Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ]

Seiun
Seiun

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] Empty
Dim 14 Aoû 2022 - 12:54
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] 9wvdhMQ


Hiver 205 - Matshu

La traversée des pays s’accompagne de jours et de nuits plus ou moins habités. Tu avais décidé de suivre la côte, et donc longer certaines des plus grosses voies commerciales qui existaient. Ce n’était pas le chemin le plus court; celui qui traverserait les terres depuis Urahi jusqu’à Kumo à vol d’oiseau, mais il fallait être honnête ; ce vol manquait d’indication pour que tu ne t’y perde pas.

Ton objectif se composait donc d’escales, souvent portuaires, qui te noyaient au sein de leurs marchands. La Foudre avait peu voir aucun contrôle procédural sur ses terres plus côtières, pourtant, c’était là la racine de leur effervescence.

T’avais réussi à « emprunter » un étalon pour t’épargner la marche (ou l’envol); mais celui-ci arriva à bout de force quand vous eurent atteint Matshu. Ton bras s’agite, libère la bête de ses rennes, et l’observe filer puis s’arrêter tout en sachant pertinemment qu’il crèverait si personne ne le récupérait. Une grande partie de toi ne s’inquiétait pas, il y aurait toujours des marchands à pieds capables de tout pour s’accaparer une bête de cette envergure. Et puis… Tu leur laissais l’occasion de se vanter d’avoir volé au secours d’un animal en peine.

Finalement, tu observes ta paume comme si elle allait te parler. A défaut de présenter des sons, celle-ci se repeint peu à peu d’un dessin que tu avais volé sur une brève d’un voyageur qui aimait narrer sa routine. Matshu prend un visage printanier; jonché d’arbres fruitiers alors que son ossature même semblait vivre au crochet d’une longue et épaisse rivière. A l’image d’une cartographe bancale; tu présentes ta main en comparaison de ce que tu voyais vraiment; l’architecture était identique, mais l’hiver avait enlevé sa douceur au village. Le règne de la boue avait repris sa place, et te rappelait drôlement Murashigure et sa perpétuelle vase qui décorait ses rues. Le port n’est pas bien grand mais semble pouvoir accueillir une bonne cinquantaine de bateaux.

Le dessin s’efface et passe à la page suivante, qui n’est composé que de texte; déformé par tes veines, tes pliures de peau, le rendant plus difficilement lisible. Mais il n’y avait pas grand chose à savoir, cet endroit était la cantine du pays; principal fournisseur de pêche. Tu t’attendais donc à en subir les effluves, mais il fallait admettre qu’ils semblaient traiter leurs marchandises dans la manière; ne laissant pas leur poiscaille rôtir de l’intérieur de par leur décomposition.

Forcément; tes yeux ambrés ne peuvent que s’impatienter de voir arriver de nouvelles cargaisons, et t’imaginer ce qu’elles pouvaient contenir d’autre. Ton objectif, dans l’instantané, serait de profiter d’une légère halte et de trouver parmi les trésors cachés en ce lieu, un petit souvenir à garder.

Alors, tu cherches l’opulence, la richesse; tu veux trouver les nobles, les suivre dans leur routine, les laisser s’endetter pour ensuite les dépouiller. Ce n’était l’histoire que de quelques heures.

Une grande femme aux cheveux d’encre passait devant toi. Son kimono flamboyant en disait long. « Regardez comme je suis riche ». A son cou pendait un intriguant collier, qui ressemblait plus à une amulette qu’à autre chose. A l’intérieur, une matière souple qui s’apparentait à un sable drôlement doré. C’était beau, c’était brillant, c’était tout ce qu’il te fallait. Le pas de la marcheuse est rapide et t’oblige à sortir de ta léthargie observatrice. Tu empruntes une ruelle adjacente et la suit au bruit. Au prochain croisement, tu la retrouverais, puis tu te perdrais encore dans l’ombre… Pour mieux ressurgir au moment opportun.

@Metaru Hideko



Dernière édition par Seiun le Jeu 25 Aoû 2022 - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10147-seiun-fichee-terminee#86391
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] Empty
Dim 21 Aoû 2022 - 21:35

Aussitôt s’étaient-elles rejointes à l’Arche grise que les deux femmes s’engagèrent sur le chemin qui, arpentant la montagne, les menèrent jusqu’à la plaine. Guère habituée à pareille voyage, l’excitation se mêla à l’appréhension et bien que le visage de Hideko ne trahit point ses expressions, son silence valait milles mots. Bien qu’humide en pareille saison, les pierres pavant la route ne glissaient aucunement, car la ville en haut de la montagne ne saurait observer l’artère qui la nourrissait se dégrader sans agir. Une artère qui, au fur et à mesure, laissa place à la pierre pour s’entourer d’herbes, de champs et enfin d’arbres. Jusqu’à ce que la forêt ne les eût complètement avalé, les accueillant en son sein. Le sifflement du vent laissa place au chant des oiseaux, aux crissements des insectes et au bruits des feuillages quand ci-et-là, un animal apeuré s’enfuyait.
Ce fut cette forêt que Hideko avait tant traversée, dans cette forêt que sa vie fut bouleversée.

Les jours et les nuits s’enchaînèrent, les deux jeunes femmes, tantôt campant, tantôt s’arrêtant à une auberge de passage, qui leur offrait, en échange de quelques ryos, le loger et le souper. Le temps passant aidant, l’ambiance se fit petit à petit plus légère et la discussion plus simple entre les deux. L’une tentant d’enseigner à l’autre tout ce qu’elle connaissait sur ce lieu et tout ce qu’elle avait appris, au cours de ces quelques mois à l’académie. Des plantes aux animaux, de la nourriture à l’eau, des bases de la survie aux techniques complexes, plus situationnelles. Les pins, eux aussi, laissèrent places aux feuillus qui, mis à nus par l’automne et l’abri des épines ne fut plus. A nouveau, les deux femmes furent fouettées par le vent, avant que la douce caresse de la neige ne vienne recouvrir ce paysage boisé d’un blanc immaculé. Plus un bruit, le silence fut total et ce fut justement dans ce silence d’or que Hideko parvint à s’apaiser, à se retrouver avec elle même. Loin des regards, loin des murmures, plus un œil ne la jugea. Plus une parole ne pouvait l’atteindre.
Là, loin de la ville, loin de ses erreurs passées, elle put enfin trouver un semblant de paix. Son esprit trouva un repos tant attendu, tant désiré. Bien que le froid mordit ses mains, elle ne ressentit aucune douleur, aucune gène. Ses yeux pourpres fixés sur l’Horizon, ne trouvèrent là aucun regard sur lequel s’accrocher ; aucun visage sur lequel s’attarder.

Ainsi elles continuèrent des jours durant, jusqu’à ce qu’enfin, elles n’eurent retrouvé la civilisation. Le chemin qu’elle empruntait s’étoffa, s’élargit. Les pierres usées par le temps brillèrent de nouveau et le tapis blanc qui recouvrait la terre ne fut plus.

« Nous arriverons d’ici quelques heures. »

De nouveau, des visages humains firent leur apparition ; les regardèrent et se retournèrent vers ce duo dissonant, vers cette géante à l’imposante armure et cette petite femme aux cheveux argents. Pourtant, il n’y avait là aucun jugement, mais simple curiosité.


L’imposante muraille se dévoila à elles. Quand elles y parvinrent, elles furent arrêtées par les gardes du village, ce à quoi Hideko rétorqua par les papiers prouvant qu’elle était shinobi et les gardes les laissèrent aussitôt passer. Elles s’engouffrèrent alors dans cette ville inconnue, dont le cœur battait si fort que Hideko eût l’impression de se retrouver en terre étrangère.

Matshu


Une telle ville portuaire, où le commerce était le sang qui coulait dans les veines de ses habitants, brûlait d’une agitation tout particulière. Les odeurs de l’iode et du poisson attirèrent ses narines et son estomac eût tôt fait de se rappeler à elle, mais les douceurs devraient attendre, car au détour d’une ruelle, elle entendit une femme crier au voleur.
Hideko s’arrêta, l’observa, la jaugea. Cette femme d’apparence riche disait s’être fait dérober son collier. Toutes deux étaient incognito – ayant enlevé leur bandeau dès leur sortie du village – aussi bien que leur devoir les poussait à agir, rien ici ne pourrait les contraindre à le faire.

Cette femme ne manquerait certainement pas de cette « broutille », aussi Hideko ne fut guère encline à l’aider, mais une idée, germa dans son esprit. Une graine qui, quand elle eût éclot, ne saurait refuser le soleil qui se présentait ainsi à elle.

« Kyoumi. »

Ses yeux toujours posés sur la bourgeoise, elle continua.

« Trouve le voleur. »

Un ordre simple qui profita là de l’opportunité qui se présentait à eux et un exercice qui serait fort utile à @Kyoumi, tant l’exercice de traque était essentiel à la panoplie du parfait shinobi.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Kyoumi
Kyoumi

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] Empty
Ven 26 Aoû 2022 - 1:01


L'air glacé de l'hiver se portait dans ses poumons à chacune de ses respirations. Le froid envahissait sa trachée pour venir rafraichir ses alvéoles. Chaque expiration était accompagnée d'un petit nuage de fumée, indiquant que la suprématie de l'hiver était aux portes du pays de la foudre. L'acier de son armure gelait tranquillement et venait poser une sensation graduellement désagréable sur la peau de la Gladiatrice qui en était pourtant bien habituée.

Avançant pas à pas, mettant Kumo bien loin derrière elle, elle accompagnait cette Metaru qui était devenue sa mentore, son enseignante. Une femme que Kyoumi n'arrivait pas encore à saisir complètement. Une femme qui avait une longue réputation derrière elle, mais qui semblait pourtant partager une tonne de points communs avec elle, tout étant son opposé complètement. Une femme au passé similaire, mais à l'avenir complètement différent. Une femme qui soignait les êtres, tandis que Kyoumi en brisait les esprits.

C'est donc sans surprise qu'au fil des jours, au fil des pas qu'elles partageaient, les deux échangèrent sur un peu tout et rien. Que les deux mêmes débutèrent la création de ce lien qui les uniraient. Cette relation unique de mentor à élève. Kyoumi avait beaucoup à apprendre et ça adonnait bien, car Hideko avait beaucoup à enseigner. Des détails par moment, des instructions de survie dans d'autres, puis finalement de petits défis.

Cette façon de faire se poursuivit sur les milliers de mètres qui les séparaient de leur destination et, alors que la Géante des Arènes d'Asosan espérait pouvoir se reposer un peu, un nouveau défi naquit d'une situation bien imparfaite. Rattraper une voleuse dont elle ignorait même l'identité, au coeur d'un marché remplit de gens et surtout, sans avoir même eu la chance d'assister au vol, ce n'était pas de l'ordre d'une tâche particulièrement réaliste.

[Kyoumi] - D'accord.

Répliquait-elle, simplement. Pas la moindre opposition, pas le moindre excitement. Elle ne connaissait pas nécessairement ses limites sur ce sujet et, bien qu'elle était épuisée, elle avait l'opportunité de mettre en pratique certaines techniques qu'elle travaillait en secret.

S'approchant doucement, la femme faisant facilement une tête de plus que la victime posait son regard éburné tout en sortant de sa besace son bandeau de kumo. S'identifiant temporairement comme appartenant à l'armée du pays, elle voulait s'assurer la collaboration de la dame simplement parce que le geste qu'elle s'apprêtait à poser n'aurait sans doute pas passé sans une bonne explication.

[Kyoumi] - Je vais essayer de mettre la main sur le voleur. Ne bougez pas.
Déclarait-elle en joignant ses mains ensemble afin de réaliser les quelques mudras nécessaires à l'activation de sa technique. Elle ne craignait pas de révéler ni la nature de son pouvoir à cette femme qui en resterait sans doute confuse, pas plus qu'elle ne craignait de se révéler au voleur qui, comme n'importe quel membre de cette profession, avaient sans doute d'ores et déjà quitté les lieux.

Terminant sa série de signes incantatoires, Kyoumi deux doigts jusqu'au crâne de la victime. Elle portait sa dextre, en partie fermé sauf pour l'index et le majeur et venait entrer en contact physique en déposant le tout au milieu du front de la riche femme.



Son regard toujours planté de celui de celle dont les souvenirs étaient épiés, Kyoumi revivait par le biais de son jutsu les derniers moments vécu par la femme. Elle était à la recherche de ce moment fatidique où cette femme perdit son bien, et malgré la vitesse d'action des Kumojines, les talents de la voleuse étaient tels que la femme ne s'était pas rendu compte du manquement de son bijou avant un petit moment.

Se concentrant sur les sensations physiques qui lui étaient rapportés, Kyoumi parvenait à identifier le moment où un changement survient au niveau de son cou, mais elle était incapable d'y voir la moindre trace du voleur, trahissant encore une fois ses capacités.

Reculant davantage, toujours en touchant le front de cette dernière, un détail finit par attirer la Gladiatrice. Un visage qui se répétait dans le décor des souvenirs. Un visage que la femme n'avait pas remarqué, mais qu'elle n'avait plus recroisé une fois son bien disparu. Le visage d'une femme qui revenait et revenait, toujours subtilement, toujours en partie couvert. Ça ne l'incriminait pas, non, loin de là. C'était cependant une piste. Le visage d'une femme qui lui donnait cependant une impression de déjà vu.


Seiun:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13313-kyoumi https://www.ascentofshinobi.com/t13338-kyoumi#118027 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Seiun
Seiun

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] Empty
Sam 3 Sep 2022 - 21:29
Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] 9wvdhMQ


Hiver 205 - Matshu

De l’ombre tu renais, au coin d’une ruelle ou nul regard ne pouvait apercevoir ta réapparition. Tu revenais à vie sans craindre un quelconque retour de flamme; t’avais tout exécuté si proprement que nul soupçon ne pourrait se tourner vers toi. Ton corps n’avait été qu’un mirage; avait grandit quand il le fallait, rapetissé quand l’espace manquait. Tes bras n’avaient pas eu à bouger; d’autres factices s’étaient chargés du vol sans réveiller une once de surprise chez ta proie.

———-

Un sourire franc repeint ton visage alors que ta poigne fait déjà disparaître le collier dans un nuage de fumée. L’encre sur ton bras bouge; gobe d’un fuinjutsu ce nouveau trésor que tu rangerai avec soin plus tard. C’était facile, si facile d’être toi. Tu avançais avec fierté parmi la plèbe d’un pas si confiant qu’aucune épaule n’osait croiser ton chemin.

C’est là que t’entends le cri. Celui d’une dinde qu’on égorge; ou d'une noble qui pleure son manque. Tu l’imaginais plus superficielle que ça, le genre de personne qui oublie ce qu’elle porte tellement elle en a. Mais son caprice crée déjà l’émeute, quelques rues plus loin. Ca ne t’inquiète pas plus que ça, tu prends même le temps de t’arrêter à une des rares échoppes qui vendaient autre chose que du poisson puant. Mais ta déception est fulgurante, à tel point que tu ne peux pas retenir une critique en te saisissant d’un des joyaux que l’étale présentait :

- C’est que du toc cette merde

T’avais pas besoin d’observe le vendeur pour savoir qu’il grimaçait déjà, mais t’étais satisfaite de faire fuir les quelques clientes qui s’apprêtaient à tomber dans la supercherie.

- Non mais pour qui vous vous prenez ? Ehhh mesdemoiselles revenez, n’écoutez pas cette impie
- L’impie elle t’emmerde, sale con d’escroc

Le culot à outrance; tu jettes le caillou sur sa face d’ingrat et fait demi-tour, non préoccupée du jargon qu’il lance dans ton dos. T’aimais trop ça, nourrir les feux intérieurs; t’en délecter après. Mais ta bonne humeur est de courte durée. Droit devant toi, cette conne de riche apparait en larmes, escortée par deux silhouettes dont les regards inquisiteurs en disaient long. Une garde rapprochée ? Pire, des shinobis ? Ca t’arrache un sourire mauvais mais tu ne fuis pas pour autant; t’avais après tout rien à te reprocher.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10147-seiun-fichee-terminee#86391
Kyoumi
Kyoumi

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ] Empty
Mar 6 Sep 2022 - 15:20

Explorer les souvenirs de la dame n'avait été qu'une perte de chakra. Certes, il n'était jamais possible d'en avoir le coeur net avant d'envahir les moments les plus intimes d'une personne, mais elle n'avait malheureusement pas pu en tirer quoique ce soit d'aussi utile qu'elle l'espérait. Les capacités de Kyoumi étaient plus que restreintes et retrouver ainsi un voleur qui devait d'ores et déjà être loin ne faisait pas spécialement partie de ses possibilités. Quoiqu'on pouvait amplement se poser la question : “Avait-elle même un champ de possibilité ?”

Dans tous les cas, elle rompit la connexion avec la dame avant de tourner les talons et de poser son regard bistre dans celui de son enseignante. La géante des arènes réalisait une nouvelle série de mudras avant de projeter un fragment de son esprit directement dans celui de la Metaru. Elle venait ainsi créer un lien mental permettant aux deux êtres de communiquer directement dans leurs esprits.



« Il n'y a rien d'utilisable dans les souvenirs de la dame. Elle s'est fait voler par un professionnel qui n'a même jamais révélé ses intentions. Elle a peut-être capté quelque chose, mais ça doit être si subtil que même avec mon regard, je ne peux le remarquer. »

Déclarait-elle, mentalement. Au moins, de cette façon, la grosse dame riche n'entendrait pas qu'au fond, Kumo ne pouvait peut-être pas l'aider. S'il y avait une chose que Kyoumi n'était pas, c'était vantarde et pleine d'égo. Elle connaissait son incompétence et assumait sa faiblesse. Elle n'avait aucune difficulté à avouer quand elle était dépassée et ça, c'était dû à ses nombreuses années à mordre la poussière des arènes.

« Une idée de comment on pourrait s'y prendre ? Parce qu'en l'absence de suspect, je n'ai clairement pas les réserves de chakra suffisantes pour explorer les souvenirs de tous les gens qu'on croise. »

Peut-être aurait-elle pu percevoir la scène sous un autre angle, mais sans doute que les gens capables de lui offrir cette vision n'étaient d'ores et déjà plus dans les parages. Après tout, le vol n'avait pas été remarqué immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13313-kyoumi https://www.ascentofshinobi.com/t13338-kyoumi#118027 https://www.ascentofshinobi.com/u1087

Le vol de trop ? [ Hideko / Kyoumi ]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Ghost and the Darkness [Pv : Metaru Hideko ; Kyoumi ; Harusame Natsumi]
» Départ vers la Brume [Kyoumi]
» Kyoumi
» Avant l'institut [Kyoumi]
» Vers l'infini et au-delà [Kyoumi]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: