Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Toxics boys EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Toxics boys EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Toxics boys EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Toxics boys EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Toxics boys EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Toxics boys EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Toxics boys EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Toxics boys EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Toxics boys EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Toxics boys EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Toxics boys

Aburame Shinzo
Aburame Shinzo

Toxics boys Empty
Lun 1 Nov 2021 - 10:48

Toxics boy ₪ Solo


Quelle étrange sensation que de se faire suivre, n’est-ce pas ? De se sentir observé, miré, humé, et quelques fois touché dans les circonstances les plus graves. Voilà le calvaire que semblait endurer Shinzo depuis quelque temps. Malheureusement, peu importait à quel point la cible de cet épiemment pouvait être aux aguets, il n’avait jamais pu trouver l’individu qui était la cause de tous ses maux. Mais avec le temps, cette sensation se fit de plus en plus oppressante, de plus en gênante pour l’Aburame, au point que, poussé par sa paranoïa, il se décide à passer à l’acte et de faire gouter au baton l’impudent qui avait osé attenter à sa vie privée, à sa santé mentale.

Voilà comment, Aburame Shinzo, en cette journée s’est retrouvé à jouer les chasseurs de fantômes. Dispersant ses insectes à droite et à gauche, volant, virevoltant à la recherche du parasite qui troublait l’esprit de leur hôte. Attendant patiemment, sans même savoir pendant combien de temps il était là, combien de temps il resterait là. Réconforté par la seule et unique pensée de savoir que sa souffrance ne sera pas veine.

Il rendra coup pour coup. Si sa quiétude avait été souillée, il en fera de même avec l’honneur -si tant est que cet être malveillant en possédait un- de cette chose.

— Révèles-toi. Lançant un kunai qui se posa sur le bois d’un arbre. Pensais-tu réellement pouvoir échapper à ma vigilance ? Une fois qu’un Aburame s’était trouvé une proie, il ne la laisserait guère, tant qu’elle n’était pas tombée dans ses filets, périssant à petit feu sous les crocs empoisonnés de ses légions.

Soudain, une présence, tapie dans l’ombre se révèle, prenant peu à peu forme pour se dévoiler sous l’apparence d’un pitohui.

— Kukuku, je ne pensais pas que tu puisses un jour me déceler. L’animal prit une pause, avant d’étirer sa langue, de prendre son envol se saisisant d’un des fidèles serviteurs de Shinzo. En réaction, il ordonna à ses légions de retourner dans son propre corps, à l’abri d’une chose qu’il ne connaissait pas. C’était bien là la première fois qu'il voyait un oiseau doué de parole. Comment as-tu fait ? Dit-moi comment as-tu réussi à percer ce voile de mystère que j’avais érigé autour de ma personne.

— ...

Aucune réponse ne fut donnée, un grand homme ne révélait jamais le secret de ses tours de magie, quand bien même il avait confiance en leur capacité de fonctionner, encore et encore. Brisant le silence avec le bruit du fer, un nouveau kunai fut sorti de sa besace par l'hôte de la ruche, l’homme à l’origine de ses maux étaient bien là, et il ne comptait certainement pas le laisser repartir.


— Pourquoi ?

Si l’Aburame s’était ravisé, et avait demandé des explications quant aux agissements du caméléon, il ne fallait pas négliger que, discrètement, quelques insectes se sont séparés de leur hôte, s’approchant avec la plus grande prudence, du rapace.

Après tout, chose promise, chose due. Et en cas de réponse non satisfaisante, Shinzo lui promettait la plus grande des vengeances.



Dernière édition par Aburame Shinzo le Mer 3 Nov 2021 - 8:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11078-aburame-shinzo-la-chenille-devenue-papillon
Aburame Shinzo
Aburame Shinzo

Toxics boys Empty
Mer 3 Nov 2021 - 8:03

Who is the predator ? ₪ Solo


Riant aux éclats, le rapace semble ne pas comprendre le danger imminent qui le guettait, malgré le fait que de tels animaux étaient connus pour leur prudence, et une capacité à analyser. Le laissant ainsi faire, Shinzo se contente de le fixer d’un regard noir, attestant d’une horrible mauvaise humeur et incitant une nouvelle fois sa cible de lui donner l’objet de ses convoitises.

L’animal se tut, avant de finalement prendre son envol, chassant, pour la seconde fois, les insectes que l’Aburame avait déportés silencieusement.

— Te questionnes-tu sur ton devoir de soldat, enfant de l’empire ? Non tu te contentes d'exécuter froidement, et machinalement les ordres. Tout comme tes adversaires d’ailleurs, Kukuku.

Ses paroles furent aussi perçantes que des lames de poignard et face à celles-ci, Shinzo n’avait rien à rétorquer. Néanmoins, dans sa grande lucidité, il releva quelques indices donnés par l’oiseau moqueur, dans son extrême bonté, ou bêtise.

— Et quels sont tes ordres ? Se relevant, pour se tenir face à l’animal ailé, Shinzo renforça sa vigilance encore plus que précédemment. Prêt à devoir faire face à n'importe quelle situation, si combat il devait avoir. Combat il y aura.

— Cela fait bien quelques temps que je te suis. Nous les pitohui, nous nous nourrissons de fruits de chakra, d’insectes dans le but de renforcer notre énergie spirituelle. Il marqua un long silence, laissant l’Aburame faire les conclusions qu’il voulait avant de briser cette quiétude qu’il avait lui-même créée. Mais si les fruits de chakra se font rares, les insectes pullulent mais rares sont aussi nourrissants que les tiens. Vois-tu ou je veux en venir ?

Sortant un kunai de sa besace, un bourdonnement de plus en plus fort se fit entendre, incessant. Les rôles étaient loin d’être échangés, Shinzo était prêt à le jurer. D'un vif battement d'aile, sa cible réduisit à néant la distance qui les séparait, avant de se positionner en vol stationnaire. Regardant d'un air hautain, l'homme qui semblait assez fou pour pouvoir prendre les armes face à lui.

Calme toi petit, si je serais venu pour prendre ta vie, tu ne serais pas là, à me parler. Je suis là pour te proposer un marché, qui nous sera bénéfique à tous les deux.

À l’entente de ses mots, l’Aburame retrouva son calme, se contentant de ramener son kunai vers lui, et de briser la position de combat qu’il avait pris il y à peu.

— J’ai besoin de plus de force, pour pouvoir neutraliser les personnes qui se tiennent sur mon chemin. J’ai besoin de me nourrir, tes insectes me serviront de pitance.
— Qui veux-tu tuer ? Qu’aurais-je à y gagner ?
— Membre de la lignée royale de mon peuple, je suis destiné à marcher sur le trône et à gouverner, d’une plume implacable, l’ensemble de mes congénères. Malgré que je ne sois pas l’aîné de ma fratrie, j’en suis le plus méritant. Je ne reculerai devant rien pour parvenir à mes fins, mes frères non plus. Si des dix, j’en ai pu écarter six, les quatres restants sont mes aînés, et l’issue d’un combat entre nous serait bien incertaine. C’est donc une course au renforcement que j’ai voulu mener, afin de revenir plus prêt que jamais. Et pour la gagner, j’ai besoin de toi.
— Pourquoi moi ?
— J’ai observé nombre des membres de ton clan, et si tu n’es pas le puissant, sans être le plus faible non plus. J’ai senti en toi une bestialité, comme-ci sommeillait en toi quelque d’inhumain, de sauvage... Dit-il d’un ton plus sérieux, réfléchissant sur cette chose qu’il avait remarqué au sein de l’Aburame. Shinzo, de son côté, regarda sa main, surpris, quelle pouvait bien être la cause des fabulations de son vis-à-vis ?
— ...
— Et ça m’a plu, j’ai misé sur ta progression, ta capacité à devenir le maître des insectes les plus puissants de ce monde.
— Qu’aurais-je donc à y gagner ?
— Mon pacte, la capacité à m’invoquer. Puis, celle de mes sujets une fois que j’aurais pris place sur le trône.

Que pouvait bien répondre Shinzo face à cette offre ? Elle était bien trop alléchante, si bien qu’il en vint à douter de la véracité des propos du pitohui. Mais une telle rencontre ne se déroulerait pas deux fois dans une vie, refuser le pouvoir d’un être dont il gagnait la fidélité, qu’il pouvait renforcer par le simple fait de le nourrir serait formidable. Une aubaine pour lui et son panel technique.

— Ton nom ?
— Feng-Huang, héritier du trône céleste.
— ...
— Et quel est le tien ?

Aburame Shinzo, soldat de l’empire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11078-aburame-shinzo-la-chenille-devenue-papillon
Aburame Shinzo
Aburame Shinzo

Toxics boys Empty
Jeu 4 Nov 2021 - 9:52

Who is the predator ? ₪ Solo


Il peinait à y croire, cette situation était bien trop improbable pour être réelle, mais quoi qu’il en soit, il devait en profiter. C’était l’occasion de devenir plus fort, d’obtenir une meilleure puissance de feu afin de parfaire son panel technique. Un pitohui, songeant quelque peu, l’Aburame se demandait quelles capacités pouvaient bien avoir ce type de volatiles. Il fallait l’avouer, en dehors des insectes qui avec lesquels il partage son corps, il ne s’était jamais réellement intéressé à la faune et à la flore.

Mais bon, il y avait un temps pour tout.

— Signons ce pacte sans plus attendre, alors. S’approchant du rapace, l’Aburame savait déjà comment se passaient les procédures, il avait déja vu, nombres d’invocateurs et tous semblaient convoquer leurs alliés de la même manière.
— Kukuku, patience jeune homme. Il y a des rites, si tu veux ce pacte, tu dois le mériter.
— Mais c’est toi qui m’a proposé d’en faire un...
— Effectivement, je voulais connaitre ton positionnement face à ma proposition. Mais il y a quelques épreuves que tu vas devoir réussir avant.

Sur ces paroles, l’oiseau vint se poser sur l’épaule de l’Aburame. Restant complètement immobile et… silencieux, c’était bien là la première fois depuis qu’ils s’étaient rencontrés. Il y avait de quoi être surpris et se questionner sur les agissements du nommé Feng-Huang. Il ne lui faisait pas totalement confiance, mais Shinzo savait pertinemment qu’un combat aurait déjà débuté entre les deux êtres s’ils l’avaient véritablement voulu, puisque ça n’avait pas été le cas. Les probabilités de voir un pacte, une alliance se formé, étaient très haute.

— Qu’est-ce que tu fais ?
— Chut.
— Mais dit moi ce que tu es en train de faire, je veux comprendre.
— Je canalise mon chakra, j’ai laissé un vecteur dans la forêt blanche, domaine des Pitohui. Je compte nous y emmener.
— Mais ne fais pas ça sans me demander mon av-

Invocation inversée - 逆口寄せの術
Gyaku Kuchiyose no Jutsu

N’ayant visiblement pas son mot à dire, Shinzo fut abasourdi, quand, dans un clignement des yeux, il ne se trouvait plus dans les paisibles plaines de Hi no Kuni, pour se retrouver dans une forêt tropicale, dont la chaleur commençait déjà à envahir le jeune homme.

— Viens, nous les pitohui, vivons en hauteur. Monte, que je te montre mon monde. Dit l’oiseau, en battant des ailes pour commencer à entamer l'ascension de ces arbres, dont visiblement la hauteur n’avait pour égal que l’ego de l’héritier de ces lieux.

Sans dire un mot, toujours drôlement amusé par la situation, Shinzo se prêta au jeu. Canalisant son énergie vitale dans la plante de ses pieds, il se mit à escalader le vieil arbre. Tentant de rattraper assez vainement la créature volante. Après un temps de marche qui semblait être interminable, Shizo eut le loisir de pouvoir observer, une fois arrivé, un monde, baigné sous le coucher d'un soleil d’une beauté sans pareille.

Woaw.

S’asseyant, il profita de ces quelques instants de récupération pour profiter de la vue que lui offrait la hauteur. Le monde s’étendait à perte de vue, tandis que des pitohui, sans doute très jeunes, jouaient gaiement dans les cieux.

— La montée de l’arbre était la première épreuve.
— C’est vrai ? Je l’ai réussi plutôt facilement. J’espère que les autres me donneront plus de défi.
— Ce n’était pas une épreuve, mais prépare toi bien, car il n’y en aura qu’une. Mortelle.
— ...
— ...
— Il est beau ton monde.
— Oui, et je ferais tout pour qu’il reste ainsi. Je suis surement le seul de ma fratrie à pouvoir le préserver
— Alors je t’aiderais.
— Passons à l’étape suivante.
— On ne peut pas passer l’épreuve ici ?
— Non.

Descendant sans dire un mot de plus, l’Aburame comprit alors les motivations qui poussaient Feng-Huang à faire un tel pacte. Il comptait l’aider du mieux qu’il pouvait, surtout qu’en cas de réussite, il pourrait également avoir la mainmise sur tout le peuple des Pitohui, pouvant les invoquer à son bon vouloir.

Une fois de retour sur la terre ferme, le rapace se posa sur une branche, le regard qui brûlait d’une flamme vive. Ils étaient tous deux aptes à passer à l’étape suivante.


Dernière édition par Aburame Shinzo le Ven 5 Nov 2021 - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11078-aburame-shinzo-la-chenille-devenue-papillon
Aburame Shinzo
Aburame Shinzo

Toxics boys Empty
Ven 5 Nov 2021 - 0:41

Who is the predator ? ₪ Solo


Plus prêt que jamais, l’Aburame s’avance vers l’arbre sur lequel se tient son futur compagnon, touchant l’être boisé avant de se tourner vers celui qui avait la réponse à ses questions.

— Quelle est donc cette épreuve que tu as prévu pour moi ?
— Connais-tu le principal attribut des Pitohui ?

Faisant travailler sa mémoire, Shinzo était sûr et certain de s’être documenté sur cette espèce, elle avait des propriétés particulières et très intéressantes. Mais maintenant qu’il devait en venir aux faits, il n’arrivait plus du tout à s'en souvenir. Bien trop timide pour l’avouer, il laissa planer un long et douloureux silence, préférant attendre une réponse plutôt que de répondre sans être sûr de sa réponse, ou pire encore : par la négative.

— Notre plus grand atout est notre capacité à pouvoir synthétiser du poison depuis nos plumes. C’est dans le but de le rendre plus puissant que j’ai besoin de tes insectes, je pourrais le parfaire en me nourrissant de leur chakra et sécrétions, des petites doses pour ne pas que ça me soit fatal, mais sur le long terme, mon poison sera de plus en plus redoutable.
— Et donc ? Quel est le rapport avec l’épreuve ?
— Je dois m’assurer de quelque chose, et pour cela je vais devoir t’injecter une partie de mon poison. Survis, et j’aurais la preuve que tu es bien digne de mon pacte. Je te demande de ne tenir que cinq minutes.

Du poison ? À vrai dire Shinzo n’avait jamais réellement subi les effets de poisons ou autres substances capables de mener à la folie. Il était surtout la personne qui produisait ces liqueurs avant de les injecter de la plus perfide des manières grâce à ses légions. Appréhendant qu’ils pourraient avoir sur son corps, Shinzo communiqua brièvement avec ses insectes. L’état de son corps était correct, il pourrait surement le supporter.

Mais était-il finalement prêt à risquer sa vie sur un tel coup de poker ? S’il n’y survivait pas, qu’il mourrait ? Tous ses projets prendront fin ici et maintenant. Ce pacte en valait-il la peine ? Non. Il ne pouvait pas se mettre à penser comme ça, il était un soldat du feu. De nombreuses personnes s'entraînaient tous les jours dans le seul but de pouvoir perfectionner ne serait-ce qu’une technique. Aujourd’hui, Shinzo avait la possibilité de pouvoir obtenir un allié, sûrement très dangereux et qui pourrait combler certaines de ses faiblesses, bien qu’elles se comptaient sûrement sur le doigt de la main…

Partir défaitiste ne menait à rien, il fallait relativiser. Avec ce test, il pouvait également apercevoir en partie les capacités de ce Feng-Huang.

— Je suis prêt, vas-y.

Sans demander son reste, l’oiseau s’envola, tournant autour de l’Aburame avant d’envoyer d’un battement d’aile, une salve de flèche qui filèrent droit, se plantant sur toute la partie supérieure de son corps.


Premières secondes. Silence, ils se regardèrent dans les yeux. Ce poison ne semblait pas être si terrible que ça finalement. Présomptueux. L’instant d’après, Shinzo se retint, d’hurler de douleur. Non pas par égo, mais simplement à cause du simple fait que la douleur était telle qu’il n’avait plus suffisamment de force pour se permettre de parler. Devait-il réellement tenir cinq minutes comme ça ? C’était véritablement impossible.

Ses insectes s’agitaient, eux aussi. Ressentaient-ils également la souffrance de leur hôte ? Shinzo souffrait bien trop et ne pouvait se poser ce genre de question à cet instant, bien trop concentré sur cette douleur physique. Son corps avait l’air de vouloir imploser. Sa température corporelle ne cessait d’augmenter, il avait chaud. Cette sensation de brûler de l’intérieur.

Son esprit commençait déjà à divaguer, sa vision se fit de plus en plus flou et il ne savait même pas comment il faisait pour tenir encore debout, voir même être encore conscient, vivant. Il lui était difficile de réfléchir correctement, de faire quoi que ce soit, en réalité. Toute l'énergie de son corps était sûrement redirigée afin de lui donner une chance de survie. Pourquoi n’avait’il pas continué d’apprendre l’iroujutsu ?

Sans doute parce qu’il n’avait aucun talent pour. Levant les yeux au ciel, d’un regard vide, bordé par les spectres de la douleur, seule amie qui te prouvait encore ton existence, alors que tu ne pouvais même plus compter sur ses autres sens, hormis la vue, tant ceux -ci avaient été annihilés par le liquide mortel qui coulait dans ses veines en cet instant.

Combien de temps restait-il ? Il ne pouvait le dire. Ce supplice aurait-il une fin ? Enlacer la faucheuse n’était pas une mauvaise chose finalement. Croisant le regard de Feng-Huang, Shinzo vit dans ses yeux la dernière lueur d’espoir qui brillait en eux s’effacer, alors qu’il s’écroulait, observant la disparition du soleil à l’éclat argenté, rendant son dernier souffle sous l’apparition de la pénombre.


Pour finalement souffler, encore et encore. Il n’avait pas perdu son envie de vivre, et son chakra se manifestait, offrant des atours bestiaux à l’homme qui s’était refusé de céder à la facilité et de combattre la douleur.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11078-aburame-shinzo-la-chenille-devenue-papillon
Aburame Shinzo
Aburame Shinzo

Toxics boys Empty
Ven 5 Nov 2021 - 11:35

Who is the predator ? ₪ Solo


Luttant pour sa propre survie, le cœur de l’Aburame battait de concert avec les bourdonnements de ses invités. À l’unisson, ils œuvrent pour que cette même carcasse, qu’ils partageaient depuis tellement d'années maintenant, puisse continuer à vivre, à se déplacer et à mener ses plans à bien. Si la douleur continuait de transpercer son corps, de déchirer son âme, son esprit piétiner lui, reprit peu à peu forme pour redonner un semblant de lucidité à Shinzo. Ainsi, respirant le plus lentement possible, il canalise son énergie dans son corps avec aucun autre but que de sentir ce flux vital le parcourir.

En se concentrant sur son émission d'énergie, Shinzo reprit peu à peu son calme, après tout, la douleur n’était qu’une sensation. Son esprit était plus fort que ça, il le savait. Tout cela était loin d’être la fin de son histoire, seulement le prologue.

Prenant appui sur ses jambes, le soldat enfonçant ses doigts à s’en faire saigner, dans le sol pour y trouver la force, en y mettant tout son poids, d’élever ses membres inférieurs. Ce spectacle pathétique dura près d’une minute. Mais lorsqu’il réussit à se redresser, on pouvait voir se dessiner un semblant de sourire, dans le visage du pitohui, qui n’avait cessé de regarder la scène, depuis les hauteurs de l’arbre auquel il est fermement accroché.


L’oiseau vint rapidement aux côtés de l’Aburame, lui confiant un antidote qu’il s’empressa de boire avec la plus grande des difficultés. Toussotant un peu, il s’asseya ensuite, épuisé par l’effort même que lui avait demandé le simple fait de vouloir rester en vie, mais malgré ça, on pouvait déceler, à travers son masque, un sentiment de fierté.

— Le temps est écoulé, tu as réussis.
— Redou… Redoutable ton… ton poison.
— Garde tes forces, tu risques d’être endolori un bon bout de temps.

S'allongeant par terre, Shinzo profita du temps qui lui était offert pour récupérer le plus de force qu’il pouvait. Mais il avait encore bien trop de question à poser, il fallait que sa curiosité soit étanchée.

— Alors tu… tu… tu as vu… ce que tu voulais voir ?
— Oui, tu es bien l’homme qu’il me faut. Tu t’accroches à la vie, peu importe les moyens. Tes insectes aussi, sont très puissants et destructeurs. Je l’ai senti à leur réaction à mes toxines.
— ...
— Une fois que tu seras remis sur pieds, nous signerons ce pacte.
— ...

₪₪₪

Reprenant conscience dans un tout autre lieu, Shinzo contempla d’abord la beauté de l’endroit, avant de se mettre à la recherche de Feng-Huang.

— Je suis là.
— Je me sens un peu mieux, je suis capable de me déplacer convenablement. Ou sommes-nous ?
— Dans mes quartiers.
— Tu n’as pas peur que tes frères me voient ? Ils pourraient deviner ton plan, je représente sûrement un danger pour eux.
— Oui sûrement, mais ils ont surement eu la même idée que moi, de se lier à des hommes capables de les renforcer, d’une manière ou d’une autre.
— Et que comptes-tu faire ?
— Tuer leurs représentants, s’il existent. Leur faire comprendre que moi seul mérite ce trône.
— Signons ce pacte, et je te promets qu’en échange de ton éternel soutien, je ferais de toi un roi.

Déroulant un parchemin aux côtés de celui qu’il considérait déjà comme un ami, Feng-Huang expliqua rapidement les modalités du pacte et les conséquences de celui. Bien évidemment, Shinzo ne fut pas surpris en les écoutant et était bien plus motivé par l’idée de pouvoir utiliser les atouts du rapace, qu’il considérait également comme un ami, peut-être son premier, dès qu’il serait rentré.

— Une fois le pacte signé je te ferais retourner dans ton monde.
— Ne sois pas surpris si je t’invoque à tout va.
— Tu risques de goûter une nouvelle fois de mon venin.
— Tu préfères que je t’appelles Feng ou Huang ? Ton nom complet est bien trop long.
— Appelle-moi Huang, si mon nom complet ne te sied pas.

C’est avec un sourire complice que Shinzo fit couler son liquide carmin, et lia à jamais la destinée des deux êtres.

— À bientôt, Feng.

Et il disparut aussi rapidement qu’il était venu, dans un nuage de fumée. Il avait initialement projeté de le tuer, mais il avait réussi à en faire un allié.
Les aléas de la vie.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11078-aburame-shinzo-la-chenille-devenue-papillon

Toxics boys

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Old boys ··· ft. Daken Kosatsu

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: