Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Patiente cantilène [Libre] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Patiente cantilène [Libre] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Patiente cantilène [Libre] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Patiente cantilène [Libre] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Patiente cantilène [Libre] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Patiente cantilène [Libre] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Patiente cantilène [Libre] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Patiente cantilène [Libre] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Patiente cantilène [Libre] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Patiente cantilène [Libre] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Patiente cantilène [Libre]

Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Mer 3 Aoû 2022 - 9:51
La brise froide d'un hiver naissant balayait la place située devant l'hôpital hijin où résidait pour l'heure la vampire aux cheveux roses. Elle regardait l'extérieur dans un silence profond, plongée dans ses pensées. Les soignants et quelques malades se croisaient dans le couloir, dans une chorégraphie litanique, répétitive, plaintive. L'air était humide, l'atmosphère pesante, et des nuages bloquaient presque entièrement la lumière du soleil, ne laissant qu'une poignée de gloires lézarder le ciel et le sol sur lequel elles s'abattaient.

C'est dans cette atmosphère morose que la Chinoike soupira et décida de quitter une fois encore la modeste chaleur intérieure de la bâtisse rassemblant les blessés de l'Empire pour aller se promener, ou plutôt se perdre dans les rues de la cité mère du pays du Feu. Se déplaçant uniquement en fauteuil plutôt qu'en béquilles pour garder ses mains libres, la jeune femme parvint finalement aux jardins d'Urahi. Sur place, elle observa les diverses fleurs de fin d'automne qui rendaient doucement l'âme et celles, tout juste bourgeonnantes, du début de l'hiver. Après quelques minutes à y flâner, elle se trouva un coin un peu tranquille sur le côté d'un des chemins et fit quelques mudras pour sortir son instrument et pour commencer à en jouer.

Elle qui avait commencé à jouer il y a de cela bientôt trois mois avait désormais certains automatismes qui s'installaient, des accords qui passaient de mieux en mieux, des harmoniques plus régulières, une plus grande confiance dans ce qu'elle faisait. Elle développait ce travail avec une grande concentration, une grande dédication, une parfaite application.

Jouant de ses doigts sur les cordes, elle commença lentement sa mélopée imprécise qu'elle retravailla encore et encore, répétant inlassablement chaque passage sur lequel elle bloquait avant de passer à la suite, respectant religieusement la méthode que lui avait vendu le luthier de Joheki et qui, décidément, lui avait proposé une très bonne offre.

Observant les passants de temps en temps, elle restait surtout concentrée sur son apprentissage du luth, qui bien que parmi les instruments les plus faciles à maîtriser, était loin d'être évident à manier pour en sortir une musique digne de ce nom qui serait capable, elle l'espérait, de plaire aux oreilles de la Silencieuse, cette femme mystérieuse qu'elle comptait aller retrouver dès qu'elle aurait retrouvé ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Jeu 4 Aoû 2022 - 11:28




Patiente cantilène


Cela faisait deux jours que Kisara était partie en mission dans l’Est d'Hi no Kuni. Il y avait eu du grabuge de la part du bandit et elle a été dépêché là-bas avec deux autres soldats de l’Empire et pas n’importe lesquels. En effet, Kisara y est allé en compagnie de sa femme, Chitose et de sa fille, Mei afin de tester leur coopération familiale et parce qu’il était facile pour travailler en équipe. Il n’y avait plus eu beaucoup de soldats de disponible pour cette mission et on les avait conseillés afin de se débarrasser de ses gênants. De plus, cela a permis à Kisara de pouvoir observer les progressions de sa fille en tant que guerrière du clan Shinrin. Une mission rien qu’en famille, ça faisait longtemps qu’elles n’en avaient plus fait et la soldate était bien contente de pouvoir combattre à leurs côtés. En tout cas, la famille avait bien géré le cas de ses criminels, en étant habitué à combattre ensemble grâce à des entraînements pour apprendre à coordonner leur style de combat. Actuellement, Kisara était dans sa demeure en train de lire un livre, un ouvrage basé sur la politique et la diplomatie. Mei était partie s’entraîner avec les autres jeunes du clan. Il n’y avait que sa femme, à la maison, allongé à côté d’elle, dans le lit familial. Chito avait terminé une mission assez tardivement dans la soirée de la veille et cela l’avait complètement épuisé.

Déposant son livre sur sa table de chevet, Kisara observe sa femme et met un drap au-dessus de son corps pour qu'elle n'ait froid pas. Chitose est complètement endormi et difficile de savoir quand elle va se réveiller. Cela dit, il ne fallait pas qu’elle dorme toute la journée afin qu’elle ne soit pas trop décalée et qu’elle puisse dormir ce soir. Un simple baiser sur la joue et de douces paroles pour la réveiller en douceur. La belle brune se réveille doucement avec un baiser à sa compagne. La Shinrin sourit et laisse sa femme se réveiller petit à petit afin d’aller prendre une douche en paix. Quelques minutes plus tard, le couple mange ensemble et discute de leur programme de la journée. « Tu comptes faire quoi aujourd’hui Kisara-san ? » Demande Chitose. La Shirohito réfléchit et hausse les épaules. « Je ne sais pas. Je pense faire un tour dans le village et voir, si il n’y a rien à faire ou chercher à discuter avec les gens. Je finirai par passer au camp d’entraînement du clan afin de voir si Mei se débrouille bien et peut-être revenir avec elle à la maison. Et toi ? » Demande-t-elle à sa femme. La brune boit son café avant de répondre. « Je vois, ben, j’ai un entraînement avec quelques membres de l’unité territoriale et à voir, si on part en mission ensemble. De toute manière, je t’écrirai un mot pour te tenir au courant de mon absence. Et tu comptes entrer quand dans l’unité coloniale. » Réplique Chitose. « Hum…Il y a eu une réunion, mais comme on a été en mission, il va falloir que je fasse mes preuves. Mais bon, ça ne devrait pas être compliqué. Avec la révolte des Inuzuka, le recrutement dans chaque unité est impératif et donc, ils recherchent activement de nouvelles têtes. » Finit-elle là-dessus.

Il était temps de sortir, après s’être préparé et tout afin de pouvoir se promener et prendre l’air. Kisara sort de sa demeure, en compagnie de sa femme afin de faire un petit bout de chemin ensemble. Le couple parle de tout et de rien, mais plus particulièrement, de l’avenir de leur fille afin de savoir ce qui pourrait l’aider à réaliser ses rêves. Devant une intersection, il fallait à présent se séparer pour partir chacun de son côté.


S’observant, Kisara prend la parole en première. « À ce soir, mon amour. Et pas de bêtise…sois prudente si tu pars en mission. » Dit-elle avec un léger sourire. Chitose lui caresse les cheveux et lui sourit. « Ne t’en fais pas, ma jolie, je suis toujours prudente. Allez, à ce soir. » Finit-elle en embrassant sa femme avant que le couple se sépare en empruntant un chemin différent. Kisara se promène en ville et discute à droite et à gauche avec quelques connaissances de toujours. À vrai dire, elle habite à Urahi depuis si longtemps maintenant enfin, c'est l’impression que cela lui fait. Un peu de douceur en cet hiver que la soldate décide d’aller jusqu’au jardin de la capitale. Fredonnant un petit air en observant la beauté des fleurs, elle trouve qu'Urahi est vraiment une très belle ville. Dommage que les derniers événements aient fait que la sécurité et certains lieux ont été touché par le coup d'État des Inuzuka. Soudain, elle entend un air musical non loin de sa position, quelqu’un semble jouer d’un instrument de musique. Curieuse, la Shinrin se déplace jusqu’à la source de ce son. Devant, la guerrière aperçoit une femme aux cheveux roses, jouant du luth et en fauteuil roulant. Ce n’est pas la première fois qu’elle la voit dans la capitale. De toute manière, elle n’a rien à faire de la journée donc autant aller la voir.

« Bonjour, jeune fille. Tu sembles doué dans le maniement du luth, il y a si peu d’artistes de rue qui en joue ainsi. Généralement, on voit des joueurs de luth dans des théâtres ou dans des fêtes hivernales ou estivales. Je m’appelle Shinrin Kisara, soldate de l’Empire. Et vous, comment appelez-vous ? En espérant ne pas vous déranger, car cela fait un petit moment que je vous aperçois dans Urahi et je n’ose pas venir vous parler. » Dit-elle avec un léger sourire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Mar 9 Aoû 2022 - 12:22
Sans prendre la moindre pause, l'instrumentiste débutante s'appliquait afin que son rythme soit régulier et que chaque note soit claire. L'ambition était bien faible pourrait-on croire pour qui n'avait jamais touché à un instrument quel qu'il soit, mais loin s'en fallait. C'était en soi un perfectionnement permanent et seuls de rares musiciens particulièrement talentueux et travailleurs parvenaient à atteindre une véritable régularité entre chaque note.

Aussi, lorsque la jeune femme qui apprenait seulement depuis peu à jouer fut distraite par les paroles d'une passante qui s'arrêta à son niveau, elle préféra cesser de jouer le temps de discuter. Elle n'était pas encore assez douée pour tenir la discussion tout en continuant d'enchaîner les notes et les accords de manière harmonieuse.

« Ohayo, Shinrin-san. Je suis Chinoike Katsuko, voyageuse et informatrice indépendante. »

Souriante, elle posa son luth sur le côté de sa chaise roulante pour mieux faire face à la soldate qui la questionnait sans être encombrée.

« Je crains n'être encore qu'une débutante, personne ne voudrait de moi dans ce genre de cadre. Mais bientôt peut-être. Je l'espère. Vous avez bien fait de venir me parler, je dois avouer que je m'ennuie un peu ces temps-ci. L'habitude que j'ai de toujours me déplacer est... complexe à maintenir dans ma situation. »

S'étirant, la vampirette offrit un nouveau sourire à la combattante de l'Empire. Avait-elle entendu parler des entraînements qu'elle dispensait ? Ou alors était-elle simplement curieuse après l'avoir vu vagabondé ces derniers temps ? Ou alors était-ce lié aux trois Shinrins qu'elle avait affronté sur le pont en compagnie du Fidèle ?

« Mais dites-moi donc, puis-je faire quelque chose pour vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Ven 12 Aoû 2022 - 10:01




Patiente cantilène


Lors de sa promenade habituelle lorsqu’elle n’est pas en mission, Kisara rencontre une étrangère intéressante. En effet, cette jeune femme à la chevelure rosâtre était en train de jouer du luth. Et il est rare de tomber sur un jeune individu jouant un tel instrument, qui généralement, est un instrument jouer par des personnes assez âgées ou par des musiciens de théâtre ou d’un temple. En tout cas, ça pouvait s’entendre qu’elle était débutante dans ce domaine, mais elle était prometteuse. En effet, cela avait réussi à faire sourire la Shirotsuchi et s’arrêter près de l’étrangère afin d’échanger des paroles. Et de plus, ça ne lui ferait pas de mal que de parler avec quelqu’un afin de faire passer du temps. Une nouvelle tête, ce n’est pas déplaisant et si elle peut gagner une connaissance dans sa liste de contact, elle ne dira pas non. D’ailleurs, la Shinrin avait remarqué la présence de cette femme depuis un petit moment au sein d’Urahi. En tout cas, la Blanchâtre avait pris son courage à deux mains pour aller lui adresser la parole. En effet, elle était souvent seule la pauvre et difficile de savoir, si elle a un endroit où vivre, en cette période hivernale. La guerrière du clan Shinrin s’était présente à la jeune dame et également, elle l’avait complimenté. Cette dernière s’est présentée comme Chinoike Katsuko, voyageuse et informatrice indépendante. Une information très importante à prendre en compte.

« Enchantée de faire ta connaissance, Chinoike-san. » Dit-elle avec le sourire. Apparemment, Katsu n’avait pas assez d’expérience et de maîtrise pour jouer du luth tout en parlant en même temps. Cela dit, si elle continue de s’entraîner, elle y parviendra, tôt ou tard. En tout cas, en l’écoutant, elle savait reconnaître ses défauts dans ce domaine et son envie de s’entraîner encore plus pour un jour, jouer dans un festival ou autres. Cela dit, la Chinoike s’ennuie un peu ces derniers jours et cela se comprend vu qu’elle se dit d'être une voyageuse. La rosâtre ne devait pas être habitué à rester trop longtemps au même endroit. Et malheureusement, il semblerait que son handicap l’empêche de mener une vie comme avant. Cette jeune femme n’a pas eu de chance, une blessure dûe à un combat ? Une attaque surprise ? Ou est-ce liée à la révolte du clan Inuzuka ? Difficile de le savoir, mais la Shinrin espérait qu’un jour, elle puisse se remettre de cela et vivre à nouveau avec le sourire. D’ailleurs, Katsuko lui demandait ce qu’elle pouvait bien faire pour la Blanchâtre. « Oh, euh…si ça vous va, on peut se tutoyer. Et j’aimerai apprendre à vous connaître, je suppose que vous comme moi, on n’a pas grand-chose à faire de notre journée. » Dit-elle avec le sourire. Croisant les bras, elle observe attentivement l’Informatrice.

« Hum…Ça fait combien de temps que vous êtes à Urahi ? Je dois admettre que je vous ai vu trainer dans la capitale depuis un moment. Cela dit, le fait que vous soyez une informatrice m’intéresse à un certain point. Vous devez être fourni en information à travers vos voyages et également, du fait que vous êtes à Urahi, vous avez dû avoir entendu ou voir des choses. Dites-moi ma chère Katsuko-san, étiez-vous présente lors de la révolte du clan Inuzuka contre l’Empereur ? Si oui, que pouvez-vous me dire là-dessus ? Disons que pour ma part, je n'étais pas présente ce jour-là. J’étais en mission au sud du Pays et je n’ai pas eu trop d’information à ce sujet là, mise à part, les dégâts. » Dit-elle d’un air sérieux. Kisara se met à sortir une kiseru, une pipe à tabac afin de fumer tranquillement pendant sa discussion avec la jeune et ravissante Chinoike. « Et une dernière chose, avez-vous un toit où dormir ? » Demande-t-elle, tout en fumant.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Jeu 18 Aoû 2022 - 18:08
À l'écoute de la Shinrin qui venait de se présenter à elle dans cette fraîche matinée d'hiver, la vampire lui demanda sans plus de détours si elle pouvait l'aider d'une quelconque façon. Et si elle semblait être venue par simple curiosité, la mention de son travail avait comme illuminé les yeux de Kisara l'espace d'un instant, ce qui n'avait pas échappé à la spécialiste de la sensorialité. Toujours attentive, elle était de ceux qui remarquaient cet éclat des intrigués, celui de ses meilleurs clients en général. Pour autant, les questions qu'elle lui posa étaient très mesurées, pas de quoi lui facturer une véritable somme. À vrai dire, c'était des questions auxquelles elle aurait aisément pu trouver réponse auprès de n'importe quel marchand de la rue principale, ou auprès de tous les aubergistes de la ville.

« Je suis arrivée il y a un peu plus d'un mois, je séjournais dans le territoire du clan Inuzuka. Ils ont été très accueillants, bienveillants avec moi. J'étais présente en effet, tout comme je l'étais face au Samouraï qui a failli engloutir les ruines de Shîto. Un combat complexe d'ailleurs, c'est là que j'ai perdu ma jambe. »

Cette information était totalement gratuite de sa part. Si elle souhaitait avoir un nom, il ne fallait pas rater la moindre occasion d'en parler. Elle avait laissé les autres faire jusque là, mais avec la réaction des trois Shinrin lors de la révolte puis celle de nombreux autres teikokujins depuis, elle avait bien compris qu'elle n'aurait rien de cet empire. Ou du moins rien venant directement de leur bonne volonté. Si elle souhaitait une contrepartie à ses apports, il fallait qu'elle ait une image plus importante, que l'on sache qui elle était dans les rues d'Urahi, qu'on ne puisse pas l'ignorer. Et si elle devait se charger elle-même de cette publicité, alors elle le ferait.

« Depuis je dors dans votre hôpital, vous n'avez pas à vous en faire. Pour en revenir à la révolte, j'ai simplement vu l'affrontement qui en est venu à la destruction du pont, mais j'ai dû battre en retraite après que trois shinobis de votre clan ne décident de m'attaquer avec pour seule justification celle de ma présence. Inuzuka Ayuu était de retour et a tenté de rejoindre le palais, sans doute pour essayer d'arrêter ce soulèvement et trouver une solution, mais je n'ai pas pu en voir le résultat dans mon état. Je crains de ne pouvoir plus vous aider...»

Il était aisé pour Kisara de voir à quel point la mention des Shinrin l'avait agacé, alors qu'elle se remémorait de la réaction aggressive du trio. Et dire qu'elle avait tenté de se proposer en tant que médiatrice, dans un fauteuil roulant... Ces animaux en avaient profité pour l'envoyer valser vers le vide. Non, c'était certain, si elle n'avait pas de compensation, ce serait sans doute leur vie qu'elle prendrait en temps voulu. Enfin, ça pouvait attendre. Comme toutes ses autres vengeances, elles tomberaient quand ses cibles seraient sûres d'être hors de tout danger. Dans leur lit s'il le fallait.

Retrouvant cependant bien vite un sourire plus aimable, Katsuko fit de son mieux pour se remontrer sous un meilleur jour. Mentir étant une seconde nature pour elle, elle n'eut aucun mal à dire tout l'inverse de ce qu'elle pensait à cette inconnue qui n'avait pas à être mêlée à cette histoire. Quand bien même elle était du même clan, ce n'était aucunement sa faute si ses ainés faisaient partie des pires ordures que ce pays portait.

« Enfin, je suppose que c'était compréhensible dans la panique générale du moment, je ne leur en veux aucunement. Cela dit... Si jamais vous aviez une adresse à m'indiquer pour dormir, je pense que je ne pourrais pas rester éternellement à l'hôpital une fois les irounins arrivés pour nous poser des prothèses comme promis... Je devrais sans doute me trouver un toit à ce moment là. Vos conseils seront les bienvenus. Et si cela me permet d'échapper à la nourriture insipide que les établissements de soin de tout le Yuukan semblent s'évertuer à produire... »

Affichant une mine amusée tout en généralisant son propos pour éviter qd'éveiller une éventuelle patriote un peu trop sanguine, elle ne se gêna pas pour tâcler les repas peu agréables qu'on lui servait. Gratuits certes, mais ils n'étaient clairement pas à la hauteur de ce qu'avait l'habitude de déguster la noble kazejine. Ayant depuis longtemps de larges moyens, elle en avait toujours profité pour bien manger, et tout comme lors de son séjour dans les geôles d'Iwa, ce régime forcé qu'elle subissait ici ne lui plaisait que très modérément.

« D'autres points attisent votre curiosité ? Quels qu'ils soient, pour le présent ou pour l'avenir, je ne saurai refuser une requête en ces temps plus complexes... J'aurai bien besoin de me relancer une fois ma jambe retrouvée. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Ven 19 Aoû 2022 - 10:08




Patiente cantilène


Kisara est plutôt intriguée de la présence de Katsuko et aussi, de ce qu’elle est. Il semblerait que cela faisait un petit moment qu’elle traine au sein d’Urahi et il est clair qu’elle n’y est pas native. En effet, la Shinrin habite à Urahi tout depuis le début de l’Empire et une femme comme Katsu ne passe pas inaperçue aux yeux de la soldate. D’ailleurs, la rosâtre se dit être une voyageuse, mais plus important que cela, une informatrice. Cette dernière dispose de beaucoup d’informations, si elle est habituée à voyager dans le Yuukan. La femme est intéressée par cette dernière qui doit sans doute avoir des informations sur les derniers événements liés au Teikoku et là-dessus, il était difficile de passer à côté. Cela dit, la Shinrin n’est pas un monstre et n’a pas la même mentalité que la plupart de son clan. La Dompteuse du Bois se met alors à lui poser bien des questions, s’intéressant tout de même, au bien-être de son interlocutrice. Il était important de savoir si cette dernière avait un endroit où vivre, surtout dans son état de santé. Dans un premier temps, la belle Chinoike se met à dire qu’elle avait séjourné dans un premier temps au Domaine des Inuzuka et ensuite, à participer à une mission aux ruines de Shito pour combattre un samouraï. D’ailleurs, ce combat avait dû être si compliqué qu’elle a dû en perdre l’une de ses jambes. Kisa avait entendu parler des ruines de Shito et d’un poison parcourant les lieux, rendant l’accès impossible en ces lieux.

« Je vois, un mois, je n’y aurais pas cru. Le temps passe si vite, sans qu’on s’en rende compte, dis donc. » Dit-elle en ricanant légèrement avant de prendre un air un peu sérieux. « J’ai entendu parler de ce combat, du moins, avec le retour de soldats grièvement blessé, à cause d’un poison. Mais si tu as participé alors que tu n’es pas une Hijin ni une soldate de l’Empire alors tu as tout mon respect et il devrait en être pour tout le monde à ton égard, jeune fille. Tu as tout de même perdu une jambe dans ce combat et cela te prive un peu de ta liberté de voyager pour l’instant. En espérant qu’on puisse trouver une solution à ce problème. » Dit-elle en fumant un peu de son tabac. Pour la suite, Katsuko rassure un peu la Blanchâtre en disant qu’elle dormait à l’hôpital, même si du point de vue, elle méritait un confort de meilleure qualité. Or, Katsu se met à parler de la révolte, un sujet qui intéresse un peu la Shinrin, à cause de son absence due à une mission au sud du pays. Du coup, la Chinoike s’est retrouvée au pont et elle sait qui y était vu que certains ont la langue bien pendue au sein de son clan. La destruction du pont et le retour de deux nukenin dont l’une faisait partie du clan Inuzuka. La soldate avait entendu parler de cela, mais apparemment, cette Ayuu a dû participer sans l'aide de l'ancien Empereur et de ses alliés. En dehors de cela, la rosâtre n’a pas pu suivre le reste de la révolte et elle n’avait pas d’autres informations à lui donner.

« Je vois, tu étais donc au pont avec cette Inuzuka Ayuu et le Fidèle. Je ne pointerai pas le fait de votre présence sur le pont. Cela dit, les membres de mon clan ont une certaine fierté et le fait que le clan Inuzuka a osé commettre un coup d’Etat contre l’Empereur. Tu t’es retrouvé, au milieu d’un conflit malgré ta condition physique. J’aime beaucoup mon clan, mais ils auraient pu éviter de t’attaquer avec ton état. Cela dit, s’ils ont reconnu Inuzuka Ayuu, en plus de la présence du Fidèle, il ne fallait pas s’attendre à une quelconque…comment dire…sympathie de leur part. Je dois t’avouer qu’ils sont assez spéciaux de ce côté-là de la famille. » Dit-elle d’un air un peu embarrasser. « Enfin, je ne suis pas au courant de tout non plus, malgré les discussions de certains au sein de mon clan. Or, j’espère que ça ne se reproduira plus afin d’éviter de mettre des civils en danger à cause de certains. Il y a un idiot qui a inondé une partie de la capitale…franchement… » Soupire-t-elle. Apparemment, Katsuko ne leur en veut pas à ces trois-là, malgré son sourire, ça ne prend pas pour Kisara. La Shinrin a vécu assez longtemps à travers la guerre civile et diverses missions pour qu’on n’oublie pas facilement ceux qui ont tenté de nous tuer. La Guerrière Sylvestre ne va rien dire là-dessus et écouter la suite de sa prise de parole. Kisa rigole quand cette dernière parle de la nourriture infecte des hôpitaux, là-dessus, elle n’avait pas tort du tout. « Je comprends, j’ai déjà vécu ça et je préfère un bon restaurant. Cela dit, je peux vous conseiller une auberge, se trouvant près de la grande place ou alors, je peux vous héberger, jusqu’à votre départ. Il y a de bons restaurants dans le coin ou alors, je cuisine plutôt bien, de même pour ma femme. » Dit-elle avec un léger sourire.

Katsuko souhaitait savoir si Kisara avait d’autres requêtes à formuler ou d’autres points dont sa curiosité pourrait être attisé. En tout cas, la rosâtre semble motiver à reprendre du service dès qu’elle sera rétabli et c’est une bonne mentalité. « Hum…Parle moi de toi. As-tu de la famille ? Un petit ami ou une petite amie ? Où comptes-tu voyager après ta guérison ? Je me montre un peu trop curieuse, désolée. J’aime connaître de nouvelles têtes et tu me sembles intéressante, j’aimerai te connaître. Si tu as des questions sur moi ou autres choses, n’hésites pas. Je tenterai de faire de mon mieux. Ah ! Je me disais aussi, mais comment comptes-tu récupérer ta jambe ? » Demande-t-elle d’un air curieux.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Sam 20 Aoû 2022 - 23:33
Après avoir répondu aux premières questions inquisitrices de la Shinrin, la vampire l'écouta avec un sourire doux. Elle l'amusait, avec cette hésitation qu'elle conservait, entre le tutoiement et le vouvoiement. Garder l'écart, les signes de respect protocolaires, cela semblait complexe pour la soldate. Qu'importe. Katsuko n'était pas affectée par ce genre de détails. Malgré sa naissance parmi la noblesse de Taiyo, elle avait depuis longtemps apprit à se détacher de ces facéties de bourgeois endimanchés, uniquement inquiétés par le paraître aux dépends de tout le reste. Mais peut-être n'était-ce lié qu'à leur écart d'âge, puisque la femme semblait d'âge mûr alors qu'elle-même n'avait que vingt quatre ans. Voilà même qu'elle l'appelait jeune fille.

« J'ai fait une erreur pendant l'affrontement, je le paie aujourd'hui et puis les mois, les années à venir. J'ai retenu la leçon en tous cas. Celle de prioriser ma défense quand je me bats aux côtés de gens que je ne connais pas plutôt que de croire qu'ils sauront apporter les défenses adaptées pour nous protéger tous. Mais des messages ont été envoyés, des irounins devraient finir par arriver. »

En racontant l'histoire de la requête du Teikoku envers les autres pays de la Coalition, c'était surtout elle-même que la Chinoike essayait de convaincre. Qu'elle essayait de rassurer. Elle voulait se dire de ne pas s'inquiéter. De patienter. Qu'on lui promettrait qu'elle retrouverait sa vie d'avant.

« L'Inuzuka est arrivée après coup. Mais encore une fois, qu'importe, dans la tension du moment, je peux comprendre que les esprits se soient échauffés. Je veux bien te croire sur leur côté... Spécial cela dit. L'idée de tuer le Fidèle leur semblait appréciable à en juger leur hâte à l'attaquer. »

Kisara reprit alors, semblant elle aussi avoir quelques informations malgré tout. Affaiblie suite à l'affrontement, la kazejine était restée à l'hôpital le temps que les remous se calment. Ainsi le centre-ville avait été touché par un hijin qui avait employé une technique suiton de suffisamment grande envergure pour causer une inondation...

« Je vois... »

N'insistant pas sur le sujet car n'ayant aucune question qui lui venait sur l'instant, l'indépendante laissa la discussion suivre son fil, riant un peu avec la soldate autour de la nourriture des hôpitaux, sans doute le dernier de leurs soucis au milieu de nombreux blessés en permanence, que ce soit par des missions, des accidents ou des entraînements trop rudes, quand ce n'était pas tout simplement ce genre de chaos général qui leur tombait dessus. En vérité, elle ne leur en voulait nullement, mais la perspective d'un bon restaurant était toujours plus agréable.

« M'héberger ?.. Ma foi, si ça ne te dérange pas, je te le demanderai peut-être lorsque j'aurais reçu une prothèse convenable. Le temps de la rééducation. Ce sera forcément meilleur que l'hôpital de toutes façons. »

Proposant alors de continuer l'échange d'informations, la Chinoike ne s'était cependant pas attendu à une requête d'informations personnelles. Mais c'était elle qui avait offert la possibilité de la questionner, elle se voyait donc mal tout lui refuser en bloc.

« Ma mère et mon frère sont encore en vie, et... J'aime un homme depuis quelques temps maintenant. Mais j'ignore où il est actuellement. Je lui ai envoyé une lettre, j'espère qu'il pourra venir. »

Elle avait légèrement rougit en parlant de Taishi. Elle espérait qu'il viendrait bientôt. Il y avait bien peu de situations où elle avait envie de se blottir dans les bras de quelqu'un, et bien peu de candidats à cette place. À vrai dire, c'était même la première fois, et il était le seul à qui elle souhaitait demander cela.

« Je t'ai proposé, alors je suppose que c'est normal que tu poses tes questions, je ne t'en veux pas. Pour ce que je compte faire une fois rétablie... Je pense aller à Kumo. Je dois discuter avec des Metaru à propos d'armes en ma possession. Et pour ma jambe, comme je te l'ai dit, Hanzo... Enfin l'Empereur a fait envoyer des messages aux autres puissances pour demander une assistance irounin. Ils devraient arriver sous peu je l'espère. »

Soupirant un peu, sourire perdu dans ces quelques instants où elle repensait à son état, à son attente, la vampirette aux yeux rougeoyants se força quelque peu à rafficher une façade souriante pour ne pas inquiéter outremesure cette soldate. Mais voilà qu'elle lui proposait de la questionner à son tour. Ce qui était plutôt normal, mais cela la surprenait malgré tout vu le peu d'humanité dont avaient fait preuve les trois qui l'avaient attaqué quelques jours plus tôt.

« Et bien... Je te retourne tes questions, ta famille proche est-elle toujours avec toi ? Ou font-ils parti des Shinrins d'Hayashi ? J'ai un peu entendu parler de votre clan dans leur histoire globale, mais rien de précis. Tu as parlé d'une femme aussi, ou j'ai mal compris ? Tu as de la chance d'avoir de la stabilité avec elle. Même si je ne sais pas si j'aimerais ce genre de carcans. J'ai toujours été plutôt volatile sur ce plan. »

Amusée, elle s'étira un peu avant de continuer.

« Est-ce que tu as voyagé déjà ? Et y a-t-il des endroits où tu rêverais d'aller ? Est-ce que ça vous est possible d'ailleurs de partir quelques temps ? Les villages shinobis ont tendance à être très fermés, mais qu'en est-il de la position de l'Empire ? D'ailleurs, c'est quoi, ta position à toi dans l'armée ? Si tu es bien dedans ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Dim 21 Aoû 2022 - 11:20




Patiente cantilène


Apparemment, ce combat contre cet ennemi aux ruines de Shinto a marqué la jeune femme. Et cela n’est pas anodin, après tout, elle a perdu sa jambe et elle se retrouve dans l’incapacité de mener la même vie qu’avant. Katsuko s’était dit être une voyageuse et une informatrice, sa situation l’empêche alors de bouger en dehors d’Urahi et donc de continuer sa mission d’informatrice afin de récolter ses informations aux quatre coins du Yuukan. Aujourd’hui, elle paye son erreur, comme elle le dit et ça continuera pendant des années. Apparemment, certains soldats ne possédaient pas les défenses adéquates et elle a fait de son mieux pour les protéger, au péril de sa vie et dans ce cas-là, de son corps. Or, son envie de se défendre elle et non les autres pour les autres combats n’est pas une meilleure idée. C’est ainsi qu’elle risque de se retrouver dans une situation difficile. Cela dit, elle a combattu à côté d’allié dont elle ne connaissait pas les capacités offensives ni défensives, ça devait être cela. Cependant, il semblerait que des messages ont été envoyé dans le monde pour faire venir des Irounin. « Hum…c’est une bonne nouvelle si des messages ont été envoyé, en espérant qu’on nous envoie de l’aide. Et je peux comprendre que tu regrettes d’avoir fait de ton mieux pour aider certains, au péril de ta jambe. Cependant, il y aurait eu plus de morts sans ton aide. La vie de ninja/soldat est difficile et parfois, il faut savoir prendre des décisions difficiles pour la survie de son prochain. Malheureusement, je suppose que tu as combattu au côté d’allié sans connaître leur capacité à combattre ou à se défendre. Là-dessus, on ne peut en vouloir à personne ni à soi-même. Or, tu as bon fond, je suis sûre et en protégeant ton prochain, alors plus tard, on te rendra le retour de la monnaie. » Finit-elle avec le sourire.

Et il semblerait que la révolte des Inuzuka contre l’Empire soit arrivé peu de temps après son combat. La pauvre a dû enchainer affrontement sur affrontement. Kisara s’en voulait un peu de ne pas être présente à ce moment-là pour l’aider, même face à des membres de son clan. Contrairement à ce que l’on peut penser, Kisa aurait été présente, elle aurait tenté d’éviter qu’on s’attaque à une personne affaiblie physiquement, contrairement à ses cousins et cousines. Ce qui est fait, est fait, mais bon, il y avait un conflit donc les esprits étaient bouillants et avec l’envie d’en découdre. De plus, le Fidèle était présent à ce moment-là, il y avait de quoi avoir envie de le combattre ou de la tuer. Si la Blanchâtre aurait été présente, elle aussi, aurait bien voulu le combattre, même si elle n’est pas de taille contre un tel ennemi. Elle se met à soupirer. « Je ne vais pas te mentir, si j’avais été présente au pont, j’aurais aussi eu envie de me confronter au Fidèle. Cela dit, j’aurais fait en sorte de t’écarter du combat sans chercher à te tuer. Enfin, ce qui est fait, est fait, on ne peut plus revenir en arrière. Navrée si trois de mon clan t’ont donné une mauvaise image des nôtres, Katsuko-san. »

Pour ce qui est de l’attaque au sein de la capitale, c’est-à-dire, d’un Suiton de haut rang provenant d’un soldat de l’Empire, Katsuko ne savait pas quoi dire. Cela dit, il n’y avait pas matière à débattre là-dessus. N’importe qui dirait que c’était stupide et inconscient d’utiliser un tel jutsu en pleine ville avec des innocents. La Shinrin espérait que le soldat ayant usé de ce jutsu sera sévèrement puni pour cet acte. Pour le moment, elle n’avait pas à dire que faire à sa hiérarchie et elle retourne se concentrer sur la Chinoike. Kisara se met à lui poser bien des questions sur elle afin d’apprendre à mieux la connaître. Au vu de ses exploits au Teikoku, ça la rendait intéressante et ça donnait envie d’en savoir un peu plus sur la rosâtre. Mais avant, il était question de l’hébergement de Katsu vu qu’elle passait son temps à l’hôpital et niveau confort ou gastronomie, ce n’était pas toujours le top. En tout cas, la voyageuse accepte sa demande de l’héberger dans sa demeure. Cela donne le sourire à Kisara. « Ça ne me dérange pas sinon je ne te l’aurais pas proposé, voyons. Je serais heureuse de t’héberger dès que tu auras reçu ta prothèse. Je te gâterai en repas, ma belle. » Dit-elle avant de passer à la prochaine session de question que la Chinoike n’hésite pas à répondre. La Gardienne Sylvestre était bien heureuse de se faire une nouvelle amie dans les rues d’Urahi et ça pouvait qu’aider à rendre le monde meilleur.

L’écoutant attentivement Katsuko, cette dernière avait donc une mère et un frère encore en vie. En plus de cela, elle est amoureuse d’un homme et elle rougissait en disant cela, elle était mignonne avec cette réaction. Cela dit, Katsu ignore où il se trouve en ce moment, mais elle a quand même tenté d’envoyer une lettre à ce dernier. « Que tu es mignonne, Katsu en rougissant ainsi, tu es un amour. J’espère qu’il viendra te voir. » Dit-elle avec un grand sourire. En tout cas, la Chinoike ne lui en voulait pas de poser des questions, après tout, elle lui avait proposé. Et il n’y avait rien de mal de se lier d’amitié avec quelqu’un en apprenant à le connaître. La jeune fille, une fois rétabli, souhaite partir pour Kumo afin de rencontrer des Metaru à propos de ses armes. Ce n’était pas une mauvaise idée, leur forge est d’une grande qualité dans tout le Yuukan et ils sont l’un des experts en armement et la forge dans le monde. Et pour sa jambe, Hanzo, l’Empereur actuel, a envoyé des lettres partout dans le monde pour faire venir des Irounin pour aider les blesser. « Je vois, tu as bien des projets pour quand tu pourras te déplacer à nouveau à l’aide d’une prothèse. Si vous avez besoin d’un bois résistant, je peux vous donner mon mokuton gratuitement. » Dit-elle avec le sourire. « Et te rendre à Kumo pour ce que tu as à faire, c’est une bonne idée surtout avec leur connaissance en armes et métal pour une idée de renforcer tes armes. » Dit-elle calmement.

Maintenant, il était au tour de Katsuko de poser des questions à la femme afin de la connaître. Cela la faisait sourire et ses questions étaient intéressantes. La Shinrin allait prendre le temps qu’il faut pour bien répondre à tout ceci. « Mes grands-parents sont toujours vivants et assez bonne forme malgré leur grand âge, ce qui est assez impressionnant à quatre-vingt-quinze ans et quatre-vingt-dix-sept ans. Cela dit, mes parents sont morts, alors que je n’étais qu’une gamine. Mon époux est décédé lors d’une escarmouche dans Hi no kuni afin de me protéger moi et notre fille. Eh oui, je suis maman d’une fille de dix-sept ans qui est en plus, soldate de l’Empire également. Elle est ma fierté et mon rayon de soleil, ma raison de vivre. Cela dit, je me suis « remariée » avec une femme, Hatake Chitose, une élémentaliste et soldate de l’Empire également dans l’unité territoriale. Donc même si j’ai perdu mes parents et mon époux, j’ai encore de la famille près de moi. Je suis extrêmement proche de ma femme et je l’aime plus que tout au monde, ça fait une dizaine d’années qu’on est ensemble. » Dit-elle avec un léger sourire, après tout, Chitose l’a aidé à sortir de sa dépression et sa colère après la mort de Uryû. « Pour les Shinrin d’Hayashi, je suis assez proche d’eux dans un certain sens, or ils sont plutôt discrets, mais la branche de ma famille est liée à eux et je suis la nièce de Mokko, parmi tant d’autres, je suppose. » Dit-elle en regardant Katsuko.

Elle se met à prendre une bouffer de son tabac dans sa kiseru et relâche la fumée, afin de marquer une légère pause. À présent, elle reprend la parole pour répondre au reste des questions de Katsuko. « J’ai déjà voyagé enfin si on peut appeler ça, voyager. Je suis allée d'Hayashi à Hi no kuni, bien avant la création de l’Empire par Yamanaka Rei. Et je suis allée à Kumo durant l’annexion, j’ai un peu visité Kaminari, même si c’était pendant des patrouilles, mais au moins, j’ai un peu découvert le pays. Cela dit, j’aimerai bien me rendre dans d’autres pays, comme Mizu no Kuni, Tsuchi no Kuni, Ame no Kuni ou bien…hum…découvrir un nouveau pays. En réalité, il y a beaucoup de choix, d’où mon envie d’intégrer l’unité Coloniale pour réaliser ces rêves. » Dit-elle fumant toujours sa kiseru. « Hum… Contrairement aux autres villages ninja…je dirais que les soldats ont une certaine liberté de pouvoir sortir d’Urahi et voyager dans Hi, mais interdiction de quitter le pays sans autorisation. Cela dit, les départs d'Urahi sont notifiés et donc, il est impossible pour un simple soldat de partir sans que qui ce soit est au courant. Par exemple, je suis que soldate dans l’Empire, si je quitte Urahi pour aller dans Hi, ça sera noté quelque part et si je mets trop de temps à revenir, on ira vérifier si j’y suis avant de décider si j’ai déserté ou non. Généralement, je me rends au domaine Shinrin donc ça passe. Il est peu commun de laisser un soldat dans Hi pour une mission ou voyager tout seul, au risque de le retrouver mort. Et depuis la désertion de cinq Teikokujin dont l’ancien Empereur, ce n’est plus pris à la légère. Et surtout depuis la révolte des Inuzuka. » Dit-elle d’un ton calme. « D’autres questions ? Et parles-moi un peu de la politique des villages ninja ? S’il te plaît. » Demande-t-elle.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Sam 27 Aoû 2022 - 0:05
Neiko fit un petit non de la tête, la Shinrin n'avait pas compris ses paroles. En se passant la main dans les cheveux, elle réfléchit à une autre manière de l'expliquer.

« Face à l'offensive qui nous a atteint, j'ai choisi de laisser un autre nous protéger tous. J'aurais dû m'en charger moi-même au lieu d'essayer de contre-attaquer. C'est tout ce que je dis, pas que je regrette d'avoir aidé à sauver Urahi de cette menace. »

Alors que la discussion tournait autour de la tentative de coup d'État des Inuzukas, la réponse de Kisara lui arracha un sourire. Si elle avait vu véritablement la bête combattre, elle saurait que ce n'était certainement pas une bonne idée de l'affronter, ou en tous cas de le faire seul. L'homme dégageait une puissance hors du commun comme elle en avait peu vu.

« C'est ambitieux. Pour avoir entrevu ses capacités, je te garantis que je n'ai pas envie de le mettre en colère. »

Riant un peu, elle s'étira alors avec son habituelle félinité. Le Fidèle était véritablement terrifiant et elle n'aurait pas souhaité l'affronter. Que ce soit la puissance qui se dégageait de lui ou la résistance qu'il avait démontré face aux assauts multiples de ses adversaires, rien ne laissait transparaître de faiblesse à exploiter, ce qui était plutôt le domaine de la vampire. Trouver et jouer avec les failles. Un adversaire tel que lui qui ressemblait plus à un roc qu'à un être humain une fois déchainé ne lui inspirait rien de bon.

La conversation dévia alors sur les conditions de séjour de la jeune femme aux yeux carmin, puis vint une proposition à laquelle elle ne s'attendait pas. Il était rare que les gens acceptent de vous inviter d'eux-mêmes dans leurs demeures avec si peu d'informations sur la personne à qui il proposaient cette aide. Si celle-ci était la bienvenue, les expressions de la Shinrin avaient le don de la mettre légèrement mal à l'aise. Elle se sentait infantilisée encore une fois, mais elle faisait bonne figure. Il ne faisait aucun doute aux yeux de l'indépendante que cette femme d'âge mûr la voyait plus comme une enfant que comme une adulte. Et sa blessure ne devait rien arranger. Elle voyait bien qu'il n'y avait aucun mauvais sentiment dans ses paroles, que c'était là simplement le naturel de la Shinrin. Pourtant, la fière kazejine ne pouvait s'empêcher d'être agacée par ces surnoms qui se voulaient mignons et qui lui donnaient surtout de n'être qu'une gamine perdue au milieu d'une cité immense.

Quand elle dévoilà avoir envoyé une lettre à Taishi, les nouvelles réflexions lui arrachèrent un rire gêné. Mignonne. Vraiment ? Une traqueuse tueuse, kunoichi expérimentée qui avait affronté et envoyé dans les tréfonds des enfers un samouraï mort-vivant qui aurait aussi bien pu porter la peste tant sa puanteur était destructrice, qui avait perdu une jambe au combat, elle la voyait comme mignonne ? Le mot lui semblait véritablement étrange au vu de son état, de tout ce qu'elle avait accompli. Elle était aussi rapidement passé du stade respectueux au stade où elle la surnommait. Trop rapidement au goût de la vampire. Mais elle faisait bonne figure, reprenant un sourire professionnel, un sourire de noble. Un sourire de façade. Cela dit, ce dernier était très bien léché, endurci par des années à devoir sourire aux prétendants qui son père lui présentait. Des gens à qui elle ne devait surtout par faire mauvaise impression sans quoi les punitions ne s'arrêtaient que lorsqu'elle perdait connaissance ou que le médecin de la maisonnée ne s'interposait pour ne pas qu'elle y perde la vie.

Heureusement, la suite de la discussion se fit plus agréable alors qu'elles passaient sur la vie de la Shinrin. Kisara était plutôt prolifique en informations, aimant visiblement discuter de longues heures autour d'un thé. Ou du moins c'était l'image que s'en faisait désormais la Chinoike. Aucune trace de méchanté dans ce qu'elle voyait, simplement un tact avec des étrangers qui semblait plutôt léger, une familiarité qui n'était pas foncièrement dérangeante tant qu'elle ne lui donnait pas l'impression d'être une enfant face à cette dame aux longs cheveux blancs.

Un sourire bien plus apaisé et sincère s'en vint alors que la femme détaillait ses liens avec sa famille. C'était plaisant d'entendre ainsi que des gens parvenaient à avoir une vie heureuse au milieu de ces malheurs perpétuels. Qu'au milieu de la mort certains à dénicher un peu de paix. Plus que plaisant même, c'était rassurant. Non pas que ce soit ce que la vampire cherchait pour elle-même, mais c'était une idée motivante de ne pas se battre contre un fou pour un monde qui n'en valait pas la peine. Si le combat devait avoir lieux, c'était pour protéger ce genre de famille. Pour leur éviter plus de souffrances.

« Mes condoléances pour tes parents et ton époux... C'est heureux que tu aies pu retrouvé quelqu'un et que ta fille aille bien. J'ai entendu dire que c'était la plus grande des pertes pour ceux qui avaient ce malheur. Je suppose que les enfants sont un puissant facteur de motivation pour continuer le combat. »

Elle même n'en avait pas besoin, mais peut-être serait-ce important pour Hanzo et pour Kenpachi qui avaient tous deux aussi perdu une jambe. Ce n'était pas chose facile de retourner au combat dans cet état.

« J'ai entendu dire que les clans étaient de grandes familles oui. La mienne est bien restreinte mais elle me suffit. »

Elle préférait cet aspect là de sa famille, elle lui permettait plus aisément de s'émanciper là où, de ce qu'elle avait entendu, les clans pouvaient devenir de véritables carcans. Dérivant ensuite sur les voyages, sans doute l'un des sujets favoris de la vampirette à bien y penser, elle écouta avec attention les explications de la Shinrin. Cette dernière avait quelques aspirations, mais elle semblait avoir été assez sédentaire contrairement à l'informatrice qui avait passé ces dernières années à bouger, bien qu'elle aurait aimé le faire encore plus, bloqué par moments par divers évènements plus ou moins déplaisants. Enfin, le dernier en date était le pire, une fois qu'il serait passé, elle espérait ne pas avoir à revivre ce genre d'enfer, bien que ce dernier ne se soit avéré bien plus court que son séjour à Iwa pour le moment.

« Je vois, c'est logique dans un sens... Mais je n'aimerais pas être ainsi rattachée avec une laisse à un village. Je préfère ma liberté. Pour la politique, je ne peux malheureusement pas trop t'aider... Je ne me suis pas suffisamment penchée sur l'une ou l'autre de ces entités. Je sais juste qu'Iwa est aussi commerçant qu'on le dit et que Kiri, même si elle est plus calme, reste bien vivante. La brume n'arrête pas les marchands là-bas non plus. »

L'informatrice avait, à vrai dire, bien peu d'informations nouvelles ou particulières à partager ces temps-ci. Tout juste pouvait elle aller enquêter suite aux requêtes qu'on lui faisait, mais pour l'heure, elle se devait d'attendre sagement ici qu'elle ait ses soins et qu'elle puisse commencer sa rééducation.

« Sinon... D'autres questions... Oui, connais-tu le Porte-parole actuel ? Qu'en penses-tu ? Est-il comme l'Empereur, comme le trio qui m'a attaqué, ou plutôt comme toi ? »

En l'absence de Seiun, elle avait entendu dire qu'un nouveau Porte-parole avait été nommé, mais elle ne savait même pas son nom, simplement que c'était lui qui s'occupait de transmettre les ordres d'Hanzo tant que ce dernier était cloué au lit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Dim 28 Aoû 2022 - 10:57




Patiente cantilène


Apparemment, Kisara avait mal compris les propos de Katsuko, à propos de ce qui s’était passé au ruine de Shito. Ainsi, la blanchâtre écoute attentivement la nouvelle explication, courte et simple, de la rosâtre. Ainsi, elle découvrit mieux ce qui s’est passé, c’est-à-dire, le fait que Chinoike avait laissé la gestion de la protection du groupe à quelqu’un d’autre. En effet, elle avait décidé de passé à l’action pour combattre ce samouraï et de faire confiance à un soldat Hijin pour leur protection. Et c’est ce choix qu’elle regrettait amèrement depuis son retour à Urahi et avec la perte de sa jambe. Cela dit, Kisa la comprenait un peu mieux à présent. « Oh, je vois. Navrée d’avoir mal interpréter vos propos, ma chère. » Dit-elle d’un ton calme. Il était inutile de rajouter d’autres éléments ou sujets liée à cet événement qui a frappé Hi no Kuni et certains soldats. La Shinrin ne souhaitait pas trop déprimer la jeune femme ni lui rappeler de mauvais souvenirs, ce n’était pas son intention. Cela dit, il était important de chercher à mieux se renseigner sur tout ce qui s’est passé durant son absence. Et de retour sur le sujet de la révolte Inuzuka, Katsu a juste répondu à l’envie de Kisara de combattre le Fidèle, un jour ou l’autres. Or, la femme à la chevelure rose lui déconseille fortement de se frotter à ce dernier. Il était trop dangereux et puissant pour n’importe qui, surtout en un contre un. Après tout, elle a entrevu ses capacités et malgré les ambitions de la Sylvestre des bois, il ne fallait pas qu’elle se brûle les ailes trop rapidement.

« Je vois, je vais éviter que certaines de mes ambitions m’emmènent trop tôt dans le monde des Esprits. Je n’aimerai pas avoir le regret que ma fille et ma femme soient malheureuses. » Dit-elle d’un air un peu triste, en ayant une image de sa famille en train de pleurer sa mort. Cependant, le risque de mourir est toujours présent surtout quand on est soldat ou ninja dans ce monde. Ce possédant du chakra sont les armes des Daimyô ou Empereur et une arme sert dans les combats. On peut se préparer pendant un long moment à la mort, mais au fond, on ne l’est jamais surtout avec certaines attaches en ce bas monde. Pour la suite, la discussion se tournait sur elles, entre lieu de repos hébergement et vie de famille. Des sujets de conversation plutôt sympas et qui changeaient drastiquement du samouraï et de la révolte. En tout cas, Kisara appréciait de discuter de tout et de rien, comme si elles se connaissaient depuis un moment. De toute manière, la Shinrin est loin de se prendre la tête tout bêtement, tant qu’elle peut se faire une amie ou bien, discuter sans que cela provoque une quelconque drama inutile. Apprendre à se connaître, même avec une étrangère, il n’y avait rien de mal. C’est ainsi que le monde peut se comprendre et aller de l’avant.

À la suite de la prise de parole de Kisara au sujet de sa famille, Katsu a des paroles attachantes et sympathiques à son égard. Il est vrai que les enfants sont un facteur puissant pour redonner le moral et reprendre le combat. Mei a été une source d’énergie après la mort d'Uryû et Chitose, sa nouvelle femme, a été très présente et protectrice à son égard. Elle leur voue un amour sans précédent. « Je te remercie, tes mots font chaud à mon cœur, Katsuko-san. Eh oui, la plus grande perte qu’on peut ressentir, c’est celle d’un être aimé. Heureusement, comme tu l’as dit, un enfant, c’est un puissant facteur de motivation pour retourner au combat, mais surtout pour reprendre goût à la vie. Et puis l’amour est une lumière qui nous éloigne de plus en plus des ténèbres tant que tu ne t’égares pas dans l’excès comme une jalousie trop oppressante. Enfin bref, elles sont mes deux soleils. » Dit-elle avec le sourire. Les clans une grande famille ? La sienne restreinte ? Il y a du vrai dans ses paroles, mais certaines traditions dans les clans ne sont pas forcément bonnes pour tous. Cela dit, c’est une autre histoire. « En effet, les clans sont une grande famille, peut-être pas tous uni et joyeux mais disons qu’il est rare qu’un clan accepte qu’on touche à l’un des leurs. Cela étant, je ne connais pas la mentalité des autres clans. » Dit-elle d’un ton calme. Par la suite, Kisara explique certains détails sur la liberté des soldats dans leurs déplacements au sein de l’Empire. Cela pourrait permettre à Katsuko de comparer avec les villages ninjas.

Son envie de voyager, la politique de déplacement du Teikoku, des sujets sérieux et intéressants à la fois dont Kisara partageait avec la rosâtre. En plus de l’intérêt que porter la Shinrin sur la politique des autres villages et pays du monde. Après tout, Katsu est une voyageuse. La réponse de cette dernière reste assez intéressante et logique. Elle n’aime pas être tenue en laisse par un village, après tout, elle est habituée à voyager et de ne pas dépendre d’un village. Pour la politique, elle ne s’y connaît pas trop ou du moins, elle n’a pas été trop regardante sur ce sujet. Hormis qu’Iwa est une cité commençante et que Kiri est assez calme, mais ne stoppe pas les marchands. « Je vois, ça me donnera envie de connaître tout ceci, lorsque je pourrais me déplacer de village en village et de pays en pays pour connaître tout ceci. Et je comprends ce que tu dis, à propos de ta liberté, vu tes habitudes, c’est logique de ne pas dépendre de quelqu’un ou d’un village. » Dit-elle. D’ailleurs, la Chinoike avait des questions à propos du porte-parole de l’Empereur, Shinrin Yoshio. Étrange que cette dernière souhaite en savoir sur l’une des nouvelles figures importantes du Teikoku. « Hum… Je ne le connais pas trop, je n’ai pas encore l’occasion de le côtoyer pour le moment. Cela dit, j’ai eu quelques échos sur lui, après tout, je suis du clan depuis bien des années. Je te conseille de ne pas le provoquer ni de lui manquer de respect. Cela dit, je ne l’apprécie guère, il voit les femmes comme de simples objets sexuels et il est trop insolent. Donc si tu décides d’aller le voir pour parler, je te conseille de te méfier de lui et du ton que tu utiliseras à son encontre. Il n’est pas le fils de Kanshisha pour rien. » Dit-elle d’un air sérieux. « Cela dit, pourquoi me poser des questions sur lui ? Et que lui veux-tu ? » Demande-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Dim 28 Aoû 2022 - 22:33
D'un simple signe de main, la vampire rassura la Shinrin. Ce n'était rien, elle ne lui en voulait pas, pas besoin de s'excuser. Elle savait bien que parfois, des incompréhensions arrivaient et causaient des désastres mais là, ce n'était pas très important. Le ton changeant de la femme la perturbait, mais petit à petit, elle s'y habituait. Tantôt "ma chère", tantôt "ma belle", des nuances qui lui donnaient l'impression que par instants, Kisara se contrôlait et qu'à d'autres, le naturel revenait de lui-même. La gêne initiale passée, elle commençait à ne plus réagir du tout aux modifications de ton sans doute involontaires de la femme qui semblait faire de son mieux pour communiquer de la manière qui la dérangerait le moins. La vérité, c'était simplement qu'elle n'y prêtait guère attention. C'était bien là l'un des aspects nobles qu'elle n'appréciait pas, cette envie permanente de supériorité et de requête de respect à outrance. Ce dernier se méritait et s'obtenait naturellement, il ne se réclamait certainement pas grossièrement.

« Il faut savoir prendre son temps oui. »

Un léger sourire amer sur le visage, la jeune femme qui ne souhaitait que partir de la capitale de Hi était bien obligée de prendre le sien ces temps-ci, aussi ne pouvait-elle qu'écouter son propre conseil pour apaiser son impatience brûlante. Offrant ses condoléances, elle écouta la réponse émue de la mère-veuve, son sourire changeant de teinte alors qu'elle évoquait la jalousie. Si elle en ressentait un peu quand elle voyait une autre femme avec Taishi, elle n'en avait aucune à savoir qu'il allait avec d'autres femmes. Non, c'était simplement de rester extérieure tout en le voyant faire qui l'ennuyait tout particulièrement. Quelque chose que peu de personnes partageaient, la plupart étant avant tout possessifs de ce qu'elle avait compris. Un partenaire à soi, à soi seul. C'était une forme de privation de liberté à laquelle Katsuko ne voulait pas participer. Elle avait déjà du mal à comprendre que certains puissent le souhaiter et refuserait toujours qu'on le lui impose.

« Je vois, tant mieux si tu t'entends bien avec les tiens en tous cas. »

Dirigeant finalement la conversation vers les voyages, elle appréciait découvrir les désirs des gens. Parfois ces idées en faisaient naître en elle, lui révélaient quelques bonnes idées. Et en effet, comme le concluait l'hijine, elle préférait sa liberté à tout le reste. Il allait sans dire qu'elle ne pouvait vivre sans elle. Se lier à un village sur du long terme était impensable.

« Merci pour l'avertissement. Et pour la raison, elle est bien simple. Je compte aller lui parler une fois que je serai capable de me tenir sur mes deux pieds. Je ferai donc bien attention à mon ton à ce moment là. Tu as parlé de Kanshisha, tu peux m'en dire plus sur lui ? D'ailleurs, est-ce que tu connais leur rapport à l'Empereur ? Est-ce que je ferais bien de mentionner mon accord précédent avec ce dernier ou le sujet est-il à éviter ? »

L'avis de la Shinrin pouvait potentiellement la sauver de bien des ennuis si elle y allait en sachant à qui elle s'adressait. Alors autant profiter de l'occasion pour s'informer. Après tout, qui de mieux pour savoir les relations intra-claniques qu'un membre du clan en question ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Mer 31 Aoû 2022 - 10:09




Patiente cantilène


Une discussion plutôt simple et agréable avec Katsuko dont Kisara ne regrette pas d’avoir eu. Elle avait bien fait de venir dans ce lieu afin d’y croiser cette jeune femme. La soldate avait pu longuement parler avec la rosâtre, de pas mal de sujets. L’Esprit de la maladie aux ruines de Shinto, la révolte du clan Inuzuka ou encore, de divers sujets comme la famille et leur envie de voyager. Tout ceci s’était plutôt bien passé et Kisa avait remarqué que la Chinoike avait un peu marre que sa liberté soit enchaînée à la perte de sa jambe. En effet, ça pouvait se comprendre surtout pour quelqu’un comme elle, qui voyage au-delà des frontières. Katsu est une informatrice et rester enfermer à Urahi ne l’aide pas dans son métier, même si elle peut obtenir des informations. Cela dit, le dernier sujet avait tout de même surpris la Shinrin. Katsuko souhaitait rencontrer le porte-parole de l’Empire, pour une raison assez obscure aux yeux de la blanchâtre. Le connaître ? Yoshio est le fils de Kanshisha et quelqu’un de pas fréquentable avec son côté trop noble et insolent. Du coup, la jeune femme l’avait mis en garde le concernant afin que la jeune femme ne puisse pas commettre d’erreur et se retrouver dans une situation difficile. Quel intérêt avait-elle à vouloir le connaître ? Et qu’est-ce qu’elle lui veut ? Voici les questions que la Sylvestre Blanche avait demandées à son interlocutrice.

Kisara se met à écouter attentivement les réponses de Katsuko quant à ses questionnements sur son envie d’aller à la rencontre du porte-parole. Dans un premier temps, la Chinoike avait remercié la soldate pour son avertissement le concernant. Ceci dit, Katsu ne semble pas vouloir dévoiler ses intentions à la kunoichi. Enfin, cela dit, ça ne la regardait pas trop, mais bon, si elle peut lui donner son avis, ça pourrait peut-être l’aider. En dehors de cela, la rosâtre lui posent d’autres questions que ce soit sur Kanshisha et leurs relations avec l’Empereur. D’un air perplexe, elle se demandait de quel accord avait-elle bien pu parler avec Hanzo ? Étrange, mais sans information, la gardienne de la Nature ne peut pas trop l’aider sur ce plan-là. Enfin, elle va tout de même prendre le temps de répondre à ses questions. « Tu fais bien d’attendre d’avoir la possibilité de te mettre sur tes deux pieds, si tu comptes aller le voir. Et j’espère que tu retiendras ce que je t’ai dit à propos du respect et du ton employé. Ce dernier sait que tu n’es pas une soldate ni une Hijin. Même si tu as contribué à l’effort de guerre aux ruines de shinto ou tenter de calmer la situation entre trois Shinrin et des Inuzuka, il ne va pas forcément te dire oui à tout. Si tu dis quelque chose de mal ou si tu tentes de jouer à la supériorité avec lui, il va profiter d’une faiblesse, d’une information ou autres te concernant pour te rabaisser et t’envoyer boulet. » Dit-elle d’un ton calme.

Maintenant, il était temps de passer à ses questions, après que la Shinrin ait pu développer un peu plus le cas de Yoshio. Pour ce qui est de Kanshisha, le sujet va être un peu spécial et le reste également surtout pour la dernière question dont la blanchâtre ne connaît rien à leur deal entre elle et Hanzo. Un soupir s’échappe de ses lèvres avant de reprendre la parole. « Kanshisha est le chef du clan Shinrin et contrairement à moi, c’est un assimilateur Mokuton donc il est assez dangereux. Il reste puissant et il est très respecté au sein du clan, même vis-à-vis des anciens. Il a mené bien des combats que ce soit sur le plan du combat ou diplomatique. Il a grandement confiance en lui et il ne supporte pas trop les étrangers provenant d’autres pays surtout Kumo. Tout comme Yoshio, fait attention à comment tu lui parles et du ton que tu utilises. Pour son rapport avec l’Empereur, je ne les connais pas intimement, mais je sais qu’il tient assez à Hanzo et s’en sert comme…comment dire ça…moyen d’étendre son influence ainsi que celui du clan Shinrin au sein de l’Empire. À mon âge, j’ai déjà eu l’occasion de parler un peu avec lui ou de l’observer pour le cerner assez bien. Il est un peu manipulateur et cherche le pouvoir. » Dit-elle d’un ton calme. Selon elle, il ne sera pas tort de penser que Kanshisha se sert d'Hanzo telle une marionnette pour ses projets de puissance ou politique, même si actuellement, il n’a encore rien fait dans ce sens. « Pour ce qui est de ton accord avec l’Empereur, je ne sais pas de quoi il s’agit donc je ne peux pas m’exprimer là-dessus. Fais-moi part de cela et je pourrais sans doute t’aider. Et d’ailleurs, si tu veux rencontrer le Porte-Parole, je pourrais venir avec toi afin d’éviter des soucis. Je ne sais pas si il m’écoutera, mais sait-on jamais. » Dit-elle à Katsuko.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Patiente cantilène [Libre] Empty
Mer 31 Aoû 2022 - 19:01
La première remarque de la Shinrin suite à son explication quant à sa volonté d'en apprendre plus sur le Porte-Parole fit sourire la vampire. Elle avait vu de quoi étaient capables les Shinrin et ce à plusieurs reprises, Hanzo étant le premier parmi les traitres qui semblaient composer ce clan. Des vicieux qui ne semblaient avoir pour limites que des lignes arbitraires qu'eux seuls semblaient connaître. Heureusement, certains semblaient différents à en croire Kisara.

« Ne t'en fais pas, j'ai malheureusement reçu une éducation complète autour de ce monde pourri de l'intérieur. Je saurai faire bonne figure pour contenter ces hommes si j'ai les quelques ficelles pour éviter les impairs. Grâce à tes conseils, je suis certaine que tout ira bien. Et puis je ne vais pas non plus lui demander grand chose d'extraordinaire, donc tout ira bien, j'ai confiance. »

Laissant filtrer un peu plus de précisions sur ses intentions, la jeune femme espérait ainsi contenter la curiosité de la soldate qui semblait assez développée.

« Et je ne joue pas ce genre de carte lorsque je suis seule au milieu d'une capitale qui lui est plus ou moins fidèle, ne t'en fais pas, je tiens à ma vie ! »

Un sourire amusé sur les lèvres, elle n'était en effet pas suicidaire au point d'aller quérir son dû en insultant ou en tentant de jouer de sa puissance qu'elle ne possédait malheureusement pas tant. Après tout, elle avait passé des années à développer ses talents de discrétion et de détection, elle n'était absolument pas dans le domaine de la démonstration brutale, de celle qui pouvait convaincre par la peur. Non, celle qu'elle insufflait était plus insidieuse. Et elle se doutait que ce genre d'animal avait plutôt tendance à attaquer lorsqu'il était effrayé qu'à fuir ou se soumettre. Les Shinrins qu'elle avait rencontré jusque là n'étaient pas des plus réfléchis, la violence parlait en premier. Enfin, il semblait que l'exception à la règle soit devant elle. Si tant est qu'elle n'était pas en train de se faire manipulée par une envoyée du trio qui avait tenté de la tuer pendant la révolte.

Mais s'ils avaient voulu le faire, sans doute n'auraient-ils pas attendu si longtemps. Elle n'était pas si complexe à retrouver dans son fauteuil roulant. Oui, non... Pas la peine de douter de cela.

« Je vois. J'espère ne pas avoir affaire à Shinrin Kanshisha alors, il ne pourra pas m'aider je pense dans tous les cas. »

Voyant bien que la Shinrin insistait pour en savoir un peu plus, elle soupira légèrement et se gratta la tête. Bon, ce n'était pas véritablement secret et sa requête était assez simple, alors autant en parler. Qui sait, peut-être aurait-elle une bonne surprise.

« Je suis fondamentalement contre les actions de Sakaze Tôsen, d'autant plus suite à certaines révélations récentes dont je ne parlerai pas. Donc je veux aider la Coalition et connaître les contenus des différents Sommets qui se dérouleront à l'avenir. Je pensais rejoindre celui-ci mais j'ai appris sa date seulement en rentrant du combat contre le samouraï. Et c'était le même jour. Difficile pour moi de me traîner là-bas après un combat pareil. Mon accord avec Hanzo, c'était de récupérer les informations du Sommet en échange de mon aide contre le mort-vivant. Mais je n'ai toujours rien et j'ai perdu une jambe. Donc je veux juste une compensation puisque mes efforts à me montrer de votre côté semble vains. Apparemment il n'y a que ça qui nous intéresse, nous, les mercenaires. Donc je vais agir comme telle et attendre qu'on me paie pour aider plus encore. »

Elle soupira. Cette histoire la fatiguait. Combien d'efforts devrait-elle encore faire pour être acceptée dans cette fichue Coalition qui avait pourtant tant besoin d'aide ?

« Alors, avec ces informations, tu penses que tu peux m'aider ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Shinrin Kisara
Shinrin Kisara

Patiente cantilène [Libre] Empty
Ven 2 Sep 2022 - 9:36




Patiente cantilène


Un rappel n’est jamais mal, même si la Blanchâtre avait l’impression de se répéter. Kisara ne faisait pas cela pour embêter Katsuko, mais pour s’assurer qu’elle connaisse bien son futur interlocuteur lors d’un futur échange entre eux. Kisa n’est pas habituée à discuter avec certains membres du clan, mais juste à les apercevoir, écouter les rumeurs ou parfois, à participer à des réunions de clans. Elle n’a jamais parlé avec Yoshio, mais elle a entendu parler de lui et elle a pu voir très peu de ses interventions, au sein du clan. En y repensant, elle va avoir du mal à changer les mentalités de son clan avec des êtres comme Kanshisha et Yoshio, mais elle n’est pas du genre à baisser les bras. Retournant au cas de son interlocutrice, la Shinrin voulait s’assurer qu’elle a compris face à qui, elle va se trouver. Écoutant la Rosâtre, il semblerait que sa nouvelle amie ait reçu une éducation pour faire face à de telles personnes. Elle avait confiance et elle sait ce qu’il ne faut pas faire afin d’éviter la foudre du porte-parole. Et elle tient à la vie donc, elle n’irait pas tenter le Diable en le provocant ou autres. « Bien, ça me rassure alors. Tu es une fille intelligente, je te fais confiance alors pour parvenir à tes fins sans te le mettre à dos. » Dit-elle rassurer et souriante.

Par la suite, Katsuko voulait en savoir un peu plus sur Kanshisha et la Shinrin se met à parler de lui. La soldate avait des a priori sur son chef de clan et sa manière de penser ainsi qu’agir. Après tout, Kisara a vécu un long moment au côté du clan Shinrin en allant à Hi à leurs côtés. Elle a toujours connu que cet homme à la tête du clan et elle a combattu sous ses ordres bien souvent. Du coup, il n’était pas faute de le connaître un au minimum, sans pour autant être dans tous ses coups fourrés ni même parmi ces Shinrin digne de confiance. Après tout, il avait tenté de devenir Empereur, en usant le corps de Shinpachi et avec le soutien d'Hanzo ainsi qu’une certaine Fuuka. Ce dernier a perdu contre Sendai Yahiko, cela a été une surprise, mais il commence à se faire vieux. Tôt ou tard, quelqu’un décidera de le combattre à nouveau afin de le battre et prendre sa place. Difficile de savoir qui, mais on ne peut non plus pas ignorer son attachement envers son propre clan et son envie de bien faire, au nom de sa famille, les Shinrin. La Chinoike espérait ne pas avoir affaire avec lui et qu’il ne serait pas d’une grande aide. « Non, il ne vaut mieux pas. Cela dit, il a sans doute une certaine influence envers son fils, peut-être. De toute manière, il ne vaut mieux pas que tu mettes qui ce soit à dos, c’est assez tendu dernièrement à cause de la révolte des Inuzuka. » Dit-elle d’un ton calme. « Mais là-dessus, je te fais confiance. »

Cela dit, Kisara ne peut pas trop aider Katsuko ni donner un avis assez prononcé, sans connaître certains détails. En effet, la Chinoike parle d’une entente entre elle et l’Empereur, mais elle ne sait pas si ça pourra passer avec le porte-parole. Or, Kisa ne connaît rien de son accord avec Hanzo et il sera difficile pour elle de donner une idée de ce qui l’attend réellement. Ainsi, l’informatrice répond donc à sa question afin d’éclaircir ce point manquant. En comprenant bien la situation, Katsu souhaite des informations sur le sommet et les prochains, mais elle n’a pas pu participer au dernier, car ce fut le même jour de l’attaque contre le samouraï de la maladie. Ainsi, elle souhaiterait connaître certaines choses, mais pour le moment, on ne lui a rien donné. Du coup, elle souhaite obtenir gain de cause en ryôs pour ses efforts pour avoir aidé l’Empire, à la place d’information. Cela dit, elle ne le sait pas, encore, mais la dernière porte-parole Seiun, a été déchu de son poste pour Yoshio. Il est donc difficile de savoir si Seiun a eu la possibilité de parler du sommet auquel ce soit. En soi, elle pourrait obtenir une compensation pour son aide, peut-être. Et du coup, Katsuko demande à Kisara, si avec ses informations-là, elle peut aider Katsuko.

« Je vois, c’est très intéressant ce que tu dis là. Donc, tu avais convenu avec l’Empereur, d’obtenir des informations sur le prochain sommet, mais tu ne t’attendais pas à ce qui se déroule, au même moment que votre combat aux ruines de shinto, contre le Samouraï. Et je présume que tu n’as point obtenu d’information sur les tenants de ce sommet, malgré ton accord. Cela dit, je ne vais pas te mentir, entre le samouraï et la révolte des Inuzuka, ça devait être le dernier des soucis de l’Empire et ses conseillers. De plus, il y a eu un changement de porte-parole. Bref, maintenant, le temps a passé, mais à voir s'ils ont reçu l’information de la part de Seiun ou non…car ils ont dû envoyer l’ancienne porte-parole pour y participer, en l’absence de capitaine. Pour une compensation financière, je vois mal Yoshio refuser, enfin tout dépend de son humeur et de tes arguments. » Dit-elle d’un ton calme, tout en observant sa camarade. Une légère pause avant la reprise de parole. « Je pense pouvoir t’aider, en défendant ta cause. Or, je ne te garantis rien. Mais tout ceci dépend de toi, si tu veux ou non que je t’accompagne. Je comprendrai ton refus, ne t’en fais pas. » Dit-elle en laissant Katsuko décider des démarches à suivre.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13378-shinrin-kisara-terminee#118277 https://www.ascentofshinobi.com/t13394-shinrin-kisara-dossier-shinobi#118442

Patiente cantilène [Libre]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [C/Libre] Where is my mom ?
» Vol à l'étal âge [RP libre]
» La fin [Libre]
» Sarisa I - Libre
» Connaissance de cause (Libre)

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: