Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume]

Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Mer 30 Mar 2022 - 13:01
Le rendez vous avec Yosuzume se trouvait au domaine Yasei. C’était, avec le complexe Shinobi, l’une des nouvelles bâtisses majeures de Kiri depuis mon départ. Je n’avais jamais eu l’occasion de me rendre au repaire des métamorphes. Mené par une certaine Yasei Reikan, qui semblait être très absente ou discrète vu que je ne l’avais jamais croisée, c’était un clan composé uniquement de personnes capables de se changer partiellement ou totalement en animaux.

Ils avaient la réputation d’être extrêmement léthaux, capable de rivaliser au corps corps avec les Sabreurs ou même un utilisateur des portes célestes. C’était quelque chose que j’avais du mal à imaginer, mais Yosuzume m’avait prouvé être une grande utilisatrice du Fûton et donc du Ninjutsu. Si elle était tout aussi léthale dans le domaine du Taijutsu, j’imaginais aisément le résultat.

Le Domaine Yasei était tout juste gigantesque quand on se pointait au niveau de son entrée. J’étais venue assez tôt le matin, avec de quoi prendre un petit déjeuner avec Yosuzume pour quand nous aurions besoin d’une pause durant l’entraînement. Je n’avais jamais été plus loin que la Porte de la Bestialité mais aujourd’hui, j’étais officiellement invitée par une Yasei à venir. Et j’étais donc prête à m’engager sans avoir l’impression d’être une intruse.


[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Porteb10
Porte de la Bestialité - Domaine Yasei

Je m’engageais dans les marches et je remarquais que quelques chats semblaient m’observer, comme s’ils étaient les gardiens silencieux et discret des lieux. Prêt à me bondir dessus dans une forme trois fois plus grande pour me lacérer et remettre en question ma nature Céleste. Je parlais à ces protecteurs figés comme pour m’annoncer. Je savais que dans la demeure des métamorphes, toute apparence pouvait, voir se devait d’être trompeuse. La scolopendre dans le recoin de l’arbre pouvait être un meurtrier prêt à m’arracher la vie. Le mignon petit hérisson pouvait m’envoyer une nuée de pique dans la seconde où je l’aurais offensé. Je rentrais ici chez eux, et il était donc normal d’être respectueuse.

Eyana : « Bonjour à vous, Gardiens. Je viens rejoindre Yasei Yosuzume qui m’a conviée pour un entraînement. Je sollicite le passage de la Porte de la Bestialité. »

Aucune réponse, l’un des chats se contenta de miauler dans ma direction. Je lui miaulais en retour quelque chose d’expressif et il passa juste près de moi en ronronnant. Je suppose que c’était un signe de bienvenue. Peut-être avais-je même parlé uniquement à des animaux et aucun d’entre eux n’était un réel gardien. Je me hâtais donc de monter les marches pour rejoindre la demeure sauvage.

J’étais dans ma tenue habituelle, torse nue. Je ne portais qu’une courte jupe fendue en toile du bleu de Kiri. J’étais dans un appareil en soi plutôt simple, mes nombreux tatouages venant recouvrir mon cuir blanc immaculé. Je n’avais aucune arme sur moi autre que mon corps. Mon premier contact avec les Yasei à Kiri avait été Yosuzume, mais j’en connaissais d’autre de mon année à Taiyo et j’avais même longuement entendu parler de leur migration vers la brume.

Une fois parmi les habitations du quartier. Je saluais d’un signe de tête les quelques résidents locaux qui me lorgnaient comme l’étrangère que j’étais. Je restais discrète et rejoignais rapidement mon hôte. Même si je me sentais parfaitement légitime à être ici, l’endroit avait quelque chose de sauvage et de pas très rassurant.

Et pourtant, au fond de moi, je me sentais bien plus à l’aise dans cette nature mi urbaine, mi sauvage qu’ailleurs dans Kiri.

C’est au Nid du Savoir que j’avais rendez vous et c’est là-bas que je retrouvais ma Sensei du jour. La Grande Prêtresse des Tengu était visiblement bien matinale. Je n’allais pas perturber son rituel du matin et je venais d’un pas plutôt silencieux à ses côtés déposer le petit déjeuner et mes affaires pour m’entraîner. Nous n’étions pas à l’intérieur du nid à proprement dit, mais en haut de marche donnait sur un arbre majestueux fait de voûtes et de branches chaotiques signe de sa construction probable par un Shinobi maitrisant le Mokuton ou de l’influence du Chakra dans ces lieux sur la nature. Le sol était fleuri, l’herbe douce avec une légère humidité typique d’un matin après une nuit un peu chaude.

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Niddus12
Le Nid du Savoir - Domaine Yasei

Je me glissais à côté de Yosuzume qui remarquait ma présence et je lui glissais un simple petit sourire, timide alors qu’elle prenait conscience de ma présence.

Eyana : « Bonjour à vous Yosuzume-Sensei et merci pour l’invitation. Je dois dire que le Domaine Yasei est magnifique. Je me sens parfaitement dans mon élément ici. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Jeu 31 Mar 2022 - 10:41




La Panthère élémentaire


Encore une nuit à mal dormir et dire qu’avec le temps, la Yasei aurait pu ne plus rêver ou cauchemarder de cette mission où elle a vu sa mère mourir. Certaines cicatrices ne disparaissent pas totalement et peu importe si on se bat pour aller de l’avant, on ne peut pas toujours oublier le passé. Transpirant à cause de ce cauchemar, elle se redresse dans son lit et passe ses mains devant son visage. Observant la fenêtre de sa chambre, il faisait encore sombre, mais à son horloge, il devait être cinq heures du matin. La Grande prêtresse soupire avant d’entendre sa porte s’ouvrir. La petite Sayuri était réveillée et inquiète à propos de sa mère adoptive. Juste derrière la Shirokuma, il y avait Arataki Itto, l’homme qui la suivit un peu partout à la demande de la Trinité des Tengu afin de protéger Yosuzume. Ce dernier n’avait pas de demeure où s’installer et Kazari a eu la bonne idée de l’installer chez la Chunin. La Yasei Milan avait une idée derrière la tête et généralement, ses idées sont souvent concluantes. Sayu vient sur le lit de Yosu et l’enlace fort. « Okasan… Je t’ai entendu crier et j’ai eu peur qu’il t’arrive quelque chose. » Dit l’enfant de quatorze ans. Cette petite a perdu ses parents assez tôt dans sa vie, ils ont été assassinés par un sale type qui récupérer des esclaves pour les faire combattre dans les arènes de gladiateurs. La Kuro Washi passe ses mains dans le dos de l’enfant et cherche à la rassurer. « Ce n’est rien, Sayuri-chan. Ce n’est qu’un cauchemar, c’est passé. Tu ne me perdras pas. » Dit-elle calmement.

Itto l’observe et sourit. « Je vais vous préparer le petit déjeuner, je suppose que vous ne dormirez plus. » Dit-il aux deux Yasei. Yosuzume hoche la tête et lui sourit tendrement. Un sourire assez rare, voire que c’est la première fois qu’elle en adresse un à Itto. L’homme part dans la cuisine, pendant que la Grande Prêtresse rassure Sayuri et que la petite rassure également sa mère. Un peu inattendu et dire qu’il y a peu, Yosu vivait seule et qu’elle combattait ses cauchemars sans l’aide de qui ce soit, mais finalement, ce n’était pas si mal d’être soutenu par des gens qui l’aiment. Dans la cuisine, le trio déjeune calmement et discute un peu. D’ailleurs, Itto et Sayu s’entendent super bien, même si tôt dans la matinée, les deux ont vraiment la parlotte, contrairement à la Chûnin. Or, ça reste un plaisir de les observer et les écouter. Toute bonne chose à une fin et malgré leur présence, la Jokyôkô no Tengu aimerait continuer ses habitudes matinales perturbées, en se rendant au Nid du Savoir des Yasei. Finissant son déjeuner, elle débarrasse la table. « Je vais me rendre au Nid du Savoir. Itto, pourrais-tu emmener Sayuri au Tengu-Jii afin qu’elle puisse reprendre sa formation de Miko ? S'il te plaît. » Demande-t-elle à l’homme. Le Géant loup hoche la tête. « Bien sûr, je veillerai sur elle en ton absence, Yosu-chan ! » Dit-il avec le sourire tandis que la jeune future Miko sourit et part se préparer dans sa chambre.

Yosuzume, après s’être lavé et habillé, sort de la maison afin de se rendre au lieu dont elle souhaitait se rendre. Cependant, Arataki empêche que la porte se ferme et regarde Yosu. Les deux Yasei se fixent l'un et l’autre pendant un instant, avant que de gêne et rougissant un peu, la jeune femme détourne le regard. « Que veux-tu ? Je dois partir. » Dit-elle avant que l’homme s’approche de la brune et pose sa main sur le haut du crâne de la Prêtresse. « Si tu as besoin de parler de tes cauchemars ou de quoi ce soit, je suis là. Tu n’es plus seule à présent, on est là pour toi, Yosuzume. » Dit-il avant de lui ébouriffer les cheveux avec le sourire. La Kuro Washi soupire et fait un léger sourire avant de repousser sa main. « Ouais, je m’en souviendrai, Arataki-kun. » Finit-elle en lui faisant signe d’un au revoir. Changement de comportement, elle se demande pourquoi elle a agi comme cela avec lui, tout d’un coup. Bref, elle devait se rendre au Nid du Savoir, après tout, elle venant de se souvenir qu’elle avait donné rendez-vous à Eyana dans ce lieu. Tout en espérant qu’elle ne rencontrera pas de problème pour se rendre au domaine Yasei. Normalement, il n’y a pas lieu d’en avoir, car l’accès est ouvert aux publics, même si Yosu aimerait que les portes se ferment aux autres pendant un temps à cause de certains problèmes récents.

Devant la bâtisse du Nid du Savoir, la Yasei n’y entrait pas du tout et elle patientait jusqu’à l’arrivée de la Genin. La Kuro Washi observait un magnifique arbre, sur un sol verdâtre, à croire que la nature ne faisait qu’un avec le Domaine Yasei. En tout cas, Yosuzume se sentait à sa place dans l’enceinte du quartier des métamorphoses. Une tape à son épaule, Suzurane Gine, sa meilleure amie était là. « Gine-san ? Tu es venue t’entraîner avec ta petite amie ? » Demande-t-elle. La lionne de feu sourit et hoche la tête, tandis que Manami semble motiver à se battre contre sa petite amie. « Oui, on a décidé de s’entraîner une à deux fois par semaine afin de garder la forme et ne pas rouiller. Entre le restaurant pour moi et elle, avec l’Han’el, ce n’est pas évident de s’entraîner. Et toi ? » Demande la blonde. « J’attends une Genin qui a demandé que je l’entraîne et peut-être lui apprendre une technique liée au futon. » Dit la Kuro Washi. Manami prend la main de Gine. « Oh, intéressant de te voir jouer la sensei, Yosu-chan ! On ne va pas t’embêter trop longtemps. Courage à toi ! » Dit la Yasei Dauphin embarquant Suzurane vers un terrain d’entraînement. Il est toujours appréciable de croiser des amis pour se remonter le moral. D’ailleurs, la Grande Prêtresse était bien contente de voir ce couple plutôt joli, ça l’enviait un peu de connaître ce bonheur, un jour. Yosu se remet à regarder l’arbre afin de patienter à nouveau.

Après quelques minutes, Yosuzume sent une présence à ses côtés. Eyana était là et pile à l’heure pour l’entraînement, en plus de ne pas être venu les mains vides. La Yasei lui glisse un gentil sourire à son intention. Un joli compliment sur le Domaine Yasei et la sensation d’être à sa place, en ces lieux, intéressant. « Bonjour, Eyana-san. Ce n’est rien, voyons. Le domaine Yasei est ouvert à tout le monde et ce n’est pas plus mal pour quelqu’un hors du clan de venir découvrir notre lieu de vie. Et merci, on a tous beaucoup travaillé pour y parvenir avec les plans de Yasei Reikan et le soutien de Kirijin. Malheureusement, certains Kirijins en dehors du clan ont encore du mal à nous accepter. Si seulement, j’avais un peu plus de pouvoir au sein du clan et de Kiri pour chercher à régler ce problème afin que les miens se sentent en sécurité. » Dit-elle d’un air un peu triste, mais bon, elle n’était pas là pour parler du problème interne entre certains Kirijins et son clan. Eyana était venue pour s’entraîner et apprendre une nouvelle technique. Cependant, Yosuzume ne peut pas lui apprendre une technique importante, si elle a encore du mal à gérer son chakra affinitaire. « Dis-moi, Eyana-san. Depuis la dernière fois qu’on s’est vus, où en es-tu avec le futon ? » Demande-t-elle avant d’apercevoir un détail un peu perturbant avec la tenue de son apprentie. « Tu as un corps magnifique et beau à montrer, mais évite de le montrer en public, il y a des enfants, ma belle. » Dit-elle en retirant sa veste et la mettant sur le dos de la Anaï.

La Yasei passe devant en ouvrant la porte du bâtiment. « Suis-moi, on va sur une salle d’entraînement. Tu vas m’expliquer, ce que tu souhaites faire en ma compagnie et j’aviserai par la suite. Après tout, tu voulais passer du temps avec moi pour t’entraîner et apprendre une technique, n’est-ce pas ? Alors, à voir, si tu as gardé la même idée ou si tu souhaites apprendre autre chose. » Dit-elle en avançant dans le bâtiment jusqu’à une salle d’entraînement privée.



Dernière édition par Yosuzume le Mer 13 Avr 2022 - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Ven 1 Avr 2022 - 7:33
La douceur de la Grande Prêtresse vint enlever tout esprit de rébellion que je pouvais ressentir à l’intérieur de moi. D’habitude, je me serais vexée d’avoir une remarque comme quoi mon physique pouvait choquer les enfants. Ce n’était tout de même qu’une modeste poitrine couverte par des cheveux et surtout des tatouages. Mais à la remarque et l’attention de Yosuzume, je ne pouvais que rougir face à ses compliments. Lorsqu’elle me posa sa veste sur les épaules, elle me paraissait extrêmement douce et confortable au point que je n’avais pas envie de m’en débarrasser. La Yasei dégageait quelque chose de réconfortant que j’avais senti dès le premier regard. Quelque chose qui me rendait bien plus tolérante vis-à-vis de ses remarques sur mon corps.

Et lorsqu’elle parlait d’éviter de le montrer en public, ma langue avait faillit fourcher pour lui dire que je lui montrais mon corps autant qu’elle le voulait en privé. Je chassais rapidement cette idée de ma tête, de un parce que c’était une femme, et de deux, parce que c’était une remarque carrément déplacée et surtout inadaptée à la douceur de Yosuzume. Visiblement, cela faisait bien trop longtemps que je n’avais pas fréquenté d’hommes. Et Zushakon se lovait et riait à l’intérieur de moi, m’invectivant de salir cette demoiselle qui paraissait si pure. Tout ce que je n’étais pas.

Je la suivais ensuite et je balbutiais quelques tentatives de remerciement et de réponse en gardant sa veste sur mes épaules, laissant au final, ma poitrine toujours bien visible. Alors que nous pénétrâmes à l’intérieur d’une des salles d’entraînement du nid du savoir, je parvenais enfin à formuler une phrase.

Eyana : « Eh… Bien euh… Oui oui, j’ai bien progressé autant en matière défensive qu’offensive. J’ai développé plusieurs techniques de basse et moyenne puissance. Autant rapide que percutante et sous plusieurs formes. Je dirais que ma maîtrise s’est grandement améliorée au fil de la saison. Et en technique puissante, j’en ai une, le dôme pour lequel tu m’as aidé avec Misaki-Sensei et une seconde, s’apparentant à du Nintaijutsu qui est plus de l’ordre d’une technique d’assassinat. »

Je prenais mes marques dans cette salle absolument magnifique dont je me sentais déjà coupable des dégâts que j’allais potentiellement causer avec l’entraînement. Les motifs à l’effigie du clan Yasei était de véritables œuvres d’art. L’architecte avait visiblement joui de moyens hors normes et surtout d’un réel talent. Je ne pouvais m’empêcher de rester émerveillée pendant quelques minutes.

Etant désormais en privé, je venais rendre son vêtement à la Chûnin avant de continuer de lui répondre pour orienter l’entraînement.

Eyana : « Au final, je pense que j’aimerais surtout développer une technique offensive rapide et puissante à distance. J’ai ce qu’il me faut en matière de défense et en matière de corps à corps. Il me manque réellement une technique puissante à distance. Je vais te montrer ce que je sais faire. »

Pour commencer l’entraînement avec un échauffement en règle de mon Chakra et de mon corps, je prenais de la distance de façon à être le plus de toute structure ou mur de la salle d’entraînement, pour éviter de causer des dégâts.

En première technique, je venais faire quelques mudras et concentrer du Chakra dans mon pied droit avant de l’écraser au sol ce qui vint former une lame de vent qui filait droit devant moi, à hauteur des genoux.

Ensuite je réalisais de nouveau des Mudras et venait réaliser un souffle de vent qui sortait très rapidement de ma bouche. Le vent une fois soufflé formait une gueule de panthère dont les crocs viennent se refermer sur sa cible droit devant moi.

Ensuite je lui montrais via quelques enchaînements de Taijutsu que j’étais capable de concentrer du Chakra Fûton aussi bien offensivement que défensivement sous forme de parade et d’enchaînement.

Et finalement, je lui présentais deux techniques de défense. Un mur simple capable de repousser des techniques faibles. Et avec un petit bond en l’air, un puissant dôme d’air me protégeant à 360 degrés, fruit du dernier entraînement.

Eyana : « Alors… Tu en penses quoi !? »

Je lui adressais un petit regard fier après cette démonstration, accompagné, je ne sais pas vraiment pourquoi, d’un petit clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Ven 1 Avr 2022 - 11:11




La panthère élémentaire


Quelques questions à propos de certains détails n’étaient pas embêtant afin de voir comment aller se dérouler l’entraînement. Cela dit, elle était tout de même impressionnée qu'Eyana se balade ainsi dans Kiri, elle n’avait pas froid aux yeux. En temps normal, elle l’aurait un peu disputé pour se balader torse nu en public. Après tout, la Yasei est sergente de la Kenpei, mais étrangement, elle ne le fait pas. Pourquoi ? De peur de la blesser et de donner une mauvaise image d’elle qui ne montre pas qui elle est vraiment. Compliqué dit comme ça. Une petite remarque qu’elle regrette un peu, mais elle lui a donné sa veste pour l’aider à cacher sa poitrine. Il n’était pas utile de rester trop longtemps à la porte du Nid du savoir, elles avaient des choses à faire à l’intérieur, comme s’entraîner et apprendre de nouvelles techniques. Par ailleurs, Yosuzume était curieuse de connaître la progression de la jeune Anaï. Ouvrant la porte, elle pénètre dans la bâtisse en compagnie de la jeune Genin. D’ailleurs, le tatoué ne dit rien, jetant parfois un coup d’œil vers Anaï, on dirait qu'elle cherche ses mots. Et il arrive que les yeux de la Yasei se penchent vers le haut du corps d'Ena. Cela la gêne de la regarder ainsi, ce n’est pas dans ses habitudes et ce n’est pas ça qui la perturbe en général. Peut-être le courage de la Genin, un symbole du courage ou alors, autre chose, mais bon, il fallait qu’elle se concentre et arrêter de jouer le voyeurisme, ça ne lui ressemble pas du tout.

En arrivant dans l’une des salles d’entraînement, il n’y avait qu’elles et personne d'autre. Une salle privée et assez grande pour s’entraîner. Cela dit, à voir ce que souhaite faire Eyana et si elle veut apprendre une technique défensive ou offensive. Après, il y a quelques terrains à l’extérieur pour éviter de provoquer trop de dégâts, même si la charpente est réalisée par du Mokuton. Porte de la salle d’entraînement refermé, il semblerait qu'Eyana a retrouvé le don de la parole. La voici, en train de répondre aux questions de la Yasei, posées plus tôt. Il semblerait, selon ses dires, qu'elle aurait bien progressé dans l'art du futon, que ce soit de manière offensive comme défensive. C’était une bonne nouvelle et ça voulait dire qu’elle se donnait à fond pour pouvoir progresser. Un jeune ninja bien motivait et déterminait à réussir dans la vie. L’écoutant et la regardant attentivement, Yosu pouvait le croire dans ce qu’elle pouvait lui dire. Son intervention a dû faire son effet, même si tout se résume surtout à sa détermination et à ses efforts pour devenir plus forte. Yosuzume appréciait déjà la Anaï et espère qu’elle continuera dans ce chemin. « Je vois, c’est très intéressant ce que tu me dis là, Eyana-san. Tu es motivée, forte, déterminée et tu te surpasses pour améliorer tes capacités et compétences dans l’art ninja. C’est plaisant d’entendre cela, ma chère. » Dit-elle avec le sourire.

Et d’ailleurs, dès qu’elle reprit la parole, Eyana venait au sujet le plus important en soi, ce qu’elle souhaite apprendre de la part de Yosuzume. Cette dernière souhaite développer une technique offensive, puissante et rapide. En plus de cela, cette technique devra s’effectuer à distance donc une attaque de moyenne ou longue portée. La kunoichi ailé a ça dans son arsenal de jutsu qu’elle connaissait. Malgré son niveau et sa force, Ena avait de quoi se défendre et attaquer, mais il lui manquait juste ce style de jutsu pour sans doute, se sentir entière. « Je vois, montre moi. » Avant de lui montrer ce compte lui apprendre la Kuro Washi, la Anaï lui montre toutes les techniques qu’elle a apprises avec le temps. Ses techniques futon d'excellente qualité, si on peut dire ça comme ça, utiles, rapides et intéressantes à utiliser dans un combat. Franchement, la Genin n’a pas fait les choses à moitié et elle avait vraiment de quoi combattre quelques ennemis. Cela dit, il n’était jamais recommandé de montrer autant de jutsu et à la fois, à quelqu’un, même à un allié. Enfin, peu importe, ce sont des conseils pas utiles du tout qu’on raconte souvent aux autres pour se sentir intéressant. Dans tous les cas, en cas de combat amical contre Eyana, la Yasei les aurait vu à l’œuvre. Elle semble si fière et c’est compréhensif, Yosu en aurait été de même à sa place. D’ailleurs, ce clin d’œil la surprend et la fait rougir un peu avant de reprendre son sérieux.

« Ce sont des techniques très impressionnantes pour une Genin. Tu as fait beaucoup d’efforts, toi qui lorsqu’on s’est rencontrés, tu avais du mal à maîtriser ton chakra élémentaire. À présent, tu peux réaliser de telles prouesses. Bientôt, tu seras aussi une experte dans le Futon, au même titre que moi. Je suis fière de toi, Eyana-san. Si tu continues ainsi, tu deviendras une redoutable kunoichi. » Dit-elle en posant ses mains sur les épaules de la Genin avec le sourire et de fierté d’avoir pu rencontrer et aider un peu cette jeune femme. Cela dit, elle était donc prête à apprendre une technique de haut niveau, mais ça sera loin d’être facile pour autant. Retirant ses mains afin de continuer sa prise de parole, la Yasei recule un peu et marche autour de sa jeune apprentie du jour. « Au vu de tes prouesses, je considère que tu es capable de maîtriser une technique de haut rang. Cependant, saches que cela demande beaucoup de chakra et donc, évite de l’utiliser à tout bout de champ lors d’un combat. Et par ailleurs, ça veut dire que l’apprentissage demandera du temps, selon ta détermination et ta volonté. On fera des pauses et tu dormiras chez moi, le soir. Sauf si l’apprentissage demandé juste une journée pour que tu la maîtrises. » Dit-elle en se mettant à la droite de la kunoichi et sourit. « Je vais t’apprendre l’un de mes meilleurs jutsu actuellement. Tenryû no Tarôbô, un dragon de vent qui est puissant et rapide, capable de harper tout sur son passage. Généralement, tu vises qu’une cible avec celle-ci sauf si ta cible est collée à une autre. Regarde. » Dit-elle avant de réaliser des mûdras et relâche, un dragon de vent à proximité d’elle fonçant rapidement contre un mannequin de bois, le détruisant sans ménagement avant de disparaître.

« Voilà le résultat, cela dit, tu peux lui donner une autre forme et un autre nom à ta technique. Mais, tu as tout de même dépensé du chakra avec tes démonstrations donc je doute un peu que tu la maîtrises pour aujourd’hui sauf si tu es douée et que tu me réserves bien des surprises. Avant que je donne des consignes, as-tu des questions ? Ah oui…Ce soir, je t’invite dans un onsen afin que tu puisses te détendre et récupérer des forces avant de souper. Et ça nous permettra de faire connaissance. Disons que ça serait triste qu’on s’entraîne, mais qu’on ne sache rien de l’une et de l’autre. Qu’en penses tu ? » Une idée qui lui venait tout juste à l’esprit. Ce n’était pas si mal et ça pourrait être revigorant pour Eyana qui va dépenser pas mal de chakra et d’énergie dans cet apprentissage. Yosuzume a toujours trouvé qu’aller dans un onsen, ça redonner de l’énergie et que ça faisait un bien fou, en plus de la tranquillité qu’il y avait là-bas.



Résumé







Dernière édition par Yosuzume le Mer 13 Avr 2022 - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Ven 1 Avr 2022 - 17:34
Les compliments de Yosuzume ne me laissait pas entièrement indifférente. J’appréciais la reconnaissance de mon travail et il est vrai que ma progression bien qu’un peu chaotique au début, avait, sous la force du travail, connue une ascension fulgurante. Une experte du Fûton comme elle ? Il manquait de la panoplie et de la qualité d’exécution, mais déjà être capable d’avoir des atouts dans ma manche serait suffisant.

Quand la Yasei évoqua le fait que l’entraînement dure plusieurs jours, je m’en doutais quelque peu. Cela avait déjà été le cas avec le Dôme et je me doutais qu’une technique offensive de puissance égale le requiert également. Ce qui me surprenais était l’invitation à dormir chez elle. J’aurais presque pu penser qu’elle essayait de me perturber plutôt que d’être simplement polie. Mais j’avais repris mon sang froid et bien que j’acquiesçasse au fait que l’entraînement puisse prendre plusieurs jours, je venais lui répondre concernant le fait de séjourner à son domicile le temps de l’entraînement.

Eyana : « Yosuzume.. Je ne veux pas abuser de l’hospitalité du Clan Yasei et encore moins de la tienne. Je peux faire l’aller-retour chaque jour, cela ne me dérange pas. Et les jours d’entraînement n’ont pas à être consécutif si cela ne t’arrange pas, je sais que tu es une femme très occupée. »

Je m’inclinais également légèrement en signe de respect et de remerciement à sa proposition.

La grande prêtresse venait ensuite manifester un important et dragon élémentaire, fonçant dans une trajectoire imprévisible et extrêmement rapide vers sa cible, un pauvre petit mannequin d’entraînement qui ne fit bientôt plus qu’un avec l’air environnant. C’était une technique équivalente à mon souffle mais en bien plus puissante, imprévisible et rapide. Le tout, étant manifesté depuis l’air ambiant plutôt que son corps. Je me creusais d’avance la tête à la réalisation d’une telle technique. Et je me doutais que la quantité de Chakra requise se devait d’être absolument astronomique.

Eyana : « Eh bien… Si j’arrive réellement à réaliser cette technique, je pourrais me dire que j’ai vraiment franchi une étape dans ma maîtrise du Fûton. Ça me semble difficile, mais je vais faire de mon mieux. »

C’était tout de même intimidant pour la Genin que j’étais qui quelques temps en arrière étaient en difficulté à manifester la moindre lame de vent. Mais mes bases en Ninjutsu étant aiguisée depuis des années et ayant une bonne réserve de Chakra naturellement, je savais que j’avais une certaine facilité à générer des techniques qui normalement demandait des mois et des mois d’entraînement. Avec un bon Sensei, cela devrait le faire.

Yosuzume me demandait ensuite si j’avais des questions, cela aurait pu être le cas si elle n’avait pas commencé à parler de Onsen par la suite. Je cherchais dans son regard un sous-entendu moqueur. Est-ce qu’elle avait seulement remarquée que j’avais rougie précédemment ? Elle cherche à me perturber ? J’adorais les onsen, mais un moment de faiblesse de ma part vis-à-vis d’elle et voilà que je me retrouve à être invitée à dormir chez elle et à partager un bain avec. Encore des saloperies de pensées perverses que le Démon venait me susurrer à l’oreille, c’était sûr. Je le maudissais de cultiver mon imagination d’image de Yosuzume nue et surtout de les rendre stimulante. A cause de ce gourgandin, je ne pourrais plus prendre un onsen sans avoir un rapport perturbant avec les autres femmes désormais. Il était vraiment temps que je le chasse de mon corps une bonne fois pour toute.

Eyana : « Non Yosuzume-san, je n’ai pas de question. On peut s’y mettre. La plus grosse difficulté que je vois au premier abord est le fait d’être capable de manifester une forme complexe dans l’air autour de moi. Un mur, un dôme, j’y arrive. Mais un dragon ou un projectile aussi imposant et le projeter, je ne vois même pas par où commencer. »

Ma voix était fébrile, hésitante, j’étais encore perturbée par mes pensées au point que je n’avais même pas répondu à sa proposition pour ce soir. Elle était à la fois omniprésente et absente de mon esprit.

Eyana :
« En fait euh… Si j’ai une question. Quel mudras as-tu effectuées pour la technique ? Je n’ai pas été vigilante. »

Parce que c’était le meilleur point de départ. Et j’étais ici pour m’entraîner et apprendre un nouveau jutsu, pas pour autre chose. Je soufflais un peu et me concentrais dans les efforts à venir. D’ors et déjà, je commençais à malaxer mon chakra, à ressentir le Fûton présent dans mes index qui étaient les centre de puissance du vent et je me préparais aux premières tentatives qui ne seraient pas sans importance pour voir la quantité de travail qu’il y avait à accomplir pour maîtriser une telle technique.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Dim 3 Avr 2022 - 11:17




La panthère élémentaire


Eyana a du talent, c’est certain et elle progresse à bonne allure. Au fur et à mesure, si elle continue sur cette lancée, elle deviendra une excellente kunoichi dont Kiri ne pourra pas s’en dispenser pour des missions plus importantes. Yosuzume était honoré de pouvoir lui apprendre une technique liée à son élément, le futon. Observant les démonstrations faites par la Anaï, cette dernière avait pu apprendre bien des techniques et aujourd’hui, elle allait devoir tripler d’effort pour en apprendre une nouvelle. Difficile de ne pas la complimenter sur ces efforts pour maîtriser au mieux la manipulation du vent. La kunoichi ailée avait décidé de prendre la décision d’inviter Ena à dormir dans sa demeure afin d’éviter les allers-retours redondants entre le domaine des Yasei et le reste de Kiri. L’apprentissage allait durer un moment, surtout au vu que la genin venait de gaspiller une partie de son chakra dans ses démonstrations de jutsu nouvellement appris. Après tout, l’entraînement allait durer quelques jours, on n’apprend pas une technique de haut rang en une ou deux heures, ce n’était pas possible, surtout quand le ninjutsu n’est pas son atout principal. Elle était prête à faire dormir Itto, au temple afin d’avoir de la place. Cela dit, Eyana refuse poliment l’offre de la Yasei afin de ne pas abuser de l’hospitalité du clan des métamorphoses ni de la sienne. La Kuro Washi n’allait pas insister, ça pourrait être impoli et étrange. Tel est son choix, ça lui va.

« Je respecte ton choix, Eyana -san. Et ne t’en fais pas pour mon temps, ma présence n’est pas toujours obligatoirement nécessaire au temple et pour mon boulot en tant que ninja et sergente, il n’y a pas de soucis, également. L’apprentissage de techniques, auprès de Genin ou plus haut grade reste dans notre priorité et à l’état, une activité liée à notre métier. C’est comme si je travaillais, ça ne dérangera personne. De plus, une pause d’une journée sera juste nécessaire, au possible, pour que tu te reposes bien. Je t’attendrai ici à chaque fois qu’on fera l’apprentissage de la technique que je vais te montrer. » Dit-elle avant de faire une démonstration de la technique de Tenryû no Tarôbô, un dragon élémentaire de vent, rapide et puissant pouvant attaquer une cible sur une longue distance. Observant à présenter la jeune Genin, cette dernière eut des paroles intéressantes. En effet, en maîtrisant une technique de haut rang, on franchit généralement une étape dans la maîtrise d’une affinité ou d’un domaine ninja quelconque. Cela permet également d’avoir une idée et une compréhension de sa force pour réaliser d’autres techniques demandant beaucoup de chakra. Yosuzume prend la parole à la suite de la sienne. « Tu peux le faire, rien n’est impossible quand on a la volonté et la motivation de progresser. Tu as su apprendre diverses techniques, il faut juste que tu répètes comment tu as fait et de te rappeler de ce que j’ai pu dire sur la création de technique à proximité, tout en dosant bien ton chakra et en la manipulant comme il se doit pour parvenir à tes fins. Reste optimiste et tout ira pour le mieux. » Dit-elle.

Après cela, Yosuzume voulait savoir si Eyana avait des questions à lui poser avant de commencer l’apprentissage. Il était important qu’elle puisse communiquer le moindre souci de compréhension à la Chûnin. Il n’y avait aucune honte à demander conseil ou de lui remontrer quelque chose lié à la technique à apprendre. La Yasei était là en tant que sensei et son but était de l’aider, en plus de lui apprendre ce dragon de vent. Par la suite, la Kuro Washi lui avait demandé si elle souhaitait venir dans un onsen en sa compagnie afin de se détendre et de discuter, après l’entraînement. La Grande prêtresse était habituée à s’y rendre seule, avec Sayuri ou ses prêtresses afin de se détendre d’une dure journée et discuter ensemble de tout et de rien. Généralement, ça aidait la Inuwashi à mieux dormir, surtout quand ses nuits sont assez courtes à cause de ses cauchemars. Avec une bonne journée d’entraînement, la jeune Anaï aurait besoin de cela pour se sentit mieux avant de se coucher, qui sait. La Genin n’avait guère de question pour le moment, sauf une certaine crainte dans son manque de maîtrise dans la création du projectile en forme de dragon. Ce qui n’est pas totalement honteux, Yosuzume avait aussi eu du mal à la créer quand sa mère lui a appris ce jutsu. Cela dit, Anaï n’a pas répondu à sa proposition du onsen, peut-être était-elle intimidée, timide pour oser en parler. Avant que Yosu prenne la parole, la jeune femme avait, au final, une question à propos des mûdra du jutsu.

« Hum… Je vais te montrer alors. Cela dit, ne te pose pas trop de questions, ne te martèle pas le crâne sur ce que tu peux faire ou ce que tu ne peux pas faire. Cela risque de perturber ton esprit et te déconcentrer, ça peut jouer sur l’apprentissage d’un jutsu. Reste concentré sur ton objectif et peu importe le nombre de tentatives, je ne vais pas me moquer de toi ou te disputer. Pour ma part, j’ai mis un mois à maîtriser totalement ce jutsu, en gros, une semaine à comprendre comment créer ce jutsu et trois semaines à m’entraîner dans mon coin à la perfectionner. Le but de cet apprentissage est de te permettre d’acquérir les connaissances de la création de ce jutsu et que tu puisses l’utiliser, au moins, une ou deux fois. Par la suite, ça sera à toi de t’entraîner et à l’utiliser en combat pour maîtriser totalement ce jutsu. » Dit-elle d’un air calme. « Regarde mes mains, je vais te montrer les mûdras. » Dit-elle. La Yasei réalise lentement les mûdra, sans exagération, pour que Eyana puisse les retenir. Par la suite, la kunoichi ailée observe attentivement la Genin pour l’aider dans les défauts de la création du jutsu. Cela dit, il semblerait que la Anaï n’ait pas habitué à créer des techniques à proximité de sa personne. Autant de rappeler un peu le début et la laisser gérer un peu seule. « Eyana , rappelles toi tes autres apprentissages de techniques, mais au lieu de concentrer ton chakra dans une partie de ton corps, laisse là s’échapper et s’étendre hors de ton corps pour fusionner avec l'air ambiant. Par la suite, dose ton chakra pour lui donner la puissance adéquate. Tu maîtrises des techniques de moyenne puissance, tu dois donc augmenter un peu plus le dosage de ton chakra pour ce jutsu. Et pour la forme du projectile, concentres-toi sur l’aspect que tu veux lui donner. Rien ne t’oblige que ce soit forcément un dragon. Je te laisse tenter quelques essais. Au besoin, je suis jute là. » Dit-elle d’un air calme.

Yosuzume s’éloigne un peu pour lui laisser de l’espace, après tout, Eyana va créer une technique à proximité d’elle donc autant ne pas la gêner ni subir une blessure accidentelle. La Yasei s’assoit sur un banc et croise les jambes avant de poser des mains sur son genou gauche, tout en observant la Genin. De son regard, la Chûnin ne loupe rien de l’apprentissage de sa jeune élève du jour. Pour l’onsen, Yosu n’est pas revenue sur le sujet, ce n’était pas important pour insister sur une réponse immédiate. La Kuro Washi tentera de le lui redemander en fin de journée, sans chercher à l'obliger. Cela dit, ça serait dommage de ne pas apprendre à se connaître, car elle a l'air d'une jeune femme avec qui Yosu pourrait bien s’entendre.



Dernière édition par Yosuzume le Mer 13 Avr 2022 - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Lun 4 Avr 2022 - 5:52
Les échanges étaient courtois et j’appréciais que Yosuzume respecte mes limites autant que je détestais de devoir en mettre. Réaction instinctive de survie de la jeune Kunoichi que j’étais face à la gêne et le désarroi. Je ne savais moi-même pas vraiment comment réagir face à ce que je ressentais réellement et la meilleure façon de gérer un sentiment inconnu était de me concentrer sur la raison de ma venue : Mon entraînement.

La Yasei terminait de me présenter l’organisation de l’entraînement qui je le savais, allait me prendre un sacré moment. C’était autant une question de spécialisation qu’une affaire de complexité. Mais j’avais hâte de m’y mettre et la préparation des sessions à venir était aussi l’occasion pour moi de refaire un peu mes réserves de Chakra.

Je ne lui adressais pas un mot concernant l’organisation, un simple hochement de tête suffisait. La grande prêtresse reproduisit de nouveau sa technique du Dragon Elémentaire, je pris le soin de regarder sa technique en détail. Autant dans ses mouvements, son temps de concentration mais aussi la façon dont le Chakra avait de se matérialiser autour d’elle pour former l’assaut. Le tout était d’une complexité très élevée et même si cela me semblait impossible.

J’étais reconnaissante envers Misaki pour mes entraînements précédents qui allaient sans aucun doute me permettre, par les bases que je possédais désormais de parvenir à réaliser cette technique sans me heurter à un mur. Ça allait être compliqué, mais plus je me convainquais intérieurement d’y parvenir, plus je savais que mes acquis allaient rendre cela possible. Les mots de la Yasei ne vinrent que renforcer une détermination qui devenait de plus en plus présente.

Quand Yosuzume venait m’inciter à faire confiance à son instinct pour réaliser la technique, c’était au final quelque chose qui me parlait. Bien plus que le vide intérieur que je pouvais ressentir quand je sollicitais mon esprit pour imaginer quelque chose. J’étaits ancrée au concret, du moins je le pensais et je liais uniquement mon œuvre mental au service de l’action, dans lequel j’étais bien plus connectée. Un mode de pensée qui m’avait d’ailleurs faire complètement négliger pendant de nombreuses années l’aspect émotionnel de l’humain. Mais quand nous sommes un outil, quelle place y as-t-il pour l’émotionnel ?

Cela avait été la façon facile de me détacher de son foyer familial pour ne jamais y retourner. Une forme de lâcheté dissimulée derrière une façade de force morale qui m’avait permis de venir à bout des épreuves les plus difficiles. Complètement indépendante, insensible à la moindre émotion, rien ne pouvait me vaincre, rien ne pouvait me faire céder. Je me sentais en pleine puissance alors que j’étais dans l’inexpression la plus totale de la vie. Une absence de vie me rendant aussi placide qu’un Golem fait d’argile au service d’un Maître tout désigné. Être uniquement un outil n’était au final que l’absence de vie. La lâcheté d’assumer soi même son existence que l’on rejette.

Et c’était cela que les multiples entraînements m’avaient enseigné, mon ouverture aux autres, la voix de Zushakon qui était un grésillement incessant dans mon esprit, mes contacts avec les Moines d’Hayashi, les Meikyû de Kaze et enfin la confrontation à Hideko de Kumo qui était un reflet de celle que j’avais pu être à une époque. La guerrière stoïque, vide de tout discernement et terrifiée par le fait d’échouer à sa tâche alors même que l’on échoue à la vie.

L’optimisme ne ferait alors que se manifester je le savais. Parce désormais j’étais vivante, envieuse d’apprendre de nouvelle chose non pas pour être un meilleur outil mais parce que je le désire. Parce que les sensations me font vibrer, les interactions me somment de découvrir l’autre. Parce qu’apprendre cette technique m’exalte autant que le bain que je partagerais peut-être ensuite avec la Yasei.

Eyana : « Je prendrais le temps qu’il faut dans ce cas Yosuzume-Sama. Et ce avec le plaisir de ta présence pour mon apprentissage tout comme celui de ta compagnie. Allons-y. »

Les mots étaient sortis diligemment de ma bouche d’une voix douce avec une assurance dont je doutais quelque peu. Mais je voulais tout de même que la métamorphe comprenne que mon énergie résonnait en présence de la sienne. Et je sentais que l’onde était réciproque. L’entraînement allait être un moment agréable.

Je venais répéter les Mudras qu’elle m’avait montré. Ces derniers étaient plus nombreux, la technique nécessitait donc un niveau de maîtrise de ces derniers que je n’avais jamais expérimenté. L’enchaînement était : Tigre, Dragon, Singe, Lièvre, Coq. Le Tigre permettait de faire une concentration importante de Chakra, c’était avant tout le Mudra de contemplation. Le Dragon donnait la forme offensive au Chakra, comme une injonction à être un monstre de souffrance. Le Singe venait lui donner sa consolidation et sa puissance, son intelligence à désigner une cible. Le Lièvre lui donnait sa vitesse, c’est ce qui faisait que le Dragon Elémentaire percutait son adversaire plus vite que son ombre et enfin le Coq lui donnait son élément de vent certes, mais surtout une précision et une puissance meurtrière. C’était la marque de la léthalité dans ce Jutsu, c’est pour ça que contrairement aux techniques défensives, il venait cette fois ci à la fin.

Je m’essayais à réaliser les Mudras avec le plus d’aisance possible afin d’essayer d’avoir une exécution de la technique propre. Si dans le Ninjutsu, la science des Mudras était plutôt mon fort, je n’avais pas l’habitude d’en enchaîner autant à la suite rapidement. Ce n’était donc pas un exercice facile et cela me demanda tout de même plusieurs minutes pour commencer à être capable de les enchaîner correctement. Je m’en satisfaisais pour le moment.

Vint ensuite le début de concentration du Chakra autour de mon afin de lui donner une forme. Je répétais la base que j’avais apprise pour le Dôme de vent. C’était la même logique mais qui nécessitait cette fois ci la concentration dans un point précis et assez rapidement, c’était cela qui pêchait. Ma première étape avec les Mudras se révélait assez vite inutile car je n’étais pas capable de passer l’étape du Tigre dans la réalisation de la technique.

Ressentir le vent tout autour de moi, manifester ce dernier était quelque chose que je savais faire. Mais je peinais à le concentrer hors de mon corps dans un point précis. Je ressentais l’air ambiant mais lorsque mes sens œuvraient à laisser mon instinct donner pour injonction par le biais du Chakra au vent de se concentrer à un point précis. Un simple petit fluide bleu venait sortir et se dissiper tout aussi rapidement qu’il était venu. J’étais certes économe en Chakra pour le moment, mais je sentais que l’effet n’était pas normal.

Eyana : « La concentration de Chakra pour former ne serait-ce que la base de la technique est trop importante pour moi en dehors de mon corps. Je saurais le souffler, je pense, le faire sortir de mon poing, mais je peine toujours autant quand il est question de le générer hors de moi. »

Je me réessayais à la tâche de nouveau, mais espérait une aide de la part de Yosuzume.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Lun 11 Avr 2022 - 15:03




La Panthère élémentaire


Maitriser une technique de haut rang n’est jamais simple et on a toujours tendance à être pessimiste dans sa réussite. Eyana devait douter un peu d’elle, dans la maîtrise prochaine de ce jutsu et cela se comprend. Il y a peu ou du moins, la dernière fois qu’elle avait vu la Genin, elle ne savait pas créer de technique à proximité d’elle, mais seulement par le biais de son corps. Yosuzume pouvait la comprendre, la Yasei était passée par là, il y a plusieurs années en voulant maîtriser certaines techniques. Cela demande du temps et de la détermination, ainsi que de la maîtrise et des efforts à s’habituer à l’utiliser. En tout cas, la Kuro Washi croit en la belle Anaï et dans sa capacité à dompter ce dragon de vent. Après tout, elle était habituée à apprendre une technique grâce à Misaki et leurs multiples entraînements. Évidemment, Tenryû no Tarôbô est un jutsu plus puissant que ceux qu’elle a montrés. Or, la Genin a l’expérience de l’apprentissage et si elle a bien mémorisé les explications de Misaki, en plus des siennes alors elle n’aurait aucun mal à y arriver. Mais, Yosu doute fortement que son élève puisse maîtriser cette technique dans la journée. En tout cas, la Chunin va faire de son mieux pour l’aider à avancer et à progresser.

Il ne fallait pas qu’elle se précipite, qu’elle prenne le temps de comprendre, de s’habituer et de maîtriser à sa vitesse. Il n’était pas utile d’aller vite et de tout rater ou de rater un élément essentiel dans la création du jutsu. Même si la brune était là pour la soutenir et l’aider, elle ne souhaite pas toujours lui donner la main après quatre jours d’entraînement, non plus. Maintenant qu’elle y pense, Eyana est la première personne qu’elle entraîne pour apprendre une technique. C’est maintenant que la kunoichi ailée va devoir démontrer qu’elle est capable d’enseigner à quelqu’un. En tout cas, Yosuzume sera toujours là pour l’aider et bien sûr, à la guider, c’est son rôle, après tout. Les mots d'Eyana faisaient chaud au cœur de la Yasei et ça la faisait un peu rougir. La sergente lui sourit tendrement. « Bien, Eyana-san. J’ai foi en toi pour que tu y arrives. Et je te retourne le compliment...euh…ta présence et ta compagnie sont d’un grand plaisir pour moi aussi. » Dit-elle avant de lui montrer les mûdra et le reste afin de la laisser gérer de son côté. Par la suite, la Grande Prêtresse recule un peu afin de la laisser s’entraîner en paix. Et puis, il fallait de l’espace pour créer une technique de proximité comme le dragon élémentaire. Assise sur son banc, observant minutieusement et dévorant la jeune femme des yeux, elle tentait de voir ses défauts dans son apprentissage du jutsu.

Étrangement, Yosuzume se sentait bien en la compagnie d'Eyana, il y avait de bonnes ondes entre elles. En espérant que cela perdure, car en effet, la Yasei l’aimait vraiment bien. Eyana est gentille, respectueuse et pleine de motivation. Cela dit, elle ne la connaît pas trop et cela est dommage. C’est pour cela que la Chûnin aimerait l’invité dans un onsen ou dormir chez elle afin de mieux se connaître. Enfin, Yosu ne peut pas forcer quelqu’un d’accepter ses demandes, même si pour le onsen, la Genin ne lui a pas encore répondu à ce sujet là. Ena semble chercher à s’habituer aux mûdras et à pouvoir les mémoriser afin de ne pas être trop lente pour les exécuter. Une bonne idée pour bien commencer, tout comme chercher à les comprendre et à utiliser le chakra pour chaque étape liée à ces derniers. Pour le moment, la Jokyôkô no Tengu n’a rien à redire à son élève, mais reste tout de même attentif à ses gestes, son regard, son corps, tout en évitant de se perdre dans la beauté de cette dernière. Difficile de rester concentré, mais soit, ça permet à la Yasei de renforcer son mental face à l’imprévu. D’ailleurs, c’est la première fois qu’elle voit une femme qui ne craint pas de se promener ainsi. Si elle a beaucoup de courage pour cela, elle va en avoir pour tout le reste.

Eyana se débrouillait bien avec la maîtrise des mûdra, mais quand est-il de la malaxation et du dosage de chakra, via les mûdra. Cela semblait être une autre histoire, mais rien n’est impossible. Quand on sait utiliser des techniques, ce type de jutsu peut s’apprendre, même avec du temps. Si la jeune Genin savait faire les mûdra avec une certaine aisance, il semblerait que le contrôle du chakra et le dosage ne soient pas le cas. D’ailleurs, elle semble avoir du mal à concentrer son chakra sur un point fixe à proximité de sa position afin de créer une forme. Cela semble compliqué, mais pour le moment, Yosuzume ne dit rien et l’observe tout simplement. D’ailleurs, la Kuro Washi a une idée derrière la tête afin de l’aider à progresser, petit à petit dans ce domaine. Eyana prend la parole, avouant avoir du mal à pratiquer cet aspect de création de jutsu alors que par le biais de son corps, ça aurait été plus simple. En l’écoutant attentivement, elle avait dans l’idée que c’était un appel à l’aide. La Yasei se lève du banc et sourit. « Attends, ma chère Eyana-san. » Dit-elle en s’approchant de cette dernière avant de se retrouver face à Anaï. Yosuzume prend délicatement ses mains et fait le signe du Tigre. « Écoute, Ena-Chan. J’ai oublié de préciser une chose avant que tu commences. Je vais te demander de former un projectile de vent de petite taille et au fur et à mesure, selon ta maîtrise, tu agrandiras ce dernier afin de le transformer en dragon de vent comme moi. Tu es capable de le faire, je crois en toi. Crois-en toi. » Dit-elle en caressant ses mains et s’amusant en lui faire le reste des mûdras, en la fixant dans les yeux. « Tu es capable de réaliser les mûdras sans regarder tes mains, de manière instinctive. Ton seul point faible dans la réalisation de ce jutsu est le réaliser à proximité. Concentrer du chakra à un point précis. » Dit-elle avant de lui refaire le signe du Tigre.

Yosuzume tente de lui donner confiance en elle, de montrer son soutien et sa présence. L’aider est primordiale dans les premiers instants de l’apprentissage. Gardant ses mains sur celle d'Eyana, la Yasei reprend la parole. « Tente de concentrer ton chakra à un point fixe, le vent ambiant se concentrera sur ce point, comme s'il est aspiré par ton chakra. Ensuite, malaxe le et dose-le afin de lui donner une forme et sa puissance. Pour le moment, je te demande juste de commencer petit et par la suite, d’améliorer cette version, étape par étape. Est-ce que tu veux que je reste près de toi pour le début ou que je te laisse seule et que j’aille me rassoir jusqu’à ce que tu aies besoin de moi ? » Demande-t-elle en la regardant droit dans les yeux. Pour maîtriser une telle technique, il fallait commencer petit et ensuite, gravir les échelons pour créer la technique sous sa forme finale. Eyana ne semble pas bête et il est clair qu’elle y parviendra. Si la Genin y arrive avec la première étape, le reste devra aller mieux pour la compréhension de la création du jutsu. Or, ça sera moins facile malgré les étapes franchies pour former un véritable dragon de vent comme celle de la Grande Prêtresse. Selon sa réponse, Yosuzume restera ou retournera s’asseoir sur son banc pour l’observer au loin.




Dernière édition par Yosuzume le Dim 17 Avr 2022 - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Lun 11 Avr 2022 - 16:15

Y aller progressivement.

C’était là son conseil. Le petit truc dans les conseils que l’on nous glisse, c’est que bien qu’ils puissent parfois paraître simple, futile, évident. Ils nous permettent deux choses très importantes. En premier, c’est évidemment de ne pas faire fausse route. De ne pas se perdre sur une piste qui est complètement fausse et donc de nous réorienter même si c’est en lien avec les bases. Mais en second, et c’est peut-être là la chose la plus importante. C’est une validation de la façon de faire. Si on apprend toujours en échouant, les bases, la façon de procéder, permet de gagner énormément de temps et c’est bien pour ça que l’on passe par des phases d’apprentissages.

Pendant l’ensemble de mes tentatives, je sentais le regard de la Yasei sur moi. Il n’était pas comme celui de Misaki, du moins, c’est comme cela que je le sentais. Il y avait quelque chose d’autres, peut être en lien avec mes attitudes ou mon attention particulière. Je n’y prêtais pas d’attention pour le moment, je me concentrais sur mon Chakra et ne laissait pas le monde extérieur prendre le dessus.

Yosuzume venait saisir mes mains pendant ses explications, je sentais la chaleur de ses mains sur les miennes, incapable de tenir son regard, perturbée comme je l’étais aujourd’hui. Je ne lâchais pas le moindre mot en laissant mon attention à ses conseils plutôt qu’à l’emprise que la Prêtresse pouvait avoir sur moi. Était-ce donc cela l’aura divin d’une divinité ? Ou autre chose ? Une attraction Céleste comme je me pensais être la seule à générer. Une partie de mon esprit divaguer pendant que j’écoutais ses explications.

Former le projectile à un point précis, en laissant mon Chakra vagabonder. Ok, je pouvais le faire, si seulement, elle, pouvait cesser ce contact maintenant que je me reconcentre sur ce fichu entraînement. Elle venait ajouter à cela des compliments qui me faisait légèrement sourire et regarder mes pieds. Mes pieds… La formation de Chakra projetée comme pendant l’entraînement avec Misaki. En voilà une base que je pouvais utiliser…

Eyana : « Non… Non, laisses moi seule, je vais m’en sortir. Je veux bien que tu m’aides si tu penses que je fais n’importe quoi. »

S’éloigner de ce qui nous fait peur, c’est une réaction normale et l’ensemble de mes réactions depuis le début de la journée me faisait me questionner. La Yasei avait cette emprise divine, un Genjutsu ou quelque chose d’autres que je ne supportais plus car il me détournait de mon exercice. Le temps d’une respiration, j’avais besoin d’être seule.

Mes doigts venaient se joindre de nouveau pour réaliser le signe du Tigre. Je laissais mon énergie intérieure se concentrer et je fermais lentement les yeux. Je visualisais tel que je l’imaginais l’environnement autour de moi. Les magnifiques structures du Domaine Yasei formé par le Mokuton, l’aura apaisante du lieu, l’odeur du parfum de Yosuzume, le vent qui venait frôler ma peau. Je me laisser vagabonder à cette dernière sensation et ressentais un point précis sur ma gauche, mon côté fort. Au lieu de passer par le biais d’une injonction comme auparavant, je demandais au vent de venir fusionner avec moi, avec mon énergie intérieure, avec le morceau d’âme que je laissais flotter à l’air libre via mon Chakra, un petit bout de moi.

Puis j’imaginais des formes que je connaissais déjà, le bruit de l’air se comprimant et finalement je le laissais libre comme l’air, fuser vers la liberté.

Je réouvrais les yeux et un craquement se fit entendre.

Je levais les yeux vers la source du bruit et voyait la finalité d’un projectile de vent venant faire craquer le bois du plafond. J’avais visiblement provoqué quelque chose. Mais ni assez puissant – je remerciais en cela les Kami car j’aurais fini sous les gravats – ni dans la bonne direction. Je hochais la tête puis me laisser de nouveau à la même sensation.

Celle de s’abandonner à ces forces extérieures sur lesquelles nous n’avons normalement aucun contrôle, nous qui ne sommes que de vulgaires sacs de viande bourrés d’émotions. Mais aussi de beaucoup d’autres choses semblable à de la magie. Le laboratoire de chimie qui composait notre cerveau, capable de nous faire ressentir un panel de sensation tellement large qu’il était impossible de toutes les décrire précisément. De nous injecter des hormones pour nous pousser à avoir des comportements de survie. Mais aussi à définir notre nature de façon unique de manière à ce que l’on puisse penser être parfaitement singulier, que ce soit en tant qu’individu ou qu’espèce. Aucun être n’était doté de notre conscience, notre profondeur, notre ingéniosité ou même notre sensibilité. Le sac de viande était au final exceptionnel.

Et il se laissait à essayer de contrôler les éléments, et parfois il y parvenait. Je me laissais donc à communier avec le vent, de façon à ce que la chair et l’air ne soit plus qu’un par le biais de l’âme. Telle était l’expression cosmique de ma projection zéphyrienne. De nouveau, le vent venait se concentrer et le projectile fusait. De nouveau dans un sens non voulu, comme lorsqu’il fut concentré, il se sentait libre de partir à son gré. J’observais le deuxième résultat et jetais un coup d’œil émoustillé en direction de Yosuzume en me redressant et posant nerveusement une main sur mes hanches et l’autre dans mes cheveux.

Eyana : « On dirait que ça commence à venir, Yosuzume-Chan. »

Mais il allait définitivement falloir de la pratique aussi bien pour le contrôle, la précision et la puissance. On était loin du résultat final.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Dim 17 Avr 2022 - 11:13




La Panthère élémentaire


Yosuzume avait décidé d’aider Eyana à développer ce jutsu avec quelques conseils. Après tout, la Yasei est son sensei de la journée ou de plusieurs jours pour apprendre le Dragon de vent. Il est rare que la kunoichi entraîne quelqu’un personnellement pour apprendre un jutsu. Du coup, c’est une expérience nouvelle pour la Kuro Washi. Or, la Chûnin fait de son mieux pour expliquer les bases et le fonctionnement du jutsu afin que la genin parvienne à la maîtriser. Débutante, elle avait oublié de lui dire de commencer petit. Mais en soi, ce n’était pas mauvais comme oubli. En effet, la kunoichi ailée avait pu la laisser gérer de son côté afin de remarquer ses difficultés et ensuite, voire comment l’aider à mieux s’améliorer pour la suite. Habituellement, Yosu n’est pas quelqu’un de super-tactiles avec les gens, mais bon, depuis peu, elle part dans ce sens-là. Cela la dépasse légèrement. Yosu avait pu expliquer quelques détails et prodiguer des conseils à Eya avant de retourner s’asseoir à son banc. Après tout, Anaï avait décidé qu’elle se débrouillera seule pour la suite. Une jeune femme qui est indépendante et débrouillarde, c’est une bonne chose. Cependant, la Grande prêtresse est sa sensei et si elle voit une faiblesse ou un souci quelconque, elle interviendra pour l’aider, si besoin est.

Yosuzume l’observe tranquillement depuis son banc, elle scrute chacun de ses mouvements, ses positions, sa concentration, muscles, recoin de son corps et la manière dont elle réalise des mûdras. Si elle avait été une Hyûga, Yosu aurait même scruté ses tenketsus pour voir son flux de chakra. Concentrer, elle ne voulait pas rater la moindre erreur que son élève pourrait commettre. D’ailleurs, elle y pense, mais le temps passe vite mine de rien. Or, tant qu’il n’y aura pas trop d’évolution de la part d’Eyana, elles resteront dans le terrain d’entraînement. Maîtriser une technique de haut niveau n’est pas du tout simple et ça va prendre du temps pour l’enseigner et que Eya l’assimile totalement. Le premier essai du petit projectile de vent ne semble pas trop concluant, mais là-dessus, Yosu ne dit rien. En effet, la Jokyôkô no Tengu allait la laisser tenter plusieurs essais afin de voir s’il y aura de l’amélioration. De ce qu’elle pouvait remarquer, c’est que la genin ne baisse pas les bras et qu’elle recommence sans trop râler. Il y a une bonne mentalité chez la Anaï et avec une bonne détermination, elle ira loin. Croisant les jambes, elle pose ses coudes vers le dossier du banc, derrière elle. En réalité, la kunoichi prend ses aises, sachant que cela risque d’être long, le temps que la magnifique genin termine ce premier exercice avec la formation d’un petit projectile.

Voilà qu’elle débute le deuxième essai et disons que ce n’était pas trop mal pour une seconde tentative. Il y avait de l’amélioration, mais la précision n’était pas encore là. La direction choisie ne semblait pas voulue par Eyana. Cela dit, ça promettait d’y voir une évolution avec le temps. Anaï n’allait pas stagnait trop longtemps sur cette partie de l’apprentissage. L’observant, Yosu lui sourit et trouve tout de même une aura chez Eya de plutôt chaleureux et rassurant, voire attirant comme si elle ne voulait plus la quitter. En soi, elle appréciait sa présence et la Yasei sentait qu’elle allait passer de bons moments à ses côtés. Les jours à l’entraîner sera agréable. La Chûnin l’applaudit. « Excellent, Eyana-chan. Continue encore quelques essais, tu y es presque. Dès que c’est bon, on fera une pause manger. Cela dit, garde les yeux ouverts afin de voir où tu envoies ton projectile. Ça te garantira une meilleure précision. Et reste concentré, tout en te laissant bercer par le vent. » Dit-elle avec le sourire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Dim 17 Avr 2022 - 14:57
J’effectuais une nouvelle série de Mudra en répétant celle que j’avais établi pour la technique, les mêmes que la Yasei étant donné que c’était d’affinité équivalente. Ma maîtrise des Mudras s’étant grandement amélioré durant cette saison où j’avais fortement développé le Ninjutsu, si ce n’est pour ainsi dire que cela. Tigre, Dragon, Singe, Lièvre, Coq, le Coq était le mudra le plus difficile à réaliser de tous et pourtant mes doigts venaient s’entrelacer désormais extrêmement naturellement.

Je retentais la technique à faible intensité, dégageant le Chakra Fûton de mon corps pour tenter de venir visualiser un projectile puis le relâcher. Malgré mon application du conseil de la Grande Prêtresse de garder les yeux ouverts pour visualiser l’endroit où je souhaitais l’envoyer, je savais que le problème résidait ailleurs, dans le contrôle de mon Chakra. Je lâchais le projectile comme une bête sauvage libre de s’aventurer où elle le souhaitait. Et même après plusieurs autres tentatives, le constat était toujours le même. La pause déjeuner pointait le bout de son nez et je savais qu’il était temps pour de procéder à une autre méthode pour progresser dans la maîtrise de la technique Zéphyréenne.

Eyana : « Je pense que j’ai besoin de la pause maintenant. J’ai besoin d’un déclic pour parvenir à maîtriser la précision de mon projectile. Je vais réfléchir à un moyen, le souci est toujours dans le contrôle de mon Chakra. J’ai tellement de retard dans ce domaine.

Je venais alors me poser face à Yosuzume et je lui adressais tout de même un sourire. Cela me faisait vraiment plaisir d’être en sa compagnie, si j’avais beaucoup de respect pour Misaki, la présence de l’Aigle était quelque chose de bien plus réconfortant, une sensation plus forte. Je n’avais de toute façon pas vu la matinée passer. Cela jouait peut-être ceci dit contre ma concentration.

Eyana : « As-tu quelque chose à manger ? Si tu veux, j’ai amené un Bentô que l’on peut partager. »

Je prenais mon sac avec lequel j’étais venu ce matin et glissait ma patoune à l’intérieur pour y extraire une large boite ressemblant à un stockage qu’un bentô, mais il faut nourrir la machine physique pour l’entretenir. Cela surprenait souvent de voir les quantités que je mangeais et puis, je savais aussi mettre mon Fûinjutsu à contribution pour ce genre de situation. Je prenais également mon outre d’eau que je posais entre Yosuzume et moi pour installer le repas du midi. Je n’avais cependant qu’une seule paire de baguette.

Le bento était composé de riz, de petits légumes, aubergine, carottes, choux, brocolis et pousse d’épinard, de quatre œufs, d’un poisson entier, d’algues coupées en fine tranches et de six champignons bien cuit fourré de caviar d’aubergine citronnés. Le Poisson avait été découpé afin d’être prêt à manger à la baguette. J’avais également apporté deux pâtisseries si jamais on prenait un petit déjeuner avant l’entraînement, ce qui n’avait pas été le cas. C’était deux choux gros choux avec de la crème de pistache.

Voyant le problème des baguettes, je venais constater mon corps et l’ensemble de mes Fûinjutsu, voir si j’avais renouvellés certains de mes sceaux. Je venais alors toucher l’un de ceux se trouvant dans le bas de mon dos de façon peu gracieuse. Un petit clic et un le sceau se générait, faisant apparaître une paire de baguette, une petite boite de riz supplémentaire et un bol de soupe miso.

Eyana : « Voilà, ça évitera que tu ailles chez toi en chercher si jamais tu n’avais pas prévu. Tu serais surprise de savoir ce que tout ces sceaux contiennent, mais quand on a passé deux années sur la route, on finit par tout prévoir. »

Je lui décochais un petit clin d’œil et me collait à savourer ce bon repas en invitant régulièrement la Yasei à se servir dans mon plat et j’allais faire l’effort de ne pas manger trop vite pour lui laisser le temps de se servir également.

Eyana : « Itadakimasu ! »




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana
Yosuzume
Yosuzume

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Mer 20 Avr 2022 - 11:15




La Panthère élémentaire


Toujours assise sur son banc, Yosuzume continuait d’observer Eyana. Cette dernière faisait de légers progrès. La kunoichi ailé lui avait donné quelques conseils afin qu’elle puisse réussir cette marge de progression. Garder les yeux ouverts, c’est important afin de savoir où elle vise et surtout ce qu’elle souhaite attaquer avec son attaque. Ainsi, elle gagnera une meilleure précision qu’avec les yeux fermés. Cela dit, il semblerait que ce ne soit pas la précision le réel problème dans ses essais. Pour le moment, la Kuro Washi ne dit rien et la laisse chercher un peu de son côté. Si son but était de l’aider, la guider et lui apprendre une technique, elle ne peut pas toujours lui tenir la main. La genin doit apprendre à repérer ses faiblesses afin de les réparer et améliorer ses points faibles pour grandir. C’est une jeune femme intelligente, il est clair qu’elle trouvera son problème dans la maîtrise de cette forme de jutsu, tôt ou tard. De toute manière, Anaï n’apprendra pas ce jutsu en une journée, ce n’est pas possible. D’ailleurs, elle a utilisé pas mal de chakra avant le début de l’apprentissage, ça va jouer contre Eya. D’ailleurs, l’heure avance rapidement et la pause pour manger se rapprochait à grands pas. Maintenant qu’elle y pense, la Yasei n’a rien pris pour se nourrir et à vrai dire, elle était assez pressée ce matin. Elle soupire, peut-être que par inadvertance, son élève a aussi oublié son bentô. D’ailleurs, Eyana semblait vouloir débuter la pause à présent et difficile de lui refuser cette demande. Un sourire s’affiche sur le visage de la Yasei, la douce Anaï a compris le souci et elle souhaitait profiter de sa pause pour trouver un moyen de vaincre ce blocage.

« Très bien, faisons une pause maintenant, si ça peut t’aider à trouver le déclic pour réussir ce jutsu. De toute manière, il est inutile de forcer si ça ne donne pas de résultat. Et je suis ravie que tu es trouvé le problème que tu rencontres pour réussir. » Dit-elle avec le sourire. Eyana vient en face de la Yasei et par respect, la chûnin s’assoit au sol pour pique-niquer à la même hauteur que son élève. D’ailleurs, la genin demandait à la kunoichi ailée si elle avait pris quelque chose pour manger. Par chance, Anaï semble être une femme partageuse et généreuse, cela plaît bien à Yosuzume. La kunoichi secoue négativement la tête en guise de réponse. « Navrée, j’avais la tête ailleurs ce matin et j’ai dû l’oublier en partant. Je te remercie de partager ton Bento avec moi, Eyana-chan. Tu es une femme généreuse et j’aime cela. Je te revaudrai ça. » Dit-elle avec tendresse en la regardant dans les yeux. Yosu est étonné de la grosse boite que son élève sortait de son sac. Il doit y avoir une grosse quantité de nourriture à l’intérieur. Comment un corps aussi élégant que le sien puisse entreposer autant de nourriture à l’intérieur ? Difficile de le savoir, peut-être que Eya dépense beaucoup d’énergie dans la journée pour perdre tout ce qu’elle a mangé durant le repas du midi.

Eyana avait tout prévu, elle pouvait nourrir tout un régiment avec ce qu’elle a pu apporter. Au moins, elle n’allait pas mourir de faim et Yosu ne se sentira pas trop coupable de partager le bentô d’Eya. Il y avait de tout et tout était appétissant, il allait falloir prendre un peu de temps pour digérer tout ceci avant de reprendre l’entraînement. Une bonne chose pour apprendre à se connaître avec la genin. Au plus profond de son être, la Yasei voulait vraiment connaître la belle Anaï et se rapprocher d’elle afin d’éviter le cliché : entraînement, parler force et faiblesse puis reprendre l’apprentissage. Là, la Grande Prêtresse avait la possibilité de parler de divers sujets avec tout ce qu’il y a à manger devant elles. Apparemment, Eya a passé deux années sur les routes à travers le Yuukan et donc, elle devait être habituée à préparer de gros repas. Et elle semble être une experte en Fuuinjutsu, c’est intéressant à savoir. Sans avoir rien demandé, Yosuzume avait pu apprendre deux choses sur son interlocutrice. « En effet, j’ai de quoi bien me nourrir avec toi. Si tu continues à bien t’occuper de moi, je vais devoir te demander en mariage, tu me gâtes avec ton super bentô. » Dit-elle en ricanant. La sergente se met à se servir dans le plat avec les yeux pleins d’étoiles. « Merci, Itadakimasu ! » Dit-elle en commençant à manger avec grâce et le sourire, appréciant savourer ce qu’elle mange.

Un moment de tranquillité, un calme permettant de se focaliser sur autre chose que l’entraînement et des conseils. La Yasei n’avait pas dans l’idée de l’assommer avec des remarques sur la manière de s’améliorer et d’ailleurs, Eyana voulait trouver une autre solution pour y arriver. De toute manière, si elle avait des questions à poser à la Jokyôkô no Tengu sur l’apprentissage, elle lui répondrait avec plaisir. Mangeant tranquillement, la Kuro Washi voulait lancer la discussion en première. « Alors comme ça, tu es voyagé pendant deux ans avant de rejoindre Kiri, si j’ai bien compris. Et en plus de cela, tu sais utiliser le Fuuinjutsu. Intéressant. J’aimerais mieux te connaître Eyana-chan. Parle-moi un peu de toi, je suis curieuse et tu m’intéresses… De plus, ça nous permettra de faire passer le temps et de se connaître un peu mieux. En échange, je pourrais répondre à toutes tes questions, peu importe sa nature. » Dit-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12487-yosuzume-miko-no-tengu#109068 https://www.ascentofshinobi.com/t12533-dossier-shinobi-yosuzume#109565 https://www.ascentofshinobi.com/u1154
Anaï Eyana
Anaï Eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume] Empty
Jeu 21 Avr 2022 - 18:24
Après que Yosuzume accepte également de se mettre en pause, nous venons à partager un petit moment de convivialité autour de mon énorme Bento. J’avais prévu pour nous deux de toute manière, donc cela ne me dérangeait pas.

Je sentais intérieurement que j’avais du mal à garder les yeux ouverts, j’étais fatiguée, j’avais trop dépensé mon Chakra ce matin et j’arrivais à mes limites. Il était temps de la pause et surtout de me restaurer, parce que j’avais vraiment du mal à ne pas pencher d’avant en arrière sous la fatigue. Je voyais que la Yasei semblait légèrement gênée tout de même au contact du fait qu’elle n’avait rien à manger et que je lui proposais de partager. Je lui accordais un petit sourire, où mes mirettes venaient se plisser, il était courant de me dire que j’avais les yeux rieurs, avant de simplement lui glisser un mot en tendant le bento vers elle.

Eyana : « Il n’y a aucun mal, ça me fait plaisir de partager. Et puis si jamais tu avais vraiment besoin, tu ne dois pas être très loin de chez toi ici… »

Elle venait ensuite me dire quelque chose de curieux au sujet de me marier si je continuais de bien la nourrir. Je ne pus m’empêcher de rire et de rougir à la mention. S’il était évident que la Yasei me mettait quelque peu mal à l’aise, la mention d’un mariage, même pour rire, me paraissait complètement absurde, à moins qu’elle ne me prenne pour un homme.

Eyana : « Me demander en mariage ? Haha, mais nous sommes toutes les deux des filles Yosuzume, cela n’est pas possible, ce serait contre nature. »

Deux femmes qui se marie, quelle idée ! Et bientôt on pouvait penser que certains allaient vouloir se marier entre hommes. J’imagine juste la tête de certaines de mes connaissances à cette mention. Et puis comment étions-nous censés tout simplement, nous reproduire et fonder une famille ? Je pense que l’idée me mettait surtout dans un inconfort que je n’étais pas vraiment prête à gérer. Ce n’était tout simplement pas dans les mœurs ou la société que je connais.

Elle voulait ensuite en savoir plus sur moi. Elle était visiblement au courant de mes voyages, je me doutais que cela été connu dans le village ou encore peut être même que je l’avais mentionné plus tôt, je n’avais pas vraiment souvenir. Je n’avais pas de problème à parler de moi aux personnes que j’apprécie donc je me lançais, d’abord un peu hésitante.

Eyana : « Eh bien écoutes que te dire sur moi… »

Je venais me servir dans le bento en réfléchissant, je prenais des énormes bouchées afin d’être productive dans la consommation de la nourriture et rapidement redonner de l’énergie à mon corps qui en était complètement dépourvu.

Une fois ma bouchée terminée, parce que j’avais tout de même des manières, je lui répondais en reprenant depuis le début.

Eyana : « Je suis originaire de l’île d’Obon et précisément du village d’Okimachi. Un petit village d’éleveur et d’herboriste dans une crique au bord de la mer. C’est un lieu où nous avons des saisons très touristiques avec nos belles plages et où nous participons beaucoup à fournir le village de la Brume en composant de Rentanjutsu. J’ai grandi dans une famille qui n’est pas composée de Shinobi à ma connaissance. Je ne connais que mon père et ma mère. Je crois que j’ai des cousins ailleurs, mais je ne les ai jamais rencontrés. »

Je venais me resservir, prendre une bonne portion de viande que je mangeais et avalais avant de continuer.

Eyana : « Et puis sinon j’ai rejoint le village quand j’avais quinze ans, après avoir découvert mon don pour les Portes Céleste. J’étais déjà une grande fan du Kenjutsu et du Iaijutsu à l’époque. Mais ce n’était rien par rapport à quand j’ai appris à utiliser ne serait ce qu’un peu mon Chakra. J’ai fais une scolarité normale bien qu’un peu tardive à l’académie et j’ai été promue Genin un peu avant mes dix-sept ans. »

J’allais forcément mentionner aussi mon premier temps au village qui avait commencé avec ma rencontre avec Madoka et sa chasse aux papillons. Ma future partenaire d’équipe que j’avais dû assommer et mettre aux geôles après qu’elle ait voulu torturer un enfant qu’elle pensait être un « espion des papillons »… Elle aurait mieux fait de manger une pomme.

Eyana : « J’ai rejoint l’équipe de Mikan Yui d’abord, une Chûnin, avec une certaine Datalia Madoka. Je ne sais pas où elles sont parties toutes les deux, j’ai entendu des rumeurs fallacieuses sur Madoka qui ne m’étonnerait pas, mais je n’y accord pas trop d’attention pour le moment. Ce n’était pas une équipe avec une grosse solidarité de toute façon donc je suis assez rapidement partie de mon côté avec un dénommé Suijin, un sabreur, avec qui je faisais la plus grosse partie de mes missions. »

J’avais déjà beaucoup parlé, j’allais peut-être l’écouter un peu elle aussi, donc je terminais simplement là-dessus, sur le flou de ma rencontre avec mon démon intérieur et le réel motif de mon départ du village. Tout cela sera pour… Plus tard.

Eyana : « Et puis voilà… J’ai eu quelques événements personnels et j’ai fini par quitter le village pendant deux ans, avec autorisation bien évidemment avant de revenir. J’ai fait mon petit bout de chemin, j’ai progressé en tant que Ninja et en tant que Femme… Et toi alors, qui es-tu ? »

Je venais continuer de manger en lui passant régulièrement le bento avant de le reprendre. J’étais souriante, avenante et c’était entièrement sincère.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t13109-dossier-d-anai-eyana

[Domaine Yasei] La Panthère Elémentaire [Apprentissage/Yosuzume]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mémoire des Yasei [Yasei Reikan]
» C'est l'histoire d'une tortue et d'une panthère qui étudient... [Watzefeuck]
» Et la panthère se jeta dans la gueule du loup [Libre Kirijins]
» Explosion élémentaire
» Gardien élémentaire

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: