Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
L'attente d'un signe d'espoir [Libre] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

L'attente d'un signe d'espoir [Libre]

Hyûga Sayuri
Hyûga Sayuri

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Mar 17 Jan 2023 - 20:01




Camp de réfugié au Port de Kuri




L’évacuation s’est assez bien passée, Sayuri avait aidé de son côté pour rassembler les civils vers les tunnels et traverser les réseaux souterrains en direction du Nord-Est du Pays, en direction du Port de Kuri. Évidemment, les tunnels se terminent bien avant le port et le reste du voyage se passe à la marche, à découvert de tous. Cela dit, il y avait assez de Shinobi d’Iwa pour bien protéger les habitants durant le trajet. En tant que Hyûga, la jeune femme a utilisé son Byakugan afin de s’assurer que tout puisse bien se passer. Là-dessus, elle n’était pas toute seule, les autres membres de son clan ayant suivi le mouvement, ont également usé de leur Dôjutsu à tour de rôle pour veiller à ce qu’il y a aucune embuscade, piège et autres. Il y avait beaucoup de monde, mais assez pour contrôler chaque endroit des troupes pour maintenir une certaine sécurité. Parfois, ce n'était pas évident de gérer certains cas, mais pour le bien de tous, il fallait prendre sur soi. Sayu étant Chûnin, elle avait la responsabilité des Genin et de certaines choses envers les civils, comme tant d’autres Shinobi de grader. L’Iwajine avait prévenu d’autres villages sur leur chemin, par nécessité comme ceux avec elle afin d’aider à évacuer, ceux le voulant.

En arrivant au port de Kuri, les villageois et responsable des lieux ont été prévenu de la situation. Maintenant, il fallait s’assurer que les embarcations soient capable de transporter tout le monde en cas de problème. Tout le monde y mettait du leur afin qu’en cas de besoin, tout puisse être prêt. La Hyûga se trouve à l’entrée du campement des réfugiés, en train de surveiller de son côté. Il y avait des patrouilles, des gardes de camp, des aides de camp et tout le monde avait une tâche à accomplir. Cela semblait si long, à croire que ça faisait une éternité qu’Iwa était là, à attendre un signe de la part de la Tsuchikage ou d’un ninja faisant partie des équipes pour affronter Yonbi. Au loin, il n’était pas difficile de remarquer de la fumée noire, avec un Byakugan de mieux remarquer que c’était le chaos. Or, malgré son Dôjutsu, il n’était pas possible de voir ce qui se passé exactement. Est-ce qu’il y avait des morts ? Des blessés graves ? Yonbi a-t-il été scellé dans un objet ? Ou alors, a-t-il un nouveau Jinchuriki ? Difficile de le savoir. Observant l’horizon, la jeune femme se posait bien des questions. Soudain, une voix l’interpelle en s’adressant à elle directement. « Onee-sama, est-ce que tout se passe bien de votre côté ? » Demande Kagome.


Sayuri se tourne vers elle, gardant un air sérieux. « Pour le moment, il n’y a rien à signaler. Es-tu venue prendre ma place ? » Dit-elle. Kagome hoche la tête. « Oui, c’est l’heure de la relève. Allez vous reposer, Onee-sama. » Répondit-elle d’un air calme et souriant. Sa cadette a toujours le sourire, selon elle, ça permettait de garder espoir et de n’inquiéter personne. Les civils avaient besoin de réconfort et de penser à autre chose qu’à la situation actuelle et à Yonbi. D’un soupir, elle désactive son Byakugan et hoche la tête. « Très bien, mais en cas de souci, n’hésite pas à le dire. » Termine-t-elle là-dessus. Sayuri n’est pas réellement fatigué, mais il n’est pas question de trop utiliser le Byakugan, en cas d’attaque de bandit. La kunoichi se promène dans le camp, tout en se dirigeant vers le port afin de savoir comment ça se passe au niveau des embarcations. Il est important de savoir si tout se passe bien afin de mettre tout le monde dans les navires en partance d'un lieu plus sûr. Les blessés continuent à recevoir des soins, notamment un certain Borukan Ashikata, l’un des Shinobi ayant prévenu de la situation. D’ailleurs, la Hyûga se demande comment il se porte, car il n’était pas très beau à voir à son arrivée.

Maintenant qu’elle y pense, les anciens du clan étaient aussi du voyage et ils doivent être installé ailleurs, différemment des autres civils. Cela doit être la même chose pour les autres clans avec leurs membres privilégiés. Au moins, il n’embête personne avec leur manie et leur exigence par moments, un peu étrange. En attendant, la panique n’est pas là, en espérant que cela continue ainsi. D’ailleurs, il n’y a pas encore eu d’attaque de bandits ou de qui ce soit. La sécurité est garantie et la vie de tout le monde n’est pas en danger. Mais il faut prier pour que tout soit opérationnel si quelque chose ne se passait pas bien face à Yonbi. Là-dessus, Sayuri a tout de même confiance à ses camarades pour parvenir à sceller le Dieu singe ou mieux, le tuer, si ça devient compliqué. La Hyûga y pense, mais elle a eu une bonne idée de ne pas utiliser ses kuchiyose pour aider. Faire appel à des singes pour aider, ça n’aurait pas été très intelligent. Cela dit, les gens ne sont pas si bête de confondre des chimpanzés avec Yonbi. Or, ce qui l’inquiète, c’est surtout ceux de la Caverne Céleste du Mont des Fleurs et des Fruits. Ces kuchiyoses voit Yonbi comme un Dieu, autant ne pas les appeler pour qu’ils apprennent de mauvaises nouvelles. S’essayant près d’un feu de camp, la Hyûga profite pour manger quelque chose avec d’autres ninjas de la Roche.




Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13813-hyuga-sayuri-end#122267 https://www.ascentofshinobi.com/t13846-hyuga-sayuri-dossier-shinobi#122468 https://www.ascentofshinobi.com/u1607
Ando Amagawa
Ando Amagawa

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Ven 20 Jan 2023 - 21:38



Assis seul sur le rempart d’un balcon donnant sur l’océan, le jeune homme désormais connu non plus pour son handicap, mais comme étant l’un des piliers dans l’évacuation du village, regardait en contrebas avec un air sévère. Est-ce les vagues qui semblaient s’éloigner ? Ou est-ce qu’il ruminait depuis trop longtemps… probablement la deuxième option. Une des dures questions qui trottait dans son crâne, ça et est-ce qu’il y aurait un village ou revenir ? Que mangerait-il pour souper ? Avait-il seulement faim?

Tout en se relevant pour se dégourdir les jambes, Amagawa réalisait qu’il avait la chance de son côté, d’abord son clan et maintenant son village. Était-il maudit ? Il devait se changer les idées.

Les pas de cet homme ravagé s’étranglaient dans la froideur de cette journée, il n’était pas midi et le temps était déjà sombre. Un long manteau sur les épaules, il déambulait entre les gens, réfugiés ou miliaires, habitations et commerce portuaire dans le seul but de trouver un comptoir.

Pour les chanceux qui le remarquèrent, la vision d’une ombre au corps rabattu et dont la plus grande caractéristique résidait dans l’une de ces manches qui claquait au vent.

Le scarifier n’avait qu’un désir, que cette attente ne termine au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13234-ando-amagawa https://www.ascentofshinobi.com/t13244-ando-amagawa#116999
Igarashi Izaya
Igarashi Izaya

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Dim 22 Jan 2023 - 15:24
LIBRE
L'ATTENTE D'UN SIGNE D'ESPOIR
« I : Une nuit interminable »


Izaya était arrivé dans un village d’Iwa en pleine reconstruction suite aux dégâts du monstrueux Yonbi. Le qualifier de monstrueux venait des histoires des personnes l’ayant aperçu, puisque le désormais Genin n’était arrivé à Iwa qu’après qu’il fut vaincu et scellé. Il n’avait pu mesurer, d’un œil inquiet, la force de la bête qu’à la désolation qu’elle avait semée.
Il serait vain de dire que le second réveil de Yonbi lui avait fait passer un léger frisson le long de l’échine. Première situation de crise pour le shinobi qu’il venait de devenir. Et quelle situation, en l’espace de quelques heures, l’aube qui annonçait un quotidien routinier s’était mué en procédure d’évacuation. Les faciès qu’il croisait étaient ternes et pâles d’angoisse. Les expressions de visage étaient les mêmes. De la tristesse, de la peur ou de la concentration, parfois un savant jumelage des trois.
Izaya avait été réquisitionné dans une effervescence qu’il n’avait jamais côtoyé de sa jeune vie.


Tout s’était bien passé, étant donné les circonstances. L’évacuation jusqu’au port s’était faite sans encombre et maintenant que le campement rudimentaire était dressé, le temps semblait suspendu, tous étaient pendus au moindre nouvelles provenant du front. Izaya espérait de tout son coeur le succès des grands shinobis de ce monde. Sinon, tout ces mois de quiétudes touchaient à leur fin. Cette simple évocation rendait Izaya cynique. Si le village vivait ses dernières heures, retournerait-il à l’errance ? Il se maudissait en silence d’avoir cru que tout ça durerait éternellement.


Il était perché sur la cime d’un bâtiment, intégré dans la rotation des tours de garde. Il veillait à ce que rien ne vienne troubler la tranquillité apparente du camp en souhaitant vivement que personne ne vienne profiter de la situation. Lui qui ne s’était jamais réellement battu pour une cause manquait cruellement de confiance dans sa tâche. Sa vigilance touchait à sa fin lorsqu’il senti une présence dans son dos. Un compatriote, le bandeau vissé sur le front. Ils n’échangèrent qu’un seul bref signe de tête : - « Rien à signaler » ponctua-t-il avant de se laisser tomber avec légèreté et d’atterrir sur ses pieds avec élégance.


Avec la nuit passée à guetter le vide et l’inaction, il tentait de réfréner les réclamations véhémentes de son estomac, qui se mettait à grogner avec davantage de rigueur à mesure que le temps passait. La fin de sa mission de surveillance marquait le début d’une autre, tout aussi importante : se nourrir.
Il prit la direction du feu de camp central, lieu de distribution des rations, en espérant qu’il resterait quelque chose à se mettre sur la dent. Au loin, il aperçu Ando Amagawa, dont il a retenu le nom puisqu’il avait été le principal pilote de l’évacuation. C’est lui qui lui avait assigné la rue d’Iwa dont il avait été responsable lors de l’évacuation. Une tâche bien dispensable, tous étaient partis lorsqu’il était venu inspecter les lieux. Il se plaça dans son sillage, avançant en direction du feu de camp à l’horizon d’où quelques silhouettes se détachaient au loin.


:copyright: Laueee

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13828-izaya-les-50-tempetes
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Dim 29 Jan 2023 - 19:22
Résigné, le Borukan observait la boiserie du mur qui lui faisait face. Il était là, incapable de se rendre utile, obligé de subir ces soins interminables. Il avait beaucoup forcé sur son endurance, avait manqué de peu de rejoindre Izanami, et surtout de quitter ses chances de revoir Amiko. Mais cela, il ne l'avait su qu'une fois ses esprits retrouvés, après le départ pour Kuri. C'était Rakka qui avait trouvé la lettre dans sa petite demeure et qui la lui avait apporté. Il avait eu le temps d'écrire une réponse, l'avait envoyé mais ne pouvait qu'espérer que la missive lui parviendrait.

Et maintenant, il était là, à patienter. À espérer que ses collègues s'en sortiraient avec le monstre qui avait fini par avoir raison de Teruyo. Taisho du Manazuru, ce dernier avait d'abord été son élève avec Masami. Et ce résultat ne lui donnait que le goût de l'échec. À quel point avait-t-il été un mauvais maître ?.. Il soupira alors, son regard se posant sur la petite Yuki qui venait d'entrer avec deux assiettes sur un plateau. Elle faisait ça en ce moment. Elle prenait le temps de manger avec lui. Peut-être pour lui remonter le moral, ou alors pour éviter la foule qui se compactait dehors sur le port. Nul ne savait ce qu'il adviendrait si jamais le Démon parvenait à défaire la dernière ligne de défense iwajine. Serait-ce le début de la fin de l'ère des hommes ? Les temps étaient troubles et nul ne savait si les nations étaient, chacune de leur côté, à la hauteur actuellement pour arrêter une de ces divinités. Les diverses attaques de Tôsen, son discours dans le Yuukan entier et la peur qui découlait de multiples autres éléments ainsi que la perte de confiance dans les dirigeants avec les armées de Wasure avaient progressivement affaibli les puissances shinobies pourtant très jeunes.

Il soupira encore. Rien ne servait de ressasser ces sombres idées, plutôt devait-il tâcher de voir devant, de se rétablir au mieux et au plus vite, puis d'aller vers le pays du Bois. C'était là qu'elle avait dit être. C'était là qu'il pourrait peut-être retrouver sa piste. Même s'il n'avait aucune idée de la méthode à employer, il devait essayer. Cela le rongeait trop, il ne pouvait repousser cette envie plus longtemps.

Perdu dans ses pensées, il en sortit avec un raclement de gorge de Rakka qui le regardait avec de gros yeux.

« Mange, ça va être froid. »

Un léger sourire passa sur les lèvres du rouquin fatigué.

« Tu as raison, pardon. »

Prenant un air hautain, la kirijine d'origine détourna la tête tout en soufflant brèvement du nez, les yeux fermés.

« C'est ça oui. »

Le Borukan fut amusé de la réaction de la petite demoiselle. Il savait qu'elle s'inquiétait pour lui. Ils étaient désormais assez proches, et cette pensée allait peser dans la balance de ses prochaines actions. Comment faire pour partir à la recherche d'Amiko, besoin viscéral qu'il ressentait pour retrouver la paix, sans pour autant abandonner cette petite soeur adoptive qu'il avait prit en affection et qui avait été trop de fois délaissée. L'embarquer avec lui ? Risqué. Et rien ne lui disait qu'elle accepterait de le suivre. C'était un risque énorme et il ne pouvait se permettre de la mettre en danger par rapport au village. Mais ce prétexte rendait-il acceptable de partir sans elle ? Non, certainement pas. Il devait trouver une solution d'ici là, mais il ignorait encore laquelle.

Mangeant donc dans le silence dans un premier temps, la jeune fille relança la discussion pour questionner Ashitaka sur quelques aspects techniques de la maîtrise de la lave. Elle savait qu'il était doué et qu'il avait passé beaucoup de temps à expérimenter, et si elle maîtrisait désormais plutôt bien cette capacité bien particulière, elle ne se lassait pas de poser des questions spécifiques pour aller toujours plus loin dans l'affinement de son utilisation du Yôton. Le Borukan était toujours ravi de lui répondre, faisant au mieux pour lui donner des informations précises qui lui permettraient d'avancer. Et cette fois n'y fit pas exception.

Alors qu'ils finissaient le repas, le guerrier aux yeux mordorés jeta un regard au fauteuil roulant posé à côté de son lit. Il n'aimait pas l'idée de réutiliser ceci, mais il n'avait pas le choix. La prothèse détruite, il devrait attendre qu'on lui en fabrique une nouvelle.

« J'aimerais prendre un peu l'air, tu acceptes de m'aider ?
- Bien sûr, bakka. »

Amusé, le rouquin se redressa tant bien que mal puis se fit aider pour passer sur l'inconfortable fauteuil qui ne lui avait nullement manqué. Ensemble, ils sortirent alors pour déambuler un peu dans le camp et voir si tout se passait aussi bien que possible pour les réfugiés. Et en cas de menace, même s'il était amoindri, le fier shinobi ne manquerait pas d'utiliser chaque parcelle de chakra qu'il lui restait pour carboniser quiconque tenterait de s'en prendre à son peuple.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Sayuri
Hyûga Sayuri

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Lun 30 Jan 2023 - 10:53




L'attente d'un signe d'espoir


Assise devant le feu de camp, en train de manger, Sayuri se demande ce qui peut bien se passer plus loin dans le pays. Des groupes de ninja d’Iwa sont partis affronter Yonbi et elle se demande si tout le monde va bien et s'ils sont parvenus à sceller ou vaincre le Dieu Singe. En tout cas, tout semble calme de leur côté, aucun souci avec des bandits ni même des comportements de stress ou de peur du côté des civils. À croire qu’avec le temps, tout le monde a pris l’habitude de vivre de telles choses. Se levant, Sayu avait terminé de manger son côté et la voilà, en train de marcher dans le campement. Ses pensées vont vers Tsuyoshi, espérant qu’il aille bien de son côté comme tant d’autres. Or, le clan a besoin d’un homme comme lui et elle espère qu’il deviendra un jour, le prochain chef de la famille. Cela dit, s'ils parviennent à neutraliser Yonbi, en le scellant ou en le tuant, la paix ne reviendra pas de sitôt à Iwagakure. En effet, il fallait aussi s’occuper de ce qui a amené la libération de Yonbi, c’est-à-dire, la mort de Teruyo, mais aussi de la mort de Kobane Harumi et de la trahison de Oterashi Yanosa, d’après les paroles de Nihito Meho. À peine Tsuchikage que Chiwa Aimi a déjà beaucoup de boulot, drôle de manière de commencer son Kagenat. D’ailleurs, Borukan Ashitaka se trouve dans le campement comme tous ceux n’ayant pas pu se rendre au combat.


Observant tout autour d’elle, la Chûnin aperçoit justement le fameux Jônin en question. Ce dernier est en fauteuil roulant, accompagné d’une jeune femme. De base, elle aurait bien aimé le laisser respirer, mais vu les circonstances et des possibles risques avec Yonbi, il était bon de se renseigner sur certaines choses. La Hyûga se dirige alors vers le représentant du clan Borukan. Ce dernier était présent lors de la renaissance de Yonbi et sans doute dans le décès de Teruyo et Harumi. Il doit posséder des informations sur les agissements de Yanosa et qui sont ses camarades. En effet, il n’a pas dû agir tout seul. S'il devait se passer quelque chose de malheureux avec Yonbi, il serait intéressant qu’en tant que membre du clan Hyûga et cherchant à travailler dans la diplomatie, politique et autres du village ainsi que du pays, d’être au courant de certaines choses. Sayuri se rapproche donc du seul témoin présent dans cette affaire, qu’elle peut interroger pour le moment. Avant, ce n’était pas possible, car il y avait pas mal de préparation à faire par rapport à l’évacuation du village et de la stratégie à aborder pour contrer Yonbi.


Sayuri arrive face à Borukan Ashitaka et à sa camarade avant de le saluer respectueusement. « Bien le bonjour. Je m’appelle Hyûga Sayuri, Chûnin de la Roche. Navrée d’interrompre votre temps ensemble, mais est-il possible de discuter ensemble et en privé ? S’il vous plaît. » Demande-t-elle d’un air sérieux. Parler de cela où il y a du monde, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux à faire pour le moment. La kunoichi observe l’homme d’un air calme. « Le sujet concerne ce qui s’est passé par rapport à Yanosa, Teruyo et l’éveil de Yonbi. Si ça ne vous dérange pas, évidemment. Je souhaiterai être au courant de certaines choses afin de soutenir Tsuyoshi-sama et vous autres. Et également, savoir s'il y a des Hyûga d’impliquer dedans. Après tout, l’honneur du clan est important pour moi, tout comme celui du village. Qu’en pensez-vous ? » Demande-t-elle à Ashitaka.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13813-hyuga-sayuri-end#122267 https://www.ascentofshinobi.com/t13846-hyuga-sayuri-dossier-shinobi#122468 https://www.ascentofshinobi.com/u1607
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Mer 15 Fév 2023 - 21:46
Poussé et dirigé par la petite Yuki qui avait tout juste 13 ans, le Borukan aux yeux dorés observait l'extérieur du camp de fortune qui avait été monté en vitesse. Il restait plutôt silencieux, tâchant d'oublier son propre agacement face à son état pire encore que suite au combat face à Yonbi lors de sa première apparition en plein Iwa. Pour l'heure, tout se passait bien, mais le doute quant à la finalité de l'affrontement entre les forces iwajines et le démon persistait tant qu'ils n'avaient aucune nouvelle et l'air frais et salé du port de Kuri ne calmait pas les douloureuses pérégrinations mentales du jonin qui s'imaginait mille et un scénarios catastrophiques dans cette attente forcée.

Alors qu'il était plongé dans ses pensées, une petite tape sur l'épaule de Rakka le ramena au moment présent et elle lui désigna la jeune femme qui s'approchait d'eux. Saluant la fille alors qu'elle se présentait à eux, Ashitaka hocha la tête avant de répondre vocalement.

« Hajimemashite, Hyûga-san. Aucun soucis, je vous suis. Enfin... »

Il jeta un oeil à Rakka qui lui fit un sourire taquin.

« T'inquiète pas Oni-chan, je te guide. Je sais que c'est difficile à ton grand âge... »

Le guerrier roux eut un petit sourire amusé. Il préférait qu'elle agisse ainsi et qu'elle le taquine par rapport à ces regards de pitié qu'on lui jetait parfois et qui avaient le don de le rendre furieux en soulignant sa faiblesse. Il avait été incapable de se défendre correctement de lui-même et cela lui avait coûté excessivement cher.

« Hajimemashite, Hyûga-san. Aucun soucis, je vous suis. Enfin... On vous suit. »

Ayant une parfaite confiance en sa petite soeur adoptive, Ashitaka ne fit aucun commentaire sur sa présence, estimant qu'elle avait parfaitement le droit de savoir ce que cette personne souhaitait lui communiquer puisqu'il ne s'agissait là que d'une requête de la part de la Hyûga et non d'un ordre lié à Iwa. Ce serait elle qui déciderait si ça l'intéressait ou non, et il sembla que la curiosité de la fille la poussa à rester alors qu'elle lâchait les poignées du fauteuil du Borukan pour venir à côté de lui. D'un signe de la main, le rouquin invita la kunoichi à s'exprimer et attendit qu'elle finisse de parler avant de réfléchir un instant. Elle était une chunin certes, mais il n'avait pas encore fait de rapport et il ignorait quelle serait la décision du Triumvirat, ou plutôt de ce qu'il en restait, quant aux informations à transmettre à tous. Il préféra donc lui communiquer le plus basique et éviter d'aller dans le détail pour tenter de contenter la jeune femme sans pour autant trop en dire.

« Pour l'heure, je n'ai pas encore fait mon rapport au Triumvirat, donc je préfère me cantonner au minimum de transmission, eux choisiront ce qu'ils souhaitent communiquer dans les détails. »

Tout représentant du clan Borukan qu'il était, cela ne le différenciait pas véritablement des autres Jonins sur le plan hiérarchique. Il avait les mêmes limites, les mêmes obligations, aussi estimait-il ne pas pouvoir prendre ce genre d'initiative sans avoir ne serait-ce que l'avis des plus hauts gradés.

« Je peux cependant vous informer que deux Hyûgas sont concernés par cette histoire. Je ferai mon rapport complet à notre retour et alors une décision sera prise quant aux détails de cette affaire. »

Alors qu'il terminait sa phrase, un messager arriva au camp et requit immédiatement une certaine attention. Quelques mots s'échangèrent et l'homme courut vers la tente des blessés avant d'en ressortir et de commencer à chercher autour de lui, main au dessus des yeux en visière, puis se pressa d'atteindre le trio qui s'était positionné à l'écart des oreilles indiscrètes. Saluant l'homme qui avait l'air essoufflé d'un signe de tête, Ashitaka récupéra la lettre qu'il lui tendit puis il la transmit à Rakka pour que cette dernière la lui ouvre.

« Merci pour la livraison rapide. »

Le messager fit alors un bref salut militaire avant de se rediriger vers l'intérieur du camp, cherchant sans doute un endroit pour se reposer suite à toute l'énergie qu'il avait mise pour arriver ici au plus vite.

« Hmm... Je vois. Je vais devoir rentrer au plus vite. Rakka, tu veux bien m'emmener jusqu'à la tente principale puis nous préparer quelques affaires s'il te plait ? Hyûga-san, si vous le souhaitez, je peux vous proposer de vous raccompagner à Iwa ainsi qu'un ou deux autres shinobis. Si vous en croisez, proposez leur, mais seulement à quelques uns. Nous rentrons à dos d'autour géant, et la protection des civils doit encore être assurée ici. Nous partons dans une heure. »

Laissant ainsi un peu de temps à la jeune femme pour se préparer et prévenir d'autres collègues, il alla prévenir les personnes en charge de son départ ainsi que de celui de ceux qui l'accompagneraient tout en les rassurant quant au sort des troupes iwajines et du désormais vaincu Démon à cinq queues.

Une fois prêt et la petite équipe rassemblée, Ashitaka invoqua son collègue Idoku, le géant autour armuré qui montra une légère inquiétude quant à l'état du Borukan avant d'accepter d'emmener le petit groupe jusqu'à Iwa pour un retour rapide à la cité de la Roche. S'attachant avec un harnais et aidé par Rakka à rester bien stable sur la monture volante, le rouquin fit alors de son mieux pour essayer de se récapituler tout l'historique qui a mené à la libération de Yonbi pour pouvoir faire un rapport le plus fiable possible à Aimi à son retour.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Sayuri
Hyûga Sayuri

L'attente d'un signe d'espoir [Libre] Empty
Jeu 16 Fév 2023 - 9:47




Un espoir si attendu


Sayuri savait que Ashitaka avait été transporté au port de Kuri, comme tout le monde. Après tout, il fallait bien évacuer tout le monde d’Iwa, seuls quelques shinobis sont restés au village pour éviter les pillages et compagnie. Après une pause, elle part marcher dans le camp de fortune qui a été créé près du port, pour les Iwajins. La Hyûga voulait rencontrer le Borukan, afin de savoir, s'il était possible d’avoir des informations sur ce qui a pu déclencher tout cela. Et dans un sens, savoir s’il y avait des Hyûga parmi le groupe de Yanosa. Une information très importante pour la jeune femme, ayant un attachement très fort envers son clan. Elle ne supporterait qu’en plus de salir Iwa, ce que parmi eux, il y en a qui salirait en plus, le clan aux Byakugan. La kunoichi repère l’homme à la chevelure orange et s’avance vers lui afin d’aller le saluer et se présenter, dans un premier temps. Ensuite, elle lui demande si il est possible de parler en privé, loin des oreilles trop curieuses. Ainsi, il n’y aura personne pour les déranger, normalement. Il n’était certes pas tout seul, mais la jeune fille à ses côtés semble digne de confiance pour qu’il décide de la laisser les suivre. Elle aide l’homme durant son rétablissement et ils ont l’air d’avoir un lien de complicité, c’est amusant de voir cela.


Arrivant dans un lieu calme, loin de certains curieux, Sayuri demande à Ashitaka à propos de ce qui s’est passé avant l'arrivée de Yonbi, ce qui a bien pu provoquer la libération du Bijuu, hors du corps de Miyamoto Teruyo. Etant donné que l’honneur du clan est important pour la femme, elle souhaitait savoir si il y avait des membres de son clan dans ce fameux groupe. Les questions sont posées, maintenant, elle attendait une réponse de sa part. L’homme se met à lui répondre, mais sans rien détail de ce qui s’est passé. En effet, il n’a pas encore transmis son rapport au triumvirat ou du moins, à la Tsuchikage, Chiwa Aimi. Ainsi, il préfère le faire avant et savoir ce qui sera transmis à tout le monde. Là-dessus, Sayu comprenait ses mots et son refus de trop en parler. De toute manière, elle avait pris l’initiative seule de venir lui en parler, rien ne l'obligeant à tout lui révéler. Et de son côté, Sayuri n’allait pas le forcer à parler. Et d’après lui, il y avait deux Hyûga parmi ceux étant du groupe de Yanosa. Ce n’était pas bon et il allait falloir régler ce problème avec Tsuyoshi, en retournant à Iwa. Elle pourrait demander l’identité de ces deux Hyûga, mais Tsuyo a dû être informé ou il a cherché à obtenir des informations de son côté , étant Taishô de la Sazori.


D’un hochement de tête, Sayuri répond à l’homme. « Bien, je comprends parfaitement vos motivations à ne rien divulguer. Cela est de ma propre initiative, j’attendrai les informations, si on en a, de la part de la Tsuchikage et de Tsuyoshi-sama. Ah oui, je doute que le Triumvirat existe encore vu que Chiwa Aimi est devenue Tsuchikage, avant d’aller affronter Yonbi. En tout cas, je vous remercie de m’avoir accordé de votre temps. » dit-elle d’un ton calme, pendant que Ashi vient de recevoir un message. Patientant face à lui, ce dernier semble avoir une attention particulière à propos du message qu’il venait de recevoir. En l’écoutant, on lui demande de revenir à Iwa, sans doute pour une affaire urgente, est-ce en rapport avec l’éveil de Yonbi ? Peut-être. Sinon, un moyen de lui faire des prothèses pour qu’il soit rapidement opérationnel, qui sait. Peut-être pour les deux à la fois. En tout cas, il propose à Sayuri de la raccompagner au village, ainsi qu’un ou deux shinobis de la Roche, mais pas tout le monde. En effet, il faut bien que certains restent ici pour veiller à la sécurité du campement et aussi, pour le retour des civils au village. « Je veux bien, en effet. Merci de me proposer cela, Ashitaka-sama. Je vais tenir informer certains pour savoir s’ils ont envie de retourner à Iwa. Je reviens vite. » dit-elle.


D’un pas rapide, elle prévient certaines personnes, en réalité, peu de ninja pour revenir à Iwa. Elle a adressé cette possibilité à Igarashi Izaya, ayant fait une mission avec lui et le connaissant. Cela dit, elle a fait passer un message pour ceux qui doivent rejoindre Iwa en toute urgence pour des raisons valables. D’un côté, il faut que d’autres restent pour la sécurité du camp. Face à sa sœur cadette, la Hyûga lui adresse la parole. « Je dois retourner à Iwa avec Ashitaka, ça veut sans doute dire qu’ils ont réussi à sceller ou vaincre Yonbi. Pour le moment, tu vas rester ici avec les membres importants du clan Hyûga et veiller sur les Iwajins avec les autres ninjas. » dit-elle à sa sœur. Kagome hoche la tête. « Bien, onee-san. J’espère qu’on retournera rapidement au village. Et vous, qu’allez-vous faire à Iwa ? » demande sa cadette. « Je dois m’entretenir avec Tsuyoshi-sama. Et savoir comment il va. » finit-elle. « Je vois, Onee-san est inquiète pour Tsuyoshi-sama, huhu. » finit-elle en partant reprendre son poste. Sayu soupire. « Ce n’est que professionnel, baka. »


Une heure plus tard, elle retourne vers Ashitaka afin de retourner à Iwa. Ce dernier invoque un oiseau géant afin de s’y rendre plus vite et sans perdre trop de temps. Montant dessus avec le reste, elle se tient bien et patiente maintenant jusqu’à leur arrivée à destination.



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13813-hyuga-sayuri-end#122267 https://www.ascentofshinobi.com/t13846-hyuga-sayuri-dossier-shinobi#122468 https://www.ascentofshinobi.com/u1607

L'attente d'un signe d'espoir [Libre]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un signe, une explosion [PV Kiyonaga]
» Le poulet signé Akimichi ? [Ft. Hayai Taishi]
» Rencontre sous le signe du deuil [Ginka Fû]
» Retrouvailles sous le signe de l'histoire [PV Sairyo Hiko]
» Une soirée détente sous le signe du saké. [Feat Rikuzo Detzu]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre :: Port de Kuri
Sauter vers: