Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[Mission de Rang C] Prévention académique EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[Mission de Rang C] Prévention académique

Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mar 19 Avr 2022 - 15:56
Prévention académique
Une grande campagne de sensibilisation à la médecine shinobi est en train de se développer à Kiri. L'utilisation du rentanjutsu étant de plus en plus développée dans le Yuukan, il est important d'informer les jeunes pousses sur les effets bénéfiques mais aussi dévastateurs qu'il peut avoir. Vous êtes donc réquisitionnées pour passer un après-midi avec les aspirants afin de démontrer votre savoir en la matière. Une partie théorique suivi d'une ou plusieurs démonstrations sont demandées. Attention, ne prenez pas des risques inutiles, n'oubliez pas que ce ne sont pas encore des shinobis.

Vous rendre à l'Académie
Donner votre cours
Faites une ou des démonstrations
Faites votre rapport



Eyana : « Mais FUSO je ne veux pas aller à l’école !! J’en ai marre de l’école !! »

MAIS ENFIN EYANA C’EST TOI LA PROF !

Quelle humiliation de retourner à cette académie que j’avais si mal vécue. Plus d’une fois, j’avais failli démissionner pendant mon temps là-bas. Je n’avais pas d’amis, j’étais seule, on se moquait de moi et j’en devenais paranoïaque qu’on essaye de me faire des coups de pute à force que je me retrouve toujours dans les histoires pas nettes. J’avais la chance d’échapper à chaque fois aux sanctions disciplinaires, mais la peur de perdre des points dans ce qu’on appelait « la note de gueule » ou me retrouver à faire la vaisselle au restaurant administratif de l’Académie planait en permanence. Parce qu’on se serait bien foutu de ma tronche à me voir à l’époque entrain de faire la plonge. Surtout que le personnel de la cantine était bien désagréable avec nous et je ne parle même pas du responsable je nomme.

LE JÔNIN DE LA CANTINE

Franchement, quel poste est plus planqué que le poste de Jônin de la cantine ? Qui a estimé à un moment qu’il fallait un Ninja pour gérer un restaurant administratif dans une académie et encore plus un Jônin ? Vous savez COMBIEN CA COUTE EN SALAIRE un Jônin ? Le mec avait trouvé la planque ultime, il avait d’ailleurs probablement pris le grade en venant ici. Ninja d’élite… Et encore, certains pourraient se dire que c’est un poste de daube pour un Jônin de faire la plonge ou la cuisine, mais il ne fait rien de tout ça. Il « supervise », il vient en gros gueuler une fois par jour puis retourne probablement dormir dans son bureau ou chez lui. Et dire que l’on paye tous des taxes pour cela…

Donc nous allions donner un cours aujourd’hui avec Fuso. Un cours sur les poisons et la médecine ninja, par le biais du Rentanjutsu et de l’Iroujutsu. Et surtout le Dokuton pour Fuso. L’ordre de mission spécifiait très précisément que nous devions faire attention aux élèves et qu’il ne s’agissait que d’une sensibilisation. Je voyais déjà la Mikami venir les sensibiliser aux effets du gaz lacrymogène dans la salle de classe… Je me marrais d’avance.

Je n’allais pas la chercher chez elle, non, j’étais chez elle, encore une fois. C’était vite parti en cacahuète cette histoire de venir crécher chez elle. Surtout quand la Kenpei nous avait ramené le carton de caisse de Téquila de saisie de la dernière mission avec le Maître empoisonneur qui s’était au final empoisonné lui-même et qui préparait de la drogue avec une Yasei Poule… Bref encore une sacrée histoire. Je me levais du canapé après avoir râlé sur le fait de ne pas vouloir aller à l’école. J’enjambais les cadavres de Téquila de la veille… Je sortirais les poubelles en partant histoire de ne pas être trop toxique comme colocataire intermittente. Et je me dirigeais ensuite vers la salle d’eau pour me préparer.

La routine du matin, un petit nettoyage en règle, surtout après avoir picolé comme des soiffards la veille. Les dents allaient être brossées aussi. L’avantage, c’est que la salle de bain n’était pas innaccessible pendant que je me préparais car je n’avais tout simplement aucune pudeur. Jour 1 ici, Fuso avait déjà dû me voir à poil trois fois dans la journée parce que j’oubliais tout le temps des trucs dans mon sac, je ne prenais jamais mon sac avec moi dans la salle de bain et surtout, eh bien, je ne me rhabillais pas pour aller chercher quoi que ce soit, donc je me baladais nue. J’enfilais de nouveau quelque chose une fois, bien entendu, ma toilette faite.

Je prenais le temps ce matin, de bien me nettoyer et de me mettre en beauté, car après tout, il fallait donner une impression sérieuse aux élèves. Mais à ce sujet, je n’avais pas encore vu Fuso et pourtant c’était elle qui m’avait réveillé.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mer 20 Avr 2022 - 11:31
Je tape dans une bouteille de téquila au réveil, alors que je m’extirpe des couvertures avec une sévère gueule de bois et des petits yeux. Tandis qu’Eyana se trimballe à poil dans la maison en cherchant ses affaires, je suis dans la cuisine à préparer le petit-déj, je ne fais aucun commentaire sur sa tenue plus qu’abstraite en préparant une omelette et du riz. J’essaie de compter les bouteilles de téquila que nous avons sifflé la veille, quatre je crois, au minimum, de souvenir nous avons déambulé dans les quartiers résidentiels de Kiri ensuite. Je me souviens, j’ai réalisé que j’avais le verre de trop dans le nez quand je me suis perché au sommet d’un portail qui délimite les différentes sections de la cité. Après, il y a eu un concours de lancers de kunaï dans mon jardin et si mes souvenirs sont bons, Eyana a gagné après avoir terminé cul sec une bouteille de saké (pour tasser les effets de la téquila). Je crois d’ailleurs que nous avons sorti le sel et le citron aussi, pour ce que ça change.
J’ai mal à la tête, j’ai l’impression d’être un gros melon enduis d’huile et pour couronner le tout, j’ai des joues de hamster. Je m’approche du gros samovar qui me sert de réserve de thé : une tasse, deux tasses, trois tasses, je bois deux litres d’eau avant d’attaquer le lait et le petit déjeuner en général. Je mange ma portion tandis qu’Eyana se débarbouille.

« C’est bon ? Je peux y aller ? » Elle me donne le champ libre, je la vois passer à poil dans un couloir, j’ai un roulement d’yeux au ciel. Je vais finir par changer d’orientation sexuelle à force voir madame se trimballer ainsi.

Je me débarbouille en détail dans la salle de bain, sans verrouiller la porte puisque de toute manière, la pudeur est devenu un concept tout relatif en l’espace d’une nuit. Je me brosse les dents, me peigne les cheveux, fait une toilette complète, j’ai beau me frotter, j’ai la sensation que l’odeur d’alcool me colle à la peau. A défaut de prendre un bain… Je suis de nature affinitaire suiton, je joins les mains et en quelques secondes, remplis ma baignoire d’une fraiche, pure et d’excellente qualité. Je me permets un bain rapide, avec du savon et en sortant, me parfume un petit peu.
Voilà, je suis parée à affronter une classe de l’académie.
On fait un brin de ménage avec Eyana, puis on sort les poubelles, achevant ainsi de cacher notre massacre de la veille.
En sortant, c’est ma voisine, une genin adepte du genjutsu qui nous interpelle.

« Hey les fêtardes, la prochaine fois que vous vous murgez, prévenez-moi. Je suis toujours partante pour boire !
-On y pensera Masami, on y pensera. » J’ai envie de vomir.

Le soleil me pique les yeux, ils ont besoin de temps pour s’habituer à la lumière du soleil et hélas nous sommes à court de répit. Nous devons aller à l’académie faire cours.
Heureusement pour nous, le chemin est calme, personne ne nous prête attention et lorsque nous arrivons à l’académie, les professeurs achèvent leur introduction au sujet. Ce qui nous laisse tout le temps de développer, par ce bel après-midi ensoleillé.
Puis je me rends compte qu’en réalité, le petit-déjeuner était le déjeuner.
Je crois que nous avons un peu plus dormi que prévu.
Qu’importe, nous sommes présentables, décentes et surtout, personne ne remarquera rien. En attendant que les profs finissent leur introduction au cours, nous croisons une personnalité de l’académie que nous avons déjà eu labo : Ikema, la spécialiste des poisons, en nous voyant, elle réalise la raison de notre venue ici et a un hochement de tête, aussi songeuse que blasée.

« Bonne chance avec les mômes et serrez leur la vis. Ils sont comme les chiens, ils sentent la faiblesse. »

J’échange un regard avec Eyana.
On entre dans la salle de classe : une petite vingtaine d’élèves sont présents, certains intéressés, d’autres un peu moins. Très vite, un petit brouhaha s’installe avec la transition, j’ai un regard vers ma comparse : je crois qu’il va falloir rétablir le silence avant de progresser dans le cours.
Je deviens plus acide que mes poisons, notamment avec le souvenir encore frais de certains de mes cuisants échecs en mission. J’ai en horreur le guacamole. Sans forcer, je prends ma voix aigre, avec une bonne dose de colère non feinte : je déteste perdre mon temps et surtout, je déteste l’académie ! En plus, j'ai des reflux acides dans l'estomac.
Je pointe du doigt un élève au milieu de la classe qui n’a rien pour prendre des notes.

« C’est quoi ça ? » Silence de mort dans la salle. « T’as perdu ta langue ?
-N… non.
-Bah alors, répond à la question. C’est quoi ça ?
-Ma table.
-Pourquoi c’est le vide dessus ? Tu veux nous faire perdre notre temps ?
-N…
-Alors sors de quoi prendre en note ! » Il s’exécute en tremblant.

A la manière dont il se décompose, nous sommes passés de 20 à 19,5 mais au moins nous aurons le calme pour l’heure. Je laisse Eyana prendre la parole.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mer 20 Avr 2022 - 17:22
Je pénétrais en compagnie de Fuso dans la salle de classe, l’air sérieux, froid, le retour du Frigo de l’académie. On n’allait pas être là pour enfiler des perles. La bienveillance, le body positivisme, le happy management… Poubelle toutes ces conneries, on allait la faire à l’ancienne mais concrète. Et d’ailleurs la Mikami venait mettre un coup de calibre 12 d’entrée de jeu au premier rigolo de la classe qui croyait qu’il allait pouvoir ronpicher sur sa table.

Plus droite que sarcastique, je venais imposer à ma manière une discipline tout en jouant sur le fait que nous, on était des Ninjas de terrain et que donc, on en imposait.

Eyana : « Allez tous en place. On n’a pas de temps à perdre, on a une mission nous après. »

La mission d’aller descendre des coups, mais la lever de coude était un sport national depuis mon arrivée en collocation partielle avec Fuso. Ça, il ne pouvait pas le savoir. Je me penchais tout de même sur le côté pour dissimuler un rot pas très frais de la veille quand l’experte en Dokuton venait me passer la parole.

Eyana : « Je sais que la majorité d’entre vous n’en peut plus des cours et a faim d’aller sur le terrain faire des missions. Donc nous allons aller à l’essentiel et essayer de faire en sorte que vous reteniez de quoi sauver votre vie. »

Au final, les cours, le but c’était surtout d’en retenir quelque chose plutôt que de les évaluer sur du par cœur banal avec des formules compliqués. Enfin c’était ma vision de l’apprentissage du moins, pouvoir le mettre en application après.

Eyana : « Pour tout ceux qui veulent la partie qui requiert de la concentration, on mettra à votre disposition un super support de cours à lire. Mais on ne va pas faire un cours de deux heures de plus pour les trois de devant. »

Même si j’étais tout de même scolaire à l’époque, je savais qu’au moins de la moitié de la classe n’apprendrait pas des cours théoriques par cœur et l’autre moitié n’en comprendrait de toute façon pas un mot à remettre en jeu une fois sur le terrain en plein combat. Donc on allait faire simple. Je présentais nos deux matières et en quoi elles étaient liées.

Eyana : « La Genin Fuso va vous présenter les poisons Ninjas, leurs utilisations et leurs risques. De mon côté je me chargerais de vous montrer quels comportements à adopter face à ces derniers. Mais sachez que déjà, la majeure partie du temps, si vous êtes empoisonné, c’est vraiment la merde. Donc ne prenez pas mes conseils ou applications pour une science exacte. La meilleure stratégie face au poison, surtout inconnu est tout simplement de ne pas se faire contaminer. C’est vraiment la règle NUMERO 1. Ce que je vais vous apprendre, c’est si vous n’avez justement pas pu éviter cette contamination. »

Et je lui laissais ensuite la parole, parce qu’il était plus logique de parler de l’agression subie et des risques avant d’aborder le sujet de comment s’en prémunir.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Jeu 21 Avr 2022 - 23:28
Eyana en rajoute une couche en gueulant, comme quoi nous avons une mission après, j’ignore si boire de la tequila pour éviter le gaspillage est réellement une mission, mais dans tous les cas, c’est une occupation qui est impérieuse et indispensable. Eyana leur abrège les explications longues et ennuyeuses sur le poison, elle mentionne volontiers l’ennui que cela peut occasionner et compte aller à l’essentiel pour qu’ils retiennent le plus important.
Ce qui fait qu’elle me refile le début du cours sans état d’âme, arguant que je suis la plus apte à faire la présentation des différents poisons, elle se chargera ensuite des moyens de s’en prémunir.
Plutôt que de m’attarder en longues explications assommantes sur les poisons, je choisis de couper directement à l’essentiel.

« Le poison se décline sous trois formes : liquide, visqueuse, gazeuse. Sur le terrain, ce sont souvent des armes empoisonnées, des poisons qui rentrent par la peau ou des nuages toxiques que vous rencontrerez. Ce sont des produits à action longue, qui peuvent vous pourrir durant des jours entiers, donc prenez garde. » Je sors mon kunaï.

L’attention monte d’un cran, la tension aussi, pour ce que ça change : ils savent qu’ils vont ramasser s’ils ne se tiennent pas à carreau. Alors, au lieu de m’énerver ou de faire dans le spectaculaire, je me contente de dire la vérité.

« Vous ne négligez aucune blessure, vous ne négligez aucun risque : si vous voyez un nuage de poison, retenir votre souffle ne vous sauvera pas. Si vous êtes en train de cracher vos poumons et qu’un camarade, vous avez foutu la mission en l’air et vos coéquipiers ont deux choix. Soit ils vous abandonnent, vous mourrez seul, la mission se poursuit avec un homme en moins. Soit ils vous gardent avec vous, vous êtes vivant, problème : la mission se poursuit avec deux hommes de moins parce que vous êtes mourant et qu’un autre s’occupe de vous. Dans les deux cas, vous êtes inutile, vous avez baissé le moral de l’équipe et la mission, déjà potentiellement dangereuse, est devenue un bourbier dont il faut s’extirper. Si vous êtes empoisonné, bravo, c’est à peu près certains que vous allez en baver pour la suite. »

Je prends un instant pour réfléchir à la suite, toujours en continuant de les sonder du regard : c’est un sujet très sérieux, même si en apparence il peut être frivole.

« C’est pour cela qu’en cas de doute, soyez à l’écoute des uns des autres. S’il y en a un qui se sent fiévreux, c’est peut-être un instant de fébrilité, peut-être qu’il a été empoisonné d’une manière ou d’une autre, certains poisons mettent longtemps à agir, alors soyez attentifs. Quant à la reconnaissance des poisons, je vais être concise : on vous recommande déjà de ne pas boire de l’eau dont la provenance est inconnue, alors redoublez de vigilance quand vous combattez et prenez soin de garder une hygiène impeccable sur le terrain. Ce sera déjà un grand pas en avant. La dysentrie tue aussi bien qu'un poison ninja et contrairement au poison, vous perdez votre dignité dans le processus. »

Je me tourne vers Eyana.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Jeu 21 Avr 2022 - 23:59
Fuso enchaîne sur les types de poisons, cela me fait légèrement sourire de l’entendre présenter de nouveau la discussion que nous avions eu quelques jours auparavant. Je savais cependant que là, le cours allait être beaucoup plus concis. C’était ici une question de simplement présenter les grandes catégories et sortir surtout de l’idée populaire du poison.

En effet, comme elle le précisait si bien, souvent le poison n’était qu’une conséquence de quelque chose qui existe déjà dans la nature. Ce n’est pas une création « magique » comme pouvait l’être les affinités Ninja mais une simple création à base d’élément et de réaction naturelle, probablement en exacerbé.

Abordant ensuite les conséquences de l’empoisonnement, je la voyais conclure en se tournant vers moi. Pas de longs discours ici, simplement leur transmettre quelques idées qu’ils allaient pouvoir retenir. Une fois la théorie terminée, nous passerions de toute façon à quelques démonstrations avec pour objectif de ne pas les mettre en danger non plus.

Je venais donc livrer une introduction à l’Iroujutsu appliqués aux poisons après m’être légèrement avancé face à eux.

Eyana : « La Médecine Ninja peut certainement s’occuper de vous soigner les symptômes d’un poison. Elle peut extraire le poison en question de votre corps et donc arrêter les ravages, elle peut aussi bien pouvoir complètement neutraliser toute action latente mais donc cela a pour conséquences deux choses. »

C’était peut-être là la notion la plus importante. Pas de remède miracle, du moins pas tout le temps. Il fallait mieux les préparer au pire et à la possibilité de ne pas être avec un Eisenin extrêmement puissant à chaque fois.

Eyana : « De un, vous êtes responsable, en cas d’empoisonnement de l’identifier et de vous présenter à un Eisenin si disponible pour traitement. Plus vous attendez, plus ça pue. De deux, il faudra bien comprendre que j’ai parler de stopper les ravages du poison et pas de revenir en arrière. S’il sera possible de sauver votre vie, ce n’est pas pour autant vrai qu’il sera possible de vous remettre d’aplomb. Donc les poumons pourront brûler pendant des semaines, vos nerfs pourront être endommagés à vie, vous pourriez être un poids mort pour votre équipe en plein milieu hostile. Donc on applique toujours le même principe malgré la médecine Ninja, on ne s’approche PAS des poisons. »

T’approches pas de ça p’tit con, j’avais envie de leur dire, mais cela ne faisait pas vraiment professionnel. Je m’efforçais de sortir un peu de mon personnage provocateur pour être une enseignante digne de ce nom.

Eyana : « Et enfin, deux autres principes. Un Médecin Ninja ne sait pas forcément répondre à tous les types de poisons. Et également, être soigné d’un poison ne vous en immunise pas. Cela veut dire que vous êtes soigné, si vous êtes réinfecté, rebelotte. »

Après tout cela, une ambiance de mort régnait dans la classe. On sentait qu’ils venaient de se chier dessus. Et encore, les pauvres n’avaient pas encore eu le cours à venir sur les pièges Fûinjutsu et les Sceaux explosifs. J’imaginais leur tête quand ils apprendraient qu’une branche d’arbre pouvait renfermer par un bref marquage un sceau capable de les réduire en amoncellement de viande ou au mieux, leur faire perdre une jambe.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Ven 22 Avr 2022 - 13:56
J’hoche la tête à chacune des remarques d’Eyana qui couvre le sujet en long en large en travers. J’en vois certains pâlir à vue d’œil, ils comprennent qu’il y a des choses qui les dépassent largement et que les poisons en font partie. Ils sont en train de découvrir la réalité du monde ninja : on est confronté à des situations périlleuses, des ennemis dangereux, des techniques imprévisibles et des blessures infâmantes. Je pince les lèvres en voyant certains se renfoncer dans leurs sièges, je crois qu’ils ont compris la leçon, en particulier quand ma comparse a fini son petit discours qui achève de remettre les pendules à l’heure.
Ils sont bien silencieux, bien calmes, bien disciplinés, tout le contraire de ce qu’ils sont parfois à l’académie. Je me souviens encore de ces journées parfois agressives où personne ne veut bosser, c’est l’heure de se venger un petit peu des cancres.

« Parfait, maintenant vous savez tout, on va vous faire retenir la leçon. Qui veut tester le lacrymo ? » Une dizaine lève la main, curieux de voir à quoi ça ressemble. Huit garçons, deux filles. « En voilà une classe volontaire. »

On descend avec les élèves dans la cour de l’établissement, tandis qu’Eyana les surveille, je donne les consignes aux mômes qui déjà, regagnent leur enthousiasme : je crois qu’ils ne comprennent pas ce qu’il les attend. Ils pensent qu’ils vont avoir le droit à une petite démonstration toute gentillette mais ça ne sera pas aussi paisible, ils vont souffrir, ils vont regretter.
Moi par contre, je vais passer un excellent moment.

« Comme à l’entraînement à l’esquive, hein Eyana ? » Je me retourne vers les élèves, « vous vous présentez devant-moi, vous recevez votre dose, vous vous asseyez par terre, une fois que tout le monde a reçu sa dose vous pourrez vous rincer le visage avec le sceau d’eau à côté de moi. Je ne veux entendre personne se plaindre. » Ils perdent de nouveau leur enthousiasme.
Le premier s’avance.

Pour des questions d’hygiène et d’image, je n’utilise pas ma bouche mais mes mains. Je claque des doigts pour transformer l’air autour de lui en gaz lacrymogène et très vite, ses yeux rougissent, il se met à pleurer et à tousser. Sans demander son reste, il va s’asseoir.
Le second se présente, claquement de doigt, il tient quelques secondes avant de se mettre à crier qu’il a un volcan dans les yeux.
J’adore cette journée.

« Si tu veux t’entraîner Eyana, c’est le moment. » J'ai un regard vers l'académie, quelques profs nous regarde, parmi eux, Ikema qui est en train de nous encourager avec de grands gestes joyeux. « Je crois que certains profs apprécient le spectacle. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Ven 22 Avr 2022 - 15:12
Le moment où nous allions pouvoir briller arrive et je savais d’avance que nous allions pouvoir bien en rire également. Fuso donne l’injonction de les faire descendre à l’extérieur afin de procéder à la démonstration. Dix volontaires, on a reçu pour instruction de ne pas prendre de risques inutiles, on n’y peut rien si ce sont des volontaires, pas vrai ?

Et puis c’est aussi ça la formation de Shinobi, subir un peu pour savoir ce qui nous attends. Ils seront mieux préparés de la sorte parce que s’ils veulent devenir de bons Shinobis, ils subiront malheureusement toute leur vie parce qu’entre les entraînements, les combats, les contraintes, la vie de la soldatesque n’était guère reluisante en matière de condition de travail et c’était important d’aussi leurs faire comprendre que ce n’est pas des vacances. Et ils n’auront même pas de ticket restaurant ou de subvention panier repas pendant les missions ou encore une indemnité d’absence temporaire. Depuis que Zhou n’était plus là, le syndicalisme Ninja de Kiri avait pris sérieusement un coup. Mais je me gardais de dire tout cela, je ne voulais pas que ça nuise à mon dossier professionnel.

En bas, je pouvoir voir la pratiquante du Dokuton avoir préparé un sceau d’eau pour se rincer de la lacrymo. Je rigolais d’avance face à la situation avant que les volontaires ne s’alignent. Et vu que quand on est professeur, il faut mener par l’exemple avant tout.

Eyana : « Allez c’est l’aventure. La découverte de l’inconnu. C’est aussi pour cela qu’on devient Ninja les jeunes. C’est pour l’inattendu, l’imprévu, on ne sait pas ce qui va se passer en fin de journée, demain ou après-demain. On ne va pas rentrer tous les soirs pour manger le bon p’tit plat de bobonne. »

Et à ce moment là je faisais signe à la Mikami de débuter. J’étais en plein dans la trajectoire de la Lacrymogène mais je n’en avais rien à faire, j’allais subir, sans bouger, avec eux. Chacun des gamins venait pleurer, cracher ses poumons alors que je commençais à ne plus distinguer Fuso qui semblait bien s’amuser. J’avais les yeux qui pleurait des larmes à la chaine, mes voix respiratoires me brûlaient et je ne bougeais pas.

Eyana : « Allez ! On arrête de subir, on ne montre pas sa faiblesse à l’ennemi, nous sommes des Shinobis. Arrêtez de vous toucher les yeux ! Vous allez provoquer une surinfection, c’est du gaz, vous en avez sur tous le corps. »

Une fois qu’ils étaient tous passé, je venais faire signe aux premiers alors que ma vision était encore trouble, que mes yeux me démangeaient, mais je me contentais de cligner des yeux pour provoquer l’humidification de ces derniers.

Eyana : « Et maintenant, vous allez pouvoir voir l’effet de l’Iroujutsu, ça ne vous enlèvera pas les bobos précédents, mais ça va arrêter la propagation des effets. Et les autres là-bas ! Arrêtez de vous rincer à l’eau, vous ne faites que répandre le gaz. La blague a assez durée. »

Je venais de ma main gauche concentrer mon Chakra Iroujutsu dans ma main afin de procéder à des extractions plutôt qu’à une expulsion naturelle comme la dernière fois. Je commençais par le premier élève qui était passé et je faisais dans l’ordre. Je purgeais leurs yeux, leurs poumons et leurs mains également pour éviter qu’on moindre petit frottage des larmes, on reparte pour un tour.

De mon côté, je continuais de subir, j’allais me guérir en dernière.

Eyana : « Bon et éviter de vous toucher vos yeux, vous avez du gaz partout sur vos vêtements. Vous vous débarrasserez de tout cela à la douche ce soir. Faites attention à bien pencher la tête en arrière quand vous rincez vos cheveux. »

Et pour terminer sur un apport pédagogique.

Eyana : « Comme je vous l’ai dis, la médecine médicale n’est pas parfaite. »

Et en réalité cette démonstration d’Iroujutsu était ma limite. J’étais loin d’être une Eisenin, je ne faisais qu’étudier les bases depuis quelques mois à l’hôpital et auprès de professeurs qui eux étaient réellement compétent. Je n’aurais rien su faire en situation de combat.

Eyana : « Quel est le prochain poison que tu souhaites leur montrer Fuso-San ? Peut être quelque chose qu’on ne va pas tester sur eux. »

Je lui relaissais la main, ayant terminé avec la partie médicale.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Sam 23 Avr 2022 - 21:17
Le prochain poison à leur montrer ? Je n’imaginais pas devoir faire plusieurs démonstrations, en particulier après avoir gazé les enfants. Alors certes, je n’ai pas l’obligation de les démonter de nouveau en utilisant un nouveau produit miraculeux qui aide à la discipline, mais en voyant l’enthousiasme d’Eyana, le doute est permis. Enfin bon, elle s’est prise un coup de lacrymogène, elle connaît le poison, elle sait comment y réagir.
Je croise les bras un instant, laissant le temps à chacun de réaliser ce qui vient de se produire, de digérer un petit peu l’action et les conséquences qu’un poison peut avoir sur eux. Ils comprennent tout doucement que le dokuton est dévastateur lorsqu’on maîtrise un peu ce qu’on fait et surtout, pourquoi les poisons sont extrêmement dangereux. J’ai un sourire, je crois qu’ils ont compris la leçon. Néanmoins, puisque ma comparse veut que nous allions plus loin, je me contente d’hausser les épaules.

« Alors retournons à l’intérieur pour la prochaine démonstration, je crois qu’ils ont bien assimilé la leçon et il commence à faire froid. Je pense qu’il va pleuvoir dans quelques instants, vu les nuages noirs au-dessus de nos têtes. » Nous rentrons.

Derrière-moi, j’entends quelques plaintes, quelqu’un s’est frotté les yeux et il est en train de regretter son geste : évidemment, il fallait qu’un élève soit distrait durant les consignes d’Eyana. J’ai un soupir : à gerber cette jeunesse, tu m’étonnes que nos profs disaient que nous étions la pire classe qu’ils aient jamais eu, chaque année ça doit être de pire en pire avec la baisse du niveau.
Dire qu’aujourd’hui, on vient à l’académie sans savoir faire une permutation basique, c’est scandaleux.
En revenant en classe, je me contente de croquer dans une pomme en m’efforçant de saliver un petit peu sur le fruit, au grand dégout de certains élèves qui n’ont toujours pas compris l’intérêt de la leçon. Alors, je laisse le poison suinter de mes mains et un puissant acide commence à ronger le fruit.

« Poison acide qui réagit à l’eau : plus vous rincerez, plus il y aura de dégâts sur la plaie. On s’en débarrasse avec du vinaigre, où en laissant le produit réagir avec l’humidité de la plaie. Normalement, » il y a une légère de chair brûlée, « cela dure quelques instants. L’odeur n’imprègne pas les fringues ne vous inquiétez pas. » Quelqu’un toque à la porte.

On se retourne : il y a une prof, grande brune au regard d’or qui se racle poliment la gorge.

« Excusez-moi, quand vous aurez fini votre intervention, vous pourrez gazer ma classe aussi ? Ils sont insupportables. » Elle a un sourire vers Eyana, son élève préférée à l’époque de l’académie ?

La décision lui appartient.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Dim 24 Avr 2022 - 2:14


Plusieurs enfants semblent être dégoûtés par la seconde démonstration de Fuso. De mon côté, j’apprécie le côté un peu crade et vulgaire de sa façon d’administrer le poison. Baver sur quelqu’un, lui souffler à la gueule, le lécher… Que des façons aussi dégoûtantes que sensuelle dans certains cadres. Ce qui est sûr, c’est que si elle a un copain, il devrait faire attention à l’ensemble des petits plaisirs venant de sa bouche. Hé, même pas envie de l’embrasser cette espèce de malade.

Pénètre ensuite un autre professeur qui a visiblement vécu avec une certaine déliquescence la démonstration extérieure et semble vouloir faire partager cela à tous ses élèves. Si l’envie ne m’en manque absolument pas. L’idée de voir une nuée de mioches désagréables entrain de pleurer et cracher leurs poumons. Je ne fais que penser à l’ordre de mission qui se répète encore et encore dans ma tête. Pas de risques inutiles, pas de risques inutiles. Je le répétais une dernière fois en imaginant l’un d’entre eux se brûler la cornée ou encore un autre faire un malaise sous l’effet du gaz. Si c’était explicable sur un volontaire, cela l’était beaucoup moins pour exercer une action disciplinaire à la demande d’un autre professeur.

Donc au risque de paraître extrêmement ennuyante quand je voyais que Fuso me refilait le bébé afin de répondre, je venais simplement secouer la tête.

Eyana : « Désolée, nous faisons cela uniquement à but éducatif, et nous nous devons de faire prendre le moins de risques possibles aux élèves. Le Dokuton comme toute forme de Ninjutsu ne peut pas être vu comme un jeu. »

C’était académique, clair, net, précis mais surtout extrêmement chiant. Mais c’était surtout vrai en ce qui concernait les poisons et même si je voyais la prof être très ennuyée par ma réponse, elle n’insistait pas. Ce n’était pas aujourd’hui que tu allais continuer tes conneries Fuso ! Je la fixais avec un regard lui transmettant exactement cette pensée.

Je venais ensuite me tourner de nouveau vers la classe et reprenais d’une voix assez forte.

Eyana : « Bien, est-ce qu’il y a des questions ? »

Une élève de premier rang venait lever la main et je lui accordais la parole d’un petit geste.

Elève : Est-ce qu’il y a des manières de se défendre autrement des poisons que par l’Iroujutsu ? Que faisons nous s’il n’y a pas d’Eisenin?

J’hochais la tête et cela servait de transition à la dernière partie du cours, le Rentanjutsu.

Eyana : « Il existe bien une dernière méthode. Nouvelle et en pleine expansion, le Rentanjutsu. Aucune de nous deux n’est pratiquante, mais c’est tout ce qui touche à la pharmacologie. Pour faire simple, ce sont des poisons appliqués dans des concoctions mais de manière curatives ou destructrices. Cela peut être utilisé par n’importe quel Shinobi mais est souvent emmené sur le terrain sous forme de sceaux. Certains s’y spécialisent comme la Jônin Gozan Arukisa, la Capitaine de la Kenpei. Par ce biais, il existe des antipoisons évidemment qui peuvent permettre de lutter contre le Dokuton. Sachez que, même si ce n’est pas le thème de ce cours, le Rentanjutsu permet également de produire des poisons, des pilules énergétiques et bien d’autres miracles qui sont équivalent à des arts Ninjas. »

L’élève hoche la tête, ils semblent pour la plupart captivés. De mon côté, je pense avoir abordé l’ensemble de ce qui forme la sensibilisation. Mais il nous reste un peu de temps de cours. Je viens donc relancer le sujet des interrogations.

Eyana : « D’autres questions ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Lun 25 Avr 2022 - 17:11
La prof a un pincement de lèvre, elle a un coup d’œil vers les élèves, puis vers nous. Elle réfléchit un instant, puis a l’illumination, je le vois dans ses yeux qui s’arrondissent d’un seul coup, oui, elle a trouvé la réponse à sa question. Elle nous enjoint d’un regard complice, fière d’avoir trouvé un moyen de contourner le problème : si nous ne pouvons lui rendre ce service, alors elle connaît quelqu’un qui pourra le lui rendre.

« D’accord, vous savez où je peux trouver Ikema ?
-Dans son bureau j’imagine, si les horaires n’ont pas changé, elle n’a pas cours à cette heure-là. » Sourire de l’intéressée.
« Merci bien ! » Elle repart.

Ce qui nous laisse avec les étudiants, tandis qu’Eyana m’envoie un regard courroucé : peut-être que ce n’est pas aujourd’hui que je ferais mes conneries, mais en attendant, je vais trouver le moyen de perpétuer le glorieux art du Dokuton et ses applications punitives ! Bien malgré moi, j’ai un sourire à l’idée de discipliner un peu les jeunes qui ont mal agi. Néanmoins, les questions me forcent à reprendre mon sérieux. Comment se prémunir des poisons, si Eyana essaie d’apporter une réponse construite, je vais opter pour une formule brutalement honnête.

« Bah tu crève si t’as une constitution fébrile, sinon, tu t’en sors avec des séquelles. C’est bête, mais si on insiste autant sur les poisons, les menaces autres que l’habituel triptyque ninjutsu, taijutsu et genjustu, c’est bien parce qu’il est très difficile de contrer certaines menaces non conventionnelles. En particulier les capacités spéciales de certains qui permettent d’attaquer de manière non conventionnelle. »

Eyana reprend en demandant s’il y a d’autres questions. Une élève lève la main, désemparée.

« Comment peut-on être prêt face à tout ça ?
-En s’entraînant, c’est pour cela que lorsque vous serez genins, vous ne sortirez pas du village non accompagné et que vous serez sous la tutelle d’un gradé. Vous aurez toutes les occasions de vous entraîner au village avant de finalement voler de vos propres ailes. Ne vous en faites pas pour cet aspect : on ne vous enverra pas à la bataille tant que vous ne serez pas prêt. C’est très facile d’annuler vingt ans d’effort en un instant d’inattention, ça n’est dans l’intérêt de personne de vous laisser tirer au flanc, ou de ne pas vous accomplir. Vous êtes des futurs ninjas, si vos profs vous serrent la vis, c’est parce qu’en fin de compte, si vous êtes trop faible pour faire face aux circonstances, vous serez les premiers à le payer sur le terrain. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Lun 25 Avr 2022 - 18:26
J’écoutais Fuso faire, j’avais envie de m’avachir dans le siège destinés au professeur derrière moi, mais je faisais de mon mieux pour rester droit et fière. Afin de donner encore et toujours une impression d’assurance et de droiture. J’appréciais le petit discours de ma camarade sur l’importance de l’entraînement. Il était tellement aisé de voir en effet des vies partir en instant malgré des années et des années d’entraînements. Quelques secondes, voir une seule dans certains cas pouvaient faire disparaître tout ce temps écoulé. Combien des élèves face à nous trouveraient la mort de façon ridicule et inutile ? Probablement beaucoup, malheureusement. C’était là le destin des Shinobi, peut-être même le mien.

Voyant que les questions étaient terminées et que Fuso avait fini sa tirade, je venais m’avancer de nouveau pour prendre la parole et mettre fin au cours que nous avions à donner.

Eyana : « Voilà ce qui conclus notre intervention auprès de vous. J’espère que vous aurez appris à vous méfier des poisons et le rôle des Eisenins. Pour ceux qui voudraient se spécialiser dans un domaine ou l’autre. Sachez qu’une fois Ninja, vous aurez tous le temps de vous renseigner sur ces sujets ! Le Laboratoire et l’Hôpital de Kiri seront probablement ravis de vous accueillir pour des stages. Cela ne nous vous engage en rien mais vous permet de vous rendre compte de la réalité de ces spécialités. »

Je ne pouvais m’empêcher de penser à la direction actuelle de l’Hôpital, si tout c’était bien passé avec moi, voir même que tout avait été positif dans mes interactions avec le clan en charge, je me doutais que cela n’allait pas être le cas pour tous le monde. A commencer par l’ancien directeur.

Eyana : « Après… Il faut être capable de tolérer le fait d’être avec des Kaguyas… Mais bon, ça c’est vous que ça regarde ! »

Je souriais puis me retourner pour récupérer mes affaires… C’est-à-dire rien. Je faisais ensuite signe à Fuso et je quittais la pièce alors que le brouhaha commençait à être d’ores et déjà ambiant dans la salle.

Eyana : « Au revoir ! »

Je remontais les couloirs de l’Académie avec ma camarade du jour. Une petite once de nostalgie dans l’esprit en voyant que ces derniers avaient énormément changés avec la construction du complexe. Tout avait été refait à neuf.

Eyana : « Pouah, quelle plaie de donner cours, si un jour je passe Chûnin, ce n’est clairement pas pour faire de l’enseignement. Autant enseigner un Jutsu à une ou deux personnes ça va, mais gérer une classe entière ? Il faut faire abstraction de trop de choses. »

Mais notre répit ne fut que de courte durée quand une petite rouquine vint à notre rencontre en criant dans notre dos, visiblement toute apeurée.

Elève :
« Mikami-Sama ! Anaï-Sama !! Il y a un incident dans une des classes !! Apparemment avec des poisons… »

Je secouais la tête avant de fixer Fuso puis je m’en allais pour suivre l’élève en direction du lieu du drame.

Eyana : « Bordel si c’est encore Ikema… Allons voir ! »

Je me hâtais, sans courir non plus, mais je marchais vite afin d’avoir sur le cœur net de l’élément perturbateur de la journée. J’espérais intérieurement que ça ne soit que mineur et qu’aucun prof n’avait fait de trop grosses folies.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mar 26 Avr 2022 - 20:13
J’ai un sourire en entendant la blague d’Eyana. J’ai un hochement de tête : c’est une ambiance différente à l’hôpital, il faut s’y accoutumer, ce n’est définitivement pas pour tout le monde, surtout quand il faut expérimenter. Alors là, on croise de tout et surtout, du n’importe quoi. En sortant de la salle, j’approuve les paroles de ma comparse : oui, enseigner ce n’est pas fait pour moi, je deviendrais folle à essayer de faire la discipline tout en expliquant à des mômes ce qu’il va se passer s’ils ratent un jutsu au moment crucial. Trop de discipline à faire, trop de répétitions, même si on dit à très juste titre que la pédagogie est l’art de la répétition. Ce qui n’est pas sans dire quand on voit le nombre de phrase que les profs doivent écrire pour aider les élèves à prendre en note.
J’ai un sourire.

« Nous voilà à peine sortie de l’académie, que déjà on dénigre les jeunes et les profs, il faut croire que l’histoire se répète. » Mais en voyant la rouquine courir pour nous prévenir, ma comparse change de ton alors que moi, non, pas le moins du monde. « C’est probablement Ikema et la prof de tout à l’heure, Kana je crois. Ne t’en fais pas, elles n’ont rien fait de spectaculaire, ce sont des profs et elles sont jônins, elles savent ce qu’elles font. En plus, je suis sûr que les élèves méritaient. » On y va à marche forcée. « Pas si vite, ça n’urge pas… » Je perds mes mots en voyant le sol.

Il y a des relents de gaz lacrymogène et pas des moindres. On ne parle pas d’une petite lueur vaporeuse à l’occasion, non, tout le sol est en train de baigner dans des irritants chimiques au point que j’ai du mal à voir mes pieds. Je soulève ma botte pour découvrir une fine pellicule de toxines sur le cuir qui est déjà en train de blanchir. Bon, au moins ça me donne une raison de les cirer ce soir.

« Peut-être que c’est grave finalement. » En arrivant à un angle, on tombe finalement sur la fameuse salle de classe.

Porte fermée, pourtant il y a du gaz qui cascade lentement du sommet de la porte, j’ai un soupir de stupeur, impressionnée par la quantité de lacrymogène qu’il doit y avoir dedans. Des dizaines de gens sont en train de tousser à l’intérieur, on entend les quintes de toux depuis le couloir et lorsque j’ouvre la porte, je me retrouve submergé de lacrymogène. La quantité est telle que mon nez et mes yeux sont immédiatement attaqués, malgré mon immunité naturelle je n’arrive pas à encaisser la surdose et papillonne des yeux. Je toussote un petit peu : les années d’entraînement m’ont rendu hermétique à la technique signature d’Ikema (et qu’ensuite elle m’a gentiment enseignée), mais aujourd’hui, par les dieux, par les kamis et toutes les autres divinités qui peuvent traîner dans le Sekai, c’est du lourd !
Au milieu de la brume si épaisse qu’on ne voit pas l’autre bout de salle, comme si on était au hammam, il y a Ikema et Kana qui sont assises sur le bureau, en face d’une classe en train de suffoquer. Kana n’étant pas experte du dokuton, elle a le visage masqué par un imposant chiffon trempé dans du vinaigre.

« Venez. » Déclare une Ikema imperturbable, qui ne tire aucun plaisir de cette intoxication de masse. « La température est pile ce qu’il faut.
-Les larmes de mes élèves sont salées à souhait ! » Poursuit Kana d’un ton exubérant avant de se retourner vers les mômes, « quand je vous dis pendant une putain d’année de vous tenir à carreau, c’est pas pour rien. J’aurais dû faire des entraînements au poison plus tôt. » Elle reporte son attention sur nous, « merci les filles pour l’astuce ! Vous venez ? j’ai encore du chiffon et un vinaigre pour toi Eyena. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Jeu 28 Avr 2022 - 14:59


Eyana : « Putain de m… Mais elles sont complètement inconsciente… »

Une exposition au gaz lacrymogène dans un milieu clos ? Je ne suis pas une experte mais ça reste quand même un gaz de combat qui brûle partiellement la cornée et nécrose les poumons. Je ne sais pas si elle est experte en Iroujutsu avec cela, mais je secoue la tête en constatant l’état de la salle et surtout les élèves qui semblent être tous en position latérale de sécurité.

Entrant dans la pièce d’un pas décidé, je secoue la tête vis-à-vis de la proposition du chiffon de Kana. Laisser les élèves subir en se préservant ? Ce n’est vraiment pas ce que j’appelle de l’exemplarité. Je vais vers les fenêtres et je les ouvre. Je sens les larmes qui monte, les poumons qui commencent à me brûler, je tousse et rapidement je me mets à pleurer. Une fois trois fenêtres ouvertes, je retourne à l’entrée. Les deux professeurs me regardent, visiblement surprise alors que des élèves sont au sol, vraiment dans le mal.

J’effectue une série de Mudra avant de venir purger mes poumons avec mon Chakra et venir l’emplir de Chakra Fûton qui repousse le Lacrymogène hors de moi. Puis je concentre une quantité plus importante de Chakra Fûton et vient l’expirer dans la pièce. En un puissant souffle de vent continue, la pièce se fait rapidement balayée de tous le lacrymogène se trouvant à l’intérieur, je continue le souffle jusqu’à ce que la nappe blanche ne soit plus visible. Du moins, de ce que je suis capable de voir.

Exaspérée par la situation, je sais aussi de mes entraînements avec Fuso que le gaz lacrymogène exalte certes cette blancheur mais qu’il reste tout de même dans l’air un moment après ça. Ayant purgé partiellement mes poumons, je viens essayer de récupérer toute la situation…

Eyana : « Et donc.. Pour finir, si un jour vous êtes victime de poisons, eh bien il y a des moyens de s’en sortir comme des techniques Ninja… »

Je recommence à tousser, les deux profs étant toujours sidérée de ce que je viens de faire, mais elle constate peu à peu l’état de leurs élèves à leur tour. Peut être qu’elle prenne conscience aussi que le lacrymogène n’est pas un simple gaz qui pique et qui fait tousser, il peut causer de très lourds dégâts.

Eyana : « Le Futon peut repousser les gaz, le Suiton en faire durcir d’autres, le Katon provoquer une combustion, le Doton peut l’enfermer… Et le Raiton… Eh bien bonne chance si vous êtes de cette affinité. »

Je ne vois absolument plus rien tellement que je pleure et je suis incapable de continuer mes phrases à cause de la toux. Je viens rapidement commencer à me purger à l’aide des bases en Iroujutsu que je possède, mais c’est plutôt long. Je peux voir nos élèves de la classe à côté qui n’en ont pas manqué une miette. D’ailleurs la diffusion de la Lacrymogène dans le couloir a provoqué de nombreux empoisonnement dans notre classe mais aussi les autres à côtés. Je suppose que Fuso aura son intervention, elle aussi, à faire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Sam 30 Avr 2022 - 23:06
C’est le chaos à l’intérieur, même si je suis habituée, très vite je verse ma larme, incapable de voir plus loin que le bout de mon nez à cause de la densité à l’intérieur. J’ouvre les portes en espérant créer un courant d’air tandis qu’Eyana s’occupe des fenêtres, sous le regard pétri de surprise de nos deux professeurs. Ou plutôt, Ikema comme à son habitude réussit à exprimer la surprise tout en gardant les sourcils froncés, alors que Kana s’étonne sincèrement de notre réaction.
Néanmoins, ce qui me surprend, c’est bien la tentative de rattrapage de ma comparse qui essaie de faire passer ça pour un instant pédagogique alors que très clairement, Kana profitait de son heure de sadisme, alors qu’Ikema, comme à son habitude, est blasée. Littéralement, ma camarade tente de toutes ses forces de transformer une punition aussi brutale que méritée (et oui ils ont mérité très fort) en une sorte de cours surprise, un peu plus énervé que d’habitude. Si je ne peux que soutenir cette initiative, j’ai un pincement de lèvres : personne n’y croit, pas même les élèves qui reprennent le peu de souffle qu’ils ont, leurs petites bronches atrophiées par les gaz.
Néanmoins, c’est Ikema qui est la plus réactive dans toute cette histoire.

« Vous comprenez l’intérêt de ne pas négliger les cours sur les affinités maintenant. Pour ceux qui sont d’affinité raiton, il y a une petite astuce qu’un de mes anciens adversaires utilisait.
-C’est devenu un jonin ? » Que-je demande, toute naïve.
« Non, je l’ai buté la troisième fois que nous nous sommes confrontés l’un à l’autre, puis pour faire bonne figure, j’ai balancé son cadavre aux murènes dans la baie d’Ue. » Répond d’un ton pince sans rire l’officier de Kiri, je n’ai jamais vu une ninja de l’eau aussi sèche. « L’astuce consiste à utiliser le raiton pour se pincer électriquement le diaphragme et se vider sauvagement les poumons. C’est douloureux, mais vous faites sortir l’immense majorité du gaz une fois que vous êtes hors d’atteinte, ce qui ne devrait pas être compliqué puisque vous êtes de l’affinité qui sert de dopant à tous les ninjas qui veulent courir plus vite. » Elle observe Eyana, puis porte son œil toujours las vers moi. Je prends la parole à mon tour, dans une vaine tentative d’apporter un vernis pédagogique à tous ce qui vient de se produire.
« Maintenant que vous avez franchi cette étape obligatoire qui est d’être dans une salle remplie de lacrymo, vous n’aurez plus peur de grand-chose. Prenez un bain ce soir et frottez bien.
-C’est ça. » Confirme Ikema avant de jeter un œil dehors : « ma journée est terminée, je vais à la brasserie, vous venez ? » Nous demande la jônin, alors que derrière-nous, Kana regrette d’avoir encore une heure de cours à enchaîner. « J’invite, pour récompenser votre exactitude pédagogique. »

J’ai un coup d’œil vers Eyana : ça va encore être un grand moment d’anthologie, mais pourquoi pas ? Si elle le souhaite, nous pouvons y aller.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Jeu 5 Mai 2022 - 14:42
J’écoute Ikema donnait sa petite astuce concernant le Raiton pour lutter contre le Dokuton. Je lui accord pour le fonctionnement, j’ai toujours trouvé le Raiton être l’affinité la moins intéressante des cinq, hormis sa capacité de paralysie qui est puissante, elle pêche sur tellement d’autres domaines qu’à mon avis, c’est probablement la pire affinité à disposer naturellement.

Je sens Fuso venir ramer à son tour alors que les élèves sont tous au bout de leur vie. Je dois avouer que je suis la première à être encore dans un état lamentable suite à l’empoisonnement. Je réalise d’ailleurs à ce sujet ma fameuse technique pour chasser le poison un peu plus vite alors que je prends mes distances avec la salle de classe. Je vais pleurer mes larmes et cracher ma morve plus loin dans le couloir tout en adressant une excuse silencieuse au futur personnel de ménage.

Viens ensuite la proposition d’aller prendre un verre avec Ikema, visiblement suite à nos petites accroches, celle-ci nous a à la bonne. Je dois avouer qu’elle n’est pas le genre de personnalité que j’apprécie, mais je vois là mon intérêt pour l’apprentissage de l’Iroujutsu et de mes futures promotions, cela sert toujours d’avoir une amie bien placée.

Eyana : « Allons prendre ce verre… Nous, on en a terminé avec notre mission de jour. »

J’ai les yeux rouges, je tousse encore pas mal, mais au moins j’ai retrouvé l’ensemble de mes facultés et je me dirige assez vite vers la sortie en compagnie des deux empoisonneuses pour éviter une nouvelle contamination. Le problème de ce gaz, c’est que ce n’est pas la vapeur blanche qui infecte, mais les particules qui sont invisibles. Cela en a surpris plus d’un.

Eyana : « Je ne suis pas sûre que ce fût une bonne idée de faire cela Madame Ikema, si l’un des élèves ou ses parents vous fait un scandale, on va vous le reprocher, j’espère surtout qu’il n’y aura pas de blessés. Vous n’êtes pas sans savoir que la lacrymo peut brûler la cornée ou nécroser les poumons… Enfin, c’est ce que j’ai vu en compagnie de Fuso-San. »

Nous étions à marcher dans les rues de Kiri, nous éloignant peu à peu du complexe Shinobi alors que la vie dans les allées du village caché était pleine de vie et que de nombreux habitants ne pouvaient que poser leurs yeux écarquillés sur mes mirettes rougeoyantes.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Jeu 5 Mai 2022 - 17:11
« Les parents, » recommence Ikema avec un soupir. « Ils placent leurs enfants à l’académie en se disant que ça va les mettre bien pour une future promotion dans l’administration de Kiri et ensuite, ils s’étonnent quand leurs mômes rentrent avec un cocard. Qu’est-ce qu’ils croient ? Qu’on vient à l’académie pour s’amuser ? C’est une école militaire, ils sont là pour apprendre à servir le pays de l’eau, qu’ils ne s’étonnent pas si leur précieuse progéniture rentre avec des fringues sales à l’occasion. Fuso a eu droit à la chambre à lacrymo elle aussi et elle n’a pas râlé après coup. » Un peu quand même, j’ai passé les dix minutes suivant l’épisode avec la tête immergée dans une bassine d’eau savonneuse. « En pratique, si le lacrymo peut brûler la cornée et nécroser les poumons, tu peux aussi tuer par contraction des bronches, avoir une réaction allergique, des brûlures chimiques sur la peau et une perte permanente d’acuité visuelle. En pratique, tu peux utiliser différents dosages pour obtenir des dégâts plus ou moins intenses et durables. Ne t’inquiètes pas, ils n’auront rien. Je maîtrise l’étendue de mes pouvoirs, je connais les doses dangereuses à ne pas dépasser. C’est l’un des avantages d’être une experte avec du temps à perdre : on développe toutes les variantes possibles et imaginables pour martyriser les élèves. »

Mais à mesure que je marche, je me rends compte que certains badauds nous envoient des drôles de regards. Des gens surpris par les yeux rouges d’Eyana et le cache-œil d’Ikema, ce doit être une drôle de vision pour eux, il est rare de voir les ninjas déambuler en groupe, surtout aussi tôt dans la journée. D’ordinaire, c’est tard le soir. De manière trop coutumière pour être une première fois, Ikema se contente d’un laconique « Kasugano ? » et on se dirige vers le bar le mieux caché de la ville.
Le bar légal évidemment, il y a sans doute d’autres endroit où on peut boire à Kiri, mais je ne suis pas une criminelle recherchée, alors je ne pourrais dire où est-ce qu’ils se trouvent. On se pose au comptoir, comme d’habitude.

« J’invite. » Déclare la jônin, toujours avec une extraordinaire joie de vivre dans la voix comme le regard. « Trois bouteilles de rhum s’il vous plaît. » Ca case le ton de la soirée. « Trinquons à une longue journée de travail. » Rajoute Ikema, pleine d’ironie.

J’observe Eyana : sans trop m’avancer, je peux dire que les relations sont encore tendues entre ces deux-là. De l’autre côté, la jônin semble indifférente à cette inimité à sens unique, j’imagine qu’à force de balancer les corps de ses ennemis aux murènes, on devient insensible à ce genre de petit tracas. Il y a les problèmes de genins et les problèmes de jônins : chacun a ses priorités et celles de la cadre sont sur sa coupe.
Je m’apprête à lancer un sujet de conversation, un peu oppressée par l’ambiance qui émane de mes deux comparses, mais c’est Ikema qui démarre la conversation.

« Vous êtes jeunes, profitez-en, quand vous serez vieilles, vous regretterez vos vertes années, j’en sais quelque chose. » Elle se tourne vers nous. « Désolé si j’étais un peu froide tout à l’heure, j’étais occupée à ne pas perdre la face devant les élèves : vous connaissez la chanson, vous montrez un instant de faiblesse et ils vous bouffent. Alors j’ai préféré ne pas contredire Kana sur le coup et la laisser gazer les étudiants. Vous vous en sortez avec l’entraînement ? J’ai eu ouïe dire que c’était un peu calme chez les genins au terrain d’exercice. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Ven 6 Mai 2022 - 18:14


Le temps passant, je finissais pas récupérer l’entièreté de mon acuité visuelle, de ma respiration et surtout, ma belle petite bouille. Je ne disais rien, je me concentrais à ne pas trop subir le temps que nous allions au bar et de toute façon, je préférais être ainsi que de me comporter de façon acerbe envers la Jônin experte en Dokuton. Je lui devais tout de même une forme de respect, elle avait visiblement beaucoup appris à Fuso. Et Fuso était quelqu’un que j’appréciais, si ce n’était pas déjà évident.

Je mettais les pieds au bar et venait me coller sur un tabouret au comptoir pendant que la Ninja de rang supérieur venait commander trois bouteilles de Rhum. Cela aurait pu faire peur à de nombreuses personnes, mais c’était en sous estimant la capacité de descente que Fuso et moi avions. Une collocation à deux avait généré de nombreuses descentes de bouteilles de Tequila et d’autres spécialités culinaires liquide de ce type.

Je faisais signe de mon côté à la barmaid également, j’avais faim après tout cela et il fallait bien alimenter mon corps en protéines.

Eyana : « Un okonomiyaki je vous prie. »

J’ignorais Ikema de mon côté, mais une fois les bouteilles posées, je venais débouchonner la première et tout de même servir les trois coupelles à mi-hauteur, de façon à être sûr de ne pas en renverser et d’avoir une quantité suffisante pour prendre de bonnes gorgées.

L’Okonomiyaki au poulpe est littéralement la spécialité du pays de l’eau, plat pas spécialement populaire chez les Ninjas, il l’est énormément chez les locaux qui voient aussi dans la chasse au poulpe et à la pieuvre une sorte d’absorption de leurs puissances, les mers de Mizu étaient énormément bondées de céphalopodes de toutes tailles mais tout particulièrement des énormes qu’on se retrouve à devoir neutraliser à la baliste. Après le calamar et le pouple était plus adapté pour ce genre plat, car plus facile à préparer en raison de la présence d’une structure osseuse sur laquelle travailler.

J’ai un bref souvenir à la mention de ce plat de mon étude à l’hôpital des ganglions stellaires des seiches afin de vérifier leurs réceptions à la lumière. Le labo m’avait demandé ce travail afin de tester la précision de mon iroujutsu. Si le sujet était chiant, il avait tout de même été très utile en ce qui concerne les manipulations.

Ikema parle, pose des questions, mais je l’ignore, j’attaque mon rhum et je laisse Fuso faire la conversation pour le moment. Je ne suis pas d’humeur là tout de suite au vu du déroulé de la journée et de ses justifications à prendre sur moi pour lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 19:39
« C’est calme, oui. » Ma réponse ne semble pas satisfaire Ikema qui penche la tête sur le côté d’un air inquisiteur, d’un air dont seul les jônins qui ont frappé Toma aux couilles ont le secret. Ou du moins, c’est ainsi que je l’interprète, « il y a peu d’entraînements qui dérapent, les élèves sont stoïques et pour être honnête, certains préfèrent lire que de faire le travail qu’on leur demande. Motiver les disciples est difficile et si ça va de notre côté, nul doute que d’autres en bavent pour faire travailler les mômes. Sauf Kana qui semble tirer un plaisir excessif à persécuter ses élèves.

-Souvenez-vous, » déclare Ikema. « Si c’est du travail physique, c’est du conditionnement corporel. Si c’est de la persécution mentale, c’est du harcèlement moral. » C’est une manière de voir les choses, la jônin reprend d’un ton prosaïque, « s’il faut impérativement vous entraîner, vous les aspergez d’eau en visant la bouche. Ils s’enfuiront en comprenant que l’expérience fausse noyade, c’est une spécialité locale. Pour avoir été des deux côtés de la trombe d’eau, je confirme que ce n’est pas une bonne expérience.
-Vous avez subi une fausse noyade pour l’entraînement ?
-Non, je me suis infligé une fausse noyade pour savoir ce que ça faisait. »


C’est… une manière d’appréhender les choses. J’imagine que l’empoisonneuse d’élite sait ce qu’elle fait.
Enfin bon, j’allais juger et dire que c’est une sadique, mais en vérité, je l’envie surtout de pouvoir congédier qui elle veut, quand elle veut. Avec son métier de ninja d’élite sont arrivés les responsabilités, mais aussi quelque passe-droit qui laissent songeuse. Sans compter le salaire mirobolant. On peut les plaindre pour les quelques devoirs qu’ils ont, mais en voyant Ikema avancer les bouteilles de rhum, on peut se poser des questions.

« De toute façon, » reprend la jônin avant d’être interrompue par la serveuse. « Je vais prendre un bol de ramens s’il vous plaît, avec beaucoup de piment.
-Des ramens avec un œuf dedans et de la viande en supplément s’il vous plaît. »
Ikema a un haussement de sourcil en entendant ma commande. « Je ne mange pas épicé.
-Ça viendra avec le Dokuton, quand tu te seras flingué le palais à force de cracher du poison, tu ne sentiras plus que le poivre et la gnole. »


Elle se verse une seconde dose de rhum et le descend d’une traite. Insensible à l’alcool, elle a un bref soupir d’inconfort alors que l’éthanol lui brûle l’œsophage, si elle est encore capable de ressentir cela.

« Au final, vous avez réglé son compte à Toma ? Le débile léger qui passait son temps à vous donner des missions de merde ? Vous êtes en âge de casser des nuques et on vous envoie balayer devant les bâtiments publics. C’est d’une bêtise sans nom. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mar 2 Aoû 2022 - 19:19
Laissant ma cuillère venir tater le poulpe, je savourais mon repas pendant que les deux jeunes femmes au passé commun riche parlait entre elle. Je savais rester silencieuse dans ces moments, de un je n’apprécie pas beaucoup la Jônin et de deux, surtout, elle ne s’adressait pas vraiment à moi.

Elles ont toutes les deux choisissent des ramens, très bon choix si je ne m’étais orienté sur la spécialité locale de Kiri. Cela ne fait que me rappeler à quel point notre art culinaire a le don d’être variés. Si l’on trouve des Sushis et des Ramens un peu partout dans le Yuukan, nos spécialités à base de Poulpe, de Calamar, de fruits de mer sont uniques. C’était d’ailleurs l’une des sources de beaucoup de tourisme si nos eaux n’avaient pas la réputation d’être aussi dangereuses. Mais de nombreux marchands prennent le risque de s’aventurer jusqu’ici pour gagner leur vie.

Ikema fait une nouvelle fois référence aux conséquences d’un usage prolongé du Dokuton. Je trouve cela assez curieux que comme à l’image des Portes Célestes qui laissent leur conséquence sur le corps d’un de ses utilisateurs, ceux qui génèrent leurs poisons comme don naturel aient ce genre de contrainte. Il faut dire que le nombre d’utilisateur est très limité, surtout à haut niveau.

Une question m’échappe d’ailleurs, mais elle est naturelle vu ma compagnie.

Eyana : « Et sinon, c’est un don héréditaire le Dokuton ? Quelle est son origine ? Il est peu fréquent de croiser des personnes qui ont cette capacité. Je crois t’avoir déjà demandé Fuso. »

La question était plus pour Ikema vu que Fuso ne le savait pas vraiment la dernière fois que l’on en avait parlé. Je venais manger plus goulument mon repas et commander un peu de Sake pour continuer d’arroser mon plat à la mention de Toma le Chûnin, ce gros porc était en effet toujours sur notre dos.

Eyana : « Non, il est toujours sur notre dos, enfin Fuso le subit principalement à cause de moi. Vous connaissez ces types qui restent dans les bureaux, souvent frustrés de ne plus être sur le terrain parce qu’ils sont trop nuls, il se font un plaisir de faire chier certains qu’ils considèrent comme leurs souffres douleurs. »

Je marque une pause avant de conclure la totalité de ma réflexion à chaque fois que je pense à ce fils de pute.

Eyana : « Mais je ne veux pas mettre en péril ma carrière, donc je ne dis rien. Je sais que je ne risque pas d’y gagner à me plaindre de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

[Mission de Rang C] Prévention académique Empty
Mar 2 Aoû 2022 - 21:20
« Si c’est un don héréditaire ? » Répète Ikema d’un air incrédule, pour elle qui littéralement, vit par et pour l’art des poisons. Elle tourne lentement la tête vers moi pour me guetter d’un œil sceptique, comme si j’aurais dû expliquer depuis un long moment à Eyana l’origine de notre pouvoir commun. Avec une lenteur qui susciterait presque le grincement de mille sapins qui se fendent, elle reporte son attention vers la spécialiste des portes célestes. « Réponse pratique : oui, c’est héréditaire. Réponse longue : c’est compliqué, débile et ingrat. Mais, je vais laisser ta camarade expliquer cela mieux que moi, » elle prend un autre verre de rhum, « parce qu’à force de pratiquer, j’ai un sens du gout proche de celui d’un iwajin : proche du néant. »

Je regarde son verre : ce n’est pas le petit dé à coudre, non. C’est dans son gobelet d’eau fraichement vidé qu’elle verse son rhum, jusqu’à ras-bord. Pour preuve de ses dires, elle consomme d’une traite son alcool, l’air de rien, sans une grimace d’inconfort. Un peu déçue, elle hausse les épaules. Elle m’invite à détailler d’un bref signe de main.

« En fait, le Dokuton n’est techniquement pas un Kekkei Genkai dans la mesure où tu serais capable d’en faire et d’imiter certaines de mes techniques de bas niveau. En pratique, il faut un tel conditionnement physique et interne, que si tu n’es pas né dans une famille qui le pratique, il te faudrait une dizaine d’année pour commencer à avoir des résultats. Par exemple, même si je suis immunisée à mes poisons, si j’essaie de recréer des neurotoxines de très haut niveau, je peux avoir des pertes de motricité partielles. Elles seront très réduites, mais mon corps n’aura pas achevé une mithridatisation complète. » Les explications sont un peu denses, alors je donne un exemple concret. « Pour faire une comparaison : je peux cracher de l’acide en acidifiant mes sucs gastriques et en les vomissant sur plusieurs mètres. Je pourrais t’apprendre, mais parce que ton œsophage n’est pas habitué à des produits capables de dissoudre le métal, tu te consumerais de l’intérieur après avoir exécuté la technique. » J’ai un clin d’œil vers Eyana, « j’ai fait mes devoirs depuis la dernière fois.
-C’est ce qui explique la fin prématurée de nombreux manipulateurs de poison. »
Poursuit Ikema entre deux gorgées d’eau plate. « Tu peux actuellement te blesser avec tes propres jutsus si tu n’as pas conditionné ton corps auparavant. C’est comme ça que j’ai neutralisé un de mes rivaux. Je l’ai mis au défi de produire une neurotoxine, il l’a fait, j’ai esquivé son nuage. Lui ? Il était par terre en train de convulser, l’écume aux lèvres et le pantalon en train de brunir. Je n’ai pas eu le cœur de l’achever. Je suis partie et il a dû se réveiller le lendemain en bonne santé, mais l’égo blessé à jamais. »

Je crois qu’Eyana me glisse un regard.
C’est une version plus violente de ce qui m’est arrivé il y a quelques temps : j’ai synthétisé du gaz hilarant mais je n’ai pas pris la peine de conditionner mon corps. Je me suis retrouvée à rire comme une idiote toute l’après-midi. Tu parles d’une expérience intelligente, la prochaine fois, je veillerais à m’immuniser avant de tenter ce genre de bêtise.
Ikema reprend de plus belle, me sauvant d’une anecdote embarrassante, un orage particulièrement violent dans le regard.

« Donc, si je comprends bien, on a encore des embusqués qui trouvent le moyen de démotiver la jeunesse ? » Elle a une moue insatisfaite, « je crois que j’ai trouvé mon prochain cobaye pour des expérimentations. Je commence à être lasse d’avoir à supporter ses âneries : je suis en train de déjeuner et j’entends parler de lui. Je travaille et on le mentionne encore, puis ensuite, quand je bois avec vous, vous m’en dites du mal. J’en connais un qui va finir comme les élèves d’aujourd’hui. Tu ne veux pas ouvrir les portes célestes et lui faire manger le bitume une bonne fois pour toute ? » Demande Ikema directement à Eyana.
« D’ailleurs, comment ça fonctionne les portes célestes ? » Ma question est peut-être un peu bateau, mais je n’ai jamais eu de réponse détaillée.

La serveuse nous apporte nos ramens, j’attaque mes nouilles qui sont bien grasses et riches en viande, délicieuses, parfaitement relevées et avec des œufs, comme je les aime. De l’autre côté de la table, Ikema poivre copieusement son plat, bien au-delà de ce qui se fait d’habitude, au bout d’un moment, quand le contenant a perdu la moitié de ses épices, elle a un hochement de tête et goutte ses ramens. Pour toute réponse, elle se contente d’un laconique.

« Sérieusement les enfants, prenez soin de vous et faites attention à ne pas trop utiliser vous pouvoirs. Je sens à peine le poivre. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520

[Mission de Rang C] Prévention académique

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission rang D
» [Mission rang C] Karajan
» Intercepter le Fer [Mission rang A]
» Et la lumière fût ! [Mission rang D]
» Mission libre de rang D [Team 4]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Complexe Shinobi
Sauter vers: