Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Il est temps EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Il est temps EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Il est temps EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Il est temps EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Il est temps EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Il est temps EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Il est temps EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Il est temps EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Il est temps EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Il est temps EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Il est temps

Nara Aizen
Nara Aizen

Il est temps Empty
Dim 25 Sep 2022 - 22:19

Dans une de ses poches, bien à l’abris, un papier de la plus haute importance. Les informations qu’ils contenaient n’existaient qu’à un unique autre endroit : l’esprit du Nara. Car c’était lui qui avait rédigé ce rapport. Du plus petit détail à la plus grosse généralité, Aizen avait pris soin de ne rien omettre depuis son départ du village. Et ce, sans aucune espèce d’exception.

C’était notamment pour ces raisons, plus qu’évidentes, qu’il ne pouvait se permettre de remettre ce rapport à quelqu’un d’autre que le chef suprême du village, en main propre. Il avait tout mis à l’écrit, pour plusieurs raisons. Attendre encore de tout retranscrire à l’oral aurait pu lui faire oublier quelques détails, pourtant la moindre petite chose pouvait devenir importante. Comme il l’avait fait pour son enquête sur les seigneurs de la Foudre, ils se devaient, lui et les autorités du village, de garder des traces écrites.

Bien entendu le fait même de vouloir trop préserver l’information pouvait au contraire la mettre en danger. Les paroles ne pouvaient se disperser alors que son rapport pourrait être volé ou reproduit. C’était avant tout pour cela qu’il souhaitait que son papier soit transmis de sa main à celle de Raizen, par aucun autre intermédiaire quel qu’il soit. Et surtout pas Keisuke comme il l’avait fait autrefois, par exemple, surtout après une telle convocation de son clan. Et puis il était aussi temps pour le Nara de prendre sa carrière bien en main. Il n’avait plus besoin d’intermédiaire.

Il avait toute confiance en Kumo pour conserver les rapports hautement sensibles de la manière la plus adéquate. Quand il avait vu les méthodes d’accès aux archives du clan Suzuri il ne pouvait que se dire qu’un voleur aurait bien du mal à mettre la main sur un document dont il ne pouvait même pas avoir eu vent de l’existence.

Ainsi ce rapport contenait de nombreuses choses, que ce soit des informations très précises ou juste des faits quelconques relatés. Tout y était retranscris comme si on y était, depuis son départ du village. Le voyage, les différentes rencontres, les informations échangées, les observations faites, les capacités au combat de leurs ennemis. Absolument tout. En rapportant tout cela, en plus des précieuses informations que devaient apporter Iwa, le Nara ne faisait que faire son travail. Mais il espérait une reconnaissance qu’on ne lui avait encore jamais octroyé. Au-delà des actes passés, il voulait surtout s’élever afin d’avoir le poids suffisant à la réalisation de ses ambitions.

Et ce jour était enfin venu.

D’une posture noble, le samouraï blanc se présenta devant la garde du bureau du Raikage. L’air déterminé mais calme à la fois, il ne doutait pas que Raizen concède à le voir quelles que soient son activité. Car ils avaient, ensemble, de nombreuses choses à voir. Mais parler serait loin d’être suffisant. A la sortie de cette entrevue, des décisions, déjà tardives selon lui, devraient être prises. Sans ça, il avait bien peur que l’inertie de leurs décisions ne leur coûte beaucoup. Que ce soit de Tokanaba, des pirates, du sixième démon, de Reijiro ou encore du sommet, ils devaient agir. Et Aizen comptait bien être un acteur moteur dans chacune de ces réalisations.

Il est temps R2ij
« Je suis Nara Aizen, de retour du sommet de la coalition. »
Il prit une pause le temps de laisser comprendre à son interlocuteur qui il était.
« Je suis venu m’entretenir avec le Yondaime Raikage. »
Il était plus que temps.


Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il est temps Empty
Jeu 20 Oct 2022 - 1:07

Alors que le vent berçait sa chevelure, Raizen observa longuement la fenêtre à ses côtés, contemplant l’extérieur du village de son bureau. Soupirant de manière pensive en se demandant ce que son entité originale était en train de faire, il replongea sa concentration sur l’objet de son attention alors qu’il naviguait entre diverses listes pour de futures missions et déploiement.

N’étant pas toujours simple, il planifiait, structurait et ordonnait bien des éléments. Or, comme plusieurs fois ces derniers temps, il fut interpellé par la sécurité de Kumo. Lui indiquant ainsi qu’il avait de la visite, le nom de Nara Aizen fut évoqué.

Étant au courant de son retour de la Coalition suite à la venue des Iwajines, il attendait ainsi comme les autres le rapport du Nara qui revenait de sa première expérience à l’international. Or, ne sachant pas exactement à quel moment le tout se produirait, Aizen était donc tombé sur un jour ou plutôt une partie de la journée durant laquelle un de ses clones était au bureau.

Divisant ainsi pour mieux régner sur l’ensemble de ses tâches, le véritable Raizen n’était pas non plus trop loin tout comme la seconde copie, s’occupant respectivement d’autres éléments au sein du village en compagnie d'autres individus. Pratique comme approche au regard des nombreuses visites qu’il pouvait recevoir, c’était un moyen idéal d'être efficace et productif sans pour autant diminuer le niveau de qualité livré.

-Merci pour l’information. Pouvez-vous contacter Nara Keisuke afin de voir s’il désire se joindre à nous ? Autrement, faites-le entrer dans mon bureau dans 5 minutes.

Se courbant en guise de respect au fidèle Kumojine lui ayant transmis l’information, le Meikyû reporta l’attention sur ses documents afin de ranger ceux sur lesquels il travaillait. En consultant d’autre pendant de longues minutes, il finit par terminer ce qu’il faisait, utilisant ainsi de ces sceaux pour disposer des éléments non nécessaires.

Une fois le Nara mené vers la salle de réunion, la fragmentation d’âme du Meikyû prit la parole.

-Bon retour de mission Aizen, j’espère que le voyage retour s’est bien passé. Autrement, je suis à l’écoute pour ton rapport. Nara Keisuke nous rejoindra possiblement pendant la réunion, mais tu peux commencer.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nara Aizen
Nara Aizen

Il est temps Empty
Lun 24 Oct 2022 - 23:46

Pourquoi le faisait-on attendre si longtemps ? Le Nara n’était pas du genre à être impatient mais il ne comprenait pas qu’à la seconde où il avait été annoncé il ne fut pas reçu. Peut-être que le Meikyû le faisait attendre de façon préméditée dans un but précis. Peut-être avait il quelque chose à cacher ? Ou encore un tas d’autres raisons possibles. Aizen énuméra toutes les possibilités pendant ce laps de temps où il n’eut que ça à faire. Finalement, il put entrer dans le bureau du très demandé.
« Raizen. »
Dit-il en inclinant le buste respectueusement avant de révéler de nouveau son visage arborant un léger sourire. Ce sourire était sincère, car il était avant tout cela du succès. Rentrer directement comme il aurait dû de ce sommet aurait été un désastre pour lui. Il avait eu peur de ne rien pouvoir ramener de concret mais finalement au fil des jours au sein du pays du Feu il pu bâtir le dossier qu’il avait entre ses mains.
« Merci beaucoup, disons que le voyage s’est mieux déroulé que le séjour. »
Son sourire s’élargit, une pointe d’humour utile à briser la glace dans ce bureau des plus hiérarchisant.
« Plus sérieusement, la compagnie de Chiwa Aimi est des plus agréables alors je suis ravi d’avoir pu rentrer accompagné de nos deux amis Iwajins. »
Chaque phrase avait un sens, nul doute que le Raikage commencerait déjà à saisir les idées que voudrait partager ici son subordonné.
« Nara Keisuke ? »
Aizen ne cacha pas sa surprise, peut-être qu’il l’exagéra aussi un peu. Son sourire s’effaça pour laisser place à deux yeux plissés scrutant son interlocuteur. Raizen devait avoir eu vent de la convocation du Nara par son clan, à un moment très particulier. Il devait donc aussi savoir que Keisuke avait fait partie de cette entrevue. Ne voulait-il rien apprendre de tout cela, profitant d’un tête à tête ou alors souhaitait-il le mettre face à certains faits intrigants ? Difficile de juger des intentions du Raikage, le Nara ne le connaissait pas assez pour cela.
« Raizen… Sans vouloir te manquer de respect il vaudrait mieux que certaines choses soient d’abord vues entre nous deux afin que tu puisses savoir quoi faire de certaines informations. Tu me l’as dit toi-même, les informations peuvent être tout autant décisives que fatales. »
Maintenant qu’il avait donné son point de vue il pouvait espérer que Raizen prenne la bonne décision. Son clan espérait qu’il fasse passer ce dernier avant le village ? Alors qu’eux ne cherchaient clairement que leurs intérêts ? Ils avaient sombré dans l’orgueil en plus de la folie. Si Aizen était ce qu’il était aujourd’hui c’était bien grâce à Kumo et surement pas grâce au clan, il savait sans hésitation les intérêts de qui devaient passer avec l’autre.
« Avant toute chose, j’ai rédigé ceci. »
Il s’approcha pour tendre l’enveloppe contenant son dossier méticuleusement monté. Attendant que Raizen s’en saisisse il ajouta.
« C’est un rapport survolant tout ce qui a pu se passer depuis mon départ de Kumo jusqu’à maintenant. J’ai jugé nécessaire qu’il soit sous cette forme pour plusieurs raisons. »
Prenant une pause afin de capter l’attention de son interlocuteur il reprit.
« Premièrement, si j’avais attendu, mon esprit aurait pu estomper certaines informations. Parfois quelques détails peuvent devenir capitaux. Deuxièmement nous avons beaucoup à nous dire et nul doute que ni toi ni moi pourrions penser à tout ou même retenir tout ce qui se dira ici. Ainsi ce rapport pourra permettre de faire prendre connaissance à ceux qui auraient le niveau d’habilitation requis et le droit d’en connaître sans avoir à passer à l’oral par l’un de nous. »
Pas tellement fier de son idée aussi basique que nécessaire il ne s’attendait pas à une quelconque réaction quant à cette explication mais le Nara avait tout de même voulu justifier son chemin de pensée.
Néanmoins ce rapport n’était qu’un début. Il avait beau relater la plupart des faits avec le plus de détails possibles qu’auraient pu retenir la cervelle du Nara il n’empêchait que la discussion irait au-delà de tout ça. Le Nara ne connaissait pas très bien son chef mais s’il avait compris une chose lors de leur première rencontre c’était que le Meikyü semblait mettre un point d’honneur à découvrir les gens en profondeur. Ou même à faire en sorte qu’eux-mêmes se découvrent. Ainsi outre les faits il s’attendait clairement à être interrogé sur ses différents ressentis quant à certaines situations, si ce n'étaient toute.

Il était prêt.
« Je te laisse prendre le soin de lire tout ça si tu le souhaites. Ce rapport n’est bien sûr qu’un début. Je suppose que tu auras des questions mais en plus de cela nous devons d’après discuter de bon nombre d’autres choses… »
Il releva encore un peu regard avant de sourire plus largement, marqua alors le venu d’une nouvelle touche humoristique.
« J’espère que tu as du temps devant toi. »
Il posa son regard sur le gros rapport, ne représentant en fait qu’une introduction face à tout ce qu’il avait à dire.


Rapport détaillé du Sommet de la coalition et séjour à Hi ~ Par Nara Aizen ~ Hiver 205:




Dernière édition par Nara Aizen le Ven 4 Nov 2022 - 8:38, édité 3 fois (Raison : Ajout de : La personne à la tête de cette tentative de coup d'état semble être Inuzuka Seiteimen.)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il est temps Empty
Jeu 24 Nov 2022 - 6:34

Calme comme à son habitude, Raizen attendait patiemment que le Nara termine son introduction avant de parler. Portant un regard attentif à chacune de ses paroles, stoïque tel qu’accoutumé, il ne pouvait s’empêcher d’émettre une certaine surprise face au changement de l’individu devant lui.

S’il était vrai que les voyages forgeaient les gens, il avait droit à une tout autre personne. Beaucoup plus jovial et heureux, cet attrait semblait presque dénaturer le Nara qu’il aurait qualifié d’ombre plus que de rayon de soleil avant cette rencontre.

Or, il était tout aussi possible qu’il revienne avec de bonnes nouvelles s’il se fiait aux propos émis. La présence d’Aimi avait-elle eu un effet bénéfique à son égard ou était-ce possiblement autre chose ?

Curieux, seule la mention de Keisuke sembla le ramener aux habitudes qu’il avait précédemment analysées chez le Jonin. Y désignant ainsi une désapprobation, il était assez intéressant d’y voir les termes employés. Indiquant le respect, si le tout pouvait être une figure de style pour certains, qu’en était-il du Nara ?

Ne pouvant statuer sur ce type d’éléments, il était cependant curieux d’y voir une méfiance assez importante d’un confrère Nara qui jusqu’à preuve du contraire était très haut placé. Avait-il de la méfiance à son égard ? Joben avait-il possiblement fragilisé le regard des Nara au sein de son propre clan ?

De multiples questions fusaient dans son esprit alors qu’il trouvait cela intéressant. Or, le temps viendrait pour ce type de questionnement songea-t-il.

-Merci pour le rapport

En fonction du contenu, le tout allait définitivement enrichir les différents paliers d’information par grade.

-Donne-moi un court moment, ça ne devrait pas me demander trop de temps.

Prenant ainsi connaissance du rapport, celui-ci était aussi long que détaillé. Lui facilitant énormément la tâche, il appréciait l’attention au détail qui était attribué à un tel rapport. Portant ainsi son regard et sa concentration sur le fameux rapport, il entama le tout.

Surpris de la première remarque, le Meikyû n’y attribua pas forcément d’attention, reportant son regard sur le reste. Notant ainsi mentalement chaque élément qui était pertinent à approfondir afin d’en ressortir la pleine valeur, il poursuivait son talent pour l'analyse.

Curieux, il était intéressant d’y comparer l’interprétation du premier duo et celle d’Aizen quant au comportement d’Aditya. Connaissant l'individu, le Meikyû pouvait autant apprécier le regard externe face au comportement d’Aditya que la possibilité de voir différents fragments de perception afin de calibrer les informations communiquées.

Ayant discuté avec cet individu à quelques reprises, le Meikyû émettait un certain doute quant au fait d’humilier par la parole. Or, l’importante remontrance pouvait nettement augmenter l’impact que les paroles du Kirijine avait eu et ainsi leur perception. Raizen n'avait toutefois aucun doute qu'Aditya n'avait été qu'honnête.

Portant ensuite attention sur le combat et ses détails, le constat était le même voire possiblement pire : La Coalition ne savait pas travailler en équipe, un objectif fort probablement indirect du Gardien des Gardiens. Comme toujours, les actions avaient toujours un raisonnement.

En profitant dès lors pour en apprendre davantage sur l’énergumène surpuissant les ayant accompagnés, Raizen ressentit quelques frissons. Se disant que cet homme devait avoir forcément évolué loin de la société, il était triste d’y voir un domaine quelque peu sectaire comme son ordre soumettre les gens à des éléments possiblement pires que celui du Premier Cercle. Or, vivre en autarcie loin de la société était-il une mauvaise chose ? Y voyant ainsi un être humain d’une pureté probablement démunie de bien des influences externes, le Meikyû regrettait son absence, car quelque chose lui disait que cet homme était plus riche en profondeur qu’il ne le laissait sous-entendre. L’annonce de l’énergie dont il fit référence lui rappelait quelque peu la longueur d’onde, une théorie complémentaire qui était possiblement différente ou liée…

Y notant ainsi l’utilisation de l’oreillette, bien que le tout avait été déconseillé, le Meikyû pouvait toutefois y noter une utilité des plus pertinentes, mais aussi le fait qu’elles fonctionnaient correctement.

Découvrant par la suite le combat impliquant Ketten, le plus intéressant était de voir le soudain regain de vigueur de la Coalition, qui lorsque cela comptait, se débrouillait étrangement mieux. Or, la description découlant des pouvoirs du moine était assez intéressante et complémentaire à ce qu’avaient captés les perles de l’experte en sensorialité.

Passant à autre chose, l’objectif de l’attaque de l’homme au chapeau semblait étrangement viser le Gardien des Gardiens, un élément aussi précieux que pertinent pour la suite. Seul hôte des informations concernant la localisation du Dieu Renard ou possible balise humaine de détection grâce à son contrôle d’une énergie dépassant l’entendement, cet homme était vraiment particulier. D’une neutralité pure, la simple mention d’une décision quant au camp à rejoindre amplifiait certaines des idées du Meikyû…

Toujours concentré et ne démontrant aucun sentiment clair, il arrivait que Raizen baisse le document et lève le regard en regardant droit devant lui. Si Aizen était situé à cet endroit, celui-ci pouvait nettement voir que le Meikyû était plutôt concentré sur autre chose, comme s’il mémorisait des éléments clés. Doté d’un esprit de synthèse, il tentait de retenir les faits saillants, dont la première question qu'il comptait poser.

Poursuivant, l’annonce d’un Dieu situé à Kaminari ne fit nullement sourciller Raizen, étrangement. S’il était quelque peu stoique habituellement, l’absence de réaction bien que dur à percevoir vu le flot important d’information sous-entendait toutefois d’autres éléments. Plus important encore, Raizen ne put s’empêcher de se demander pourquoi Kiri était au courant…et surtout, pourquoi ils avaient attendu autant de temps avant de partager une telle information ? La réponse ne tardant pas à arriver, il semblait que Kiri comme Iwa n’avait pas confiance en Mokko. Faisant ainsi référence au 6e comme l’unique Dieu dont il avait la localisation, quelque chose était étrange à ce niveau. Y avait-il une connexion entre son Dieu et le 6e ?

Étant donné que les prêtres d’Isonade priaient une divinité qui selon certaines légendes relataient certains rites aquatiques, se pouvait-il que les Dieux formaient certaines paires ? Effaçant la théorie concernant une possible communication avec son Dieu, Raizen y nota un nouvel élément à analyser. Kaguya Wutu-Fuku était un homme intéressant, très intéressant même, au même degré qu’Aditya et fort probablement de Reikan, celle qui avait libéré le peuple Yasei de ses chaînes… Ce trio était suffisamment particulier pour représenter les futurs Heidans de l’eau, si ce n’était déjà le cas.

La première et seule réaction de Raizen survint cependant lorsqu’il fut mention de la participation de Taishi lors de l’assaut de Kumo. Comprenant mieux certains éléments, Raizen émit un léger soupir. Que pensait-il à ce sujet ? Seul Hachiman, Ama et Omoi en connaissaient les réponses.

Ne pouvant s’empêcher de porter son attention sur les propos liés à Seiun, quelque chose d’étrange captait l’attention du Meikyû. Or, la mention du fait que personne ne pouvait dicter à Yamiko ce qu’elle pouvait faire fit sourire le Meikyû, repoussant par le fait même le sujet Seiun à un autre moment. Aizen ne semblait pas avoir compris Yamiko ou plutôt, ils n'étaient pas sur une longueur d'onde similaire.

Passant à autre chose, il survola les informations concernant le coup d’État dont il était déjà au courant. Notant toutefois certaines informations clés, il comptait y revenir alors qu’il avait terminé sa lecture.

Toutefois, sans lever un regard, la première question du Meikyû se manifesta et elle avait le mérite de possiblement être destabilisante...

-Y a-t-il une raison pour laquelle la présence de Nara Keisuke serait déconseillée ?

Ne levant le regard qu’une seconde après, il n’attendit aucunement la réponse d’Aizen avant de poursuivre.

-Merci pour ce rapport des plus détaillés Aizen. Les informations récoltées sont pertinentes. J’ai toutefois quelques questions qui sauront éclairer notre lanterne sur certains sujets si tu le permets. Avant tout, tu dis avoir été le seul et unique blessé dans ce combat. Comment vont tes blessures et quels types de blessures t’ont-ils infligées ? Es-tu totalement guéri et as-tu perdu conscience à un moment durant l’affrontement ?

Une lueur imperceptible flirta soudainement avec le regard du corbeau qui passait dorénavant à l’action. Le perceptif était à l'oeuvre et il tentait de voir au-delà des apparences.

-Autrement, je me demande où se situe la statue du Gardien des Gardiens à l’heure actuelle? D'ailleurs, avez-vous appris son nom ?

Ouvrant la porte vers un élément dont il ne s’attendait littéralement à recevoir aucune réponse, une fois une réponse obtenue, il comptait évaluer certaines possibilités de son côté. Connaissant deux personnes qui étaient sorties de leur cocon suite à la résonance, Raizen ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il devait fort probablement exister un moyen d’évacuer le Gardien des gardiens de son état. Cependant, pour en savoir davantage, il fallait l’étudier, un élément tout aussi important étant donné que sous cet état, il était absent du joug quelconque du moindre nécromant, un réel cadeau...mais pour combien de temps? Plus important encore, Raizen avait possiblement une technique permettant un tel miracle, sans pour autant provoquer la moindre douleur...

Pourquoi l'homme au chapeau n'avait-il pas remonté le temps afin d'inverser le processus ayant scellé le Gardien des Gardiens ? Qu'est qui l'en avait empêché songea Omoi...

-Pourquoi le représentant Kirijine a-t-il évoqué être déçu du comportement du représentant de la Foudre et qu’as-tu répondu à ce sujet ?

Bifurquant, il ajouta :

-As-tu eu l’impression qu’il te disait toute la vérité concernant le fait d’être uniquement au courant des informations sur le 6e ? D’ailleurs, lorsqu’il mentionnait la localisation, parlait-il avec précision ou plutôt du fait qu’il soit situé à Kaminari ?

Émettant un doute, Raizen ne pouvait s’empêcher d’être aussi curieux que sceptique. Pourquoi le 6e et à quel point Wutu-Fuku était-il au courant de la situation ? Effrayant, cela allait de pair avec la vision partagée par la prêtresse. Avaient-ils la même source ? Faisaient-ils partie du même culte ? Se pouvait-il que…

-Autrement, il n’est pas surprenant qu’il n’ait pu discuter avec son Dieu. Hélas, nos tentatives précédentes à Kaze n’ont pas non plus été très fructueuses. Ces créatures incomprises vont possiblement bien au-delà de ce qu’on peut comprendre pour le moment. Elles représentent même possiblement la manifestation d’un pouvoir plus grand qui anime notre monde. Il est aussi possible qu'elles ne parlent pas notre dialecte...

Plus il en apprenait davantage et plus Raizen se disait qu’elles étaient des entéléchies ou plutôt les sources de ce qui créait le monde. Les 5 éléments à travers Gobi, Ichibi à travers la puissance désertique,le démon de l’eau à travers la puissance maritime, Yonbi qui avait un pouvoir inconnu, mais qui devait être dans ces eaux et Kyuubi à travers le contrôle du chakra.

-Concernant Iwa, j’aimerais savoir ce qu’ils t’ont partagé et ce qui a motivé ton désir de les amener au village ?

Marquant une pause, il poursuivit :

-Peux-tu me partager plus d'informations sur la participation de Taishi par rapport à l’attaque perpétrée à Kumo? Quels étaient ses motifs et surtout de quelle manière as-tu réagi ?

Attendant une réponse à chacune de ses questions, Raizen poursuivait calmement.

-J’aimerais comprendre les éléments t’ayant rassuré quant au fait qu’il ne représentait justement aucun risque lors de ton introduction de ceux-ci.

Pertinent, le Meikyû était curieux d’en apprendre davantage à ce sujet au regard de l’historique de l’Hayai. Poursuivant, il révéla une nouvelle question alors qu’il en avait noté plusieurs mentalement.

-Par la suite, j’aimerais savoir ce qui a motivé ta décision de rester en territoire Hijine au regard de l’instabilité politique et des nombreux dangers dont elle venait d’être marquée par l’attaque et la rébellion des Inuzukas? Avais-tu communiqué tes idées à tes frères de missions ? Y rester seul aurait pu être assez dangereux et la survie de chaque Kumojine en mission est importante, ce qui inclus la tienne.

D’un calme réel, Raizen était curieux d’en apprendre davantage à ce sujet. Terminant ainsi avec sa dernière question, il précisa :

-Peux-tu me décrire le maquillage facial de la marchande ? Semblait-il permanent et de quelle couleur était-il ?

Curieux, il ne pouvait s’empêcher de se demander s’il la connaissait. Après tout, de nombreux Meikyûs existaient dans ce monde…

-Quant au reste, il existe bel et bien un Dieu à Kaminari au même titre que la plupart des pays en dehors de quelques rares sont hôte d'un Dieu. Jusqu’à présent, celui de Kaminari n’est pas un danger pour le moment. En anticipation, nous sommes toutefois à la recherche de gens ayant l’aptitude de sceller une divinité étant donné qu’il n’en existe pas encore assez à Kumo. Cet élément est présentement en négociation à travers un projet visant à maximiser la visibilité sur les hôtes de kinjutsu.

Dévoilant le tout sans aucune gêne ni pression et y ajoutant une étincelle de doute sur ce qu'il savait de ce qu'il supposait, Raizen ne s’évertua pas sur le sujet, se contentant de souligner des faits.

-Le fait que Kiri soit au courant me laisse perplexe cependant. En connaître la source me semble important, mais ce n’est pas la priorité actuelle.

Poursuivant, Raizen, toujours sous la même expression faciale ajouta :

-Par rapport à Hi, par deux sources plutôt qu’une, nous étions déjà au courant des événements s’étant produits sur le territoire, mais vous étiez déjà là-bas, hélas. Il est toutefois intéressant d’avoir une troisième confirmation à cet égard.

La rencontre avec Yahiko avait été utile. Ses échanges avec le nouveau porte-parole l’avaient aussi été, au même titre que sa discussion avec Seiun. Or, y ajouter de détails sur l’auteur du carnage en était encore plus intéressant, surtout qu’il se serait attendu à entendre parler du Fidèle… et non de Seimeiten, un nom inconnu. Où était le fidèle à ce jour et que faisait-il ? Le Teikoku avait-il pris le temps de le questionner par rapport aux autres fanatiques ?

-Concernant Yamiko, j’ai en effet pu discuter avec elle récemment et avant ton retour. Elle semble bien se porter. Les services rendus à la nation Kumojine lors de l’attaque du Teikoku sont assez importants. Ainsi, elle n’est pas à considérer comme une désertrice. Quant au reste, seul l’avenir nous le dira. Ne t’en fait pas pour elle cependant.

Gardant une part de mystère sans approfondir un tel sujet, il était important de gérer les éléments quelque peu secrets avec les concernés.

-Concernant les descriptifs impliquant les techniques de chaque lieutenant, nous documenterons bien évidemment le tout en fonction du rapport de vos rapports et des éléments partagés par la Coalition à ce sujet. Ce sera utile pour mieux se préparer à un autre affrontement.

Pivotant, il poursuivit :

-Les premières prothèses représentent un travail collaboratif entre Chiwa Aimi, Hanzo et Metaru Mairu. Cependant, il est vrai qu’à ce jour, Aimi soit surement la seule à avoir la consolidation des connaissances de médecine permettant d'apposer une prothèse avec efficacité en minimisant les possibilités de rejets. Son savoir-faire et ses connaissances à ce sujet pourraient être fructueux pour nous. Un échange entre la méthodologie d’opérations et les composantes permettant d’en fabriquer pourrait être intéressant à terme bien que son utilité soit plutôt ponctuelle qu’autre chose.

Terminant, Raizen souffla finalement :

-Qu’as-tu pensé de cette première expérience à l’international et qu’as-tu appris?

Observateur, le Meikyû attendait patiemment sa réponse tout comme l'ensemble des réponses aux questions qu'il venait de poser.
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nara Aizen
Nara Aizen

Il est temps Empty
Dim 27 Nov 2022 - 20:04

Voilà que toutes les aventures du Nara avaient été consigné dans ces bouts de papiers. Les ayant en main le Raikage pouvait maintenant avoir un vaste résumé de ce qu’il avait pu vivre. Du plus anecdotique au plus utile pour Kumo, il déciderait de la pertinence de tout cela et de ce qu’il voudrait en faire. Aizen n’attendait pas vraiment de réaction quant à tout cela, ce qui l’intéressait le plus était l’après. Le Nara avait des projets, sans doute que Raizen aussi avait déjà ses plans. Mais il comptait bien ressortir de ce bureau avec du concret. Ils devaient décider de la suite des évènements et une fois sorti de ce bureau Aizen souhaitait avoir un objectif précis, utile mais surtout immédiat.

Ainsi il resta dans un premier temps debout et stoïque à attendre que le chef suprême du village ne lise en quelques minutes des jours et des jours de relations entre le Nara et tout son environnement du pays du Feu. Nul doute qu’il y aurait plusieurs lectures et de plusieurs personnes, peut-être plus tard. C’était bien pour cela que le Nara avait tenté de ne pas lésiner sur les détails même s’il avait sans doute omis des choses. Certaines de façon volontaire et d’autres simplement par oubli. Mais il savait que le moindre détail pouvait avoir son importance surtout avec du recul et en le recouplant avec d’autres.

Il attendit et les premières questions retentirent, puis elles s’enchainèrent comme le Nara s’y était attendu. Il fut même étonné du survol de Raizen qui pour le moment ne rentrait pas encore en profondeur. Mais dans un cas si complexe peut-être voulait il procéder par étape et gratter niveau après niveau pour en ressortir tous les aspects même les plus infimes. On ne devenait pas Raikage juste en sachant se battre, ça le Nara le savait bien, et il en aurait sans doute l’ultime preuve ici.

Mais s’il hésita quelques secondes ce ne fut pas tant à cause du fond du discours de son interlocuteur mais bien à cause de la forme. Il savait qu’en énonçant son véto quant à la présence de Keisuke il serait interrogé dessus. Il voulait de toute façon en parler de lui-même, pas que de Keisuke mais de sa méfiance envers tout le conseil de son clan. Il comptait le faire plus tard après avoir traité l’épisode Hijin mais la curiosité de Raizen quant à ce sujet prit le dessus et c’était tout à fait compréhensible. Le Nara réfléchit, il comptait bien dire la vérité mais devait rester prudent. Raikage ou pas Raizen était encore un relatif inconnu pour lui, il ne connaissait pas encore ses réelles intentions dans les batailles qui se jouaient ici-bas.

Avant toute chose le Nara observa le bureau et la sobriété qui le définissait. Était-ce en quelque sorte une coutume qui se passait de mandat en mandat ou alors était-ce là le reflet de la personnalité du Meikyû ? Sans cacher son regard curieux et son analyse précise le Nara avança de quelques pas, après avoir écouté avec très grande attention les questions de son chef. Si ses yeux avaient été ailleurs ses oreilles avaient bien étaient tournées vers les paroles de celui qui était derrière cet imposant bureau. Les premiers analysaient les lieux alors que les second analysaient les mots. Il n’y avait rien à en ressortir quant au ton et au rythme du parole du Raikage, il maitrisait son verbal comme son non verbal, rien d’étonnant. Mais tous les mots avaient leur importance.

Ainsi analysant aussi quelque peu le non verbal le Nara fut surpris sans vraiment le montrer de ne pas se voir inviter à prendre place sur un quelconque siège. Il était debout, droit comme un soldat qui devait prendre une remontrance. S’il était effectivement le subordonné qui devait rendre des comptes il avait jaugé Raizen autrement. Il faisait référence au fait que le Raikage était connu pour ne pas être très regardant sur toutes les formules normalement imposées entre un chef et son subalterne. Si bien qu’il lui avait prouvé en lui demandant de le tutoyer à peine s’étaient-ils rencontrés.
« Si tu me permets ? »
Alors avant toute réponse qui était attendue le Nara prit une chaise pour la tirer quelque peu et s’y installer. Après tout ils en auraient pour un bon bout de temps vu les sujets qu’ils avaient à traiter. Un regard interrogateur, presque naïf et un léger sourire se dessina sur le visage du Nara qui posait la question mais qui ne comptait pas vraiment rester debout.

Il s’installa confortablement et souffla, comme pour montrer qu’il savait qu’un dur labeur l’attendait. C’était plus par réflexe et pas une réflexion déjà entamée que par preuve de fainéantise. Bien moins rigide qu’à leur première rencontre le Nara ne cherchait pas à cacher les changements qu’il s’était imposé. Paraître plus humain, voilà bien ce qui était nécessaire dans les relations avec autrui pour ne pas semblait trop distant, il l’avait compris.

Sans plus de préambule, il s’entreprit de répondre à toutes les interrogations de Raizen. S’il était bien des choses le Nara n’était pas avare en parole ni en détails, le Raikage en aurait pour son temps.
« Concernant Nara Keisuke. Tu ne dois pas être sans savoir qu’à peine rentré, en compagnie de nos amis Iwajins, j’ai été convoqué par le haut conseil Nara. Tu as l’habitude des affaires de politique, tu dois donc deviner que ce comportement n’était ni anodin ni ne relevait d’une quelconque coïncidence. Sans y voir là de la paranoïa je ne peux m’empêcher de trouver ce timing très… précis. D’autant plus que pour que tu ai tous les éléments en main pour cette réflexion je dois t’indiquer ceci. Depuis les premiers déboires de Nara Joben j’ai tenté à mainte reprise de mettre en garde le Kyuubu sur son comportement. Si rien a été fait à ce niveau, en tous cas pas à hauteur de ce que j’espérais, je n’ai pas abandonné et ai tenté de prévenir mon clan par une lettre demandant audience afin d’agir su con cas. Audience que je n’ai jamais eue. Et c’est finalement à mon retour d’une mission importante et bien trop tard au sujet de Joben qui avait récidivait une ultime fois que je me vois convoqué. Et quel était le sujet principal de cette convocation ? »
Le Nara soupira et tourna légèrement la tête de gauche à droite. A y repenser il ne fallait pas être expert en politique pour comprendre ce qu’un tel comportement pouvait impliquer. Le Nara jouait à un jeu dangereux mais lui avait choisit clairement son camp contrairement aux hauts placés de son clan qui semblaient bien bizarrement plus ambigus.
« Ils voulaient que je leur raconte tout ce qui s’était passé à Hi, dans les moindres détails. Ce que j’ai fait. Mais je n’ai pas hésité à leur partager ma surprise quant au fait que le conseil du clan Nara souhaitait avoir des informations majeures et sensibles en avant-première avant que je n’aie pu voir le premier destinataire de ces informations, toi. »
Les traits du visage plus strictes le Nara devait conclure avec ce qu’il pensait. Il n’avait pas un point de vue arrêté mais il avait suffisamment de données et de recul sur ces dernières pour faire preuve de méfiance. Ou au moins de s’interroger.
« Alors je vais être direct. J’ai des doutes sur les intentions réelles du clan Nara. Attention je ne parle pas ici d’une quelconque tentative de renverser le pouvoir. Mais ils sont bien trop concentrés sur leurs intérêts personnels pour être totalement dévoués aux intérêts Kumojins. Je ne tire là aucune conclusion mais ainsi tu comprends pourquoi je devais t’évoquer ces observations en tête à tête plutôt que tu sois placé devant le fait accompli en présence de Keisuke. »
Le clan Nara avait été plus loin encore en lui disant clairement de tenter de se rapprocher le plus possible de Raizen et de devenir l’épaule sur laquelle il devait compter. Il comptait bien déjà le devenir et même transcender cet état. Mais surement pas au compte de son clan comme une marionnette de ses aînées.

Le sujet ne serait surement pas clos là et le Nara ne doutait pas que chaque réponse qu’il apporterait aux questions de son interlocuteur générerait de nouvelles interrogations. Les sujets qu’ils devaient aborder étaient autant vastes que complexes et demanderaient du temps d’analyse. A deux cerveaux ils trouveraient sans doute des réponses ou au moins des pistes concrètes à creuser. Ainsi il devait répondre d’une traite et laisser le Raikage continuer de creuser dans les recoins qu’il trouverait les plus pertinents.
« Je suis complétement remis grâce aux talents de soigneur de la Main de Kiri, Kaguya Wutu-Fuku. J’ai dû faire face, au plus près, au feu infernal de l’ex empereur et ennemi juré de Kumo : Yamanaka Rei. J’ai peut-être agi avec précipitation pour tenter de lui ôter la vie, avec cette envie, pas vraiment de vengeance, mais de justice pour nos frères Kumojins morts. J’ai échoué mais pas au point d’être mis hors combat. Mes brulures n’étaient pas si graves mais une prise en charge rapide m’a permis d’en ressortir sans cicatrice. »
Le Nara se doutait de la conclusion que le Raikage pourrait se faire sur le sujet mais il voulait aussi jauger de ses réactions. Il ne serait pas le seul à être testé aujourd’hui. Alors il voulait savoir : que jugerait-il d’important ici ?

Puis il était déjà temps de s’attaquer à un sujet sans doute tout aussi sensible qu’important. Le Nara savait pertinemment qu’en parlant de cela des questions seraient soulevées. Que ce soit de l’ordre des faits ou de sa perception de la chose il avait deviné que tout serait passé au peigne fin. Et il était évident, tant par la logique que par le comportement du Raikage, que ce dernier était déjà au courant de maintes choses sur ce sujet et sans doute même plus qu’en savait déjà le Nara.
« Si je me souviens bien le représentant de l’Eau a qualifié le comportement de certains de nébuleux et même indigne de confiance. Il ne parlait pas que de Sharrkan, au passage. Et je t’avoue ne pas avoir creusé tant que ça la question étant moi-même très surpris. Je n’ai pas pu cacher non plus ma déception envers notre représentant… »
Le Nara n’avait plus de sourire, il baissa les yeux autant par honte comme si c’était lui qui avait causé un tel déshonneur. Car pour lui c’était une qualification du genre qu’il pouvait donner au comportement du représentant de la Foudre. Il devait lui manquer bien des données sur le sujet n’ayant eu que le point de vue d’étrangers mais il n’empêchait qu’il avait déjà un avis bien tranché sur la question ayant été plus concerné qu’on ne pourrait le croire aux premiers abords.
« Car il venait lui-même de m’apprendre le départ précipité de Sharrkan, je n’étais même pas au courant. L’instant d’avant je mettais ma vie en péril pour protéger ce Gardien mais surtout la réunion. J’avais estimé, avec d’autres, que l’importance de cette réunion et ce qu’elle impliquait allait au-delà de ma simple vie. Alors apprendre que cela aurait pu être inutile… Je ne pouvais être que déçu, alors même que je ne savais pas pourquoi Sharrkan avait agi de la sorte. »
Il parlait calmement comme s’il se confiait à quelqu’un. Il ne jugeait pas tant la personne de Sharrkan mais plutôt les implications qu’avait eu son comportement. Que ce soit l’Eau ou la Terre ; la Foudre avait été regardé comme des parias. Et il avait été le premier à devoir subir ce jugement de valeur.
« Quand Anzu et d’autres sortirent pour nous prêter main forte je pensais que d’un commun accord nous devions défendre la réunion coûte que coûte. Les informations peuvent se révéler être des armes importantes alors on devait courir le risque pour en obtenir le plus possible. Face à un Kazejin qui a tenté de diviser j’ai à mon tour pris la parole pour demander à tous de combattre ensemble, d’un seul front. C’est à ça que sert la Coalition finalement. Puis quand Sharrkan a communiqué par l’oreillette qu’on se retrouverait à Kumo je pensais que la réunion était finie et que cet affrontement avait porté ses fruits. Je me suis senti trahi quand j’ai appris, de l’Eau comme de la Roche, qu’en fait ce départ avait été précipité. »
Il parlait de façon très personnelle, ne tentant pas de cacher quoique ce soit de ses pensées sur le sujet. Il en profita alors pour questionner Raizen. Au final il voulait en savoir plus, même si cela n’avait que très peu de chance de changer son point de vue sur la question.
« Je ne connais pas les raisons d’un tel agissement, peut-être pourrais-tu m’éclairer toi qui a dû t’entretenir avec lui depuis son retour ? »
Mais quelque soit la réponse, il doutait de pouvoir voir ça d’un bon œil. Sharrkan aurait pu avoir la meilleure raison du monde, les faits avaient montré qu’ils avaient plus perdu que gagner face à un tel comportement. Surtout que dans ce genre d’échange politique c’était avant tout le point de vue des différents interlocuteurs qui pouvait changer la donne. Avoir raison ou tort n’était finalement que secondaire dans le fond.
« Dans tous les cas, puisque tu demandes mon avis. Pour moi Sharrkan a eu tort, quelques soient ses raisons. Dans la vie, les faits comptent bien souvent plus que le reste. Peut-être que les raisons de son départ étaient bonnes. Dans un monde où le sommet aurait été attaqué de l’intérieur ou alors que le bâtiment aurait été détruit de l’extérieur face à notre échec. Les faits auraient donné raison à Sharrkan car il aurait été l’un des rares survivants. Mais le fait est que ça ne s’est pas passé comme ça. Le départ de Sharrkan a déçu l’Eau et la Terre, à raison ou pas n’est même pas la question d’après moi. La politique est affaire d’apparence parfois, et elles peuvent se révéler importantes. Si bien qu’à cause de cet acte Iwa s’est retrouvé seul en procession d’informations possiblement capitales. S’il était resté, il les aurait eus aussi et cela aurait pu éviter cette ambiguïté naissante. »
Il pu alors enchaîner logiquement sur une interrogation qu’il avait depuis son retour. Est-ce que la venue de Iwa était utile, est-ce que son comportement à lui avait pu rattraper celui du représentant de la foudre ?
« D’ailleurs à ce sujet, je me permets de te demander. As-tu pu obtenir ces informations de la part d’Iwa ? »
Sans ça l’échec serait alors cuisant et le comportement de Sharrkan d’autant plus condamnable.

S’il était important il n’était qu’un sujet parmi tant d’autres alors Aizen prit une légère pause et se concentra sur la suite des précisions de son récit. Il prenait son temps, peut-être que le Raikage voudrait prendre des notes afin de compléter ce rapport et ainsi l’étoffer d’un point de vue analytique.
« Bien que très avenant je ne pense pas que le représentant de l’Eau se soit montré complètement transparent. C’est une intuition mais ce que j’ai retranscrit sur le rapport est la phrase exacte qu’il m’a donnée comme étant une citation. Bien que je n’aie pu savoir d’où elle venait. Cette dernière indique le terme exact ‘’sixième’’. Ça me laisse à penser que l’information existe pour le premier, deuxième, etc. C’est quelque chose à creuseur mais s’ils ont ce genre d’indice pour tous les démons et qu’il ne le partage pas ce serait très curieux… »
Le Nara pesait ses mots, et son visage le montrait. Ce serait plus que curieux ce serait une action inacceptable et condamnable bien plus que le comportement de la Foudre au sommet.
« D’autant plus que son refus de me révéler d’où vient cette information ne joue pas en la faveur d’une totale honnêteté. Nous sommes encore loin d’un échange multilatéral entres les différentes factions armant cette Coalition, malheureusement… »
Le Nara ne cacha pas sa déception. Raizen savait combien Aizen trouvait que l’information était capitale dans toute guerre alors en avoir à sa disposition mais ne pas la partager entre tous semblait être une hérésie pour lui.
« Concernant Iwa… »
Il se projeta dans la passée pour réfléchir avec justesse aux détails que demandait le Raikage.
« Ils ont très clairement évoqué le fait d’avoir des informations capitales pour la guerre à venir. Ils ont tout simplement refusé de me les remettre. Ils disaient vouloir vérifier les intentions de Kumo avant d’aller plus loin. J’ai tenté de les rassurer mais ils ne voulaient traiter qu’avec toi. Alors je leur ai proposé de m’accompagner sans réelle conviction étant donné que cela signifiait donner les informations à un allié avant des les partager avec les leurs. Ils ont à ma grande surprise acceptée. »
Mais il n’avait pas vraiment de réponse. La vie était faite de décisions, parfois basés sur l’instinct même pour un esprit rationnel comme le Nara. Si son but de ne pas rentrer les mains vide avait très clairement motivé ses actions il ne s’était jamais méfié des deux représentants de la Roche.
« Et si j’ai été rassuré c’est par cette preuve de bonne volonté dans un premier temps. Cela semblait si irréel que c’était trop gros pour être un piège. On peut leur reprocher ce que l’on veut ils ont assumé leur rôle en venant avant même de rentrer chez eux. C’est le genre d’abnégation dont on a besoin pour que la Coalition avance comme une unique entité et non pas comme le rassemblement de plusieurs voulant défendre leurs intérêts propres sans considérer leurs voisins. »
La conclusion était pour autant évidente. Le Nara aurait pu se tromper et il aurait pu faire une grave erreur. Pour autant, ce n’était pas ce que l’histoire pouvait raconter.
« Si tu veux tout savoir je ne pouvais pas assurer avec certitude que leurs intentions étaient bonnes. Peut-être auraient ils pu avoir comme projet de t’assassiner ou que sais-je encore. Encore une fois seuls les faits, après coups, peuvent dire qui a eu raison ou tort. Ma décision s’est portée sur un mélange de nécessité et d’intuition. Des risques sont parfois nécessaires et j’ai dû faire un minimum confiance pour agir de la sorte. »
Le Nara prit un temps de réflexion quelque peu étonné pour la première fois de cet entretien. Il en se doutait pas que Raizen serait si intéressé par ce sujet et surtout cela lui laissait entendre qu’il venait d’être mis au courant par ce rapport.
« Et concernant plus précisément Taishi je n’ai pas eu de réaction particulière. La guerre fait des ravages et nous avons-nous même étaient ennemis du Teikoku pour finalement se retrouver sur leurs terres afin de faire alliance. On évolue et on avance malgré les erreurs du passé que nous devons garder en tête pour ne pas les reproduire sans pour autant les traîner comme un boulet. Si Taishi voulait faire amande honorable c’était bien en venant participer à l’effort de guerre et en acceptant de remettre les informations qu’ils avaient en leur possession. Je n’ai donc même pas cherché à creuser quant à sa participation à cette attaque. La guerre est ce qu’elle est et il a fait sans doute ce qu’on aurait fait à sa place. »
Pour le Nara, le passé, tel qu’il était décrit ici, n’avait pas une grande importance dans leur projet. Il fallait jouer avec les cartes qu’ils avaient dans leurs mains et se priver d’Iwa pour les actes isolées d’une personne n’était pas un luxe dont ils pouvaient s’habiller.
« Et pour ce que ça peut valoir il semblait plein de remords quand il me l’a annoncé. Je suppose même que les souvenirs de ses actes sont déjà un châtiment suffisant qu’il semble lui-même s’infliger. »
Ce jour-là le cercle infini de la haine et la violence avait pris fin, c’était maintenant aux Kumojins de décider si la boucle serait fermée à jamais ou non. L’Iwajin tentant de faire amende honorable, peut-être que le dénouement serait enfin différent de la destinée qui lui était fatalement prédite.

Alors qu'il faillit oublier ce point il ouvrit grand les yeux quand il se souvint de cette question importante à laquelle il n'avait pas la réponse.
« Oh et concernant la statue. Je ne sais pas où elle est actuellement, j'ose espérer que l'Empire s'en occupe comme il faut. Je n'ai pas pu agir sur le sujet recevant des soins.»
Le Nara sourit et souffla du nez en un ricanement léger. Le Meikyû venait de surprendre pour la deuxième fois le Nara d’une manière cette fois plus comique. Il semblait parfois plus s’intéressait aux raisons d’un agissement plutôt qu’à son dénouement en substance. Aizen avait bien l’impression que cela ne faisait que les écarter de l’important, surtout que la question avait déjà été posé d’une autre manière plus subtile. Mais puisqu’il voulait creuser plus dans la personne que dans les faits alors il lui donnerait satisfaction relative.
« Si au départ je suis resté pour avoir des soins c’est autre chose qui m’a motivé à allonger ma présence au pays du Feu. En l’état je ne pouvais pas partir directement, mais j’aurais pu effectivement mettre les voiles après les premiers soins prodigués par le représentant de l’Eau. J’ai communiqué mon besoin de rentrer plus tard à Anzu seulement leur indiquant qu’ils pouvaient partir sans moi. A ce moment je pensais que Sharrkan avait en sa possession toutes les informations nécessaires et qu’il était primordial qu’ils te les révèlent sans m’attendre. Sharrkan ayant coupé la communication après m’avoir indiqué qu’on se retrouverait à Kumo je n’ai pas pu m’entretenir sur le sujet avec lui. »
Sans plus tourner autour du pot le Nara reprit.
« J’ai eu envie de rester après avoir appris le départ précipité de Sharrkan. Je ne voulais pas rentrer les mains vides à vrai dire. Pour moi le fait de n’avoir ni capturé ni avoir mis hors d’état de nuire un seul de nos ennemis constituait un échec bien que relatif aux vues des évènements. Ainsi j’ai eu pour idée de m’entretenir avec le plus d’homologues étrangers possibles pour rapporter le plus d’informations importantes. Aussi, je voulais commencer à créer des liens à l’international pour dans le futur, et même déjà à ce moment, entamer une relation de confiance avec les différentes puissances mondiales. »
Enfin il plissa des yeux, ne comprenant pas trop la question du Raikage sachant que les Hijins eux même ne devaient pas encore être au courant de cette tentative de coup d’état au moment où le sommet a eu lieu. Il répondit tout de même, avec le pragmatisme qui le définissait si souvent.
« Pour ce qui est de la révolte Inuzuka, personne n’était encore au courant de ça en arrivant au sommet. D’ailleurs il me semble que ça a eu lieu pendant. Un choix sans doute pas anodin de la part de Seiteimen. »
Arrivant enfin à la fin de l’interrogatoire de Raizen, pour sa première partie, le Nara écouta attentivement les informations plus ou moins intéressantes qu’il avait à lui révéler. Il sourit d’un amusement certain quant aux révélations faites sur Yamiko. Elle devait s’être bien joué de lui pour lui paraître de la sorte puis pour que deux personnes bien distinctes en fassent les louanges.
« Il semblerait que j’ai mal cerné cette femme, si elle est présente ici maintenant je me ferais alors un plaisir de rattraper cela. »
Car au final c’était bien là le premier rôle d’un ambassadeur diplomatique comme voulait le devenir le Nara. De savoir écouter et comprendre son interlocuteur sans se laisser berner par les apparences.
« Cette idée concernant les kinjutsus me semble très pertinente et j’espère qu’elle est déjà en bonne voie. Néanmoins il faudra aller au-delà de la simple possession de la technique et s’assurer que chaque intervenant soit sur la même longueur d’onde que le groupe pour éviter que toute individualité fasse échouer une action envers un démon. Il s’agirait de ne pas répéter la débâcle de Kaze. »
C’était le meilleur exemple que le Nara avait en tête. Sans jugement aucun et par pur pragmatisme le Nara avait cité cet évènement sans arrogance dans le ton da sa voix. Mais Raizen devait en être conscient mieux que quiconque, avoir la technique n’assurait pas de la volonté de celui qui la possédait d’agir dans le sens d’un scellement de la créature.
« Et si jamais tu as besoin de mon aide pour communiquer avec les forces alliées sur ce sujet n’hésites pas. Comme tu sais j’ai pour objectif d’évoluer dans tout ce qui est relations internationales et diplomatiques. J’en ai fait la première réelle expérience durant cette mission et ça me permet de répondre à ta dernière question… »
Le Nara se replaça dans sa chaise comme pour se préparer à réciter une réponse toute prête mais se détendit immédiatement apprès, choisissant une position plus confortable bien que pas nonchalante pour autant. Il joignit ses doigts les uns aux autres, tendus, puis les mis devant sa bouche avant de plonger son regard dans celui du Raikage.

Il voulait le sonder, mais il s’y était préparé.
« Une expérience qui aurait pu me parâtre bien amer si j’étais rentré immédiatement, je te l’avoue. J’espère qu’ainsi tu comprendras mon choix qui s’est montré fructueux autant pour moi que, je l’espère, pour Kumo. J’ai rencontré de grands noms du Yuukan, il était difficile de ne pas être impressionné face à eux et de ne pas se mettre en position de faiblesse. Pour autant je pense avoir su jouer de ma naïveté en étant un peu dans l’anonymat. »
Quelques gestes des mains, cette fois détachées, étaient là pour appuyer ses propos de façon imagé et rendre son discours plus vivant.
« J’étais comme le petit nouveau qui pouvait facilement se détacher des tourments passés entre les pays pour proposer quelque chose de neuf. Car j’ai pu l’observer, dès les premiers échanges, bien trop de rancœurs sont encore présents entre personnes qui ne se connaissent même pas pour des choses exécutés par leurs prédécesseurs. »
Le Nara extrapolait en supposition. Mais les dialogues qui s’étaient échangées dès les premiers instants ne pouvaient être juste des comportements anodins et isolés. Le livre qu’ils essaient de réécrire n’était pas vierge et l’encre déjà présente savait se montrer très marquante et dure à effacer. Pourtant, s’ils ne savaient pas tourner la page alors tous tomberaient.
« Mais on ne peut s’arrêter à cela si l’on veut avancer. Cela ne veut pas dire pour autant que l’on doit tout accepter mais des concessions sont de mises. Doit-on en vouloir à Hayai Taishi par exemple ? Je ne peux décider pour tous mais c’est à ce genre de question qu’il faut savoir répondre de la façon la plus profitable pour tous sans salir les mémoires du passé. »
Le Nara finalement posa ses deux mains sur un de ses genoux, qui s’était retrouver posé sur son autre genou afin d’avoir une jambe croisée. Il était à l’aise dans son discours et ne ressentait aucune pression quant à ce dernier. Finalement il ne faisait que donner son avis comme on lui avait demandé, chacun avait le sien alors un point de vue ne pouvait être reproché. Il avançait ses arguments et observations sans crainte.
« Cela étant dit, je pense, mais surtout j’espère, avoir fait bonne impression face à tous les homologues avec qui j’ai pu converser. Car que ce soit consciemment ou non à travers moi c’est une vision de Kumo qu’ils ont eu. C’est d’ailleurs ce qu’est venu me dire Kaguya Wutu-Fuku. Il est venu converser avec moi pour jauger les intentions de Kumo, étant le dernier symbole de la Foudre encore présent. Je lui ai bien précisé que je ne parlais pas au nom de tous les Kumojins mais l’humain est comme ça chaque personne est associée à une idée. »
Il ferma les yeux et prit quelques instants de répit. Il parlait beaucoup, il l’avait dit, il en donnerait pour son temps au Raikage.
« Tout ça pour dire que cette expérience me conforte dans mes choix. Je veux représenter Kumo à l’étranger et participer à la bonne entente internationale. Pour Kumo, pour Kaminari mais pour plus encore. Le Yuukan, les humains, le chakra… Nous avons bien des choses à défendre, bien des gens à guider. »
Son air s’était alors fait plus sérieux, plus déterminé. Il avait là ses réels objectifs et comptait bien les défendre et les porter jusqu’à qu’il soit entendu.
« En parlant de guide… Ce qui m’a frappé c’est cette désorganisation de la Coalition. On dirait plus, à première vue, un rassemblement de groupes qui sont forcés de collaborer pour emprunter la même route. Cependant sur ce chemin qu’ils partagent chacun veut le traverser à sa manière. Mais si nous continuons ainsi alors nous ne feront que trébucher et si l’un de nous tombe je pense que les autres suivront. La Coalition doit être un groupe soudé et tout bon groupe doit avoir un chef et des règles bien décrites. C’est comme ça que fonctionne une société. »
Il était sûr dans ses idées bien qu’incomplètes car beaucoup plus long à développer dans le fond. Il tentait d’en dessiner la forme la plus schématisée.
« A Kumo il y a un Raikage, un conseil, des Heidan, tout ceci est bien ficelé. Ainsi je pense que la Coalition doit fonctionner comme un groupe bien distinct et pas comme un mélange hétérogène de plusieurs liquides non solubles entre eux… »
Alors il avait son idée, maintenant bien plus concrète qu’à leur première rencontre.
« En attendant, je suis persuadé que nous devons collaborer de manières plus étroites. Ma première proposition en ce sens serait d’installer des ambassades étrangères dans les forces alliées. Cela voudrait par exemple dire des forces Kumojins présentent de manière constante à Iwa et des Iwajins présents à Kumo. Le tout dirigé par un ambassadeur représentant son pays à l’étranger. Cela permettrait d’améliorer la communication mais pas que. L’échange de culture, la compréhension de l’autre… Les objectifs sont multiples et les bénéfices sont tout aussi nombreux. »
Finissant son ressenti quelque peu transformé en exposé le Nara observait son Raikage. Lui aussi, avait-il l’ambition de faire mieux que ce que quiconque avait fait jusqu’ici ?





Dernière édition par Nara Aizen le Lun 28 Nov 2022 - 23:08, édité 1 fois (Raison : Ajout de la réponse concernant la statue du GdG, j'avais oublié)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Il est temps Empty
Mar 17 Jan 2023 - 3:50

Alors que le Nara était dorénavant confortablement assis, Raizen fut quelque peu surpris de la première thématique abordée par le Nara. Entendant par le fait même le nom de Joben retentir, une méfiance ou quelque chose d'autre semblait clairement s’être installé depuis les méfaits et la présence de celui-ci. Source de nuisance et porteur d’un message dont Raizen n’en connaissait pas les généralités, l’ombre à l’âme sombre avait marqué l’esprit des gens au-delà de ce qui pouvait être attendu.

L’ayant enfermé en compagnie des autres dans les limbes d’un monde dont il ne ressortirait possiblement jamais, le gardien se voyait donc confronté aux répercussions de l’ombre maléfique du clan Nara.

Intéressant sous bien des facettes, Nara Keisuke était tenu responsable de ce méfait. Était-ce une coïncidence ou une décision stratégique? Demeurant en suspens, ce désir de trouver un fautif était tout aussi pertinent qu’intéressant. Après tout, de nombreuses personnes avaient été impliquées dans l’affaire Joben, que ce soit du début à la fin. S’il était vrai qu’il s’était finalement révélé problématique au point d’en prendre des vies, rares étaient ceux qui pouvaient se targuer d’y voir en lui la totalité de la malice qu’il avait dévoilée à travers ses actions. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’un homme incarcéré pour avoir contribué à la fraude politique d’une personne en ressortait comme un démon ayant le profil d’un meurtrier sanguinaire.

Avait-il toujours été ainsi ? Cette question demeurait en suspens pour le Meikyû qui ne l’avait vu que deux fois : lors du tournoi et lorsqu’il avait enfermé la vie de celui-ci suite à la sentence proférée par Ten no Ikari.

Écoutant ainsi attentivement le reste de ce que le Nara avait à dire, Raizen prit encore une fois son temps pour analyser, prenant ainsi le temps de répondre au tout avec sa sérénité habituelle.

-Merci pour les informations partagées et de ton temps. Si tu le permets, j’aimerais en apprendre davantage sur la convocation du clan Nara.

Paraissant perplexe, Raizen cherchait plutôt une manière d’aborder le sujet avec délicatesse, chose qu’il fit.

-Il est en effet curieux qu’ils t’aient convoqué afin de connaitre les détails de ta mission au regard de la confidentialité de celle-ci. Il est vrai que chaque clan a un archétype de personnalité assez distinct. Cependant, tes doutes sont-ils un peu plus liés à Keisuke ou par rapport au clan Nara et par extension liée à Keisuke ?

Préférant y aller droit au but, l’approche du Nara était assez diplomate, mais il devait avouer ne pas vraiment savoir si sa méfiance était liée à Keisuke ou plutôt à son clan. Plus important encore, il se demandait pour quelle raison le Nara ne semblait avoir aucune affinité particulière ou sentiment d’appartenance à ce clan. Là où plusieurs auraient fait taire ces informations ou les auraient plutôt noyés dans un fleuve d’information, il n’hésitait en aucun cas à mettre son clan au porte-à-faux, une approche tout aussi particulière que rare.

Ainsi, Raizen ne pouvait s’empêcher de laisser ses autres questions couler :

-Concernant ta réunion avec eux, au-delà du fait que c’est bien une drôle de coïncidence, t’a-t-on forcé la main par rapport à cette réunion ? Sachant que tu escortais nos invités et que tu devais justement révéler le contenu du rapport, peux-tu m’en dire davantage sur la manière dont tu as été approché ?

Keisuke avait-il utilisé de ses pouvoirs et de son autorité pour s’assurer de gérer le retour d’Aizen, Raizen en doutait un peu sachant que ce n’était pas réellement dans son habitude. Connaissant l’homme de son passé à son présent, l’ombre demeurait toutefois ouverte étant donné que toutes les perceptions externes pouvaient parfois révéler des facettes cachées. Or, derrière cette dernière question se cachait une ultime question :

-Pourquoi ne pas avoir refusé ?

Posant sa question sans gêne, Raizen comptait bel et bien mener sa petite enquête à ce sujet. Toutefois, la forme était importante. Avait-il été forcé ou avait-il simplement accepté sans mettre son pied à terre?

Pivotant dans son angle de prise de parole, si la dernière question pouvait par sa nature bousculer quelque peu, le Meikyû en ajouta une plus complexe, mais plus simple à répondre :

-Le cas de Joben pourra bien entendu être un sujet de discussion futur étant donné les résultantes, simplement à ce jour et de ton humble avis, quels sont les objectifs actuels du clan Nara au regard de vos discussions?

Au courant du rôle et des différents enjeux pour les divers clans, le clan Nara était dans l’ombre des autres clans depuis l’affaire Seijiro. Or, s’il commençait tranquillement à reprendre du pas depuis la nomination de Keisuke à la charge de la sécurité du village et la victoire d’Aizen au tournoi des gradés, l’affaire Joben avait certainement terni ce soudain regain de vigueur. Ainsi, n’étaient-ils pas …

Gardant ses réflexions pour lui-même, l’esprit du Meikyû se concentra de nouveau :

-Concernant Yamanaka Rei, il est en effet désolant qu’il ait passé si proche d’une défaite. Toutefois, pour les Yamanakas, nos émotions et nos plus vifs désirs peuvent être des armes leur permettant d’anticiper nos intentions étant donné qu’ils savent lire à travers l’esprit, parfois même au-delà de ce qu’on arrive nous-même à percevoir dans notre subconscient.

Apprenant ensuite que Wutu-Fuku avait été l’homme à guérir le Nara, Raizen était quelque peu perplexe par l’écho de sentiment que dévoilait Aizen. Se montrant pour la peine patriotique, il devait avouer ne pas forcément avoir vu d’écho sur cette longueur d’onde du peu qu’il connaissait de celui-ci. Était-ce le vrai motif de ce relâchement soudain d’émotions ?

Tournant la page sans en ajouter davantage pour le moment, Raizen cheminait calmement en écoutant les propos sous un ton de confidence du Jonin. Relatant par le fait même sa version des faits sur l’affaire qu’il pouvait à ce jour catégoriser de l’affaire Sharrkan, si le Meikyû en avait eu l’énergie, il aurait lâché un soupir. Pourtant, la totalité de son énergie était occupée à faire le tri d’information et à catégoriser l’important de l’annexe.

-Concernant le départ de Sharrkan, il est intéressant que tu fasses référence à de la trahison ou un sentiment de trahison. S’il est vrai que les perceptions peuvent être importantes, les deux côtés de la médaille le sont tout aussi, surtout lorsqu’on fait référence à nos frères d’armes. Si je puis me permettre, penses-tu que ton jugement personnel des inconnues de la situation a possiblement contribué à amplifier la perception des autres partis tiers de la Coalition ?

Devant un peuple inconnu et des étrangers, il était possible et même important d’émettre des doutes. Or, lorsqu’il était question de nos frères d’armes, à quel moment les doutes étaient-ils légitimes ? Le cas échéant, était-ce une bonne chose de partager ses états d’âme personnels afin de se rapprocher d’étrangers ou était-il plus important d’agir comme pilier de rassurance ?

La décision qu’avait prise Aizen dévoilait un manque d’unité du trio Kumojine et par conséquent de la faction dans son entièreté. Après tout, pour le moment, la logique de ce qui était exprimé ne s'arrêtait qu’à la survie, un élément qui allait bien au-delà de cela. Plus important encore, il avait joué la carte de la naïveté, un élément pertinent lorsqu’il s’agissait de se jouer d’une situation à titre de personne aux enjeux indépendants. Toutefois, force était de constater que ce positionnement avait surtout permis de diagnostiquer le ressenti des autres et le mettre personnellement en position d’oreille tierce et positive. Aurait-il pu servir de voix rassurante pour tous ?

-Ma question est la suivante : dans une telle situation, penses-tu qu’accorder le bénéfice du doute à ton frère d’armes sachant que les autres factions se sont confiées à toi aurait pu les rassurer et les aider à désamorcer leurs doutes étant donné qu’en tant que Kumojine, ta parole à ce sujet est fort probablement plus fiable que celle de leur perception surtout lorsque l’un d’entre eux ne te semble pas totalement transparent ? Je te pose cette question puisque tu as fait confiance à la faction Iwajine et pourtant, je n’ai pas l’impression que cette confiance ou ce risque ait été un moindrement accordé à ton frère d’armes.

Les perceptions étant son axe de réflexion, il était curieux de voir selon Raizen qu’il était passé à côté de la perception que pouvait engendrer son absence de confiance envers une personne de sa faction, personne dont il avait techniquement la pertinence de couvrir, quelles que soient les résultantes. Après tout, si Sharrkan s’était révélé être un traître, il aurait été bien plus simple d’émettre une surprise commune et collective plutôt que de rejoindre des partenaires tiers dans une perception qui n’avait que soulevé plus de doutes sur Sharrkan et par conséquent sur Kumo en entier. Si le représentant principal n’avait pas la confiance de ses alliés pour un départ qui était présumé hâtif après une réunion qui avait tout de même duré un bon moment, pourquoi une personne comme Wutu-Fuku ou Iwa devait-elle lui faire confiance ?

Pertinent, Raizen poursuivit :

-Anzu est venue te prêter main forte principalement parce que c’est une experte en sensorialité, que son objectif principal était de veiller à votre protection et qu’elle a été maladroite lors des discussions qui ont eu lieu avant même que vous soyez attaqué. Cette décision est venue de Sharrkan lui-même sachant qu’il a dû rattraper la manière dont la communication sur Reijiro a été partagée par Anzu à titre de participante à cette mission. Malheureusement, ses propos ont été un peu maladroits et pas assez précis, un élément qui a été rattrapé par notre représentant principal.

N’ayant aucun mal à ajouter du tangible, Raizen poursuivit :

-Sharrkan aurait pu mieux communiquer via l’oreillette en fonction de ce que tu évoques, mais aurait aussi pu être intercepté. Son départ hâtif a été justifié par les mêmes motifs qui vous réunissaient tous : protéger la Coalition et travailler ensemble. La décision de laisser Iwa comme seule hôte de l’information semblait à première vue sans risque étant donné que je connais Chiwa Aimi et que c’est une femme de confiance, un élément dont Sharrkan était au courant. Qui plus est, il était le seul à pouvoir rattraper une situation déjà dangereuse alors qu’un des gros morceaux de la Coalition était menacé suite au départ hâtif du principal représentant des indépendants. Son objectif était donc de préserver les liens des indépendants avec la totalité de la Coalition, mais aussi d’éviter que la division de l’un d’entre eux finisse par le mettre à risque et par conséquent le rend une cible facile pouvant mettre en danger l’ensemble des informations que nous avions échangées. Pour en comprendre l’étendue et aussi les éléments ayant suscité cela, il faudrait que j’ajoute du contexte sur bien des éléments concernant la réunion, mais aussi sur la coalition en tant que telle. Sache tout simplement que les indépendants sont les seuls à ne pas être représenté par un village shinobi, un réel avantage qui nous permet de ne pas voir des pays n’en faisant pas partie se rallier à la cause de l’homme au chapeau par peur d’une domination des villages shinobis. Simplement un des écarts de Mokko a mis en péril la Coalition et perturbé les fondements mêmes de nos liens par retenue d’informations. Un élément qui de base avait déjà fragilisé la réunion.

Clair net et précis, Raizen sous-entendait bien évidemment qu’il y avait un tas d'informations rendant cette décision logique et astucieuse. Pourtant, ce n’était pas le plus important sachant que d’autres réponses attendaient.

Marquant une pause, Raizen décida de couvrir totalement le sujet des Iwajines. Mais avant, il patienta, le temps qu’Aizen répond à ses questions plus haut.

-Nous avons pu échanger et éclaircir la situation, en effet et discuter d'autres sujets, notamment d'un enjeu important à venir. Ma seule crainte est que si j’apprécie leur déplacement, les précautions prises m’ont semblé trop importantes et dévoilent une coalition beaucoup trop fragile. Je pense que crypter un message par corbeau aurait été plus efficace pour être franc ou procéder en te confiant une lettre m’étant destinée comme Aimi l’avait prévu à la base. Nous aurions aussi pu leur rendre visite. J’espère surtout que ce voyage ne leur ait rien coûté étant donné qu’ils viennent de subir une attaque importante et que les impacts doivent être encore visibles suite à leur affrontement avec l’homme au chapeau au sein de leur village.

Changeant soudainement son approche, son ton était beaucoup moins neutre, mais un peu plus …vivant. On aurait dit qu’à son tour, Raizen se confiait :

-Ils sont rassurés à mon sens, mais selon leurs dires, l’une des motivations derrière leur venue était qu’en échangeant avec toi, ils ont découvert que tu ne savais pas où était passé le représentant de la foudre. D’autres inquiétudes sont aussi nées sur divers sujets que je pense que tu remontes à ce jour et leur venue visait aussi à partager le reste des informations reçues après le départ de notre représentant. Ils ont aussi spécifié qu’en l’absence de ton intervention que cette réunion n’aurait pas eu lieu, mais qu’une missive visant à récolter mon avis sur certains éléments avant un partage des informations aurait tout de même eu lieu. Simplement, ne préférant pas s’attarder sur le sujet du départ du représentant, ils ont suggéré, respectueusement d’entendre tes préoccupations sur la question. Par conséquent, peux-tu m’indiquer s’il y a d’autres éléments en dehors de ce que tu as évoqué que tu leur aurais partagé en guise de préoccupation?

Poursuivant, il ajoutait :

-Il est bien d’avoir pu échanger et récolter des informations sur la perception d’un Kirjine et des représentants de la terre. Avoir fait preuve de naïveté dans la situation t’a permis d’avoir une position avantageuse et d’en savoir davantage sur les perceptions d’autrui. Simplement, le fait d’avoir pris par la suite un positionnement très indépendantiste n’est pas forcément un élément très avantageux. Si parfois il est important de se distancer d’une position, parfois dévoiler une solidarité ne peut qu’être avantageux. En fonction des éléments qui m’ont été remontés, je pense que dans le contexte suivant, il aurait été pertinent d’agir comme une voix rassurante plutôt que de faire écho à leurs inquiétudes comme tu as pu en voir les résultantes.

Le laissant faire les liens, il poursuivit :

-Comme tu l’as mentionné, la politique est une affaire d’apparence parfois et elle peut se révéler importante. Ainsi, ne pas avoir caché ta déception envers notre représentant sans pour autant savoir le contexte devant les autres représentants des autres factions alors que tu aurais pu servir de pilier de réassurance a plus ou moins décuplé une impression qu’ils cherchaient à confirmer. Je pense donc qu’il est possible que ton avis, ait, malgré toi trahi l’objectif de préserver l’apparence de Kumo dans le cas ci-contre. À la fin de la journée, ce n’est pas de la sincérité de Sharrkan réellement dont il a vraiment été question, mais plutôt de celle de Kumo en entier. Après une discussion et avant de leur expliquer les informations dont ils n’étaient pas au courant, Iwa m’a surtout recommandé d’écouter tes préoccupations sur la question, ce qui me laisse croire cela. Comprends-tu tout cela ?

Dévoilant un élément que le Nara n’allait fort probablement pas apprécier, devant leur discussion, Iwa avait plus ou moins positionné Aizen comme étant l’émetteur principal de ses inquiétudes, à tort ou à raison. Or, était-ce pour l’initiation du sujet ou simplement pour la fin ?

-Si jamais tu te retrouves dans une situation du genre dans le futur, de quelle manière penses-tu pouvoir pivoter ton approche pour maximiser les résultats positifs liés à tes interventions ?

Lui laissant quelques secondes de pause afin de digérer l’information et réfléchir, le Meikyû effectua une transition :

-Dans tous les cas, il est bien de savoir que tu as apprécié cette mission. Cela vaut aussi pour le fait d’avoir échangé et communiqué avec de nombreux membres de différentes entités. Il te faudra selon moi faire attention aux intérêts que tu représentes lors de tes échanges, mais aussi aux différentes dynamiques qui peuvent influencer certains questionnements. Dans des contextes comme ceux-ci, nous sommes appeler à naviguer dans une marée dans laquelle l’absence d’information peut être totale. Le cas échéant, il est important d’en revenir aux enjeux et objectifs principaux en prenant un peu de hauteur par rapport à la situation.

Évitant de répondre ou d’approfondir le sujet lié au passé de Taishi, Raizen préférait se concentrer sur autre chose sachant qu'il n’était pas prioritaire ou même important au regard des enjeux. Le Meikyu effectua une note mentale quant au patriotisme qu’avait dévoilé Aizen par rapport à Rei. Afin de ne pas oublier, il se demandait en quoi ce patriotisme avait divergé de celui dont il aurait pu faire preuve en discutant avec Wutu-Fuku et Iwa. Était-ce lié au fait de lui-même avoir été déçu ou craint l’absence d’informations remontant à Kumo ? Pourquoi avait-il accordé autant de de confiance et donné le bénéfice du doute à Hayai Taishi au regard de ses antécédents ? Qu'en était-il de Wutu-Fuku alors qu'il semblait cacher des élément ? Pourquoi le tout était-il différent pour un allié de sa propre nation ou même à son propre clan ? Sur quoi reposait les principes de sa confiance ?

-Concernant la statue, je m'informerai auprès du Teikoku. Il est primordial qu’elle soit sécurisée… Avoir su, j’aurais demandé le tout à Seiun étant donné qu’elle m’a rendu visite récemment avant ton retour. Peut-être aurait-elle eu des informations à ce sujet. Dans tous les cas, elle se porte bien comme l’a indiqué ton rapport et ma rencontre récente avec elle.

Ne pouvant s’empêcher d’émettre un doute au sujet de la statue, au regard du temps qu’avait passé Aizen au Teikoku, il avait un doute sur les motifs justifiant l’absence d’information sur celle-ci. Ne pas y penser ou s’en enquérir n’était pas un péché. Simplement, peut-être que le tout n’avait pas été sa priorité au regard des discussions qu’il avait eu. Dans tous les cas, la visite de Seiun à Kumo lui permettait aussi de reconstituer pleinement la temporalité des événements.

-Concernant Wutu-Fuku, j’en discuterais avec Nobuatsu Saji, nous sommes en plein échange de lettres. Si Wutu-Fuku n’a pas approfondi davantage, c’est fort probablement pour certaines raisons ou par désir de contrôler l’information, je pense. Le Nobuatsu m’en dira davantage étant donné que nos relations semblent positives depuis 1 an. Or, le sujet des dieux est souvent trop sensible pour être totalement partagé sans regard pour les dégâts que cela peut causer. D’ailleurs, nous avions discuté juste avant la reprise de Kumo du sujet des ambassades et des alliances, un élément qui avait été mis de côté ou plus ou moins rejeté par les deux décisionnaires Kirjines de l’époque. Je ne sais pas si ce sujet serait encore d’actualité à ce jour, mais il pourrait être intéressant à discuter. Simplement, il ne faut pas oublier que la Coalition actuelle est très diffuse. Tous ne seront pas forcément à l’aise avec cela. Quant au Chef d’une telle coalition et aux règles, ce sujet nécessitera d’autres discussions étant donné que jusqu’à preuve du contraire, le Chef indirect de la Coalition s’est fait de nombreux ennemis lors de la dernière réunion selon moi. De la même manière, je serais d’avis que remettre les bases à niveau devrait être une priorité, un peu comme un traité d’alliance avant même de parler d’ambassades. L’hétérogénéité dont tu fais référence vient de la racine. Avoir des ambassades dans l’état actuel ne servira qu’à faire joli tant que nous n’avons pas identifié des points d’entente mutuelle, un élément sur lequel, en dehors de l’objectif final, rien n’a jamais été réalisé. Ce n’est toutefois pas faute de l’avoir mentionné lors de la toute première réunion. Dans tous les cas, ce sont des points de discussion que nous aurons prochainement, mais avant tout, il semble qu'il faudrait commencer par remettre de l'avant nos propres valeurs clés qui sont tout aussi importantes au sein des rangs Kumojines, notamment lorsqu'il est question de la solidarité par exemple.

Étant une bonne idée sous certaines facettes, le Meikyû savait toutefois que certains villages voire même Daimyo ne seraient pas totalement favorables à cette idée, notamment celui de Kaminari au regard des antécédents avec le Teikoku. Effectuer cela était aussi un moyen simple de semer la discorde de bien des manières et d’amplifier la division à qui savait s’y prendre. Malgré tout, l’idéologie derrière n’était pas mauvaise. Il devait toutefois penser à l'éxécution et sonder les autres Kage.

-D’ailleurs, tu as fait référence aux événements de Kaze. Que sais-tu concrètement à ce sujet ?

Intéressant, ce sujet n’était connu que de très peu de personnes. Encore moins dans les détails. Ainsi, Raizen désirait voir ce qui était réellement connu étant donné que rares étaient ceux qui connaissaient vraiment l'étendue des événements s’étant produits ainsi que les raisons. Ainsi, il désirait voir si sa référence était construite ou juste figurative.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/t13517-le-journal-du-corbeau#119578 https://www.ascentofshinobi.com/u578
Nara Aizen
Nara Aizen

Il est temps Empty
Dim 5 Fév 2023 - 0:29

Le Chef suprême du village s’interrogea sur le comportement du conseil Nara. Chose tout à fait légitime et que le Nara ne s’était pas caché de diriger. Aizen savait qu’il aurait des interrogations sur la question, un comportement flou, même pour lui, qui exigeait des réponses.

Que ce soit le clan lui-même ou Keisuke en particulier, les questions du Meikyû se faisaient de plus en plus précises. Il était réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche et pour ne pas la manier inutilement ainsi chaque question, le Nara n’en doutait pas, visait un but précis nourrissant un palais d’information en cours de construction qui serait sans doute bien avancée à la fin de cette discussion.

Aizen n’en réchappait pas non plus, il serait aussi passé au crible que ce soit ses choix ou ses actes. Pourquoi avait fait ce qu’il avait fait et pourquoi avait-il choisi de dire telle ou telle chose. Aizen était rentré dans ce bureau en sachant pertinemment à quoi s’attendre et s’il révélait certaines choses c’est bien qu’il le voulait. Alors pour le moment il restait calme et posé, maître de son corps et chef de l’information qu’il voulait transmettre.

« Je n’ai pas de quoi nourrir de réels doutes envers Keisuke concernant ses intentions si ce n’est son envie de se protéger qui semble de plus en plus transparaître. Cela reste pour l’instant un instinct nourri par quelques observations logiques mais cela suffit pour s’y intéresser de plus prêt. Il aurait pu démissionner par exemple, cela aurait, d’après moi, calmé toutes les ardeurs autour du clan Nara. Ce même clan qui a un de ses membres éminents chef de la sécurité interne et qui malgré ça a choisi de relaxer un individu ayant fait preuve d’instabilité. »
Le Nara laissa planer un léger blanc. Volontaire, ce dernier était équivoque et ne laissait place à quasiment aucune interprétation, les mots avaient été dit.
« Un Chûnin est venu me demander juste au moment où j’arrivais. Ils m’attendaient, ils voulaient sauter sur ces informations. On ne m’a forcé à rien mais le Chûnin m’a bien fait comprendre comme il pouvait de l’insistance de la Chambre et du fait que cela relevait d’une exigence. Je dois tout de même te dire que c’est moi qui ai demandé cette audience mais bien des mois auparavant. Voyant que malgré mes avertissements le Kyuubu ne voulait réagir face au cas Joben j’ai pris l’initiative de contacter le Conseil Nara pour au moins réagir à notre niveau. J’avais un plan pour te dire toute la vérité : je voulais que Joben soit banni du clan et qu’il n’ait plus le droit d’en porter le nom. Ça aurait au moins permis de protéger l’image du clan si jamais il venait à… »
Il laissa sa phrase en suspens dans un silence qui cette fois marqua la commémoration. Nul besoin de dire mot, tout le monde avait le drame en tête surtout le Raikage qui l’avait vécu au plus proche.
« Malheureusement pour tout le monde, mon intuition s’est montrée trop précise. »
Abandonnant sa mine des mauvais jours le Nara se reconcentra sur les réponses essentielles qui étaient attendues sans lésiner sur les détails et allant même au-delà que ce que pouvait demander le Kage.
« Tout ça pour te dire qu’ils n’ont choisi de me convier bien trop tard concernant cette affaire et que leurs intentions étaient toutes autres. Si tu veux mon avis, en plus de vouloir des informations qu’ils n’auraient peut-être pu jamais avoir sur le sommet ils commencent à sentir que je me rapproche des sommets du villages par ma nomination pour cette mission. »
Pas de langue de bois ou de fausse modestie. Peut-être un peu égocentrique sur les bords sa remarque n’en restait pas moins véridique. Nul besoin de le cacher il faisait partie de ceux qui gravissaient les échelons à Kumo et son clan ne voulait sans aucun doute ne pas manquer une occasion de mettre encore un peu plus un pied dans les hautes sphères du village.
« Il y a plusieurs choses. Il y a ce qu’ils ont dit et ce qui se comprend au-delà des simples mots. Concernant Joben, ils veulent que son nom ne soit cité nulle part, qu’il disparaisse tout simplement. Je trouve que c’est une insulte pour les victimes et ceux qui ont pu intervenir mais surtout c’est un danger car le devoir de mémoire nous incombe pour ce genre de chose. Si on oublie ce qu’a fait Joben alors on oubliera nos erreurs dans la gestion de cette affaire et elle se répétera. En suite, ils craignent peut-être de devoir se séparer de Keisuke s’il y a des retombées suite à toute cette affaire. Peut-être veulent-ils déjà chercher à le remplacer et pourquoi pas prendre quelqu’un qui aurait le vent en poupe en ce moment ? »
Le Nara prit calmement un temps de pause avant de répondre à la partie de cette histoire qui le concernant plus personnellement. Encore une fois il se montrait généreux.
« J’ai toujours respecté la hiérarchie bien que celle du village passe avant celle du clan pour moi. Cela dit, on y aurait tous perdus si jamais j’avais refusé d’aller voir ce qu’ils avaient à me dire. Tu n’aurais pas les informations que tu as là et eux auraient sans doute finis par avoir celles que je leur ai donné. Et que personne ne se voile la face, je suis un homme d’ambition alors si je veux gravir les échelons de mon clan il fallait saisir cette opportunité. »
Peut-être que le Meikyû serait surpris d’une telle franchise avec certains aspects ne mettant pas forcément en valeur selon certains points de vue. Sûrement que comme le Nara il n’en laisserait pas transparaître grand-chose. Mais à quoi bon cela servirait de cacher une chose qui se voyait comme le nez au milieu du visage. Ce qui comptait n’était pas l’ambition mais bien vers quel objectif final elle était portée.

Le visage du Nara se crispa le temps d’un instant. Si seulement il avait pu rapporter cette victoire face à l’Empereur traître. Mais nul besoin de se morfondre sur le sujet, il l’avait déjà trop fait et avait bien d’autres choses à penser lui promettant des succès tout aussi, voire plus, radieux.
« Je l’ai appris à mes dépends. Avant que je ne lui porte un coup qui aurait largement dû se montrer fatal il a eu le temps de s’immiscer dans mon esprit afin de me faire perdre mes moyens le temps d’un instant. Il a ensuite encaissé pour finalement se soigner. Mais il est loin d’être invincible comme certaines rumeurs le prétendent. A mon deuxième essai, si Alderan n’était pas intervenu par surprise, je peux t’assurer que Rei serait vaincu. Mais nul besoin de rejouer le passé, il faut juste tirer le meilleur de tout cela et donc informer le plus grand nombre du style de combat de cet ennemi pour que la prochaine fois que la Coalition le croise on puisse enfin éteindre sa flamme à tout jamais. »
Forcément le sujet de Sharrkan ne fut pas terminé aux simples faits ou plutôt accusations comme se plaisait presque à faire passer Raizen. Le Nara n’en montra aucune surprise car il s’était préparé à ce genre de dialogue fermé en un sens. Mais il ne s’était pas attendu qu’un point pourtant si limpide et rapide à passer prendrait un si grand pas sur la discussion net cela le désolé d’autant plus.

Mais comme la politique était affaire d’apparence le Nara comptait bien là aussi en revêtir les plus belles. Sans pour autant mentir il voulait dire ce qu’il avait à dire ou plutôt ce qu’on attendait de lui qu’il dise. Il prit un air déterminé, ne pensait-il pas avoir bien agit finalement ? Du mieux qu’il pouvait pour Kumo et non pas prou Sharrkan ?
« Dans un premier temps, je ne pense pas être celui qui aurait pu attiser les doutes de nos alliés étant donné que ce sont eux qui m’ont rapporté ces faits qui étaient encore pour moi inconnus. Si j’ai été voir les Iwajins c’est bien ce Kaguya qui est venu de lui-même me voir pour justement chercher des explications sur le comportement de Sharrkan. Explications qu’au final voulaient aussi les Iwajins sans que je n’aie à mettre le sujet sur la table. Quoi qu’il en soit c’est beaucoup demander que d’exiger de ne pas être surpris d’un comportement à contrepied lorsque l’on me met devant le fait accompli. Si je n’avais pas toutes les subtilités derrière les actions de Sharrkan comme tu me les explique là je ne pouvais que réagir naturellement. Défendre son cas corps et âme face à nos alliés avec aucun argument tangible aurait bien pu encore plus attiser leurs doutes bien que ça aurait marqué un soutient infaillible à un frère d’arme. Par mes mots je pense avoir réussi à ce que les doutes alliés soient plus centrés en la personne même de Sharrkan que sur Kumo. C’était je pense le mieux que je puisse faire avec les informations que j’avais. Aucune confiance aveugle n’a été remise dans les mains de Iwa, j’ai mesuré les gains et pertes à traiter avec eux et j’ai composé avec ça. »
Le Nara avait bien des leçons à apprendre mais le plus souvent elles s’enseignaient de lui-même et surtout à travers ses échecs. Ici, il n’apprendrait pas de quelqu’un qui tentait de faire passer sa réussite par un échec. Si les gagnants écrivaient l’histoire il fallait garder en tête que le gagnant d’un jour était le perdant d’un autre jour. Il prit cette fois un air désolé, pas de celui qui regrettait mais de celui qui aurait pu faire mieux et qui el savait.
« Cela étant dit j’aurais dû être plus prudent et ne pas tant mettre un membre de Kumo et par extension Kumo en porte à faux. Je reste persuadé que je n’aurais pu défendre Sharrkan sans éveiller plus de soupçon mais j’aurais aussi pu mieux faire. J’apprendrais de ce premier échange de la sorte pour la prochaine fois composer avec un meilleur équilibre diplomatique à travers mes pensées et mes propos. Tout est une question de balance entre un point et un autre, je serais plus prudent à l’avenir. »
Le Nara regardait le chef du village droit dans les yeux n’hésitant pas à chanter un peut-être simili de ce qu’il voudrait entendre. Lui qui se voulait donneur de leçon là où il semblait en avoir tellement à apprendre, une hypocrisie envers lui-même que semblait voir apparaître le Nara au travers de ce sujet Sharrkan. Laisser le bénéfice du doute à un acte clairement préjudiciable comme le montrait simplement les faits alors qu’il n’hésitait pas à ne laisser aucune chance sur ce qu’avait pu faire Anzu qui semblait bien moins grave. Sharrkan, un frère d’arme ? Il ne le connaissait pas. Si jamais les actions de Sharrkan avaient vraiment été mal intentionnées alors comment Kumo aurait elle était perçue si en plus Aizen avait confirmé les choix de ce denier auprès de leurs alliés en le défendant. Tout cela n’avait aucun sens et si Raizen voulait faire croire que ça allait dans le sens de Kumo il ne bernerait pas le Nara.
« Et j’espère que Sharrkan a pu rectifier la position de tous auprès des représentants indépendantistes. Si tel est le cas nul doute que nos alliés seront réinterprétés son départ semblant dans un premier temps précipité mais finalement salvateur. »
Aucun mot n’avait été choisi au hasard.
« Je penses que mes principales préoccupations du moment sont partagées avec la plupart. Cette guerre qui approche… Non cette guerre dans la quelle nous sommes déjà… Nous avons eu de la chance si cette fois nous avons pu déplorer aucune victime. Nous devons trouver une solution pour ne plus simplement attendre la prochaine attaque. »
Les Shinobis ne devaient plus se contentés d’être les proies du Ningen. Eux aussi devaient partir en chasse.
« Je ne sais que ce qui ce dit à travers le monde. La bête a péri sous le courroux de personnes se faisant appelés maintenant tueurs de dieux et qui ne semblaient pas vouloir accepter de sceller le monstre. »
L’échec de Kaze, à travers la mort de bien des personnes, voilà ce qui était parvenu à ses oreilles.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

Il est temps

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission B] Une bonne terreur, de temps en temps, vous remet les idées en perspective
» Un temps pour la colère, un temps pour le calme. [ETSUKO]
» il est temps...
» [Arc n°6] Le temps est un fardeau
» A la merci du Temps

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée des nuages
Sauter vers: