Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran]

Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Dim 5 Juin 2022 - 21:41
Alors que la nuit enchanteresse laissait le village se blottir dans ses bras éthérés, les habitants retrouvaient leur foyer après une longue journée de labeur, tandis que des âmes plus ou moins égarées demeuraient encore dans les établissement publics ou erraient sans finalité dans les artères communes de la Brume. A la brume s’ajoutait le rideau de l’obscurité, engloutissant les silhouettes dans une morosité ambiante alors que dans une auberge réputée non loin de là, on pouvait entendre des applaudissements ou des rires plein d’entrain. Le Cheval Aqueux était probablement la taverne la plus fréquentée du village, au point que la nuit celle-ci était plus animée que jamais.On y comptait des âmes solitaires comme des cercles d’amis, des hommes comme des femmes, des civils aussi bien que des shinobis. Parmi les clients de ce lieu peu recommandé, le Nobuatsu y avait gardé des souvenirs, pour avoir passé une partie de sa vie de genin à boire avec des camarades de promotion, bien que ceux-ci ne soient plus là pour en témoigner désormais.

L’amour, la camaraderie, la rivalité. Tant de choses qui étaient derrière lui désormais et qu’il ne pensait plus revivre. Son rôle n’était plus de ressentir, vivre comme n’importe qui d’autre. Son devoir était d’être un modèle et de montrer la voie.

Ressassant ses souvenirs au fond d’une choppe de bière blonde bien remplie, il était assis dans un coin de la taverne à observer ce qui se passait au centre de la pièce, des clients qui bavardaient ou qui profitaient du spectacle de danseuses sur l’estrade. A son quatrième verre, il décida qu’il était temps de tirer sa révérence. Il salua la serveuse et propriétaire de l’établissement qu’il connaissait bien, avant de prendre la direction de ses propres quartiers. La rue était plutôt vide cette nuit-là et il n’arrivait pas à se souvenir de quelle heure il était exactement, certaines personnes autour semblaient bien trop éméchées pour le reconnaître dans le manteau de la nuit. Les lumières des fenêtres s’éteignant les unes après les autres, il devenait quasiment impossible de voir dans le noir si ce n’est en s’orientant avec la lune qui décorait le ciel.

Alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la porte de son appartement, il effectua un premier tour de clé avant de s’arrêter, et faire demi-tour. Il avait entendu quelque chose qui lui fit douter d’être seul. En tant que Mizukage, il n’était jamais à l’abri d’un traquenard après tout, même s’il était peu probable qu’une telle chose arrive au vu de la sécurité qui règne dans le village, il savait qu’il n’était pas impossible qu’un infiltré passe un jour les mailles du filet. S’agissait-il d’un ennemi, ou bien juste d’une âme esseulée? Préférant prévenir avant d’agir et attaquer un innocent, il demanda à l’inconnu qui se tapissait dans l’ombre et qui avait l’air de l’observer:

Je vous entends. Montrez-vous.

@Aiko Kuran
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Aiko Kuran
Aiko Kuran

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Mer 8 Juin 2022 - 15:29

Le temps te semblait long en ce moment, tu n'avais pas grand chose a faire au village de la brume. Les Yasei étaient tous occupés, étaient quasiment tous partis en mission hors de kiri pendant une bonne semaine ou deux. Les professeurs étaient indisponibles aussi, c'était la période des examens donc ils ne pouvaient pas être partout. Ce dernier point t'arrangeait, tu ne les avais plus sur le dos, tu étais plus ou moins libre de tes mouvements. Tu pouvais manger tranquillement sur les toits des maisons sans te faire reprendre par un ancien professeur ou l'un des membres du clan Yasei. Ca aurait été parfait si ce n'était l'ennuie, tu tourna vite en rond dans le village de la brume. Tu ne savais quoi faire en ce moment, le temps te semblait long. Tu trainais dans les rues, dans ton quartier, tu tentais en vain de te rendre utile ici et la. Tu avais fait la connaissance de plusieurs personnes, tu leur donna un coup de main de temps en temps. Là par exemple, t'avais du aider une veille dame pour son déménagement et elle t'avais donné quelques pièces en recompense. Ca tombait bien, t'allais pouvoir te faire plaisir ce soir la, t'aurais voulu te faire plaisir en allant prendre un bol de ramen or tu ne pu. T'avais perdu ta petite bourse en court de route. Impossible de remettre la main dessus, ça t'avait rendu fou. Tu avais rebroussé chemin, passé au peigne fin tous les endroits ou t'étais rendu après avoir quitté cette dame. T'étais desespéré de ne pas la trouver, pourtant tu t'obstinais a continuer dans tes recherche. Tu ne perdais pas espoir, tu fouilla dans les moindre recoins et t'y passa une bonne parti de la soirée. Tes efforts furent vain, la petite bourse en question avait disparu, envolé.Il fallait te faire à cette idée, accepter cet échec. Tu n'avais pas le choix de toute façon, la nuit était tombée, tu n'y voyais plus rien.

Lassé, énervé de cette perte, tu poussa un grognement en tapant dans une espèce de boule de papier. Tu regarda ensuite autour de toi, tu soupira.La rue, les rues étaient vides et tu avais faim, t’étais fatigué en plus. Tu te traina hors de ce quartier l’ai bougon, les deux mains dans les poches. Tu ruminais, tu bougonnais dans ta barbe, tu l’avais mauvaise. Ton argent, ton ramen, tu te maudissais d’être si peu soigneux avec tes objets personnels. La prochaine fois, tu fera plus intention, en attendant, tu n’avais d’autre choix que de rentrer chez toi la queue entre les jambes. Tu parvint a oublier cette mésaventures en te changeant les idées avec les étoiles qui brillaient dans le ciel, ce petit vent frais qui venait te caresser la peau.

“ Désolé, je me suis perdu et j’ai .. faim”

tu en avais eut marre de marcher comme un simple mortel, tu avais pris  la voie des airs or tu avais fini par te perdre dans un coin inconnu avant de tomber nez a nez avec un homme d’un certain age qui rentrait tranquillement chez lui. T’avais les crocs, t’avais rien mangé depuis ce midi, tu espérais donc avoir un repas offert même si tu t’étais retenu pour le demander. T’avais pas osé, normal qui voudrait donné quelque chose a quelqu’un qui se pointait devant lui torse nu et pied nu.
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Jeu 23 Juin 2022 - 21:37
Il entendit une voix surgir des ténèbres, celle d’un jeune adulte traînant dans la rue. En regardant la direction de la voix, il aperçut un homme torse nu, n’ayant pour seule pièce de vêtement qu’un pagne, et une longue crinière noire qui a connu l’usure du temps. Que faisait-il tout seul à rôder dans la rue comme s’il mijotait quelque chose. Puis à bien écouter les mots qu’il prononçait dans un accent qui témoignait d’une maîtrise encore approximative de la langue courante, il devina qu’il n’était pas d’ici. Il n’y avait pas beaucoup de mendiants à Kiri, en général chacun savait mettre la main à la pâte et se rendre utile, que ce soit comme citoyen ou shinobi. Alors il s’étonnait de faire la rencontre d’un sans-le-sou au pas de sa porte. Hésitant quelques instants, il ouvrit la porte et fit signe à l’étranger d’attendre dehors pendant qu’il irait chercher quelque chose à manger à l’intérieur. Il n’avait malheureusement pas grand-chose à se mettre sous la dent, il ne trouva qu’une vulgaire pomme qu’il lança dans les mains de l’inconnu. En voyant cette pitoyable pomme dans les mains, il se sentit quelque peu coupable de ne pouvoir donner que cela et en profita pour prendre la direction de l’épicerie la plus proche, en lui faisant signe de le suivre alors qu’il refermait la porte de son appartement.

Tu as un nom?

La rue semblait plus longue que d’habitude, donnant l’impression d’un long flottement au milieu des quelques lueurs des lampions accrochés à l’entrée des commerces. Il n’y avait quasiment personne dans les rues à une heure aussi avancée, et beaucoup étaient déjà au lit. Le Nobuatsu avait néanmoins déjà visité cette épicerie ouverte aussi bien le jour et la nuit, ce qui était particulièrement pratique pour quelqu’un qui avait parfois des difficultés à dormir profondément. Sur la devanture on pouvait lire que le magasin était ouvert, alors il entra en saluant la propriétaire qui était assise sur une chaise au comptoir, en train de lire un journal. Une vieille dame souriante qui était particulièrement accueillante vis-à-vis de ses clients, elle ne se lassait pas de gérer cette petite épicerie et de voir passer les mêmes visages tous les jours. Dans une certaine mesure, son travail ressemblait sous certaines coutures à son travail de Mizukage. Il se tourna en direction du sauvageon en lui proposant de regardait ce qui l’intéressait à manger. En voyant le jeune homme au torse nu la proprio poussa un petit cri avant de retrouver rapidement sa sérénité, après tout elle avait réagi de la même manière quand elle vit le Nobuatsu pour la première fois dans sa combinaison noire moulante.

Regarde ce que tu veux prendre à manger, d’accord ?

Pendant qu’il laissait l’homme en pagne lorgner sur les étals de marchandise, il irait examiner les derniers articles d’outil ninja disponibles. Il s’intéressa également aux derniers livres enseignant les arts martiaux de quoi l'occuper avant de trouver le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Aiko Kuran
Aiko Kuran

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Jeu 30 Juin 2022 - 16:09

cette rencontre n'était pas prévue au programme, tu n'étais attendu à tomber sur cet homme. C'était si soudain, ça t'avait quelques peu destabilisé or tu ne pouvais lui en vouloir. Tu étais le seul coupable dans cette affaire, c'était uniquement de ta faute, lui venait juste de rentrer chez lui sans rien demander à personne. A l'inverse, tu t'étais encore perdu dans le village kiri et tu avais subitement décidé de descendre d'un toit donc forcément il fallait bien te douter à te retrouver face a une personne random. T'avais eut de la chance dans ta mésaventure, t'aurais pu tomber sur l'un de tes professeurs ou Un yasei en colère de te voir encore zoner sur les murs des pauvres maisons de kiri. Tu regarda l'inconnu, tu le détailla des yeux de la tête au pied sans rajouter quoi que ce soit. C'était inutile, tu lui avais tout dit, c'était maintenant à lui de réagir, il avait toutes les cartes en main. 

“ Ai.. Aiko’ 

Tu lui répondis sur le champs en essayant d’apporter une touche de douceur dans sa voix pour atténuer la méfiance de son interlocuteur vis a vis de lui. Il l avait plus ou moins senti, normal il pouvait se faire un tas d’idées sur son compte. Un sans abri venant lui réclamer de la nourriture-c’était pas totalement faux là-, un voleur qui rodait un peu trop prêt de sa maison et bien d’autres idées aussi tordues les unes que les autres. C’était à toi de les faire disparaitre de son esprit, de le mettre en confiance. T’y parvins contre toute attendre, il accepta t’ouvrir sa porte, te faire rentrer dans sa maison.  T’avais la banane, le grand sourire aux lèvres en le suivant sans te poser la moindre question. Tu n avais pas peur, tu ne risquais pas grand chose et au pire tu savais très bien te défendre. Tu laissa échappé un petit son de surprise en voyant une pomme foncer droit sur toi, tu te baissa instinctivement avec les deux mains devant toi, les yeux grands ouverts. Ouf, tu arriva à l attraper du premier coup, tu te fis attendre pour la croquer a pleine dent. C’était juste une simple pomme pourtant elle arriva à calmer ta faim, c’était toujours pratique les fruits pour ça. Ca t’aurait même suffit or ton interlocuteur eut l’idée de ressortir de sa maison pour aller te pendre un truc en ville. C’était très gentil de sa part, t en avais pas demandé autant. Tu resta silencieux le long du voyage, tu étais entrain de refléchir a la façon dont tu allais pouvvoir le remercier. Ca saurait la moindre des choses, l’un de tes principes de vie or pour le moment t’en avais pas la moindre idée. Tu laissa cette idée de coté, tu revins à la réalité, te concentra sur le moment présent. Tu étais  dans la boutique en question, tu devais choisir quelques choses a manger. Ton choix fut rapide, une viande avec une montagne de fruits, tu ne mangeais que de ça. Tu avais eut l’idée de prendre un petit sac a l’entrée de la boutique pour y mettre tes produits, tu revins bien sur voir ton interlocuteur pour lui montrer tes trouvailles

“ c’est bon ? Chaud ou froid ?” 

Depuis ta naissance, tu avais toujours mangé la viande froide or a kiri, les gens avaient tendance à la faire chauffer .
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Dim 3 Juil 2022 - 1:13
Il était minuit passé depuis plusieurs heures et le Nobuatsu réalisait à peine qu’il était en train de faire les boutiques avec un homme torse nu qui lui demandait à manger dans la rue. Pourtant son esprit semblait flotter ailleurs tandis que chacun de ses gestes s’exécutait de manière machinale, son regard se promenait de produit en produit sans y accorder d’intérêt particulier mais plus parce qu’il n’avait rien d’autre à faire que de se laisser tenter par quelque chose qui pourrait combler ses attentes. Il n’avait aucune envie particulière, juste celle de flâner dans les rayons et découvrir toute l’étendue de ce que l’épicerie proposait. Lâchant un bâillement, il se tourna vers le dénommé Aiko pour voir s’il avait fait son choix. Il avait l’air bien plus inspiré que lui en tous cas. Dans son sac il avait opté pour des produits frais: beaucoup de fruits et aussi, un jarret de porc qui devait bien faire un demi kilo à tout casser. Il se demanda si la question de son interlocuteur était sérieuse puis il se ravisa en essayant de faire la connexion avec son apparence physique, au vu de son langage aussi, il pouvait en déduire que cet homme ne venait pas de la “civilisation”. Sans jugement aucun, ill lui répondit tout simplement:

Je te conseille de le cuisiner, c’est meilleur chaud. Et surtout, tu risques de tomber malade si tu manges la viande crue. Les fruits, par contre tu peux manger froid sans problème.

Après avoir renseigné son compère nocturne sur la manière de consommer les produits, il se dirigea vers la caisse afin de payer la somme dûe. Il murmura à l’épicière qu’elle n’avait pas à s’inquiéter de l’homme sauvage qu’il avait amené dans sa boutique, en lui disant qu’il était simplement perdu. Elle poussa un soupir de soulagement avant de souhaiter une bonne soirée à ses deux clients. Le Nobuatsu tendit le sac de provisions à Aiko avant de lui proposer de marcher jusqu’au Complexe Shinobi. Aucune âme qui vive lorsqu’il pénétra dans la zone d’entraînement, à une heure aussi tardive de la nuit, ce n’était pas si étonnant. Il poussa la grille d’entrée et se dirigea vers une immense stèle au milieu des terrains d’entraînement. Allumant une torche grâce à un brasier servant à éclairer la stèle, il fut possible d’y lire les noms des shinobis ayant donné leur vie pour le village de la Brume.

Ce sont les noms des shinobis qui sont morts pour défendre le village. J’ai combattu aux côtés de certains de ces ninjas, des personnes que je respecte beaucoup et que j’ai eu le plaisir de côtoyer. Nous nous devons d’honorer leur mémoire en donnant le meilleur de nous-mêmes, pour préserver le village pour les futures générations.

Il se demandait si de telles paroles faisaient écho dans l’esprit de l’homme en pagne, s’il arrivait à comprendre les principes de loyauté et devoir qui constituaient la discipline des ninjas de Kiri. Il proposa à Aiko de le suivre jusqu’au jardin zen public dans lequel il pouvait peut-être se sentir plus à l’aise du fait de la végétation artificiellement cultivée et son petit ruisseau certes mais qui était plus présente qu’ailleurs dans le village, et puis il était hors de question de sortir des murs à cette heure de la nuit. En suivant le chemin de galets, ils arrivèrent à un banc où le Nobuatsu décida de s’asseoir, sentant que ses jambes commençaient à l’abandonner. Le train du sommeil n’était pas encore arrivé, et il pouvait passer encore quelques minutes avec cet étranger qui l’intriguait tant.

Alors, c’est quoi ton histoire Aiko? Tu as de la famille ici?





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Aiko Kuran
Aiko Kuran

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Ven 8 Juil 2022 - 9:18

Une bonne mauvaise idée de laisser Aiko en liberté dans une épicerie. Un enfant sauvage dans une boutique, au plein milieu d'objets inconnus. Il ne pouvait pas tenir en place une minute, c'était impossible pour lui. Il devait tout voir, tout toucher. C'était plus fort fort que lui or un regard insistant se posa bien vite sur lui. Son comportement était étrange, la vendeuse était sans doute entrain de se poser des questions a son sujet. C'était bien ça, elle avait aussi peut être peur d’avoir à faire a un voleur. Le prince de la nature avait finit par avoir l'habitude de ce genre d'attitude en son égard, il finissait par les ignorer, se concentra plutot sur son exploration et le choix de ses ingrédients pour son repas du soir. Une fois fini, il était retourné au prêt de son interlocuteur, cet homme dans un rayon random. AIko lui avait posé une question au sujet de la viande, ne fut guère étonné de la réponse: Il fallait bien la faire cuir à sa grande déception. Le coeur sauvage la préférait cru, la faire cuire était de retirer le gout d’origine, parfois il la trouvait même fade.

“ Je suis desolé.. Merci aurevoir”

Aiko était sauvage, il sortait du lot et il en était conscient et puis il avait très bien entendu le petit murmure de l’autre homme à la vendeuse à son sujet. Il ne pouvait lui en vouloir, ce n’était pas méchant au contraire, il avait surement essayé d’apaiser les tensions, les craintes en elle. Ca avait l’air efficace, Aiko vit en elle un petit changement de comportement à son égard. Elle était devenu plus chaleureuse, lui daigna lui dire aurevoir en sortant de la boutique. Le prince de la nature voulait un peu jouer au grand, il portait lui même ses produits à la main dans un petit sac en toile. Au fil de la marche, l’enfant des loups se rendit compte d’une chose: Ils ne retourneraient pas chez son interlocuteur, pas de suite en tout cas, ce n’était pas le chemin du retour ça. Où pouvaient ils bien allé à cette heure ci ? Dans un curieux endroit assez isolé, une sorte de terrain d’entrainement ou il y avait un drôle d’objet dans un coin avec des écritures dessus. L’homme s’y approcha, aiko en fit autant, se sentit un peu mieux en sentant la petite chaleur venant d’une torche à peine allumée.

“ Je suis désolé pour toi.. Je.. “

Aiko avait un rapport avec la mort très particulier. Depuis la mort de sa mère louve, il avait appris à prendre une certaine distance vis à vis de ça sans pour autant oublié cette notion.Cependant, c’était un sujet assez délicat pour lui, l’aborder avec un inconnu lui provoqua un petit sentiment de gêne en lui. Au foond de lui, il espéra pouvoir vite changé de sujet. Une poignée de minutes plutard, ils étaient rendus dans une sorte de parc, sur un petit banc ou l’homme avait repris la parole en questionnant le coeur sauvage sur ses origines.

“ Je me souviens plus de mes parents humains .. J ai grandis avec les loups et toi?” *

La faim revenait dans son esprit, Aiko se hata de prendre un fruit dans son sachet et de le croquer a pleine dents. Il eut quand même la délicatesse d’en proposer un.
“ tiens, t as faim?”
Revenir en haut Aller en bas
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Jeu 14 Juil 2022 - 23:00
D’une simple promenade de nuit, la rencontre avec l’homme sauvage se transforma en une sorte de visite guidée à travers le village et un voyage nostalgique vers le passé, le Nobuatsu appréciait avoir de la compagnie dans ses moments de solitude, même quand la personne qui lui tenait compagnie n’était autre qu’un étranger. Il n’avait pas beaucoup l’habitude d’avoir du temps libre pour faire des choses triviales, et ce moment d’insomnie était le moment idéal pour lui de profiter de moments plus en détente. Cette nuit il n’était ni Mizukage ni chef de clan, il était une âme esseulée comme une autre, naviguant dans les méandres de sa vie. Il avait le sentiment que celui qui le suivait était d’un naturel bienveillant, ou du moins que ses intentions n’étaient guère malveillantes, sans vraiment se l’expliquer. Il lui rappelait quelqu’un en quelque sorte, un de ses anciens élèves qui avait un rapport très intime avec la nature et qu’il avait vu évoluer en ninja d’exception. Il n’était plus là désormais, comme nombre de personnes dont il avait croisé la route, et bientôt il verrait de nouveaux visages qu’il ne reverrait peut-être plus jamais.

Passant devant la stèle funéraire de Kiri, il fit un simple signe de tête silencieux pour apprécier la compassion de Kuran même s’il n’y était pas obligé. Le Nobuatsu l’emmena dans un jardin entretenu par les soins du Complexe shinobi, et dans lequel ils pouvaient apprécier un cadre plus tranquille pour discuter de tout et de rien en attendant que le sommeil ne vienne le trouver définitivement. Il commença par rompre le silence en lui demandant quelle était son histoire, et s’il avait de la famille dans le village de la Brume, même s’il se doutait de la réponse, c’était au moins un point de départ pour laisser l’homme au pagne s’exprimer et lui en dire plus sur lui-même. Il s’avéra qu’il avait été élevé parmi les loups, à défaut de se souvenir de ses parents… ceux-ci étaient-ils toujours vivants? Si oui, l’avaient-ils abandonné?

Donc… tu ne te souviens de rien de ta vie avant d’être élevé par les loups? Ta meute se trouvait à Mizu, ou dans un autre pays?

Tant de questions qui pouvaient se poser, et le Nobuatsu se doutait que l’homme semi-nu n’avait que très peu de réponses lui-même. Lorsqu’il lui proposa un fruit de son sachet, le Nobuatsu déclina poliment sa proposition, en lui indiquant que les fruits étaient pour lui, et qu’il n’avait pas faim de toute façon.

Comment se fait-il que tu sais parler notre langue? Quel est ton objectif en venant à Kiri?

Il pouvait avoir appris la langue grâce à ses parents biologiques, avant d’être recueilli par les loups. Dans ce cas, c’était la preuve que ses parents l’avaient élevé assez longtemps pour qu’il apprenne à parler. A moins qu’il n’ait appris la langue après, ce qui signifierait qu’il a trouvé une nouvelle famille depuis?



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Aiko Kuran
Aiko Kuran

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran] Empty
Dim 17 Juil 2022 - 21:12

L'enfant des loups avait une certaine fierté, souvent mal placé. Il ne laissait rien paraitre, du moins tout ce qui concernait ses peurs, ses angoisses, ses peines et sa faibless. Il n'aimait les dévoiler au grand jour même si lui même ne su et n'en compris la 
raison. Le cas contraire le rendait honteux, mal à l'aise voir agacé d'être impuissant sur l'instant. D'un point de vue extérieur, l'évocation de la mort, du décès, lui avait semblait abstrait, lointain or ce fut tout le contraire. Il y maintenant un ans de cela, Aiko avait perdu sa douce mère louve, la créature pour laquelle il avait donné tout son amour. Cette perte était restée en lui et il n y avait pas un seul jour ou elle lui manquait. Il y pensait, c'était douloureux or tomber dans la dépression n'était une solution. Sa mère en tout cas n'aurait jamais voulu le voir ainsi, ni ses vrais parents humains. Il devait s'accrocher, continuer à vivre et les rendre tous fiers. Au fond, le prince de la forêt espérait en vain pouvoir se retourner un jour et être content de son parcours de vie, sans compter qu'il arrivait petit à petit à faire son deuil. Il comprenait et compatissait avec son interlocuteur, cet homme qui semblait avoir perdu des êtres chers, être dans le même état d'esprit mais il n'avait su comment exprimer sa compassion. A la place, il s’était réfugier dans la nourriture, avait sauté sur sa propre histoire pour changer de sujet . C’était une sorte de fuite en avant or il en avait même pas conscience, il savait juste que ça lui avait fait beaucoup de bien de passer à autre chose, de se changer les idées. Son interlocuteur était une personne vraiment très appréciable, chaleureux et il semblait vraiment s’interesser au jeune sauvage. Il en était flatté, ca le moussait dans son égo et il n’allait pas non plus se priver pour en rajouter une couche en gardant son sourire.*

“ Non, j’étais trop jeune .. j’ai vécu avec les loups en forêt toute ma vie” 

Aiko n’avait aucune notion du temps et encore moins de son âge et des époques de l’enfance, ce pourquoi il s’était retrouvé dans l incapacité de lui dire la vérité: il avait été abandonné bébé dans les bois et sans son pouvoir de change forme, il serait mort à l’heure actuelle. Le prince de la nature avait une faim de loup et son habitude a manger des fruits se voyait:  Il les goba presque, les mangea comme s’il s’enfilait des petits pains. Il en avait proposer à son interlocuteur par politesse, pour le remercier de lui avoir si gentiment offert le repas mais ce dernier refusa son offre.  A l’inverse de lui, il n’était pas un grand amatteur de fruits.

“ viande ? manges , tiens ” 

Il fallait aussi oublié les bonnes manières avec lui, aiko ne les connaissait pas et sans aucune gêne il avait sorti son morceau de viande cru pour le mettre dans les mains de son interlocuteur. Dans le fond; ça l’ennuyait de manger seul devant lui. 
“ J’apprends a kiri ! toi alors ?” 

Revenir en haut Aller en bas

Entre deux mondes [PV. Aiko Kuran]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Aigle guidant le loup sur le bon chemin [Pv : Aiko Kuran]
» Retrouvailles entre deux âmes (Pv Asaara Fuu)
» Pris entre deux feux | Ft. Kaguya Shitekka
» Entre deux feux. [Akina]
» Entre deux arnaques.. [Katsuko]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: