Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei]

Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Sam 16 Juil 2022 - 1:11
Goûteurs professionnels

Dans une logique de veille sanitaire du village, deux missions ont déjà été réalisées pour tester les différentes sources d’eau, les puits, ainsi que les nuisibles qui vivent dans les entrailles du village. La première mission ayant donné des résultats inquiétants, il a été décidé d’étendre ces tests à la nourriture, plus précisément aux différentes victuailles qui sont achetés tous les jours sur les différentes places marchandes.

Vous devrez vous rendre à l’Institut afin de recevoir une formation basique sur comment prélever des échantillons à des fins d’analyses. Vous irez ensuite prélever des échantillons, puis les donnerez aux scientifiques qui effectueront les analyses.

Enfin, vous rédigerez un rapport sur les différents échantillons récoltés, ainsi que les lieux où ont été réalisés les prélèvements et les origines : produits locaux, produits régionaux, …

Vous rendre à l’Institut et recevoir une formation sur la manière d’effectuer des prélèvements.
Vous rendre sur les différentes places marchandes et effectuer les prélèvements.
Rendre ces prélèvements à l’Institut.
Rédiger un compte rendu précis de chaque échantillon : origine, lieu de vente, ….



La structure massive de l’institut se dresse à flanc de falaise.
Ses trois étages sont loin d’être les plus hauts du village très vertical de Kumo, mais la surface qu’il couvre surpasse la majorité des bâtiments cachés dans les nuages, semblant presque incongrue au milieu des tours à toits pointus qui couvrent le reste de la ville. Son emplacement est connu de tous, l'hôpital en est la partie la plus grosse et ce n’est pas vraiment le genre de lieu a garder secret mais peu d'endroits sont aussi bien gardés au sein du pays de la foudre. La pierre est grise et poreuse, sans doute extraite directement des carrières à flanc de falaise qui se trouvent aux alentours et même à cette heure matinale le complexe est déjà bourdonnant de vie, civil et shinobi mêlés se croisent dans les différent points d’accès et on peut voir au loin un groupe courir vers l’accès d’urgence en portant une homme immobile dans une civière de toile.
Parée d’une de ses tenue les plus "professionnelle" Kyomei s’avance vers l’accès extérieur du troisième étage - installé pour éviter que les chercheurs n’encombrent le chemin de soignants - et sans doute vice versa, dans une moindre mesure - le chunin de garde lance à la jeune femme un regard dubitatif, fronçant les sourcils face à la robe blanche fendue brodée de roses minimalistes, aux boucles d’oreille serties d’ambre qui pendent a ses oreille ainsi qu'à la paire de lourd bracelet de bronze ornant ses poignets. Il finit tout de même par lui accorder un court hochement de tête en notant le bandeau ninja faisant office de ceinture pour ajuster sa robe à sa taille, sans toutefois changer son expression crispée.
Un sourire flotte sur des lèvres maquillées de vermeil, l’étincelle d’amusement dans le regard de Mei cachée par sa frange épaisse. Le rouleau de mission parlant d’une récupération d’échantillons pour le centre, venant des marchés qui plus est, pas question qu’elle se mette en tenue de guerre. La limite ayant été posée aux talons, auxquels une simple paire de chaussures de kunoichi blanches ont été préférées. Avoir des jambes de rêve ne justifie pas de passer la journée à se déplacer en talon lors d’une mission. De plus, elle est équipée d'un sac à dos, actuellement roulé et accroché à sa ceinture - qui sait combien d’échantillons seront nécessaires.

Kahoku Kyomei, j’ai été convoqué dans le cadre d’une mission pour l’institut.

Sa voix est douce comme la soie alors qu’elle sort délicatement le rouleau de mission pour le présenter au garde.
Ce dernier vérifie rapidement l'authenticité de celui-ci avant de confirmer sur sa liste d’arrivée. Le shinobi lui lance ensuite un regard évaluateur, avant de lui rendre le parchemin et de lui indiquer l’entrée.

L’escalier vous mènera directement au troisième, en haut prenez à gauche, vous chercherez la zone des études sanitaires et médicale, annoncez vous et quelqu’un devrait prendre le relais.

Lui offrant un sourire et une rapide inclinaison de la tête en guise de remerciement, la jeune femme se glisse dans l’entrée, suivant la foule dans un large escalier en colimaçon menant directement a l’étage scientifique. La population est diverse mais ordonnée, chacun semblant savoir quoi faire et où aller, trois gardes sont parfaitement visibles, signifiant probablement la présence d’au moins autant dissimulés aux alentours. Une fois dans l’étage scientifique le décors change, le sol de pierre est parfaitement lisse et les murs sont peints d’un blanc clinique, sans doute un rappel de la nature médicale du bâtiment, le tout est illuminé par la flamme puissante de lampes a gaz.
Kyomei aperçoit un groupe de jeune shinobi en train de ramener ce qui semble être le cadavre d’un large prédateur écailleu vers la section “Etude de la Faune”, faisant bien attention de ne pas laisser une traînée de sang sur le sol immaculé.
En quelques minutes - et quelques questions - la kunoichi se trouve devant la bonne porte.
Mei prend une courte inspiration avant de se composer un visage sérieux, même pour une mission de rang D, un ninja doit se montrer parfaitement professionnel, ses professeurs ayant souvent critiqué son attitude très détendue, lui indiquant que les missions de bas rang sont l’entrainement parfait pour apprendre à passer en “mode travail”, la jeune femme fait un effort particulier a suivre leur conseils.
Ses phalanges frappent trois fois le panneau de bois avant de la faire coulisser lorsqu’une réponse affirmative se fait entendre de l’autre coté.
Tu peux le faire, sérieuse mais enjouée !

Bonjour ! Genin Kahoku Kyomei, je viens pour la formation de prélèvement d'échantillons."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Dim 17 Juil 2022 - 11:15




Gouteuses professionnelles


Un ordre de mission a été transmis à la brune et il était de la part du complexe scientifique. Cela étonne la jeune femme n’étant pas une fervente admiratrice de la science. En réalité, elle s’y connaissait juste un peu, vis-à-vis de ses poisons et la manière dont elle pourrait guérir certains, en cas d’accident. En dehors de cela, la kunoichi n’a jamais trop approfondi ses connaissances dans ce domaine. Peut-être qu’un jour, elle le fera pour diverses raisons, mais en attendant, elle se concentre sur elle-même et Izanami. D’après ce qu’elle a pu lire, elle sera en binôme avec une certaine Kohaku Kyomei et elles doivent se rendre à l’institut scientifique pour apprendre à faire des prélèvements. En effet, sa mission sera de prélever des échantillons de nourritures pour vérifier qu’il n’y a aucun problème dans la restauration du village. En réalité, les tests sur l’eau du village ont été inquiétants et ils essayent de voir si la nourriture n’a pas été impacté par un quelconque virus ou autres. Si Unohana aurait trouvé cette mission ennuyante, il est vrai qu’il est inquiétant de manger quelque chose pouvant rendre malade quelqu’un ou pire, le tuer. Il est clair que cette mission ne demande pas d’utiliser un quelconque jutsu ou arme. En parlant d’arme, Yachi n’utilise plus son scythe, trouvant cela, trop handicapant pour se battre. Le Taijutsu lui convenait beaucoup mieux pour se battre et cela faisait une année qu’elle s’entraîne plus sérieusement dans ce domaine.

La kunoichi prête, elle part en direction du complexe scientifique afin de réaliser sa mission et rejoindre Kyomei. Le bâtiment est tout de même impressionnant et imposant, preuve de la fierté Kumojin pour avoir bâti un tel complexe sous l’ère du Nidaime Raikage. Trois étages dont deux réserver pour l’hôpital et le dernier pour des recherches scientifiques, en plus de cela, il disposait d’une serre assez grande. La jeune brune n’est pas intéressée par la science, mais elle respecte tout de même ceux qui y travaillent. Et également, comme ennemi pour un jour trouvait un moyen de soigner ses poisons efficacement. Mais soit, ce n’était pas le sujet du moment et la Genin avait une mission à remplir. S’avançant vers un panneau, un plan indiquant une entrée principale et d’autres entrées extérieures pour le troisième étage. Des entrées intéressantes afin que les scientifiques ne dérangent pas les soignants ni même se déplacent avec des produits dangereux, dans les couloirs de l’hôpital pour ne pas contaminer les patients. La jeune femme se dirige donc vers l’une des entrées extérieures afin de gagner le troisième étage et pouvoir commencer sa mission. Cela dit, à l’entrée, il y a un garde, Chûnin ou Jônin, elle ne sait pas trop. De sa longue robe noire, elle sort l’ordre de mission et se présente au garde.

« Je m’appelle Unohana Yachiru et Genin des Nuages. J’ai été convié à cette mission et on m’a demandé de venir ici pour qu’on m’apprenne des choses pour le bien de la mission. » Dit-elle d’un air calme. Ce dernier prend le parchemin de la jeune femme et observe minutieusement le contenu afin de s'assurer que tout est correct. Apparemment, il n’y a rien de suspect et ce dernier le lui rend avant de prendre la parole. « Bien, tout est en ordre. Une autre Genin est venue avec le même ordre de mission. Rejoins-lo sans perdre un instant. » Dit-il tout en indiquant le trajet à Yachiru afin qu’elle ne se perde pas dans l’étage. La Unohana marche tranquillement dans la zone scientifique du Complexe et observe attentivement tout ce qui s’y passe. Faire des prélèvements ne doit pas être si compliqué que cela et elle ne sera pas là pour goûter des plats à tout ne va ni papoter pendant des heures avec les scientifiques ni même les restaurateurs. Après quelques minutes, elle se trouve devant la porte de la salle dont elle doit se rendre. Toquant à la porte, une réponse positive se fait entendre et la Tsumejin entre dans la pièce. À l’intérieur, elle aperçoit une jeune femme à la chevelure écarlate ainsi qu’une autre personne, avec une blouse blanche.

« Bonjour, Unohana Yachiru, Genin de Kumo et on m’a envoyé pour la formation pour les prélèvements. Enchantée. » Dit-elle d’un ton calme. Ses yeux dorés se tournent rapidement vers Kyomei, comme un rapide coup d’œil sur celle qui l’accompagnera tout au long de la mission. La scientifique les regarde et se rapproche légèrement avant de prendre la parole. « Enchantée toutes les deux, je me nomme Kikuchi Chiaki et je suis l’une des scientifiques du complexe. Avant de débuter, est-ce que vous vous connaissez en médical ou dans la science ? Par exemple, les bases ou autre ? C’est juste par curiosité. » Demande-t-elle gentiment aux deux Genin. « Pas énormément pour ma part. Je m’y connais uniquement en poison de toute sorte, dû à mon Dokuton. » Répondit Yachiru.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Lun 18 Juil 2022 - 15:41
Elle se retrouve donc dans le laboratoire – en tout cas c’est ainsi que Kyomei l’appelle, n’ayant pas la connaissance précise du vernaculaire utilisé pour désigner les salles de l’institut. L’endroit n’est pas comme elle l’avait imaginé : tout semble parfaitement organisé, le mur du fond couvert de longues armoires emplies de bocaux, chacun annoté par ce qui semble être un code, ils contiennent poudre, liquide, cristaux, morceaux et créatures entière, le tout nettement arrangé pour un accès rapide. Le reste de la pièce est occupée par deux rangées de ce que la kunoichi suppose être des postes de travail : de large plan de travail de pierre polie, couvert d’appareil dont elle ignore l’usage et le fonctionnement. Une autre porte se trouve au fond a droite, la plaque également marquée par un code – un très bon moyen de faire perdre du temps à d'éventuels intrus et de repérer une personne transformée.
Mei prend le temps d’absorber toutes ses informations, son instinct de kunoichi la poussant à chercher couverts, sortie et point d’entrée potentiel dans chaque lieu. C’est une des leçons les plus importantes que sa mère lui ait enseignée, connaître son environnement est indispensable dans la vie qu’elle a choisis, même dans l’un des lieux les plus sécurisés de son propre village.
La vigilance est l’un des traits indispensables d’un ninja compétent.

C’est sur ces pensées que la seconde participante les rejoint.
La kunoichi lui est inconnue, avec un physique aussi remarquable Mei est certaine de cela, il est des choses qu’on oublie simplement pas. L’ombre d’un sourire se dessine sur ses lèvres peinte alors que ses yeux, dissimulés par sa frange, parcourent la silhouette de sa partenaire, il y à quelques années, avant que son visage soit « ruiné » par les flamme du Teykoku, la jeune femme aurait pu ressentir plus qu’une simple pointe de jalousie devant Unohana. Si les oreilles très atypiques lui font hausser les sourcils, le reste est indubitablement magnifique, la chanteuse ayant l’habitude de jouer de ses charmes, elle sait reconnaître une maîtresse de la pratique lorsqu’elle en croise une : le genre de physique qui efface les pensées des personnes présentes.
Il lui faut d’ailleurs une demie seconde de plus que nécessaire pour répondre à la question de la scientifique, notant l’intérêt très spécifique de sa collègue au passage.

« J’ai eu la formation basique de premier soin pour devenir genin, pour le reste, je pense qu’il est préférable de considérer que mon ignorance est totale, Kikuchi-san. »

Cette affirmation est un pincement à sa fierté, mais admettre ses faiblesses est important, surtout lors d’une mission. D’après l’ordre de celle-ci, cela ne devrait pas vraiment être un problème, même si un peu de temps sera perdu à les mettre à jour.
Leur interlocutrice, cheveux attaché en un chignon serré, fronce légèrement les sourcils, sans doute un peu déçue de ne pas avoir attiré des esprit un peu plus scientifique avec cette mission, cependant, après un haussement d’épaule et un soupire elle semble passer en mode « professeur », sortant un bocal semblable a ceux entreposé le long du mur du fond et un parchemin.

« Vous verrez, cela n’est pas très compliqué : Ce que nous vous demandons c’est d’avoir un échantillon le plus large possible des différentes sources alimentaires du village. Pour cela, lorsque vous les récoltez, il faut numérotez le bocal, sur le bouchon, puis indiquez le lieu de récupération, le marchand ou la boutique le mettant en vente, l’origine du produit... »

Elle continue d’expliquer tout cela, leur montrant sur le parchemin ou entrer les différentes informations, le fonctionnement des bocaux, la cire pour sceller complètement ceux-ci et éviter toute contamination des produits, les types d’échantillons les plus souhaité par l’institut et l’importance de déposer ceux-ci le plus rapidement possible pour être sur que les tests soient effectués sur les produits les plus frais possible. Mei porte une attention absolue à son discours, sa dévotion intense pour son village transparaissant dans l’implication qu’elle a dans cette mission.
Protéger son village d’une invasion ou d’une contamination de l’eau ayant, pour elle, la même valeur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Mer 20 Juil 2022 - 9:29




Gouteuses professionnelles


Des connaissances scientifiques, la jeune femme ne s’y connaissait pas des masses. Son seul point fort, ce sont les poisons de toutes sortes. Après tout, sa capacité spéciale est liée aux poisons via le Dokuton donc difficile d’être incapable de s’y connaître. Pour ce qui est du reste, la Unohana ne dispose pas trop les bases, peut-être pour les premiers soins, mais voilà, ça s’arrête à ce niveau-là. Pour ce qui est de sa camarade, Kyomei semble être au même niveau que Yachiru et elle ne dispose pas de connaissances très développées dans la science. Au moins, elles apprendront ensemble et pourront avancer équitablement sur ce point. Cela dit, en dehors de ça, la brune pouvait admirer pendant quelques instants, la belle rousse. En effet, c’est une belle femme avec un physique des plus appétissants pour la Tsumejin. Cela dit, une partie de son visage est cachée par une frange, étrange, mais chacune son style. Il sera intéressant de l’aborder, un de ces jours ou peut-être dans la journée pour discuter et la connaître afin de savoir à qui elle a à faire. La Genin n’a pas peu d’amis et très peu de contacts, ce qui n’était pas forcément bon. Et certains plans avec hommes et femmes dans le passé, ça ne compte pas trop. Enfin bref, peut-être que quelque chose d’intéressant en ressortira pendant et après cette mission.

Kikuchi Chiaki semble un peu navré de leur réponse et ça pouvait se voir sur son expression faciès ainsi que ses gestes. Cela dit, Yachiru ne comptait pas être une scientifique à côté de son rôle de kunoichi des nuages, en plus de vouloir retenter de redevenir un assassin comme dans son passé. Des perspectives assez compliquées, cela dit, tout dépendra de ce qu’elle rencontrera durant sa vie à Kumo. La charmante Unohana observe la scientifique avec la préparation de l’équipement adéquat pour leur formation et démonstration pour qu’elles puissent être capable de faire des prélèvements par la suite. Croisant ses bras sous sa poitrine, Yachi se met à écouter attentivement les paroles de Chiaki sur la façon de procéder lors d’un prélèvement, car ça sera crucial pour leur mission. Habituellement, ce type de chose ne l’intéresserait pas trop et elle s’ennuierait en faisant mine d’écouter. Cependant, ça reste primordial pour leur mission et ça pouvait donner quelques idées à la kunoichi. Attentif, il ne semblait pas fort compliquer à faire, il fallait juste être organisé et assez rapide pour bien réussir le tout. Cela dit, Unohana n’est pas une experte en Fuuinjutsu, en espérant que c’était le cas pour sa belle camarade. Après, il n’était pas obligé d’avoir des connaissances dans ce domaine pour le faire.

« Cela me semble assez simple à reproduire pour notre mission, Chiaki-san. Cela demande de l’organisation et de la rapidité à la fois. C’est fort intéressant comme procéder à mettre en place. Je suppose qu’on n’aura pas trop de mal à parvenir à faire des prélèvements, à nous deux. Cependant, je ne dispose pas du Fuuinjutsu pour stocker les fioles de prélèvement. Et je ne suis pas si ma chère camarade possède des connaissances dans le domaine du Fuuinjutsu. En partant du fait qu’on ne sait pas le faire. Existe-t-il un autre moyen de conserver les prélèvements ? Est-ce que vous nous confierez un équipement pour le bien de notre mission ? » Demande-t-elle d’un air sérieux. Pour Yachiru, il n’y a rien de compliquer dans la manière de faire ces prélèvements, mais pour le reste, il fallait prendre ses précautions. Ne disposant pas de l’art du scellement et ne sachant pas si sa partenaire le possède ou pas, il était intéressant de s’informer sur d’autres possibilités. Une mission pouvant avoir tout de même son importance malgré son rang. La brune ne souhaite pas manger quelque chose d’indigestion. Si la nourriture est empoisonnée, ça ne la dérange pas, elle peut purger son corps et s’immuniser afin de ne plus être affecté. Or, les autres Kumojins n’ont pas cette chance et ça serait dommage de jouer les infirmières pour ses andouilles.

« Je suppose que même si on comprend la méthode et vos explications, il va falloir qu’on passe un test avant de nous envoyer réaliser notre mission ? Si c’est le cas, tentons de faire vite, j’aimerai que ce problème avec la nourriture puisse être rapidement élucider et qu’on puisse ne plus avoir peur de manger. » Dit-elle d’un air impatient.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Jeu 28 Juil 2022 - 18:04
La scientifique lève un sourcil surpris face aux questions de la Kunoichi.
Son regard se tourne ensuite vers Kyomei qui confirme d’un simple hochement de tête qu’elle ne possède, elle non plus, aucune connaissances marquées dans le domaine des sceaux. Cela semble mettre un frein certain à l'enthousiasme de leur professeur du moment, mais après quelques instants, elle se reprend. La suite de leur cours improvisé se concentre donc sur la conservation et la protection des échantillons hors parchemin. Étant donné la nature inerte des prélèvements, il n’y a pas de risques réel si ce sont les température extrême et la destruction des contenant, situation qui n’ont aucune raison d’arriver à l’intérieur d’un village en paix – ce n’est qu’une mission de rang D après tout, aucun réel danger n’est à prévoir.
Le reste de l’heure dédiée à leur formation sert principalement a leur expliquer quels genre de produits sont propice à ce prélèvement et une insistance marquée sur le fait de bien remplir avec soin chaque fiche de toutes les informations disponibles. Le froncement sévère de ses sourcils lorsqu’elle leur répète pour la troisième fois la méthode exacte pour remplir ce dernier indicateur clair de la performance inférieur de certains shinobi ayant travaillés pour le centre. Beaucoup de jeunes diplômés méprisant clairement les mission de bas rang et les faisant plus pour la paie et leur casier que dans le but d’aider le village.

« Pour finir, je ne vais pas vous faire l’affront d’un test, l’académie est derrière vous, je vous fait donc confiance pour effectuer cette mission avec rigueur. N’oubliez pas, il est important que cela soit fait le plus vite possible, mais le nombre d'échantillons sera large et varié, plus facilement nous pourrons déterminer la source de notre problème. Bonne chance. »

Kyomei s’incline rapidement, remerciant la scientifique avant de quitter la pièce pour la laisser travailler, n’oubliant pas de prendre l’une des caisses de fioles préparées pour la mission.
Le couloir est bourdonnant d’activité, de nombreuses personnes s’y croisent avec différents rapports, outils, échantillons et des tubes contenant de mystérieuses décoctions sont transportés dans des chariots métalliques, protégés par une escorte sévère. La jeune femme se rend compte de sa profonde ignorance du fonctionnement de ce bâtiment et une partie d’elle même est assez heureuse de s’être concentré sur les arts plutôt que de ce retrouver perdu dans ce labyrinthe scientifique. Cela prend quelques minutes pour sortir du bâtiment sans avoir à bousculer qui que ce soit, le retour sous le ciel nuageux du village fait le plus grand bien a la rousse qui pousse un soupir satisfait. Non pas que les foules la dérangent véritablement, mais ce milieu est tellement détaché du sien que la sensation est semblable à celle d’un poisson perdu dans les cieux.
Son fil de pensée revient ensuite à la situation actuelle et elle se présente après une rapide inclinaison du torse, sa partenaire de la journée n’étant arrivée qu’après elle et cela après sa présentation.

« Kohaku Kyomei, c’est un plaisir de travailler avec vous Unohana-san. »

Il est difficile de déterminer l'âge exacte de sa partenaire, mais ne l’ayant pas vraiment croisé dans les halls de l’académie et doutant clairement qu’elle soit à ce point plus jeune qu'elle pour y être arrivée plus tard, Mei décide dans le doute, de lui accorder les honorifiques destiné a une aînée. Elle offre également à l'autre Kunoichi un sourire chaleureux, avoir l’occasion de rencontrer d’autres shinobi des nuages étant toujours un plaisir, ses yeux dissimulés parcourant une fois de plus les courbes de sa compatriote, une partie amusée de son esprit se demandant si celle-ci possède quelques notions de danse.
Sa présence pourrait sans doute facilement ramener une toute nouvelle clientèle dans les bars accueillant son chant. Mais le temps n’est pas à se demander comment pimenter son prochain spectacle.

« Je pense que le plus simple serait de commencer par le marché central, c’est sans doute là que l’on trouvera le plus d’ingrédients facile à tracer, ensuite nous pourrions sans doute faire le tour des différents restaurants et épiceries du village. Qu’en pensez vous ? »

Cela est un peu osé de sa part de proposer le plan directement a son aîné, mais Mei n’est pas vraiment connue pour sa personnalité protocolaire – même si elle fait toujours attention d’apparaître polie et respectueuse en toute circonstance – en plus de cela, ce n’est pas comme si sa partenaire était Chunin ou Jônin et, après tout, c’est un moyen comme une autre pour découvrir la présence d’une manche a balais caché dans l’anatomie de la jeune femme.
Sa mère lui a toujours dis « Plus tôt tu découvres qui en dissimule un, le plus vite tu peux les laisser balayer dans leur coin ! » avec sa délicatesse habituelle, faisant beaucoup rire son père. Comme beaucoup de pépites de sagesse maternelle, Kyomei a rangé ce trésor de bon sens au fond de son esprit et c’est sans surprise qu’il s’est prouvé des plus utiles, au fil des années, pour naviguer le monde compliqué d’une vie de ninja.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Ven 29 Juil 2022 - 12:04




Gouteuses professionnelles


Beaucoup de questions et là-dessus, Yachiru n’a pas peur d’en poser. Au contraire, le plus important est de s’informer le plus possible pour éviter de commettre des erreurs. La récolte d’information, peu importe le moyen, est toujours bonne à prendre. La scientifique semble surprise des questions de la Unohana et il semblerait que Kyomei ne sait pas non plus utiliser le Fuuinjutsu. C’était quelque chose d’intéressant à savoir pour la suite de la mission et pour, plus tard. La femme de sciences se met à leur expliquer en détail, la procédure à réaliser en cas de non-utilisation de sceau de stockage. Ce n’était pas quelque chose de bien compliqué et facile à mémoriser pour la brune. D’ailleurs, Kikuchi explique plutôt bien, à croire qu’elle est habituée à donner des cours à des novices comme elles. Pour Yachi, cette mission risque d’être rapidement bien rempli, car finalement, elle ne semble pas bien compliquée. Et tout cela, grâce aux explications bien faites de Chiaki. Cette dernière ne souhaitait pas leur faire l’affront d’un test, car elles semblaient avoir compris la méthode pour y parvenir. Là-dessus, la brune hoche la tête. « Très bien, je vous remercie pour cette formation, Kikuchi-san. » Dit-elle calmement. Ainsi, les deux Genin pouvaient sortir de la pièce avec l’équipement nécessaire pour le bien de la mission.

À présent, Yachiru se retrouvait seule, en compagnie de Kyomei et il était temps de se concentrer sur la mission. Le duo se déplace dans le bâtiment du complexe scientifique avec l’équipement nécessaire pour la réussite de leur mission. Cela dit, le bâtiment est tout de même important et sans trop de connaissance des lieux, on s’y perd assez facilement. Yachi ne fait que suivre sa partenaire de mission, sans parler et observant ce qui l’entoure. Connaître certains détails, ça peut relativement lui être utile plus tard, qui sait. Après quelques minutes à vagabonder dans le complexe, elles parviennent à sortir du bâtiment afin de respirer à nouveau l’air pur du monde extérieur. D’ailleurs, la rouquine se met à se présenter à Yachiru en tant que Kohaku Kyomei et que cela lui faisait plaisir de travailler à ses côtés. « Ravie de faire ta connaissance, ma jolie. Maintenant, concentrons-nous sur la mission afin d’en finir rapidement et proprement. » Dit-elle avec un léger sourire. La Dokusatsusha cherche avant tout à sympathiser, même si cela ne lui ressemble pas toujours. De toute manière, elle avait certes son caractère, mais ce n’était pas une raison de se mettre tout le monde à dos. Il est plus facile à avoir accès à des informations ou de l’aide, en se montrant correct avec les gens que d’être toujours désagréable et cassante.

Kyomei propose son idée pour bien commencer la mission et dans un premier temps, c’était de commencer par le marché central. Une bonne idée afin de prélever rapidement toute sorte d’ingrédient vu le nombre de variétés qui puissent y avoir là-bas. Et par la suite, elles feront le tour des différents restaurants et épiceries du village, tout endroit où on offre de la nourriture. « Hum… Comme tu veux, ça me semble être une idée sympathique et logique. Le marché provient des champs en dehors de la cité, la plupart du temps. Du coup, il ne serait pas illogique qu’une bactérie s’y est glissé. Et les restaurateur et épicerie reçoivent des ingrédients pouvant provenir de l’extérieur de Kumo. Bref, faisons comme ça, de toute manière, qu’on commence par l’un ou l’autre, ça ne change rien. Plus vite, on finit ça et mieux, ça sera pour tout le monde. Je t’inviterai même à dîner quand tout sera réglé, si ça te donne envie. » Dit-elle tout simplement. La brune prend les devants et fait signe de la main à la rubiconde de la suivre. Il n’était pas l’heure de traîner et de commencer les premiers prélèvements afin de bien démarrer la mission. Direction le marché central dans la zone commerciale de Kumo.

Après quelques instants à se balader jusqu’à leur destination, les Genin arrivent devant le marché principal et il y avait un peu de monde. Les faire un par un, cela risque de durer un certain moment et ça serait une bonne chose de ne pas perdre trop de temps. Cela serait dommage que les échantillons ne soient plus trop valides à cause de cette idée. Or, Yachiru ne peut pas prendre cette décision toute seule. La brune soupire et se tourne vers sa camarade. « On va se séparer afin de couvrir un plus grand périmètre et gagner du temps. Si tu peux créer des clones, n’hésites pas. Qu’en penses-tu ? De toute manière, il n’y a pas de meilleure idée sauf si tu as autre chose en tête, Kyomei-san. » Dit-elle en réalisant un mûdra afin de créer deux clones d’elle. « Donnes nous ce qu’il faut pour les prélèvements, Kyomei-san. » Demande-t-elle à sa partenaire d’un ton calme.



Technique utilisé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Ven 29 Juil 2022 - 23:17
Pas de balais pour celle-ci.
C’est ce que se dit la jeune kunoichi alors qu’elle traverse la ville, suivant la chevelure sombre flottant dans le vent de leur course. Non pas que Kumo soit un endroit propice à leur présence, mais l’institut aidant, de nombreux habitants sont tout de même touchés par une violente épidémie d’égo mal placé et manche dans le tréfonds. Un sourire amusé se dessine sur une paire de lèvres colorées, tout cela vient peut-être de l’eau et, qui sait, leur mission pourrait régler le problème ! Ce serait une étrange maladie que d’utiliser l’eau pour changer les habitudes… Pendant quelques instant la jeune femme laisse ses pensées vers une idée étrange de genjutsu basé sur l’eau qui changerai la personnalité de celui qui en observe les reflets. Humf, une idée à discuter avec l’un des autres utilisateurs lorsque l’occasion se présentera.
Toutefois l’heure n’est pas à la conception de techniques farfelues, même si cela l’aide a ne pas trop penser a la manière dont Unohana s’est adressée à elle « ma jolie », vraiment ? Une fois de plus, Kyomei est très heureuse que sa chevelure dissimule la moitié de ses expressions faciales. Les deux jeune femme s’arrêtent aux abords du grand marché central. C’est une petite ville de tissu qui se dresse chaque jour au cœur de Kumo, des toiles multicolores couvrant les étals pour les protéger de la météo très changeante des nuages. Ce n’est pas tout à fait une foule qui se presse dans ce labyrinthe de teintes variées, la journée étant encore jeune. Toutefois, les éclats de voix traversent déjà toute la place, attirant l’œil de ces premiers clients vers la fraîcheur d’un poison, la fragrance des épices ou encore la qualité d’un meuble de maison. Ici tout est à vendre et tout est négociable, pourvu que vous sachiez de quelle manière vous y prendre. Malgré la diversité des personnes présentes, venues de tous horizons, il ne pèse pas sur ce marché une ombre de méfiance contrairement à beaucoup d’endroit, ici personne ne se préoccupe des voleurs, qu’ils soient à l'étalage ou à la tire : du haut des bâtiments alentour et traversant ça et là la le marché, une dizaine de Shinobi montent la garde, guettant les individus suspects et se tenant prêt à maintenir l’ordre dans le poumon économique du village si besoin se fait sentir.
Autant vous dire que les incidents sont rares.

La brune se retourne vers Mei, lui offrant l’esquisse d’un plan : se séparer pour couvrir plus de terrain et se retrouver une fois le lieu quadrillé. L’apparence dans un nuage de fumée d’une paire de clones fait naître un pincement de jalousie, sa franche dissimulant le léger froncement de sourcils. Une technique suprêmement utile que la jeune femme ne maîtrise malheureusement pas, si ce n’est la version illusoire enseignée a l’académie – complètement inutile dans cette situation. Peut-être, une fois tout cela terminé, demandera-t-elle à sa partenaire de lui enseigner cette capacité… Après tout, si la discussion est ouverte sur un dîner, qu’est-ce qu’une journée passer a suer ensemble pour devenir meilleures ? Une pointe de rose colore le haut de ses joues a ce traits de pensée légèrement inapproprié, heureusement dissimulé par sa chevelure carmin.
Après une rapide inclinaison du torse, elle tend l’une des deux caisses de fiole au trio qui lui fait face.

« Malheureusement je n’ai pas de clones… solides, je vais donc être bien moins rapide que vous, Unohana-san. J’espère que vous pardonnerez l’incompétence de cette Kunoichi, et la laisserez donc vous inviter à ce dîner pour récompenser vos efforts ! »

Si la formule est bien plus distinguée qu’il ne le faut, le sourire clairement amusé qui orne ses lèvres trahit ses réels sentiments alors que la caisse change de main. Décidant de ne pas laisser a sa partenaire le temps de réponse – il faut savoir se faire désirer – elle se retourne et, d’un pas vif, se glisse dans le labyrinthe multicolore du marché.
Dès ses premiers pas, le fumets des différents stands embaume l’air, le parfum brûlant des épices se mêle a celui plus profond des fruits parfaitement mûrs, celui riche des tempuras tout juste frits, ou encore celui, complexe, des feuilles de thé en train de sécher. Le tout donne immédiatement l’eau à la bouche et Kyomei doit se secouer un instant mentalement pour ne pas simplement se diriger vers le stand de takoyaki le plus proche, usant de son incroyable force mental pour résister à l’appel des sirènes et sa concentrer sur sa mission.
C’est avec son sourire le plus radieux qu’elle se tourne vers le vendeur de légumes le plus proche. Ce dernier lui rend tout d’abord, puis, au fur et a mesure que les mots quittent les lèvres de la jeune femme, une profond froncement de sourcil s’inscrit sur son front, qui ne se relache pas vraiment lorsque Mei lui laisse jeter un œil au parchemin de mission officiel.

« Bonjour, je viens de la part de l’institut, qui effectue un contrôle qualité sur les produits alimentaires de Kumo, j’aurais besoin de prendre quelques échantillons ainsi que vous répondiez a quelques questions sur l’origine exacte de vos produits. »

Avec un haussement d’épaule résigné, le marchand indique en quelques mots à son fils de prendre le relais sur la vente alors qu’il laisse la kunoichi passer derrière leur étal pour répondre à ses questions et la laisser remplir quelques fiol de morceaux de légumes divers et variés.
Vu la qualité d’information pour chacune de celle-ci, et l’usage d’un morceau de charbon plutôt qu’une plume ou un pinceau – absolument impossible dans ces conditions - Mei se dit qu’elle aura sans doute les mains plus crispées à la fin de la journée qu’après un entraînement à l’enchaînement de Mudra.
Qu’est ce qu’elle ne ferai pas pour son village.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Sam 30 Juil 2022 - 13:25




Goûteuses professionnelles


Sur la place du marché, Yachiru était toujours en compagnie de Kyomei. La brune avait son idée bien à elle afin de remplir rapidement cette mission et de manière efficace. La création du clone est intéressante dans cette partie de mission et surtout dans ce type de quête afin d’élargir leur périmètre d’action. Chaque clone est une partie d’elle-même avec leur propre connaissance et du coup, il sera aisé de faire des prélèvements. Au vu du nombre de stands liés à la nourriture, ça serait mieux que d'y aller qu’à deux. Et de plus, ça risque de prendre beaucoup de temps avant d’en terminer avec cette partie du village avant de s’attaquer aux restaurants et aux épiceries de la Cité des Nuages. Du coup, la Dokusatsusha était bien contente d’avoir la possibilité d’utiliser le Kage Bunshin et d’avoir proposé son plan pour la suite de leur mission. Après avoir fait ses clones, sa camarade l’informe dû fait qu’elle ne peut pas créer de clone solide, mais juste ceux illusoires de niveau académique. Et elle espérait tout comme être invitée à manger à ses côtés, plus tard. Un sourire s’affiche sur le visage de la brune et se tourne vers elle. Cela dit, la Unohana n’a pas le temps de parler que la Kohaku a pris ce qui lui fallait avant de se mettre en route pour sa mission. La jolie rousse s’est déjà faufilée à travers la foule pour s’occuper du premier stand du marché. « Ah lala, si timide, j’aime ça. Bon, je m’occuperai de son cas, plus tard. » Finit-elle en demandant des ordres à ses clones.

Le clone A se dirige vers un stand de poisson afin d’analyser certains de ces animaux aquatiques, cela dit, ça ne semble pas trop plaire au poissonnier qu’on vienne analyser ses marchandises. Cependant, il n’a pas trop le choix, car les ordres venaient du complexe scientifique et du Raikage, en autorisant de telles mesures. D’ailleurs, le clone A se permet de poser quelques questions sur la marchandise afin de remplir correctement le rapport. Cela ne semblait pas évident, mais un peu de menace sur son entreprise et son avenir à continuer son commerce au sein des Nuages l’avait vite pris conscience de la gravité de la situation. L’homme avait vite pris la parole et s’est mis à coopérer pour aider dans les prélèvements et questions du Bunshin A. Pour ce qui est du Bunshin B, cette dernière s’est rendue vers une marchande de fruit de mer, à quelques mètres du poissonnier. La marchande a été directement coopérative en ayant rien à cacher, cela faisait gagner du temps au Bunshin B afin de faire ses prélèvements et obtenir des réponses à ses questions. Ses marchands ambulants ne sont pas une menace ni chiante en réalité. Ils sont là pour faire du commerce et vendre leur produit, ni plus ni moins. Il suffisait d’utiliser les bons arguments et avoir les papiers officiels pour les prélèvements. Tout semble bien se passer.

Quant à Yachiru, l’originale, la jeune femme se dirige vers un stand de viande. Un homme et une femme, qui semblent être venues pour offrir des takoyakis et d’autres variétés à base de viande aux Kumojins. L’odeur qui plane au sein du marché est très plaisant et donne parfois faim. En revanche, l’odeur de la viande est un véritable régal pour son odorat et elle avait bien envie de manger un takiyoki ou autres. Cependant, la Genin se doit de se retenir, car elle est en mission et elle ne souhaite pas être malade. Face au couple, la kunoichi les observe en leur montrant le document officiel pour inspecter leur alimentation et réaliser des prélèvements. « Je me nomme Unohana Yachiru, Genin de Kumo. J’ai été missionné par le complexe scientifique et acté par le Raikage afin de mener cette mission à bien. Cela m’autorise à prendre des prélèvements de vos viandes ainsi que de vos plats pré-préparer. Et d’ailleurs à répondre à mes questions. Je peux emprunter l’un de vous deux afin que votre commerce ne soit pas impacté par ma présence. » Dit-elle d’un ton calme. La jeune marchande prend la décision de rejoindre Unohana et partir derrière le stand pour discuter. Assise, la civile semble un peu perturber par cela, elle ne semble pas habituer à cela. D’un sourire et usant de charme, Yachiru cherche à la mettre à l’aise. « N’ayez crainte, ma chère. Ce ne sont que de simples questions, rien de bien compliquées et ensuite, vous pourrez continuer votre travail. » Dit-elle en posant sa main droite sur celle de la civile. « Allez, détendez-vous. Dites-moi où vous obtenez vos viandes ? Une ferme dans le coin ? Une bourgade en particulier ? Parlez-moi des animaux ? Leur traitement ? Ce qu’on leur donne à manger et compagnie. » Dit-elle avec le sourire. La civile se sent un peu à l’aise et elle se met à répondre à Yachiru.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Dim 31 Juil 2022 - 20:29
Les étals et les histoires s’enchaînent.
Malgré sa tentative initiale d’instaurer une certaine distance professionnelle, rapidement, les échanges de récit de voyages marchand, de ragots plus ou moins locaux et d’anecdotes variées changent la courbe professionnelle de son sourire en un dessin plus sincère. Kyomei se surprend à se prendre quelques minutes dans les péripéties d’un voyage jusqu’au pays de la pluie pour y trouver « les meilleurs huîtres du monde connu », a sentir son cœur se pincer devant la romance sans issue d’un jeune homme qui parcourt tout le pays de la foudre pour retrouver une bien aimée croisée un jour dans une foire marchande ou encore a noter mentalement les détails d’une recette de brioche à la viande et aux aubergines dont la simple odeur lui fait oublier quelques instant sa mission.
Inutile de vous dire que la jeune femme n’est pas la plus rapide dans sa réceptions des échantillons, mais ses parchemins sont garni d’une quantité d’informations qui, a ses yeux, compense bien les quelques minutes perdue a prendre le temps de connaître une personne. Mei doute que l’un de ces marchands ai quoi que ce soit à cacher, mais prendre des airs d’enquêteur du Kyuubu à plus de chance de les terrifier ou de les faire refermer comme un fruit de mer cité plus tôt… Une approche plus douce est donc préférable. Comme le dis souvent sa mère – c’est une femme forte d’adage - « Tu ouvrira bien plus de porte avec un parchemin explosif et un sourire, qu’avec une parchemin tout seul ! ». La kunoichi use donc de tout ses talents de diplomatie pour s’intéresser à l’histoire de chacun et tirer de ces récit les réponses aux questions de l’institut – plus ou moins sincèrement, oui, c’est de vous que je parle, le vendeur d’épice qui a pris bien trop de son temps pour lui pour décrire, a grand coup de reniflements et de détails sordide que la sueur d’une femme est la plus précieuse des épices… eurg.
Le tout doit être fait en surveillant du coin de l’œil les différentes brunes aux oreilles pointues qui s'occupent du reste du marché, histoire de ne pas prendre de produits en doublon mais de ne rien rater non plus.
Ce n’est pas le processus le plus rapide, mais il à l’avantage notoire de ne pas être d’un ennui mortel.

Au fur et à mesure que le soleil avance doucement sur la voûte céleste, le marché s’empile de plus en plus. Rapidement, la jeune femme se retrouve a manœuvrer dans une foule dense et bruyante et elle doit user de toute sa patience et son calme pour ne pas commencer a jouer des coude pour avancer. Son bandeau, attaché a sa taille, n’est pas aussi visible qu’elle le souhaiterait et son statut de Kunoichi ne la protège pas vraiment de la marée humaine qui tourbillonne sous les toiles multicolores.
Cela met aussi à mal sa capacité à profiter de long récits sur l’histoire de chaque produit : les marchands n’ont plus le temps de discuter, les files d’attentes se formant à vue d’œil derrière elle. La présence de son parchemin officiel évite tout grommellement mécontent de la part de la clientèle, mais cela n’empêche pas celle-ci de partir en quête d’un autre étal, ce qui presse considérablement ses interlocuteurs. Sa déception de ne pas pouvoir rendre de rapport aussi détaillé qu’à son arrivée ne fait pas long feu face à son envie de finir cela au plus vite, surtout lorsqu’elle découvre le plaisir intense d’écrire sur un parchemin en étant bousculée par la masse populaire.
Inutile de dire que quelques ratures furent de mise…

C’est donc une Rouquine une peu moins imperturbable que d’habitude qui s’extrait du marché central. Avec un long soupir, Kyomei va s’asseoir sur une pile de caisses en bordure du chaos, un jeune marchand lui lançant un regard dubitatif avant de reconnaître l’éclat de son bandeau.
Son sac est plein au trois quart de fioles emplies de produits divers et variés. Une partie d’elle est fière de faire sa cuisine elle même et de connaître la majorité des épices, fruits et légumes qu’elle a pu trouver sous les tentes chamarrées – malgré quelques surprises venue d’ailleurs – mais son ignorance totale quand à l’origine de la majorité et des détails de leur arrivée ici la laisse face au gouffre qui sépare sa vie de ninja de celles du reste du village. Ses pensées s’égarent un instant sur ce que sa vie aurait pu être si sa réserve de chakra n’avait pas été suffisante pour l’académie, comme une étrange nostalgie, pour des jours n’ayant jamais existé : apprendre à confectionner des bijoux avec son père, s’occuper des poules et des plans de tomates.
Le chant aurait-il même fait partie de sa vie sans les techniques sonores venues de sa mère ?

Ce n’est que lorsque la silhouette de sa partenaire apparaît qu’elle sort de cette étrange spirale de pensée. Fermant les yeux un instant avant de se composer un sourire à offrir à l’autre Kunoichi alors même qu’elle bondit rapidement de son perchoir pour aller à sa rencontre, mettant plus d’ondulation dans sa démarche que vraiment nécessaire, pour se sortir de cette étrange humeur songeuse. Lorsqu’elle interpelle la brune, sa voix est toujours aussi douce, tel un foulard de soie dans la brise, mais elle a cette étrange capacité d’être entendue malgré la cacophonie ambiante, comme une caresse au milieu du chaos.

« Unohana-san, j’espère que cela n’a pas été trop fastidieux pour vous, les marchands ont mille et une histoires passionnantes à raconter sur le cheminement de leur produits, je pense que l’institut pourrait avoir quelques surprises... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Jeu 4 Aoû 2022 - 10:36




Goûteuses professionnelles


Chaque clone vagabondait de stand à stand, tout comme l’original tout en faisant attention à ne pas aller dans ceux de Kyomei. De base, Yachiru n’est pas là pour écouter leur ragot ni leur vie privée, en plus de quelques anecdotes. La brune est en mission assez importante malgré le rang de celle-ci, mais bon, la Unohana pouvait faire une exception pour aujourd’hui. Après tout, si les aliments se trouvaient un peu toxiques ou avariés, ils seraient intéressés à connaître quelques détails de leur voyage et ce qu’ils ont fait entre le trajet et Kumo. Généralement, la Dokusatsusha préfère les ragots politiques dont elle peut utiliser contre certains nobles pour obtenir ce qu’elle veut. Mais bon, obtenir des informations de la part du commençant, ça peut s’avérer utile, car ces derniers voyages beaucoup dans Kaminari no kuni ou dans le Yuukan pour certains. Tout ce qu’elle espérait, c’était que leurs histoires et anecdotes soient tout de même intéressant et utile pour la jeune femme. Hormis quelques réponses à ses questions, en dehors de leur messe basse, secrets ou rumeurs, elle ne pouvait pas vérifier la véracité de leur propos. De toute manière, après les prélèvements, elle les classait par stands et avec les réponses à ses questions. Ainsi, il sera plus facile d’aller jusqu’aux endroits où ils ont fait un arrêt durant leur voyage ou alors jusqu’à leur fournisseur.

La kunoichi faisait tout de même mine de s’intéresser à leur histoire, en dehors des réponses à ses questions. Cela dit, plus le temps passe et plus, il y avait de monde sur la place du marché. Vu le monde, les marchands avaient moins de temps à se consacrer à elles pour répondre aux questions ou raconter des anecdotes. Il fallait faire vite et par chance, la Genin avait eu la bonne idée de créer des clones pour élargir la zone de boulot afin de ne pas perdre de temps. Terminant les derniers stands, il devenait de plus en plus difficile de circuler entre les stands et il fallait vite sortir de ce marécage d’humain. De toute manière, Yachiru avait pu avoir tout ce qui lui fallait en prélèvement et il ne manquait plus qu’à rejoindre Kyomei. En espérant que de son côté, elle a pu obtenir des informations intéressantes et surtout qu'elle ait pu terminer ses prélèvements. Sortant de ce bourbier infernal, la Unohana repère assez facilement sa camarade de mission, assise dans un coin, sans doute pour l’attendre. Sans hésiter, la Dokusatsusha par la rejoindre d'un pas décidé et élégant afin de découvrir ce qu’elle a pu obtenir de son côté. Un sourire, Yachi avait eu le droit à un sourire de la part de la rouquine. Sa partenaire semble très heureuse de la revoir et elle décide de venir également dans sa position afin de lui adresser la parole.

Apparemment, Kyomei aussi a eu le droit à des histoires durant ses moments d’enquête sur la marchandise des marchands et durant les prélèvements. La jeune Unohana sourit à la rousse. « N’hésite pas à me tutoyer, Kyomei. Et j’ai également eu des réponses intéressantes comme des anecdotes ou des ragots m’enfin, à voir si ça va réellement les intéressés. Les scientifiques ont tendance à se focaliser sur leur boulot qu’autre chose. » Dit-elle d’un ton calme en observant minutieusement sa collègue avec ses prélèvements. Elle n’avait pas chômé et cela lui faisait plaisir de voir qu’elle se donnait aussi à fond dans son travail. D’ailleurs, ses clones reviennent vers elles afin de montrer tout ce qu’elles avaient fait aussi de leur côté. Au final, il ne semblerait pas qu’elles aient oublié quoi ce soit durant leur inspection. Maintenant, il était temps de passer à la suite afin d’en finir avec cette mission et peut-être en profiter pour ensuite, discuter avec Kyomei. « Mei-san, donne tes prélèvements à mes clones. Ils vont ramener tout ceci au complexe scientifique afin qu’ils puissent commencer leur analyse sans trop tarder. On aura moins de choses sur nous pour les derniers endroits à visiter pour des prélèvements. On fera notre rapport à la fin, sans problème. Qu’en penses-tu ? » Demande-t-elle calmement, tout en donnant les siens à ses clones.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444
Kohaku Kyomei
Kohaku Kyomei

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Mar 9 Aoû 2022 - 22:24
Kyomei penche doucement la tête de côté, faisant voleter sa frange, dévoilant pour les plus observateurs le bord plissé de la cicatrice qui couvre le haut de son visage.
Dans la pose classique de « réflexion intense », le bout de ses doigts effleurent doucement la pointe de son menton alors que ses pensées parcourent la suite de leur mission. L’idée de sa comparaison n’est pas mauvaise : tout ce qui peut leur éviter des aller-retours est bienvenu et autant ne pas quadriller toute la ville en transportant des caisses de prélèvements importants. Pour tout dire, n’ayant elle même pas de clone, la possibilité de s’épargner tout cela n’était même pas venue a la jeune femme en voyant les duplicatas de sa partenaire – il faut vraiment qu’elle s’entraîne un peu plus pour ce genre de choses… est ce que sont focus que le genjutsu est finalement trop intense ?
Ce n’est pas vraiment le moment de se lancer dans une crise existentielle cependant.

« Pour être honnête, je pense que c’est une excellente idée, toutefois, nous ferions mieux de garder les rouleaux d’information avec nous. Je suis prête à parier qu’un bon nombre des restaurants du coin se fournissent au marché ou bien auprès de fournisseurs locaux… »

Et garder leur notes leur permettra de ne pas donner de doublon à l’institut.
Ce n’est pas vraiment de la pitié, mais la Kunoichi souhaite au possible éviter au groupe de chercher de passer plus de temps que nécessaire sur le traitement des données, ses connaissance scientifiques ne suffisent pas pour lui donner une idée du travail exacte que cela représentera, mais vu à quel point la collecte est fastidieuse, imaginer le reste lui donne presque mal à la tête.
L’administratif est une part de la vie des shinobi depuis la fondation des villages. A partir du moment ou un système hiérarchique central est instauré, il faut des rapports, des gens pour les écrire et d’autres pour les lire et écrivent à leur tour des rapports synthétiques de manière à ce que les personnes tout en haut ne reçoivent que les informations clefs. Mei n’a pas encore eu la chance de rencontrer le moindre ninja dont ce soit la partie préférée du métier – il doit sûrement y en avoir, mais dire qu’ils ne sont pas la majorité est l’euphémisme de l’année.
Tout cela pour dire : paperasse = mal. Et si Kyomei doit trimballer un rouleau toute l'après-midi pour épargner a un pauvre bougre de chercher de travailler toute la nuit, c’est avec le sourire que sa part sera faite.
Un village, c’est de l’entraide !
Sortant de ses pensées, la jeune femme tends sa caisse de prélèvement a l’un des clone, gardant son rouleau accroché a la ceinture avant de ranger le reste de fiole vide dans son sac pour leurs futurs prélèvement. Mei jette ensuite un coup de frange au soleil - ou peut-être un coup d’œil, mais personne ne peut le prouver - l'astre ayant parcourus un bon huitième de sa route depuis leur arrivée sur le marché, prendre des notes prenant du temps.


« La majorité des restaurants sont sans doute en train de terminer leur premier service, si on se dépêche ou pourra en faire la majeure partie pendant la coupure, ça évitera que l’on fasse fuir les clients… Même si cela concerne tout le village, savoir que l’endroit où l’on mange est la cible d’un contrôle mandaté par l’institut pourrait couper quelques appétits ! »

Certaines personne sont étranges comme cela, si il y avait un danger de mort imminent par empoisonnement global, les restaurant ne serai sûrement pas ouverts, et le fait que l’établissement soit surveillé est, somme toute, une bonne nouvelle pour la sécurité des clients… mais il suffit que l’idée que le repas puisse les rendre malade leur traverse l’esprit.

« Pour la suite, je pense que le plus simple serait de quadriller rue par rue et peut-être rester ensemble pour être sûres de ne rien manquer. Il y a beaucoup de petits étals éphémères qui se déplacent dans la ville pour vendre du dango, des brioches à la viande ou des poissons grillés, ce sont eux qui seront le plus facile à rater. Qu’en pensez-vous… Unohana-san ? »

Ces derniers mots, prononcés sur un ton des plus mielleux, sont accompagnés d’un sourire clairement amusé.
Certes, leur âges sont sans doute assez proches pour se passer des honorifique ou du vouvoiement, mais qu’est ce qu’une mission en duo avec une inconnue s’il on ne peux pas la taquiner un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13292-kohaku-kyomei-une-melodie-dans-les-nuages-terminee
Unohana Yachiru
Unohana Yachiru

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei] Empty
Jeu 11 Aoû 2022 - 10:10




Goûteuses Professionnelles


Faire le tour du marché et des stands avait pu être intéressant pour obtenir quelques informations. Cela dit, les réponses ont été croustillantes, mais certaines anecdotes étaient quant à eux, ennuyant et peu utile pour sa mission. Heureusement, la brune avait pu se sortir de tout ceci afin de rejoindre sa partenaire à la chevelure de feu. D’ailleurs, les civils commençaient à se rameuter au niveau de la place du marché et il était difficile d’y circuler aisément. Yachiru était donc bien contente d’en avoir terminé avec cette première partie de sa mission et qu’elle puisse passer à autre chose en compagnie de Kyomei. Ensemble, ça se passait bien et il n’y avait aucun problème d’entente. Après tout, ça rendait la Unohana de bonne humeur et elle n’avait pas à râler ou être mauvaise dans ses paroles et son comportement. Cela dit, la kunoichi avait proposé une idée à sa camarade afin d’accélérer un peu les choses. Envoyer ses deux clones avec les prélèvements au complexe scientifique afin qu’ils puissent commencer leur boulot. Et dans un sens, ça déchargera les deux femmes afin de ne pas se mélanger les pinceaux et avoir trop à transporter. Observant la Kohaku en train de méditer sur son idée, la brune remarque légèrement, quelques cicatrices qu’elle semblait cachée avec sa frange. Elle ne lui demanderait pas directement, autant se familiariser et être de bonnes amies pour en toucher un mot.

Mei trouve l’idée plutôt bonne et accepte cette idée, mais à condition de garder les rouleaux d’informations. Elle avait dans l’idée qu’elles risquent d’écrire des doublons si les restaurants s’approvisionnent dans le marché ou dans les mêmes locaux que la nourriture du marché. « Très bien, ça me paraît correct et à la fois, logique. Faisons comme cela, Kyomei-san. » Dit-elle avec le sourire donnant les ordres à ses clones pour qu’elles sachent quoi faire. Les caisses données avec les instructions, les Bunshin partent en direction du Complexe Scientifique sans trop se presser afin d’éviter un malheureux accident avec les prélèvements. Maintenant, Yachiru et Kyomei doivent se concentrer sur la suite afin d’accomplir leur mission. Leurs prochaines cibles sont les restaurants et il y en a quelques-uns, en espérant que cela ne leur prenne pas toute l’après-midi. Si ce n’est pas une mission une plus passionnante il est important de la faire. Et par chance, la délicieuse compagnie de la Kohaku rend le temps agréable. D’après Mei, les restaurants ont bientôt terminé leur premier service et il était intéressant de profiter de leur coupure où il n’y a pas de client afin d’aller poser des questions et faire des prélèvements. Au moins, en choisissant cette solution, ça évite d’effrayer les clients et se mettre à dos, le chef de l’établissement.

« En effet, on peut faire comme ça. Si ça peut éviter de se mettre à dos les patrons des restaurants craignant qu’on fasse fuir leur client. Et ça sera mieux pour discuter tranquillement et faire nos prélèvements. Ils seront plus accessibles de cette manière. » Dit-elle avant d’écouter la suite, qui est toujours intéressante. Les étals éphémères et vagabondant dans Kumo. Il n’y en a pas des masses et ils se font assez rares dans Kumo, car cela ne plaît guère aux patrons des restaurants depuis un certain temps. Généralement, ils sont mieux accueillis lors de festivals. En soi, rester ensemble pour finir la mission là-dessus n’est pas un mal. « Et pour la suite, on restera ensemble pour chercher ses étals rue par rue. De toute manière, ils ne doivent pas être nombreux, ça ne sera pas difficile de les trouver. » Dit-elle d’un ton calme et souriant à Kyomei. « Tu es une femme plutôt sûre de toi et intelligente, je t’aime bien. Je ne regrette pas de faire cette mission à tes côtés, ma belle. On devrait se mettre tout de suite au boulot. On devrait se séparer encore une fois pour gérer les restaurants afin d’aller le plus rapidement possible. On se rejoint ici, dès que c’est fini. Comme ça, on partira ensemble pour chercher les étals. » Dit-elle en lui pokant la joue avec son index de sa main droite. Par la suite, Yachiru part en direction de quelques restaurants dans son coin.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13275-unohana-yachiru-l-empoisonneuse?nid=1#117395 https://www.ascentofshinobi.com/t13285-dossier-shinobi-unohana-yachiru#117444

[MISSION D] Gouteuses Professionnelles [Unohana Yachiru et Kohaku Kyomei]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MLC — Objection ! ₪ Unohana Yachiru
» Dossier Shinobi - Unohana Yachiru
» yachiru ─ r u mad hu ?
» Sous l'aube d'un nouveau jour [pv. Kyomei, Hideko, Ippei]
» [Mission] A mission improbable, solution inconfortable! [avec Amaya]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: