Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki]

Metaru Hideko
Metaru Hideko

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Ven 3 Déc 2021 - 22:24
Missive :

Si froid… Il faisait si froid.

Hideko attendait là, sur la place principale du village, alors que le vent et la pluie battait le pavé dans un vacarme assourdissant, que son collègue du jour ne soit enfin arrivé.
Que faisait-il donc ? Et qu’elle idée de se donner rendez-vous ici par cette saison… Une erreur qu’on ne la reprendrait pas à deux fois.
Vêtue d’un épais manteau qui tombait jusqu’aux genoux, la protégeant ainsi des torrents qui s’abattaient sur elle, elle restait debout, fière, légèrement abrité sur le côté par la bâche d’une petite échoppe. Un vent faisait danser les gouttes, collant ci-et-là sur son visage sa cape humide, dont le tissu, bien que résistant, se gorgeait peu à peu d’eau. La morsure du froid l’avait d’abord prise aux mains et aux pieds. Elle s’étendait maintenant à ses jambes et à ses bras, menaçant de bientôt gagner le reste de son corps, mais elle ne bougerait pas ; bien trop fière pour abandonner sa position, bien que tout son corps et sa raison lui eurent crié le contraire.

Cette mission qui lui avait été confié différait totalement de tout ce qu’elle avait pu faire jusqu’alors. Ce genre de mission était le plus souvent confié à des shinobis plus expérimentés, ou membres de la fameuse unité spéciale : le Shin-Keikaimusho-Kai. Tout du moins elle l’imaginait, car cette unité n’était entourée que de légendes et les seules informations qui passaient à son sujet ne pouvaient être qualifié, au mieux, que de ragots et au pire de pure histoire fantasques.
Un travail de basse besogne… l’était-ce vraiment ? Avec la force qu’elle avait acquise grâce à l’Iroujutsu et les soins qu’elle pouvait apporter, elle était bien placée pour s’occuper de ces deux shinobis, dont on ne savait pas si c’était le corps ou l’esprit qui avait été corrompu… voire les deux.
La missive parlait aussi de l’hypothèse d’un poison, art qu’elle était loin de maîtriser à la perfection, mais qui ne lui était pas non plus inconnu.

Yamanaka Shinji… elle connaissait l’homme de nom et de visage, mais jamais encore elle n’avait eu l’occasion de servir sous ses ordres. Servir, toujours servir… le village la jugera-t-elle donc un jour à sa juste valeur ? Lui confiera-t-elle une mission digne de son honneur ?
Au fond d’elle-même, elle espérait de tout cœur qu’il ne fasse pas parti de ceux qui la clouaient au pilori sans rien savoir d’elle, mais cela, seul le temps le dirait. Un temps qui se faisait long, en cette matinée d’automne plus que capricieuse.

Plongée dans la pénombre, son ombre étirée par les maigres lumières qui brulaient des chaumières, elle observa, la tête penchée, la place.
Personne.
Puis elle jeta un rapide coup d’œil aux ruelles qui se retrouvaient en ce lieu.
Personne.
Jusqu’à ce qu’enfin, une silhouette ne se fut dessinée et rapprochée d’elle. Quand elle arriva à son niveau, elle attendit que @Suzuri Mizuki s’eût présentée, puis en fit de-même.

« Je suis Hideko. Allons directement à l’Institut, nous parlerons là-bas. » Dit-elle sèchement.


Tous deux, sans un mot de sa part, se mirent donc en route vers l’Institut, le lieu où l’objet de la mission qui leur avait été assigné les attendait.



Dernière édition par Metaru Hideko le Mer 22 Déc 2021 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Sam 4 Déc 2021 - 16:05
Ce jour-ci, le village caché des Nuages portai bien son nom. Une pluie battante et un vent au froid mordant accompagnés chacun des pas de la shinobi aux cheveux argentés vers sa destination. Il n’y avait pas foule dans les rues du village et les rares personnes qu’elle croisa furent les malheureux contraints de quitter la chaleur de leur foyer pour accomplir quelques tâches qu’ils ne pouvaient repousser à plus tard. Malgré la lourde cape dans laquelle elle s’emmitouflait, le froid et l’humidité s’insinuaient en laissant une désagréable sensation. Mizuki pressa le pas, pressée de rejoindre la place où le rendez-vous avec son équipier pour cette mission qui exigeait d’elle qu’elle brave les éléments. Qui plus est on l’avait mandaté pour une mission de rang B, un fait qui ne manquait pas d’intriguer la jeune femme au vue de sa relative inexpérience. Certes elle allait opérer sous la supervision d’un chunin et d’un genin plus expérimenté mais elle se demandait ce qu’elle allait pouvoir apporter comme aide. A moins qu’elle ne soit là pour faire office d’agneau sacrificiel si les choses tournaient mal... Néanmoins, hors de question de ne pas se montrer à la hauteur surtout alors qu’il s’agissait de venir en aide à des compatriotes en détresse.

Masquée par les intempéries la jeune femme se porta au niveau de son partenaire, qui se révélait au passage être une partenaire.

« Suzuri Mizuki. Je vous suis », répondit-elle d’un ton égal à Hideko accompagné d’un léger hochement de tête, notant au passage le ton sec de la genin. Avait-elle déjà commis un impair ou l’autre était-elle comme ça avant tout le monde ?

Sans un mots de plus, les deux shinobis rejoignirent l’Institut. C’était la première fois que Mizuki y mettait les pieds et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bâtiment en imposait avec ses trois étages. Se remémorant les quelques informations qu’elle avait potasser avant de venir, la jeune Suzuri se rappelait que les deux premiers étages étaient occupés par un hôpital et que le dernier était dédié à la recherche. Masqués dans la pénombre de l’éclairage public, on pouvait également deviner les structures massives des serres où les biologistes et médecins faisaient pousser diverses plantes aux usages variés. Une fois à l’abri dans le bâtiment, Mizuki fit glisser sa cape détrempée et passa une main dans ses cheveux humides pour les attacher. Inutile de les avoir plaqués contre le visage, c’était plus une gène qu’autre chose.

« Et maintenant ? A quelle étage devons-nous retrouver Yamanaka-sama ? »
, demanda-t’elle après avoir pris quelques secondes pour profiter de la douce chaleur du hall d’entrée, son regard glissant vers les escaliers montant aux étages.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Metaru Hideko
Metaru Hideko

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Sam 4 Déc 2021 - 23:10

Le pas battant les pavés, elles progressèrent dans ce déluge, tentant ci-et-là de trouver un court refuge sous une toiture, ou une avancée de toile. L’eau s’accumulait sur la route et coulait vers le bas du village, dont la terre, sans nul doute, ne parviendrait aucunement à la drainer. Non, cette eau s’accumulerait dans les rivières et canaux du village, qui, à sa sortie, plus en amont, se rejoignaient, formant ainsi un puissant torrent qui s’écoulerait dans la plaine.
Par ce temps, il ne faisait pas bon s’engager sur les routes qui menaient au village.
Durant leur traversée, elles ne rencontrèrent presque personne avant d’arriver à bon port. Qui serait donc assez fou pour sortir par un pareil temps ? A moins qu’il n’ait d’autres choix.
Quand elles s’approchèrent de l’Institut, les lumières qui s’échappaient des entrailles de l’imposant bâtiment faisaient l’effet d’un phare dans la nuit. Elles y pénétrèrent hâtivement, puis s’arrêtèrent dans l’entrée, une fois le proche passé. Là, Hideko retira sa capuche, découvrant ainsi son visage. Les traits serrés, les cheveux humides, plaqués, elle y plongea sa main afin de leur redonner du volume et les jeta en arrière. Puis elle retira ensuite sa cape et la conserva sous le bras, pliée à l’envers.



« Maintenant ? On descend. » Lui répondit-elle. « Ce genre de cas n’est pas pris en charge dans les étages supérieurs, mais dans les sous-sols. »

Hideko regardait maintenant son interlocutrice et collègue dans les yeux, découvrant ainsi cette jeune femme à la peau blanche et aux cheveux argentés ; des traits que toutes deux partageaient.

« Suivez-moi. »

Elle se rapprocha de l’accueil, interpellant là la personne qui gardait l’entrée, puis les présentèrent toutes deux et expliqua la raison de leur venue. L’hôte leur indiqua le numéro de salle, ainsi que le chemin à parcourir, chemin que Hideko connaissait déjà et ne prit pas le temps de réécouter. Elle le remercia, le coupant ainsi dans ses explications, puis ouvrit le chemin, s’engageant dans un premier couloir.
Dans ce dédale qui se dressait ainsi devant eux, Hideko les dirigea avec aisance, signe qu’elle commençait à bien connaître les recoins de cet institut. Tout d’abord les étages supérieurs en tant que patiente. Des étages dans lesquels elle avait passé l’année précédente, ainsi qu’une partie de celle-ci, allongée dans un lit d’hôpital, se battant pour survivre, envers et contre tout. Ensuite, en tant qu’apprentie, tantôt en haut, tantôt en bas, en fonction de ce qu’on lui enseignait. Tout semblait ainsi la ramener à cet endroit, fort en souvenir, en joies et en souffrances.

L’heure n’était cependant pas à la nostalgie, mais à l’action et ce dont avait besoin Hideko, c’était de connaître les capacités de sa camarade, tout comme cette dernière devait l’apprendre à la connaître.

« Vous êtes donc une Suzuri… Que maîtrisez-vous donc à part votre pouvoir clanique ? »

Lui demanda-t-elle, bien moins froidement que lors de leur première rencontre, avant de continuer aussitôt sans lui donner le temps de répondre.

« Je maîtrise le Kinton et suis apprentie Eiseinin. »

Des indications qui justifiait parfaitement sa présence, mais qu’en était-il pour Mizuki ?



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Dim 5 Déc 2021 - 10:51
Mizuki prit quelques instants pour observer son interlocutrice tandis qu’elle se débarrassait de sa cape et la plier soigneusement, la conservant sous le bras. Difficile de faire abstraction de certaines caractéristiques que toutes deux partageaient, à savoir une peau pâle et des cheveux tirant vers l’argent. Était-ce un hasard ou le grand manitou chargé de l’affectation des missions l’avait-il fait exprès ? Néanmoins la comparaison entre les deux femmes s’arrêtaient là : à la différence de Mizuki, Hideko semblait parfaitement à l’aise dans cet endroit et sûre d’elle. Une assurance que la jeune Suzuri ne pouvait qu’envier à cet instant précis. Mais surtout… son aînée savait où se rendre, elle !

« Les sous-sols ? Mais... », commença-t’elle, ne comprenant pas où Hideko voulait en venir. S’il y avait des malades à traiter, la logique voulait qu’il soit dans une des chambres de l’étage et pas dans les sous-sols qui ne devaient contenir, à priori, que la machinerie qui permettait à l’Institut de fonctionner.

Son interrogation fut cependant coupée courte par une injonction brève mais indiscutable lui intimant de la suivre. Trottinant derrière Hideko, Mizuki pu constater que cette dernière ne semblait pas vraiment s’encombrer de politesse, à moins qu’elle ne fut particulièrement pressée. La jeune femme se laissa guider dans les couloirs de l’Institut jusqu’à une porte à l’aspect anodine révélant un escalier qui, celui-ci, semblait mener dans les profondeurs de l’Institut. Une lumière blafarde éclairait les marches, donnant un aspect peu accueillant à tout ceci, probablement en vu de décourager une personne qui se serait égarer d’emprunter cet escalier. Mais Hideko n’était visiblement pas une personne égarée.

« Et bien je maitrise l’Inkuton bien entendu. J’ai également des bases dans la maîtrise du Doton et du Fûinjutsu. Et je me débrouille bien quand il s’agit de faire des nœuds.», répondit-elle à Hideko dans une tentative de pointe d’humour alors qu’elles descendaient et arrivèrent devant une large porte à double battants. « Oh et je peux aussi créer des clones. », ajouta-t'elle.

A bien y penser, sa partenaire avait toute sa place ici mais ce n’était pas vraiment son cas. Ou alors il lui manquait un élément important pour comprendre pourquoi on l’avait également affectée sur cette mission.

Les portes glissèrent sur leurs rails sans un bruit, révélant un couloir d’une propreté immaculée et fort convenablement éclairé. Il n’y avait là aucune lourde machinerie comme Mizuki s’y attendait mais bien au contraire des pièces de part et d’autres de ce couloir où, à travers les baies vitrées, on pouvait voir des laborantins travaillaient avec des gestes précis et méticuleux. La jeune femme fronça les sourcils, encore un peu plus perdue.

« Est-ce que c’est ce que je pense ? », demanda-t’elle en se tournant vers Hideko. « Les locaux de l’unité scientifique ? », cru-t’elle bon de préciser. Un endroit à l’accès restreint où, à priori, elle n’avait pas à mettre les pieds contrairement à Hideko.

C’est ce moment que choisi une silhouette pour sortir d’une salle et se dirigeait tout droit vers elles. Mizuki croisa les doigts pour que ce soit le chunin censé les superviser.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Metaru Hideko
Metaru Hideko

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Mer 22 Déc 2021 - 19:59

L’encre, les sceaux et la maîtrise de la Terre. Rien, qui dans le cadre de cette mission, ne se révéla particulièrement utile. Était-ce donc par simple nécessité de formation que Mizuki avait été choisie ? Car dans le cas contraire, autant le faire seul et ne pas perdre de temps avec elle.
Hideko jeta un rapide coup d’œil derrière son épaule, observant Mizuki, tout en continuant son chemin.

Quand elles furent arrivées dans le couloir où se trouvait une partie des laboratoires, visibles grâce aux vitres qui laissaient entrevoir les différents travaux réalisés, Mizuki montra une certaine surprise.

« Une partie, oui. »

Car l’unité scientifique continuant plus encore dans les sous-sols, certains accessibles, d’autres plus difficilement, voire certains que seules quelques personnes au village devaient avoir connaissance.
Une silhouette sortit alors d’une salle en fond, s’approchant d’elles d’un pas décidé.

« Bonjour. »

Hideko salua l’homme et il en fit de même en retour, passant à côté d’elles sans s’arrêter.

Arrivé au bout du couloir, Hideko tourna une dernière fois à droite, s’enfonçant dans un nouveau couloir blanc, d’épaisses portes jalonnant chacun de ses côtés à espace régulier. La lumière blafarde qui l’illuminait était le signe qu’ils étaient au bon endroit car après tout, la mise en scène pour un interrogatoire était primordiale.
A la troisième porte à droite, Hideko s’arrêta, mais elle n’eût le temps d’ouvrir que la poignée se déroba sous sa main, dévoilant un homme derrière elle.

« Metaru Hideko je suppose ? » Il se pencha légèrement, observant la femme qui se tenait à sa gauche. « Suzuri Mizuki ? »

« Oui. » Répondit simplement Hideko.

« Bien, entrez, on vous attendait. »

Sur ces mots, Hideko entra sans tarder dans une petite pièce, sorte de sas qui se composait de deux portes, une de chaque côté. L’homme devait s’être informé sur son sujet, sans quoi il n’aurait pas su qu’elle était une Metaru, car jamais elle ne se présentait ainsi. Dans cette pièce bien illuminée se trouvait des chaises, une table ainsi que tout le nécessaire pour rester ici de longues heures à travailler.
L’homme, âgé d’une vingtaine d’année, les invita à s’assoir et en fit de même. Il était vêtu de vêtements noirs, près du corps, de sorte qu’il eût été difficile de les attraper, son bandeau accroché bien en évidence sur son front, dissimulant la chevelure d’or qui tombait jusqu’à ses épaules. Les traits équilibrés, il avait tout pour plaire et ce malgré qu’il eût été difficile de plaire à Hideko.



« Je suis Yamanka Shinji. Vous avez reçu le briefing, hein ? Moi et mon collègue on enquête sur ces deux gars depuis quelques jours déjà, mais pour l’instant c’est chou blanc. J’ai fait appel à vous pour avoir un peu d’aide, car il faut que j’aille plus profond dans leur esprit, mais ce n’est pas sans risques, surtout qu’ils ne se laissent pas faire… »

Il les regarda tour à tour, observant leurs réactions, tout signe de doute, de crainte, ou au contraire de confiance.

« Vous pensez pouvoir être à la hauteur ? »

« Vous nous posez vraiment cette question ? » Répondit Hideko, agacée. « Vous avez déjà votre idée sur le sujet et si le village nous a choisi, c’est que la réponse est oui. »

Elle se retint de renchérir, au risque de donner une mauvaise opinion d’elle, quoi qu’elle n’en avait cure.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Jeu 30 Déc 2021 - 17:17
Pour tout dire, Mizuki se sentait un peu bête et pas franchement à sa place ici tandis qu’Hideko… et bien qu’Hideko savait parfaitement où elle se rendait et était de toutes évidences parfaitement à son aise ici. Ou, tout du moins, c’était l’impression qu’elle donnait et l’image de force intérieure que la shinobi plus expérimentée renvoyait vers sa cadette. L’homme que Mizuki avait cru être leur contact passa à leur niveau sans s’arrêter et la jeune Suzuri se sentit encore plus minable.

*Si je ne suis même pas capable de reconnaître un chunin, je ne vais pas lui être d’une grande aide !*, songea-t’elle avec une pointe d’amertume.

La jeune femme aux cheveux argentés ne dit pas un mot de plus tandis qu’elle suivait docilement Hideko dans un couloir à l’éclairage blafard. Elle marqua un petit temps d’arrêt, ressentant comme un malaise et toujours cette sensation d’être observé. Du coin de l’oeil, elle aurait juré voir une ombre bougeait de son propre chef ! Secouant la tête et chassant ces pensées négatives de son esprit, Mizuki rejoignit sa partenaire d’un pas rapide. L’une des porte, la troisième sur la droite, s’ouvrit à leur approche. Un homme les invita a entrer et Mizuki, frappée par sa beauté, se contenta d’un hochement de tête quand il les salua. Une fois les présentations faites, la jeune femme coula un discret regard vers Hideko… Curieux, elle ne s’était pas présentée comme une Metaru. Néanmoins la jeune shinobi s’abstint de tous commentaires à ce sujet.

Elle écouta attentivement Yamanka Shinji tandis qu’elle réalisait que le côté abstrait de la missive du conseil qui l’avait amené ici devenait désormais bien concret. Deux autres shinobis au service de Kumo avait réellement besoin de leur assistance et c’est ce qui lui fit hausser un sourcil lorsque Hideko commença à s’emporter quand Shinji leur demanda si elles se sentaient à la hauteur. Elle ignorait tout de la jeune femme mais vu le regard qui lui lança le chunin, il ne semblait guère appréciait le ton de sa réponse.

« En effet, Yamanka-sama, nous sommes prêtes à apporter notre contribution et à vous prêter assistance dans cette mission. », intervint-elle d’une voix calme et posée comme son tuteur le lui avait appris lors de son éducation à l’étiquette au domaine Suzuri.

« Pourrions-nous, afin de pouvoir vous aider au mieux, en savoir plus sur la mission de nos deux confrères ? »

Le chunin sembla se détourner d’Hideko et plongea son regard dans celui de Mizuki. La jeune femme ne détourna pas les yeux, soutenant le regard inquisiteur du chunin avant que celui-ci n’esquisse un très léger sourire et ne se désintéresse de sa petite personne.

« Fort bien. Nara Ikudo et Togo Hitomi, voici leurs noms. », commença-t’il en ouvrant un tiroir et en en sortant deux pochettes cartonnées contenant les dossiers des deux victimes. « Ils se connaissent depuis l’académie et travaillent très régulièrement ensemble. Leurs spécialités sont l’infiltration à l’extérieur de nos frontières ainsi que les acquisitions de biens exotiques. Ils revenaient d’ailleurs tout juste de mission dans une région peu explorée quand le mal les a saisi. » Il marqua une petite pause, indiquant sur une carte qu’il déroula d’un étui à parchemin une petite région marécageuse non loin de la frontière nord. « Ce qui est déjà curieux, c’est que leur affliction ne se soit déclenchée qu’après leur retour de Kumo. »

D’un geste, il invita les deux femmes à le suivre devant l’une des deux autres portes de la pièce. Après qu’il eut posé sa main sur un sceau situé près de la dite porte, un pan du mur devint translucide et dévoila une autre pièce plus semblable à une cellule d’isolement qu’autre chose. Un homme d’aspect banal s’y tenait, le genre de personne que l’on croise dans la rue tout les jours sans se retourner. Rien ne le distinguait de la foule des anonymes, le rendant parfait pour s’infiltrer où bon lui semblait.

« Voici Nara Ikudo. Ce mur de chakra fonctionne comme une vitre sans teint, si bien qu’il ne peut ni nous voir, ni nous entendre. Sa partenaire se trouve dans l’autre cellule. »

Mizuki observa plus attentivement l’homme mais elle devait bien admettre qu’elle ne voyait pas bien ce qu’elle pouvait faire pour l’aider. Il semblait au demeurant bien calme… Jusqu’à ce qu’il tourne son visage vers le trio, dévoilant des yeux dont les pupilles étaient devenus complètement noirs. La jeune femme eut un frisson de peur et reculant instinctivement d’un pas.

« Malgré cela, il semble parfaitement en mesure de sentir notre présence. », dit le chunin avant de se tourner vers Hideko, l’air grave. « Nous avons tenté de les sédater mais sans succès et nous avons déjà eu bien du mal à les séparer. Comme la si bien souligné votre partenaire, votre assistance est requise. De plus, je n’aurai pas demandé vos services si je n’estimai pas que vous étiez prête, Hideko. », continua-t’il d’une voix calme. « Je me chargerai de l’extraction des souvenirs. Hideko, à vous la partie médicale. Mizuki, la partie la plus difficile vous attend. Je vais vous demander de mettre de côté la bonté qui habite votre coeur pour nous protéger et neutraliser les patients s’ils deviennent agressifs. Des questions ?»

Mizuki ne répondit rien, encore abasourdie par la responsabilité que l’on faisait peser sur ses épaules et se contenta de lancer un regard vers Hideko.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Metaru Hideko
Metaru Hideko

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Jeu 30 Déc 2021 - 22:02

Sa voix posée et son ton calme avaient tout pour apaiser les tensions, même celles de Hideko, ce qui n’arrivait pas souvent.
Elle demanda ensuite à en savoir plus sur la mission, ce à quoi acquiesça Shinji, non sans jauger celle qui venait ainsi d’intervenir, alors même qu’elle était la plus inexpérimenté du groupe. Une jeune fille qui ne manquait pas de courage et d’un brin de clairvoyance.
Ainsi elles purent apprendre le nom des deux patients ainsi que leurs histoires respectives, le cadre dans lequel ils avaient été atteint par ces étranges maux. Cependant, leurs spécialité et l’environnement dans lequel ils évoluaient était sans aucun doute possible là où la cause de leurs maux se trouvait. Était-ce une maladie inconnue des terres lointaines ? Un empoisonnement par un aliment ? Ou de l’eau ? Les raisons étaient nombreuses et il n’était au fond pas si étonnant que leurs symptômes se soient déclenchés à leur retour, cela signifiait certainement que ce mal avait besoin d’une période d’incubation pour se développer.

« Ce n’est pas forcément anormal, si l’on part du principe que c’est une maladie, ou un parasite, qui a un temps d’incubation. »



Le cadre posé, tous trois se levèrent et se dirigèrent vers la pièce de gauche. Là, Shinji posa sa main contre le mur, qui disparut aussitôt, comme s’il devenait transparent, laissant apparaître un homme dans une pièce ressemblant à une cellule d’isolement, dont les murs capitonnés absorbaient les bruits et l’empêchaient de se blesser.
Nara Ikudo… Un membre du clan Nara ? Voilà qui était encore moins anodin. Alors qu’elle l’observait, elle vit Ikudo tourner les yeux vers eux, regardant dans leur direction, comme s’il avait senti leur présence, leurs regards. Des yeux complètement noirs, comme si elle se plongeait dans un abime sans fond. Sur cette pensée, elle ne put se retenir un léger mouvement de recul, quoi que bien plus discret que celui de sa comparse qui semblait elle aussi dérangée par ces yeux.

« En effet… Il a l’air de sentir que nous sommes là, que nous le regardons… Comme s’il avait activé une de ses techniques ou alors que ses yeux pouvaient percer les murs. » Répondit-elle.



Les sédatifs ne fonctionnant pas, elle comprenait maintenant pourquoi ils avaient besoin de bras pour les maintenir pendant que Shinji opérait, cherchant dans son esprit des réponses à toutes ces questions.
Ainsi il donna son plan initial, qui consistait en elle se chargeant des soins, tandis que Mizuki se chargeait de le maintenir sur place. Shinji leur demanda si elles avaient des questions, ce à quoi Hideko répondit aussitôt.

« Ont-ils une force plus développée que la normale ? Ou un sens ? Avez-vous remarqué d’autres comportements ou phénomènes étranges ? »

« Des comportements étranges, ça oui, mais rien qui ne pourrait entraver nos recherches. »

« Je vois… Mizuki. »

Hideko se tourna vers sa collègue, attirant son attention.

« Je peux entraver ses jambes et ses bras avec l’une de mes techniques, mais il faudra quand même maintenir son corps et sa tête s’il bouge trop, afin qu’il ne s’auto-mutile le moins possible. Pendant ce temps, je soignerai les blessures qu’il se fera le plus rapidement possible. »

Elle ne chercha là pas l’accord de Shinji, qui paru agacé par cette prise de décision, bien qu’il n’intervînt pas, soulignant de fait la pertinence de son idée.

Tous trois entrèrent donc dans la pièce. Ikudo continua de les fixer, blottit contre le mur, comme un animal ne pouvant pas s’enfuir. Puis quand ils se furent assez approchés, il bondit sur Shinji qui avait pris les devants et en profita pour bloquer ses bras.

« Hideko, à toi de jouer. »

La jeune femme se lança aussitôt.



Elle forgea deux paires de chaînes, une première autour des bras du patient et une seconde autour de ses jambes. Ainsi bloqué, il tenta quand même de se débattre et Mizuki entra en scène afin de le maintenir sur place.
Enfin, Shinji entra en scène. Il approcha ses mains de la tête du patient puis, après une série de mudra, les apposa sur son crâne. Aussitôt, il fut projeté dans l’esprit de son hôte, dans un abime sombre, tout aussi sombre que ses yeux, comme si plus rien n’existait, mais au loin, une lumière pâle scintillait. Shinji suivit cette lumière, s’en approchant peu à peu, jusqu’à parvenir à une porte entourée de roche dont à gauche illuminait l’entrée. Tout autour, il n’y avait rien, comme si tout son esprit, tous ses souvenirs et sa conscience se trouvaient là, derrière cette porte, comme enfermés par ce mal qui le dévorait.
Hideko, pendant ce temps, commençait déjà à soigner les blessures que Ikudo s’infligeait, serrant les poings jusqu’au sang, tandis que ses poignets et ses jambes saignaient elles aussi, comprimés par le métal qu’il tentait par tous les moyens de faire céder.
En vain.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Ven 31 Déc 2021 - 19:00
La situation dans sa globalité n’était pas pour plaire à Mizuki, d’autant que Yamanka Shinji l’avait sans la moindre peine perçait à jour. Il était vrai que la jeune shinobi rechignait à la violence inutile d’autant qu’il s’agissait quand même de compatriotes qu’elles étaient censées aider ! En son for intérieur la jeune Suzuri espérait que l’on aurait pas besoin qu’elle ait recours à la violence mais elle savait aussi que c’était là se bercer d’illusions. Et les pires désastres pouvaient se produire lorsque l’on refusait de voir la vérité en face. La jeune femme prit une grande inspiration et ferma les yeux, comme si elle allait appliquer à la lettre les instructions du chunin au sujet de faire taire sa bonté… ce qui, quelque part n’était pas très loin de ce qui se passait dans la tête de la jeune shinobi.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, la femme aux cheveux argentés affichait un visage plus fermé et dur.

« Je suis prête. Je ne vous ferait pas défaut. », reprit-elle de sa voix toujours calme mais teintée cette fois-ci d’une détermination plus froide.

Aussitôt, le trio passa à l’action, Shinji en tête. Après qu’il eut bloqué les bras de Nara Ikudo, Ideko l’entrava rapidement avec des chaines d’acier, l’empêchant de se mouvoir ou se servir de ses mains. Mizuki reconnu une technique de Kinton diablement appropriée à leur situation. Sans perdre de temps, la shinobi Suzuri se glissa dans le dos du Nara entravé et lui assena un coup de talon à l’arrière du genoux pour le forcer à s’agenouiller tout en glissant son bras gauche sous le menton de l’homme dans une clé d’étranglement. Si jamais il bougeait trop ou parvenait à se libérer des entraves d’Hideko, Mizuki n’aurait qu’à resserrer son étreinte pour immobiliser le patient.

Ainsi positionnée, portant son poids sur le Nara pour le maintenir un peu plus en place, la jeune shinobi pouvait lire la concentration sur le visage de Yamanka Shinji. Par moments, elle voyait le visage du chunin se crisper, sa mâchoire tressaillir ou encore un rictus de douleur apparaître. Quelque soit ce que soit les abysses que sondait Shinji et les souvenirs qu’il extirpait de la mémoire d’Ikudo, ce dernier ne se laissait pas faire aussi bien mentalement que physiquement.

« Ideko ! », cria-t’elle à un moment alors que l’homme se débattait de plus belle en s’ouvrant des plaies là où les chaînes commençaient à s’enfoncer dans sa chair à force de se débattre. Mais la genin était déjà sur le coup et s’occupait déjà de refermer les plaies au fur et à mesure de leur apparition.

Alors que Mizuki était en train de se dire que finalement tout se passait plutôt bien, le patient fit un brusque mouvement de tête, cherchant à mordre le visage de Shinji. La shinobi parvint in extremis à le retenir et la mâchoire claqua dans le vide mais il s’en était fallu de peu. Les deux femmes pouvaient constater que l’homme salivait énormément en émettant des grognements gutturaux de plus en plus bestial. Instinctivement, Mizuki resserra son étreinte, comprimant la gorge du dément. Ce dernier finit par se calmer, sans doute à cause du manque d’air et sans perdre un instant la shinobi effectua un rapide mudra avant de resserrer immédiatement son étreinte car le patient, qui ressemblait de plus en plus à une bête enragée, semblait déterminé à mordre tout ce qui lui passer à portée.



Un clone de Mizuki apparut dans un petit nuage de fumée.

« Bâillonne-le, vite ! »

Aussitôt le clone de Mizuki sortit un kunai de sa ceinture et déchira un morceau de la tunique d’Ikudo qu’elle roula en boule pour en faire un bâillon improvisé avant de l’enfoncer dans la bouche du patient. Les grognements se firent encore plus violent mais étouffés et le menace de morsures pas franchement sympathiques écartées pour le moment.

C’est ce moment que choisit Shinji pour sortir de sa transe, visiblement troublé par ce qu’il venait de voir… et haussa un sourcil en voyant deux Mizuki.

« Ah je vois. Bien entendu, une paire de bras supplémentaires ne sera pas de refus. », dit-il en s’écartant prestement du Nara qui semblait se calmer.

« Je lui ai suggéré de dormir, ne traînons pas pour sortir car j’ignore si cela va avoir grand effet sur son corps. »

Sans perdre le temps, le trio désormais quatuor sortit en hâte de la cellule d’isolement.

« Vérifier que vous n’avez pas été blessées ou mordues puis nous parlerons de ce que j’ai découvert dans son esprit. »

Sans perdre de temps, Mizuki vérifia ses mains, poignets et bras à la recherche d’éventuelles entailles...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Metaru Hideko
Metaru Hideko

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki] Empty
Lun 3 Jan 2022 - 15:58

Mizuki cria, inquiète que l’homme ne se blesse mortellement de sa propre folie.

« Maintiens le plus fort. » Lui répondit-il Hideko.

Car quand bien-même pouvait-elle le soigner, cela prenait du temps. Chaque plaie prenait plusieurs secondes, si ce n’était plus, à se refermer à chaque seconde qui passait c’était un peu plus de sang qui s’écoulait de son corps. Ce combat contre le temps, contre la force et la rage de cet homme se poursuivit et Mizuki manqua de se faire arracher un morceau de chair, l’homme manquant de peu de la mordre. Elle resserra donc son étreinte, ce qui eût pour effet de le calmer quelque peu. Il oscilla entre la conscience et l’inconscience, puis elle créa un clone afin qu’il ne puisse se mordre la langue et se blesser d’avantage, clone qui le bâillonna donc, lui enfonçant un morceau de sa tunique dans la bouche.

Soudain, Shinji sortit de sa transe, visiblement choqué par ce qu’il venait de découvrir. Le patient sembla se calmer et Shinji expliqua qu’il lui avait suggéré de se reposer lorsqu’il avait quitté son esprit. Tous les quatre en profitèrent pour sortir en hâte de la cellule d’isolement et rejoindre le petit bureau.
Sous les conseils du chef de mission, Hideko vérifia qu’elle n’avait pas été mordue ou blessée. Elle ne ressentait aucune douleur, mais vérifia néanmoins consciencieusement son corps. Elle aussi quelque peu choqué par ce qui venait de se dérouler – cet homme qui n’en était plus un, plus proche de la bête que de l’homme – profita de se temps pour souffler, avant de s’assoir sur l’une des chaises.

« Alors ? Qu’avez-vous découvert ? »

Shinji jeta un œil à Mizuki, confirmant qu’elle aussi n’avait pas été blessée, un œil qui s’arrêta non sur elle, mais sur l’un de ses clones qui resta fixé sur l’entaille profonde qui parcourut son bras droit.

« Surtout ne disparaît-pas !!! » Lui somma Shinji.

« Quoi ? Il n’y a aucun risque si c’est une maladie, vu que ça restera dans le clone » Répondit Hideko.

« Justement, laissez-moi vous expliquer. »



Sur ces mots, Shinji alla lui aussi se poser sur l’une des chaises, face à camarade et son collègue qui, jusqu’alors était resté silencieux.

« J’ai mis du temps à pénétrer les barrières de son esprit, mais quand j’ai réussi, j’ai découvert que ces deux shinobis s’étaient rendus dans des ruines, explorant une zone qui selon les informations qu’ils avaient reçues, était l’endroit où se trouvait l’un de ces fameux bien exotique... »

Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il ne reprenne la parole, laissant planer le mystère sur ces objets dont il semblait taire la nature.

« Ces ruines se trouvent plus au nord, près du cap. Selon les locaux qu’ils avaient interrogés, il semblerait qu’elles soient maudites : quiconque s’en approcherait tomberait malade et dans de rares cas, les malades perdraient la tête, jusqu’à devenir cette bête sanguinaire qu’on a là… mais justement, ces cas sont rares et nous avons là nos deux hommes qui ont développé cette forme soi-disant rare. »

« Avez-vous déjà fait des analyses sanguines ? Ou autre prélèvement ? »

Question évidente que Hideko se devait de poser, tant cela ressemblait à une maladie contagieuse.

« Oui et nous n’avons rien trouvé, mais le fait que les villageois l’attrapent et s’en sortent me fait dire que peut-être la clé se trouve de leur côté… ça et que le vecteur d’infection n’est pas habituel. »

Toute maladie agissait et se transmettait d’une manière précise qu’il suffisait de déceler. Qu’elle se transmette par le sang, par l’air ou par simple contact… ce qui était certain c’était que toutes – ou presque – agissaient directement sur le corps du patient.

« Et je pense qu’il s’agit du chakra. »

Ces mots eurent l’effet d’une bombe, car si tel était bien le cas, alors les civiles qui n’avaient que peu de chakra et ne le maîtrisaient pas ne courraient pas de risques, mais les shinobis eux étaient destinés à une mort certaine. Pas n’importe qu’elle mort, mais l’une des pires : une mort en souffrance, une mort où l’on perd son esprit, on perd le contrôle de soi et de son corps jusqu’à ce qu’on ne reconnaisse plus personne, ni ami, ni famille et que leur seul désire qui nous habite soit de tous les tuer.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

[Mission B] Soins sous contrainte [Mizuki]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki]
» Sous la terre | Mission rang C
» [Mission C] Mariage sous haute tension [Nō]
» Après l'effort...les soins ? (ft Hideko)
» [Mission D] L'Installation : Sous un Nouveau Toit | Ft. Yuki Ayuka

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: