Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Le Clan des Harfangs EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Le Clan des Harfangs EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Le Clan des Harfangs EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Le Clan des Harfangs EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Le Clan des Harfangs EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Le Clan des Harfangs EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Le Clan des Harfangs EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Le Clan des Harfangs EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Le Clan des Harfangs EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Le Clan des Harfangs EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Le Clan des Harfangs

Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 15:53

Cela devait faire quoi ? Plus de neuf, presque dix années, que Misaki n'avait pas mise les pieds au pays de la neige. La dernière fois qu'elle était venue dans les terres enneigées, elle n'avait que huit ans. Elle avait suivi ses parents afin d'assister au mariage d'une de ses cousines. Sa cousine, qui s'était mariée dans la famille d'un noble d'un pays sans importance, avait attiré l'attention des membres de son clan et le mariage avait été quelque peu sensationnel. C'était les quelques souvenirs qu'elle avait fait ressortir de sa mémoire. Encore bien sotte, à l'époque, elle n'avait pas imaginé toute l'ampleur du pouvoir politique qu'une telle alliance offrait aux membres de sa branche familiale.

Misaki était là, au coeur de la demeure de ses grands-parents du pays de la neige. Habitée principalement par ses grands-parents et quelques oncles et tantes. Tous ne s'étaient pas joints au groupe ayant fondé le village caché de la brume. Tous n'étaient pas en accord avec le départ de la famille des terres ancestrales. Ses grands-parents faisaient partie de ceux qui auraient souhaité un maintien du clan dans le pays de la neige éternelle. Ils avaient refusé de mettre le pied à Kiri et étaient restés un peu amers à l'égard des parents de l'adolescente. Par chance, cette rancoeur ne s'étalait pas aux petits enfants qui n'avaient pas eu le moindre choix dans cette décision.

La jeune Yukijine avait élu domicile, accompagnée de son enseignante, pour les quelques jours qu'ils passeraient au coeur des terres glaciales. Elles avaient été reçues d'une façon digne des Yuki ; festins, Yukata et tout le tralala. Misaki n'y avait accordé guerre d'importance, elle n'y voyait là qu'une façon de garder la face, qu'une façon d'exploiter une quelconque image. Dans tous les cas, elle n'était pas là pour prendre des vacances.

Lors d'une confrontation avec un cousin éloigné détenteur du Rinton, Misaki avait reçu des indications quant aux chemins possibles pour son développement personnel. Il lui avait offert quelques mots sur cette capacité de contrôle atmosphérique avant de devoir mettre fin à la discussion en recevant une missive par le biais d'un harfang parlant. Curieuse d'en savoir plus sur cette créature des terres hivernales, l'homme lui avait seulement échangé les mots suivants : « Tu trouveras les réponses que tu cherches dans notre pays natal. Toi qui vises les plus hauts sommets. »

Misaki s'était donc lancée, avec l'aide de son amie et chef de l'équipe numéro cinq, en direction du pays qui lui avait fait voir le jour. Son séjour allait devoir être court, avec la menace de la Grande Guerre qui planait sur les têtes de tous les kirijines – voir même du monde entier – Kiri ne pouvait se permettre de perdre les services d'une de ses équipes trop longtemps. Elles ne disposaient donc que de quelques jours afin de remplir l'un des objectifs sur lequel Misaki avait fixé ses pensées dernièrement ; établir un pacte kuchiyose. Ayant vu son enseignante, maître dans ce domaine, se servir à maintes reprises de techniques appartenant aux répertoires de cet art shinobi unique en son genre, elle avait été lui chercher conseil.

C'était cependant quelque chose qu'elle allait devoir faire seule. Si la Gozan l'avait accompagnée en dehors des murs du village et si elle lui avait offert une multitude de pistes possibles quant au fonctionnement de la signature d'un pacte, l'acte de rencontrer un membre de la tribu des harfangs et l'acte de signer ledit pacte était quelque chose que, malgré son statut d'experte en la matière, elle ne pouvait pas faire.

0069642

Elle était donc là, assise en seiza au beau milieu de sa chambre, en train de contempler le calme féérique du paysage qui se dessinait devant elle. Le domaine donnait à même une montagne. Une petite rivière passait le long de l'habitation. Il avait neigé la veille et les arbres des terres de son clan s'étaient recouverts d'une épaisse couche froide et blanchâtre. Prenant une grande inspiration, Misaki pouvait sentir l'air froid et rafraichissant parcourir sa gorge et remplir ses poumons. Naturellement résistante au froid, elle qui avait grandi à même cet endroit, elle se contentait de vivre l'instant présent. De profiter des quelques secondes de béatitude qu'il lui restait alors qu'elle s'apprêtait à se mettre en route.

Se relevant doucement, elle ramassa quelques affaires et rejoignit la Gladiatrice dans sa chambre. Le matin venait tout juste de se lever, mais elle savait bien que la Gozan serait déjà réveillée. Elle qui connaissait si bien la Chûnin, c'était réveillé aux aurores, attendant patiemment la venue de son élève, car il était clair que Misaki ne quitterait pas dans son voyage sans venir la voir. La Yukijine cherchait-elle à rassurer son anxiété ? Peut-être espérait-elle un dernier conseil ? Ou bien, voulait-elle simplement dire au revoir à son enseignante, mais surtout à son amie, avant de se mettre en route ?

En voyant qu'elle était attendue, l'adolescente esquissa un sourire. Était-elle vraiment si prévisible ? Peut-être était-ce là tout le sens que prenait leur relation ? Au-delà de ça, elle salua la jônin comme elle le faisait toujours. En retour, la Gozan lui montra de la main une petite bouilloire déjà bouillante, installée sur une petite table. Invitant la Chûnin à s'asseoir, elle rajouta quelques herbes et racines des terres enneigées dans l'eau chaude, tout en s'installant, attendant l'adolescente. Misaki souriait comme jamais. Elle déposa son sac et prit place. Ensemble, elles échangèrent quelques rigolades et quelques anecdotes. Cette journée glaciale, sous un joug positif, apportait de nouveaux souvenirs en compagnie de son professeur. Souvenir qu'elle n'oublierait jamais.

Se relevant aux bouts que quelques minutes, Misaki saluait une bonne fois pour toutes son enseignante en la serrant dans ses bras. Les contacts physiques n'étaient pas quelque chose avec quoi elle était hyper alaise, provenant d'une famille principalement froide et dont l'affection physique était inexistant. C'était là un signe qu'elle était réellement bien dans la relation qu'elle entretenait avec Arukisa.

Misaki passa le pas de la porte et se mit en route. Elle mit un pied devant l'autre et quittait le domaine Yuki le coeur rempli d'émotion et la tête remplie d'ambition. Elle n'avait que très peu d'information afin de trouver ce qu'elle cherchait, elle partait donc là où son intuition lui disait d'aller. Elle faisait confiance à cette partie de sa personne, car après tout, une intuition n'était rien d'autre qu'une analyse inconsciente d'informations captée par ses sens et émit par son environnement.

D'ailleurs, elle n'avait même pas remarqué qu'elle n'était pas partie aussi seule qu'elle le croyait. Au loin, la Gozan avait décidé de suivre son apprentie. Sans doute était-ce parce qu'elle se devait de garder un oeil sur elle tant qu'elles seraient en dehors du village caché de la brume ? Peut-être était-elle inquiète de ce que les terres sauvages du pays de la neige pourraient bien réserver à une adolescente aussi frêle que Misaki ? Peut-être était-elle simplement curieuse de comment son apprenti allait s'y prendre ? La réponse à ses questions lui appartenait et se dévoileraient peut-être dans un futur rapproché.


Dernière édition par Yuki Misaki le Jeu 6 Jan 2022 - 15:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 15:53

« Toi qui vises les plus hauts sommets, je suis certain que tu y trouveras tes réponses »

Il s'agissait là des derniers mots prononcés par son cousin éloigné alors qu'elle questionnait l'homme dont un harfang était venu lui porter une lettre. Si au début, s'est mot là n'étaient pas ressortis tant que ça dans sa psyché. À mesure que la Yukijine avançait dans les terres enneigées de son pays natal, elle se voyait constamment y revenir. Cette petite phrase la hantait, alors qu'elle était à la recherche d'une idée sur comment elle pourrait bien s'y prendre afin de trouver les membres de ce clan kuchiyose avec lequel elle souhaitait établir un pacte.

Ce n'était qu'au bout de quelques heures qu'elle comprit pourquoi elle accordait autant d'importance aux dernières paroles de l'homme. Les mots détonaient de leur échange verbal, car jamais Misaki ne lui avait parlée de ses ambitions et de ce qu'elle désirait autre que sa curiosité pour le Rinton et pour le pacte des harfangs. D'ailleurs, elle n'aspirait même pas à atteindre les plus hauts sommets dans la vie, elle qui souhaitait simplement être utile pour son village et pour son clan. Elle n'avait aucune ambition au-delà de son propre rôle. Elle ne souhaitait pas recevoir le titre de Mizukage, représente l'apogée de sa carrière militaire. Pas plus qu'elle ne souhaitait devenir la prochaine tête du clan Yuki, présentement tenu par Yuki Kaya. Ce rôle venait avec trop de débandade politique... Chose qu'elle fuyait comme la peste.

Incapable de faire le lien avec sa propre personne, il ne restait pas tant de raisons quant aux pourquoi il aurait prononcé exactement ces mots-là. Soit il s'agissait simplement de sa façon de dire au revoir à quelqu'un qui, comme lui, était dans une recherche de perfection de son Hyôton par le biais du Rinton, soit il s'agissait d'un indice afin d'arriver à ses fins et à la signature du pacte qu'elle convoitait tant. Bien entendu, il s'agissait surtout du plus gros lancé de dé de sa vie. De toute façon, qu'avait-elle de plus ? Absolument rien. C'était soit elle voyait ça comme un indice et partait à la recherche du plus haut sommet du pays de la neige, soit elle errait dans les montagnes et dans les plateaux enneigés. Quitte à de toute façon ne rien avoir de plus concret sous la main, autant essayer et prendre la direction de ce qu'elle pensait être un indice.

Elle s'était de toute façon déjà mise en marche dans cette direction. Il s'agissait là de l'information inconsciente qu'avait analysée son petit cerveau freudien. Sans même s'en rendre compte, elle avait commencé à longer la petite rivière qui, malgré le froid, avait conservé son état liquide. Cette eau, constamment en mouvement, indiquait une propension naturelle à aller du haut vers le bas. Ce mouvement perpétuel rendait impossible la formation de glace, car l'énergie créée par sa descente empêchait l'eau de passer sous son point de congélation. D'autant plus que son mouvement indiquait l'emprise qu'avait la gravité sur celle-ci et, en la suivant à sens inverse, Misaki montait tranquillement ce qui servait de montagne près de quoi s'étaient installés les membres de son clan.

À mesure qu'elle avançait, elle laissait les traces de son passage dans la neige qui recouvrait le paysage. La température de l'air diminuait tranquillement à mesure qu'elle avançait et grimpait ce qui l'entourait. Les parois rocheuses se voulaient de plus en plus apiques et elle avait perdu en vitesse. Les muscles de ses jambes, de plus en plus sollicité, lui indiquaient une augmentation dans la pente. Pour le moment, le paysage devant elle était composé d'arbre formant une Forest de conifère. Trop rapprochée les uns des autres, elle n'avait aucune idée de ce vers quoi elle avançait. Elle savait seulement que si elle poursuivait dans cette direction, elle finirait à atteindre le point de plus haut de là où elle se trouvait. Elle savait bien qu'il ne s'agissait pas de l'endroit tant convoité, mais sans doute qu'une fois débarrassés des arbres lui cachant la vue, elle serait capable de jeter un coup d'oeil, au loin, et d'y identifier sa prochaine cible.

Son plan était plutôt simple. Monter une montagne, profiter de l'altitude pour identifier une autre montagne encore plus haute que celle où elle se trouverait et partir en direction de celle-ci. Le tout, en répétant le processus autant de fois que possible. Elle se serait bien arrêtée dans une boutique pour acheter une carte des environs, mais les terres enneigées du pays du froid en étaient simplement dépourvues. D'abord, parce que la grande majorité était, jusqu'à présent, inexplorée. Impossible d'avoir une carte d'un endroit dont personne n'y avait jamais mis les pieds. Enfin, personne d'autre que des membres de tribu barbare qui attaquerait sans doute la Yukijine dès qu'ils l'apercevraient. Tout du moins, c'était ainsi que lui avaient été présentés les membres des clans du pays de la neige, alors qu'elle n'avait que cinq ans. Était-il vraiment aussi monstrueusement agressif dans la vraie vie que dans les histoires qui lui avaient raconté sa grand-mère quand elle était plus jeune ? Ou bien était-ce simplement là une invention dont le seul objectif était d'empêcher sa petite fille d'errer trop loin du domaine familial ? Une chose était certaine, les dires de son ancien coéquipier Okogoto Ken et du destin qu'avait vécu son clan face aux autres barbares du pays de la neige donnaient un pas pire argument à la première explication.


Misaki chassait rapidement ses quelques images, d'un coup mental du revers de la main, tandis qu'elle atteignait le sommet de sa première montagne. Un ciel bleu sans le moindre nuage donnait naissance à une immense montagne au loin ; son prochain objectif. Regardant de gauche à droite, elle imprégna cette image magnifique sur sa rétine tandis qu'elle parcourait du regard le paysage Yukijine. Des arbres, ici et là, des montagnes à n'en plus finir et une rivière qui s'était creusé un chemin aux fils des décennies. Cette vision coupait littéralement le souffle de l'adolescente. Souffle, qui prenait vie devant elle sous la forme d'une fumée froide à mesure qu'elle expirait. La température avait encore descendu de quelques degrés.

Profitant d'une quinzaine de minutes de pause, Misaki analysait le chemin qui l'attendait. Elle était partie avec assez de vivres pour une semaine. Elle avait donc trois jours et demi de rations avant de devoir prendre une décision. Faire demi-tour ou poursuivre en sachant qu'elle n'aurait pas assez de vivres pour le retour. D'après ses estimations, elle allait avoir besoin d'à peu près quatre jours pour atteindre le sommet de la montagne. Se dressaient donc devant elle son premier défi et sa première décision. Poursuivrait-elle son chemin, en prenant le risque de devoir se passer de nourriture ou d'eau pendant une journée, sur le chemin du retour ? Ou bien allait-elle faire demi-tour quitte à aller chercher plus d'équipement et à revenir.

Son parcourt lui avait quand même pris une demi-journée et elle ne disposait pas de tant de temps que ça. Déjà qu'elle était impatiente de voir si ses estimations, quanta la direction qu'elle devrait prendre, était juste. Ce qui pesait lourd dans sa décision était le fait que chaque jour passé en dehors de Kiri représentait un jour où elle ne serait pas là si l'inévitable arriverait ; une attaque contre le village.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 16:04

Cela faisait maintenant quelques jours que Misaki s'était mise en route en direction du sommet qu'elle avait identifié au tout début de son parcours. Elle avait passé le point où seuls ses vivres conviendraient à sa propre survie. Sur le chemin du retour, elle allait soit devoir jeûner et se passer des calories nécessaires au bon fonctionnement de son organisme, d'autant plus que son parcours se fait en montagne et qu'elle en dépensait beaucoup plus qu'à son habitude, soit elle allait devoir essayer de chasser un animal pour sa viande, la dépecer et la faire cuir. Sauf que venant d'une famille de riche, ce n'était pas quelque chose qu'elle avait appris à faire. Après, elle n'avait pas nécessairement besoin d'optimiser sa collecte de nourriture, seulement d'en avoir un peu le temps de revenir sur ses pas et de rejoindre le confort de son domaine familial dans les terres du nord.

Ce voyage avait quelque chose de ressourçant pour la Chûnin. Elle qui avait dû risquer sa vie à plusieurs reprises dans ses dernières missions profitait d'une certaine accalmie. Si cette fois-ci, sa survie dépendant principalement des éléments, elle se trouvait dans un territoire qu'elle appréciait particulièrement. Les nuits étaient complètement dépourvues de lumières artificielles, offrant une vision magique du ciel étoilé. Si le ciel était bien souvent recouvert de nuage, elle avait eu la chance d'obtenir la clémence de dame nature, jusqu'à présent. Elle était aussi native de ce pays et possédait une affinité, tant chakrique que naturelle, avec le froid, la neige et la glace. Si elle n'était pas immunisée aux impacts négatifs des températures basses, l'équipement qu'elle avait avec elle et sa propension naturelle rendait le tout vivable.

Bien entendu, étant quand même à risque de succomber à l'hypothermie, sa famille lui avait donné quelques trucs pour cette escapade hivernale. Sac de couchage rembourré, ne pas mettre sa tête dans le sac de couchage, ne pas dormir avec tous ses vêtements et utiliser des vêtements conçus pour le trajet n'étaient que quelques-uns des commentaires que lui avait offerts sa grand-mère la veille de son départ. Elle, qui avait grandi toute sa vie dans ce pays, avait plus d'un tour dans son sac quant aux conseils qu'elle avait à offrir à sa petite fille.

Regardant une dernière fois le ciel, avant d'aller s'installer dans sa tente pour la nuit. Elle essaya de mémoriser la béatitude qui l'envahissait. Cet endroit, en ce moment, offrait un espace sécuritaire pour la psyché de la Chûnin. Tandis qu'elle observait la lune, les lumières et le paysage, elle n'était en train de se battre dans son monde intérieur contre la démone au corps de serpent. Non, elle était même effacée, dans un coin... Sans profitait-elle aussi de cet endroit ? Calme et apaisée, Misaki ne pouvait s'empêcher de penser à cette créature qui étant, avant tout, humaine. Cette créature victime de la résonance qui, comme elle, avait des ambitions et une vie avant que Tokage ne la lui enlève. Elle se demandait qui elle était, qu'elle genre de vie elle menait et surtout, si elle aurait apprécié ce paysage enchanté ?

À son réveil, le lendemain matin, Misaki prit le temps de ramasser ses quelques objets qui l'accompagnaient dans ce périple. Si tout allait aussi bien qu'à présent, elle aurait atteint le pied de la montagne alors que le soleil serait à son Zénith. Ses jambes, qui lui avaient fait souffrir le martyre dans les derniers jours, s'étaient habituées à l'effort que demandait son périple. Bien qu'elle était aidée de raquette afin de ne pas trop s'enfoncer dans la neige, elle allait devoir s'en départir pour l'escalade qui l'attendait. N'étant pas adepte de ce sport si populaire au pays de la foudre, Misaki redoutait un peu ce qui l'attendait. Bien entendu, de nature anxieuse, elle déformait involontairement tous les défis qui se présentaient à elle, doutant de ses propres capacités, et ce, au plus profond d'elle-même. C'était cependant un trait qui commençait à perdre en importance dans le caractère de la Chûnin. Elle avait eu la chance de voir le résultat de ses efforts par le biais d'affrontement avec d'autres shinobis et kunoichis du village. Tranquillement, l'adolescente prenait confiance en elle et dans sa valeur, mais c'était définitivement quelque chose qu'elle se devait de continuer de travailler. Peut-être irait-elle chercher de l'aide sur le sujet ? Un jour ?

***


Arrivée au pied de la montagne, un défi de taille se levait devant elle. Le problème n'était pas tant l'escalade en soi, car étant adepte des arts shinobis et la manipulation du chakra, grimper sur des surfaces était quelque chose d'enseigné aux aspirants militaires du village caché de la brume. L'enjeu était dans le ciel. En effet, une fine neige avait commencé à faire son apparition et un vent allant en crescendo soufflait sur la Yukijine. Une tempête était en train de se lever et Misaki se retrouvait face à un choix. Attendre qu'elle passe, ce qui pouvait potentiellement prendre plusieurs jours ou bien escalader cette montagne, qui se surélevait plus haut que les nuages et attendre qu'elle passe à l'abri de la neige et du blizzard. Enfin, la neige était rapidement devenue un blizzard dans l'imaginaire fertile de l'anxieuse demoiselle. Impossible pour elle de dire s'il s'agissait réellement d'une tempête ou pas, c'était là un bel exemple de son esprit amplificateur de mauvaises nouvelles.

Inspirant un grand coup, elle retira les raquettes qu'elle avait aux pieds et les rangeas sur le côté de son sac. Elle se frotta les gants ensemble, comme pour se donner de la motivation et débuta l'escalade de cette montagne. À grand coup d'un instrument semblable à un Kama, elle montait tranquillement le flanc de la montagne et, à son plus grand désespoir, une rafale la percuta d'or et déjà. Définitivement, la suite de son parcours n'annonçait rien de bon.

Il y avait un autre défi auquel la Chûnin n'avait pas réfléchi, plus elle grimpait dans le ciel, plus l'oxygène était rare. Si ça n'allait pas être si problématique pour une montée suivie d'une descente, serait-elle capable de rester dans les hauteurs le temps que le blizzard passe ? Où bien allait-elle mourir au-dessus de la montagne, par manque d'oxygène ?

***


Misaki était maintenant dans le pétrin. Comme elle l'avait prédit, le pire était en train d'arriver. Un véritable blizzard avait fait son apparition. Des rafales de vent d'une intensité certaine menaçaient à chaque percussion de l'emporter vers une mort certaine. La Chûnin en était au 3/4 de sa montée, d'après ses estimations. Elle passerait bientôt le point où les nuages la laisseraient peut-être tranquille ? Enfin, c'était quelque chose qu'elle espérait. La visibilité était grandement réduite, la seule chose qu'elle pouvait apercevoir était le roc dans lequel elle plantait son outil d'escalade. Chaque rafale lui demandait une dépense chakrique afin de rester accrocher à la pierre et, lentement mais surement, elle se vidait de cette énergie vitale. N'ayant pas non plus la chance de se poser afin de récupérer ses réserves, Misaki se devait d'être débrouillarde, sauf qu'il n'était pas possible d'anticiper les coups de dame nature.

Rajoutons à cela le manque d'oxygène, le froid mordant qui s'emparait de ses sens et un faux mouvement et bien entendu, le pire arriva. En effet, Misaki posa le pied sur une pierre à la solidité douteuse et, sous son gros poids d'adolescente, céda en remplaçant son appui solide par du vide. S'accrochant de toutes ses forces à son outil d'escalade, il céda à son tour, car trop rustique pour offrir une protection adéquate. Sombrant dans le vide, la vie de la Chûnin défila sous ses yeux, pour une deuxième fois. Elle se revoyait à l'académie. Elle se revoyait en mission. Elle entendit même le bruit d'une détonation qui lui était bien familier. Attends... Elle entendit une détonation ? Misaki sortie de sa torpeur et, tandis qu'elle sombrait, pu apercevoir son enseignante ailée lui tendre la main, comme pour l'attraper et lui sauver la vie. Cependant, une nouvelle rafale de vent souffla la jônin un peu trop loin et elles ne parvinrent pas à connecter leurs mains. Faux espoir et malheur s'emparaient de Misaki qui ferma les yeux. Attendant avec panique son contact avec le sol.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 16:13

Sortant de nulle part, une bête ailée d'une dizaine de mètres attrapa la Chûnin au vol en la ramassant entre ses serres. Ressentant le choc d'être saisi par quelque chose, Misaki ouvrit les yeux et pu apercevoir le plumage blanc de cette bête qu'elle cherchait tant. Au loin, elle aperçut Arukisa et ses ailes un peu glauques suivre l'oiseau des neiges. Misaki expira un soupire de soulagement en voyant la créature monter en direction du sommet de la montagne. Perçant les nuages, Misaki aperçut un plateau sur lequel la créature s'en allait la déposer. D'avance, elle lui prononça quelques mots d'un voix douce, sincère et particulièrement paniquée.

[Misaki] - Merci. Je vous dois la vie.

La créature ne lui répondit pas, trop concentrer sur l'atterrissage imminent. Arrivant au-dessus du palier de roche et de neige, la bête relâcha son emprise sur le Chûnin avant de se poser à ses côtés. Son regard, maintenant posé sur la Yukijine, se voulait perçant, mais surtout sévère. Misaki avait l'intime conviction qu'elle allait passer un sale quart d'heure. D'autant plus que, derrière elle, venait d'apparaître la silhouette de son enseignante qui, à son tour, vint se poser sur le roc avant de faire disparaitre les appendices lui permettant de voler dans le ciel. En voyant son apprenti sain et sauf, le Gozan adopta une attitude non verbale plus calme et plus détendue. Misaki se retourna vers la cheffe de l'équipe numéro cinq.

[Misaki] - Désolée...

Elle était surprise de la voir apparaître ainsi, mais elle savait pourquoi. Si elle avait été à sa place, elle aurait sans doute fait la même chose, c'est-à-dire suivre son élève afin de s'assurer que rien ne lui arrive. Ce fut cependant une chance que la bête, qui tournait sa tête de côté tout en toisant la Yukijine. Avant même que Misaki puisse prononcer le moindre mot. Avant même que son enseignante puisse dire quoi que ce soit, l'harfang des neiges qui se tenait devant elle prit la parole.

[???] - Fille des glaces, tu n'es pas douée.

Bien ce ne fut pas la première fois que Misaki entendait une bête parler, c'était tout de même quelque chose d'insolite. Elle s'attendait bien à cela, surtout de la part de la bête qu'elle cherchait, mais ça avait tout de même un côté hors du commun. Ce qui la surprit le plus était le surnom que lui avait donné la créature. Comment pouvait-elle bien savoir que Misaki était bel et bien une fille des glaces ? Au-delà de son apparence typiquement Yuki, possédait-elle des capacités hors du commun lui permettant une analyse poussée de la nature chakrique de son interlocutrice ? Peut-être était-ce seulement un coup de chance ?

[Misaki] - Hmmm... Oui... En effet... Lui-dit elle, clairement malaisée Enchantée, moi c'est Misaki.. Yuki Misaki... Mais vous semblez déjà connaître ma famille.
[Tōshō] - Tōshō. Lui répondit l'oiseauQu'est-ce qui t'amène sur cette montagne, en pleine tempête ? Formulait-elle faisant une rotation de 45 degrés avec ça tête, signifiant son incompréhension Chercherais-tu à mourir ?
[Misaki] - En fait... c'est vous que je cherche. J'aimerai établir un contrat avec vous.

L'oiseau dévia son regard sur la Gladiatrice qui était restée silencieuse jusqu'ici. Elle l'analysa quelques secondes, attendant clairement quelque chose. À son tour, Arukisa se présenta à la bête, lui expliquant son rôle face à Misaki. L'interaction était si naturelle pour elle, qui n'était pas à ses premières interactions avec des animaux aux capacités extraordinaires. Misaki en était un peu jalouse.


Le regard curieux de la créature s'était de nouveau posé sur la Chûnin. Il était maintenant sérieux, sévère et intimidant.

[Tōshō] - Mais, tu n'es pas digne... Fille des glaces...

Misaki s'attendait à cette réponse de son interlocutrice. Elle avait d'or et déjà discuter des tenants et aboutissants de l'établissement d'un contrat avec son enseignante. Ce n'était pas quelque chose qui se faisait seulement en le demandant. Pour le moment, le seul objectif qu'avait la Chûnin était d'obtenir l'opportunité de prouver sa valeur aux yeux du hibou.

[Misaki] - Il est clair que l'escalade n'est pas mon point fort. Dit-elle en espérant détendre un peu l'atmosphère.
[Tōshō] - Non. Comment savais-tu où me trouver ? Rajoutait-elle froidement.

La conversation avait prise une tournure des plus désagréables pour la Chûnin. Elle commençait à paniquer intérieurement. Comment pouvait-elle bien prouver sa valeur à cet animal ailé, alors qu'elle n'avait même pas été capable d'escalader une simple montagne ? Comment pouvait-elle être digne alors qu'elle avait eu besoin d'être sauvée ? La seule emprise qu'elle avait, la seule carte qu'elle pouvait jouer, était dans comment elle allait tourner la curiosité de cette Tōshō dans sa prochaine réponse. Comment pouvait-elle présenter les choses afin de redevenir... intéressante ? Elle ne connaissait pas bien la créature en face d'elle. Elle avait d'ailleurs un peu de difficulté à la cerner, mais dans tous les cas, elle ne voyait qu'une seule issue possible. Une seule réponse possible.

[Misaki] - Yuki Toketsu.L'oiseau avait fait une rotation d'un autre 45 degrés avec sa tête. Sa curiosité était piquée. J'ai rencontré Toketsu accompagné de SukōruL'harfand avançait ça tête en direction de Misaki. C'est eux qui m'ont dirigé vers vous... Enfin... Ils m'ont donné un indice, rien plus.

La créature recula de nouveau, gardant plusieurs longues secondes de silence. Réfléchissait-elle ? Communiquait-elle mentalement avec Sukōru afin de valider cette information ? Étais-ce même quelque chose qui lui était possible ? La Yukijine en avait franchement aucune idée. Cependant, le silence pesant trop lourd, elle prit la parole.

[Misaki] - Je sais que vous ne m'avez pas vu sous mon meilleur jour. Donnez-moi juste la chance de vous prouver ce que je vaux. J'accepterai n'importe quel défi !

La créature offrait un autre mouvement circulaire à sa tête. Encore une fois, de 45 degrés... Elle ouvrit ensuite ses ailes de tout son long et s'envola. Rapidement, elle se saisit de la Chûnin comme elle l'avait fait pour la sortir du pétrin.

[Tōshō] - D'accord. Dit-elle en s'envolant.

Misaki et la créature disparurent dans un nuage de fumée, laissant la Gozan en plan sur ce flanc de montagne frigorifique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 16:17

Devant elle, un paysage à lui couper le souffle. Elle avait été amenée au coeur même du domaine ancestral des harfangs des neiges. La première chose qu'elle remarquait était l'étrangeté du décor. D'abord, un sol composé de nuage à perte de vue, lui envoyait des vibrations d'insécurité certaine. Curieuse de nature, elle se demandait ce qu'il pouvait bien y avoir sous ceux-ci, mais elle n'avait en même temps pas envie d'aller y jeter un coup d'oeil. N'ayant pas elle-même la capacité de voler, elle se retrouverait sans doute face à un vide infini qui mettrait fin à ses jours. Enfin, c'était là que se portait son imagination, car dans les faits, elle n'en n'avait absolument aucune idée. L'autre étrangeté du paysage était la présence de montagne dans les cieux. En effet, il y avait, ici et là, des montagnes enneigées et des plateaux rocheux flottant tout bonnement comme si de rien n'était. Ils ne partaient pas à la dérive, ils étaient là, dans une position géostationnaire. Cette vision lui coupait littéralement le souffle.

Se laissant porter par son interlocutrice, Misaki n'avait pas d'autre choix que de faire confiance aux caprices du harfang qu'elle venait de rencontrer. Ici, elle n'était plus du tout dans son élément – quoi que ne l'était pas tellement plus à flanc de montage. - Rapidement, elle fut amenée sur un plateau montagneux. Son taxi la déposait doucement au sol avant d'aller se poser un peu plus loin, la fixant du regard. Attendait-elle que la Chûnin prenne parole ? Elle n'osait pas. Elle n'était plus chez elle. Était-elle même capable d'articuler le moindre mot ? Face à cet endroit hors de l'ordinaire, elle était simplement bouche bé.

Du coin de l'oeil, elle aperçut un mouvement rapide. Instinctivement, elle tourna la tête afin de voir ce qui se passait et remarquait une silhouette au loin s'en venir vers elle. Silhouette qu'elle reconnut à mesure qu'elle se rapprocha d'elle. En effet, il s'agissait là d'un hibou qu'elle avait déjà croisé et qui s'en venait à toute vitesse. Elle avait déjà rencontré ce kuchiyose alors qu'elle discutait avec Yuki Toketsu. Le hibou était assez reconnaissable dû au fait qu'il portait des genres de lunettes d'aviateur sur le dessus de sa tête. Misaki se demandait encore comment ils tenaient en place et surtout... comment il avait mis ce couvre-chef alors qu'il n'avait pas de main...

[Tōshō] - Attrape Sukōru !
[Misaki] - Attrape Sukōru ?
[Sukōru] - ATTRAPE SUKORU ?!

L'étonnement s'emparait autant du visage de Misaki que du hibou nouvellement arrivé. Un sourcil levé, Misaki n'était pas certaine d'avoir bien compris ce que venait de lui demander son interlocutrice.

[Tōshō] - Tu dis vouloir prouver ta valeur. Attrape Sukōru !

Autant que Misaki avait de la difficulté à lire et comprendre cette Tōshō, autant Sukōru pouvait être lu comme s'il s'agissait d'un livre ouvert. Du peu d'interaction qu'elle avait eu avec cette créature, l'adolescente avait établi un portrait sommaire. D'abord rencontrée alors qu'il venait livrer une mystérieuse lettre à son cousin éloigné, Misaki avait pu remarquer qu'il possédait une vitesse nettement supérieure aux oiseaux de son espèce. L'attraper n'allait absolument pas être quelque chose de facile à faire. Par sa manière de tournoyer autour de la tête de la Chûnin, lors de sa première et seule interaction avec lui, elle avait déduit une personnalité impulsive et hyperactive. Si c'était quelque chose de possible chez les oiseaux... À vrai dire, elle ne savait que très peu de choses sur l'origine des Kuchiyoses et leurs développements.

De choisir ce genre d'épreuve la mettait dans une réelle situation désavantageuse. Premièrement, elle n'était pas très rapide elle-même. Elle avait côtoyé des shinobis, par le biais de son vécu comme kunoichi qui avait la capacité d'accélérer leur propre corps via l'ouverture de porte chakrique. Ce n'était pas quelque chose qu'elle était capable de faire. Deuxièmement, c'était sans doute un jeu que Sukōru appréciait, étant clairement fier de sa vitesse. Finalement, face à un tel défi, le premier réflexe de la Chûnin aurait été de rependre sa glace sur le sol afin de rendre les mouvements de celui qu'elle se devait d'attraper plus ardu. Sauf qu'il s'agissait d'un oiseau... capable de voler... qui allait juste ignorer sa technique en riant un bon coup. Misaki allait avoir du mal à l'attraper...

La petite chose ouvrit grand – ou pas – ses ailes avant de s'envoler directement devant le visage de la Chûnin.

[Sukōru] - Tu m'attrapera jamais!! Narguait-il en tirant la langue

La seule chose qu'il lui manquait, étaient des lèvres pour esquisser un sourire d'excitation de confiance. Misaki soupira face au défi qui se présentait devant elle. Derrière Sukōru, Tōshō leva une seule de ses ailes vers les cieux.

[Tōshō] - Tu as 24 heures.

En finissant sa phrase, elle abaissa rapidement son extrémité, indiquant le début de cette tâche colossale qui allait faire suer la fille des glaces. Rapidement, elle essaya de se saisir de l'animal qui était là, juste devant son visage, alors que celui-ci évitage le geste d'un coup d'aile fluide et rapide.

[Sukōru] - HAHAHAHA! Raté!!! Hurlait-il... fier de lui-même.

Son attitude commençait déjà à énerver Misaki. Comment allait-elle s'en sortir face à cette preuve? Avait-elle même les capacités pour parvenir à attraper cette bestiole au comportement enfantin?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 16:20
D'importantes quantités de sueur perlaient sur le front de la Chûnin. Ses vêtements, ainsi que ses cheveux, en étaient presque complètement imbibés. Les deux mains sur les genoux, le corps arqué vers l'avant, l'adolescente essayaient tant bien que mal de reprendre son souffle. Se posant sur son dos comme si de rien n'était, l'harfang aviateur éclatait de rire. Puis, à l'aide de son aile droite, il s'essuya une larme inexistante sur le côté de son oeil, comme pour en rajouter à l'humiliation, comme si la difficulté qu'avait la Chûnin à l'attraper le faisait pleurer de rire – sauf qu'étant un hibou... ce n'était pas quelque chose de possible -.

[Sukōru] - Tu devrais abandonner et retourner chez toi! Tu ne m'attraperas jamais.

L'abandon n'était pas un concept bien présent chez la Chûnin. Elle était bourrée de défaut et de chose à travailler, mais la persévérance était définitivement l'une de ses qualités les plus importantes. Si elle venait à échouer à devoir retourner chez elle bredouille, ça serait parce que le délai imposé par Tōshō arriverait à échéance et pas parce qu'elle aurait simplement tourné les talons sur ce défi de taille.

Se laissant tomber sur le ventre, la créature ailée quittait son perchoir pour aller se poser un peu plus loin. Misaki venait d'utiliser près de douze heures à courir en rond après cette bête qui l'agaçait particulièrement. La personnalité de la Yukijine était particulièrement incompatible avec l'hyperactivité de Sukōru et à cela s'ajoutait la frustration de n'être rien d'autre une simple distraction pour cette volaille atypiquement rapide. Soupirant profondément, la fille des glaces ferma les yeux quelques secondes. Il lui restait encore un peu plus de douze heures avant la fin de l'épreuve et elle était complètement épuisée. Elle souhaitait profiter de quelques minutes de repos afin de réfléchir à une tactique pour venir à bout de cette bestiole. Bien entendu, il s'agissait là d'un luxe qu'elle ne pourrait pas avoir puisque, quelques instants plus tard, le harfang aviateur s'était rapproché de la Chûnin pour venir lui donner des coups de bec.

[Sukōru] - HELLLLLOOOOO? Réveille-toi? Si tu penses que je vais te laisser dormir.

Inspirant profondément, Misaki regroupa toute la patience qu'elle avait pour ne pas réagir impulsivement. Sachant pertinemment qu'elle ne pourrait pas l’attraper, malgré la distance qui les séparait, elle se refusait de tomber dans son piège et de répondre à sa provocation. Cependant, alors qu'il lui tapait de plus en plus vite sur le crâne, l'adolescente eut une épiphanie. Une idée grandiose qui allait lui permettre de mettre un terme à ce duel et pouvant lui assurer une victoire certaine. Elle ouvrit, les yeux, essayant de l'attraper au passage, sans grand succès.

[Sukōru] - HAHAHAHA! Raté!!! Hurlait-il encore,

Sans le savoir, il venait de tomber dans le piège de la Chûnin. Il était clair pour elle qu'elle n'arriverait jamais à l'attraper directement. Elle allait devoir faire preuve d'ingéniosité et utiliser le tempérament de son adversaire ailé contre lui. Le seul défi? Elle avait particulièrement envie d'en faire du poulet frit et elle allait devoir utiliser toutes les onces de sa patience et même plus encore.

[Misaki] - Bon... On a encore le temps, laisse moi me reposer un peu...

Prononçant les quelques mots de sa provocation cachée, Misaki se releva et s'installa en seiza. Juste avant son départ pour les terres enneigées de son pays natal. La Chûnin des glaces avait passé plusieurs jours au cœur de la bibliothèque dans une quête personnelle en lien avec les mudras et le Rinton. Elle avait fait plusieurs découvertes intéressantes, surtout en ce qui concernait la méditation et les mudras originales. Ceux existant avant l’apparition du chakra. S'ils n'avaient pas ou très peu d'utilité présentement, leur forte racine méditative avait offert à la Yukijine l'idée du siècle pour son duel.

Misaki fermait les yeux. Son plan était simple, mais dépendait de beaucoup de facteur afin d'y parvenir. Elle avait émis comme théorie, dans les journées passées à se renseigner sur les mudras et leurs origines, qu'il était sans doute possible d'étirer dans le temps la création d'une technique en ralentissant la vitesse à laquelle une série de mudras était réalisée. En gros, qu'il n'était pas nécessaire de réaliser rapidement les signes, comme elle avait toujours fait. C'était une idée qu'elle avait trouvé bien sotte sur le coup, puisque son application était plutôt inexistante en situation de combat, mais qui avait une certaine valeur ici. Le problème avec ça, sa tactique dépendait d'une théorie qu'elle n'avait jamais testée. Il y avait aussi le fait que, pour que ça fonctionne, à partir du moment où elle réalisait son premier mudra, elle allait devoir faire preuve d'une concentration irréfutable. Elle allait devoir malaxer en permanence son chakra afin de ne pas perdre l'effet du ou des gestes sur son propre chakra. La moindre distraction lui faisant perdre cette concentration allait complètement ruiner ses efforts... et Sukōru allait, sans le savoir, représenter un énorme danger à son plan puisqu'il semblait adorer venir picosser la Chûnin.

– Chèvre... Réalisant son premier mudra, Misaki inspira profondément tout en gonflant sa gorge. Elle avait dans son répertoire une technique qui lui permettrait sans doute d'attraper l'oiseau en plein vol. Encore fallait-il qu'il soit très près de Misaki et qu'elle parvienne à le surprendre. Une simple fraction de seconde de surprise suffirait à attraper cette boule de plume. Alors qu'elle réalisait le premier signe de sa longue série, le hibou recula rapidement, craintif de ce qu'allait relâcher la Chûnin. Il n'était pas complètement con non plus, il savait reconnaître les signes incantatoires des shinobis. Cependant, alors qu'il croyait qu'elle allait enchaîner d'autres mouvements des mains, il tournait à son tour la tête en signe d'incompréhension. Il y avait sept signes nécessaires à la réalisation de sa prison de glace. Il lui restait une douzaine d'heures avant la fin du délai...

[...]


– Chien... Dernier signe de sa longue série, il lui restait maintenant une quarantaine de minutes à son défi. S'il avait été facile, au début, de garder sa concentration, ce n'était plus le cas maintenant. Au départ, le harfang aviateur était resté méfiant de la Chûnin et n'osait pas trop s'en approcher. Offrant ainsi du repos à la Chûnin qui n'avait pas à gérer les coups de bec incessant et les cris de la créature juste à côté de son oreille. Enfin, ça avait été le cas pour les trois premiers signes de sa technique, puisque le plan de Chûnin avait semblé avoir fonctionné. Sans doute qu'au bout de quelques heures à voir que rien n'arrivait, il avait fini par se dire qu'elle ne faisait que méditer. Son tempérament impulsif était d'ailleurs en train de prendre le dessus. D'abord complètement ennuyé par la décision de la Chûnin, il avait essayé tout ce qu'il pouvait pour aller chercher une réaction chez elle. Des coups sur le front, des cris dans les oreilles, des chatouillis sous le nez avec ses plumes, il lui avait même sauté sur la tête...

Imbu de lui-même, il était là, couché sur les jambes de la Chûnin prête à s'envoler dès les premiers signes de mouvement de l'adolescente, cherchant à provoquer une réaction de la part de l'adolescente. S'il lui était possible dès maintenant de relâcher sa technique, elle choisit d'attendre le moment opportun. Alors que le délai touchait à sa fin, la garde de son adversaire s'affaiblissait. Tout au long de sa longue série de signes, Misaki avait accompagné sa méditation d'important mouvement de respiration tout en gonflant sa gorge. La technique qu'elle s'apprêtait à relâcher demandait une concentration de chakra Hyôton dans sa gorge et elle voulait s'assurer qu'il ne perçoivent pas ce geste inhabituel d'inspiration comme une menace, puisqu'elle l'avait couplé à son plan.

Inspirant pour la dernière fois, elle malaxa son chakra jusque dans sa gorge. Ouvrant rapidement les yeux, elle relâcha sa technique en direction de la bête arctique qui s'envola avec un petit délai, ne se doutant pas de ce qui s'en venait. S'il avait réussi à éviter une technique normale, la prison glaciale que venait de relâcher Misaki n'était pas typique. En effet, la glace se déplaçait plus rapidement que la grande majorité des jutsus de son répertoire et couplé à l'effet de surprise, elle piège sans trop de difficulté la créature ailée, quelques instants avant la fin du délai.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 16:23

Il s'en était fallu de peu, mais Misaki était parvenu à emprisonner ce petit chenapan de Sukōru. Ayant utilisé les faiblesses dans la personnalité et le caractère de son adversaire, elle était parvenue à lui tendre un piège par le biais de ses propres forces. Véritable conflit entre la patience de la fille de glace et l'impatience de l'oiseau arctique, Misaki aurait tant aimé pouvoir tenir, dans la paume de ses mains, le petit tas de glace qu'était devenu le harfang aviateur. Malheureusement, devant maintenir un mudra, il s'était simplement écrasé au sol et avait roulé à quelques mètres de l’adolescente. Elle lui avait laissé la tête libre, lui permettant de parler et surtout, de continuer à respirer. Le froid engendré par la glace de Misaki ne semblait d'ailleurs pas le gêner plus que ça.

[Sukōru] - Misaki... urg... grrrr hululait la bête nocturneLaisse... moi...[/i]

Il se débattait comme jamais, ce qui nourrissait en Misaki son petit sentiment de vengeance personnelle face aux diverses humiliations qu'il lui avait fait vivre dans les derniers 24 heures. Elle ne comptait pas le garder sous son emprise bien longtemps de toute façon... Juste quelques secondes le temps de savourer cette victoire bien méritée...

Le sourire au visage, la Chûnin relâcha le mudra du coq, nécessaire à la solidité de sa technique. L'oiseau s'extirpa bruyamment de son cercueil glacé. Ses plumes, toutes ébouriffées par l'effort que ça venait de lui demander, rajoutaient au moment cocasse et au sentiment d’accomplissement qui envahi Misaki. Cependant, cette victoire ainsi que son sourire béant, tourna rapidement alors que Tōshō, restée silencieuse jusqu'ici, s'était avancée de quelques pas et avait ouvert quand ses ailes.

Un sentiment de panique envahi l'échine de la Chûnin. Sa gorge s’assécha et une quantité importante d'adrénaline s'était libérée dans ses veines. Un sentiment de peur s'était même envahi du hibou aviateur qui fonça le plus rapidement qu'il pouvait derrière cette créature de 10 mètres, les ailes prêtes à déclencher quelque chose auxquelles Misaki ne s'attendait absolument pas. Sans crier gare, la créature ayant apporté la Chûnin au cœur même de leur royaume prononça un seul mot avant d'abattre ses ailes en direction de Misaki.

[Tōshō] - Survie.

Une importante bourrasque de vent percuta la fille des glaces. Un véritable mur de vent qu'elle n'avait pas vu venir venait de la heurter de plein fouet, l'expédiant loin derrière elle. Était-ce là un deuxième défi ? N'avait-elle pas prouvé suffisamment sa valeur aux yeux des harfangs pour signer le pacte ? Ou bien était-ce là un simple jeu pour eux ? De véritables prédateurs en train de s'amuser avec celle qui serait devenue leur proie ? Était-elle tombée dans le piège d'une tribut Kuchiyose sadique ? Les harfangs étaient, après tout, de véritables prédateurs dans la nature. Misaki s'était-elle fait berner ?

U'ayant pas le temps d'y réfléchir plus, Misaki chassait rapidement cet élan inutile de pensé d'une grande gifle mentale. Elle venait d'être projetée par en arrière et il ne lui restait que quelques secondes de réactivité avant d'être envoyé dans le vide des îles flottantes. Elle qui, au tout début de son arrivée en ses terres ancestrales s'était demandé ce qu'il y avait sous les nuages, allait rapidement le savoir si elle ne faisait rien pour s'accrocher à la terre ferme et arrêter son momentum.

Ne possèdent pas d'aile, comme Arukisa ou les harfangs, elle n'avait pas le luxe de quitter la zone sur laquelle ses pieds étaient posés l'instant d'avant. Instinctivement, Misaki réalisa les seules mudras de la seule technique de son répertoire qui allait pouvoir l'aider, un minimum, face à cette situation. L'inconvénient était qu'elle allait payer le prix fort de cette technique, mais c'était toujours mieux que de mourir. Réalisant difficilement les quelques mudras nécessaires à l'activation de sa technique, Misaki cracha une importante quantité de glace dans la direction dans laquelle elle filait. Cette glace prit la forme d'un immense mur cristallisé qui n'attendait que de recevoir la Chûnin... avec violence.



Incapable de s'arrêter autrement, Misaki appréhendait déjà la suite des événements. Réalisant une dernière série de mudra, Misaki crachait une quantité importante de neige en direction de sa création. Cette dernière avait pour objectif d'atténué un tout petit peu l'impact. Son corps se crispait à mesure qu'elle se rapprochait. La seule chose qu'elle put faire fut de pivoter son dos afin de ne pas se prendre le mur en pleine face, mais bien en plein dos. Juste avant l'impact, elle ferma les yeux, priant une quelconque entité de survivre au choc et que son mur ne cède pas, l'envoyant valser vers une fin certaine... Pas qu'elle s'en rendrait compte. Elle put à peine sentir la fraîcheur de sa propre glace que sa vision devint noire...

[...]


Misaki avait complètement perdu connaissance au moment d'entrer en collision avec son mur. Elle gisait là, au pied sa propre création en train de fondre. Elle resta immobile quelques heures, tandis que les deux êtres ailés s'étaient rapprochés de son corps inerte. Si l'objectif avait été de la manger, tels les prédateurs qu'ils étaient, ils avaient une belle opportunité pour se laisser aller, mettant fin aux jours de la Chûnin... mais il n'en fit rien.

Ouvrant tranquillement les yeux, Misaki pouvait d'ores et déjà ressentir les effets de l'impact du mur sur son corps. Elle apercevait, au loin dans le ciel, des silhouettes d'oiseaux en plein vol, elle n'était pas morte. Enfin... si elle l'était, alors la mort faisait mal. Incapable de bouger le moindre muscle sans être percuté d'une intense douleur, elle avait préféré rester là, couchée au sol, le temps de retrouver un peu ses esprits. Elle avait non seulement mal au dos et à ses extrémités, mais aussi au front. En effet, alors qu'elle était inconsciente, Sukōru s'était donné un malin plaisir à venir picosser la tête de la Chûnin. Cherchait-il à la réveiller? Pour voir si elle était toujours vivante? Ou simplement à l'embêter, car elle avait réussi à le vaincre lors de leur duel?

[Sukōru] - BON MATIN! Hurlait-il en venant lui taper trois fois la tête avec son bec
[Misaki] - uuuuurg... Fut le son qui sortit de la Chûnin. Simple onomatopée ne voulant absolument tout dire

Relevant la tête en direction de l'endroit d'où elle s'était envolée. Elle put apercevoir que Tōshō la fixait en offrant une nouvelle rotation de 45 degrés à sa tête. C'était définitivement quelque chose avec quoi Misaki allait avoir de la difficulté à s'habituer.

[Tōshō] - Félicitation! Dit-elle en ramenant ça tête dans une position normal. Tu es digne!

Misaki aurait bien sauté de joie... mais elle ne pouvait que le faire mentalement. Bien heureuse d'entendre les quelques mots qu'elle avait tant attendus, elle se releva tranquillement, essayant de constater l'étendue de ses blessures. Elle avait quelques fractures aux cotes, mais sa colonne semblait épargnée. Elle n'allait donc pas finir paralysée pour le restant de ses jours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Yuki Misaki
Yuki Misaki

Le Clan des Harfangs Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 18:37

Le corps de la Chûnin pulsait de douleur dès qu'elle bougeait le moindre muscle. Si elle n'avait rien d'important de casser et que la neige avait en partie absorbé la violence de l'assaut de l'Harfang, Misaki n'y voyait quand même là qu'une demi-victoire. Elle n'était définitivement pas suffisamment préparée à son goût. Elle avait encore tant de choses a apprendre, tant de technique a développé et son affrontement avec Tōshō venait de cibler deux faiblesses que Misaki allait devoir travailler.

D'abord, elle ne disposait pas de technique adéquate pour éviter d'être propulsée par une technique. Sans doute serait-elle capable de combler ça par le biais d'une glace lui retenant les jambes au sol, voir même d'une technique Suiton usant du mucus. En soi, ça ne devait pas être des plus difficile. L'autre chose qu'il lui manquait, et ça avait été bien vu lors de sa perte de prise et sa tombé vers une mort certaine, était une technique pour lui permettre de survivre a une projection ou bien au simple fait de tomber de très haut. D'autant plus que son kuchiyose était capable de voler... Il n'était pas impossible de penser qu'elle finirait bien par perdre l'équilibre une fois ou deux.

Tournant autour d'elle, Sukōru finit par se poser directement sur sa tête avant de lui donner un coup de bec.

[Tōshō] - Pas si mal gamine, mais Toketsu aurait fait mieux.

Répliquait-il en la comparant à son cousin l'ayant amené vers les terres du pays de la neige. À l'aide de sa dextre, elle délogeait la créature en la poussant un peu. Énervée, elle quittait son nouveau perchoir, mais lui mordit un doigt au passage. Essayant de se relever, car elle était encore au sol, elle finit par s'adosser contre son mur de glace. Tenant son côté droit à l'aide de sa dextre, Misaki palpait pour évaluer l'étendue de la douleur. Définitivement brisé, ça allait lui compliquer le chemin du retour.

[Tōshō] - Grimpe.

Un simple mot dit avec toute la prestance de sa position. S'approchant de Misaki, Tōshō s'inclinait légèrement afin d'indiquer et d'aider Misaki à monter sur son dos. Posant une main au sol, Misaki se relevait du mieux qu'elle pouvait, grimaçant au passage à cause de la douleur. Mine de rien, la chûnin avait décuplé les entraînements au Taijutsu au point de posséder une endurance notable. Si elle ne s'en rendait pas nécessairement compte, sans doute ne se serait-elle même pas relevée de l'assaut précédent sans ça.

Dans tous les cas, elle finit par monter sur l'harfang de plusieurs mètres de haut. Sa montée n'était pas gracieuse, mais elle allait devoir faire avec. Ouvrant ses gigantesques ailes, la bête s'envolait tout en portant Misaki sur elle. Quanta Sukōru, il vient se poser une nouvelle fois sur la tête de la chûnin tout en lui donnant un coup de bec sur le front.

Parcourant les étendues surréalistes, Misaki posait son regard sur les montagnes et les plateaux volant ici et là. Ses pupilles valsaient sur les différents forment qui bougeait, tous des hiboux, tous des harfangs des neiges.

[Misaki] - Permettez-moi une question, mais vous semblez être plusieurs de votre clan ? Est-ce qu'il y a un chef ?
[Tōshō] - Non. répliquait-elle simplement.

Sans offrir d'avantage d'information, la confusion s'emparait de l'esprit de la Yukijine. Ouvrant la bouche afin de poursuivre avec une autre question moins... oui ou non... La bête sur le dessus de son crâne la prit de court.

[Sukōru] - Notre clan est très individualiste. Chacun est libre de faire comme il souhaite. Les plus forts prennent ce qu'ils désirent et les plus faibles n'ont d'autre choix que d'abdiquer... Ou d'être tellement rapide que les plus forts ne peuvent pas les manger. Dit-il en gonflant son sac d'air - en guise de torse.-
[Misaki] - Et pour le pacte, ça implique quoi ?
[Sukōru] - Que si tu souhaites invoquer d'autres représentants, il te faudra leur prouver ta valeur aussi... Si tu signes avec Tōshō, tu ne pourras qu'invoquer qu'elle.
[Misaki] - Et toi ?
[Sukōru] - Tu peux m'oublier. Je n'ai de pacte qu'avec Toketsu. Ne va pas croire que parce que tu m'as attrapé que tu es digne de mon pacte...

D'une certaine façon, Misaki s'attendait a une réponse de ce genre. D'autant plus qu'elle n'appréciait pas particulièrement la personnalité de Sukōru.

Arrivant près d'une pleine sur laquelle il y avait un petit bâtiment, Misaki ne pouvait que se poser des questions quanta sa construction. Les Harfangs n'avaient pas de main et pourtant, il y avait ce qui ressemblait à un petit lieu de prière clairement de confection humaine. Misaki savait qu'il existait d'autres façons de prouver sa valeur qu'une simple épreuve. Peut-être était-ce là la façon qu'un shinobi avait trouvée pour pouvoir signer un pacte avec les harfangs ?

[Sukōru] - Elle est belle la stèle de Toketsu ! ÇA, c'est être utile pour le clan !

Confirmait-il en gonflant encore une fois son sac d'air. D'un seul coup, Tōshō se posait directement devant la construction de son cousin. Au coeur du bâtiment reposait un rouleau au milieu d'un petit hôtel cérémonial. S'envolant de sur sa tête, Sukōru allait le saisir entre ses griffes pour l'apporter a Misaki.

Délicatement, Misaki le déroulait à l'aide de sa dextre. Posant son regard sur son contenu, elle pouvait voir une multitude de noms accompagnés d'une trace de sang pour chacun d'entre eux.

[Tōshō] - Signe. répliquait-elle simplement.

Déroulant le tout au complet, Misaki se mordit le pouce et signait le parchemin à l'aide de son sang, en plus d'ajouter la trace de son pouce à celui-ci, comme l'avaient fait les gens avant elle. Ensuite de quoi elle roulait le tout et allait le reporter elle-même au coeur de la stèle, offrant une prière et une inclinaison au parchemin avant de ressortir.

Tournant les talons, elle faisait face à Tōshō. S'inclinant respectueusement face à elle, deux mèches de cheveux dorées tombèrent le long de son visage. D'une voix douce et apaisée, elle offrit quelques mots sincères à la créature.

[Misaki] - C'est un honneur de signer un contrat avec vous. arigato gozaimasu, Tōshō-Sama.

Tournant la tête d'une quarantaine de degrés, l'Harfang lui répondit simplement.

[Tōshō] - Grimpe.

L'écoutant, Misaki grimpait une nouvelle fois sur son dos. Cette fois-ci, elle ne fut pas accompagnée par Sukōru. D'un grand mouvement d'aile, elle s'envolait, puis Misaki et elle disparut dans un nuage de fumée. Elle était arrivée entre les serres de la bête et était repartie sur le dos d'une amie.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal

Le Clan des Harfangs

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans la tête du clan (clan Yamanaka)
» Clan Gladiateur
» Clan Inuzuka
» Clan Hokazuka
» Clan Nara

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni, Pays des Neiges
Sauter vers: