Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Voyage n°7 du Collectionneur EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Voyage n°7 du Collectionneur

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 11:33
Les routes montagneuses du pays de la Roche étaient désormais connues pour leur sûreté depuis la libération de Yonbi ainsi que l'attaque des lieutenants du fameux Sakaze Tôsen, et les rumeurs sur la gestion plutôt exemplaire qu'avaient su développé les shinobis iwajins étaient parvenues jusqu'aux oreilles du Collectionneur.

Lui qui n'avait pas posé les pieds sur cette terre depuis un moment maintenant avait finalement décidé d'y rediriger ses pas, et ce directement vers la cité originaire de ces rumeurs, Iwa.

« Tsuchi... Cela fait bien longtemps... Je me demande quel accueil vont-ils me réserver cette fois-ci... »

Sur place, la marchande dont les yeux dorés ne rataient aucun détail s'installa tranquillement parmi les autres vendeurs qui venaient du Yuukan entier pour venir partager leurs expériences et leurs biens à des prix tout aussi multiples que l'étaient les marchandises qu'ils montraient sur leurs étals.

Prêt à vendre, souriante et avenante, la femme aux cheveux blancs comme la neige voyait ses premiers clients arriver avec satisfaction.

« Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas ! Par contre... »

Les plus attentifs avaient pu voir le regard devenir meurtrier l'espace d'un instant avant de revenir doux, presque mieilleux.

« les yeux seront vos seuls outils pour juger ma marchandise. »

Choses à savoir:
Ce que propose le Collectionneur:
Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 11:52




La Collectionneuse


Une nouvelle journée pour la brune et cette fois-ci, elle avait entendu parler d'une marchande itinérante ayant débarqué à Iwa. Sans une ni deux, la jeune femme part en direction de l’emplacement de cette étrangère. Emplacement dont elle en avait entendu parler, par certains passants Iwajins. Medyusa ne savait pas si elle allait acheter quelque chose et surtout, si un objet, un rouleau ou une arme allait pouvoir l’intéresser. En tout cas, la Yasei allait voir si quelque chose allait pouvoir lui être utile et si cela n’allait pas coûter trop chère à la Gôgon. Une nouvelle technique en perspective ? Un équipement utile pour sa future vie ? La Hebi n’en savait rien, mais elle en saura un peu plus en arrivant sur les lieux. Au sein même du village, la Nukenin pouvait voir une bonne animation au sein du village et il n’y avait pas photo, la vie malgré l’hiver, se passait plutôt bien. Pour cette sortie, l’ancienne Fukutaishô du Teikoku allait se couvrir correctement afin de ne pas attraper froid.

La fameuse marchande comme certains civils l’appellent, se trouve dans les crocs rocheux. Un lieu un peu risquer pour la Yasei vu ses conditions. Or, elle est surveillée et tant qu’elle ne quitte pas totalement le village, tout devrait bien se passer. En arrivant sur les lieux, il y avait des curieux et des curieuses, en soi, rien de surprenant pour la kunoichi. Medyûsa se met à observer le contenu de la marchandise de la femme. Il y avait deux rouleaux et trois équipements dont un semble l’intéresser beaucoup. La jeune femme se tourne vers la Dame à la chevelure blanche. « Bien le bonjour, cette capuche m’intéresse et il est plutôt joli. Que pouvez-vous me dire sur lui et combien coûte-t-elle ? S’il vous plaît ! » Le Dame a fait un long trajet, sans doute, pour vendre des rouleaux et les équipements qu’elle possède, sont peut-être spécial. Après tout, quel intérêt de vendre de tel tenue si elles n’ont rien de spéciale. En tout cas, Med se montre curieuse et lui pose des questions afin de savoir si ça vaut le coup de payer ou non. Au pire, elle trouve le capuchon juste joli et qui pourrait être joli sur elle.



Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 12:55
Maigre réconfort, modeste récompense pour tous les efforts et les sacrifices qu’ils avaient consenti lors de la dernière bataille qui avait eu lieu aux Crocs face à Tôsen et ses sbires. Ainsi pouvait-on qualifier, selon le guerrier tellurique, l’effervescence et l’affluence commerciales qui sévissaient de plus belle depuis ces dernières semaines au sein de la Roche. La cité cerclée de montagnes avait longtemps été considérée comme la plaque tournante majeur du Pays de la Terre, et se démarquait de ce point de vue même en comparaison des autres capitales du Yuukan, mais l’effet d’attraction était devenu d’autant plus important depuis que les réparations avaient été parachevées, et que les rumeurs tout à fait fondées sur l’affrontement livré par les shinobi d’Iwa contre le Chapelier avaient circulé. Maigre réconfort malgré tout, se répétait l’Oterashi tandis qu’il croisait dans les artères marchandes de la ville pour prendre acte des derniers changements et rotations qui avaient pu s’y opérer. Yanosa n’était pas en service, mais se laissait voir malgré tout de façon ostentatoire à travers la cité de temps à autres : sa silhouette, ses atours se remarquaient aisément même au milieu des foules, et si le Tellurique était conscient de ne pas susciter que des sentiments positifs, assurer une présence militaire ai sein des populations civiles demeurait important et impactant.

Cet effort là, quoi que presque contre nature pour lui, il pouvait le produire sans risque, au moins.

Au fil de sa patrouille officieuse, saluant sobrement de la tête les marchands les plus réguliers et les résidents de la Roche qu’il croisait pour marquer un semblant de connexion entre eux et lui, le guerrier enrubanné en vint ce jour-là à apercevoir un visage qui ne lui revenait pas. Faisant darder instinctivement ses sens vers la jeune femme aux cheveux blancs, ces dernier brillant hasardeusement sous les rayons du soleil qui pouvaient les baigner de leur lumière, l’Oterashi mémorisa la signature d’énergie de la marchande, qui disposait visiblement d’un étal éphémère mais agrémenté d’objets qui tendaient à sortir du lot. Des rouleaux, reconnut l’agent du Sazori, mais pas que. D’un pas leste et assuré, il s’approcha en détaillant les marchandises de plus près, scrutant les tissus, détaillant ces étranges masses de métal dotées de systèmes d’attache ingénieux et robustes.

« Bonjour à vous… C’est la première fois que je vois votre minois ici. On ne voit pas de marchandises aussi… disparates et particulières très souvent, dans cette avenue. »

Oeillant sur sa droite, le Tellurique aperçut la silhouette changée et incognito de Medyûsa et décida de ne pas s’en préoccuper. Il était sensé avoir occis la kunoichi aux Crocs, et ne souhaitait aucunement remettre sa couverture en jeu au fil de quelques banalités échangées.

« Oh, impossible de toucher alors, hein… Ces poids… ils sont fiables ? J’ai souvent vu pareils produits être vendus par les forgeron et ferrailleurs en tout genre, mais aucun n’était assez durable pour moi. Les fixations lâchaient, les frictions du métal provoquaient des blessures,… J’ose espérer… que ceux-là ne sont pas du même acabit ? »

Lorsqu’il dépensait ses Ryos, l’agent du Sazori s’attendait à en avoir pour son argent, et tous ceux à qui il avait acheté des produits défectueux ou qui ne répondaient pas à ses normes l’avaient appris à leurs dépends. En gardant la vie sauve, malgré tout.

« Ces mitaines sont étranges… On dirait un assemblage grossier et usé. Est-ce que je peux savoir pourquoi vous vous donnez la peine de vendre une chose pareille ? »

Résumé

Yanosa mémorise la signature de chakra de la Collectionneuse :


Il manifeste également son intérêt pour les poids, qu'il compte acheter pour se faire une idée tout en questionnant leur fiabilité, et questionne la Collectionneuse sur l'utilité des mitaines qui attirent sa curiosité.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 15:58
Déambuler à travers les rues des quartiers marchands de la cité de la Roche était devenu avec le temps un passe-temps tout à fait routinier pour le bretteur et archer autodidacte qu’était Ieyasu. La marche active, la focalisation de son attention par tous ces biens et services proposés à la vente et le prospect de tirer parti de certains d’entre eux pour concocter des potions et onguents toujours plus divers et efficaces : tout cela, en ces circonstances, faisait du bien au Nomura, qui rongeait autrement son frein de ne toujours pas pouvoir rencontrer la cheffe de l’hôpital d’Iwa, celle qui serait capable selon les rumeurs et les faits racontés d’effectuer des greffes de haute volée pour guérir ses patients les plus mutilés. Le jeune épéiste avait autrefois fait le deuil de son bras gauche, avait accepté sa perte ainsi que le fait qu’il devrait vivre le restant de ses jours avec sa seule main droite pour mener ses ambitions à bien. Seulement, Ieyasu ne pouvait pas ignorer cet espoir, laisser passer cette opportunité qui ne dépendait finalement que de sa patience, à attendre que la célèbre Chiwa Aimi fasse son retour au sein de la cité.

Son regard se portant tous azimut pour tenter de repérer les marchandises qui pouvaient l’intéresser, dans cette artère commerçante densément peuplée et fréquentée, le jeune homme originaire de Tetsu joua des épaules pour observer de plus près le contenu de certains étals, signe qu’il était devenu avec le temps bien plus apte à s’imposer, toutes proportions gardées, qu’il ne l’avait été auparavant. Respectueux et humble, il l’était toujours, mais sûr de ses capacités et de sa valeur, il l’était beaucoup plus. Tandis que ses yeux se portaient sur la succession de biens offerts à la vente, l’attention d’Ieyasu fut toutefois piquée au vif par un étal somme toute très modeste où ne figuraient qu’une poignée d’articles disparates à l’aura mystérieuse ainsi que quelques rouleaux. Son regard s’attarda un instant sur ces objets avant de finalement remonter vers leur détenteur, qui s’avéra être une détentrice.

« Hm, euh, bonjour. C’est… tout ce que vous avez à vendre ? C’est plutôt… étrange, enfin, je trouve. »

Les intitulés présents sur les rouleaux laissaient entrevoir leur lien avec le Doton, une affinité avec laquelle le Nomura n’entretenait aucun connexion, et voir la paire de mitaines rapiécées lui rappela amèrement que même si il venait à se les procurer, il ne pourrait en enfiler qu’une seule. Face à ces différents constats, cependant, une autre idée germa dans l’esprit du bretteur tetsujin, qui adressa un sourire presque malicieux à la vendeuse en glissant sa main droite dans son par-dessus pour aller y chercher le manche d’une arme à laquelle il n’avait jamais réussi à trouver la moindre utilité.

« Enfin, il se trouve que j’ai peut-être de quoi garnir cet étalage, si cela vous intéresse. Ce… coutelas. Je l’ai récupéré sur un bandit qui m’avait attaqué, au Pays de la Griffe. Je l’ai longtemps utilisé pour préparer le gibier, mais… j’ai toujours senti que quelque chose n’allait pas, avec sa lame. Elle a du sang sur son tranchant, j’en suis sûr. Du sang humain. »

Avec habileté et délicatesse, Ieyasu présenta l’arme à la marchande aux cheveux nacrés de sa main unique, la lui laissant entrevoir et détailler du regard autant qu’elle le souhaitait. La prendre en main, même, si elle le désirait.

« Si vous voulez y mettre le prix… je vous vendrai volontiers cette arme. »


Résumé
Ieyasu propose cette arme Rare à la vente à la Collectionneuse :


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 16:43

S'il y avait un avantage notable à se joindre à une carrière militaire pour son village caché, c'était sans aucun doute la paye. Rin, héritière du Byakugan et membre du conseil, n'avait jamais vraiment eu de problème d'argent. Le clan Hyûga n'était pas un clan mineur après tout, mais elle n'avait jamais non plus eu assez de Ryô en poche pour ne plus savoir quoi en faire.

Comble du bonheur, Rin avait eu une soudaine rentrée d'argent qui lui totalisait un montant assez confortable pour qu'elle aille jeter un oeil à cette fameuse marchande qui venait d'apparaitre au village. Elle était bien au courant que certains vendeurs itinérants arpentaient les routes du Yuukan, mais elle n'avait jamais vraiment eu l'intérêt d'aller à leur rencontre jusqu'à aujourd'hui.

Sur le chemin, avant même d'être à proximité, la parange aux pupilles éburnée concentrait son chakra dans ses yeux, alimente constamment ce fameux Dojutsu qui était la fierté de son clan. D'imposante et d'importantes veines faisait leurs apparitions en demi-lune sur ses tempes, pompant constamment cette énergie vitale tant nécessaire aux Shinobi.



Joignant par la suite ses mains, Rin réalisait l'une des techniques les plus simples du répertoire ninja et prenait soudainement une forme différente. Enfin, pas si différente que ça, car même si elle venait d'utiliser le henge, elle s'en servait pour prendre sa propre apparence, mais sans la présence indicatrice des veines révélant l'utilisation du Byakugan. Ce n'était pas assez subtil à son goût.



Désormais capable de percevoir même au travers de la matière, quoique ce n'était pas ça particulièrement qui l'intéressait, mais bien sa capacité à pouvoir voir le chakra, Rin pénétrait au coeur de l'établissement, le visage toujours aussi dépourvu d'émotion. Bien entendu, elle remarquait la présence de son enseignant, qu'elle saluait comme elle l'avait toujours fait.

[Rin] - Yanosa-Senseï ! Je suis bien contente de vous voir.

Puis, posant ses iris dans celle de la marchande, sa vision quasiment parfaite lui permettait de voir tout ce qui l'entourait.

[Rin] - Bonjour ! Ravis de faire votre connaissance.

Déclarait-elle avec cette attitude nonchalante qui lui était si caractéristique.

[Rin] - Votre inventaire est rempli de bijou, je dois vous l'avouer.

Rajoutait-elle en valsant ses pupilles jusqu'à les poser sur une paire de gants.

[Rin] - Je serais curieuse de connaître le prix des gants et s'ils ont une utilité particulière pour qu'ils fassent partie de votre collection. Mes yeux, pour reprendre vos mots, voient qu'ils raccomodé et pourtant vous en avez fait l'acquisition. Ça ne peut que piquer ma curiosité.

Des gants qui ne généraient même pas l'utilisation de son Juken tant il y avait même des trous pour ses doigts.



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 10 Juil 2022 - 17:49

Depuis le passage de cette marchande si particulière à qui j’avai offert le kinjutsu de scellement d’un bijuu, m’assurant par la même occasion qu’Iwa soit un passage de choix par la voyageuse, j’avais demandé à être informé de la visite de tous marchands considérés comme particuliers, comprendre celles et ceux qui étaient susceptibles de vendre des informations de choix, des rouleaux de technique ou des armes au potentiel hors-du commun.

C’est dans cette optique qu’un message fut déposé sur mon bureau. Traitant les sujets les uns après les autres, l’urgence de la situation actuelle ayant mon attention prioritaire, il était relativement tard dans la journée quand je tombais sur ce bout de parchemin m’informant d’une visite qui pourrait m’intéressée. Certains avaient déjà fait le tour de l’échoppe et j’avais sur ce petit bout de papier la liste de ce qui était proposé. Pour autant, ce qui était proposé n’était pas nécessairement ce que je recherchais et tout comme la marchande de rouleaux, j’envisageais bien plus pour le village que les marchandises que la jeune femme avait à vendre.

En cette journée hivernale, la nuit tombait vite et c’est emmitouflé dans mon manteau que j’arrivais finalement sur place. Si beaucoup avaient fermé boutique, il semblait que ce n’était pas encore le cas pour celle que je venais voir.

« Bonsoir. J’espère que je ne viens pas trop tard ? »

Saluant la jeune femme, m’inclinant au passage, je relevais la tête avant d’observer les articles qu’il restait à disposition de la Collectionneuse.

« Bienvenue dans le village. Je me présente, Miyamoto Teruyo, Membre du Triumvirat d’Iwa, en charge des relations diplomatiques. Après votre fermeture, m’accorderiez-vous un entretien dans un lieu plus adapté à une discussion ? A titre personnel, j’ai un objet à vous vendre, mais j’aimerai aussi pouvoir échanger avec vous sur d’autres sujets. »

J’aurais pu rester là et laisser languir la jeune femme sur la vente, mais ce n’était pas ce qui m’intéressait le plus dans ce bref échange. Sortant un rouleau de ma besace, je déployais le sceau, laissant alors apparaitre un katana à l’allure particulière.

Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 11 Juil 2022 - 11:59
La blanche accueillit ses premiers clients avec ce professionnalisme qui lui était caractéristique. Souriante, elle n'hésita pas à répondre aux questions qui lui étaient adressées.

« Bonjour mademoiselle, cette capuche vous intéresse donc. Elle appartenait à un homme d'Hayashi, un chasseur et protecteur vaillant qui a passé sa vie à défendre les siens et à les nourrir. Elle lui permettait d'être indétectable aux yeux de tous. Regardez plutôt. »

Prenant avec grand soin l'objet mit en vente, gardant un oeil sur le reste de ses biens, la vendeuse activa alors l'objet en y insufflant du chakra. Dès lors, son corps tout entier se mit à se fondre avec le paysage et en quelques instants, elle avait disparu de sous vos yeux. Après quelques secondes, le Collectionneur réapparut, toujours au même endroit.

« Avec ce merveilleux objet que je peux vous céder pour la modique somme de trois millions de ryos, vous pourrez disparaître de la vue de vos ennemis. Attention cependant, si vous attaquez ou que vous agissez trop brusquement, nul doute que vous réapparaîtrez. Le Rôdeur, car tel était son nom, n'était pas connu juste pour un objet, vous vous en doutez. »

Elle laissa alors le temps à Medyûsa de se décider alors qu'elle répondait à ces autres questionnements qui profusaient. Elle fit alors un petit sourire mystérieux à Yanosa avant de revenir à un air un peu plus sérieux lorsqu'elle lui répondit.

« Bonjour monsieur, vous avez une drôle de manière de fixer les gens vous savez. Tous n'apprécient pas ce genre de regard. Mais en effet, je préfère faire les démonstrations. J'ai connu suffisamment de petits malins qui tentaient de me distraire pendant que j'aide les clients à découvrir un objet, je peux être plus concentrée sur le reste lorsque c'est moi qui montre. Et cela nous évite à tous des déconvenues, puisqu'on ne me vole pas impunément. Quant à votre question, sachez que je ne vends que des objets de qualité, et que s'ils venaient à vous faire défaut, alors il vous suffirait de revenir me voir pour en obtenir de nouveaux sans prix supplémentaire. Enfin, dans la mesure du raisonnable. Ne venez pas vous plaindre si vous avez laissé un Borukan les plonger dans la lave pour tester leur solidité. J'accepterais de m'en séparer pour la modique somme de cent cinquante mille ryos »

Portant ensuite ses mains aux mitaines exposées, elle les attrapa à leur tour et les enfila.

« Ces gants que vous avez là... Comme je vous l'ai dit, je ne vends que le meilleur. Attendez. »

Se mettant sur le côté, elle fit un geste de la main vers le sol et, suivant ce dernier, une lame de vent en sortit et fendit la terre.

« Elles appartenaient à un paysan qui les utilisait pour faucher les blés. Un peu particulier je vous l'accorde, mais elles sont discrètes et insoupçonnables. De quoi surprendre plus d'un adversaire. Pour trois millions de ryos, elles sont à vous ! »

Retirant les mitaines, elle les reposa sur leur présentoir. Là aussi, Yanosa pourrait choisir ce qu'il souhaiterait acheter avec le temps de la réflexion. Se tournant vers le samouraï qui s'était aussi avancé, elle répondit à son salut avec toujours la même attention puis répondit à ses interrogations.

« Vous trouvez ? Il est complexe d'avoir des stocks bien plus grands pourtant, et les acheteurs sont nombreux. Ils disparaissent plus vite qu'on ne le penserait. Je n'ai plus grand chose de réellement intéressant à vous présenter malheureusement, mais demandez toujours si vous avez une demande particulière, je me ferais une joie vous aider ! »

Elle observa alors l'arme que sortit l'homme aux longs cheveux.

« Vous permettez ? »

Toujours souriante, elle avait tendu la main pour requérir la permission de le prendre en main. Avec l'accord du propriétaire, elle tâcha alors de fendre l'air devant elle avec une certaine précision. Soupesant l'objet, le détaillant alors de plus près, elle finit par le remettre dans les mains de Ieyasu.

« Il m'intéresse en effet. Pour pouvoir le revendre à un prix correct, je dirais que je vous l'achète pour trois millions, si cela vous convient bien sûr. »

Nouvelle arrivante, nouvelle salutation, cette dernière avait pu percevoir une bague dégageant du chakra enfermée dans un coffret dans les affaires du Collectionneur, seul autre objet ayant ce même effet que les deux présentés parmi le tas de camelote qui l'accompagnait.

« Comme je l'ai expliqué à ce monsieur, et comme vous pouvez voir sur le sol, ces gants permettent de créer des lames de vent. Elles ne sont pas des plus puissantes, mais elles sont très correctes. Pour trois millions de ryos, elles sont à vous. Mais si vous les souhaitez tous les deux, je les vendrais au plus offrant. »

Terminant sa présentation de ses biens, le Collectionneur se tourna vers le dernier venu.

« Ohayo, trop tard ? Tant que je suis là, il n'est pas trop tard voyons. »

Accompagnant sa phrase d'un merveilleux sourire qui avait dû en faire chavirer plus d'un, la belle fit un léger salut de la tête en première réponse à la présentation du Taisho du Manazuru. Rares étaient les clients qui se présentaient.

« Hajimemashite, Miyamoto-san. Merci de votre accueil. Pour ce qui est de l'entretien, j'ai beaucoup à faire et le temps, c'est de l'argent. Pour autant, je pense qu'avec quelqu'un d'aussi important, je peux bien sacrifier un peu de mon temps. Mais cela devra rester assez bref, j'espère que vous comprenez. Je vous accompagnerai une fois ces échanges terminés, si cela vous convient. Pour votre objet, permettez que le l'observe de plus près ? »

Elle observa l'arme de près, estimant d'abord sa valeur à son apparence, puis, si elle avait l'accord du propriétaire, tâcha d'en utiliser les facultés, faisant apparaître cette lumière bien particulière. Elle prit encore un peu de temps pour s'assurer de l'équilibrage de la lame et de sa qualité puis la reposa devant Teruyo.

« Si vous l'acceptez, je vous la prend pour trois millions de ryos. »

À l'écoute des réponses qui lui seraient offertes, la demoiselle aux cheveux enneigés observait ses clients du jour, plutôt nombreux.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 11 Juil 2022 - 12:17




La Collectionneuse


Medyusa était arrivée devant la marchande et au vu de sa collection, on dirait plus une collectionneuse qu’autre chose. Cela dit, le fait qu’elle revend tout ceci, fait d’elle une marchande itinérante. Or, la brune ne va pas se plaindre, car dans sa marchandise, exposée à toutes et à tous, elle y repère une capuche intéressante. Du coup, la Yasei se met à poser des questions à la femme dont la chevelure ressemble à la neige, aussi blanche et pure. La petite histoire est intéressante à écouter. La capuche appartenait à un rôdeur de Hayashi no Kuni et cela lui permettait de se rendre invisible pour réaliser diverses choses. Evidemment, la Dame met en garde la Gôgon de comment bien utiliser la capacité de cette capuche. C’est très intéressant à écouter et aussi, à voir vu qu’elle a eu le droit à une démonstration. Cela pourrait servir à la Hebi, en cas de réel souci, plus tard.

Le prix était assez élevé, mais la kunoichi pouvait clairement se faire se petit plaisir, même si son porte-monnaie risque de pleurer sur le moment. Avec un sourire, la Nukenin répond à la Collectionneuse. « Vous connaissez bien votre sujet, ma chère. C’est une petite histoire fort sympathique à entendre et cette capuche possède une capacité bien intéressante. C’est la première fois que je vois cela. Trois millions de ryôs ? Parfait, je prends. » Dit-elle, contente de pouvoir se l’offrir en cadeau. Elle allait pouvoir s’amuser un peu et il suffit juste d’un mûdra pour l’activer, pratique comme équipement. L’Irounin pourrait s’en servir comme exemple pour une idée de jutsu plus développer dans la dissimulation afin de soigner un allié, sans que l’ennemi puisse la voir. Et cette capuche aura grandement son utilité. La kunoichi donne les trois millions de ryôs à la Blanche avant d’accaparer son dû avec le sourire. « Je vous remercie, je vais chérir cette capuche, si belle ! Bonne continuation et à une prochaine fois, qui sait ! » Dit-elle.

Medyûsa, après avoir donné l’argent et obtenu la capuche verte, retournera chez elle, toute contente.



Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 11 Juil 2022 - 15:38
« Bonjour, Rin » répondit sobrement et sans entrain particulier le guerrier enrubanné.

Les marchandises mises en ventes par cette femme, songea brièvement l’Oterashi, attiraient vraisemblablement plus d’un quidam, et les pupilles nacrées de son apprentie ne s’y étaient visiblement pas trompé non plus. Avec aplomb, la jeune femme de l’autre côté de son étal expliqua le pourquoi de ses règles à l’agent du Sazori, qui pouvait aisément convenir qu’un surplus de prudence pouvait rarement être dommageable dans sa position. Les gens, après tout, se bousculaient apparemment quoi qu’il en soit pour avoir une chance d’observer et d’acquérir ses marchandises, et c’était tout ce dont un commerçant comme elle pouvait rêver.

« Oh, je comprends bien. Je peux cependant vous assurer… que ce n’est pas ici, au sein de la Roche… que vous pourrez vous faire détrousser quoi que ce soit. »

Il y avait des malandrins partout, évidemment, mais la dureté avec laquelle le Shishiza réglait les problèmes liés au vol ne laissaient que peu de volontaires pour tenter leur chance sur les étals des marchés qui prenaient place à Iwa.

« Hmm. Votre confiance dans ce produit est assez éloquente il faut le dire. Je vous prends les poids. Et, je reviendrai effectivement vous voir sans faute, si il s’avère qu’ils sont du même piètre niveau que ceux que j’ai pu acquérir par le passé. »

L’affaire était entendue. Cette affaire là, en tout cas, car il en était une autre que l’Oterashi allait potentiellement vouloir conclure, à la vue de la démonstration faite par la Collectionneuse du pouvoir que renfermaient ces mitaines rapiécées et usées. Les yeux de Yanosa, en apercevant la lame de vent jaillir de la paume de la vendeuse pour aller fendre le sol, s’écarquillèrent en deux billes incandescentes, tandis qu’il ressentait en son for intérieur un écho puissant qui résonna pendant un long moment dans sa poitrine.

« ...Tenzin... »

Le nom sortit comme un murmure entre ses lèvres abîmées. Ce n’était pas la première fois que son corps et son esprit semblaient réagir de la sorte, face à la manifestation du chakra éolien. Le Chûnin, instinctivement, repensait à ce moment qui avait précédé son coma, cette déferlante de vents tranchants qui l’avaient lacéré de toute part. Mais ce n’était pas ça dont il s’agissait ou, tout du moins, ce n’était pas tout.

« Je… Je les prends. Avec les poids. Tenez... »

Visiblement ébranlé, c’est une main presque hésitante que le guerrier calciné porta la main à son ceinturon pour aller y chercher l’argent nécessaire à la transaction, son faciès enrubanné encore plus renfermé que de coutume. Faucher les blés… La faucille utilisée jadis par le Konran lui revint en tête comme un boomerang, ses pensées s’entrechoquant comme si il entrevoyait des futurs alternatifs. Des avenirs où l’éolien aurait vécu, où l’Oterashi également aurait vécu, en paix. Avec eux-même autant qu’avec le monde.

Ses songes un tant soit peu dissipés, Yanosa retrouva assez de lucidité pour se rendre compte de l'opportunité qui se trouvait devant lui d'opérer une transaction intéressante. Portant sa main à l'arrière de son ceinturon, il décrocha de ce dernier deux rouleaux qu'il avait déjà amplement eu le temps d'étudier, et qu'il tendit avec fermeté à la marchande.

« ... Ces parchemins renferment des arcanes qui pourraient vous intéresser, si je ne m'abuse. Je vous les vends... si le prix est bon. Jetez-y un oeil. »

Résumé
Yanosa propose d'acheter les poids ainsi que les mitaines au prix demandé pour un totale de 3M150k Ryos.

Il propose ensuite à la vente ces deux rouleaux (pour 12M de Ryos, en principe) :





Dernière édition par Oterashi Yanosa le Dim 17 Juil 2022 - 0:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Ando Amagawa
Ando Amagawa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 11 Juil 2022 - 17:12



Alors qu’il se promenait dans le quartier marchand dans l’une de ces rares journées de congé, le jeune Amagawa qui s’empiffrait d’une collation typique à la région se relatait les récents évènements depuis son arrivée au village caché. Certes, les choses avaient été mouvementées, il en avait vu de toutes les couleurs avec cette mystérieuse femme de l’hôpital pour commencer, puis les autres qui lui avaient occasionné quelques visites forcées à la clinique, dont son plus récent mentor, la momie pour ne pas tous les nommer. Enfin, il chassait d’une main leste ses pensées en l’air, car bien qu’exigeante, elle n’était pas toute mauvaise non plus. Il était en congé, il n’avait pas à revivre ses carambolages ou ses épreuves qui le forgeraient en une arme adéquate pour les biens du village. Aujourd’hui, il profitait du beau temps, des petites choses simples de la vie et d’un sentiment de liberté qu’il n’avait pas pue exploiter depuis quelques semaines.

Alors, imaginez sa surprise, ou sa réaction plus proche d’une crise cardiaque, quand il vit d’un rapide coup d’œil en tournant le coin d’une ruelle, tout et quand je dis tout, c’est sans exception. Chacun chacune des personnes lui ayant causé de l’anxiété dans les derniers évènements. Ils étaient tous assemblés proche d’une dame à la tignasse couleur de neige qui d’une démonstration de tour de force et de magie, venait de lacérer le sol non loin de la troupe. Un ennemi ? Non, car personne n’avait vraiment (mal) réagi et elle continuait avec une certaine verve à décrire des… objets ? Y avait-il un évènement qu’il aurait pue oublier ?

Mitigé entre son premier réflexe, soit s’être caché discrètement derrière le premier pan de mur pour échapper au regard de tous, puis cette attirance soudaine envers cette femme au corset, car n’oublions pas que dans la fleur de l’âge, le bourgeon qu’il était n’était pas insensible aux charmes féminins non plus, Ama- décida de ravaler ses peurs et rejoignit la petite troupe comme si de rien n’était en concentrant son chakra dans ses yeux pour lire les signatures chakratique de tous les individus présents. Lui qui n’était jamais trop prudent, aimait bien faciliter ses futures rencontres tout en agrandissant sa collection de renseignements personnels. Seulement, cette fois il prit quelques secondes de plus pour analyser la demoiselle.

-Hey ! Il se passe quoi ici ?

Dit-il discrètement pour la dernière cohorte à s’être jointe à la vente de trottoir, mais il ne lui en fallut pas bien plus pour comprendre que la dame en question, était une vendeuse d’objets exotiques. Il en crachat presque sa dernière bouchée avant de rapidement tâter ses poches à la recherche de sa bourse. Il avait quelques économies et était prêt à participer, Yanosa, qui l’avait bien devancé, venait de tendre de l’argent à la marchande.

D’une bouche à moitié emplie, il cria presque en levant sa bourse pour montrer son sérieux.

-Il reste quelque chose ? Il vous reste des Omori ? Sinon combien sont ses rouleaux !

Comme un enfant à noël, il regardait les derniers articles, pour quelqu’un comme lui, chacun de ses trésors avait une réelle valeur et compte tenu de ses réserves, Ama- avait encore deux points cinq millions de Ryos, il pourrait assurément s’acheter quelque chose !

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13234-ando-amagawa https://www.ascentofshinobi.com/t13244-ando-amagawa#116999
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 11 Juil 2022 - 22:17

Posant son regard sur une bague camouflée dans les quelques effets de la marchande, Rin désactivait son Byakugan dissimuler sur les traits de son Henge. Ayant vu ce qu'il l'intéresse, elle n'avait pas besoin de maintenir cette pompe à chakra qu'était le dojutsu de son clan, il ne restait plus qu'à aborder le sujet subtilement.

[Rin] - Je vois. C'est dommage pour les gants, mais je les laisse volontiers à Yanosa. Il semble y être beaucoup plus attaché que moi.

Déclarait-il en arquant la tête de quelques degrés. Valsant ses iris sur les différents biens de l'étale, Rin faisait les cent pas. Sur son visage se lisaient d'abord du désintérêt, puis de la déception. Cette femme experte dans la maîtrise de ses émotions imitait là quelques mimiques afin de vendre les quelques mots qu'elle s'apprêtait à lui dire.

[Rin] - Votre inventaire est vraiment magnifique, mais je me demandais si vous n'auriez pas autre chose à proposer ? J'aurai besoin de quelque chose de plus subtil qu'une cape et que se manipule plus facilement que des poids.

Rajoutait-elle en posant son regard éburné dans celui de la marchande.

[Rin] - Bien entendu, pardonnez-moi si je trop avenante, mais ce n'est pas tous les jours qu'on à la chance de faire votre rencontre. Votre réputation vous suit.

Déclarait-elle en souriant à la demoiselle. Une scène bien rare, cette jeune femme ne daignait jamais montrer cette façette de sa personnalité, mais ici, elle avait tout à gagner.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mar 12 Juil 2022 - 15:25
L’épéiste autodidacte permit bien entendu à la marchande de prendre en main le coutelas qu’il lui avait présenté, et ne put même s’empêcher malgré la nature viscéralement mauvaise de l’arme de s’enorgueillir du fait que la jeune femme semblait y trouver quelque intérêt. Car l’intérêt, dans son corps de métier, se traduisait le plus souvent par des Ryos sonnants et trébuchants, une denrée que le Nomura tentait depuis des mois et des mois d’amasser pour rentrer au pays les poches pleines. Un instant, Ieyasu se dit qu’il aurait certainement pu rassembler de l’argent de façon bien moins risquée via le commerce plutôt que le mercenariat et les tribulations hasardeuses qu’il avait entreprises, mais il se rappela dans la foulée que sans ses voyages, sans tous ces combats qu’il avait dû livré, jamais il n’aurait pu mettre la main, par exemple, sur ce coutelas bien particulier. Une arme rustre, qui allait vraisemblablement pouvoir lui rapporter pas moins de trois millions de Ryos.

« Ho, et bien, ma foi ça me va parfaitement. Tenez, ce coutelas pour trois millions. »

Dire que le jeune samouraï était ravi de se séparer de cette lame souillée était un doux euphémisme, surtout en échange d’une telle somme d’argent. La transaction dûment effectuée, le Nomura salua humblement la marchande et se retira pour vaquer à ses occupations du jour, à savoir quelques kata d’entraînement sur un haut plateau et sans doute la concoction de plusieurs préparations alchimiques qui pourraient lui être utiles très bientôt. En fin de journée, autant sans doute par le fruit du hasard que par curiosité, il s’avéra toutefois qu’Ieyasu se trouva à emprunter à nouveau l’avenue où la Collectionneuse s’était installée. Et si le bretteur manchot n’avait initialement aucune intention de retourner voir son étal sur lequel il avait déjà pu jeter un œil plus tôt dans la journée, cela changea de façon tout à fait drastique lorsqu’il aperçut à quelques dizaines de mètres la lueur vive qui échappa de la lame d’un katana.

Interloqué et intrigué, l’archer et épéiste autodidacte se rapprocha vivement de la scène, portant tour à tour son regard sur cet homme aux cheveux roux, la marchande… et cette lame qu’elle maniait.

« Euhm… Excusez-moi. Cette arme… est à vous ? » Demanda-t-il à l’adresse du rouquin.

Ses yeux parcoururent le pommeau et le tranchant du katana, reconnaissant le travail des forgerons tetsujin grâce à plusieurs signes distinctifs. Le symbole à l’effigie d’un soleil, également, trahissait les origines sectaires du possesseur originel de cette lame apparemment capable d’émettre une puissante lumière.

« Incroyable… Est-ce que… je peux ? Fit-il en tendant sa main unique afin de sous-peser l’arme et d’en estimer la qualité.

Si d’aventure on lui laissait l’opportunité de la manier à son tour, alors assurément Ieyasu pourrait constater qu’il avait là entre ses mains une véritable relique, un katana non seulement au tranchant exceptionnel – comme toutes les lames du Fer – mais capable également de faire irradier de la lumière de sa lame.

« Je… J’aimerais beaucoup acquérir cette arme, fit-il en regardant tour à tour le dénommé Teruyo et la Collectionneuse, ne sachant trop à qui s’adresser pour tenter de mener à bien cette transaction. Est-ce que… trois millions, feraient l’affaire ? »

Encore une fois, la question était adressée à l’un comme à l’autre, ne sachant trop à qui revenait la possession du sabre en cet instant. Cette somme qu’il proposait n’était pas calculée au hasard : il s’agissait précisément de celle qu’il avait reçu plus tôt dans la journée en échange du coutelas. Moins de trésorerie, songea-t-il, mais à penser au pouvoir que renfermait cette lame, Ieyasu avait rapidement fait les comptes.

Résumé
Ieyasu accepte de vendre le coutelas pour 3M.
Il repasse plus tard dans la journée et voit de loin la démonstration faite par la Collectionneuse du sabre de radiance. Il se rapproche donc, demande si il peut prendre l'arme en main, et propose 3M en échane du sabre à son ou sa détentrice.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mar 19 Juil 2022 - 0:25

A nouvelle marchande nouvelle personnalité qui sortait de l’ordinaire, comme si tous les commerçants extérieurs au village qui désiraient y faire halte avaient, en plus d’une marchandise de qualité, faisaient preuve d’une originalité certaine. Rares étaient les camelots à vendre des armes de si bonne facture, autant dire que je n’étais guère surpris de voir une échoppe quelque peu démunie après le passage certain d’iwajins que j’avais raté. Pour autant, qui sait vendre sait aussi acheter et l’arme que j’avais proposée semblait ravir la jeune femme qui offrait là un prix des plus raisonnable.

« Ne me remerciez pas, il est tout à fait normal d’accueil avec une attention toute particulière les rares commerçant qui sont à même de fournir le genre de matériel que vous vendez. Mais, vous-même ? Avez-vous un nom ou dois-je me contenter d’un simple « madame » ? »

Satisfait par ce bref échange, j’espérais moins de réticences à discuter que celles exposées par notre dernière visite. Pour autant malgré les difficultés, j’avais su tirer notre épingle du jeu pour Iwa, espérant que cela puisse nous être favorable pour le futur.

« Pour ce qui est de cette entrevue, je vous laisserai le soin de rejoindre l’académie Hashira quand vous serez disponible, vous y serez attendue. Je délèguerai également quelqu’un pour vous y conduire, il est parfois difficile de se déplacer à Iwa la nuit lorsque l’on est peu habituée. »

Mais finalement, alors que la situation initiale semblait sur le point de se clore, un élément narratif supplémentaire vint modifier le cours même de mon histoire avec l’apparition d’un homme qui lui aussi semblait intéressé par la lame que j’avais désir de vendre. Laissant à chacun des protagonistes le loisir d’étudier l’arme que je comptais céder, celui qui, aux vues de son discours, de sa tenue et de son comportement semblait d’origine tetsujin espérait lui aussi acquérir cette lame. Comme quoi, cette épée avait du succès. Et dire que pour moi elle n’était d’aucune utilité.

« En effet, elle est à moi, du moins, pour le moment. » dis-je en souriant.
« Vous me mettez dans un embarras certain voyez-vous. Je viens de proposer cette lame à la vente et vous m’offrez le même prix que notre commerçante ici présente. Au-delà même du tarif, si je n’ai pas de préférence pour celui qui achètera ce katana, par déontologie commerciale, je me vois mal revenir sur la proposition initiale que j’ai réalisée. Mercantilement parlant, Iwa en tant cœur marchand du Yuukan, certaines règles tacites sont souvent appliquées aux échanges. Pour autant, si aucun de vous d’eux n’y est opposé, je suis ouvert aux négociations. »

Le plus simple finalement aurait été de mettre aux enchères la lame entre les deux protagonistes, mais à agir de la sorte, il était possible que je froisse la jeune femme. Ainsi, avec cette nouvelle approche, les cartes n’étaient pas dans ma main mais dans celles qui devait désormais choisir quoi faire concernant cette lame.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mer 20 Juil 2022 - 0:00
Le Collectionneur, fidèle à elle-même, gardait cette apparence de parfaite commerçante. Répondant à la nouvelle détentrice de la capuche du Rôdeur, elle prit l'argent, vérifiant brièvement les comptes avant d'ajouter ceci à son coffret contenant sa réserve de ryôs.

« C'est mon métier. Vous me voyez ravie que cet achat vous plaise. Bonne continuation à vous et puisse votre bien vous accompagner longtemps. »

Reportant son attention sur le guerrier brûlé qui avait sorti une somme pour ses poids ainsi que pour ses gants, la vendeuse avait bien vu la réaction de ce dernier lors de la démonstration en prononçant le nom d'un des combattants connus d'Iwa, mort face au tout aussi célèbre sinon plus encore Sakaze Tôsen. Prenant l'or et donnant ses nouvelles acquisitions à l'assimilateur, elle allait passer au client suivant lorsqu'il lui dévoila deux rouleaux. Le Collectionneur s'en saisit alors pour les observer et en décrypter la nature avant d'hocher la tête.

« Je vois. Pour douze millions de ryôs, si cela vous convient, je peux vous en délester. »

Lui accordant à nouveau quelques instants de réflexion, la marchande se tourna alors vers le retardataire qui semblait lui aussi être intéressé par la série de poids d'entraînement.

« Oui bien sûr, pour seulement 150 000 ryôs, ils sont à vous ! Pour les rouleaux, celui-ci vous coûterait deux millions de ryôs, il s'agit d'une technique doton de défense, un simple mur basique, tandis que celui-ci vous permettrait de créer un marécage qui immobiliserait vos adversaires à n'en pas douter. Je vous le ferai pour cinq millions si vous souhaitez l'acquérir. »

Bienveillante, le Collectionneur se tourna ensuite vers la Hyûga qui insistait sur la qualité de sa marchandise. Affichant un air gêné, la vendeuse soupira finalement.

« C'est aimable de votre part, mais... Cela me gêne quelque peu... J'ai effectivement un autre objet en ma possession, mais je l'ai déjà promis à un autre client. Je pourrais vous le vendre mais... Hmmm... Allons, disons pour dix millions de ryôs, j'accepterais de m'en séparer et de briser ma parole. Avant que vous me disiez votre avis à son sujet cependant, laissez moi vous le présenter. »

Sortant une jolie boîte en bois sculpté, peinte finement et refermée par un loquet en fer forgé, la marchande posa le contenant devant la cliente insistante et en ouvrit le petit mécanisme simpliste. Dévoilant alors une magnifique bague métallique aux reflets émeraude ornée du kanji signifiant "Bois", le Collectionneur laissa les iwajins l'observer quelques instants avant de s'en saisir délicatement et d'enfiler le précieux bijou. Elle sortit un parchemin d'une des poches secondaires de son sac de marchandises puis l'ouvrit, invoquant ainsi un mannequin à quelques mètres d'elle.

« Cette bague est un ancien héritage du clan Shinrin d'Hayashi no Kuni. Elle est passée de mains en mains parmi les valeureux protecteurs du clan jusqu'à ce que Shinrin Shinzo ne me la vende pour des raisons qui lui sont propres. Voyez son efficacité par vous-mêmes. »

En se concentrant, la vendeuse déclancha alors une puissante technique. Alors qu'elle portait le bijou à l'index, ses doigts puis sa main complète se transforma en de multiples pieux qui filèrent à travers l'air pour se planter de toutes parts dans le mannequin de bois, le transperçant sans mal malgré l'apparente solidité de la cible. Tandis que des éclats de bois voletaient encore autour de cette démonstration d'une certaine violence, la marchande se retourna vers Rin pour obtenir sa réponse tandis que les pieux se rétractaient et que la main de la jeune femme reprenait son apparence initiale, la bague redevenant visible pour tous. Après tout, c'était elle qui avait manifesté l'envie de l'acquérir en première.

« Alors, qu'en pensez-vous ? Pour seulement dix millions de ryôs, elle est à vous. »

Les mots du Miyamoto arrachèrent alors un sourire mystérieux à la vendeuse.

« Pour l'heure, vous pouvez m'appeler le Collectionneur. Ou madame, à votre convenance. Et qu'il en soit ainsi, je vous retrouverai à l'Académie. »

Après avoir conclu sa transaction avec le samouraï, la vendeuse attendit que Teruyo ne donne son verdict quant au katana, puisque cet autre client faisait lui-même une proposition d'achat du Taisho du Manazuru. Ce dernier semblait embêté mais son offre n'intéressait pas la marchande.

« Je ne peux me permettre d'y allouer plus de trois millions de ryôs si je souhaite le revendre. Au delà, c'est sans moi. »

Laissant donc l'avantage au second acquéreur de payer plus s'il le souhaitait, la dame aux cheveux de neige avait proposé son prix maximum.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mer 20 Juil 2022 - 0:48

C'était une chance que Rin était une véritable maître de ses émotions, car sans ça, son visage serait sans doute tombé en entendant non seulement la qualité de l'objet qui se tenait devant elle, mais aussi son prix. Dix millions de ryo, c'était largement au-dessus de ses moyens. Cette pauvre parange n'avait que quelques maigres millions qui lui paraissaient déjà être une véritable fortune.

[Rin] - Je ne peux m'empêcher d'être impressionnée par cette démonstration. Il s'agit là réellement d'une merveille.

Déclarait-elle en arborant son visage le plus neutre, le plus nonchalant... le plus... Rin.

Portant sa main à sa besace, elle la décrochait de ce qui la retenait autour de sa taille, tout comme le sabre qui lui avait tant servi. Une arme particulièrement simple, mais qui avait toujours offert à celle incapable de s'en servir des opportunités pour tromper et duper ses adversaires. Un sabre qui portait le nom de Dekoi, un leurre.

[Rin] - Je n'ai malheureusement pas une telle somme, mais je ne peux m'empêcher de tanter ma chance. Quand la pire des réponses possibles est un simple non, autant s'essayer. J'ai en poche exactement 4.140.000 Ryô, Bien loin du montant demandé.

Déclarait-elle en déposant son arme devant elle.

[Rin] - Ceci est un cadeau offert par mon défunt marri, un des rares souvenirs que j'ai de lui. Si vous l'acceptez, j'aimerai le rajouter à ma proposition. Une arme riche en histoire et en émotion. Si vous acceptez de le prendre pour 860.000 ryos, mon offre totalisera 5,000,000.

Sur ses mots, elle se retournait, posait son regard vers son enseignant et s'approchait de lui.

[Rin] - Yanosa-Senseï. J'ai horreur d'avoir à vous le demander, mais accepteriez-vous de me prêter 1,000,000 ? Je promets de vous les rendre !

Mais elle n'en avait pas fini. Posant de nouveau son regard sur la marchande, elle poursuivait.

[Rin] - Si Yanosa accepte de me prêter l'argent, je vous proposerais 6,000,000. S'il refuse... peut-être que mes talents et mes pupilles puissent vous être utiles ? Je peux mettre mon Byakugan à votre service, vous repayer si mon aide peut vous être utile.

Une fois qu'on avait épuisé toutes ses ressources, il ne restait plus que son corps. Bien entendu, elle ne vendrait pas ses yeux au sens littéraire, mais bien figuré. Peut-être que sa capacité à percer la matière et à percevoir le chakra pouvait être d'une quelconque utilité pour la marchande.


Proposition:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Ando Amagawa
Ando Amagawa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mer 20 Juil 2022 - 15:53



La marchande ne perdait pas de temps, une qualité qu’affectionnait le jeune Shinobi vis-à-vis d’un professionnel de la brocante. Il ne réfléchit pas bien longtemps avant de déposer la somme adéquate, soit la totalité pour le rouleau concernant le mur de terre, les Omori et il doubla la somme de ceux-ci en guise de remerciement.

-Merci pour votre temps, j’espère que nos chemins se recroiseront un jour !

Amagawa souhaitait laisser une bonne image à la dame d’un point de vue purement professionnel, récompenser ses efforts lui serait assurément retourné dans un futur plus ou moins proche. Peut-être même immédiat qui sait. La fréquence de visite de la dame n’était pas certaine, mais il comptait bien la revoir un jour ou l’autre.

Bref, une fois son marché conclu, il acquerra les outils de combat et le rouleau qui occuperait le reste de sa journée. Une nouvelle technique, il était aussi content qu’un enfant à son anniversaire.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13234-ando-amagawa https://www.ascentofshinobi.com/t13244-ando-amagawa#116999
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Jeu 21 Juil 2022 - 16:32
« Douze Millions… ? »

L’Oterashi parut hésiter un instant, passant sa main enrubannée tout comme le reste de son corps sur son menton d’un air réflexif. La somme était coquette, et pourrait lui servir à financer le genre de projets qu’il était difficile d’exposer au grand jour à une table entouré de ses supérieurs, mais une vague réticence lui demeurait coincée entre les boyaux. Était-ce son malaise de tout à l’heure, qui avait laissé cette gêne dans son sillage ? Sans le laisser paraître, le guerrier tellurique reprit l’ascendant sur sa psyché à la dérive et finit malgré tout par opiner du chef, sobrement mais de façon bien décidée.

« C’est d’accord. Ces deux rouleaux pour douze millions. Une belle affaire pour vous... »

Les poids et les mitaines respectivement accrochés et rangées à son ceinturon, Yanosa était à peu près certain à présent d’en avoir fini, et fit naturellement mine de s’éloigner de l’étal désormais bien moins fourni de la Collectionneuse. La suite des tractations qui avaient lieu entre cette dernière et Rin, son apprentie également au milieu de ses emplettes, allait cependant le contraindre à s’attarder encore un petit moment sur place. Un nouvel objet rare était en effet présenté aux yeux nacrés de l’apprentie du Tellurique, un objet dont elle avait certainement deviné la présence par un joli tour de passe passe lié à ses dons héréditaires. Il s’agissait là d’une bague, ornée du symbole du bois, et dont la Collectionneuse fit alors une démonstration édifiante après en avoir établi l’extraordinaire rareté et son caractère réservé. De la main qui portait la bague était vraisemblablement possible de jaillir un entrelacement transperçant et dangereux de bois brut, une faculté qui n’était pas sans rappeler à l’Oterashi le pouvoir qu’avait développé le Lilas, son seul amour, en marge de ses talents plus explosifs.

« Eh bien... »

L’agent du Sazori, à la vérité, était tout autant estomaqué par le pouvoir que renfermait ce si petit objet que par son prix finalement révélé par la marchande. Dix millions de Ryos. La somme était conséquente, très conséquente, ce qui ne sembla pas malgré tout décourager Rin dans sa tentative d’acquisition de ce rare bijou. Celle-ci, apparemment déterminée, déposa d’abord sa bourse, qui contenait moins de la moitié du prix demandé. Puis, à la surprise de Yanosa, la Hyûga y adjoignit son sabre, avec lequel il l’avait toujours connue, pour faire augmenter sa cagnotte. Et ce fut dans la foulée à la surprise encore plus grande du guerrier calciné que son apprentie se tourna vers lui.. pour lui demander un prêt.

« Hoo… Ce bijou te plaît à ce point, alors. J’imagine qu’il a certains attraits pour la gente féminine qui m’échappent…

… Très bien, je te prêterai l’argent.
 »

Pour ne pas fausser les négociations, l’Oterashi se garda bien de dire qu’il était même prêt à avancer son apprentie d’un autre million supplémentaire, si cela s’avérait nécessaire, mais mieux valait d’abord laisser faire la veuve aux yeux nacrés en intervenant le moins possible.

Résumé
- Yanosa accepte la vente de ses rouleaux pour 12M.
- Il accepte également de prêter 1M à Rin pour sa transaction.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Jeu 21 Juil 2022 - 16:55
Le katana aux attraits luminescents appartenait donc à cet homme roux, nota le jeune Nomura, et il comprit également bien vite dans quel menu pétrin commercial il venait de mettre les pieds. La situation pouvait s’avérer gênante, au mieux. Tout à fait insultante pour la Collectionneuse, dans le pire des cas, ce que l’épéiste manchot espérait absolument éviter. La lame de cette arme, songea-t-il, était d’une qualité attendue pour un sabre issu des forges de Tetsu, mais ce qui la rendait vraiment exceptionnelle et digne de toutes ses considérations, c’était bien évidemment ce chakra de lumière qui y résidait, ainsi que la portée religieuse que celui-ci donnait au katana. Peut-être les deux forces commerciales en présence qu’il avait face à lui réalisaient-elles aussi quelle était cette portée, ou peut-être pas… Mais si tel n’était pas le cas, alors Ieyasu allait bien se garder de mettre trop d’emphase dessus, au risque d’enflammer les éventuelles enchères.

« Ah, je vois… Je comprends parfaitement, monsieur… ? »

Une façon comme une autre de glaner le nom de celui à qui appartenait encore le sabre de radiance, une information à laquelle il donnerait la pareille sans sourciller, à présent qu’il s’était si bien accoutumé à cette cité malgré ses chimères passées.

« Je me permets de me présenter : Nomura Ieyasu. Je viens de Tetsu. »

Une présentation sobre, mais qui apaisait sans nul doute déjà beaucoup de curiosités à son égard. Restait à présent, ces modalités passées, à tenter de manœuvrer de façon naturelle et décontractée dans cet imbroglio commercial.

« Ah, madame, vous vous intéressez surtout à la revente, si je comprends bien… Hmm.. Je peux… Oui, j’aimerais vous faire une proposition, monsieur. Peut-être vous paraîtra-t-elle quelque peu… modeste, mais si je venais à ajouter cinquante-milles Ryos aux trois millions déjà engagés… me permettrez-vous d’acquérir votre bien ? »

Ses prunelles pleines d’espoir, Ieyasu se tint alors face au dénommé Teruyo, prêt à le payer.

« ...Pour être honnête, j’ai eu mon lot de combats, et je ne suis pas sûr de vouloir… de pouvoir continuer à vivre comme ça. Pour pouvoir défendre au mieux ma famille restée à Tetsu, en revanche… je suis prêt à faire ce sacrifice. Je ne laisserai plus un seul d’entre eux souffrir des affres de la guerre, et cette lumière… peut m’y aider. »


Résumé
- Ieyasu propose la somme de 3 050 000 Ryos à Teruyo pour l'achat de son sabre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Dim 24 Juil 2022 - 15:46

Laissant échapper un rire amical, j’acquiesçait suite aux choix de la jeune femme.

« Va pour madame le Collectionneur alors. » dis-je souriant.

Qu’avez donc tous ces marchands itinérants à se dévoiler sous une identité fictive. Le Collectionneur, la Marchande, le Forgeron … avaient-ils tous un passé à cacher ? Un passé commun lié à leur volonté commerciale peut-être ? En attendant, je n’avais pas le temps de me préoccuper plus de tout cela, gardant cette idée saugrenue en tête avant de poursuivre la discussion avec les deux protagonistes de la vente.

« Miyamoto Teruyo, enchanté. Tetsu vous dites ? Il est rare de voir des personnes de votre citée à Iwa ces derniers temps. Qu’est-ce qui vous amène à séjourner dans notre village ? »

Ma question était d’autant plus légitime compte tenu des évènements plus ou moins récents de ces dernières années. Des personnes originaires de Tetsu, Iwa en avait eu dans ses rangs, à plus d’un titre, pour autant, dans le cas présent, je n’avais pas souvenir de voir cet homme dans nos effectifs. Pour autant, si ce dernier n’avait rien à se reprocher et suivait les règles en vigueur dans le village, personne n’aurait à s’inquiéter de quoi que ce soit.

« Eh bien, Ieyasu, puisque le Collectionneur ici présent n’a pas désir à proposer plus, je vais accepter votre offre, aussi modeste soit-elle dans la mesure où vous proposez plus que ce qu’elle n’est prête à offrir, sans vous offenser madame bien sûr. »

Rangeant la lame dans sa tulle, je gardais là mon bien, terminant la discussion prioritaire pour laquelle j’étais venu.

« Je tiens à vous dire que pour moi, cette transaction ne change en rien le désir de pouvoir échanger avec vous quand votre disponibilité vous le permettra. »

M’inclinant largement devant la jeune femme, je la saluais là avant de quitter son échoppe pour vaquer à une nouvelle occupation.

« Ieyasu, je vous en prie, suivez-moi, il serait irrespectueux de procéder à une vente devant l’échoppe de quelqu’un qui n’a pu profiter de cette vente. »

Ainsi, à l’écart du Collectionneur, nous pouvions enfin clore cette vente, moi, alléger d’une arme dont je n’avais aucune utilité et d’un autre côté, une sorte de rédemption retrouvée d’une certaine manière.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Jeu 28 Juil 2022 - 9:07
Le Collectionneur écouta la proposition de Rin, mais elle répondit, dès que l'offre fut exposée, par la négative.

« Malheureusement non, c'est trop peu. Comme je vous l'ai mentionné, je l'avais déjà promis à un autre client, je ne peux m'en séparer pour si peu et seul l'argent et les objets m'intéressent. Je n'ai nul besoin de services. Je peux cependant vous délester de cette arme si vous n'en avez pas l'utilité. Si vous avez une meilleure proposition à me faire, je vous écoute, sans quoi je pense que je la conserverai pour mon client initial. »

Concluant son échange avec Amagawa, la dame aux yeux verdoyants salua ce dernier avec un sourire, satisfaite de la transaction. Le petit supplément qu'il avait glissé ne lui avait pas échappé.

Elle sortit ensuite l'argent nécessaire pour délester le guerrier calciné de ses rouleaux, puis se concentra sur l'échange en cours autour du katana proposé par le Taisho avant de s'en désintéresser, la vente étant vue entre eux. Elle répondit au rouquin par un signe de tête entendu, elle était quelque peu curieuse de ce dont il souhaitait parler qui devait rester secret puisque l'échange ne pouvait se faire ici d'après lui.

Haussant simplement les épaules lorsque que le duo s'écarta, elle se retourna vers les nouveaux clients qui arrivaient, discutant avec eux toujours avec cette même passion pour l'échange, ce même professionnalisme dans son art.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Xuân Nozomi
Xuân Nozomi

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Jeu 28 Juil 2022 - 10:54
L’hiver pour un liniculteur n’était pas une période favorable. Leurs cultures poussant au printemps, il s’agissait généralement d’un temps où l'on cultivait autre chose afin de renouveler la terre. Les capacités de Nozomi lui permettaient de passer outre la période de pousse du lin. En revanche, elle ne pouvait rien faire concernant le rouissage. Cette étape consistait à laisser sécher à même le sol les fibres, ce qui n’était pas possible en hiver au vu des pluies et de la neige. Les Xuân avaient donc fait pousser autre chose. Ayant tout perdu quelques mois plus tôt, ils s’étaient attelés à produire de la nourriture. Tomates, concombres, courgettes, courges : tous les légumes fruits avaient été récoltés semaines après semaines. L’étape de l’arrivée à maturité était faite en quelques instants au prix du chakra de Nozomi. Il fallait ensuite récolter, stocker, puis partager avec les voisins et le reste du village. Ils n’étaient pas les seuls à avoir perdu leurs exploitations, et pensaient volontiers aux autres.

Il n’était pas rare de les voir mettre en place des “journées récoltes”. L’apprentie shinobi faisait pousser un champ entier de cultures diverses. Puis les intéressés venaient ramasser eux-mêmes ce dont ils avaient besoin, et donnaient en échange ce qu’ils voulaient en guise de paiement. Nozomi avait pensé à monnayer ses services pour faire mûrir les cultures des autres. Mais cette idée la mettait mal à l’aise, car elle favoriserait ainsi les plus riches agriculteurs, qui le deviendraient alors encore plus. Ceux ne pouvant pas se payer ses services n’auraient plus qu’à mettre la clef sous la porte. Ils avaient donc choisi cette option, qui semblait convenir à tous, cultivateurs comme civils. Ainsi, ils permettaient de mettre des familles à l’abri du besoin tout en se faisant quelques pièces.

Ce jour-là, elle avait reçu en guise de paiement un étrange artefact qui semblait brûler les doigts de son propriétaire. Une fois entre ses mains, la Xuân ressentit le même malaise. Elle décida donc de se rendre dans la rue commerçante en fin de journée afin d’en obtenir plus d'informations. Prévenante, elle n’avait pas amené que cela et avait prévu de quoi réchauffer le marchand qui voudrait bien répondre à ses questions. Elle posa son dévolu sur une femme souriante aux cheveux couleur de neige. Son étal semblait bien vide, ce qui n’était pas étonnant au vu de l’heure tardive.

- “Bonjour ! Les affaires ont visiblement été florissantes.”

Souriante, elle observa ce qu’il restait sur la table. Un parchemin contenant une technique en lien avec la terre. Peut-être que la marchande ambulante vendrait toutes ses possessions… Mais Nozomi n’était pas venue pour cela. Dans un premier temps, elle fit apparaître dans un coin vide devant elle une théière d’eau chaude, de la vaisselle, ainsi que tout un assortiment de thés et infusions. Il y avait aussi des petits gâteaux à la citrouille. D’un geste ample, elle invita la femme à se servir.

- “Peut-être avez-vous besoin de vous réchauffer ? Le vent est glacial en hiver, dans les montagnes.”

Avait-elle passé la journée ici ? Nozomi lui laissa le temps de se servir tranquillement. Enfin, elle sortit de sa poche un artefact dans une petite pochette et le tendit à la colporteuse.

- “J’aurais aimé avoir des informations sur cet objet. D’où il vient, combien peut-on l’estimer, ce genre de choses. Pouvez-vous m'éclairer ?”

Les rues étant désormais presque désertes, elle ne risquait rien à le montrer.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12800-l-art-de-faire-pousser-des-fleurs-dans-les-roches-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-kiri-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t12888-xuan-nozomi https://www.ascentofshinobi.com/u227
Le Collectionneur
Le Collectionneur

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 12:49
Alors qu'elle terminait ses échanges avec ses premiers clients, une nouvelle voix attira l'attention de la blanche. Sourire aux lèvres, elle salua la nouvelle cliente qui venait à elle d'une manière bien singulière.

« Bonjour madame. En effet, je suis bien satisfaite de ma destination. Et je vous en remercie, une tasse me ferait certainement le plus grand bien. »

Sirotant le thé que lui avait offert l'iwajine, le Collectionneur reposa la tasse avant de prendre en main le collier que lui tendait la kunoichi. Le détaillant de son regard expert, la voyageuse hocha négativement la tête.

« Je ne peux rien vous dire sur sa provenance, je n'ai pas vu de tel objet, mais je ressens l'énergie qu'il renferme, l'énergie des morts... »

Pensive, elle se concentra quelques secondes supplémentaire avant de rendre le collier à sa propriétaire.

« Personnellement, je serai prête à payer environ trois millions de ryos pour un tel objet, peut-être un peu plus ?.. Dans ces environs. Vous souhaitez vous en séparer, ou c'était par simple curiosité ? »

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Noroi
Noroi

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 20:53



La collectionneuse


ft. all




La jeune femme terminait l’écriture de son message adressé à l’intention de celle qui l’avait envoyée à l’hôpital quelques temps puis lorsqu’elle entendit un brouhaha anormal à proximité de sa position. La genin s’empressa alors de terminer sa lettre qu’elle replia simplement en deux avant de la tendre au premier messager qu’elle croisa afin que celui-ci la transmettre à sa destinataire, Hyûga Rin.


Contenu du message

Arrivé à proximité, la jeune Hermite remarque une foule amassée autour d’une dame et celle qui n’aimait pas réellement les bains de foules attendit donc que celle-ci se soit dispersée quelque peu avant de s’avancer à son tour, juste à temps pour entendre la collectionneuse offrir une somme de trois millions de ryos à Nozomi, une dame que Noroi avait rencontrée à plusieurs reprises lors de ses passages dans les serres du village.


Arrivant à proximité de la marchande, la genin sortit un rouleau de ses poches avant de le tendre à cette dernière, lui demandant au passage combien elle pourrait en tiré ainsi que ce qu’elle avait en magasin et qui pourrait être échangé contre ce dernier, l’Hermite n’avait que peu d’utilisation pour des ryos supplémentaires qui ne viendraient qu’alourdir sa besace.


Bien le bonjour madame, est-ce que vous seriez intéressé par ce rouleau ? J’aimerais idéalement l’échanger contre autre chose plutôt que le vendre si vous avez quelques choses en inventaire à me proposer…


Résumé

Noroi demande à la collectionneuse si elle serait intéressé à échanger son rouleau contre un autre objet qu'elle posséderait en inventaire. Elle ne reste cependant pas fermée à une vente si aucun objet que la collectionneuse lui offre ne lui convienne.







Dernière édition par Noroi le Lun 1 Aoû 2022 - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12796-80-la-malediction-du-clan-daiko https://www.ascentofshinobi.com/t13343-dossier-shinobi-noroi#118049 https://www.ascentofshinobi.com/u1521
Xuân Nozomi
Xuân Nozomi

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 20:54
L’énergie des morts ? La colporteuse confirmait ce que Nozomi pensait. Voilà pourquoi cet objet la mettait mal à l’aise. Elle le reprit en main, laissa passer quelques secondes avant de répondre à son interlocutrice.

- “Je ne sais pas trop. Ce collier renferme une forte énergie et cela m’ennuie de m’en débarrasser. Je suis curieuse de savoir son origine…”

Elle se doutait qu’il pourrait être utile, d’une quelconque manière. Et il l'intriguait fortement. Mais oserait elle vraiment l’utiliser ? C’était moins sûr. La Xuân posa le regard sur l’amulette, puis sur les marchandises de la femme aux cheveux de neige. Finalement, elle se tourna de nouveau vers la collectionneuse.

- “Je crois plutôt que je vais vous l’échanger. Il vaut au moins trois millions, c’est cela ? Est-ce que vous me le prendriez contre le rouleau présent là bas ? Mais peut-être avez-vous d’autres choses à proposer ?”

Son étal faisait triste mine. Il fallait tout de même convenir qu’il se faisait tard, et qu’elle avait passé la journée à vendre. Nozomi posa l’objet mystérieux sur la table, et ramassa les couverts non utilisés.

- “Tout de même, je me demande bien qui est capable de créer un tel objet, et comment ?”

Il devait s'agir d'un orfèvre. Mais par quel moyen avait-il pu réussir à enfermer un pouvoir dans un objet ? Peut-être de la même façon dont on avait enfermé un Dieu dans un homme, avec des sceaux ? Il était certain que ces questions allaient l'obséder. Lors de ses lectures, elle avait vu un livre faisant mention d’objets nommés artefacts, renfermant eux aussi un immense pouvoir. De tels objets étaient évidemment convoités. Bien que sa curiosité naturelle la pousse à étudier cet objet de plus près, il valait donc mieux qu’elle se sépare de cette amulette, par prudence.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12800-l-art-de-faire-pousser-des-fleurs-dans-les-roches-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-kiri-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t12888-xuan-nozomi https://www.ascentofshinobi.com/u227
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Voyage n°7 du Collectionneur Empty
Mar 2 Aoû 2022 - 11:30
Le guerrier tellurique croisa les bras en observant la scène, impassible quoi que légèrement curieux en son for intérieur de savoir quelle serait la réponse de la Collectionneuse à la proposition de son apprenti. A en juger par les traits qu’afficha la marchande et par son langage corporel, toutefois, l’Oterashi se douta de l’issue de cette négociation avant même que celle-ci ne soit verbalisée par l’intéressée. Six millions, de façon assez peu surprenante, n’étaient pas assez pour satisfaire la jeune femme aux cheveux nacrés, et si Yanosa s’était fait la réflexion qu’il pouvait se permettre de prêter jusqu’à deux millions à Rin pour totaliser une offre de sept millions, le guerrier enrubanné doutait qu’un si « petit » incrément ne fasse réellement la différence aux yeux de la commerçante intransigeante. Pour un peu, le Tellurique faillit hausser les épaules et accepter avec son apprentie Hyûga l’échec de ces négoces, mais tandis que ses yeux se posaient ce qu’il pensait être une dernière fois sur la bague, l’Oterashi se mit à mûrir une réflexion étonnante, sortie des tréfonds de ses entrailles et qui le surprit lui-même autant par sa nature que par son instantanéité.

Car si l’agent du Sazori n’avait personnellement aucun besoin de cette bague, qui ne lui inspirait par ailleurs pas grand-chose, sans doute en serait-il autrement pour « elle », avec qui les attributs de ce bijou entreraient en résonance de la plus belle des façon. Faire un cadeau à autrui avait longtemps rimé pour Yanosa avec épargner aux personnes qu’il appréciait de trop nombreuses fractures, mais la relation qu’il entretenait avec le Lilas, à bien des égards pour lui, était unique. De même que ce cadeau le serait, si il pouvait finalement arriver à mettre la main dessus pour lui-même afin de l’offrir à la seule personne qui avait été capable de percer entièrement sa carapace. La manœuvre promettait d’être onéreuse, mais le guerrier de pierre se surprit à voir ses pensées dirigées par la simple envie de prouver ses sentiments à la Bakuhatsu, et de les voir prendre forme dans un simple objet ornemental tel que celui-ci.

« ...Je vous en donne huit millions deux-cent milles Ryos », énonça-t-il en désignant la bague ornée du symbole du bois.

L’offre était à la fois osée et savamment calculée, plus proche du prix que la marchande avait dit en vouloir que de la somme qu’avait réussi à rassembler Rin en mettant tous ses biens de valeur dans la balance. Yanosa se fiait là à un élan du coeur, mais à chasser le naturel, on le voyait malgré tout revenir très vite au galop, ce qui arriva lorsque le Chûnin recentra ses pensées sur des points plus pragmatiques.

« Dites-moi, ce Shinrin Shinzo… qui était-il. Vous insinuez que ses raisons pour céder ce bijou doivent demeurer privées, mais j’aimerais savoir qui était cet homme malgré tout. Oh et je ne peux m’empêcher de vous demander… à qui aviez-vous promis la vente de ce bijou, à l’origine ? Loin de moi l’idée de vouloir aller lui toucher un mot sur vos affaires, mais j’aimerais comprendre ce qui fait de cette bague un objet à la fois indésirable pour certains… et convoité pour d’autres. »


Résumé
- Yanosa propose d'acheter la bague pour 8M200k Ryos.
- Il demande également des informations sur Shinrin Shinzo et sur l'acheteur à qui était promise la bague.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Voyage n°7 du Collectionneur

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Voyage n°5 du Collectionneur
» Voyage n°1 du Collectionneur
» Voyage n°2 du Collectionneur
» Voyage n°6 du Collectionneur
» Voyage n°3 du Collectionneur

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: