Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Etude du poison [Mikami Fuso]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Mikami Fuso
Mikami Fuso

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Jeu 5 Mai 2022 - 13:28
« S’il y a une composante génétique au Dokuton ? » J’hausse les épaules, un peu hésitante, « probablement, mais ce n’est pas majeur comme on voudrait parfois le faire croire. Tu démarres plus facilement, ton corps est déjà habitué et tu as des facilités à apprendre, mais un étranger à la discipline pourra facilement combler le retard. Sans doute qu’il restera un mois ou deux au lit quand il débutera son entraînement, à manger de plein fouet les effets des premiers poisons, mais ensuite il s’habituera vite. »

Quant au Rentan’, j’ai un sourire en entendant le récit que m’en fait, Eyana : ce que je ne peux obtenir par moi-même, je l’aurais grâce aux concoctions préparées à l’avance. Ce sera une juste récompense pour les longues heures passées à suer. En particulier, amplifier mes capacités physiques sera d’une grande utilité pour les assauts à la hache.
Je m’accoude à la paillasse en écoutant les paroles de ma camarade, qui m’explique que si je suis en droit de me défendre, je dois ensuite remplir un rapport expliquant pourquoi j’ai usé de violence à Kiri. J’ai un bref roulement d’yeux au ciel malgré mon sourire : Kiri, seul village ninja où on doit expliquer pourquoi on a foutu des coups de hache à un assassin qui voulait notre peau.

« Chouette, j’aime la paperasse autant que j’aime la violence. Je n’oublierai pas de remplir un formulaire la prochaine fois qu’on me tancera d’un mauvais regard dans la rue. Histoire d’être en règle auprès des autorités compétentes. » Néanmoins, c’est la seconde partie de son discours qui capte mon attention. « Je comprends, je veillerais à ne pas me mettre à dos les mauvaises personnes comme tu dis. Faisons une pause, je sens que la concentration n’y est plus. »

Alors, on se déleste de nos équipement de protection et allons dehors, à l’écart des labos pour nous dégourdir les jambes, loin de l’ambiance lourde et renfermée des laboratoires. S’ils sont correctement aérés, ça finit par sentir le fauve dans ces coins-là, en particulier quand on travaille sur les poisons. Les tabliers de cuir tiennent chaud.
Je m’étire tel un chat une fois dehors, dans la cour intérieure de l’hôpital.

« J’imagine que tu es déjà sortie de Kiri. Pour ma part, ça va faire quelques années que je suis coincée ici, mon île natale me manque et si j’écris régulièrement à mon père, je dois admettre qu’il me tarde de le revoir. Il est ninja lui aussi, c’est lui qui m’a tout appris avant que je n’intègre l’académie. Dire que si aujourd’hui je bosse à la hache, c’est parce qu’il m’a envoyé couper du bois un soir. » Nostalgie quand tu nous tiens, « et toi ? Pour quand la promo au rang de chuunin ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Jeu 5 Mai 2022 - 13:59
Nous sortons dehors prendre une pause alors. J’étais motivée à continuer mais je sentais bien que Fuso se distrayait, son esprit vagabondait ailleurs et en même temps, c’était le genre de chose qu’elle pouvait faire toute seule. Pour moi, c’était plus complexe de reproduire les poisons et les injecter pour ensuite travailler mon Iroujutsu, je voulais donc profiter de chaque moment en sa compagnie pour développer au maximum ce côté de l’art des Eisenins.

Nous en venons donc à blablater et là. La question qui fâche, celle de ma promotion au grade de Chûnin. Je suis hésitante, je n’ai aucune visibilité là-dessus et absolument personne ne m’en a parlé. Je sens que c’est pour bientôt, mais en même temps, j’ai des circonstances atténuantes qui jouent contre moi. Je repense à mon entretien avec le Mizukage, son ton froid et sa façon de me répondre. J’avais dû me défendre ce jour-là, et je sais que la conversation avait eu son impact dans ma future promotion. Un nouvel entretien servirait probablement, ou non, à conclure tout cela de toute façon.

Eyana : « Pour quand ? Je ne sais pas vraiment, je viens de revenir il n’y a que quelques mois et j’ai été absente un long moment. Toute la hiérarchie ne me connait plus, ou du moins, apprends à me connaître. Assez ironiquement, j’étais pour certains, Ninja bien avant eux et ils savent parfaitement au vu des récentes évaluations que je vaux largement mon Chûnin en combat. Mais m’accorder ce grade n’est pas sans prise de risques pour eux, alors ils sont légitimes à me faire attendre le temps qu’il faut pour qu’ils me fassent confiance… »

J’ai une petite pensée vagabonde tout de même à la bureaucratie de Kiri, à ses problèmes de l’époque.

Eyana : « Ou bien juste qu’ils pensent à moi aussi, c’est possible que le dossier soit validé et traine dans une pile sur le bureau du Kage. »

Mais avec l’arrivée de l’Administrateur et de toute son organisation, une partie de moi sait que tout est probablement bien organisé et qu’ils savent pertinemment où je me trouve dans la hiérarchie. Je soupire quelque peu à cette pensée, même si j’apprécie quelque chose d’aussi juste et méritocratique, je ne peux m’empêcher de me dire que si je ne suis pas Chûnin, c’est que pour eux, je ne le mérite pas encore.

Eyana : « En attendant, je continue les missions, cela me fait des sous par le biais des primes et ça continue de faire parler de moi. Un jour, ça viendra. »

Un petit air déprimé peut se lire mon visage alors mes yeux viennent fouiller le sol. Je cherche rapidement un nouveau sujet de conversation alors que mes mirettes se redresse pour se plonger dans l’horizon du pays de l’eau.

Eyana : « Et toi, tu as de la famille en ville ? Des personnes que tu ne peux plus voir ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Jeu 5 Mai 2022 - 14:46
« Je suis sûre que c’est pour bientôt, on a bien Toma en chuunin et tu vaux mieux que lui, sauf en cirage de pompes peut-être, mais je ne crois pas que le Kage détermine le grade de ses soldats à leur capacité à transformer ses chaussures en miroir. De toute manière, être genin te laisse le privilège de l’inexpérience : plus facile de gaffer quand on est un aspirant qu’un cadre. En un sens, c’est une chance que nous avons, même si on nous laisse rarement le droit de l’exercer, la faute à cette interdiction de sortir. »

Je sens une certaine tristesse, un peu mal à l’aise, je danse d’un pied sur l’autre, incertaine de comment réagir : j’aimerais la réconforter, mais j’ai peur d’avoir le mot de trop. Certains problèmes ne peuvent se résoudre qu’avec le temps, les mots ont un impact minimaux sur les pépins qui ne sont de la faute de personne. La promotion au rang de chuunin attendra un petit peu j’imagine.

« Avoir une bourse bien remplie ne fait jamais de mal et attendant, ça permet de faire passer le temps de manière plus agréable. » En entendant sa question, j’ai un haussement d’épaule. « J’ai mon père qui est à Kubiri avec le reste de ma famille. Je ne suis pas la première à venir à Kiri, mais forcément, je suis la première à y rester autant de temps, la faute à mon rang et mes obligations. J’ai des amis en ville, genins pour la plupart eux aussi. Ce n’est pas la meilleure époque pour être aspirante tu t’en doutes aussi bien que moi. »

Comprenant que nous allons rester dehors un petit moment, je sors ma pipe de céramique et commence à la remplir de tabac en poursuivant la conversation, je prends un petit instant pour allumer le foyer avec mon briquet à silex (béni soit l’homme qui a inventé le briquet) et en tirant sur ma pipe, reprend là où je m’étais arrêtée.

« Baste, nous sommes en bonne santé, tant que la santé va, le reste est en mesure de suivre, c’est ce qui compte. En plus, tu cognes fort, on ne pourra pas t’enlever ça. » J’ai encore des raideurs dans les bras, malgré un passage à l’hôpital pour vérifier que rien n’était trop profond. « Si tu deviens chuunin, penses à moi et rajoute moi à tes bagages. J’ai envie de sortir de la cité, en échange… Si tu as besoin d’aide pour te trouver un bateau un jour, n’hésite pas à me prévenir, ce sera avec plaisir que je t’aiderais. » Le sujet avait déjà été abordé, il y a un long moment de cela, entre deux shots de téquila. « C’est pour faire quoi d’ailleurs ce navire ? Devenir corsaire pour Kiri ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Ven 6 Mai 2022 - 16:29
J’écoute ce que Fuso me dit sur sa famille, je prends l’information, mais je ne réagis pas. Au vu de comment elle en parle. Cela me paraît évident que ce n’est pas forcément un sujet qui la réjouit. Je rebondis donc plutôt sur quelque chose qui me concerne et qui lui fera se changer les idées. Le sujet de ma promotion.

Eyana : « Je suppose que nous verrons bien, tout dépends de Nobuatsu-Sama. As-tu déjà pu discuter avec lui ? »

Je repense à mon entrevue avec ce dernier et les haussements de voix, c’était un Kage particulier, bien différent des précédents, mais il me convenait. J’avais eu l’impression de pouvoir parler parfaitement franchement avec lui. Et semblant de rien, c’est quelque chose de plutôt rare de nos jours avec les autorités.

Je repense ensuite à Fuso et moi, je squattais de plus en plus chez elle, c’était une situation qui filait de plus en plus vers le permanent.

Eyana : « D’ailleurs après quelques missions de plus et qu’on ait un peu plus d’argent, est-ce que cela te dirait que l’on essaye de s’installer à deux dans un truc grand à nous ? Je trouve que ça marche bien la collocation. J’ai même quelques idées à ce sujet auxquelles j’ai déjà pu penser. »

Mes pensées se tournait vers Yosuzume et le Domaine Yasei, est-ce qu’ils y accepteraient des invités ou c’est uniquement un refuge pour ceux qui incarnent la bestialité ? Il faudrait que je me renseigne. Le lieu est tellement immense est apaisant que je me sentirais en pleine sérénité si j’habitais là bas.

Je rebondis cependant sur quelque chose qu’elle mentionne, la difficulté d’être aspirant de nos jours. C’est évident, il suffit de voir le peu d’aspirant qu’il y a de nos jours par rapport à précédemment. Les gens préfèrent simplement se tourner vers un autre horizon.

Eyana : « Oui, disons que les Genins sont un peu oubliés, les autorités très occupées, le Ningen et ce fameux homme au chapeau les pousse à oublier toutes leurs obligations. Je n’ai presque même pas envie de leur en vouloir, mais ça fait des mois que ça traine. C’est frustrant. »

Je sens qu’elle a autant envie de bouger que moi quand on parle de prendre la mer, de quitter le village, l’archipel de Mizu est très vaste et c’est vraiment source de frustration pour bon nombre d’entre nous que d’être coltiné à rester entre les murs, je me presse de la rassurée.

Eyana : « La proposition est parfaitement entendue. Quant au navire, c’est pour jouir d’une liberté complète et parce que j’aime beaucoup la mer. Je n’ai encore jamais vu de Ninja à la tête d’un navire même dans la nation de l’eau. Je me dis que cela serait forcément une première. Et puis cela sert d’autres objectifs que je préfère garder pour moi pour le moment. »

Relançant la conversation alors que je la vois terminer sa pipe, je ne réagis d’ailleurs pas à cette petite curiosité.

Eyana : « Et toi alors, quels sont tes ambitions ici au village ? Je suppose que tu sais que t’en as pour un moment à rester aspirante encore. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Mikami Fuso
Mikami Fuso

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 18:32
« Non je n’ai pas pu discuter avec lui, je suis genin et c’est Ikema qui s’occupait de moi au début. Maintenant que je suis assez autonome pour m’entraîner toute seule et développer mes propres techniques, je suis officiellement sans maître, ni dieu même, si je voulais jouer à l’anarchiste de placard. De fait, sans professeur ni équipe, je suis à peu près libre comme l’air et le kage n’a pas l’air de s’intéresser à moi. C’est pour le mieux j’ai envie de dire, Toma est déjà un peine à jouir, si le grand chef est comme lui… » J’ai un haussement d’épaule.

Il est balaise puisque c’est le kaga, mais je ne suis pas certaine de vouloir me mêler de la politique du village. J’aime être ninja car je peux vivre le rêve : m’entraîner, encore et encore, c’est sympathique, c’est amusant, c’est un bon moyen de se sentir bien à la fin de la journée. Enfin, le sujet est peut-être un brin tendancieux, compte tenu qu’Anaï se balade torse nue chez moi en rentrant du boulot : j’en connais plus d’un qui aurait des remarques à faire s’ils savaient ce qui se tramait à la maison.
Surtout lorsqu’elle relance sur la collocation.

« Oui, je suis partante. Je verrais bien quelque chose de plus grand comme colocation, avec une cuisine plus diversifiée : j’aime bien la pâtisserie, mais difficile de préparer les repas dans une coquille de noix. Mais oui, pour revenir au sujet des genins, c’est assez frustrant, surtout quand on reste en ville à se tourner les pouces, enfin, je peux m’entraîner, mais si je continue de brutaliser les mannequins d’entraînement avec ma hache, les responsables vont se mettre à fulminer. »

Je lève un point victorieux lorsque ma comparse accepte ma requête de m’embarquer sur son navire, peut-être que je vais enfin pouvoir prendre la mer sans attendre l’autorisation d’un gradé. Néanmoins, elle pose la question de mes ambitions à venir, comme quoi, si je suis genin, j’ai forcément un projet en tête.

« La voie du Dokuton. » Ça paraît stupide, mais personne ne s’est jamais donné les moyens de parler du poison, il existe mais toujours en à côté, alors que c’est une capacité formidable. « Le poison sous forme de gaz, de liquide, de glue, ce sont des concepts qui brillent très fort, mais qui n’ont jamais éclairé un quelconque empoisonneur. C’est dommage, la guerre chimique, c’est un moyen assez original de se battre, personne n’y est préparé et personne n’a jamais vraiment mis le nez dedans. Je suis sûre qu’on peut y découvrir certaines choses. » Ma pipe s’éteint, tombée à court de tabac.

Je jette les cendres dans les plantes à l’écart du passage, là où elles ne dérangeront personne. Il va bientôt faire nuit à ce rythme-là, les exercices prennent du temps et les discussions aussi, entre deux rêveries, on se rend bien vite compte que Kiri est un village parfois ennuyeux.

« J’aimerais bien créer une encyclopédie sur le poison je pense, ou au moins, comprendre les mécaniques qui se cachent derrière chaque réaction. Ceci afin de mieux comprendre, de faire avancer la science. » Je laisse passer un silence, tout cela paraît affreusement solennel et pompeux. « Mais aussi parce que, si j’arrive à générer du poison naturellement, cela veut peut-être dire que je peux créer de l’alcool. Je me demande si je pourrais créer l’alcool parfait avec mes pouvoirs. »

Mais il commence à se faire tard, si je récupère bien de mes blessures, j’ai encore une certaine mobilité à retrouver.

« On a fini de bosser pour la journée ? Ou alors tu veux encore t’exercer ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13096-mikami-fuso-termine#115520
Anaï Eyana
Anaï Eyana

Etude du poison [Mikami Fuso] - Page 2 Empty
Mar 2 Aoû 2022 - 16:45
Quelques détails supplémentaire sur une vie passée dans l’ombre. Le dicton dis bien « vivons heureux, vivons cachés. » mais est-ce qu’une vie loin de toute forme de reconnaissance est véritablement une vie heureuse. L’être humain n’as-t-il pas un besoin inévitable de reconnaissance pour se sentir au moins vivre socialement ?

J’affiche tout de même un petit sourire à la mention de similitude entre le Kage et Ikema.

Eyana : « Non, je te rassure, le Mizukage n’est absolument pas comme Ikema. »

Est-il si balaise que cela ? Bonne question, il y a quelques rumeurs qui court sur Saji, mais globalement, personne parmi les Genins n’a eu l’occasion de le voir se battre et bien peu étaient les témoins des Portes de Kiri à l’époque où il n’avait pas encore pris la place d’Inja. Inja qui était un Jônin d’expérience à l’époque où j’ai quitté Kiri, c’était encore les Hyosa sur le trône en 202. Bien loin de penser que Inja ou encore Shiori finirait à la tête du village de la Brume. Pendant bien longtemps, l’instabilité allait de paire avec le poste d’Ombre de la Brume, Saji, bien que discret, avait au moins le mérite d’apporter un véritable leader au village.

Long may he reign.

Eyana : « Je pense qu’il faudra qu’on se lance à la recherche d’un nouveau chez soi alors dans les prochains temps, peut être que j’aurais enfin obtenu mon grade de Chûnin d’ici là, ça donnera les moyens d’avoir un endroit sur le port ou le centre ville… »

Toute la blague des Genins est qu’ils ne peuvent pas quitter Kiri, sauf que l’immobilier est horriblement cher à l’intérieur des murs et le salaire très faible. Donc au final, c’est une véritable prison d’or où le prisonnier doit en plus payer pour l’or de sa prison. Et on dit que l’esclavage a disparut de Mizu… C’est plutôt un esclavage choisit…

Eyana : « Je dois t’avouer que tu es la première utilisatrice de Dokuton ambitieuse que je croise. Il y a eu des rumeurs sur les ravages du poison, mais si tu veux mon avis, ça sera d’abord une spécialité laborieuse, qui à très haut niveau d’utilisation, saura être absolument destructrice. Donc prends ton mal en patience, entraînes toi, fais des missions et un jour, je n’ai aucun doute que tu seras véritablement monstrueuse. »

Il y avait de nombreux domaines réputés très puissant, le Dokuton n’était la plupart pas mentionné, ni en faible, ni en puissant, car beaucoup de gens ne l’avaient tout simplement jamais vraiment vu en action et c’était donc aussi là l’opportunité de vraiment surprendre ses adversaires.

Eyana : « Ecrire, pas vraiment mon truc je pense, je préfère parler. Ca doit être ennuyant comme hobby, mais si c’est la postérité ou du moins, la transmission que tu cherches, je suppose que chaque humain à ses objectifs. Et j’ai souvent lu que l’humain devait son intelligence à cette capacité de transmettre le savoir d’une génération à une autre justement. »

Je ne pensais jamais vraiment à écrire. Je lisais pourtant beaucoup et apprenait énormément de choses des rouleaux principalement dû au fait qu’il n’y avait pas eu d’autres utilisateurs des Portes Célestes à Kiri que Raonaka Ao, mort dans sa lutte contre la Brume. Il, ceci dit, aurait pu être le meilleur des professeurs car je ne connais pas de plus grand utilisateur des Portes Célestes que lui dans le Yuukan ceci dit. Il est légendairement connu pour sa capacité à ouvrir la huitième Porte, mais ce ne fut pas suffisant face à l’élite de Kiri et le Dieu de l’eau.

Eyana : « Non, on va s’arrêter là, on peut rentrer Fuso, je suis claquée et je pense avoir acquis les compétences dont j’avais besoin aujourd’hui. »

Comme un dernier geste après que l’empoisonneuse eut jeté ses cendres dans les plantes, elle l’invitait à rentrer chez elles, où elles pourraient alors grignoter un petit bout avant de reprendre la discussion sur le futur logement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana

Etude du poison [Mikami Fuso]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Dossier Mikami Fuso
» Esquiver les problèmes [Apprentissage / Mikami Fuso]
» La Voie du Marionnettiste - Poison
» Lettre pour Fuso
» CS Dokuton : Poison

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: