faut pour préparer les anti douleurs ? Je vous les amènerai à l’hôpital.”

Des vêtements de rechange, peut-être ? D’autres choses auxquelles elle ne pensait pas ? Elle jeta un œil à son autre mentor. Celui-ci était dans un triste état. Mais elle pouvait sans crainte le laisser aux mains de la Chiwa ainsi que le shinobi qui l’accompagnait. Rin était là également, et c’était un soulagement de voir sa silhouette malgré la fatigue qu’affichait son visage. En revanche, il n’y avait aucune trace de Komorebi. L'équipe cinq faisait peine à voir... La concernant, elle fila vers les serres une fois que Kisuke lui confia un de ses serpents. Il lui montrerait certainement ce qu'il voudrait.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12800-l-art-de-faire-pousser-des-fleurs-dans-les-roches-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-kiri-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t12888-xuan-nozomi https://www.ascentofshinobi.com/u227
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Lun 6 Fév 2023 - 0:58
Ne rien faire. Il s’agissait là sans doute de l’antithèse la plus absolue de ce qu’était l’Oterashi, mais aussi sûrement que le soleil se levait et se couchait chaque jour, c’était également ce à quoi il était condamné pour le moment. Une inaction chargée d’introspection, de retours en arrière et de ruminations sans doute aussi vaines que de tenter de vider les océans, mais qui furent malgré tout ses seuls compagnons durant le retour long et poussif jusqu’à la Cité de la Roche. Yanosa avait une vue claire sur ce qu’il lui faudrait accomplir une fois là bas, sur ce qui se devait d’être entrepris sans délais et sans débats, mais comme de coutume et plus que jamais, bien des décisions ne seraient pas entre ses mains. Il avait désobéi. Avait bravé les ordres et interdictions qui lui avaient été formulés, et en cela il ne pourrait être que tenu pour fautif dans le grand schéma de cette catastrophe qui s’était abattue sur Tsuchi. Rongé par cette énergie gravifique qui l’empêchait de reprendre forme humaine, qui l’obligeait à se vider continuellement de son énergie sous peine de mourir dispersé dans les montagnes, le guerrier tellurique l’était également par cette culpabilité, omniprésente et acide. Et savoir au fond de lui que ses choix, que ses décisions n’étaient pas les seules à avoir entraîné cette tragédie ne jouait en rien pour l’amenuiser.

Durant cette semaine et demie qui venait de s’écouler, il avait haï Harumi. Avait haï Teruyo. Avait méprisé Ashitaka et Meho, ses deux frères d’armes, pour ne pas avoir su raisonner leur Taishô. La haine avait cependant bien vite laissé la place au chagrin, puis à une nouvelle forme froide et détachée de la résolution qui avait déjà caractérisé le guerrier de roche par le passé. Ces nœuds, sans doute, et ce peu importe les mots qu’il pourrait utiliser pour leur donner forme, ne se démêleraient jamais, ne le quitteraient jamais. Ne restait dès lors à contempler pour lui que l’avenir et les défis qu’il portait, à commencer par celui du sort qui risquait de l’attendre au sortir de cette crise. Un sort qu’il braverait tout aussi ardemment que la mort, si il le jugeait nécessaire.

Le cycle de ces réflexions, l’Oterashi eut l’impression de le parcourir des milliers et des milliers de fois avant qu’enfin les pas du golem dans lequel il avait été placé ne rejoignent les abords des Crocs Rocheux. Tout du long, le Chûnin en disgrâce avait senti la présence d’Aimi non loin de lui, une présence qui se voulait dans ce contexte tout autant réconfortante que viscéralement abrasive. Elle était Tsuchikage, à présent, et il lui reviendrait donc tout à la fois la responsabilité d’entendre ce qu’il avait à dire et d’y apposer son jugement. Rien qui ne puisse se révéler évident, au vu de leur passif. Observant se dessiner au loin les crêtes familières qui cerclaient la Cité d’Iwa, Yanosa sentit peu après la procession s’arrêter tandis que sa main allait une fois encore piocher dans la roche du golem pour la faire sienne, colmatant ainsi les fissures qui recommençaient à apparaître sur son torse. Pour un peu, l’Oterashi aurait pu s’estimer acclimaté à cet état de constante instabilité, mais il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas mener une vie, mener ses futurs combats, dans un tel état de dépendance. Amorphe et distant, sans bouger d’un iota de plus que ce qu’il avait expressément besoin, le Tellurique écouta alors les directives passées par la Chiwa. Faire revenir les habitants. La ville avait donc été vidée, à l’exception peut-être de quelques vigies, ce qui voulait dire…

* Asuka… *

Il n’aurait pas pensé que ses songes puissent s’attarder ainsi sur les traits fins et durs de la jeune femme en de telles circonstances, mais il fallait croire que lui aussi avait sa part d’égoïsme. Une chambre d’hôpital, voilà qui allait en tout cas le changer de ses habitudes – ou pas. Cherchant le regard de ses frères d’armes Rin, Kisuke et Muramasa dans la petite foule qui avait fait route jusque là, Yanosa leur destina à chacun, à peine redressé sur le golem, une oeillade franche et résolue. Il trouverait comment reprendre le contrôle. Comment éteindre les conflits. Comment leur permettre, à tous les trois, de poursuivre la quête qui les avait mené en premier lieu à toutes ces extrémités. Celle du nécromancien. Celle de Kojima Reijirô. Véhiculé jusqu’au centre médical, le Tellurique se mura dans le même silence qu’il avait conservé pendant le voyage, des pistes déjà bien arrêtées dans son esprit pour tenter de maîtriser cette énergie d’un nouveau genre qui avait élu domicile dans son corps. Et Aimi, si elle n’était pas la seule à en être capable, serait justement l’une des personnes idéales pour l’aider à les concrétiser… si toutefois, après tous ses aveux et explications, elle y consentait encore.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Lun 6 Fév 2023 - 16:56
De retour à Iwa avec le groupe portant les blessés, la vampire aux yeux carmin écouta tranquillement le discours d'Aimi qui prenait son rôle de Tsuchikage bien à cœur comme elle aurait pu s'en douter. Ses décisions semblaient très raisonnables pour l'heure et plutôt conciliantes envers ceux qui avaient été jusqu'à attaquer pour tuer le Dieu qu'ils devaient sceller tout comme envers les scelleurs dont certains avaient visiblement délibérément saboté l'opération. Cette constatation était particulièrement amusante pour la mercenaire qui avait vu le chaos total qu'était actuellement Iwa et pourtant, soutenus par leurs alliés ainsi que par elle, ils avaient réussi à éteindre une des plus grandes calamités de ce monde sans perdre un seul combattant, et ce malgré l'intervention imprévue des 6 Renégats qui étaient loin d'être des amateurs.

S'étirant tout en baillant, la demoiselle prit quelques instants pour se recoiffer tout en regardant les différents shinobis partir çà et là dans le village désert, récemment évacué pour la sécurité des habitants.

D'un pas léger et rapide, elle se mit alors en mouvement pour parvenir jusqu'à la nouvelle dirigeante du village caché de la Roche à qui elle fit un petit signe de la main, tout sourire.

« Ravie de voir que tu t'en es sortie vivante Aimi. »

Blessée légèrement jusqu'à sa main gauche ainsi qu'à la droite de son cou, la vampire avait bloqué l'éventuelle perte de sang, bien qu'extrêmement minime, avec une petite technique de cicatrisation. Le reste n'était qu'éraflures suite à la destruction de son armure ainsi que quelques très légères brûlures, vraiment rien de gênant pour la vampire aux cheveux rosés.

« Je ne sais pas à quel point cela te ravira de l'apprendre, mais je possède les signatures chakratiques de tous les Renégats ainsi que de leurs invocations présentes lors de cet affrontement. Les retrouver sera aisé pour moi si tel est votre but. »

Se recoiffant brièvement et terminant d'enlever quelques restes de son armure de sa chevelure au passage, la demoiselle joignit alors ses mains à l'arrière de son dos, reprenant soudain un air bien plus sombre et sérieux.

« Mais c'est secondaire, nous pourrons discuter affaires ensuite. D'abord, je voudrais savoir où est ce Chioshi Genosuke qui se prétend Jonin d'Iwagakure no Sato, si tant est qu'il existe. S'il n'est qu'une invention, le savoir le plus tôt possible m'aiderait également. Tu comprendras que je ne peux pas me permettre d'attendre quand la vie de ma mère et celle de mon frère sont potentiellement en jeu. Je vous ai aidé à sauver votre pays, aide-moi à sauver ma famille. S'il te plaît. »

Une pointe d'inquiétude s'était glissée dans la voix pourtant froide et calculatrice de la jeune femme qui avait du mal à cacher ses émotions malgré ses efforts pour paraître dure, exigeante. Elle avait mit sa vie en jeu pour Iwa, elle leur avait donné du temps au lieu de simplement courir après leurs réfugiés pour y traquer soit Taka et Yutaka, soit celui qui la menaçait, elle estimait avoir tous les droits de réclamer une réponse la plus rapide possible. Cependant, elle savait également qu'elle aurait besoin d'un peu de repos en cas d'affrontement à venir. Et ce doute sur ces capacités à être au meilleur de sa forme en cet instant venait faire vaciller légèrement ses certitudes et sa détermination qui étaient pourtant plus solides que les montagnes qui entouraient le village devant lequel elles se tenaient en cet instant.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Nihito Meho
Nihito Meho

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Mar 7 Fév 2023 - 23:08
___________________________________________
L’ultime épreuve
___________________________________________




C’était instinctivement qu’il avait choisi l’arrière du convois. Après un cours échange avec « le défenseur de bijus », Mého avait pris ses distances réalisant bien trop tard qu’une étrange atmosphère s’était imposé dans le cortège. Les murmures, les regards. Autour de lui, hommes comme femmes semblaient songeurs et nul besoin d’être particulièrement doué pour comprendre les sources de tous ces questionnements. L’échec de la capture, l’arrivée trop bien timer des samouraïs, la libération de Yonbi ... Cette liste anormalement longue d’événement sur une si courte période semblait interminable. Comble du comble, lui le simple chunin du village se retrouvait au centre d’une bonne partie des problèmes et il en était sûr, certains regards lui étaient destiné.
L’immense golem fit trembler le sol sous son poids accaparant momentanément l’attention du jeune homme. Au cœur de la marionnette de pierre, se trouvait un homme, et cet homme représentait un danger qui paraissait maintenant bien plus grand que celui des bêtes à queues. OTERASHI Yanosa, l’assimilateur tapit dans la montagne. Clairvoyant, leader né, fratricide, tueur de dieux ! Les actes du ninja avaient à leur façon bouleversé la face du monde. Admiré par certains, craint par d’autres, l’Otérashi même affaibli était le facteur clé des événements. Pour cette simple raison, alors même qu’il était plongé dans l’ombre, tous les regards restaient tournés vers lui.

Iwa arriva bien plus vite qu’il ne l’aurait pensé. Sa maison, sa famille, Mého senti son cœur déjà épuisé se serrer un peu plus. Un ninja passe sa vie aux portes de la mort et c’est comme ça que cela doit être. Cette pensée, bien que glaciale, était ancrée en lui depuis bien longtemps. Il avait connu la rigueur des affrontements, la violence de la guerre, l’approche de la mort. La mort… La pensée glaça le ninja tandis que des images revenaient en flash brouillant sa vision. Lui qui pensait connaître la mort, lui qui l’avait déjà si souvent croisé, faire face à la disparition d’un proche sous ses yeux avait eu l’effet d’une bombe. Lorsqu’il repensait à la disparition de Tenzin, il s’était toujours dit que s’il avait été là, il aurait peut-être sauvé la donne. Il aurait peut-être sauvé son sensei et frère. Cette pensée bien que naïve, avait toujours été une forme de bouée l’empêchant de se noyer dans son propre océan de regret. Là, en revanche, il avait été présent. Il avait vu ses proches mourir sous ses yeux et avait été impuissant. Tout simplement impuissant.

Difficile de savoir si ce furent les portes d’Iwa ou l’intervention de la nouvelle Tsuchikage qui fit sortir le jeune homme de ses réflexions. Les mots de la chiwa traversèrent le cortège pour cibler directement la poignée de concernés. *Au final, il serait logé à la même enseigne que les accusés…* Cette pensée, aussi immature fut elle, était telle une lame chauffée à blanc à travers son lui. Aimi n’avait pas le choix et il en était bien conscient. Cependant, après toute cette série d’événements, Mého ne ressentait qu’un unique besoin, celui d’être cru… Il avait vu ses camarades s’entre-tuer. Celle qui lui avait tant apprit l’avait accusé de diffamation et maintenant, c’était d’une certaine façon Iwa elle même qui à tort ou à raison lui faisait comprendre qu’en ce monde, la confiance ne pouvait jamais être acquise. « A vos ordres …»

Bien que cette réponse n’ait été qu’un murmure, la résignation se faisait très bien entendre dans sa voix. Peu importe sa situation, il prendrait la route. Il suivrait les ordres, car il était un ninja et tel était la vie de ninja. C’était en Iwa que lui et sa famille avaient donné sa confiance. Il se détacha silencieusement du groupe. Jetant un ultime regard à la Chiwa, il s’inclina avec respect et passa les portes. Sa route était maintenant tracée et cette épreuve, comme toutes les autres, il la surmonterait.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Shizen Seiki
Shizen Seiki

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Mer 8 Fév 2023 - 20:38




Le Calme avant la Tempête



Le chemin du retour s'était fait dans un calme relatif tandis que chacun était certainement perdu dans ses propres pensées, quelles qu'elles furent, alimentées certainement par les tensions. Entre une Kage qui devait à la fois sauver un des siens, mais le juger avec deux (ou trois ?) autres de ses camarades. Son garde du corps qui semblait la suivre comme son ombre, mais ne semblait pas en penser moins. Une genin qui semblait complètement perdue dans ses allégeances et un médecin aux allures de playboy dont l'implication semblait aussi hasardeuse qu'intrigante au sein des Parias. Ces mêmes Parias qui devaient certainement réfléchir à toutes leurs actions passées et les possibilités de leur futur au sein de la Roche. Enfin...tous sauf peut-être Le Cauchemar qui était en train de lutter pour sa survie. Je pouvais le sentir grignoter dans le chakra et dans la terre du golem que j'avais créé à plusieurs reprises, les turbulences de son chakra semblant passer par des phases tantôt stables, tantôt erratiques. Des fissures apparurent le long du golem à quelques reprises alors qu'il perdait de sa substance, mais grâce à un nouveau mudra je venais créer à nouveau de la roche pour remplacer les parties manquantes et colmater les brèches. Mais même dans cette position, j'étais certain que ce shinobi tenace au point de paraître immortel était déjà en train de penser à la suite. Le trajet aurait toutefois été bien plus fatiguant si le jeune chunin de la Roche du nom de Meho n'était pas intervenu pour placer un sceau sur ma construction rocheuse. Un sceau qui vint immédiatement alléger ce dernier et me permettre de le déplacer avec bien plus de facilité.

Alors comme ça, lui aussi maîtrisait l'art de pouvoir altérer le poids des choses et ainsi l'allourdir ou l'alléger selon son désir ? Une capacité qui, avec des affinités tel que le doton, pouvait faire des ravages considérables comme l'Oterashi pouvait nous montrer. Les paroles acerbes de Meho toutefois ne trouvèrent pas de réponse auprès du Maître des serpents, même si la tension était bien présente au sein des groupes. Après tout c'était le témoignage et les paroles de ce chunin qui avaient mis un projecteur sur tout le désastre qui avait frappé Tsuchi no Kuni. Et même si Kisuke ne semblait pas comprendre ces accusations, elles devaient forcément avoir un fond de vérité. Car après tout, ils avaient bien défié les ordres de la Tsuchikage, et Rin avait bien tenté de fuir...Alors comment toute cette histoire allait-elle finir ? Une nouvelle craquelure au niveau de ma construction de roche me poussa à tourner un regard fugace vers notre monstre de terre ambulant, et à composer un nouveau mudra pour continuer à alimenter son support. Heureusement, Aimi était aussi là pour me donner un coup de main avec Yanosa, ce qui devait certainement un brin le soulager. C'est alors que le Nihito finit par m'approcher pour entamer une discussion. Et les quelques phrases qu'il m'adressa, bien que surprenantes, ne me laissèrent pas indifférent après le chaos, la destruction, et la mort à laquelle nous avions assisté. Tournant ma tête dans sa direction, je ne pus m'empêcher de lui sourire doucement d'un air fatigué.

-Moi-même je ne peux me targuer d'en savoir énormément sur ces Dieux...mais je pense que nous avons encore beaucoup à apprendre sur eux. Ca me ferait plaisir d'en discuter avec vous une fois que nous nous serons reposés à Iwa, finis-je par dire d'un hochement de tête entendu dans sa direction.

Car peut-être, enfin, pourrais-je avoir une discussion avec un autre shinobi sur les Dieux sans planifier leur mort ou leur emprisonnement à vie sans autre forme de considérations. Peut-être réussirais-je à amener un shinobi à voir le monde et les Dieux d'une autre manière. En attendant, nous avions beaucoup de pain sur la planche avant cela. Le reste du retour à Iwa continua dans un calme tout relatif, jusqu'à ce que nous arrivions aux portes du village de la Roche. Chez beaucoup des shinobis présents, l'arrivée au village était visiblement un soulagement. Certainement que la sensation du "retour à la maison" marquait définitivement la fin de cette Calamité et le passage à la prochaine étape qui s'annonçait certes compliquée, mais bien moins éreintante. Et puis sans compter le fait que se sentir à la maison donnait souvent un sentiment de normalité et de sérénité, voir de la joie pour peu que certains d'entre eux aient de la famille à voir. Mais la Tsuchikage prit parole, et même si le poids que représentait Yonbi dans la conscience de chacun s'en était allé, son discours rendait clair le fait qu'il y avait encore bien du travail à accomplir...Et le plus gros de ce travail retomberait certainement sur elle. Les parias, comme ils avaient fini par être appelés, se verraient amener soit à l'hôpital pour les uns, soit à la serre pour les autres, restant relativement libres de leurs mouvements.

Je me demandais comment cette mesure allait être vue par le reste du village. Et notamment par ce jeune chunin Meho qui semblait vivre bien plus difficilement la situation que d'autres. D'après ses dires, il avait vu ses camarades mourir au moins en partie à cause de ces parias, ce même évènement qui avait mené à la libération de Yonbi et à la mort de bien des innocents. Et pourtant, voilà que ces derniers restaient libres de chaînes, bénéficiant de la clémence de la Rokudaime Tsuchikage en attendant que cette dernière ne les entende et rende son jugement. Si je ne pouvais me targuer de partager la peine des Iwajins qui avaient perdu leurs camarades, je ne pouvais pour autant pas m'empêcher de ressentir une pointe de colère que je parvenais à museler avec mon habituel calme. Cette colère n'était pas dirigée tant vers les parias que ceux qui avaient fait échouer le scellement. Ceux qui avaient permis aux Parias de parvenir à tuer le Dieu Singe, ne laissant plus aucune chance aux nôtres de le sceller et d'apprendre à le connaître. Ceux qui avaient décidé que la Mort était plus importante que la Vie. Que la Haine était plus importante que l'Espoir. Cela aussi serait démêlée par la Tsuchikage. En attendant, cette dernière finie de donner ses directives et s'adressa à plusieurs shinobis avant de venir à ma rencontre. C'était la première fois qu'on se parlait réellement, elle et moi, et ses premiers mots furent des excuses. Et étrangement, cela ne m'étonna guère. La laissant terminer, je lui adressai un mince sourire en inclinant la tête respectueusement.

-Nul besoin de vous excuser, Tsuchikage-dono. Les circonstances n'étaient pas aux présentations formelles, mais je suis sûr que nous en auront l'occasion bientôt. J'accepte volontiers d'aider à garder au mieux le calme et éviter les débordements à l'hôpital, même si certains risquent de ne pas voir d'un bon oeil ma présence...

D'ordinaire, dans une autre situation, j'aurais certainement fait en sorte de ne pas prendre part à ce débâcle, et ce pour plusieurs raisons. Dans un premier temps, je ne faisais pas parti du village, et je préférais ne pas me mêler des affaires internes à celui-ci. Dans un second temps, les shinobis du villages qui viendraient à apprendre que je n'étais pas réellement Iwajin pourraient voir dans ma présence une certaine illégitimité à participer à cette "surveillance" que la Tsuchikage mettait en place autour des différents protagonistes. Toutefois, si la demande émanait de la Rokudaime elle-même, il y avait fort à parier que les shinobis ne se rebelleraient pas face à ma présence. Enfin...j'aurais eu tendance à penser cela si je n'avais pas assisté au spectacle récent face à Yonbi et aux multiples désobéissances. Mais cela encore s'inscrivait dans les futurs problèmes de l'Ecarlate que je serais bien heureux de lui laisser. Tout comme j'aurais pu lui faire remarquer que donner autant de libertés à Kisuke n'était peut-être pas le plus judicieux, lui qui était versé dans l'art de la concoction et des illusions, et donc dans un certain sens de la fourberie. Ou encore lui faire remarquer qu'elle n'avait rien prévu pour Borukan Muramasa qui, lui aussi, semblait ne pas avoir eu l'envie de suivre ses ordres malgré les informations portées à son attention. Ou encore de prendre soin de ses shinobis et de ce chunin qui, malgré la loyauté sans faille qu'il montrait, semblait s'enfoncer dans des ténèbres. Mais la Rubiconde avait déjà beaucoup à faire et à penser, et je n'avais aucune légitimité de lui faire la moindre de ses remarques, à moins qu'elle ne me demande expressément mon avis sur le sujet. Je me contentai donc de hocher la tête pour clôturer le sujet et me mettre en marche.

-Eh bien, je ne vais pas perdre plus de temps. J'emmène Yanosa-san à l'hôpital. Vous pourrez m'y trouver si jamais vous désirez converser avec moi. A bientôt, Tsuchikage-dono.

Et sur ce, moi et mon golem nous mîmes en marche pour traverser le village presque vide en direction de l'institut de soin qu'avait aidé à bâtir et renforcé l'actuelle cheffe du village.
Revenir en haut Aller en bas
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Le calme avant la tempête [Libre] Empty
Ven 10 Fév 2023 - 17:37
Le sentiment de triomphe qui avait envahi le coeur du jeune mercenaire, semblait-il, n’avait pas trouvé son chemin chez la plupart des shinobi d’Iwa, avec lesquels il partagea une marche éreintante jusqu’aux abords du Village de la Roche. Autour de lui, la morosité s’était installée dans les yeux de la majorité, et si le Nomura avait pu comprendre que de très nombreuses morts civiles plus au nord ternissaient allégrement un quelconque sentiment de victoire, il était malgré tout surpris de ressentir autant de tension au sein de cette troupe. Avait-ce à voir avec cette histoire de traîtrise, dont l’un des acteurs, un certain Yanosa était à présent gardé dans l’étreinte de ce golem de pierre ? Iwa était-elle globalement si contrariée de ne pas avoir pu sceller le Yonbi pour conserver son pouvoir entre leurs mains ? Ces problématiques, si elles intriguaient el et bien Ieyasu du haut de ses quinze ans, étaient toutefois loin de lui faire se ronger les sangs. Tetsu serait sauf, ainsi que sa famille qui y résidait, et c’était fondamentalement et égoïstement tout ce qui comptait à ses yeux.

A son échelle, même si il n’avait pas été d’une contribution cruciale, le Nomura se félicitait d’avoir pu faire bloc contre la dévastation représentée par le Dieu Singe. Plusieurs fois il avait vu sa vie défiler devant ses yeux, incrédule face au niveau de puissance qu’ils avaient dû contenir et par celui de certains de ces shinobi. Le bretteur tetsujin avait beau de plus être le jeune idéaliste naïf qu’il avait été l’an passé, il était encore abasourdi par ce qu’étaient capables d’accomplir ces maîtres du chakra, aptes à tenir tête de front à ce genre de créature millénaire et terrifiante. Vivre dans ce monde, décidément, lui semblait de moins en moins évident au vu de tous les dangers mortels qu’il recelait. Se protéger soi-même était déjà un défi et s’assurer du bien être de ses proches une mission quasi-impossible. Ce qui n’empêcherait toutefois pas Ieyasu, envers et contre tout, d’essayer d’y arriver.

Suivant la cadence des troupes iwajin, le jeune mercenaire finit par apercevoir la silhouette des Crocs Rocheux à l’horizon, soulagé à l’idée qu’il pourrait bientôt se relâcher et se reposer. Sur place, le Nomura marqua une halte en compagnie des autres soldats et fut témoin de la prise de parole assurée de la nouvelle Tsuchikage, celle qu’il avait déjà attendu tout ce temps au sein du village. Dans ce contexte si tendu et particulier, la leader aux cheveux de feu avait nécessairement beaucoup à gérer et à penser : il serait dès lors difficile, songea-t-il, de pouvoir solliciter immédiatement l’aide de l’eiseinin légendaire pour la confection d’une prothèse de main gauche. Face aux consignes lancées à l’encontre des forces del a cité, Ieyasu ne put réprimer un soupir de fatigue lasse. Conscient de la liberté dont il jouissait en tant que mercenaire, le jeune homme savait malgré tout à quel point son futur proche restait lié à celui de la Roche. A ce moment précis, la conjoncture était loin d’être propice pour essayer d’accaparer un peu de l’attention de l’Ombre, impressionnante et iconique.

Résolu, le Nomura rongea donc patiemment son frein : avec cette catastrophe à éponger, le travail ne manquerait pas, et une opportunité de travailler à nouveau au côté de son mentor au bob ne se refusait pas. Faisant fi du marasme ambiant, l’épéiste de Tetsu prit alors le chemin du centre ville désert, vers la demeure de ses hôtes. Y déposant armes, pièces d’armure abîmées et équipements superflus, il prit un bref instant pour souffler, comme si il avait dû attendre ce moment pour vraiment emmagasiner ce qui s’était passé dans l’air du Cirque. Le repos lui tendait les bras, mais le devoir moral prit finalement le pas, guidant les siens dans la foulée jusqu’au centre médical.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892

Le calme avant la tempête [Libre]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête.
» [Event n°1] Le calme avant la tempête.
» Le calme avant la tempête ₪ Solo
» Le calme avant la tempête [Ft. Meikyû Raizen]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: