Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Un exemple à suivre - PV Ito Luna EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Un exemple à suivre - PV Ito Luna

Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Lun 31 Oct 2022 - 17:02

Un exemple pour tousIl y a de cela quelques semaines, un homme répondant au nom de Hamamoto Takehide est entré en contact avec le marché noir, promettant la somme de cinq millions de ryôs de pour la capture d'un individu. Il s'est cependant avéré après l'accomplissement du contrat que la prime que Takehide avait fourni n'était rien d'autre qu'une liasse de faux-billets particulièrement bien réalisés. Il vous est donc demandé de retrouver cet individu et de le ramener vivant de gré ou de force à l'adresse indiquée. Compte tenu de la nature de son méfait et du message qu'il est nécessaire d'envoyer à quiconque souhaitant frauder le marché noir par des méthodes similaires, il vous est demandé d'excercer le moins de discrétion possible dans la réalisation de cette mission.

Le faussaire possède une boutique en centre-ville de Murashigure et fréquente régulièrement les lieux de jeux d'argent et de distribution de boissons aux alentours.

Retrouver Hamamoto Takehide
Ramener l'individu vivant à l'adresse indiquée
(optionnel) Apporter avec l'individu l'équipement ayant permi la réalisation de faux-billets.



Murashigure.

Ville de désespoir et de corruption pour certains. Ville d’espoir et d’opportunité pour d’autres. Une ville ou chacun peu se donner les moyens de sa réussite pour peu qu’on cherche réellement à provoquer le succès. Mais pour moi, cette ville n’était en rien tout cela. Cette ville n’était qu’un tremplin, une passerelle qui me permettrait de m’élever au-dessus de tout cela afin de me détacher des contraintes que la perte de chakra qui se profile impliquerait.

Si nous étions encore très loin de la réussite que j’entrevoyais, les choses étaient désormais lancées. Seul, il m’était impossible d’agir d’une quelconque manière efficace, mais avec la force d’un groupe, les choses seraient différentes. Même si Luna avait décidé de m’emboiter le pas, nous n’étions encore que deux et une force de frappe plus conséquente et plus diversifiée était nécessaire. Le chemin serait peut-être long jusqu’au but fixé, mais il ne tenait qu’à nous de cheminer avec un objectif clair en vue. Et pour l’heure avant d’apprendre à courir il est nécessaire d’apprendre à marcher et poser ainsi les premiers jalons de notre voyage se faisait aujourd’hui.

Pèlerine noire sur les épaules, une longue écharpe autour du coup pour affronter le froid hivernal de la saison, je me tenais dans une rue commerçante en pleine activité. Si les lieux n’avaient pas la splendeur d’Iwa et la délicatesse de ses prestations, en ces lieux, l’avantage est que chacun allait à l’essentiel. Un senbei à la main, je le casse en deux, faisant quelques miettes de l’une des moitiés et main tendue devant moi, deux moineaux transis de froid vinrent se poser et picorer cette nourriture aussi fortuite que bienvenue. Cette petite scène prit finalement fin lorsque l’immaculée arriva enfin.

« Ravi de voir que tu es venu. Finalement, tu n’as pas renoncé. Quoi qu’il en soit, nos projets ne peuvent se réaliser en l’espace de quelques jours. Si nous voulons parvenir à un résultat fiable et surtout stable, il faudra du temps pour construire notre réussite. Et cela commence aujourd’hui. »

Pointant du doigt une ruelle perpendiculaire, bien plus sombre et bien moins animée que celle où nous étions, je poursuivais mon explication.

« Pour toiser le sommet, il faut le gravir depuis le plus bas. Je n’ai pas la prétention de savoir tout ce que tu as pu faire depuis ton arrivée dans cette citée, mais je ne doute pas un seul instant que tu as déjà dû affairer avec le Marché Noir à quelques reprises, sans le savoir peut-être même. Au moins, aujourd’hui, nous en sommes conscients. »

Ecrasant la seconde moitié de cette galette de riz grillée, je la jetais au sol, attirant une demi-douzaine de pigeons qui piaillèrent quelques secondes avant de picorer à leur tour cette frugale pitance. Tendant un parchemin à l’ancienne Iwajin, je lui offrais tout de même de brèves explications.

« Il nous faut retrouver celui qui s’est joué de ses commanditaires. Il a essayé d’arnaquer le Marché Noir et ces gens là ne sont pas de ceux que l’on peut flouer aisément. Il nous suffit juste de le ramener vivant pour que je suppose il serve d’exemple aux autres. Petite anecdote sympathique, aussi surprenant que cela puisse être, il faut agir avec démonstration de force. D’ordinaire j’aurais était contre, mais démontrer de nos talents d’entrée de jeu ne peut que nous assurer d’être remarqués, en bien comme en mal d’ailleurs, pas que cela change réellement quelque chose à mon sens. »

Décollant mon dos de la maisonnée contre laquelle j’étais appuyée, je me dirigeais finalement vers notre première destination.

« Bien, tout ceci sera l’opportunité de mieux nous connaitre, de voir quelle est l’étendue de nos capacités en quelque sorte. Quant à l’entrée en scène, tu veux t’en charger ? » finis-je par demander, les mains à nous cachée sous ma pèlerine, les gardant bien au chaud.

@itö luna
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Lun 31 Oct 2022 - 18:42




Alors que se traçait devant moi le chemin de ma destinée, j’entrevoyais les pierres qui s’installaient étape par étape sur ma route. Le court avait fait en sorte que je croise le chemin d’Unagi ou tout du moins que celui-ci me trouve. Face à une telle opportunité, je ne pouvais que voir un signe qui m’était directement adressé. Un avenir meilleur allait naître des centres de ceux que je détruirais. Un monde nouveau arriverait du chaos que j’allais apporter où l’être humain retrouverait sa place parmi la faune et la flore. Alors que je m’approchais de l’homme qui m’avait recruté dans son organisation, un brin de lumière traversait les épais nuages noirs du pays de la pluie.

« Pensais-tu vraiment que j’allais rejeter la main que tu m’as tendue pour parvenir à défaire les maîtres de ce monde . Par le passé, j’ai fui plusieurs faces. Tout cela est maintenant fini, je compte bien trouver la sainte gloire dans le nouveau monde qui s’annonce. »

Pendant qu’il tendait sa main en direction d’une ruelle. J’entendais un sermon des plus charismatique provenant de mon nouveau compagnon. Il était vrai que sa manière de parler m’avait séduite, mais je ne le pensais pas autant éloquent. À mon habitude, ce n’était pas le genre d’individu que je côtoyais, mais avec lui, je sentais que ses mots avaient une réelle profondeur.

« Cela fait plusieurs semaines que je suis ici et le marché noir est en réalité le coeur de la ville. J’ai déjà eu affaire à eux et surtout à leur galerie souterraine. Deux gangs se partagent la ville, un en exploitant les marchands et l’autre des hommes. Un troisième tapis dans l’ombre et semble bien plus puissant. Je n’ai pas encore pu trouver leur activité principale, mais leurs griffes s’étendent bien au-delà des murs qui entourent Murashigure. »

« Pour ce qui est de grimper les marches du succès, je suis en accord avec toi. Se précipiter nous ferait que chuter, le principal était de ne pas perdre de vue notre objectif commun. »

S'avançant d’un pas, je m’engageais dans la ruelle qui nous faisait face. Pendant que ma main attrapait le tsuba de mon katana, je regardais autour de moi les visages qui se présentaient.

« Comme je te l’ai déjà signalé, je n’ai que faire de ceux qui n'ont pas de pouvoir ou d’argent pour dominer autrui… Mais cela ne me dérange pas non plus de faire couler le sang si c’est pour atteindre mes objectifs. »

Cette mission qui nous avait été affectée en était un parfait exemple. Je n’aurais jamais pris la peine de punir un homme qui n’était pas le commanditaire, mais je n’avais pas non plus de sentiment pour un seul individu.

« Oui. Laisse-moi m’occuper de notre arrivée, je n’aurais pas de problème pour créer le chaos. »

À quelques maisons de là, une boutique se tenait fièrement dans la rue. Plus grande, plus belle et surtout plus chère que les autres, on pouvait y retrouver toutes sortes d’ustensiles et de bijoux hors de prix. Une échoppe qui faisait tache par rapport à la pauvreté de la ville et alors que je m’approchais du lieu, je dégainais mon arme juste avant que celle-ci s'illumine par le chakra que j’infusais en elle.

Trois lames de chakra venaient alors s'écraser contre la façade du commerce provoquant la destruction de celle-ci. Le verre qui se brisait sous l’impact se retrouvait projeté dans les airs. Les éclats venaient à traverser mon corps avec les morceaux acérés de bois et de pierre qui les accompagnaient. Dans un nuage de poussière, des masses sombres commençaient à tousser et à courir vers l’extérieur pendant que la panique s’installait dans la ruelle.

« Takehide ! »

Pendant que je criais le nom de ma proie, Unagi pouvait découvrir une tout autre personnalité qui émergeait en moi qui pouvais se qualifier par un esprit sauvage et animal.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946
Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mar 1 Nov 2022 - 15:44

Le premier jalon se mettait donc doucement en place. La première pierre était toujours importante à poser car elle donner là le sens de paroles qui trop souvent se retrouvaient vides de sens. Un discours, aussi efficace soit-il n’était que futilité tant que les actes ne venaient pas corroborer la parole. C’est donc ce que nous étions en train de faire et puisque notre commanditaire avait demandé expressément à ce que l’on ne lésine pas sur la mise en scène, j’en profitais pour nettement faire la publicité de notre petit groupe naissant. Nous n’étions pour l’heure que deux, mais notre marche d’évolution était encore grande. Pour autant, notre signe distinctif devait rapidement être un indicateur de qui nous étions et de ce que nous étions capable de faire.

Finalement, il était temps et comme souhaité, l’immaculée entra en scène. Si j’avais eu quelques bribes d’informations sur sa potentielle force de frappe, l’observation directe étant toujours meilleure que les racontars de quelques ivrognes ou insectes apeurés. Curieux, je laissais donc son talent s’épanouir devant mes yeux avides de résultats. Et pour le coup, des résultats, il y en avait d’entrée de jeu.

Alors que je laissais faire ma partenaire, je m’autorisais quelques remarques tout en prenant le soin de m’asseoir sur une chaise faite intégralement de papier. Les jambes croisées, les mains posées sur les genoux, je regardais le spectacle, alors que les premiers clients ou je ne sais quelle population commençait à s’enfuir. Peux d’entre eux firent réellement attention à ma pèlerine noire marquée de la carpe d’or, la peur primale les habitant les poussants à fuir l’origine de leur mal. Quelques-uns cependant semblaient bien moins impactés et davantage enclins à la fuite pour éviter un affrontement direct.

« Ah ma chère Luna … » dis-je à moi-même.
« Un peu de négligence dans tes actions. Mais bon, ce n’est pas pour rien que je suis resté là finalement. »

Les shinobis n’étant pas les seuls à savoir manier le chakra, j’avais pour beaucoup appris en autodidacte avant de rejoindre un vieux temple délabré dans mon village d’origine. C’était il y a de nombreuses années et le moine que j’avais rencontré m’avait aidé à pousser plus loin mes talents, faute de pouvoir apprendre directement les siens. Mais en l’instant présent, la base de mon art serait amplement suffisant.

De mon corps se mirent alors à voler plusieurs parchemins propulsés dans la direction de chacun des fuyards. Une fois collé à mes cibles, un sceau se déploya alors, laissant à tous le loisir de s’écrouler au sol, immobilisés et incapables d’agir à leur guise. Ce n’était pas grand-chose à mes yeux, mais amplement suffisant pour la pacotille qui se trouvait là. Mais parmi eux, deux hommes avaient retenu mon attention.

Me levant de ma place de choix, je faisais tranquillement les quelques pas qui me séparaient d’eux avant de m’accroupir devant leurs corps figés. Posant un doigt sur chacune de leurs poitrines un parchemin explosif fit son apparition.

« Eh bien messieurs, par le plus grand des hasards, l’un de vous serait-il Hamamoto Takehide ? »

Le regard fugace de l’un vers l’autre se termina vers la boutique d’où les deux avaient fui.

« Bien, j’en déduis donc que ce n’est pas vous. Ma chère amie s’occupera de lui. J’en profite donc pour vous poser une seconde question. Comment ce cher Hamamoto fait-il pour réaliser sa fausse monnaie ? Je suis curieux. »

Si la peur paralysait l’un deux, le second, après avoir repris son souffle, se mit à parler dans un vain espoir de survie.

« On en sait rien, on est juste là pour jouer les gros bras et le protéger lui. Y’a rien de spécial ici, c’est juste une boutique. Il reçoit juste des colis de temps en temps qu’on transporte dans la boutique, mais c’est tout, on a pas le droit d’y toucher, je vous jure. »
« Je vous remercie pour votre aide. Je vais vous libérer du coup. »

Si Luna avait fait montre d’un certain chaos dans son entrée fracassante, à sa sortie, elle pourrait constater qu’elle n’était pas la seule à prendre à cœur les directives demandées par notre commanditaire. Ainsi, sur la boutique, deux corps y étaient accrochés en hauteur, les bras en croix transpercés par des lances de papier tandis que sur leur poitrine, un vide avait pris la place de leur cœur, une explosion soudaine leur ayant ôté un poids qu’ils trainaient avec eux. A nouveau assis sur ma chaise, j’attendais le retour de la sabreuse, admirant mon œuvre tandis que les civils étaient toujours là, immobilisés, témoins voulus de cette barbarie.

« Ils sont désormais libres, libre de se réincarner dans quelque chose de plus approprié à leur condition, un cafard par exemple. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mar 1 Nov 2022 - 21:30




Le souffle des débris poussiéreux m'entourait de toute part, provoquant sous la dépression de mon corps d'innombrables fumerolles en forme de cercle. Pendant que des corps s'engouffraient à l’extérieur de la ruine que je venais de provoquer, les toux répétées de quelques individus se faisaient entendre encore à l’intérieur. Arme en main, je m’avançais lentement dans les décombres du magasin pour y déceler la première cible des Sakanas.

Alors que je marchais dans une atmosphère lugubre de destruction, une respiration retentissait derrière moi.

« Sale pute ! À qui crois-tu avoir affaire ? »

Une lame de noble acier transperçait mon corps au niveau de mon nombril. Ne voyant pas mon assaillant, je remarquais par contre la qualité des métaux utilisés pour créer cet ustensile de mort. Celle-ci devait sûrement coûter un bon nombre de ryôs et je me réjouissais déjà de la détruire en mille morceaux.

Tournant sur moi-même, de légère gouttelette d’encre s'échappait de mon corps sous l’arme qui ne bougeait pas d’un pouce. Faisant face à un homme que je n’avais jamais encore vu, je voyais sa bouche trembler de peur par ce qui venait de se passer.

« Putin… T’es qui toi ? »

Affichant un large sourire, je lui demandais s’il était le fameux Takehide que je recherchais. Mais sans n’avoir pu attendre sa réponse, une autre arme venait me planter dans le dos. Cette fois-ci ce n’était plus le ventre qui avait été visé, mais la poitrine.

« C’est moi connasse ! »

D’un vif pas sur les côtés, je me dégageais de ses deux épées qui me tenaient en grippe. Alors que mon ventre et mon torse se refermaient lentement, mon arme venait entrelacer celle qui m’avait transpercé en première, en provoquant éclats et fracas.

Les étincelles et les bruits métalliques qui ressortaient de l’épais nuage grisâtre ne laissaient pas de doute à ce qui se passait à l’intérieur. Déferlant des années d’apprentissage et d’expérience dans ce combat, mes jambes et mon katana dansaient sous le front du combat. Et à peine une minute plus tard, je ressortais des décombres pour rejoindre mon compagnon.

Essuyant le fer du sang que j’avais parsemé dans le bâtiment, Unagi pouvait aisément remarquer les déchirures sur mes vêtements qu’avaient provoqués les assauts adverses, mais à travers ses trous béants, aucune blessure n’apparaissait sur ma douce peau.

« Je crois que j’ai le type qu’on cherche ! »

Si Unagi s'était amusé à museler ceux qui étaient sortis en observant les corps sur le sol recouvert de papier, celui-ci devait sûrement s’interroger sur le fait que je sortais bredouille du magasin maintenant en ruine.

Me tenant devant lui alors qu’il était tranquillement assis sur une de ses créations, je libérais un corps masculin du mien. Tombant lourdement sur le sol, recouvert de reste d’encre, j’avais absorbé sa matière pour pouvoir l'emprisonner sous mon contrôle.

« Je pense qu’il va prendre quelques minutes avant de reprendre conscience. »

A nos pieds se tenait Takehide, un homme ni très grand, ni trapu. Un simple humain n’ayant aucun attrait particulier, mise à part une horrible moustache qui semblait être une fierté pour lui tant celle-ci paraissait fournie et soyeuse.

« On devrait trouver un endroit plus tranquille pour l'emmener, qu’en penses-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946
Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mer 2 Nov 2022 - 23:51

Assis les jambes croisées de cette manière, témoin du tumulte qui se jouait devant moi, je songeais à diverses scènes dont j’avais été témoin par le passé. Le déferlante chaotique de ma jeune amie me rappelait les fougues de la jeunesse d’un shinobi assez âgé pour ne plus téter les seins de sa mère mais encore trop jeune pour que sa pilosité ne vienne garnir sont vit juvénile. Mais sa rage elle, n’avait rien l’immaturité de son âge, elle était pleine et entière, comme si elle avait été cultivée toutes ces années pour être extériorisée en ce lieu, maintenant. C’était là mon premier combat d’arène auquel j’assistait. Enfin, combat était un bien grand mot, boucherie était le terme plus approprié.

Voyant ressortir la sabreuse de notre petit lieu de rendez-vous, j’assistais là à une démonstration de ses pouvoirs. Une aubaine j’aurais pu dire à une certaine époque que d’être témoin de cela sans avoir à partager l’information, mais aujourd’hui les choses étaient différentes. Sous un air satisfait, je ne pouvais qu’exprimer un certain plaisir, délaissant le temps d’une fugace instant l’objet de notre mission pour me concentrer uniquement sur la force qui forgerait notre avenir.

« Manieuse de sabre et assimilatrice, un mélange intéressant pour lequel je ne peux qu’attester de l’efficacité. Mais, dis-moi, quel est donc cet élément dont tu es faite ? Une eau sombre ? Non, elle ne serait pas si épaisse. Un poison liquide peut-être ? Bien sur que non, cela serait trop risqué pour notre homme. Oh ! Mais oui ! Bien sûr. Il suffit de regarder les traces que tu laisses. On dirait de l’encre. Ais-je tords ? »

J’avais là pioché dans l’immensité des cartes du Yuukan un des nombreux as qui s’y trouvait, à n’en pas douter. Après tout, il fallait au moins cela pour parvenir à mes objectifs, à nos objectifs. Délaissant ce corps inerte pour l’heure, l’iwajine parla avec prudence contrairement à ce que j’aurais pu imaginer d’elle. Comme quoi, elle n’avait pas que cette vision de carnage devant les yeux et savait également faire preuve de retenue et de prudence. Mais la prudence était-elle réellement de mise pour la tâche à accomplir ?

« Un endroit tranquille ? Mais nous devons agir avec le moins de discrétion possible alors restons ici. Qui plus est, j’ai gardé quelques témoins, autant qu’ils servent. »

Me levant, ma chaise de papier se délitant au sol dans la foulée, j’attrapais notre cible par le col de son kimono avant de le trainer de force dans ce qu’il restait de sa boutique et de l’asseoir sur une chaine, l’immobilisant d’un sceau par la même occasion. Le temps d’un aller-retour, deux témoins aphones nous rejoignaient afin d’admirer le spectacle qui allait se jouer devant leurs yeux craintifs.

« Bien. Monsieur Hamamoto, d’ordinaire, j’aime prendre le temps pour mes interrogatoires. Parfois, ils se passent bien quand la personne veut bien collaborer et parfois, cela dure des jours, voire des semaines quand la personne à votre place s’avère récalcitrante. Dans ce genre de cas de figure, ma victime à la sortie de nos échanges pèse moins lourd qu’à son arrivée. J’ai tendance à enlever quelques bouts en cours de route. »

Déposant un simple kunai devant moi, je laissais le temps nécessaire à mon interlocuteur de prendre pleinement conscience de ce qui allait lui arriver, espérant lui instiller la peur suffisante pour une discussion efficace et rapide.

« Malheureusement pour vous, aujourd’hui, j’ai deux contraintes. La première est que je n’ai pas le luxe du temps devant moi. La seconde, et c’est une chance pour vous, c’est que je dois vous ramener en vie. En revanche, avantage pour moi, il n’est pas précisé dans quel état. Autre chance pour moi, je suis également médecin. Donc ce que je vous propose est fort simple. Vous répondez à mes questions et tout se passera bien. Vous décidez de lutter vainement et je prendre le temps de découper petit à petit tout ce qui dépasse. Une phalange d’abord, puis une seconde et enfin un doigt. Vous en avez dix il me semble ? Le processus sera long. Malheureusement pour vous, je serais en mesure d’éviter une hémorragie mortelle. Je ferais en sorte que vous soyez pleinement conscient de la douleur qui vous habite, mais sans le désavantage de la mort. »

Me retournant, je me penchais pour ramasser ce qui semblait être une sorte de porte manteaux ou du moins quelque chose qui s’en approchait. Le remettant droit, j’y accrochais ma pèlerine noire marqué de la carpe dorée avant de me retourner vers ma victime, relevant les manches de ma tenue.

« Oh, et ces deux témoins ne font que regarder. Il est important que l’on agisse sans discrétion. Autant vous dire qu’ils pourront raconter ce qu’ils ont vu et ce qu’il advient de ceux qui ne respectent pas les règles du Marché Noir. Bien ! Pouvons-nous commencer ? »

Je ne saurais trop dire combien de temps tout cela avait durer. Quelques secondes peut-être ? De longues minutes ? Ou encore une heure ? Peu-importe, le résultat était finalement le même. Les mains ensanglantées, trainant mon colis humain dans un état léthargique à cause de la douleur, l’homme se tenait la main droite amputée de deux doigts. A mon sens c’était une prestation relativement honorable pour un homme de sa trempe.

De son côté, je me demandais ce qu’avait bien pu faire ma chère camarade pour s’occuper. Quoi qu’il en soit, j’avais désormais quelques informations à lui partager.

« Sans surprise notre cher ami a décidé de parler. Il aurait pu le faire bien plus tôt et s’éviter quelques douleurs mais en général, ils tentent tous de jouer les durs. Rares sont ceux à réussir. Mais je divague. Notre faussaire pas si habile que cela ne travaille pas ici. A vrai dire je ne suis même pas certain qu’il fasse vraiment quelque chose. Il aurait installé une petite installation dans une vieille ferme à quelques heures de la ville pour travailler en paix. Compte tenu de ce que lui rapporte son petit business, je ne serais pas surpris que tout ceci soit gardé de manière bien plus rude que la piètre résistance qu’on a rencontrée ici. Et toi de ton côté ? »

Ecoutant ce que la jeune femme avait à dire pour combler mon propre discours, je terminais ce bref échange par une nouvelle proposition.

« Déposons notre colis dans un endroit sûr que je connais. Il n’ira nulle part et nous pourrons le récupérer au retour. Pour le reste, si nous partons maintenant, en pressant le pas, nous pourrions y être dans trois heures je dirais alors ne perdons pas de temps, je ne suis pas adepte des nuits à la belle étoile, surtout en cette saison. »

Finalement évanoui, notre homme n’était plus qu’un sac de patate que je portais sur l’épaule, sa main meurtrie ruisselant de sang à moitié coagulé et qui laissais quelques traces au sol. Quant à tous les autres, victimes immobiles, d’un geste je relâchais leurs étreintes afin que le flux d’informations qui émanerait de leur expérience se répande dans le quartier et ceux limitrophes.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mar 8 Nov 2022 - 22:13




Unagi avait bel et bien un très bon esprit logique et déduction. Touchant dans le mille concernant mes capacités, je lui confirmais ses dires. Profitant de ce moment d’accalmie pour lui compter rapidement mon histoire, je lui indiquais que ma famille n’était pas d’origine d’Iwa et que ceux-ci avaient fui leurs clans à cause du diktat qu’ils avaient subi. Le pouvoir de l’encre avait été renié depuis et avait disparu du sang de notre clan, celui-ci avait d’ailleurs été remplacé par l’art des samouraïs ou du moins un art qui s’y rapprochait. Il n’y avait pas besoin de beaucoup de jugeote pour comprendre que l’encre était revenue dans ma lignée et que celle-ci était un don de notre Mère pour me permettre de purger ses terres de tous ceux qui ne méritaient pas de vivre sur notre planète.

Accueillant avec joie notre invité qui reprenait lentement conscience, je jubilais des méthodes que mon compagnon voulait utiliser pour prendre des informations sur notre petit brigand. Malheureusement, voire et entendre dans cette rue choquée par ce qui se tramait sous leurs yeux me donnait envie de faire de même. Infliger la douleur et la souffrance à ses âmes qui le méritait.

Je laissais donc finir Unagi dans sa tâche et je retournais voir dans les décombres que j’avais provoqués. Pénétrant dans les débris de bois et de pierre, des bijoux luxueux se démarquaient dans la poussière, quand des petits cris d’agonie tâtonnaient dans mes tympans. Je m’approchais alors de la source sonore pour y trouver une des victimes apparemment encore en vie de mon assaut.

Le tirant vers la ruelle, je remarquais qu’il n’était pas le seul à crier au désespoir. À l'intérieur de mon âme, ma Mère hurlait également, ordonnant de faire justice pour elle. Devant les yeux des quelques spectateurs encore pétrifiés par la peur et la curiosité, je déposais le corps entre deux ou trois pavés délogés par les lames de chakra.

Tout comme mon camarade, l'interrogatoire commençait pour moi, mais à la fin de notre session respective, l’état de nos victimes n’étaient pas vraiment égales. Pendant que notre cible principale ne comportait que deux doigts en moins, le mien n’était plus qu’un buste humain, baignant dans son propre sang.

« Celui que j’ai pris m’a aussi indiqué les mêmes informations, mais je me suis un peu plus concentré sur ce qui nous attendait là-bas. D’après ses mots, quand j’entamais ses jambes, il y a tout un niveau de sécurité avant même d’atteindre le bâtiment. Étant en dehors de la ville, il est également plus facile d’assurer la sécurité, car personne n’est censé venir. »

« Ensuite, nous avons de fortes chances de nous retrouver à dix contre un dans les locaux. Personnellement, ça ne me dérange pas, mais quand est-il pour toi ?
»

Je ne connaissais pas encore les capacités de mon camarade et ses paroles ne m'indiquaient pas vraiment de quoi il était capable dans des combats singuliers. L’assimilation Kamiton était un atout avantageux pour nous, nous étions pour dire tous les deux invincibles, des dieux parmi les hommes. Mais si nous ne pouvions pas mourir sous les coups de simple mortel, tous les Dieux n’étaient pas fait pour la guerre.

« Dans tous les cas, je te suis. Nous aviserons sur le chemin du plan que tu penses être le meilleur. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946
Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Ven 11 Nov 2022 - 10:51

Si de mon côté j’avais interrogé notre cible avec des méthodes bien peu conventionnelles pour la plupart des gens, même pour celles et ceux qui officiaient dans le milieu dans lequel Luna et moi baignons, cela avait l’avantage de porter ses fruits. Mais dans le cas présent, je n’étais pas le seul à avoir obtenu réponse après un dur labeur. L’immaculée elle aussi avait prit le soin de lancer son propre interrogatoire avec le résultat que je voyais là sous mes yeux, enfin … le demi résultat étant donné ce qu’il restait de sa cible. Prenant le soin de ne pas marcher dans l’immense flaque de sang causé par l’hémorragie mortelle occasionnée par quelques coups de lame bien placés, je regardais la scène, écoutant les paroles de ma partenaire.

« Je vois que tu fais dans la peinture grandiose, une pièce immense qui ne peut laisser de marbre quiconque est témoin de ton œuvre. »

Ceci était en quelque sorte une allégorie vis-à-vis de cette exécution qui ne me dérangeait nullement. Après tout, notre mandat nous demandé expressément de ne pas faire les choses avec discrétion.

« Parfait. Au moins tes informations corroborent les miennes. De cette manière, il y a très peu de chance, voir aucune que l’on soit surpris à destination. Mais avant cela, il faut que nous déposions notre colis en lieu sûr. Je ne souhaite pas ramener notre homme au Marché Noir sans son matériel. En attendant, je connais un endroit où nous pourrions le laisser. Quelqu’un qui me doit quelques services et qui ne posera aucune question. Seulement, il n’est pas à côté et traverser une partie de la ville avec notre cher ami sur l’épaule ne ferait qu’attirer inutilement l’attention. Nous devions agir sans discrétion vis-à-vis de sa boutique et de ceux qui font affaire, pas ameuter tout Ame. »

Réfléchissant quelques secondes, je récupérais une chaise qui avait volée et qui semblait encore être dans un état correct et après y avoir déposé notre homme inconscient, j’y adjoignais deux roues faites de papier. Un bout de rideau en guise de couverture sur les jambes et voilà un transport de fortune pour un homme blessé qui serait bien moins voyant que surement toute autre méthode.

Alors que nous déambulions dans les rues, j’en profitais pour donner quelques détails sur mes talents. Si connaitre ses alliés, leurs forces et leurs faiblesses me semblait nécessaire pour le bienfondé de nos actions et sur la manière dont nous devions entreprendre nos projets, il me semblait tout naturel que la réciprocité soit là. Si les autres membres du groupe n’avaient aucune information sur mes capacités, difficile pour eux d’une part de se faire une idée de ce que je valais et d’autre part, pour se reposer sur moi en cas de nécessité.

« Concernant mes talents, je suis comme toi, à la différence que mon domaine d’action concerne le papier. J’ai tendance à œuvrer sur plusieurs fronts afin d’être polyvalent. Tout cela pour dire que je suis autant à l’aise en action de support qu’agir de manière frontale. Il serait long et fastidieux de te dire tout ce dont je suis en mesure de réaliser, mais je gage que tu en auras bientôt une démonstration. »

Et tout ceci était d’autant plus vrai qu’une fois notre homme mis en sureté le temps de finir notre mission, le temps était venu de partir pour un petit voyage. Sortant une carte grossièrement dessinée depuis ma main, avantage certain lorsque l’on contrôle le papier, je pointais du doigt notre destination.

« Eh bien, en partant tout de suite et à un bon rythme, nous pourrions y être dans trois heures. Nous ne devrions pas tarder, je n’ai pas envie de finir tout cela à la lueur de la lune. Bien, si tu n’as pas de question, partons. Nous discuterons de la marche à suivre en courant. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Lun 14 Nov 2022 - 23:51




Sortant de la bâtisse où le colis avait été mis en sécurité, j’en avais appris bien plus sur Unagi. Bien que j’aie remarqué sa maîtrise exceptionnelle du papier et l’assimilation qui était imposée à son corps, j’apprenais que ses talents s’étalaient dans toutes les compétences. Et alors que celui-ci m’indiquait que nous partions à la poursuite de notre mission, je lui proposais une autre alternative quant à notre moyen de locomotion.

Agrippant mes mains avec mes dents, une légère goutte de sang coulait sur mes doigts. Invoquant un sceau sur le sol, un nuage de fumée se formait dans une explosion devant nous. À travers celle-ci, une ombre présageait une menace pour ceux et celles qui assistaient à cette invocation dans la rue. Une masse d’une dizaine de mètres venait d'apparaître et présentait Yikihoko à la vue de tous. Une bête noire, des ailes noires, un charisme noir, tout était sombre chez lui sauf ses yeux d’un bleu intense reflétant les plus pures couleurs azures du monde.

« Pas besoin de marcher, quand on possède un compagnon comme celui-ci. »

Yikihoko était devant nous prêt à partir sur mon ordre.

Une fois embarqués sur le plumage de cette magnifique montre, le ciel et le sol ne faisaient plus qu’un sur un horizon hors de portée. La ville rapetissait à vue d’oeil au fur à mesure que nous nous échapions en hauteur. Observant chaque quartier, Murashigure se dessinait d’une autre perspective. Pauvre, gang et seigneurie se démarquaient rien qu’avec les bâtisses, les toitures et les jardins de la ville.

« Bon… De ce que j’ai compris, nous cherchons une ferme à plusieurs lieux d’ici. »

En regardant tout autour de nous, je pouvais dire que ce n’était pas ce qui manquait. Le pays n’ayant quasiment pas de capital financier, il vivait par ses propres moyens et surtout par sa propre agriculture. Tout autour de la ville, des milliers d’hectares de pâturages s’épandaient inlassablement vers les bordures de la terre.

« De ce que j’ai compris, ce n’est pas vraiment une ferme en activité. On peut déjà retirer de la liste toutes les parcelles qui sont entretenues pour l’agriculture. On devrait plutôt se tourner vers des champs ou des bois en friche, mais avec un ou des bâtiments en bon état. Qu’en penses-tu ? »

Je ne voyais pas une imprimerie dans des bâtiments délabrés. Les ressources pour un travail de cette qualité ne pouvaient pas se permettre d’être méprisable. Un lieu où la moisissure était présente, par exemple, ne pouvait assurer le bon entretien du papier utilisé. Trop d’humidité, c’était l’encre qui en pâtirait. Le lieu que nous cherchions devait être impeccable et en même temps ne pas attirer l’attention.

« En attendant l’avis d’Unagi, j’observais autour de nous pour trouver un tel endroit. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946
Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Ven 18 Nov 2022 - 21:24

La leçon du jour que je venais d’apprendre était qu’il fallait toujours s’attendre à plus. Plus surprenant, plus grand, plus facile, mais toujours un plus de quelque chose. Si cela pouvait être utile de s’attendre à plus « pire », il était vrai que dans la situation actuelle, l’arrivée de cette chouette géante allait nous faciliter la vie, ou du moins, nettement le voyage qui se profilait désormais. D’une hauteur avoisinant la dizaine de mètre de haut, le volatile couleur ébène nous laissa grimper sur lui. Guidé par les paroles de l’ancienne iwajin, je m’accrochais fermement aux plumes les plus solide afin d’assurer mon assise au moment de l’envol de l’invocation. Et quelle majesté que voilà. D’un unique battement d’aile, l’envergure de l’animal dépassant tout ce que pouvais imaginer, voilà que nous étions déjà largement au-dessus des toits de Murashigure. Il ne nous fallut que quelques battements d’aile de plus pour parvenir à côtoyer les nuages et à rendre la ville aussi petite qu’une pièce de monnaie.

« Eh bien, je dois t’avouer que cette surprise est la bienvenue. Nous gagnerions un temps certains à n’en pas douter. Je pourrais au moins t’offrir quelque chose à boire si nous ne rentrons pas trop tard. »

Souriant, avec la vitesse, je laissais le vent coiffer en arrière cette chevelure grisonnante alors que ma barbe encore poivre et sel elle tenait relativement bien malgré quelques rafales. Pour une première fois depuis cinquante ans, voilà que je volais largement au-dessus du sol. Cela n’avait rien à voir avec ce que j’étais capable de faire et la sensation procurait laissait en moi un sentiment de liberté indéniable, sans parler de la beauté certaine qui se déployait sous nos pieds, nos terres vues sous un nouvel angle et qui offrait une perspective sans pareil.

« En effet, le lieu que nous cherchons se doit d’être discret. Il est improbable qu’une ferme où des rizières poussent soit utilisée pour masquer leurs activités. »

Resserrant d’avantage mes mains sur le plumage, non pas que je craignais réellement de mourir d’une chute, je me penchais quelque peu sur le côté afin de mieux distinguer ce qui se passait en dessous de nous, réfléchissant de longues minutes aux quelques paroles de l’Itö.

« S’ils veulent agir discrètement, je dirais qu’ils devraient nécessairement couvrir leurs activités, notamment pour le transport des contrefaçons. Il faut que cela soit discret et que cela passe pour quelque chose de légal. Dans ce cas, il leur faut transporter une marchandise quelconque. Vu les lieux, et quelque chose qui soit relativement faisable sans trop de mal pour un shinobi, je dirais une maison proche d’une mine ou une petite scierie. De cette manière, ils pourraient extraire un peu de roche ou de bois pour passer inaperçus. »

Me remémorant des années d’étude et de collecte d’informations, je faisais un tri dans mes pensées afin d’en sortir les données notables à exploiter. Après quelques minutes de réflexion, je me tournais vers Luna d’un air convaincu.

« Je reconnais globalement les lieux et de mémoire, il y a une petite scierie non loin. Ils auraient pu en prendre possession. Sinon, il y a une vieille mine qui est désaffectée depuis quelques années déjà. Autant dire qu’ils y seraient encore plus tranquilles, surtout pour se cacher au fin fond d’une grotte. Je pense que nous devrions commencer par là. »

Sortant de ma main une nouvelle fois la carte que j’avais utilisée, je pointais du doigt une région où, de mémoire, se trouvait notre potentielle destination.

« A toi de voir où nous allons. Après tout, c’est ton compagnon qui nous guide. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Dim 27 Nov 2022 - 20:39




« Direction cette fameuse scierie. »

Les mines ne me paraissaient pas crédibles pour établir un centre d’une telle ampleur alors qu’une scierie aurait été plus propice. Ces bâtiments étaient créés par rapport à la taille des parcelles qu’elles accueillaient et si comme l’indiquait Unagi, il devait nécessiter une petite production pour passer inaperçue, c’était le parfait endroit. Le bois n'était pas non plus une denrée rare et personne ne viendrait s’y aventurer pour voler des bûches…

Quelques centaines de mètres nous séparaient du lieu, entouré de forêts divisé en petite parcelle, un bâtiment se tenait au centre de l’exploitation. Une partie des arbres avaient déjà été coupés pour dissimuler leur entreprise, mais nous n’étions point dupes. Alors que mon compagnon nous déposait proche de la bâtisse, j’invitais Unagi à me suivre à travers les troncs et les fougères qui nous entouraient.

« S’il y a du monde, je te propose d’attendre quelques dizaines de secondes avant d’attaquer. Certains pourraient être utile à notre petit projet et si Mère ne me demande pas de les tuer, j’aimerais éviter pour une fois de le faire. »

Forçant mais pensés pour le projet Sakana, je n’avais pas vraiment envie d’aider Unagi à établir un réseau profitant de l’argent pour établir une dominance sûre d’autre groupe, mais c’était comme ça. Des fois, il fallait sacrifier d’une certaine façon de penser pour atteindre de plus grand et de plus vaste objectif. Le fait de défaire des Seigneurs de guerres, des Rois et des Princes était pour Mère bien plus attractif. Si la tête était coupée en premier dans une chasse aux monstres, les sbires suivraient beaucoup plus facilement et c’était cela mon objectif dans le Sakana.

Alors que nous nous rapprochions de la scierie, nous n’observions personne autour. Pas d’âme semblait vivre ici et encore moins tenir une activité qu’elle soit légale ou illégale. Pas un bruit d’humain ne parvenait des alentours et encore moins de machineries. Tout ça semblait pour le moins étrange et en même temps, non. Il fallait se souvenir que tout cela était une entreprise de faussaire et qu’il devait agir dans la plus grande discrétion. Ils avaient sûrement dû prévoir des horaires de travail hors toutes les activités autour d’eux pour ne pas éveiller les soupçons? Mais quand même, pourquoi ne pas tenir la face visible de cette entreprise ?

S’approchant du bâtiment, une immense porte se tenait en face de nous. Sur le côté, une ouverture dans les murs de bois servait à faire entrer les troncs fraîchement coupés par des machineries de fabrication Kumojin. Ce qui me faisait dire ça, c’était le niveau de complexité de cet outillage fait de fer, seul le pays de la foudre était capable de créer de telle machine et bizarrement, ce n’était pas avec une aussi petite exploitation qu’il aurait pu s’offrir ce genre d’équipement. Une vitrine ? Surement, mais que c’était mal vu d’avoir mis autant de budget pour paraître réel.

Pénétrant dans le local par cette entrée qui était prévue pour les rondins, j’observais que très peu de lumière entrait dans le bâtiment et comme nous le pensions, aucune machine prévue pour la scierie n’était présente hormis le collecteur de bois dépensant vers l’extérieur. À la place, de nombreuses tables, bacs et autres ustensiles de peinture et d’encirent étaient présents. Tout le matériel nécessaire pour faire une bonne et belle impression de faux billets.

S'avançant lentement, des bruits de pas se faisaient entendre. Je me cachais alors derrière la première étuve que je voyais et j’observais en silence. Un homme, seul, s'approchait d’un coin de la pièce tout en fumant une cigarette. Alors qu’il se dirigeait vers l’opposé de la pièce, il prenait au passage une hache qui traînait là. Dans un élan, celui-ci levait celle-ci et farce d’un coup sec sur un rondin… Regardant Unagi sous cette action…

« C’est vraiment ça leur couverture . Un mec qui coupe du bois à la main ? … »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946
Unagi
Unagi

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mar 29 Nov 2022 - 23:13

Guidé par le volatile volant et son invocatrice, je restais dubitatif quant à notre direction. Ne venais-je pas de dire qu’il serait surement plus logique que nos énergumènes se trouve dans une mine abandonnée, à l’abri de tout regard ? Et pourtant, voilà que les coups d’ailes nous emportaient vers cette petite scierie. Mais peut-être me trompais et mes expériences passées s’en trouvaient quelque peu dépassées. Peut-être que l’expérience de la jeunesse avait encore à apporter au plus ancien que j’étais.

Curieux de voir ce qu’il en serait, je restais là, stoïque, attendant que les choses se passent, laissant à l’Itö le loisir de prendre en main notre petit groupe et la tête des opérations. Dans un silence absolu, je regardais ma partenaire scruter le sol, m’offrir ce petit visage parfois surpris avant que l’on ne se pose, terminant le chemin à pied. Finalement, au sol, il semblait faire meilleur. Le vent dans les cheveux et s’infiltrant dans ma pèlerine m’avait laissé quelques frissons au cours du voyage. Désormais, loin des hauteurs et des vents nuageux, je profitais de ce soleil hivernal pour me réchauffer tant bien que mal pendant que nous nous approchions du bâtiment et j’assistais à la même scène étrange de ce bucheron solitaire.

« Hum en effet … il ne ressemble en rien à ce que l’on pourrait imaginer d’un trafiquant. »

Une affirmation certaine que ma partenaire partageait sans doute compte tenu de sa remarque. Sans perdre plus de temps que nécessaire, n’ayant aucune crainte vis-à-vis de ce que nous pourrions rencontrer, je sortais de cette pseudo cachette et m’avançais vers cet homme d’un âge avancé, plus ou moins du mien, mais dans un état physique bien plus dégradé malgré des bras musclés et des mains caleuses.

A peine nous avait-il aperçu qu’il lâcha sa hache et se tourna vers nous, se grattant la barbe hirsute qu’il avait. Chose étonnante, il ne semblait ni perturbé par notre présence, ni étonné. Alors que je m’approchais sereinement de cet intriguant énergumène, ce fut ce dernier qui trancha le silence qui régnait.

« Sont partis … » cingla-t-il

Stoppant mes pas, je regardais brièvement Luna avant de porter à nouveau mes yeux sur le bucheron, un peu étonné par la démarche.

« Vu votre tête, vous venez pour eux je suppose ? Vous les avez ratés de peu. Ils sont partis y’a pas si longtemps que ça. Ils ont laissé tout leur matériel dans le bâtiment. Faites ce que vous voulez de leurs affaires mais laissez-moi ma scierie. J’ai accepté d’héberger leur trafic car ils payaient bien, mais c’est tout. Les temps sont durs pour tout le monde, je gagne ma croute comme je peux. »

Le discours était ferme, la parole solide et le regard ferme. Depuis le temps que je rencontrais des gens pour acheter et vendre des informations, des menteurs, j’en avais croisé et cet homme là n’en était pas un. Ses mots étaient sincères. Souriant doucement, je laissais échapper un petit ricanement avant d’acquiescer les paroles d’un clignement d’yeux tout en hochant la tête.

« Bien. Nous ne sommes pas là pour assassiner des innocents. Ce que vous faites m’importe peu. Nous allons juste récupérer tout le matériel. Il est juste dommage que l’on ait pu avoir les complices de notre cible. »

Sans plus de cérémonie, je créais un large parchemin depuis ma main et d’un geste, je scellais en ce dernier tout l’équipement laissé à l’abandon par nos fuyards. Au moins nous avions accomplis notre mission. Nous avions l’instigateur de tout ce trafic et son matériel. Ses complices étaient en liberté certes, mais sans tête pensante et sans matériel, ils ne pourraient rien faire. C’était une aubaine pour eux d’avoir choisi la fuite finalement. Pour leur survie du moins.

« Bien, rentrons, je te laisse le soin de finaliser notre contrat, tu ne m’en voudras pas si je m’assoupi pendant le trajet du retour. Même si le vol reste frais, j’ai plaisir à faire une sieste et le temps de trajet me le permettant, autant profiter de cette aubaine. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13622-termine-unagi
Itö Luna
Itö Luna

Un exemple à suivre - PV Ito Luna Empty
Mer 30 Nov 2022 - 2:23




Finalement, c’était déjà fini. À trop faire dans le spectacle, les souris avaient quitté le navire. Couper la tête et le corps s’enfuyaient à mille pattes. J’étais quelque peu déçu d’entendre cet homme un peu nigaud nous indiquer que plus personne n’allait remettre les pieds ici. J’aurais voulu pouvoir administrer un jugement à tous ceux travaillant ici, mais en tout cas, ce pauvre petit travailleur semblait être un type honnête et sa vie n'en durera que plus longtemps.

Admirant le talent qu’avait Unagi pour récupérer le matériel qui jonchait l’entrepôt, j’admirais la dextérité qu’il avait pour créer ce genre de parchemin aussi immense tout en appliquant un sceau sur celui-ci. Enfin… Il était l’heure de rentrer. Le soir commençant à tomber, nous avions encore le temps de faire le trajet retour sous les derniers rayons du soleil et ça, c’était une bonne nouvelle.

« Oue oue, pas de problème. Je dirais à Kihiyoko de passer au-dessus du palais et de te déposer chez toi. Je te rejoindrai dans la soirée. »

Durant le vol et pendant le sommeil de mon compagnon, j'eus une discussion avec mon ami ailé. Alors que les lumières du ciel se changeaient du blanc à l’orange, celui-ci m’indiquait qu’il aurait besoin de moi pour une mission dans très peu de temps. Comme à son habitude, il avait tendance à ne rien dire et à tout lâcher au dernier moment, mais d’après l’intonation de sa voix, je comprenais le sérieux de sa requête. D’ailleurs, la dernière fois qu’il m’avait parlée ainsi, était le moment où ses enfants avaient disparu de son nid, chassés par l’avarie des hommes.

Bien plus tard, dans la nuit, je regagnais la demeure d’Unagi. Le rejoignant pour un thé, je lui remontais que la mission avait été remplie avec succès, malgré les remontrances sur le matériel qui n’avait pas été possible de récupérer. Un petit mensonge avait dû être improvisé sur place quant aux faits que je n’avais aucun moyen de récupérer ce qu’avait scellé le vieil homme. Ils étaient alors maintenant officiels que l’imprimerie de faussaire était tout bonnement détruite après notre combat héroïque dans la scierie.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77533 https://www.ascentofshinobi.com/t13558-ito-luna#119946

Un exemple à suivre - PV Ito Luna

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un exemple suivi - [PV Itö Luna]
» Une piste à suivre [Amiko]
» [MISSION/B/IWA] Suivre la lumière
» [Évent 1] Suivre l'or et le pain - Feat. Koga-san
» Une nouvelle piste à suivre. [Ft.Shuuhei/Daisuke]

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Ame no Kuni, Pays de la Pluie :: Murashigure
Sauter vers: