Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Après des années [Metaru Hideko] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Après des années [Metaru Hideko] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Après des années [Metaru Hideko] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Après des années [Metaru Hideko] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Après des années [Metaru Hideko] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Après des années [Metaru Hideko] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Après des années [Metaru Hideko] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Après des années [Metaru Hideko] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Après des années [Metaru Hideko] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Après des années [Metaru Hideko] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Après des années [Metaru Hideko]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mer 3 Aoû 2022 - 13:12
Des heures, cela faisait des heures que ses pas déambulaient au sein des terres de Kaminari. Presque comme si un goût amer était resté dans sa bouche, ses yeux ne cessaient de se perdre sur les alentours comme s'il les dévisageait d'une inéluctable fatalité, teintée d'une once de nostalgie. Ces roches, elles ne lui étaient plus accessibles. Ces habitants, ils pouvaient l'exécrer et le rejeter. Jamais plus ne pourrait-il flâner au sein du village de la foudre sans craindre un moindre élan hostile d'une personne qui lui était tout à fait inconnue, là était la résultante de toute sa notoriété. Il n'était tout simplement plus chez lui.

Jusqu'à, peut-être, qu'un jour son nouveau règne en tant qu'Empereur soit si lumineux que ses détracteurs puissent lui pardonner ses fautes. Après tout, dompter des animaux revenait à leur éviter de retourner à l'état sauvage. Là était son erreur d'avoir laissé tomber à l'époque ; il aurait dû les prendre de force. En leur adressant une teinte supplémentaire de confiance en lui.

Suite à la lettre d'Hideko, celui-ci se rendit au point de rendez-vous. Transformé en le même accoutrement que celui en lequel il s'était changé face au Yondaime, il pénétra au sein de Takanaba, errant en ses ruelles jusqu'à retrouver la fameuse auberge. Il y pénétra également, tirant son chapeau et sa révérence comme pourrait le faire un marchand d'exception, et se présenta auprès d'une femme qui semblait apte à le ressourcer.

Après des années [Metaru Hideko] Y730

« Madame, je prendrai votre meilleur désaltérant, je vous prie. »

Il se courba, digne d'un homme de vertu, et attendit sagement sa réponse tandis qu'il se retourna, coudes sur le bois sombre du bar, jambes légèrement croisées pendant que ses pupilles scrutaient l'entrée.

« Oh, merci. », répondit-il avec l'un de ses sourires les plus conviviaux alors qu'elle lui avait posé un simple verre d'eau sur le comptoir.

Il s'avança alors vers l'une des tables libres, laissant la lettre d'Hideko ouverte et entreposée sur l'une de celles-ci devant laquelle il venait de s'asseoir, comme si cela représentait un signe distinctif. Sans quitter des yeux l'entrée.

Mais qu'il était naïf de penser pouvoir l'y trouver maintenant ; il risquait de patienter des heures. Sauf si d'une manière ou d'une autre, elle avait réussi à le rattraper.



@Metaru Hideko
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mer 3 Aoû 2022 - 18:53

Hideko courrait, de tout son être, de toute ses forces. Pas après pas, bond après bond, elle traversait ce pays, ces paysages qu’elle n’avait vu que dans les livres. L’heure n’était pas à l’exploration, à la découverte.
L’heure étaient aux retrouvailles.
Le temps lui était compté. Chaque seconde, chaque minute qui défilait la rapprochait de Yahiko, mais Hideko savait qu’il ne tarderait pas à franchir les frontières du pays. Son souffle court raisonnait entre les bois. Les feuillages et les routes s’enchaînaient, les fleuves et les ponts, sans relâche. Ses muscles commençaient à la faire souffrir, faute d’eau, de nourriture et de repos, mais peu importait. Les yeux rivés devant elle, Hideko continuait à avancer, toujours.

Quand elle arriva enfin à Tokanaba, ce fut exténuée. D’un pas rapide, elle traversa la ville, se précipitant vers son cœur, vers là où elle lui avait donné rendez-vous. Son manteau en peau de bête sombre et les cheveux argent qui reposaient dessus attirèrent tous les regards. Quand ils virent cette jeune aux yeux pourpres, les passants ne purent faire autrement que de s’interroger.
Elle les ignora.
La grande rue qui partait des portes de la ville mena directement en son centre. Elle n’eût ainsi pas à zigzaguer à travers ses ruelles impénétrables, sur ces pavés qu’elle ne connaissait pas, avec ces visages inconnus qui la dévisageait ; ça au moins, elle y était habituée.

Hideko balaya du regard la place marchande où ses pas l’avaient mené, cherchant là un indice. En son centre, un arbre imposant trônait fièrement, protégeant tous ceux qui se trouvaient dessous des affres du soleil. Ses yeux défilèrent sur une multitude de visages, tous plus différents les uns que les autres.
Puis ils s’arrêtèrent, là, sur ce visage dont les traits lui parurent étrangement familier. Une tignasse argentée comme la sienne.
C’était lui.
Alors elle s’approcha, d’un pas déterminé, respirant toujours bruyamment, cherchant l’air qui lui manquait temps, puis, arrivé à son niveau, prit une profonde inspiration. Son cœur s’apaisa, ainsi que son esprit et Hideko, face à lui, face à cet homme qu’elle avait poursuivi à travers tout le pays, rare fragment de son enfance, s’essaya. Son apparence n'était pas la même, mais la lettre qu'il avait posé en évidence sur la table l'annonça

« Bonjour Yahiko. »

Ses regard, assuré, se posa dans le sien. Hideko s’assit, croisant les mains sur la table en bois qui les séparait.

« Ça fait longtemps. »

Il avait tant changé… tout comme elle. L’innocence dans le regard de Yahiko n’était plus, remplacée par la confiance… tout comme elle. Car la peur et la tristesse n’étaient plus, remplacé par la force et la détermination. Car elle non plus, ne doutait plus.




Dernière édition par Metaru Hideko le Jeu 4 Aoû 2022 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Jeu 4 Aoû 2022 - 13:52
Ces yeux clairs, cette tignasse dorée ; rien ne pouvait plus crier l'identité de son amie d'enfance.

Dans cette auberge, peu de monde se mêlaient. Dans quelques recoins, on sentait la pauvreté de certains Kaminarijin qui ne devaient avoir de pied-à-terre. Sous sa couverture d'homme riche, il pouvait presque être dévisagé car de par son accoutrement qui pouvait presque appeler à une adoration pour le Grand Ennemi Commun, il nuançait également la pauvreté qui régnait en ce lieu. Loin d'avoir une bâtisse qui sombrait dans l'indigence, bien au contraire, on pouvait sentir que ceux qui séjournaient en ce type d'habitation étaient dans le besoin et leurs yeux, rivés sur celui qui d'apparence les éclipsait – et que cela était normal lorsque l'on était vêtu de vêtements si rares et prestigieux, le rejetaient ensuite comme un pestiféré.

Tant mieux.

Le Devancier pourrait mener sa discussion sans risquer d'être interrompu.

Ses yeux glissèrent sur la silhouette de celle qui s'approchait et qui l'avait reconnu. Son papier sur sa table – la lettre qu'il lui avait adressée – ainsi que sa position et sa distinction avait dû faire mouche dans son esprit. Cette rencontre là était unique, presque semblable à une grande bouffée d'air frais pour le Sendai, car elle appelait à défier le présent pour s'en écarter. Il n'y avait ici plus de haine ni de ressenti, plus de rage ni d'instinct de vengeance. Il n'y avait que deux âmes qui se retrouvaient, dénuées de tout reproches.

Il ne put retenir un léger sourire d'écarteler son visage.

« Qu'est-ce que tu as changée. »

Tout était évidemment innocent et bienveillant.

« Je suis désolé, je ne pourrai pas te remontrer ici mon visage, nous risquerions une émeute. », commença t'il en susurrant, s'assurant de ne pas être entendu. « Il y aurait tellement à se dire... »

Ses bras se croisèrent sur la table. Il s'avança légèrement en avant, comme s'il se décidait à mettre toute son attention dans la discussion.

« La dernière fois, par lettre, tu m'as dis que tu n'étais plus la même... Depuis la mort de tes parents, n'est-ce pas ? Est-ce que tu souhaiterais me raconter ? Je te raconterai après ce qui m'a mené ici.»

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Sam 6 Aoû 2022 - 23:41

Mais le sourire qu’était le sien, lui, était resté le même. Un sourire débordant de tant de chaleur. Une chaleur pour laquelle Hideko l’avait tant détesté, puis finalement apprécié.

Yahiko fut heureux de la revoir, surprit d’observer à quel point celle qu’il avait connu adolescente avait grandi, évolué. Il ne pouvait dévoiler son vrai visage. Pour sûr, sa situation était des plus complexes. Empereur déchu, ayant fui son trône pour des raisons dont elle ignorait tout, il se devait de prendre toutes les précautions nécessaires. Cela expliquait aussi pourquoi il n’avait pu franchir l’Arche Grise. Ancien Kumojine ayant déserté pour l’Empire et déserteur de ce même Empire… Yahiko était au cœur d’un imbroglio bien complexe, que deux nations liées, hier par la guerre, aujourd’hui par l’alliance de la coalition, ne pouvaient se permettre.

« Oui, il y a beaucoup à se dire. »

Tout viendrait à point à qui sait attendre. Yahiko serait-il sincère avec elle ? Son prix serait tout d’abord la vérité, son histoire. Son vieil ami voulait comprendre ; comprendre pourquoi, dans leur dernier échange, elle avait écrit avoir tant changé, comprendre les conséquences qu’avaient eu la mort de ses parents.

Le sourire qui courait sur son visage disparu. Son sérieux revint. Ouvrir ainsi une telle plaie, si tôt, alors qu’ils venaient de se rencontrer était des plus difficile, mais elle devait faire ce premier pas. Sinon à quoi bon tous ces efforts ? A quoi bon tout cela.

« Leur mort… et surtout ce qui s’en est suivi. »

Leur meurtre, sa fuite… tous les souvenirs se bousculèrent dans son esprit. Les cicatrices en bas de son dos se réveillèrent, fantômes d’une douleur passée. Que ses parents aient disparu de ce monde ne l’affectait pas : son père l’avait fait souffrir, sa mère l’avait ignorée. Non, ce qui l’avait tant détruite fut le combat qu’elle eût à mener. Pour survivre d’abord, puis pour vivre. Ce passé était derrière elle ; aujourd’hui, sa famille était Aya, sa petite sœur, mais ce passé ferait à jamais parti d’elle. Tout avait commencé ainsi.

« Nous faisions le trajet par la forêt au sud de Kumo, entre notre village et Matshu. Père voulait y vendre le fruit de mon travail à meilleur prix que chez nous. Le voyage se passait… comme d’habitude, dans le silence, dans sa discipline de fer. Un soir, nous avons fait halte pour camper pour la nuit. C’est là que… »

Hideko entendait encore les cris de son père, de sa mère, d’Aya. Des voix effrayées qui raisonnaient dans sa tête. La peur, la souffrance, la mort.

« Alors que tout le monde dormait, des brigands nous ont attaqués. Moi je… je n’étais pas avec eux. J’étais allé trouver un peu de calme, de solitude dans le champ qui bordait notre petit campement. C’est là que j’ai entendu leurs cris, que j’ai compris. Alors j’ai fui, j’ai couru, sans regarder en arrière, autant que j’ai pu. Mais ils m’ont rattrapée. »

Si faible. Elle était alors si faible, que l’inévitable était arrivé.

« J’ai été blessée par l’une de leur flèche, mais j’ai réussi à me cacher dans les hautes herbes. Avec la nuit tombée, ils n’ont pas pu me trouver. Alors ils sont repartis. »

En prononçant ces mots Hideko pouvait sentir de nouveau ses vêtements se gorger d’eau et de boue, les cailloux lui entailler la peau, les herbes la lui fendre. Elle ressentait cette même peur lui nouer les entrailles, le désespoir de son échec et l’accablement d’avoir perdu ses repères, la seule famille qu’elle n’avait jamais eue. Tout était encore si frais, si palpable.

« J’ai rampé, je me suis accrochée. Plusieurs fois je suis tombée inconsciente, mais je me suis réveillée. J’ai continué ainsi jusqu’à être retournée sur le chemin. C’est là que des marchands m’ont retrouvée. »

Hideko baissa les yeux sur cette lettre qu’ils s’étaient échangés. Cette ode à l’espoir de se retrouver. Elle ne doutait pas que Yahiko ferait preuve d’empathie, éprouverait de la tristesse pour elle, mais ce n’était pas là ce qu’elle était venue chercher.

« J’ai été alité pendant plus d’un an. La blessure due à la flèche, l’infection, le choc… m’ont fait perdre l’usage de mes jambes. Alors, j’ai dû réapprendre à marcher, à vivre. »

Sa voix se faisait détachée, mais l’on pouvait sentir à quel point cette épreuve plus que toutes les autres l’avait marquée. A quel point les opérations, la rééducation, les pleurs et les échecs l’avaient changée.

« C’est là, à travers toute cette souffrance et tout ce qui s’en est suivi à Kumo que j’ai appris à vivre par moi-même. Que j’ai appris à combattre. »

La flamme qui brûlait en elle consuma sa tristesse. Le timbre de sa voix se renforça, ses iris pourpres se plongèrent dans celle de Yahiko.

« C’est là que j’ai compris ce que je désirai par-dessus tout : la puissance. La puissance, de détruire mes ennemis, de me défendre et de protéger Aya. La puissance qui m’a permis de remporter l'examen chuunin. La puissance qui m’a permis d’en arriver là. »

Celle qu’il avait connu n’était plus.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Lun 8 Aoû 2022 - 17:25
Ce qu'il y avait de plus triste, ce n'étaient pas les images qui paraissaient dans son esprit au rythme de ses mots, malgré qu'ils aient été parfaitement soutenus par son ton et ses regards significatifs. Ce qui était le plus absurde, le plus affligeant et probablement le plus désolant, c'était que ce passé n'était pas original, il ne dessinait rien de nouveau. Dans le Yuukan, rien de tout cela n'était surprenant.

Hideko était l'essence même de ce qui avait mené l'Homme au Chapeau à se diriger – lui et ses troupes – vers l'annihilation du chakra. Et de manière tout à fait paradoxale, elle était également l'essence même de ce qui dressaient shinobis comme kunoichis contre lui. D'un déséquilibre des forces pouvaient naître l'essence de la vengeance, l'origine de tout désir de puissance. Lorsqu'elle n'engendrait pas l'inappétence de la vie.

Était-elle une vengeuse ?

Ses yeux ne se plissèrent pas même. Sans une once d'expression, ils ne faisaient que rebondir sur son histoire.

« Je comprends. »

Lui-même siégeait loin du trône de sang – celui sur lequel demeuraient tous ceux qui ne vivaient que sous l'égide de la haine, mais son passé l'avait mené à comprendre. Au péril de la justice, lorsque la force dominait les rapports et domptait les faibles, il ne restait chez ces derniers que la volonté de la réclamer. De récupérer ce qui leur a été volé, d'imposer ce qui leur a été imposé... ou parfois même de laisser exploser leur sang-froid, lorsque l'injustice grapillait leur tolérance à la manière d'insectes sur des proies.

Le Devancier se tenait aux côtés de ceux qui tentaient de comprendre, parfois vainement. Il se tenait aux côtés de ceux qui pardonnaient, malgré la douleur, tout comme il voulait se tenir aux côtés de ceux qui défendaient les faibles.

Mais que cela était naïf... insuffisant. Imbécile, pour ceux qui abusaient de cette "hideuse bonté".

« Je suis désolé pour ce qui t'es arrivé. Ca a dû être dur. »

Toutefois, il attendait presque de son amie d'enfance qu'elle lui enseigne un quelque chose qu'il aurait toujours dû savoir.

Le besoin de dominer par le pouvoir.

« Je suis content que tu ne te sois pas laissée abattre. Je suis fier que tu ai réussi à non seulement remonter la pente, mais également à devenir celle que tu es. C'est ce qui fait de nous des gens capables de changer le monde... à notre mesure en tout cas, mh. »

Question presque rhétorique, il en vint petit à petit au sujet qui pouvait trouver résonnance en son esprit.

« Dis moi. Tes ennemis... maintenant, qui sont tes ennemis ? Tout ce que tu fais, le fais-tu seulement pour empêcher qu'un drame ne se reproduise sur ta sœur et toi ? Le fais-tu contre Sakaze Tôsen ? »

Ses bras toujours croisés, son buste maintenant le même angle que précédemment, il se recula enfin légèrement pour croiser ses jambes.

« Toute ta puissance... à qui comptes-tu la faire profiter ? »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Jeu 25 Aoû 2022 - 19:55

Yahiko ne réagit point. Il n’y eût ni pincement de lèvre, ni plissement d’yeux, son visage ne trahit aucune émotion. Tout juste susurra-t-il quelques mots dans lesquels Hideko ne se retrouva point.

Cette rencontre, elle l’avait imaginée tant de fois. Milles histoires, milles rêves qui s’étaient déroulés dans son esprit, dans son cœur gorgé de sentiment, dans l’attente qu’enfin elle ne devienne réalité. Milles rêves qui se confrontèrent à la rude réalité.

Yahiko renchérit. Peut-être s’était-il rendu compte de la frugalité de sa réaction, bien que cela n’étancha pas le vide que ressentit Hideko. Un vide qu’elle se refuser à accepter.

« Mes ennemis… »

La question de Yahiko raisonna en elle, car ce n’était pas là la première fois qu’on lui posa. Raizen, Ikari : tous deux l’avaient confronté à ses désirs, à ses rêves.

« Je le fais pour protéger ceux à qui je tiens. »

Ses yeux se posèrent contre le bois de la table, puis sur le verre que tenait Yahiko.

« Je le fais pour ceux qui voudraient me nuire. »

Un regard qui s’éleva jusqu’à celui de Yahiko.

Sazake n’était qu’une lointaine ombre qui planait sur le monde. Une ombre bien trop distance pour qu’elle ne puisse se concentrer dessus, bien trop éloignée de ce passé qui se dressait derrière elle.

« Mes ennemis sont tous ceux qui se dresseront contre moi. »

Les flammes qui brûlaient en elle étaient la source de sa soif de puissance. Plus que tout, elle désirait ne pas revivre son passé, ne pas se retrouver à nouveau désarmé face à cet ennemi qui lui fendrait la chair, la lui calcinerait.

Au fil de ses errances, Hideko entrevoyait cependant plus que cela. Sa dernière mission l’avait conduit à rencontrer un homme d’importance. Un homme appartenant à ce monde dont faisait partie Sazake Tosen et qui, de par les informations qu’il lui avait données, l’avait sorti de son ignorance. Elle ne savait que bien peu les dangers qui parcouraient le Yuukan, mais elle n’ignorait plus rien de la menace que laissait planer l’Edo-Tensei et la capacité de ramener les morts à la vie. Le pouvoir de faire en sorte que le passé n’enterre le présent.

« Le premier coup de marteau que je donnerai sur mon épée sera pour ma quête d’information sur l’Edo Tensei. »

Toute cette puissance désirée ne pouvait rester errante, sans but à atteindre. Ses ennemis étaient encore dans un monde qu’elle ne pouvait qu’à peine imaginée. Aussi devait-elle en apprendre plus sur eux, leurs capacités, leurs pouvoirs et cela commençait par ce qu’elle avait appris.

« Cette menace qui plane est trop grande pour que nous l’ignorions et je compte tout faire pour être prêt. »

L’ombre ne resterait pas éternellement ombre, un jour se dévoilera celui qui la faisait planer sur le Yuukan. Quand l’armée de cadavre de Reijiro engloutira le monde, elle sera là pour les brûler, tous, jusqu’au dernier.

Ses cadavres n’étant cependant que l’arme dont il se servait pour les abattre. L’homme qui les tenait devait être d’une puissance inimaginable. Une puissance qu’elle se devait d’égaler.

« Tu fais partie de ce monde. »

La nostalgie dans les mots de Hideko n’était plus. Son cœur brûlait de la volonté ardente qui était sienne, ces mots prononcés avec autant de passion que de puissance.

« Tu as combattu ces ennemis. »

Sa quête de réponse commencerait par celui qui se tenait en face d’elle.

« Tu as combattu Reijiro. »

Une affirmation lourde de sens : Hideko désirait là des réponses. Cet échange asymétrique qui était le leur jusqu’alors ne pouvait continuer ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Ven 26 Aoû 2022 - 15:30
Le timbre de la blonde se voyait plus tranchant, presque plus acerbe, comme s'il voulait abattre sa colère sur le monde, lui aussi. Il reconnu la fermeté, la lourdeur de ses termes et des mots qu'elle employait, la charge charismatique qu'elle déployait et qui la rendait aussi crédible qu'intimidante. Le monde changeait irrémédiablement les gens ; fou aurait été celui qui serait demeuré tel quel – et là était peut-être l'aveugle sottise de l'étranger qui avait regagné les troupes de ses oppresseurs avec l'ambition irrationnelle de les gouverner, sans soupçonner une seule seconde du besoin de s'adapter. Hideko semblait être de celles qui avaient sombrées sous la colère d'une inégal rapport d'asservissement et de tyrannie des forts contre les faibles, mais la vie l'avait amené à ne plus la juger pour cela. Les temps changeaient, lui aussi. Il le voulait.

Il ne se rendit point compte de sa maladresse. La froideur qu'il avait dû dégager et qu'il avait reflété à la Dame de Fer n'était pas dû à son indifférence, plutôt à la fatigue qui pesait sur sa conscience. Fatigué était-il de percevoir sans cesse les maux, de devoir les accepter là où il n'aurait souhaité, au fond de lui, que vivre dans une paix que toute conscience terre-à-terre savait inconcevable. Car là où il y avait des humains il y avait des vices, car là où il y avait des vices il y avait des excès. Et au même titre qu'il existait des parts de lumières en ceux qui poursuivaient la paix, d'autres s'entêtaient à n'ambitionner qu'un futur dans lequel désordre et effondrement se voulaient maîtres.

Et dans cette perspective on ne peut plus dichotomique, de bonnes âmes venaient à se salir les mains.

Hideko semblait être de ceux-là. Yahiko voulait y aspirer également.

Car le Yuukan faisait de chaque erreur, de chaque soupçon de naïveté, une erreur impardonnable.

Ses yeux, eux, n'avaient jamais lâché son interlocutrice. Ils accompagnaient ses oreilles pour écouter attentivement la moindre de ses paroles, pour embrasser l'embrasement de ses dires comme s'il voulait les adopter, lui aussi. Un très léger rictus se dessina sur ses lèvres, fin, presque imperceptible, relevant non pas d'une moquerie mais d'une voie qu'il enviait presque. Parce qu'il savait qu'il devait être capable de faire la guerre pour obtenir la paix. Parce qu'il savait qu'il existait en ce monde des obstacles qui nuiraient à sa recherche internationale de paix, peu importe les efforts qu'il y mettrait.

Dans son carnet, deux noms y étaient surlignés. Shinrin Kanshisha. Shinrin Hanzô.

Et tous ceux qui le confronteraient y seraient ajoutés.

« Je vois. »

Il comprenait on ne peut mieux la rage qui l'animait. Mais il était de son devoir d'y rendre exact les informations qu'elle avait en sa possession.

« Je suis désolé, tu te trompes à mon sujet. Je n'ai jamais eu à combattre Reijirô, ou l'un de ses corps réanimés. Mais je peux toutefois te raconter ce que je sais, ce que j'ai vécu, et qui se rapporte à son sujet. »

Alors la gymnastique de son esprit était simple ; les anecdotes ne couraient pas les rues, elles n'étaient que trop peu.

« Lorsque j'étais encore à Kumo, je fus parti de l'équipe qui parti à sa recherche. J'étais accompagné de Sendai Anzu, que tu connais peut-être, et de Hohoemi Tsuki, mon élève de l'époque. Il était fils du Daimyô et Jônin du Kumo, et a déserté la Foudre après s'être emparé d'ouvrages dans la Grande Bibliothèque. Nous nous sommes mis en route, jusqu'à Tetsu, là où nous avons rencontré les shinobis d'Iwa, confrontés à l'assassinat de leur Tsuchikage. Mais là bas, il n'y eu aucun combat. Il n'y avait qu'une menace qui pesait sur nos têtes et contre laquelle nous nous sommes pliés. Parce que nous n'étions pas assez forts. »

Il prit un temps de silence, où un sourire amusé par l'impuissance se traça.

« Les hommes qui résidaient en le Grand Palais, étaient peut-être même encore plus forts que nous le sommes actuellement.

Mais mis à part cela, de mon existence, je ne fus qu'au contact d'un étrange Samouraï qui semblait venu d'antan. Il était puissant, mais nous en sommes venus à bout. A la fin de ce combat, une partie de son âme eu même investi nos corps... Il serait alors terrifiant d'apprendre que toutes les âmes invoquées par Reijirô aient même la capacité de les pénétrer. »


Il n'en savait rien, ni plus ni moins. Pouvait-il effectivement copier le rapport qu'il eu donné à l'Académicienne, mais cela n'en valait sûrement pas la peine. Il n'était plus.

Son regard ne perdit pas leur cible, mais la Metaru pouvait y trouver une sincère excuse en leur sein.

« Je n'ai aucune autre donnée concernant Reijirô ou les Edo Tensei. Je me suis battu contre un Fanatique, contre le Seigneur des Cendres à Wasure, contre le Dieu des Insectes et contre un robot étrange... mais rien de plus concernant l'une de nos plus grosses préoccupations. »

Face au Nécromancien, le Sendai n'était que l'une des plus petites marches sur l'escalier de son amie.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mer 31 Aoû 2022 - 20:30

Un pincement de lèvre fut l’unique trahison des émotions de Yahiko. Tel une statue de marbre, il l’observa sans jamais relâcher son attention, son regard ; stoïque. Une telle maîtrise de soi-même éveilla en elle jalousie, frustration et admiration. Des sentiments contrastés qu’elle se contint d’afficher, bien que la douceur qui émanait d’elle s’était peu à peu effacée.

Yahiko lui dévoila ne jamais avoir combattu Reijiro ou l’un de ses cadavres. Une nouvelle qui l’a déçu profondément, tant elle espérait trouver en lui ces informations qu’elle désirait ardemment, pour comprendre, avancer. Yahiko lui offrit tout de même l’histoire de la traque de l’intéressé, alors qu’il eût déserté Kumo. Fils du Daimyo, cet homme avait choisi de tout abandonner, de se dresser contre ce monde plutôt que d’attendre d’obtenir sa légitime position de successeur.
Quelles avaient été ses motivations ? Pourquoi avait-il ainsi décidé de tout abandonner, tout laisser tomber pour se lancer dans la croisade qu’était celle de Sazake Tosen. Une guerre contre le chakra, contre les shinobis. Un rêve de débarrasser ce monde de la magie qui rendait l’impossible possible, de ce pouvoir qui pouvait transformer des rêves en réalité.
Leurs recherches les conduisent à travers les terres du Fer. Ce territoire mythique d’où provenaient les premiers samouraïs. Ce territoire où vivait les parents d’Ikari. Ce fut là qu’ils rencontrèrent des shinobis de la Roche, tout juste confrontés à l’assassinat de leur Tsuchikage.

Cette mélodie qui s’écoula à ses oreilles, se dessina également devant ses yeux. Elle vit là le visage, tantôt enragé, tantôt effrayé des shinobis d’Iwa. Cette traque à travers montagnes, forêts et plaines du traitre de la Foudre. Ce combat contre cet étrange samouraï venu du passé.
Tant de questions défilèrent dans son esprit, motivées par sa volonté carnassière d’en apprendre toujours plus. Tant de combats menés contre des êtres dont elle n’aurait même pas soupçonné l’existence, contre des êtres dont elle ne comprenait même pas l’idée.

« Un robot ? Qu’est-ce ? »

La question sortit avec légèreté de sa bouche.

« Le dieu des insectes… » Marmonna-t-elle, tandis que son regard se perdit sur le bois de la table.

Pouvait-elle ne serait-ce qu’imaginer combattre un Dieu ? Imaginer cet affrontement qui devait avoir eu lieu ?

Hideko se tut, ingérant ce flot d’information qui se présentèrent à elle. Des réponses qui amenèrent à d’autres questions. Jusqu’à ce qu’elle ne se sente enfin prête à repasser à l’assaut.

« Comment avez-vous vaincu cet étrange Samouaï ? Quels étaient ces pouvoirs ? Et comment sais-tu que son âme a… investi ton corps ? »

Son ton, de prime abord posé, s’accéléra.

« Raconte-moi ce combat contre le Dieu des Insectes. Quels pouvoirs possédait-il ? »

Tôt ou tard, sa quête d’information l’amènerait à rencontrer les monstres qui parsèment ce monde.

Mais Hideko ne pouvait accepter de faire que recevoir, désirant que cet échange ne soit pas à sens unique, que ce soit vers l’un ou vers l’autre. Cet échange, passage entre le passé et le présent, ne pouvait en être autrement.

« Quels sont tes objectifs aujourd’hui ? Pourquoi es-tu venu jusqu’ici, jusqu’à ces terres que tu as quitté jadis. »

Car toutes ces rencontres ne pouvaient être le fruit du hasard.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mar 6 Sep 2022 - 11:36


« Emh... je ne saurai pas trop comment l'expliquer. Imagine une construction de métal, de ton métal. Tu lui fais prendre une forme un peu humaine, et tu lui ajoutes des mécaniques qui lui permettent de dépasser la liberté de mouvement dont peut jouir un être humain. Et en plus de ça... il crachait un... une vague de puissance ? C'était un pouvoir venu d'ailleurs. Quelque chose que je n'ai jamais vu, sous la forme d'un rayon concentré, qui peut causer des brûlures très importantes, qui peut carboniser quiconque. Quelque chose qui n'a sûrement jamais existé. Enfin... »

Telles étaient les seules informations dont il pouvait lui faire part. Les mots lui manquaient ; évidemment, ils appartenaient au futur. Il n'y avait la moindre notion de laser, tout simplement car cela n'existait pas. Il n'y avait que ces doutes, que ces grands points d'interrogations qui avaient dû s'interposer dans les esprits de chacun, car là reposait tous les mystères de l'avenir. Une puissance inconnue mais qui ne fallait pas sous-estimer, une déflagration d'une telle taille qu'elle pouvait sûrement ravager tous les systèmes qui existaient dans le Yuukan. D'une telle menace qu'elle rappelait à tous à quel point ils pouvaient être ridicules, risibles, minuscules et tellement faibles vis à vis de toute la puissance objective qui pouvait être accumulée.

Nul doute qu'à côté de tous ces ennemis, seul le nombre pouvait équivaloir à la force de Tôsen et des siens.

Il sourit, de manière amusé. Il ne s'était jamais rendu compte à quel point tout ce qu'il racontait pouvait être, aux oreilles de quelqu'un qui n'avait vu tout ça, complètement invraisemblable. Mais il ne pouvait évidemment s'en moquer... car ces yeux, c'étaient les mêmes qu'ils avaient adopté lorsqu'ils les avaient vu.

« Pour le Dieu des Insectes... ou Dieu du Ciel, je crois qu'il l'appelait comme ça, c'était un peu différent. Sa puissance était dantesque, encore plus que celle du robot. Il nous aurait vaincu sur la durée, sans aucun doute. Sa force était aussi démentielle que sa taille, tout le chakra qu'il libérait paraissait infini, et la puissance qu'il dégageait était... monstrueuse. Je pense qu'il ne doit exister aucun mot pour l'adjectiver...  »

Mais un fin sourire, presque comme celui de la reconnaissance, se dessina sur son visage. Car mine de rien, celui qui les avait sauvé de ce Titan... c'était lui.

« La seule chose dont je me souviens, c'est une titanesque déflagration qu'il expulsa, tout autour de lui, et qui nous donna l'impression que sans défense, nous aurions été complètement désintégrés. Mais tu sais comment nous nous sommes sortis de là... peut-être as-tu pu le deviner. »

Après tout, le discours qu'avait relâché Tôsen sur l'ensemble du Yuukan, peut-être avait-elle eu la puce à l'oreille.

« C'est l'Homme au Chapeau, qui l'a complètement immobilisé dans le temps. T'imagines, il dispose du pouvoir de figer un dieu dans le temps... Et suite à un petit discours, nous avons du le sceller en Shinrin Hanzô. Sans ça, il l'aurait laissé se relâcher contre nous, il voulait que nous le scellions. Il veut des Jinchuuriki, pour que lorsque l'éveil de Kyuubi se produira, tous viennent à disparaître. »

Mais cela, elle devait déjà le savoir. Pour le Samouraï, il ne dut pas faire appel à des souvenirs qui dataient de trop longtemps. Cela ne faisait que quelques jours, techniquement, depuis qu'il eu quitté les terres du Rempart, après qu'il eu traversé ses propres terres du Feu.

« Pour le Samouraï, il résidait dans une grande montagne. On voyait à son accoutrement qu'il n'était pas récent, ou en tout cas qu'il n'appartenait pas au présent. On y retrouvait des armures comme celles que l'on pouvait entendre lorsque nous étions enfant, des armures larges, épaisses, avec de grandes fourrures et avec un style spécifique. Il n'utilisait pas de mudras, d'ailleurs, il se battait avec un kanabo, et c'était à partir de cette arme qu'il faisait apparaître ces techniques Doton. Il faisait de grandes fissures, il a fait une armure aussi... et il semblait invoquer des pouvoirs à partir de prières. C'était étrange. », commença t'il.

Mine de rien, l'Ancien se rappela que le rapport de force était tout de même désavantageux pour lui. Mais si une chose avait dû ne pas être négligée, c'était bien le milieu dans lequel ils se trouvaient, et la familiarité qu'avait le Samouraï avec la montagne. Ces souvenirs lui revint, de cette fin d'affrontement, lorsqu'avant de retourner parmi les ombres, il ne la fasse s'effondrer sur les âmes qui l'avaient terrassé.

Il se resservit un verre, dans lequel il s'abreuva d'une eau fraiche et désaltérante.

« Nous l'avons battu à force de lui causer des dommages, son corps n'a pas tenu le choc. Je ne sais pas si c'est comme ça que nous sommes supposés vaincre un Edo Tensei, mais c'est par la force que nous en sommes venus à bout. Quant à son esprit... je ne saurai l'expliquer, mais je sens qu'il m'habite depuis que nous l'avons vaincu. Cela lui arrive, très rarement, de me parler. D'entendre sa voix... »

Puis il se rendit compte que cela était assez étrange, ce qui l'amena à vouloir relativiser très vite les choses. Il sourit alors, agitant ses mains comme s'il voulait la rassurer, bien qu'il ne soit pas certain qu'elle en ai vraiment besoin.

« Enfin, c'est bien trop rare pour être inquiétant, hein ! Et ça ne change rien du tout à ma vie, si tu veux tout savoir... Mais je suis persuadé qu'il est là. »

Enfin, vint le moment de ses propres objectifs. Cela était le plus complexe, car l'avenir était flou et incertain. Mais si une chose était claire à ses yeux, c'était bien que la seule chose qu'il désirait le plus au monde, c'était la paix... et vaincre la menace que représentait Tôsen. La puissance, il pensait déjà l'avoir, même si l'évolution était pour tous illimitée.

« Je suis venu ici avec l'intention de renouer mes liens de paix avec Kumo. Car bien que j'eus déserté, je n'ai jamais voulu être en conflit avec ma terre natale, comme avec qui que ce soit d'ailleurs. Malheureusement, Raizen m'a bien fait comprendre que mon statut était bien trop hostile aux yeux du peuple pour se risquer à me laisser libre dans Kaminari. Alors me voilà, expulsé justement de ma terre natale, voguant vers mes objectifs et ma réinsertion dans le monde des shinobis. »

Parce que voilà quelle était sa situation.

« Tout d'abord, je m'en vais travailler pour retrouver ma place légitime dans le Yuukan, en récupérant la place qui me revient de droit. Lorsque ce sera fait, je m'occuperai de travailler pour assurer la paix et la sécurité à ceux qui seront sous mon égide. Et enfin... comme tout le monde, je suppose. »

Un regard si simple, pour une importance si grande.

« Je ferai de mon mieux pour préserver le chakra, en donnant ma vie s'il le faut. »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mer 14 Sep 2022 - 20:10

Son chemin croiserait-il également celui de telles entités ? De tels monstres que Yahiko ne trouvait pas les mots pour les décrire ? Décrire ce pantin de métal, capable de se mouvoir par lui-même et de cracher son rayon de foudre concentré, capable de détruire tout ce qui se trouvait devant lui.

« Quelque chose qui n’a sûrement jamais existé … ? »

Comment une telle chose ne pouvait exister, alors que Yahiko l’avait affronté. Hideko, en cet instant, ne comprit pas ces mots, mais ce n’était que peu d’importance.

Yahiko sourit face à leur incapacité de décrire quelque chose qui ne faisait aucun sens, puis il continua et décrivit le Dieu des Insectes. Une entité dont la puissance n’aurait point souffert d’une défaite, si Sazake Tosen n’était pas intervenu pour la défaire.
Un homme capable de figer le temps. De faire cesser cette fresque qui se tissait à chaque instant, d’arrêter un Dieu alors qu’il menaçait de tous les tuer, de tout réduire en poussière.
Comment affronter une telle personne ? Qu’étaient-ils tous face à un tel monstre ?

Hideko fut décontenancée par le récit que lui fit Yahiko. Si les Dieux et les robots éveillaient autant son excitation du combat que sa peur, Sazake Tosen ne lui fit ressentir qu’un profond sentiment de détresse. A cet instant, elle comprit ce que représentait réellement cet homme, la menace qu’il faisait planait sur le monde, sur chacun d’entre eux. Les lettres, les légendes, toutes avaient torts : Sazake Tosen était plus, bien plus que ce qu’elles racontaient.
Son esprit n’eût pas à souffrir longtemps de ce tourment, car Yahiko continua son histoire et lui conta sa rencontre avec cet étrange Samouraï. Une entité résidant dans les montagnes du Pays du Feu, revenus de temps lointains. La seule façon qu’ils trouvèrent de le battre furent de réduire son corps en morceau.

« Edo-Tensei ? »

Ce mot attira l’attention de Hideko, car c’était là la piste qu’elle recherchait tant. Un indice pour vaincre l’armée des morts qui menaçait de tous les engloutir.

Yahiko disait pouvoir entendre la voix de cette entité dont l’âme semblait avoir trouvée refuge dans son corps. Était-ce là un signe de folie ? Ou que cette entité commençait peu à peu à prendre le contrôle sur lui ? Hideko resta muette, mais observa avec plus d’intensité encore Yahiko.

« Cet Edo-Tensei, y avait-il quelque chose de particulier sur son corps ? Comme un sceau ? »

Si c’était le cas pour les Edo-Tensei, alors cela signifiait qu’ils possédaient la même faiblesse que les invocations des nécromants.

« Qu’est devenu le cadavre de ce samouraï ? Ou repose ce qu'il reste de lui ? »

Une information de première importance qu’elle se devait d’acquérir. Une information que peut-être lui, Raizen, connaissait ; car lui aussi avait affronté pareille entité. Lui aussi l’avait vaincue.

Son récit terminé, Yahiko partagea finalement à Hideko ses intentions. Une volonté de se réconcilier qui lui avait été refusée, mais surtout, une volonté de reprendre ce qu’il pensait lui revenir de droit.

« Ton trône ? »

Si tel était le cas, alors des temps sombres se profilaient à l’horizon. Toute l’histoire du Pays du Feu n’était qu’instabilité, guerres internes et succession d’Empereurs. Si Yahiko désirait reprendre sa place, alors il devrait affronter celui qui l’avait succédé. Un affrontement qui risquait de plonger à nouveau ces terres dans le brasier de la guerre.

Ainsi, l’homme qu’il fut n’était plus. Cet enfant, si prompt à aider les autres, à ne pas les faire souffrir était devenu un homme, prêt à se battre pour ses convictions. La guerre pour protéger le chakra ne pourrait se faire sans sacrifices. Des sacrifices que Yahiko avait fait et qu’il s’apprêtait à faire à nouveau.
Hideko ressentit un profond tourment, face à la succession de surnaturel qui s’était conclu par cette volonté affichée de redevenir Empereur. Pourtant, derrière ses craintes, Hideko ne pouvait s’empêcher de ressentir une excitation. Celle du combat, celle du sang versé. Un appel face auquel elle se savait bien faible.

Une décision s’imposa naturellement, comme s’il s’agit là tout son être qui s’exprima. Si Hideko voulait obtenir quelques informations que ce soit de Yahiko, alors elle devait lui donner quelque chose en échange. Bien que possédant que bien peu de chose, Hideko n’était pas non plus dénuée d’armes.

« Dans ce périple qui sera le tien pour reconquérir ton trône, sache que si tu as besoin de moi, je répondrai à ton appel. »

Ces mots, exprimés avec toute la solennité nécessaire, furent une main tendue à Yahiko.

« En échange, je veux que tu me partages toutes les informations qui pourront entrer en ta connaissance, tant sur l’Edo-Tensei que la nécromancie. »

Les mains croisées sur la table, les yeux dans les yeux, Hideko continua.

« Si Sazake Tosen est si puissant que tu le dis, alors nous ne pourrons rivaliser contre une armée de mort à ses ordres. »

Donner sa vie faisait partie de l’enjeu, mais ce n’était là qu’une seule facette de la pièce qu’ils tenaient tous entre leur main.

« Comme toi, je suis prêt à donner ma vie pour protéger le chakra. La donner, ou la prendre. »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Après des années [Metaru Hideko] Empty
Mar 20 Sep 2022 - 10:43
« ... Qui sait s'il s'agissait d'un Edo Tensei. Je ne peux pas le savoir, désolé. Je n'en ai jamais vu. »

Là était une tranchante réalité ; de ces maux qui frappaient le monde des shinobis, le Sendai n'avait eu l'occasion de rencontrer que leur invocateur, ou cet espèce de monstre venu d'ailleurs. Mais jamais n'avait-il eu la moindre opportunité de se confronter à ceux dont l'accoutrement rappelaient d'anciens contes, qui évoquaient des ères maintenant passées mais qui avaient effectivement pu exister, si l'on se fiait toutefois à leur véracité. La Metaru devait réaliser qu'elle ne s'adressait hélas pas à la meilleure personne pour la renseigner sur sa cible, bien qu'il pourrait, dans le futur, l'assister pour ses missions les plus périlleuses la concernant. Et là semblait être un échange équitable qui se dessinait entre les deux âmes liées depuis leur enfance respective, ce qu'elle appuya par sa finale proposition.

Des informations contre une aide indiscutable.

« Je n'ai pu voir aucun sceau. Et quant à sa mort... il s'écroula sur lui-même, comme s'il retournait à la poussière au sein de la Dame d'Argent, une gigantesque montagne de Jôheki. Comme si tous les dommages qu'il avait subi ne pouvaient être réparés. Penses-tu qu'il s'agisse d'une condition pour vaincre un Edo Tensei ? »

Une piste qu'il ne savait fausse mais dont il ne pouvait s'assurer de par sa simple expérience. Car il n'était qu'un novice dans l'art des morts qui revenaient à la vie.

Alors venait le temps de discuter de la proposition de la kunoichi, aguichante certes mais à la réalité bien plus complexe que ce à quoi elle pouvait s'attendre. Le Sendai était en effet constamment remis en question, constamment requestionné sur l'exactitude de ses paroles et de sa position vis à vis de la Coalition, plus précisément vis à vis de l'Empire. Il pouvait se décider à transmettre la moindre de ses informations à son amie, mais là était encore un geste qui pourrait lui être reproché : des informations aussi importantes que celles qui concernaient le Résurrecteur ne pouvaient seulement être transmises à une âme bien précise, aussi puissante soit-elle. Il s'agissait de données qui concernaient l'ensemble du monde shinobi. Avec toutes les responsabilités qu'elles engendraient.

« Tout dépend de ma situation. Ce n'est pas une question que je ne veuille pas te transmettre des informations sur Reijiro ; je viens de le faire avec tout ce qui est en ma connaissance. Mais si je récupère mon trône, tu peux être assuré que toutes les informations que je récupère seront premièrement dispensées à toutes les hautes instances shinobi. Je serai alors non seulement supposé leur transmettre à eux et à eux seuls, mais j'aurai également le devoir de ne pas les partager avec d'autres individualités. Car cela signifierait m'inclure dans la gestion de leurs informations, et cela pourrait m'être reprochable à l'internationale. »

Son regard signifiait par ailleurs qu'il en était quelque peu fatigué, lui qui rêvait de quelques instants de paix ; ce qu'il avait alimenté à Kumo pendant tant d'années.

Dieu que cela avait changé depuis sa désertion.

« C'est une position compliquée, qui ne me fais pas plaisir parce que je te sais pleine de bonnes intentions et parce que je veux t'aider dans cette noble cause, mais qui est un devoir que je ne peux négliger. Evidemment, cela ne s'appliquerait pas si j'échoue à la récupération de l'Empire... nous serions alors libres d'agir comme nous le désirons. Après tout, je suis déjà recherché par l'ensemble de la Coalition, de ce que m'a dit Raizen. »

Il prit un petit instant de répits, le temps de siroter un brin plus de ce qu'il avait sous la main.

« Avec la Coalition, nous sommes obligés de nous faire confiance mutuellement, entre dirigeants. Et ce sera à chacun d'entre eux de répartir les tâches comme ils le souhaitent. Tu le comprends, j'espère, mon amie. »

Même si elle était la mieux placée, la plus déterminée ou la plus compétente, ce n'était hélas pas à elle de décider. Là était la conséquence de tout un système shinobi basé sur une confiance si fragile, si frêle.

Un système pourtant nécessaire, pourtant évident. Du moins de ce que s'imaginait le Sendai.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 http://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Après des années [Metaru Hideko]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après l'effort...les soins ? (ft Hideko)
» Convocation (Metaru Hideko)
» [MLD] Premier soin [Pv : Metaru Hideko]
» Retrouvailles forcées [Pv : Metaru Hideko]
» Goûteurs professionnels - Metaru Hideko [D]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: