Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Vitruve - Solo EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Vitruve - Solo EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Vitruve - Solo EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Vitruve - Solo EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Vitruve - Solo EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Vitruve - Solo EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Vitruve - Solo EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Vitruve - Solo EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Vitruve - Solo EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Vitruve - Solo EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Vitruve - Solo

Unagi
Unagi

Vitruve - Solo Empty
Dim 6 Nov 2022 - 10:16

Murashigure.

Capitale du pays de la Pluie. C’était une ville de corruption, de désordre, de banditisme et de pauvreté où souvent la loi du plus fort était la meilleure. C’est pour cela que des organisations comme le Marché Noir ou le Collectif pouvaient y prospérer sans réellement de crainte. Pour autant parmi toute cette misère, tout n’était pas noir. Non, il y avait quand même quelques nuances de gris dans l’ébène de la ville. Il n’y avait qu’à voir les quelques rares quartiers riches où l’économie circulait à flot. Un œil non averti pourrait y découvrir la beauté d’un village caché shinobi, mais un regard expert permettait de rapidement identifier les failles d’un vernis posé avec application mais sans réelle tenue.

Aujourd’hui, mes pas me menaient dans cet environnement. Depuis le temps que j’ouvrais à Ame, depuis presque toujours finalement, j’avais compris depuis longtemps que pour quelqu’un de ma condition, encore plus pour quelqu’un qui tendait à s’élever au-dessus du lot, jouer les informateurs était une chose, mais savoir nager dans les différentes strates de cette population était une nécessité. Serrer les mains dorées des puissants et sentir l’odeur de fange des parias était les deux extrêmes à savoir manipuler.

Ainsi, dans cet environnement plus sain, je prenais le pas pour la bibliothèque de la citée, du moins pour ce qu’elle en avait de nom. Elle était à n’en pas douter bien moins fournie que celle de Kumogakure no Sato, et aussi bien moins complète que les autres villages, mais pour ce que j’avais à y faire, dans un premier temps, ce serait largement suffisant à ma situation. Arrivant finalement à destination, je montais les quelques marches qui me séparaient encore du bâtiment avant de pousser les deux battants de bois qui grinçaient à l’ouverture. A se demander si les lieux n’avaient jamais été ouverts depuis des lustres. Et pourtant, c’était le cas et à ma grande surprise, il y avait quelques personnes qui étaient présentes dans les lieux, bien plus que ce à quoi je me serais attendu de base.

Dans l’entrée, je prenais le temps de m’imprégner des lieux. Fait marquant de prime abord, une certaine pénombre, a priori voulu compte tenu de la disposition des ouvertures qui laissaient passer la lumière. En revanche, au centre de ce grand espace, plusieurs alcôves isolées les unes des autres par quelques panneaux qu’il était possible de déplacer pour agrandir chacun des ilots, le tout agrémenté de bougeoirs qu’il suffisait d’allumer pour profiter d’une réelle clarté. Et autour de cet espace semi vide, le cercle de la connaissance. Des rayonnages entiers sur des sujets aussi divers que variés se tenaient là, attendant qu’un sage prenne le temps d’y apprendre le savoir gardé tranquillement.

Déambulant dans ces allées bordées de livres et parchemin, cherchant l’objet de mes désirs, une vieille femme qui avait l’âge d’être morte s’empressa de se porter à mon secours en me voyant flâner dans son antre.

« Puis-je vous aider jeune homme ? » demanda-t-elle d’une voix grésillante.
« Cela fait bien longtemps qu’on ne m’a pas appelé jeune homme. » coiffant ma barbe d’une main.
« Nous sommes tous les jeunes de quelqu’un finalement. »
« Et vous ? Vous êtes la jeune de qui alors ? »
« Bonne question mon garçon. Je ne cherche pas cette personne, mais je gage qu’elle existe. Puisse-t-elle me trouver avant la faucheuse, histoire de me sentir jeune une dernière fois. » finit-elle par dire en rigolant maladroitement, accompagné d’une toux sèche.

Alors que la vieille bibliothécaire se pliait en deux pour absorber sa tousserie, pour ma part, je la regarder se débattre avec sa maladie et son grand âge. Pourquoi l’aurais-je aidée ? Je n’avais que faire de cette relique du passé qui s’accrochait encore à la vie. Qu’elle s’occupe donc de transmettre son savoir au lieu de vouloir garder un rôle qu’elle ne voulait surement pas lâcher. Finalement, après de longues secondes d’agonie, la voix un peu éraillée, elle se redressa, essuyant sa bouche d’un mouchoir moucheté d’écarlate.

« Vous cherchez quelque chose en particulier ? »
« Oui. Disons que je vais me lancer dans un long périple et que pour cela, j’ai besoin d’en connaitre davantage sur le corps humain. Il serait dommage que mon voyage s’arrête brutalement pour mes compagnons et moi parce que personne n’a su venir en aide aux autres. »

Hochant de la tête, la petite dame se retourna et commença sa marche entre les rayons avant de m’indiquer la section que je cherchais. La remerciant pour cette précieuse aide inutile, cette bibliothèque étant suffisamment restreinte pour ne pas passer à côté de ce que je cherchais, j’entamais là la lecture des tranches, cherchant ce par quoi je pourrais commencer.

Dans ce domaine, ma réflexion fut brève mais somme toute logique, du moins, à mon sens. Avant de pouvoir entreprendre un quelconque soin, il me fallait déjà connaitre celles et ceux que j’aurais potentiellement besoin de soigner. Et pour cela, il fallait s’y connaitre un minimum dans la nature même d’un corps humain.

Dans cette optique, mon dévolu se jeta donc sur les quelques ouvrages anatomiques qui trônaient sur les étagères et à voir la poussière accumulée dessus, ils n’avaient pas dus être ouverts depuis bien longtemps déjà.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi

Vitruve - Solo

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» H.B.F.S. [SOLO]
» See you soon [solo]
»  透 き 通 っ た 笑 い [SOLO];
» Intérêts [Solo]
» Apaisée [Solo]

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie :: Murashigure
Sauter vers: