Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Fangs & claws | Raizen
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyMar 5 Sep 2023 - 6:50 par Meikyû Raizen

» Dernier voyage solitaire vers l'avenir
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyLun 7 Aoû 2023 - 23:31 par Chinoike Katsuko

» AOS et son futur
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyVen 21 Juil 2023 - 3:05 par Yuki Misaki

» Higure Onkyou ✘ L'écho du crépuscule
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyMer 31 Mai 2023 - 21:17 par Zaiki Minako

» La Revanche d'Hayashi ? [Yamiko]
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyLun 29 Mai 2023 - 5:28 par Meikyû Raizen

» [Alerte] La Marée de Buntan
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyMer 24 Mai 2023 - 19:24 par Imekanu

» [Mission D] Stand en Péril [Ryuma]
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyMar 23 Mai 2023 - 16:40 par Nagamasa Ryuma

» [MinaYoshi] ✘ Carnet d'absence
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyDim 21 Mai 2023 - 15:08 par Unagi

» [Mission B] Subarashiiiii [Equipe Zenmetsu]
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyMar 9 Mai 2023 - 23:08 par Yuki Mamoru

» [Mission D] Théâtre du Silence [Kenpachi+Guest]
Sortir les Griffes [Aimi] EmptyLun 8 Mai 2023 - 14:27 par Ibara Keshi

Partagez

Sortir les Griffes [Aimi]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Mer 14 Juil 2021 - 15:09
La pression était énorme. Les enjeux, sans précédent. Le poids que faisait reposer de lui-même l’Oterashi sur ses épaules devenait jour après jour toujours un peu plus difficile à porter, et sans aucun doute se serait-il senti plus serein et apaisé si il avait choisi de simplement suivre les ordres tels qu’ils lui étaient présentés. Être le brave soldat obéissant qu’on attendait qu’il soit. Mais, et ce depuis les prémisses de sa carrière militaire, la servilité n’avait jamais été son fort, et la révélation qu’avait été pour le Tellurique ses pouvoirs d’Assimilation avait changé la donne. L’avait changé drastiquement.

En tailleur au milieu du haut plateau montagneux, les avant-bras reposant sur les genoux et les yeux fermés, le guerrier tout de rubans recouvert se livrait à l’un des exercices sur lesquels il ne pouvait pas faire l’impasse, qu’importe les autres tâches qui pouvaient encore l’attendre sur sa liste du jour. Ainsi concentré, ses sens voyageaient sans limite au travers de la Terre elle-même et de tous ses enfants, bâtiments, reliefs et vibrations inclus. Dans un périmètre qui dépassait allégrement tout Iwa, s’affranchissant de toutes les frontières, Yanosa parvenait dans cet état de transe pangéenne à percevoir distinctement toutes les formes, tous les déplacements, toutes les manifestations de vie possibles à la surface comme dans les profondeurs. Un moment de paix forcé, qui l’aidait tant à affûter ses sens qu’à focaliser ses pensées sur autre chose que les tourments qui l’habitaient autrement sans discontinuer. Mais cette paix, ce jour-là, était destinée à se voir perturbée par l’apparition la plus forte et la plus sereine à la fois, tandis que les perceptions du guerrier scarifié captait l’arrivée de courants venteux teintés d’une énergie singulière.

Il rouvrit les yeux instinctivement, se retenant de bouger davantage tandis que la présence se rapprochait dans son dos. Une présence qui avait auparavant été synonyme de franche camaraderie, de rivalité, de confiance et de force. Et si aucun de ces traits n’avait été balayés par le temps ou les événements, si tous demeuraient présents dans l’esprit de l’Oterashi lorsqu’il percevait l’aura de la lionne d’Iwa, les pellicules successives de secret, de mésestimation et l’ombre de la hiérarchie s’étaient accumulées, jusqu’à presque étouffer ces sentiments.

« ...Aimi. »

Il lui devait tant, et se trouvait pourtant dans une situation si inconfortable vis à vis d’elle. Il lui devait la vie, et avait pourtant tellement de rancoeur pour sa gestion passablement hasardeuse d’un pan en particulier de ses responsabilités. Passés ses déboires avec Tsuyoshi, il avait songé forcer une entrevue avec elle, mais avait préféré se noyer dans le travail, la conception du Kamikirâ en tête, et prévoir le pire enchaînement d’événements possible. Il voulait avoir confiance, mais ignorait s’il en était encore pleinement capable, surtout après ce qu’il avait entendu à son sujet entre les murs du bureau du Tsuchikage. Il n’avait, à y repenser, pas été en mesure d’écouter ce que la Chiwa aurait pu avoir à dire sur lui, mais il en avait entendu bien assez ce jour-là à son goût.

« Toi, venir me voir jusqu’ici… Je doute que ce soit pour une visite de courtoisie, je me trompe.. ? Lança-t-il toujours sans se retourner ou bouger d’un pouce. Tu as bien trop à faire… bien trop de choses à gérer, pour pouvoir te le permettre, de toute façon.

Mais alors, si il s’agit de travail, quelle raison pourrait-il y avoir… Oh, serait-ce des fois que Tsuyoshi aurait enfin fait son boulot ? Le Sazori… va-t-il pouvoir enfin faire son travail… Aimi ?
 »

Le Tellurique faisait son possible pour ne pas sonner trop caustique, mais en dépit de l’état paisible dans lequel il s’était trouvé l’instant précédent, la présence de la lionne changeait drastiquement la donne.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Sam 14 Aoû 2021 - 17:38
___________________________________________

Sortir les griffes
___________________________________________

Où était-il ? Une question trônait dans l’esprit de la jeune femme et c’était celle-ci. Après avoir quitté l’hôpital, elle avait fait opérer ses capacités sensorielles à la recherche de l’électron libre de la Roche. Elle était furieuse, inquiète, frustrée, impatiente. Depuis son retour de la mission sauvetage du Seigneur, Aimi avait beaucoup sur la conscience et le cœur, mais avoir appris que l’ennemi numéro un du Yuukan s’en était pris à Iwa n’avait fait qu’intensifier la flamme qui dormait en elle jusqu’à quelques semaines. Alors elle chercha, elle Le chercha. La dernière destination semblait la plus probable alors, se disant qu’ils s’étaient vus de nombreuses fois là-bas, il y a plus d’un an. Cependant, les choses avaient bien changé depuis. Yanosa avait pris en maturité, mais en puissance aussi, quant à la Chiwa… De son jeune âge et en si peu de temps, la vie ne lui avait pas laissé de cadeau, et même si la bonté la nourrissait, elle savait qu’il n’y avait pas que cela dans ce qui l’animait. Une certaine distance entre eux s’était aussi créée, Aimi avait franchi les échelons, prenant beaucoup de responsabilités et se devant d’être intransigeante avec n’importe qui, qui pourrait se montrer problématique, et même si elle tenait à l’Oterashi, elle savait aussi qu’il n’avait pas été irréprochable.

Mais tout cela ne représentait rien comparé à ce qu’elle avait appris récemment, au risque qu’il avait pris et c’était tout ce qui comptait en cet instant : elle voulait comprendre et le mettre au pied du mur à sa manière.
Alors qu’elle s’était perdue dans ses pensées, elle ne se rendit compte que lorsqu’elle ressentit cette intense présence qu’elle était près de lui. Surplombant les monts, il était là, vivant comme jamais et tranquille. Puis il prit la parole, comme si de rien n'était, faisant ployer ses responsabilités et son travail comme raison quant à sa présence ici.

Son regard se changea alors, se souvenant des paroles prononcées par Teruyo et Tsuyoshi le concernant. Imaginant la scène où le rouquin aurait pu perdre la vie face au Chapelier alors qu’il s’était lancé dans un assaut presque suicide, son sang ne fit qu’un tour. La jeune femme concentra son chakra dans son poing serré, entouré d’une aura intense et bleutée. Et même Yanosa pourrait constater à quel point un potentiel coup porté par cette petite main pourrait être dévastatrice, mais les émotions de la kunoichi avaient décidé de s’exprimer.


« Donne-moi une seule raison de ne pas terminer le travail de l’Homme au Chapeau. »

Comprendrait-il où elle voulait en venir ? Comprendrait-il que Le Sazori, Tsuyoshi en cet instant, elle en avait cure ? Oh il aurait sûrement plein de raison pour l’empêcher de l’achever elle-même. Parce qu’il savait qu’au fond, Aimi était plus furieuse parce qu’elle n’avait pas été là et qu’il avait choisi de sacrifier sa vie pour protéger le village et abattre leur ennemi numéro un. Mais il fallait que ça sorte, il fallait qu’il sache à quel point la Chiwa avait eu peur en apprenant cela.

Après tout, s’il était mort ? Pour un stupide bras ? S’il avait emmené Taishi avec lui ? Lui aussi mériterait une bonne baffe d’ailleurs. La respiration de la jeune femme se faisait oppressante, saccadée la poussant à inspirer et à expirer intensément. Elle avait besoin qu’il la rassure, qu’il lui montre qu’il allait bien et qu’il n’était pas en train de mourir, qu’il n’allait pas partir lui aussi. Le ferait-il, ou lui donnerait-il une raison de frapper bien fort ?

Car après tout, il n'y avait rien de plus puissant que l'amour qu'éprouvait Aimi pour les siens et il pouvait être... meurtrier.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 2:03
Nul besoin de talents sensoriels particulièrement affûtés pour percevoir l’amas de chakra soudainement rassemblé en un point précis dans son dos. Ce que l’expérience du guerrier sans visage et ses perceptions lui permettaient cependant de déduire en plus, c’était la nature précise de ce qui était apparu, ainsi que son but : la destruction. L’oblitération, pure et simple, sans sommation, de tout ce qui pourrait se retrouver frappé par cette masse d’énergie rassemblée autours du poing de la Chiwa. La Lionne était en colère et, pour l’avoir côtoyée pendant des années, Yanosa avait une petite idée du pourquoi. Sa tête tourna légèrement, son iris rougeoyant se posant sur le poing nimbé d’énergie de la Taishô du Shishiza.


Sortir les Griffes [Aimi] Ghostb18

« … Tu ne crois quand même pas en être capable toute seule, j’espère. »

Sur cette provocation peu finaude mais assurément trop tentante à lancer de son point de vue, l’Oterashi poussa sur ses jambes pour se redresser enfin, lentement, avant de se retourner pour faire face à Aimi. Elle ne l’avait pas revu depuis son retour auréolé de mystère mais lui, à contrario, avait déjà eu l’occasion de l’observer. Avait voulu lui parler… et avait finalement « regretté » son excès de curiosité maladive, devenu le témoin d’un énième clou planté dans le cercueil où semblait reposer l’estime de ses supérieurs pour lui.

« Pour répondre à ta question… Peut-être… car ce serait un crime puni par la loi ? Lança-t-il avec un fugace sourire en coin. Mais… ce que tu veux entendre a peut-être davantage à voir avec les raisons qui m’ont poussé à « le » faire, je me trompe ? »

Il fit un pas dans la direction de la rubiconde, ses yeux plongés dans les siens sans égard pour le poing tellement chargé en chakra qu’il aurait certainement été capable de fendre le plateau en deux.

« … On a déjà dû tout te raconter, j’imagine. Tout ce qui s’est passé, en ton absence. Sans doute le bilan paraît-il très… mitigé, au mieux, couché sur papier. La vérité… c’est que notre plus grand ennemi dans cette guerre est venu nous livrer lui-même l’une de ses failles… et qu’il aurait été impensable de laisser passer cette occasion. Pour tout dire, si moi et Taishi avions eu plus de temps pour nous préparer, certainement que cette guerre… aurait pu finir, ce jour-là. »

Disant cela, le guerrier de pierre se détourna légèrement d’Aimi pour observer l’horizon lointain, au-delà du col, là où se trouvaient les Crocs qui avaient tenu lieu de champ de bataille.

« Taishi aussi, avait compris la valeur de cette opportunité… Mais, une fois de plus, il semble que l’opinion de certains ne se rangent pas vraiment de mon côté… n’est-ce pas ? dit-il en accordant un regard malicieux à la Chiwa.

Mais parlant de côté, j’ai ouïe dire que certaines décisions au sein du Triumvirat n’avaient pas fait l’unanimité… Je sais… qu’Akimoto était impliqué, dans ce qui s’est passé au Palais de Masato. Difficile pour un Chûnin, de réunir tous les morceaux du puzzle, mais j’ose espérer… que tu ne me feras pas l’affront d’invoquer le sceau du secret. Si il y a bien une chose qu’on se doit… c’est la franchise. Tu ne penses pas ? »

Et ses iris fixant de nouveaux ceux d’Aimi, l’Oterashi faisait peser toute la valeur de cette dernière question, qu’il espérait rhétorique, sur les épaules de sa camarade.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 11:03
___________________________________________

Sortir les griffes
___________________________________________

Elle ne tremblait pas, même pourtant parcourue de colère comme elle l’était, elle ne bougeait pas. Seuls ses cheveux longs et écarlate dansaient au gré du vent chaud qui surplombait les hauts-plateaux. Même si la question de savoir si elle en était capable ou non faisait débat, ce n’était pas vraiment l’importance de cet échange et il le savait. Cependant, un brin de fierté, qu’elle avait sûrement gagné de lui et de ses entraînements à répétition, lui donnerait bien envie de lui prouver qu’elle pouvait en être capable. Lorsqu’elle le vit enfin face à elle, la fureur qui nourrissait son regard s’adoucit timidement. Elle avait l’impression qu’elle ne l’avait pas revu depuis des semaines alors que pourtant… leur dernier face-à-face n’était pas si lointain que cela. Le voir en vie et tenir sur ses jambes enleva un grand poids sur ses épaules bien solides.

Il préférait jouer la carte de l’humour pour atteindre la rubiconde et elle ne put s’empêcher de sourire légèrement. Presque toute sa colère semblait se dissiper, tandis que le chakra autour de son poing lui, dansait de manière endiablée, comme si le cœur de la kunoichi brûlait toujours. Il savait très bien ce qu’elle voulait : comprendre. S’approchant d’elle, il n’avait absolument pas peur de la puissance qu’elle dégageait, ou alors il le cachait très bien. Aimi en fit de même et laissa ses pas se diriger vers celui qu’elle avait activement recherché. Laissant toujours ses pouvoirs de sensorialité actif, mais cette fois-ci pour s’assurer que personne n’allait mettre un pied ici.

Dès qu’elle avait croisé son regard, la kunoichi n’avait pas lâché une seule fois celui-ci, cherchant à trouver toute émotion ou même des réponses à ses questions. S’en était presque embarrassant d’essayer de lire en lui si ouvertement, mais c’était plus fort qu’elle. Bien qu’elle connaissait l’histoire principale, connaître les lignes cachées de tout cela était aussi important pour la jeune femme, qui n’avait pu être là. D’ailleurs, ses pupilles rougeoyantes brillaient étrangement à la seule pensée de son absence auprès de ceux qu’elle aimait, Yanosa remarquerait vite que sa carapace commençait doucement à s'effriter.

Une occasion s’était donc présentée et Taishi et le Pugiliste en avaient profité pour tout donner en cet instant. Ce qu’Aimi pouvait les comprendre. Cependant, elle ne pouvait s’empêcher de leur en vouloir d’avoir pris autant de risque vers l’inconnu. Le chakra autour de son poing commença alors à se dissiper, alors qu’elle écoutait machinalement Yanosa.


« Je comprends l’opportunité qui s’est présentée à vous et que sur le moment, vous avez fait ce qui devait être fait… mais n’oublie pas que tu me dois la vie, Yanosa… Alors, ne la malmène pas ainsi, ou alors, pas sans être certain de ce qui se présente face à toi. Si vous aviez perdu la vie pour un bras… je crois que… »

La rousse détourna le regard… Elle se sentait coupable, parce qu’elle n’aurait pas été là pour les accompagner ou les sauver. Ses lèvres commençaient à trembler, alors que toute l’inquiétude et la pression sur ses épaules depuis son retour tombaient petit à petit, levant le voile sur un poids que Yanosa n’imaginait même pas.

Tellement, qu’il n’hésita pas à la lancer sur un sujet bien épineux qui lui fit relever le visage derechef : Akimoto.


« Je n’ai pas l’intention de te cacher quoi que ce soit Yanosa. Si tu veux connaître la vérité alors tu la connaîtras, mais je ne pense pas qu’elle te fera davantage plaisir. Peut-être même que tu ne voudras plus me voir ou me parler suite à cela. En tout cas, c’est bien ce que j’ai ressenti des regards de certains de nos camarades sur le moment, avant qu’ils ne comprennent ma position. Seulement ma position, car personne ne peut comprendre ce que je ressens en cet instant. »

Déclara la jeune femme, s’ouvrant au pugiliste comme elle ne l’avait sûrement jamais fait. Elle ne savait même pas pourquoi elle lui disait tout cela alors qu’il y a quelques minutes, l’idée de le démonter lui avait été très satisfaisante. Au fond, elle avait peur de décevoir de nouveau, elle n’avait pas envie qu’il l’observe comme les autres avaient pu l’observer. Elle espérait trouver un soutien quelque part qui ne lui avait pas encore été présenté. À parler au nom de la communication, à se plaindre de ne pas avoir été prévenu, à critiquer les choix de Toph ou les siens. Personne ne s’était concentré sur l’attaque en elle-même, sur ses motivations, sur ce que ça pourrait engendrer. Car pour Aimi, ces événements l’avaient changée. Aujourd’hui, elle se méfiait de son propre seigneur et remettait en question beaucoup de choses. De plus, elle était déterminée, comme toujours, à faire avancer les choses à Iwa.

La peur au ventre, la rousse fixa l’Oterashi intensément.


« Akimoto est mort. Et je ne suis pas étrangère à cette décision. Masato nous a laissé le choix de son sort. Un pilier de la Roche qui n’a pas hésité à fissurer la Terre de lui-même, avec un complice dont nous ne connaissons rien et qui court toujours en liberté. Le Seigneur a profité de la situation urgente et insensée et de ma volonté de protéger les miens, je ne suis pas dupe. Tout le monde se fiche de savoir pourquoi notre ancien Tsuchikage a agi ainsi, au point de prendre des vies innocentes, mais moi je crois que c’est important, car cela montrerait qu’au sein du palais, quelque chose ne va pas. Je me suis demandé, si c’était lié à l’Homme au Chapeau, étant donné qu’il est doué pour semer la zizanie entre nous tous... »

La jeune femme assumait ses choix haut et fort, autant qu’il assumait de se montrer couvert de bandage. Cependant, il pouvait voir dans son regard une certaine détresse et une souffrance inimaginable, car elle avait levé l’épée sur la nuque du Borukan, et même si elle ne l’avait pas abaissée, c’était tout comme.

Alors elle baissa la tête, ses poings étaient serrés au point de faire blanchir ses phalanges et de faire saigner ses paumes.


« Akimoto est mort… et je crois que je n’arriverai jamais à me le pardonner. »

Alors elle n’avait plus qu’à se battre pour que ceci ne se reproduise plus jamais, pour laver cette culpabilité et toutes ces morts car elle en avait marre de voir tout ce sang couler. Yanosa serait-il à ses côtés pour cela ? Ou lui aussi, perdrait-il confiance en elle ?


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Mar 17 Aoû 2021 - 0:58
« Hey, lança-t-il en penchant légèrement la tête, tâchant de récupérer le regard d’Aimi dans le sien tandis que la rubiconde semblait rongée par la culpabilité. C’est une guerre, Aimi. On le sait tous. Et on sait à quoi une guerre nous expose… On ne peut pas se payer le luxe de la certitude, pas face à ces types. Et puis quoi, tu voyais quelqu’un d’autre que moi, pour tenter un coup pareil ? Je te l’avais déjà dit cette fois-là dans ton bureau : tout ce qui est en mon pouvoir… je le ferai. Tôsen a appris ce qu’il en coûtait de se croire au-dessus du temps et du libre arbitre, et on se fera un plaisir de rectifier son futur pour lui... »

Que la toute jeune femme aux si lourdes responsabilités ait pu penser que la vie de l’Oterashi devait toujours reposer entre ses mains n’était pas surprenant en soit, étant donné le nombre de fois où elle avait dû le rafistoler dans des proportions parfois extraordinaires. Yanosa avait toutefois bien l’intention de vivre sa vie, ou ce qui pouvait en rester, exactement comme il l’entendait, et n’était pas prêt à faire des compromis avec qui que ce soit sur quoi que ce soit, même quand il s’agissait d’Aimi elle-même. Cette dernière tenait d’ailleurs toujours son poing le long de son corps, serré et surtout gorgé de ce chakra raffiné à l’extrême capable de rompre des montagnes, signe que sa colère, que sa passion étaient bel et bien toujours là. Force était malgré tout de constater pour le guerrier sans visage, qui connaissait bien la kunoichi, que le plus gros de son emportement initial s’était dissipé, et que bien d’autres choses que les simples risques qu’il avait pris face à leurs ennemis la tracassaient.

« ..Hm, des regard hein… Ça ne t’étonnera sûrement pas d’entendre que j’en connais un rayon, sur les regards. »

L’Oterashi n’avait pas été en mesure de remettre toutes les pièces de l’intrigue ensembles, et pour cause car il n’avait pas pu toutes les rassembler. Ce qu’il avait entendu à cette fameuse réunion où il s’était immiscé trouvait toutefois un écho particulièrement fort dans les paroles de la Chiwa, qui semblait porter encore davantage sur ses frêles épaules qu’auparavant, depuis son retour au village. Ses yeux froncés et graves braqués dans les prunelles d’Aimi, le Chûnin écouta donc patiemment, inspirant longuement et profondément comme il le faisait d’ordinaire lorsqu’une information importante lui parvenait aux oreilles. Car plus que l’information, le Tellurique voyait les liens que celle-ci tissait avec le reste, tout le reste, et ce fut avec cette même mine grave qu’il continua à fixer la jeune Taishô jusqu’au bout.

L’index et le majeur de sa main droite se joignirent alors soudainement… et remontèrent de force le visage d’Aimi par le menton, la forçant à le regarder en face en rabaissant immédiatement sa main dans la foulée.

« ...J’en ai marre de te voir baisser la tête devant moi. Lève les yeux. Personne… n’a à voir tes doutes ou tes remords. »

Il insista sur ces mots un instant, avant de reculer quelque peu son visage et de croiser les bras sur son torse.

« Akimoto… Son passif avec Masato a obscurci son jugement. Une personne réfléchie et déterminée aurait trouvé un autre moyen qu’une offensive aussi frontale et vide de sens pour changer les choses. Et si je le sais, c’est parce que moi-même… j’ai réfléchi à des façon d’évincer notre cher Daimiyô et sa noblesse, lança-t-il en fixant Aimi de plus belle. Et à entendre ce que tu me dis… ce parangon de passivité n’a pas perdu de temps, pour mettre une fois de plus toutes les responsabilités entre les mains de ces shinobis qu’il méprise tant… Si il n’y avait pas le cas de Tôsen à régler, je te jure… que ce vieillard serait déjà à la rue.

Aimi. Que Masato t’ait manipulé pour que tu le fasses ne change rien au fait… que tu as pris la bonne décision à propos du Nidaime. C’est le genre d’excision qu’il est parfois nécessaire de faire, face à la nécessité… Le genre de choix indispensables pour lesquels personne ne te remerciera. A ton propre niveau… tu as été confrontée au même genre de dilemme que moi, un simple Chûnin. Que tu ais pu le résoudre… devrait inspirer le respect et l’unité, plutôt que la discorde. 
»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Mar 12 Oct 2021 - 11:21
___________________________________________

Sortir les griffes
___________________________________________

Est-ce qu’il comprenait à quel point les iwajins étaient précieux pour la kunoichi ? Oui, on était en guerre, oui on sacrifiait sa vie à tout moment pour le bien des siens. Mais c’était aussi injuste. Car elle aussi aurait sûrement tout tenté, ce jour-là, pour mettre fin à la pression mondiale qu’exerçait l’Homme au Chapeau. Et même si elle l’avait sauvé d'innombrables fois, elle savait que ça ne suffirait pas à le convaincre. Après tout, chacun menait sa vie comme il l’entendait...

« Même si c’est dur à accepter, vous avez fait ce que vous deviez faire. Taishi devra quand même répondre de son acte auprès de moi, je te le dis… Une chose est certaine, le Chapelier réfléchira à deux fois avant de remettre les pieds ici. »

La rousse, fière, fit une petite moue. Hors de question de ne pas lui mettre une tape sur la tête pour avoir risqué la vie de son camarade. Elle était toutefois fière de ses camarades, qui avaient réagi activement à chaque coin de la capitale pour défendre ses habitants. Son poing glissa le long de son corps, toujours serré. Non, elle n’allait pas le frapper, même si l’envie de le faire l’avait fortement démangé.

Le sujet suivant était aussi source de cette irritabilité que tenait la rubiconde. Elle allait expliquer ce qu’il s’était passé à l’Oterashi, car elle savait que si ce n’était pas elle qui le faisait, ce serait quelqu’un d’autre. Autant que ce soit la principale concernée qui le fasse. Elle ne put s’empêcher de lâcher un sourire suite à ses paroles. Il était vrai que Yanosa avait beaucoup été jugé récemment, il était sûrement le plus à même de la comprendre. Ses pupilles écarlates n’avaient pas quitté une seconde celles de son camarade. Elle lui expliqua la situation, les faits, rassemblant les morceaux de puzzles un à un. Plus elle avançait dans l’histoire et moins forte fut l’emprise de son regard sur le sien. Elle finit par simplement baisser la tête, presque honteuse, alors qu’elle défendait fièrement sa décision pourtant.

Peu de temps après, elle pouvait sentir les doigts du pugiliste, étrangement délicats, forcer la rousse à se relever. Il pouvait voir dans son regard, une certaine fébrilité, comme si elle était prête à craquer devant lui. La kunoichi esquissa timidement un sourire, il avait totalement raison, il ne fallait jamais montrer ses faiblesses et encore moins ses doutes. Alors, elle fit ce qu’elle savait faire de mieux : elle se reprit, durcissant presque son regard, se forçant à garder la tête haute.

Ce n’était pas l’acte en lui-même qui semblait déranger le chunin, mais bien la manière dont cela avait été fait. Elle fut quelque peu surprise, jusqu’à comprendre que l’homme devant elle avait lui aussi de sombres plans concernant leur Daimyo. Cela ne lui plaisait pas vraiment, sûrement parce qu’elle avait beaucoup donné pour sauver la vie à un homme qui était la cible de beaucoup. Son avis concernant le seigneur avait changé après les récents événements, elle ne savait plus où se ranger.


« Il a utilisé l’urgence de la situation pour nous faire agir. Mais j’aurais pu prendre une autre décision, ce jour-là, j’ai tout autant ma part de responsabilité que la sienne. Mais ça me rassure de savoir que je ne suis pas seule là-dedans. Concernant le Daimyo… Crois-moi que si je pouvais… » .

Elle préféra se taire. Aimi n’était pas une meurtrière qui usait de la violence sur autrui pour calmer sa frustration. Mais elle lui en voulait, d’utiliser ses shinobis pour ramasser les déchets qui s’étaient répandus dans son palais. Elle ne regrettait pas de lui avoir sauvé la vie, car elle savait ce que ça aurait engendré. Mais tout de même… elle lui en voulait.

« Je n’ai plus de famille, il ne me reste que vous. Si cela doit signifier parfois prendre des décisions difficiles, je le ferai. Mais j’ose espérer que je ne devrais plus en arriver là. Je ne regrette pas mes choix, je n’ai pas peur des responsabilités qui peuvent m’incomber. Si mes camarades ne comprennent pas pour le moment, ils finiront par le faire. Mais j’ose croire qu’ils sauront se concentrer sur notre ennemi numéro un, sans oublier que même au sein de la Roche, celle-ci peut s'effriter. J’aurais notamment besoin de tes services, ainsi que ceux de ton unité pour réaliser quelque chose qui aurait dû être fait depuis un temps… Tu sais ce qui croule dans les geôles de la Roche. Nous avons besoin qu’il crache enfin le morceau. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Mer 13 Oct 2021 - 15:40
Tout cela était si étrange, dans le fond. C’était ce que l’Oterashi ne pouvait s’empêcher de songer, à écouter ainsi la jeune lionne face à lui réaffirmer son attachement inconditionnel aux siens et à sa farouche volonté de les protéger. Il ne semblait pas naturel, que des personnes aussi jeunes que le guerrier sans visage ou que la Taishô du Shishiza doivent endosser tant de responsabilités, prendre sur eux une telle charge. Chacun à leur façon, Yanosa et Aimi devaient assumer des rôles qui auraient d’ordinaire dû échoir à des hommes et des femmes plus mûrs, plus expérimentés, plus sages aussi peut-être. Les réalités étaient toutefois ce qu’elles étaient, et la Chiwa, telle une mère gardienne, devait assurer la protection de toute une cité, et par la même occasion de tout un pays, tandis que l’Oterashi quant à lui se voyait forcé de faire des choix controversés et de prendre des initiatives sans consultation préalable pour tenter d’influer réellement sur le cours des choses. Un cours qui, si ils n’y prenaient pas garde, mènerait à l’extinction définitive du Chakra et de ses merveilles.

Malheureusement, et la Taishô semblait in fine partager le bilan de son comparse sur le sujet, les menaces qui les guettaient ne se cantonnaient pas à celles que représentaient celles de Tôsen et ses sbires, et ce n’était autre que Byakuren Masato, leur propre Daimiyô à tous, qui risquait encore aujourd’hui de leur compliquer la tâche. Et ce, même après avoir contracté envers eux la plus primordiale des dettes, celle de la vie.

« … Nous avons d’autres chats à fouetter que ce vieillard et en ce qui me concerne, si la nécessité devait se présenter, je ne laisserai pas son avis interférer avec les initiatives que nous devrons prendre à l’avenir. Il a, à mes yeux… perdu toute légitimité à nous dicter nos actes. La décision que tu as prise était la bonne : que ce soit celle qu’il ait espéré que tu prennes ou pas importe peu. Qu’il nous croit donc soumis à son autorité, serviles et malléables… Ce sera d’autant plus facile le moment venu d’agir contre lui, contre son titre. Contre ce régime obsolète. Différemment d’Akimoto, cela va sans dire... »

Même si Aimi comprenait certainement sa position, le guerrier tellurique préférait apporter cette précision malgré tout : oui, il voulait voir tomber Masato, voir aboli son rôle de Daimiyô et voir naître un nouveau régime à la fois plus juste et plus efficace. Cela ne devait pas se faire, toutefois, par une démonstration de violence brute et un déluge de sang royal. Violence il y aurait certainement, se dit-il intérieurement, mais la manière de faire importait, et de beaucoup, dans la définition de ce que serait Tsuchi par la suite. Patiemment, d’aucun dirait religieusement, Yanosa recueillit par la suite les propos de la Chiwa, reconnaissant sa valeur, sa détermination, qui lui semblaient bien au-delà de celles que portaient ses deux comparses du Triumvirat. Lorsque l’évocation de leur prisonnier le plus dangereux en vint à arriver sur le tapis, toutefois, l’Oterashi ne put s’empêcher de relever légèrement le menton en inspirant profondément, comme piqué au vif sur un sujet qu’il s’était préparé à prendre en main seul depuis quelques jours.

« Le mercenaire… L’homme de main du nécromancien. Alors vous avez enfin statué ? Bordel... »

Il se détourna, relâchant d’un seul coup une partie de cette pression qu’il portait incessamment sur ses épaules en songeant qu’après tout, il n’aurait pas à en venir à « ces » extrémités sur ce sujet en particulier. Une forme de soulagement, mais qui ne faisait que le mener plus loin sur une voie semée d’embûches et de zones d’ombre.

« ...Masami et Tsuyoshi sont partis en mission il y a peu. D’autres agents du Sazori pourraient faire l’affaire mais… c’est avant tout un agent de ta section qu’il faudra en appui pour naviguer dans les geôles. Le Byakugan de l’une de mes apprenties sera également le bienvenu... »

Son regard, soudainement plus intense et incandescent que jamais, retourna se figer dans les prunelles de la jeune femme.

« ...J’ignore pourquoi ça vous a pris tant de temps. Peut-être le découvrirai-je… mais sache en tout cas que j’obtiendrai ses informations, quoi qu’il en coûte. »

Le guerrier sans visage se rapprocha d’Aimi, réduisant significativement la distance entre eux, puis posa une main tendue et lourde sur son épaule en la serrant fermement.

« D’autres décisions difficiles nous attendent. Il ne faudra pas leur tourner le dos. La peur… On ne peut pas l’éviter, ni même l’ignorer. Mais tu ne dois pas la laisser tuer ton esprit. Regarde tes peurs en face, laisse-les passer à travers toi, use ton meilleur jugement… Ne perd jamais tes repères. On y arrivera, Aimi. On y arrivera. »

La main quitta l’épaule de la Taishô et, subrepticement, Yanosa fit un pas sur le côté pour la dépasser, observant au loin l’horizon, les lignes des montagnes, ainsi que le sommet des plus hauts bâtiments de la cité qui regorgeait de vie dans leur ombre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Dim 26 Déc 2021 - 21:33
___________________________________________

Sortir les griffes
___________________________________________

« Attention aux mots que tu me présentes Yanosa... »

Répondit la jeune femme un sourire au coin des lèvres. Bien qu’elle ne portait pas le seigneur dans son cœur, il était intolérable pour elle qu’il y ait d’autres morts. Elle avait bien compris que son ami ne s’abaisserait pas à cela, mais jusqu’où irait-il pour mettre un terme au régime du Daimyo ? Aimi allait devoir garder un œil sur l’Oterashi et ses agissements… La Chiwa était jeune, avait encore beaucoup à apprendre de la vie sûrement, et pourtant, elle se montrait déjà comme quelqu’un qui avait de très lourdes responsabilités sur ses épaules et c’était très loin d’être terminé.

Ce fut pour cela, qu’elle mentionna la présence de leur prisonnier immortel dans les geôles d’Iwa. Un spécimen qui avait été difficile de contenir, justifiant de la longueur de temps pour enfin l’interroger. Un sujet qui semblait avoir longuement travaillé le pugiliste, qui tourna même le dos à la jeune femme, comme pour cacher sa réaction. La kunoichi attendit qu’il se retourne vers elle, préférant lui répondre en ayant une vision claire de ses traits, de ses réactions, de ce qui traverse ses pupilles vermeilles.


« Il est bien évident que je ferai intervenir un membre du Shishiza durant cette mission, qui prendra la tête de l’équipe qui sera constituée pour soutirer les informations à cet homme. J’aimerais que tu en sois, il faudra peut-être se montrer convaincant et c’est votre rôle après tout… Concernant ton apprentie, tu comprendras que nous faisons face à un homme dont on a scellé le chakra et il a fallu des semaines pour parvenir à le contenir. Elle pourra aider à suivre son flux chakratique, mais en aucun, tu devras la mettre en danger, j’espère que tu le comprends. Il est d’ailleurs bien évident qu’il est hors de question de mettre le village en danger, je serai intransigeante là-dessus. »

C’était un échange de flamme qui se faufilait entre les pupilles écarlates des deux iwajins. La rousse ne baissait pas les yeux, même lorsqu’il se rapprocha d’elle pour poser sa main sur son épaule. Ses paroles étaient réchauffèrent le cœur de la rubiconde, qui posa sa paume la sienne, la serrant au fil de ses mots. Elle ferma les yeux avant de les rouvrir après quelques secondes.

« Après ce qu’il s’est passé, tout a changé. J’ai douté, beaucoup. Mais j’ai compris qu’il faut parfois agir même contre ce qu’on aspire, pour protéger les siens. Tant que l’on garde ce même objectif. Je n’ai pas peur Yanosa, je brûle même, je ferai ce que j’ai à faire pour que ce village reste debout, pour que la guerre cesse en ce monde… »

Puis il prit à nouveau des distances, se décalant pour la dépasser, se situant maintenant dans son dos. La douce savait que ce qu’elle disait était important en cet instant. C’était comme si elle promettait une chose mystérieuse à Yanosa qu’il pourrait comprendre ou non. Le rôle d’Aimi aura son importance quelque part, un jour, au moment opportun. Et elle sera là, déterminée.

Et avant qu’il s’en aille, la Taisho du Shishiza tourna la tête de profil, tout en restant dos à lui.


« On se reverra bientôt, j’apprécierais te combattre à nouveau. »

Après tout, c’était ainsi qu’ils avaient appris à se connaître et à se comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Sortir les Griffes [Aimi] Empty
Dim 2 Jan 2022 - 15:43
Parler de la destitution par la force d’un Daimiyo avec qui que ce soit, fut-ce avec une ou plusieurs personnes enclines à partager les mêmes opinions, était voué à provoquer des réactions relativement vives ou précautionneuses. Le guerrier de pierre, à présent au courant de tous les événements qui avaient pris place au Palais des Byakuren, avait pu se faire une idée assez précise du sentiment qu’évoquait désormais le nom de Masato chez la Taishô du Shishiza : pour autant, le holà que celle-ci tint à apporter à ses propositions déguisées ne le surprit guère. En tant que figure d’autorité du village de la Roche, Aimi se devait d’afficher un degré de retenue minimal, en dépit de tout ce qu’elle pouvait penser et de tout ce qu’elle aurait aimé entreprendre elle-même. Yanosa maudissait parfois son grade stagnant et son accès limité à certaines ressources qui en découlait, mais la liberté qu’il conservait de pouvoir peu ou prou dire ce qu’il voulait à qui voulait bien l’entendre lui était rarement aussi douce qu’en ce genre d’instant.

« Ne t’en fais pas pour ça : je ne suis pas assez fou pour croire que tout le monde peut se permettre de prendre autant de risques que moi… La Roche… la Terre, resteront hors d’atteinte quoi qu’il arrive, je te le promets. »

Des mots sincères, une intention réelle, mais une réalité qui, il le savait, pourrait malgré tout vouloir dicter sa loi. Le mercenaire qu’ils avaient capturé pouvaient avoir toutes les raisons de se mettre à table et de coopérer, et demeurait emprisonné au coeur certainement des plus drastiques mesures de sécurité que la cité pouvaient se payer le luxe de déployer. Si le Tellurique avait toutefois appris une chose concernant les plans infaillibles au fil du temps, c’était qu’il y subsistait toujours une faille critique, une fêlure apte à tout compromettre en dépit de tous les efforts. Une faille, en l’occurrence, qui pouvait très bien se trouver en lui-même sans qu’il en ait conscience.

« Arrêter les guerres… J’ignore si c’est possible, Aimi. Même avec le Chakra… il faudra des décennies, pour arriver à un début de consensus, à un ersatz d’équité à travers le Yuukan. Peut-être que nous contribuerons à façonner ce monde… mais il faut te faire à l’idée… qu’on ne le verra peut-être pas de nos yeux. »

Le guerrier sans visage, évidemment, ne souleva pas la divergence qu’il savait fondamentale entre lui et la Chiwa. Protéger, puis agir… Agir… pour protéger. Deux visions des priorités qui pouvaient tant se heurter que se conjuguer, une dualité dont Yanosa n’avait que trop conscience, pour ne pas sentir cette légère piqûre dans la nuque. Il n’avait jamais menti à Aimi : lui dire toute la pleine et entière vérité qu’il croyait détenir, en revanche, n’était pas encore dans ses plans.

« ...Quand tu veux. Empêcher les Taishô de perdre la main enterrés sous la paperasse… fait après tout aussi partie de mes attributions. »

Laissant cette ultime proposition en suspend, sans douter le moins du monde que lui et la rubiconde puissent trouver le temps de se retrouver pour cette joute tout juste évoquée, l’Oterashi laissa l’énergie du Mitsudo le porter dans les airs en direction de la cité. Des préparatifs étaient dus, maintenant que l’interrogatoire de cet Écorché était enfin fixé… et le guerrier de pierre saurait prendre en compte toutes les éventualités.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Sortir les Griffes [Aimi]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sortir de la monotonie [Shiori]
» Se faire les griffes [PV]
» Griffes inconnues [pv Yamiko]
» La gladiatrice aiguisée par les griffes
» Here we go again [Aimi]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: